Ukraine: La reprise des exportations de céréales saluée unanimement

Signé le 22 juillet à Istanbul, l'accord qui permet la reprise des exportations ukrainiennes vise à atténuer une crise alimentaire mondiale qui a vu les prix monter en flèche (Photo, AFP).
Signé le 22 juillet à Istanbul, l'accord qui permet la reprise des exportations ukrainiennes vise à atténuer une crise alimentaire mondiale qui a vu les prix monter en flèche (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 02 août 2022

Ukraine: La reprise des exportations de céréales saluée unanimement

  • Selon le ministre ukrainien de l'Infrastructure Oleksandre Koubrakov, le bateau est chargé de 26 000 tonnes de maïs
  • Des céréales sont déjà parties d'Ukraine depuis le début de la guerre, mais depuis le port de Berdyansk, en zone occupée par les Russes

KIEV:  Face à la crise alimentaire mondiale, l'Ukraine a repris lundi ses exportations de céréales pour la première fois depuis l'invasion russe, avec le départ, salué unanimement, d'un premier bateau du port d'Odessa, même si Kiev a jugé qu'il était "trop tôt" pour se réjouir.

Dans la soirée, les Etats-Unis ont annoncé l'envoi de nouvelles armes à l'Ukraine, notamment des munitions pour les stratégiques lance-roquettes multiples Himars.

Le cargo "Razoni a quitté le port d'Odessa (sud de l'Ukraine, sur la mer Noire) à destination du port de Tripoli au Liban. Il est attendu le 2 août à Istanbul", en Turquie, où il sera inspecté, a annoncé lundi matin le ministère turc de la Défense.

Selon les autorités ukrainiennes, le bateau est chargé de 26 000 tonnes de maïs. Des céréales sont déjà parties d'Ukraine depuis l'invasion russe le 24 février, mais depuis Berdyansk (sud-est), sur la mer d'Azov, zone occupée par les Russes.

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a "chaleureusement" salué le départ du navire, exprimant l'espoir que la reprise des exportations ukrainiennes, permise par un accord international, "apportera la stabilité et l'aide indispensables à la sécurité alimentaire mondiale".

La ministre britannique Affaires étrangères Liz Truss a de son côté martelé qu'"il ne peut y avoir de nouveau bombardement du port d'Odessa", en référence à une frappe russe sur le port ukrainien le 23 juillet qui avait soulevé l'inquiétude sur la mise en oeuvre de l'accord.

«Efforts européens»

Au cours d'un entretien avec son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky, le président français Emmanuel Macron l'a assuré de la poursuite des "efforts européens" pour aider Kiev à exporter ses céréales.

Selon le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba, 16 autres bateaux chargés de céréales "attendent leur tour" pour quitter Odessa, qui concentrait avant la guerre 60% de l'activité portuaire du pays.

Mais lundi soir, M. Zelensky a jugé qu'"il est trop tôt pour en tirer des conclusions et faire des prévisions", dans son allocution quotidienne. "Attendons de voir comment l'accord fonctionnera et si la sécurité sera vraiment garantie", même si "c'est un premier signal positif que nous arriverons à stopper la crise alimentaire mondiale".

L'accord signé le 22 juillet à Istanbul entre la Russie et l'Ukraine, via une médiation de la Turquie et sous l'égide des Nations unies, permet la reprise des exportations ukrainiennes, bloquées depuis l'invasion russe, sous supervision internationale.

L'accord prévoit notamment l'instauration de couloirs sécurisés afin de permettre la circulation en mer Noire des navires marchands et l'exportation de 20 à 25 millions de tonnes de céréales.

De leur côté, l'UE et l'Otan ont salué le départ du bateau de céréales ukrainiennes et réclamé la "mise en oeuvre totale" de l'accord.

Moscou a également jugé l'événement "très positif". "Espérons que les accords seront appliqués par toutes les parties et que les mécanismes fonctionneront efficacement", a dit le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Un accord similaire signé simultanément garantit à Moscou l'exportation de ses produits agricoles et engrais, malgré les sanctions occidentales.

Les deux accords doivent permettre d'atténuer la crise alimentaire mondiale qui a vu les prix monter en flèche dans certains des pays les plus pauvres en raison du blocage des ports ukrainiens.

Bombardements

Sur le terrain, les frappes russes se sont poursuivies sur les villes ukrainiennes, notamment Mykolaïv (sud), où un des plus importants entrepreneurs agricoles du pays, Oleksiï Vadatoursky, 74 ans, a été tué avec son épouse dimanche. Volodymyr Zelensky a rendu hommage à un "héros de l'Ukraine".

La ville a été massivement bombardée à nouveau lundi, selon le gouverneur de la région Vitali Kim, qui a signalé trois tués. M. Kim a ajouté sur son compte Telegram que "la ville est en train d'être détruite. Mais la chance est qu'il y a peu de morts, peu de blessés".

Mykolaïv est proche du front dans le sud de l'Ukraine, où les forces de Kiev mènent une contre-offensive.

Dans la région voisine de Kherson, une ville prise par les Russes le 3 mars, l'Ukraine a dit avoir repris 46 localités occupées.

Les journalistes de l'AFP ont également constaté un bombardement russe intense de la ville de Bakhmout (est). Trois civils ont été tués dimanche dans la région de Donetsk, dont deux à Bakhmout, et 16 autres blessés, ont indiqué lundi les autorités locales.

L'armée russe a assuré avoir détruit deux systèmes américains d'artillerie de précision Himars lors d'une frappe sur une usine à Kharkiv (nord-est), la deuxième ville d'Ukraine, deux dépôts de munitions à Siversk et Kalenyky, dans la région de Donetsk, et un dépôt de carburant près de Nikopol (sud-est).

L'artillerie est décisive dans le conflit en Ukraine. Particulièrement gourmandes en projectiles de toutes sortes, les armées ukrainienne et russe se livrent à une guerre d'attrition des munitions, dont les stocks sont cruciaux.

Les Etats-Unis, principal soutien de l'Ukraine, ont annoncé lundi l'envoi de nouvelles armes à Kiev pour 550 millions de dollars, portant ainsi leur assistance militaire à plus de huit milliards au total. Cette aide comprendra des munitions pour les lance-roquettes Himars et 75.000 obus de 155 mm.

De son côté, la Russie a interdit lundi l'entrée sur son territoire à 39 personnalités britanniques supplémentaires, notamment au chef de l'opposition travailliste Keir Starmer et à l'ancien Premier ministre David Cameron, en réponse aux sanctions prises contre l'offensive en Ukraine.


Chine: La BBC dénonce l'arrestation d'un de ses journalistes en Chine

Ed Lawrence a été arrêté et menotté pendant qu'il couvrait les manifestations à Shanghai (Photo, AFP).
Ed Lawrence a été arrêté et menotté pendant qu'il couvrait les manifestations à Shanghai (Photo, AFP).
Short Url
  • Le porte-parole a expliqué que la BBC n'avait eu «aucune explication ou excuse officielle des autorités chinoises»
  • Selon lui, «il a été battu et frappé par la police», alors qu'il travaillait en tant que journaliste accrédité dans le pays

LONDRES: La groupe de médias britannique BBC a indiqué dimanche qu'un de ses journalistes en Chine, qui couvrait à Shanghai les manifestations contre la politique draconienne "zéro Covid" du régime, a été arrêté et "frappé par la police".

"La BBC est très inquiète de la manière dont a été traité notre journaliste Ed Lawrence qui a été arrêté et menotté pendant qu'il couvrait les manifestations à Shanghai", a indiqué un porte-parole du groupe dans une déclaration transmise à l'AFP.

Selon lui, "il a été battu et frappé par la police", alors qu'il travaillait en tant que journaliste accrédité dans le pays.

Des centaines de personnes ont manifesté ce week-end en Chine dans plusieurs grandes villes, dont Shanghai et Pékin, pour protester contre les confinements et les restrictions imposées par les autorités pour lutter contre l'épidémie de coronavirus.

Le porte-parole a expliqué que la BBC n'avait eu "aucune explication ou excuse officielle des autorités chinoises, au-delà d'une affirmation des fonctionnaires, qui l'ont ensuite libéré, qu'ils l'avaient arrêté pour son propre bien au cas où il aurait attrapé la Covid (au milieu) de la foule".

"Nous ne considérons pas cela comme une explication crédible", a-t-il ajouté.


Les Slovènes valident une loi visant à dépolitiser la TV publique

Vue générale du bâtiment où se trouve l'Agence de presse slovène (STA) à Ljubljana (Photo, AFP).
Vue générale du bâtiment où se trouve l'Agence de presse slovène (STA) à Ljubljana (Photo, AFP).
Short Url
  • Plus de 40 salariés ont quitté la rédaction qui réunit quelque 2.100 membres au total
  • Plus de 62% des électeurs ont donné leur aval, selon les résultats publiés dans la soirée par la Commission électorale

LJUBLJANA: Les Slovènes ont validé dimanche par référendum une loi visant à empêcher les nominations politiques au sein de la télévision publique, après une dégradation du climat médiatique sous le précédent Premier ministre Janez Jansa.

Plus de 62% des électeurs ont donné leur aval, selon les résultats publiés dans la soirée par la Commission électorale, ouvrant la voie à son entrée en vigueur dans le pays alpin de deux millions d'habitants, probablement début 2023.

Plusieurs associations de défense de la presse, comme l'Organisation des médias du sud-est de l'Europe (SEEMO), ont salué un amendement destiné à "protéger l'indépendance éditoriale" de la chaîne RTV Slovenija face aux "abus politiques et à une destruction certaine".

Le dirigeant conservateur Janez Jansa, au pouvoir de 2020 à 2022, avait multiplié les attaques contre les médias, les accusant de partialité, et remplacé la plupart des responsables de RTV pour y nommer des proches.

La chaîne a depuis été secouée par une série de grèves et de manifestations contre la réorientation des programmes et les pressions subies par les journalistes, tandis que la Slovénie a chuté du 54e au 36e rang dans le dernier classement de l'ONG Reporters sans Frontières (RSF).

C'est le parti de l'ex-Premier ministre qui avait demandé la tenue d'un référendum dans l'espoir d'enterrer cette nouvelle loi, adoptée peu après l'arrivée en avril d'une coalition de centre-gauche. Janez Jansa subit là un nouveau camouflet.

Selon le texte, le gouvernement et le Parlement n'auront désormais plus le droit de procéder à des nominations, et la chaîne sera placée sous la supervision de groupes de la société civile (employés, défenseur des droits, Académie des sciences...).

"Il y a des dommages irréversibles, mais l'autonomie éditoriale sera préservée" par cet amendement, a commenté Helena Milinkovic, porte-parole du principal syndicat de la télévision, interrogée par l'AFP.

Plus de 40 salariés ont quitté la rédaction qui réunit quelque 2.100 membres au total, a-t-elle précisé. Une dizaine de journalistes, qui travaillaient auparavant pour des médias pro-Jansa, sont arrivés entre temps.

"Le nouveau système de gouvernance limitera de manière significative la capacité de tout gouvernement (...) d'interférer dans le travail du média public", ont abondé RSF et d'autres signataires dans un communiqué, jugeant le cadre législatif actuel "dépassé".


Royaume-Uni: Le Brexit a aggravé la pénurie de médecins, selon une étude

Pour le Nuffield Trust, "la campagne et le résultat du référendum est la raison évidente de ce changement de tendance"  (Photo, AFP).
Pour le Nuffield Trust, "la campagne et le résultat du référendum est la raison évidente de ce changement de tendance" (Photo, AFP).
Short Url
  • Cette étude est publiée alors que le système public de santé souffre de nombreuses difficultés après des années d'austérité
  • Le Nuffield Trust s'est penché sur quatre spécialités: anesthésie, pédiatrie, chirurgie cardio-thoracique et psychiatrie

LONDRES: Le Brexit a aggravé la pénurie de médecins au Royaume-Uni, en entraînant un manque estimé à 4.000 médecins issus de l'Union européenne dans quatre spécialités majeures, selon une étude publiée dimanche d'un centre de réflexion spécialisé dans la santé.

Cette étude, réalisée à l'initiative du quotidien The Guardian, est publiée alors que le système public de santé (NHS) souffre de nombreuses difficultés après des années d'austérité, avec des listes d'attente record dans les hôpitaux dues à la pandémie de Covid-19, mais aussi aux pénuries de médecins et d'infirmières.

Le Nuffield Trust s'est penché sur quatre spécialités - anesthésie, pédiatrie, chirurgie cardio-thoracique et psychiatrie - dans lesquelles les médecins européens étaient particulièrement représentés avant la sortie du Royaume-Uni de l'UE.

Dans ces quatre spécialités, connaissant déjà des tensions dans leur recrutement, "la progression des effectifs issus de l'UE ou de pays de l'Association européenne de libre-échange (AELE, à savoir Norvège, Islande, Suisse et Liechtenstein) a ralenti", montre l'étude.

Si la tendance observée avant le Brexit s'était poursuivie, il aurait dû y avoir plus de 41.000 médecins issus de l'UE et de l'AELE enregistrés en 2021, soit au moins 4.000 de plus que les chiffres effectivement constatés.

Pour le Nuffield Trust, "la campagne et le résultat du référendum (de 2016 sur la sortie de l'UE) est la raison évidente de ce changement de tendance".

En cause : dans un premier temps, l'incertitude sur les nouvelles règles de circulation des personnes, puis le durcissement des règles d'attribution des visas, et enfin une "détérioration des conditions de travail" en général dans le système de santé.

"Ces résultats suggèrent que la stagnation du nombre de médecins issus de l'UE dans ces spécialités a exacerbé les pénuries existantes dans des domaines où le NHS n'est pas capable de trouver de la main-d'œuvre qualifiée ailleurs", ajoute l'étude.