Italie: Salvini en campagne antimigrants sur l'île de Lampedusa

Matteo Salvini au Sénat à Rome le 20 juillet 2022 (Photo, AFP).
Matteo Salvini au Sénat à Rome le 20 juillet 2022 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 04 août 2022

Italie: Salvini en campagne antimigrants sur l'île de Lampedusa

  • Matteo Salvini a fait de l'arrêt des flux migratoires et du contrôle des frontières la pierre angulaire de son programme
  • Le temps plus clément réduit le risque du voyage depuis l'Afrique du Nord, le centre d'accueil de l'île est submergé

LAMPEDUSA: Le leader italien d'extrême droite Matteo Salvini va lancer sa campagne pour les législatives à Lampedusa, confetti de la Méditerranée où débarquent chaque année des dizaines de milliers de migrants.

Ces derniers jours, des dizaines d'embarcations précaires et surchargées sont entrées dans les eaux de Lampedusa, un rocher de 20 km2 situé à une centaine de kilomètres à l'est des côtes tunisiennes.

Comme souvent durant les mois d'été, lorsque le temps plus clément réduit le risque du voyage depuis l'Afrique du Nord, le centre d'accueil de l'île est submergé, avec plus de 1.500 personnes recensées pour une capacité trois fois moindre.

Matteo Salvini a fait de l'arrêt des flux migratoires et du contrôle des frontières la pierre angulaire de son programme.

Son parti, la Lega, se présente aux législatives du 25 septembre avec ses alliés Forza Italia (droite), et Fratelli d'Italia (post-fasciste). Ils sont donnés favoris face à une gauche fragmentée.

"L'Italie ne peut pas accepter des dizaines de milliers d'immigrants qui ne font qu'apporter des problèmes, venant de l'autre côté du monde", a-t-il déclaré avant sa visite jeudi à Lampedusa, où il passera la nuit.

Alors qu'il était ministre de l'Intérieur en 2019, Salvini a empêché plusieurs navires de secours humanitaires transportant des migrants de débarquer en Italie.

Cette décision lui vaut d'être poursuivi par la justice en Sicile pour séquestration et abus de pouvoir. Un procès dont il a fait une tribune politique.

"Le seul ministre à avoir bloqué les débarquements (et il est jugé !)", titre le parti dans un post sur sa page Facebook.

Mais les sondages suggèrent que l'immigration est moins une préoccupation pour les Italiens que les questions économiques, avec la forte inflation qui pèse sur le pouvoir d'achat et les factures énergétiques.

Et Salvini est à la traîne dans les enquêtes d'opinion. Sa Lega a été dépassée ces derniers mois dans les sondages par le parti Fratelli d'Italia dirigé par Giorgia Meloni, qui appelle également à un "blocus naval" pour endiguer les arrivées de migrants en Méditerranée.

Appel à l'UE

Le gouvernement a affrété un ferry pour évacuer les migrants de Lampedusa vers la Sicile. Salvini a accusé la gauche mercredi de vouloir les "cacher" avant son arrivée.

La minuscule ville de Lampedusa est réputée pour ses magnifiques plages, mais sa situation plus proche de la Tunisie que de la Sicile l'a placée en première ligne de la migration vers l'Europe.

La Méditerranée centrale est la voie migratoire la plus meurtrière au monde, avec près de 20.000 morts et disparitions depuis 2014, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

L'Italie a enregistré plus de 42.000 débarquements de migrants depuis le 1er janvier, contre près de 30.000 au cours de la même période l'année dernière et 14.400 en 2020.

Et le rythme ne semble pas devoir ralentir. Les ONG SOS Méditerranée, Médecins sans frontières (MSF) et Sea-Watch ont secouru plus de 1.000 personnes en mer ces derniers jours.

Le navire Geo Barents de MSF transporte actuellement 659 personnes, dont plus de 150 mineurs, mais malgré les demandes adressées à l'Italie et à Malte, aucun port ne leur a encore été assigné.

"Pour certains, c'est maintenant le 7ème jour à bord du Geo Barents. La situation devient de plus en plus précaire et les rations alimentaires sont à la baisse", a tweeté mercredi MSF.

Dans une déclaration conjointe diffusée mercredi, ces ONG ont appelé l'UE à reprendre ses activités de recherche et de secours pour les aider à répondre à l'afflux de migrants pendant l'été.

L'UE a mis fin à son opération controversée de lutte contre le trafic d'êtres humains en Méditerranée en 2020, la remplaçant par l'opération Irini, qui se concentre sur le maintien de l'embargo des Nations unies sur les armes à destination de la Libye.

"La suppression des moyens européens de recherche et de sauvetage (...) s'est avérée meurtrière et inefficace pour prévenir les traversées dangereuses", a regretté  Xavier Lauth, directeur des opérations de SOS Méditerranée.


Ethiopie: une attaque dans une église orthodoxe fait deux morts

Un prêtre à l'église Bole Medhanialem d'Addis-Abeba, le 20 juin 2021, lors d'un service matinal alors que les femmes se rassemblent (Photo, AFP).
Un prêtre à l'église Bole Medhanialem d'Addis-Abeba, le 20 juin 2021, lors d'un service matinal alors que les femmes se rassemblent (Photo, AFP).
Short Url
  • Deux personnes ont été tuées et quatre autres grièvement blessées à Shashemene, dans la région d'Oromia, selon le Tewahedo Media Center
  • L'archevêque Abune Henok a appelé les autorités d'Oromia, la région la plus étendue d'Ethiopie, à cesser la «persécution» des chrétiens orthodoxes

NAIROBI: Deux jeunes chrétiens orthodoxes ont été tués samedi lors d'une attaque dans une église de cette obédience dans le sud de l'Ethiopie, a annoncé un média lié à ce culte.

Deux personnes ont été tuées et quatre autres grièvement blessées à Shashemene, dans la région d'Oromia, selon le Tewahedo Media Center (TMC), organe de l'église ortodoxe dans ce pays. Abune Henok, l'archevêque du diocèse d'Addis Abeba, y a qualifié cette attaque de "honteuse et déchirante".

Le TMC a accusé les forces de sécurité d'avoir mené cette attaque dans la ville située à environ 250 kilomètres au sud de la capitale.

Il était impossible dans l'immédiat de vérifier ces informations de manière indépendante.

L'archevêque Abune Henok a appelé les autorités d'Oromia, la région la plus étendue d'Ethiopie, à cesser la "persécution" des chrétiens orthodoxes, selon le TMC.

Cet incident intervient dans un contexte de tensions au sein de l'Eglise orthodoxe éthiopienne Tewahedo, après que des évêques rebelles ont créé le mois dernier leur propre synode dans la région d'Oromia, la plus peuplée du pays.

L'unité de cette Eglise, l'une des plus anciennes au monde et qui compte environ 40% des 115 millions d'Ethiopiens, est dès lors menacée.

L'Eglise Tewahedo, dirigée par le patriarche Abune Mathias depuis une décennie, a déclaré la scission illégale et excommunié les évêques impliqués.

L'Eglise a également accusé le gouvernement du Premier ministre Abiy Ahmed d'interférer dans ses affaires et de faire des déclarations qui de fait reconnaissent le "groupe illégitime".

M. Abiy, lui-même issu de la communauté Oromo, a appelé cette semaine les responsables au dialogue et affirmé que les deux parties avaient "leur propre vérité".

Les prêtres dissidents accusent l'Eglise de discrimination et d'hégémonie linguistique et culturelle, en faisant valoir qu'elle ne s'adresse pas aux congrégations en Oromia dans leur langue maternelle, des plaintes balayées par le patriarcat.

Le Conseil œcuménique des Eglises (COE) a publié vendredi une déclaration exprimant sa "profonde inquiétude" face aux tensions au sein de l'institution éthiopienne.

"Nous appelons tous les dirigeants politiques d'Ethiopie à soutenir l'Eglise orthodoxe éthiopienne Tewahedo dans ses efforts pour parvenir à l'unité et à la paix entre ses membres", a déclaré le secrétaire général du COE, Jerry Pillay.


Chili: 16 morts dans des incendies de forêts, selon un nouveau bilan

Vue d'un incendie à Santa Juana, dans la province de Concepcion, Chili, le 3 février 2023 (Photo, AFP).
Vue d'un incendie à Santa Juana, dans la province de Concepcion, Chili, le 3 février 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • Samedi, sur 251 feux actifs, 80 sont hors de contrôle, a précisé le Service national de prévention et de réponse aux catastrophes
  • Ces incendies se produisent pendant une vague de chaleur extrême avec des températures proches de 40ºC

CONCEPCION, Chili: Au moins 16 personnes sont mortes dans plus de 250 incendies de forêt survenus dans le centre du Chili, où sévit une intense vague de chaleur, selon un nouveau bilan présenté samedi par les autorités.

Samedi, sur 251 feux actifs, 80 sont hors de contrôle, a précisé le Service national de prévention et de réponse aux catastrophes (Senapred).

Selon lui, 24 autres personnes ont été blessées et 88 habitations ont été détruites.

Un précédent bilan faisait état vendredi de 13 morts. Parmi eux, un pilote de nationalité bolivienne et un mécanicien de nationalité chilienne qui se sont écrasés dans un hélicoptère qui luttait contre les feux, selon le Senapred.

Ces incendies se produisent pendant une vague de chaleur extrême avec des températures proches de 40ºC, ce qui fait craindre aux autorités une catastrophe comme celle de 2017.

Cette année là, un gigantesque incendie de forêt avait fait 11 morts, quelque 6 000 sinistrés, détruit plus de 1 500 maisons et ravagé 467 000 hectares de terres.


Ethiopie: le gouvernement annonce l'envoi de fonds au Tigré

Dans cette photo d'archive prise le 05 juin 2022, Abiy Ahmed, Premier ministre éthiopien, observe une minute de silence lors d'une cérémonie en l'honneur des membres de la police fédérale à Addis-Abeba, en Éthiopie. (Photo, AFP)
Dans cette photo d'archive prise le 05 juin 2022, Abiy Ahmed, Premier ministre éthiopien, observe une minute de silence lors d'une cérémonie en l'honneur des membres de la police fédérale à Addis-Abeba, en Éthiopie. (Photo, AFP)
Short Url
  • 90 millions de dollars seront envoyés vers la capitale du Tigré afin d'y faire redémarrer les services bancaires dans cette région ravagée par la guerre
  • Vendredi, le Premier ministre avait rencontré pour la première fois des chefs tigréens depuis un accord de paix signé en novembre

NAIROBI: Le gouvernement éthiopien a annoncé samedi qu'il avait commencé à envoyer l'équivalent d'environ 90 millions de dollars vers la capitale du Tigré afin d'y faire redémarrer les services bancaires dans cette région ravagée par la guerre.

"Conformément à la décision prise par le Premier ministre Abiy, la Banque nationale a commencé à envoyer cinq milliards de birr à Mekele pour les distribuer à partir de lundi", a tweeté Redwan Hussein, conseiller à la sécurité nationale d'Abiy Ahmed.

Il a ajouté qu'à partir de samedi, la compagnie aérienne nationale Ethiopian Airlines augmentait le nombre de ses vols vers la région, passant de trois à cinq par jour.

Vendredi, le Premier ministre avait rencontré pour la première fois des chefs tigréens depuis un accord de paix signé en novembre, après un conflit sanglant ayant opposé le gouvernement fédéral aux rebelles de cette région du nord de l'Ethiopie.

L'accord de paix du 2 novembre à Pretoria, en Afrique du Sud, prévoit notamment un désarmement des forces rebelles, le rétablissement de l'autorité fédérale au Tigré et la réouverture des accès et communications vers cette région coupée du monde depuis mi-2021.

Depuis l'accord signé dans la capitale sud-africaine, les combats se sont arrêtés et les livraisons d'aide au Tigré ont repris, sachant que cette région fait de longue date face à de graves pénuries de nourriture, de carburant, d'argent et de médicaments.

La guerre, qui avait éclaté en novembre 2020, a déplacé plus de deux millions de personnes et placé des centaines de milliers de personnes dans des conditions proches de la famine, selon l'ONU. Les Etats-Unis évaluent le nombre de morts à 500.000.