En images: Le festival de street art «Jidar» orne les façades de Rabat

Par Amine Naim (Photo fournie).
Par Amine Naim (Photo fournie).
Par Yassine Mandar (Photo fournie).
Par Yassine Mandar (Photo fournie).
Par Juraj Ďuriš (Photo fournie).
Par Juraj Ďuriš (Photo fournie).
Par Doha El Mohamadi (Photo fournie).
Par Doha El Mohamadi (Photo fournie).
Par Bryan Beyung (Photo fournie).
Par Bryan Beyung (Photo fournie).
Par Ed Oner (Photo fournie).
Par Ed Oner (Photo fournie).
Par Tima (Photo fournie).
Par Tima (Photo fournie).
Par Beaugraff (Photo fournie).
Par Beaugraff (Photo fournie).
Short Url
Publié le Mercredi 03 août 2022

En images: Le festival de street art «Jidar» orne les façades de Rabat

  • Malgré un soleil de plomb, le rendez-vous annuel qui réunit des artistes marocains – ainsi qu'internationaux – a pu mettre en exergue le travail de 9 artistes
  • Dans le quartier de l’Océan, c’est au niveau d’une mur collectif que se sont donnés rendez-vous plusieurs artistes pour l'embellir

RABAT: Tenue du 21 au 31 juillet, la 7ᵉ édition du festival de street art de Rabat – «Jidar» – s’est achevée. Arab News en français s’est rendu sur place pour observer la façon dont des artistes locaux et internationaux ont choisi d'égayer, en couleur, les murs de la capitale.

Malgré un soleil de plomb, le rendez-vous annuel qui réunit des artistes de tous bords a pu mettre en exergue le travail de 9 artistes dont les fresques ont orné 9 murs de la capitale Rabat et sa banlieue. De surcroît, d'autres activités auxiliaires ont été organisées lors de cette manifestation culturelle, telle qu’un atelier de sérigraphie ou encore un mur collectif.

Organisé par l’association à but non lucratif EAC-L’Boulvart (Éducation artistique et culturelle), le festival s’inscrit dans le cadre du programme «Rabat ville lumière, capitale marocaine de la culture» ayant vocation à transformer la capitale du Maroc en destination culturelle de premier plan. Un programme lancé en 2014 par Sa Majesté le roi Mohammed VI, qui compte également la construction d’infrastructures culturelles, notamment le Grand Théâtre de Rabat de l’architecte anglo-irakienne Zaha Hadid.

 

Les fresques

  • Juraj Ďuriš

1

L’artiste slovaque né à Nitra a imprégné une façade dans le quartier de l’Agdal d’un navire aux couleurs vives, inspiré du pop-art (Photo fournie).

  • Twoone

1

Quant à cet artiste japonais, c’est de la légendaire chanteuse arabe, Warda al-Jazairia, que s’inspire sa fresque dans le quartier de Yacoub el Mansour (Photo fournie).

  • Pantonio

1

À 15 minutes de marche, dans le même quartier, Pantonio rend hommage au monde marin à travers sa fresque aux lignes fluides (Photo fournie).

  • Bryan Beyung

1

Dans le quartier de Hay el Fath, l’artiste canadien a opté pour un portrait de son cousin éloigné provenant d'un album de famille (Photo fournie).

  • Tima

1

Également à Hay el Fath – à quelques minutes de marche – la plasticienne et street artiste marocaine présente une femme au regard détourné (Photo fournie).

  • Reda Boudina

1

Dans le quartier de l’Océan, l’artiste marocain originaire de Meknès signe une fresque qui s’inscrit dans l’abstrait et les formes graphiques (Photo fournie).

  • Ed Oner

1

Quant à l’artiste marocain Ed Oner, celui-ci rend hommage à Rabat à travers 3 timbres superposés (de bas en haut): le fleuve du Bouregreg qui traverse Rabat, l’équipe de football des Forces armées royales, et finalement le Chellah, site archéologique d’une nécropole mérinide inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco (Photo fournie).

  • Manolo Mesa

1

Dans le quartier El Youssoufia, l’espagnol a mis en lumière la poterie traditionnelle marocaine en argile (Photo fournie).

  • Beaugraff

1

De son côté, l’artiste sénégalais a opté pour une représentation de la femme africaine, non loin de la fresque de Mesa, toujours dans le quartier d’El Youssoufia (Photo fournie).

Un mur collectif

Dans le quartier de l’Océan, c’est au niveau d’une façade horizontale d’environ 100 mètres que se sont donnés rendez-vous plusieurs artistes en vue de l'embellir. Un mur collectif qui permet aux passants et curieux de côtoyer les artistes présents dans une ambiance conviviale. Yassine Mandar est l’un de ces artistes, et accepte d’en discuter avec Arab News en français.

Nous, jeunes artistes, nous nous réjouissons beaucoup lorsque nous voyons de telles initiatives dans notre pays.

Yassine Mandar

Mandar s’intéresse particulièrement au corps humain, «non seulement d’un point de vue anatomique et organique, mais également d’un point de vue fonctionnel», qu’il tente d’exprimer à travers son art. Par ses œuvres, il espère susciter une «réflexion abstraite de la réalité» afin de «nous permettre de voir la vie sous un autre angle». 

1
La fresque de Yassine Mandar (Photo fournie).

Pour Mandar, lauréat de l’École Supérieure des Beaux Arts de Casablanca d’où il est originaire, le festival Jidar a été «une expérience merveilleuse» durant laquelle il a «appris les nouvelles méthodes et techniques utilisées dans les peintures murales».

«Nous, jeunes artistes, nous nous réjouissons beaucoup lorsque nous voyons de telles initiatives dans notre pays», ajoute-t-il.

«Nous souhaitons plus de soutien et de dons pour développer cette forme d’art», car selon lui, «le street art est porteur d’importants messages au grand public».

1
Par Amine Naim (Photo fournie).

Mandar n’est pas le seul à se réjouir de la tenue de cette manifestation culturelle. Hanane, une habitante du quartier de l’Océan, affirme à Arab News en français que ces fresques «ajoute du charme» à son quartier natal.

Pour sa part, Salah – accompagné de son fils au pied de la fresque du sénégalais Beaugraff –, estime que les fresques de son quartier «permettent aux plus jeunes de son quartier de se familiariser avec l’expression artistique». 

1
Par Oldr Walid et Oussama el Ouardassi (Photo fournie).
1
Par Doha el Mohamadi (Photo fournie).
1
Par Majda Jarbili (Photo fournie).
1
Par Ayoub Abid (Photo fournie).
1
Par Hamza Marmouche (Photo fournie).

Comment localiser les fresques du Jidar?

Pour les amateurs du street art, le moyen le plus rapide pour localiser les fresques du Jidar festival, est d’utiliser l’application Jidar disponible sur Google Play et Apple App store. Entre autres, l’application permet non seulement de repérer les fresques de la 7ᵉ édition du festival, mais également celles des éditions précédentes – le tout dans une application bien conçue et facile à utiliser. Alternativement, le site web jidar.ma, lui, permet de localiser les fresques de la 7ᵉ édition uniquement.

Les artistes

  • Juraj Duris (Slovaquie)
  • Twoone (Japon)
  • Pantonio (Portugal)
  • Bryan Beyung (Canada)
  • Tima (Maroc)
  • Reda Boudina (Maroc)
  • Ed Oner (Maroc)
  • Manolo Mesa (Espagne)
  • Beaugraff (Sénégal)

La finale mondiale du Red Bull Car Park Drift à Djeddah sera «la meilleure», selon les leaders saoudiens de la discipline

Pour la toute première fois, la finale du Red Bull Car Park Drift se tiendra en Arabie Saoudite le 8 décembre à Djeddah (Photo fournie)
Pour la toute première fois, la finale du Red Bull Car Park Drift se tiendra en Arabie Saoudite le 8 décembre à Djeddah (Photo fournie)
Pour la toute première fois, la finale du Red Bull Car Park Drift se tiendra en Arabie Saoudite le 8 décembre à Djeddah (Photo fournie)
Pour la toute première fois, la finale du Red Bull Car Park Drift se tiendra en Arabie Saoudite le 8 décembre à Djeddah (Photo fournie)
Short Url
  • Djeddah accueillera 21 drifters de 18 pays différents qui s’affronteront pour devenir le roi du Red Bull Car Park Drift
  • Les pilotes saoudiens affronteront des drifters qualifiés dans des compétitions de la Jamaïque à l’île Maurice, du Sri Lanka au Pakistan, du Kenya à l’Afrique du Sud mais aussi de la Pologne, l’Estonie, la Géorgie, l’Azerbaïdjan, le Qatar, Oman, les EAU,

DJEDDAH : Pour la toute première fois, la finale mondiale du Red Bull Car Park Drift se tiendra en Arabie Saoudite le 8 décembre à Djeddah.

Alors que les billets de la finale venaient d’être mis en vente, les organisateurs Saudi Motorsport Company et Djeddah Corniche Circuit promettent aux fans le « meilleur » évènement de fin de saison de tous les temps.

Djeddah accueillera 21 drifters de 18 pays différents qui s’affronteront pour devenir le roi du Red Bull Car Park Drift de 2022.

Le contrôle expert de la puissance, le rythme pur et les plus délicates des touches sont des éléments qui feront toute la différence entre victoire et défaite pour les concurrents prêts à offrir des tribunes bondées et une atmosphère festive.

Pour les fans de sports automobiles saoudiens, l’évènement accueillera trois concurrents du Royaume qui seront confirmés lors d’une épreuve de qualification le 3 décembre.

Avec des billets disponibles pour tous les fans. Le PDG de Saudi Motorsport Company (SMC) Martin Whitaker a déclaré qu’il comptait les jours avant l’un des plus grands moments automobiles de Djeddah.

Il a déclaré « À mon avis, le circuit de la corniche de Djeddah est l’un des meilleurs sites de la longue et impressionnante histoire du Red Bull Car Park Drift et nous attendons un grand évènement dans un endroit magnifique. »

« Il s’agit d’un évènement extrêmement spécial pour la région et nous sommes si fiers de pouvoir l’amener à Djeddah et de donner aux fans de drift la chance de vivre une compétition de classe mondiale. »

Il a ajouté : « Evidemment, avec trois pilotes saoudiens en compétition dans la finale, nous nous attendons à ce que la foule soit plus enthousiaste que jamais. Et ce serait tellement spécial de voir un pilote local couronné King of Drift »

Les pilotes saoudiens affronteront des drifters qui se sont qualifiés dans des compétitions allant de la Jamaïque à l’île Maurice, du Sri Lanka au Pakistan, du Kenya à l’Afrique du Sud mais aussi de la Pologne, l’Estonie, la Géorgie, l’Azerbaïdjan, le Qatar, Oman, les EAU, Bahreïn, la Jordanie et le Liban.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les passionnés de musique en sweats à capuche au MDLBEAST Soundstorm 2022 à Riyad

MDLBEAST dispose d’une station de personnalisation où les visiteurs peuvent imprimer des images ou des lettres sur leurs sweats à capuche et leurs t-shirts. (Photo fournie)
MDLBEAST dispose d’une station de personnalisation où les visiteurs peuvent imprimer des images ou des lettres sur leurs sweats à capuche et leurs t-shirts. (Photo fournie)
MDLBEAST dispose d’une station de personnalisation où les visiteurs peuvent imprimer des images ou des lettres sur leurs sweats à capuche et leurs t-shirts. (Photo fournie)
MDLBEAST dispose d’une station de personnalisation où les visiteurs peuvent imprimer des images ou des lettres sur leurs sweats à capuche et leurs t-shirts. (Photo fournie)
MDLBEAST dispose d’une station de personnalisation où les visiteurs peuvent imprimer des images ou des lettres sur leurs sweats à capuche et leurs t-shirts. (Photo fournie)
MDLBEAST dispose d’une station de personnalisation où les visiteurs peuvent imprimer des images ou des lettres sur leurs sweats à capuche et leurs t-shirts. (Photo fournie)
MDLBEAST dispose d’une station de personnalisation où les visiteurs peuvent imprimer des images ou des lettres sur leurs sweats à capuche et leurs t-shirts. (Photo fournie)
MDLBEAST dispose d’une station de personnalisation où les visiteurs peuvent imprimer des images ou des lettres sur leurs sweats à capuche et leurs t-shirts. (Photo fournie)
Short Url
  • Nana, visitant le festival de musique avec ses amis, a déclaré à Arab News : « Je suis ici depuis que tout a commencé en 2019. Chaque année, je suis surprise par les changements qui ont lieu. Cette année, nous avons remarqué une meilleure organisation dan
  • Les gens aiment acheter des souvenirs du festival afin qu’ils puissent chérir depuis leur maison un morceau de MDLBEAST

RIYAD : Alors que Riyad commençait à voir des baisses de température, des milliers de passionnés de musique ont afflué au MDLBEAST Soundstorm 2022 jeudi à Riyad, habillés de sweats à capuche et de vestes de différentes couleurs et de motifs variés.

Nana, 22 ans, a été aperçue dans la Dance Tent (soit tente de danse, l’une des scènes de MDLBEAST), portant une veste colorée du style des années 70 avec un jean déchiré et des paillettes autour des yeux.

Elle a déclaré à Arab News : « Je suis ici depuis que tout a commencé en 2019. Chaque année, je suis surprise par les changements qui ont lieu. Cette année, nous avons remarqué une meilleure organisation dans la zone de parking. »

De nombreux magasins de vêtements étaient présents à l’évènement afin de vendre des sweats à capuche et des vêtements de streetwear confortables.

MDLBEAST dispose également d’une station de personnalisation où les visiteurs peuvent imprimer des images ou des lettres sur leurs sweats à capuche et leurs t-shirts.


Les polars de Petros Markaris ou la Grèce face à ses démons

L'écrivain grec Petros Markaris lors d'une interview dans un hôtel de Madrid, le 29 septembre 2016. (Photo par Javier Soriano / AFP)
L'écrivain grec Petros Markaris lors d'une interview dans un hôtel de Madrid, le 29 septembre 2016. (Photo par Javier Soriano / AFP)
Short Url
  • Fin observateur de la société grecque, M. Markaris, édité dans une dizaine de langues, souhaite ainsi «comprendre comment, pourquoi et quelles sont les raisons pour lesquelles la société grecque est telle qu'elle est aujourd'hui»
  • Pour son traducteur en français, Michel Volkovitch, l'écrivain, qui fut le scénariste du réalisateur grec Theo Angelopoulos, décrit la Grèce «de façon pédagogique»

ATHÈNES : L'auteur à succès de polars Petros Markaris brosse dans ses œuvres le portrait sévère d'une Grèce en crise avec elle-même et confrontée à ses démons: corruption, fraude fiscale et nationalisme.

«L'intrigue policière dans un polar n'est qu'un prétexte pour raconter une société», assure d'emblée cet octogénaire volubile qui reçoit l'AFP dans son appartement rempli de livres d'un quartier populaire d'Athènes.

Fin observateur de la société grecque, M. Markaris, édité dans une dizaine de langues, souhaite ainsi «comprendre comment, pourquoi et quelles sont les raisons pour lesquelles la société grecque est telle qu'elle est aujourd'hui».

Pour son traducteur en français, Michel Volkovitch, l'écrivain, qui fut le scénariste du réalisateur grec Theo Angelopoulos, décrit la Grèce «de façon pédagogique».

«Il donne une image fidèle de la société grecque pendant la crise, mais aussi celle d'une famille grecque moyenne: celle de Charitos (le commissaire présent dans toutes ses enquêtes, ndlr), qui est centrale dans ses livres», explique le traducteur.

«Il nous glisse dans leurs problèmes du quotidien, dans l'incertitude de la crise. C'est ce qui les rend attachants».

Kostas Charitos, policier haut en couleurs qui mène l'enquête en parcourant Athènes dans tous les sens, est le personnage principal de la «trilogie de la crise» qui a propulsé l'écrivain sur le devant de la scène.

- Corruption, népotisme -

Ses intrigues policières efficaces font apparaître les problèmes de corruption, de népotisme, d'évasion fiscale qui rongent la Grèce, mais aussi l'ascension durant les années de crise (2008-2018) du parti néo-nazi Aube dorée qui s'en est pris à des étrangers.

Sa dizaine de romans policiers a été traduite en 13 langues, y compris en français et en allemand.

Diogenes Verlag, son éditeur en allemand à Zurich, a indiqué à l'AFP que cette trilogie s'était vendue à plus de 270.000 exemplaires dans les pays germanophones.

Le vieil homme s'inquiète pour son pays qui se remet à peine d'une grave crise financière et d'une cure d'austérité draconienne durant lesquelles il a perdu un quart de son PIB.

«Alors même que la population de la Grèce a pu se remettre un peu des effets de la crise, la pandémie et la guerre en Ukraine l'ont fragilisée à nouveau. La Grèce n'a pas eu de chance», poursuit-il.

L'inflation à plus de 9% en octobre après six mois au-dessus de 10% et la flambée des prix de l'énergie font souffrir la population alors que le souvenir de la crise financière, l'une des pires de la turbulente histoire grecque, reste une plaie ouverte.

«A voir ce qu'il se passe en Grande-Bretagne et en Italie, la Grèce n'est finalement pas le pire exemple européen!», nuance toutefois M. Markaris, 85 ans.

L'Italie a récemment élu un gouvernement d'extrême-droite, alors qu'au Royaume-Uni, secoué par le Brexit et ses remous politiques, plus de la moitié de la population souffre des prix élevés de l'énergie et de la nourriture.

Pour lui, les Grecs, qui étaient massivement descendus dans les rues pour manifester leur opposition aux mesures d'austérité durant la crise, n'ont «plus autant l'envie de revendiquer un meilleur avenir» qu'avant.

- Littérature allemande -

Né à Istanbul, de père arménien et de mère grecque, Petros Markaris est arrivé à Athènes en 1964 avant de partir étudier à Vienne et Stuttgart, où il tombe amoureux de la littérature allemande.

Plus tard, c'est lui qui introduira les grands écrivains allemands auprès des Grecs avec ses traductions des œuvres de Bertolt Brecht et de Goethe.

Mais Petros Markaris est surtout connu pour avoir été le scénariste de Theo Angelopoulos pour plusieurs de ses films, dont «L'éternité et un jour», Palme d'or du festival de Cannes en 1998.

En Grèce, il fut aussi le scénariste d'une série policière très populaire.

«Les contacts que j'ai pu établir à cette époque avec le monde de la police grecque m'ont inspiré pour le commissaire Charitos», se souvient l'écrivain.

N'ayant pas vécu en Grèce l'occupation allemande entre 1941 et 1944 ou la guerre civile grecque de l'immédiat après-guerre, M. Markaris considère qu'il a un point de vue «objectif et sans préjugés de la Grèce».

«Je n'ai pas de traumatismes ni d'expériences personnelles qui influencent mon point de vue. Je vois et décrit la Grèce comme je l'ai connue lorsque j'y suis arrivé», assure-t-il.