Washington révèle un plan iranien pour assassiner un ex-haut responsable américain

Le ministère de la Justice a déclaré qu'un agent iranien a été inculpé dans un complot visant à assassiner l'ancien membre de la sécurité nationale de l'administration Trump, John Bolton. (Fichier/AP)
Le ministère de la Justice a déclaré qu'un agent iranien a été inculpé dans un complot visant à assassiner l'ancien membre de la sécurité nationale de l'administration Trump, John Bolton. (Fichier/AP)
Short Url
Publié le Mercredi 10 août 2022

Washington révèle un plan iranien pour assassiner un ex-haut responsable américain

  • Le ministère américain de la Justice a déclaré avoir découvert un complot iranien visant à tuer l'ancien conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche
  • Le complot a été révélé aux autorités par la personne supposée assassiner M. Bolton, dont l'identité n'a pas été révélée

WASHINGTON : La justice américaine a révélé mercredi un complot dirigé par un membre des Gardiens de la révolution iraniens pour assassiner John Bolton, ancien conseiller à la Sécurité nationale de la Maison Blanche.

Le ministère américain de la Justice a précisé dans un communiqué que Shahram Poursafi, alias Mehdi Rezayi, 45 ans, était inculpé par contumace pour avoir offert le versement de 300 000 dollars à des individus aux Etats-Unis pour tuer John Bolton, qui fut également ambassadeur des Etats-Unis à l'ONU, apparemment pour venger la mort du général iranien Qassem Soleimani, tué en janvier 2020 dans une frappe américaine.

Le complot a été révélé aux autorités par la personne supposée assassiner M. Bolton, dont l'identité n'a pas été révélée.

Selon le communiqué, entre octobre 2021 et avril 2022,  Shahram Poursafi a contacté cette source confidentielle en utilisant une messagerie chiffrée, lui donnant des instructions pour localiser, photographier puis tuer M. Bolton, considéré comme un faucon, voire un va-t-en guerre sur le dossier iranien.

Il lui a ordonné d'ouvrir un compte en cryptomonnaie, puis lui a donné l'adresse professionnelle de l'ancien conseiller de Donald Trump, avant de le presser de mettre le plan à exécution avant le premier anniversaire de la mort de Soleimani.

Le puissant général iranien, architecte de la stratégie iranienne au Moyen-Orient, était le chef de la Force Qods, l'unité chargée des opérations extérieures au sein des Gardiens de la révolution. Il a été tué le 3 janvier 2020 dans une frappe de drone à Bagdad.

La date anniversaire passée, Shahram Poursafi a continué à pousser la source confidentielle à tuer M. Bolton, lui promettant un autre contrat d'un million de dollars si la première opération réussissait.

Le FBI a publié un avis de recherche de Poursafi avec plusieurs photos dont deux le montrant revêtu de l'uniforme des Gardiens de la Révolution.

"Lors de leurs échanges, la source confidentielle a plusieurs fois fait référence à Poursafi comme étant lié à la Force Qods. Poursafi n'a jamais nié", a noté la justice américaine.

S'il est arrêté, ce qui est peu probable car il semble se trouver en Iran, Shahram Poursafi risque jusqu'à 25 ans de prison aux Etats-Unis.


Russie: un militaire blessé lors d'une fusillade dans un centre de mobilisation de l'armée

Des militaires se tiennent devant un char lors des exercices militaires sur le terrain d'entraînement de Sergeevskyi à l'extérieur de la ville d'Ussouriysk, dans l'Extrême-Orient russe, le 6 septembre 2022 (Photo, AFP).
Des militaires se tiennent devant un char lors des exercices militaires sur le terrain d'entraînement de Sergeevskyi à l'extérieur de la ville d'Ussouriysk, dans l'Extrême-Orient russe, le 6 septembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Cet incident survient alors que des protestations se sont fait entendre en Russie contre la mobilisation partielle ordonnée le 21 septembre par Vladimir Poutine
  • Selon l'ONG OVD-Info, plus de 2 300 personnes ont été interpellées depuis cette annonce lors d'actions contre la mobilisation militaire

PARIS: Un homme a ouvert le feu lundi dans un centre de recrutement de l'armée russe en Sibérie, blessant grièvement un militaire qui y travaillait, a indiqué un responsable, en pleine mobilisation partielle pour combattre en Ukraine.

"Le commissaire militaire Alexandre Elisseïev est en réanimation, dans un état très grave (...) Le tireur a été immédiatement arrêté. Il sera obligatoirement puni!", a indiqué sur Telegram le gouverneur de la région d'Irkoutsk, Igor Kobzev.

Il a précisé que la fusillade a eu lieu dans le centre de recrutement militaire d'Oust-Ilimsk, une ville industrielle située en pleine Sibérie, à 600 kilomètres au nord d'Irkoutsk.

Dans un communiqué, le Comité d'enquête russe a précisé que le suspect était un habitant de cette ville âgé de 25 ans.

"J'ai honte qu'une telle chose se produise à un moment où, au contraire, nous devrions être unis, et ne pas se battre les uns contre les autres, mais contre les menaces réelles", a ajouté le gouverneur.

Cet incident survient alors que des protestations se sont fait entendre en Russie contre la mobilisation partielle ordonnée le 21 septembre par Vladimir Poutine.

Selon l'ONG OVD-Info, plus de 2 300 personnes ont été interpellées depuis cette annonce lors d'actions contre la mobilisation militaire. D'importants départs de Russes vers des pays frontaliers ont également été signalés.


Brésil: à J-7 de la présidentielle, une victoire de Lula au 1er tour possible

Luiz Inacio Lula da Silva, candidat présidentiel du Brésil pour le Parti des travailleurs (Photo, AFP).
Luiz Inacio Lula da Silva, candidat présidentiel du Brésil pour le Parti des travailleurs (Photo, AFP).
Short Url
  • C'est avec constance que les enquêtes d'opinion accordent depuis des mois un troisième mandat pour diriger la première puissance d'Amérique latine à Lula
  • Si 11 candidats s'alignent au départ, c'est la lutte entre l'ancien président Luiz Inacio Lula da Silva et Jair Bolsonaro qui accapare l'attention

RIO DE JANEIRO: A une semaine de la présidentielle, le Brésil entre dans la dernière ligne droite d'une campagne électorale ultra-polarisée se résumant à un duel sans merci entre Jair Bolsonaro et Lula, dont l'élection dès le premier tour paraît possible.

Si 11 candidats s'alignent au départ, c'est la lutte entre l'ancien président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva (47% des intentions de vote selon le dernier sondage Datafolha) et le président d'extrême droite Jair Bolsonaro (33%) qui accapare l'attention.

"Nous devons parler aux indécis et à ceux qui envisagent de ne pas aller voter", a déclaré Lula lors d'un meeting dimanche devant des milliers de soutiens à l'école de samba Portela, à Rio.

C'est avec constance que les enquêtes d'opinion accordent depuis des mois un troisième mandat pour diriger la première puissance d'Amérique latine à Lula, président de 2003 à 2010 et chef de file du Parti des Travailleurs (PT, gauche).

"Le gouvernement de Lula a été très bon: mes enfants ont pu avoir leur diplôme à l'université, j'ai pu moi-même acheter une voiture. Je veux son retour car je voudrais que tout redevienne comme avant", dit à l'AFP Sandra Chaves, une femme de couleur de 60 ans venue dimanche entendre Lula à l'école de samba Portela.

Ralliements à Lula
L'ancien métallo avait quitté le pouvoir sur des taux d'approbation stratosphériques (87%), avant de connaître la disgrâce de la prison pour corruption (2018-2019) et d'être empêché de se représenter. Son élection, à 76 ans, marquerait un come-back remarquable.

Il bénéficie d'une dynamique. "Les sondages disent qu'il y a une réelle possibilité que Lula gagne dès le premier tour" du 2 octobre, note Fernanda Magnotta, analyste à la fondation FAAP, à Sao Paulo.

Lula pourrait bénéficier du "vote utile" si "les électeurs de candidats moins compétitifs tel Ciro Gomes migrent vers lui", explique-t-elle, au sujet du candidat de centre gauche, 3e dans les sondages (7%) devant Simone Tebet (centre droit, 5%).

Le "vote utile", qui fait beaucoup parler de lui, est devenu le thème dominant de la campagne de Lula.

Ces derniers jours, Lula a surfé sur une vague de soutiens: l'ex-président Fernando Henrique Cardoso (1995-2003) a demandé aux Brésiliens de voter "pour la démocratie", son ex-ministre de l'Environnement Marina Silva s'est ralliée à lui après une longue brouille.

Des hommes politiques et des intellectuels de gauche d'Amérique latine ont demandé à Ciro Gomes de se retirer pour faciliter la victoire de Lula.

Mais vendredi, Jair Bolsonaro, 67 ans, du Parti libéral (PL), assurait lors d'un meeting dans le Minas Gerais (sud-est): "Nous allons vaincre au 1er tour".

Fraude électorale
"Si Dieu le veut, nous gagnerons dès le premier tour", a-t-il répété dimanche en direct sur les réseaux sociaux. "L'autre camp ne réunit pas le peuple dans la rue, comment gagnerait-il dès le premier tour? Ca me paraît difficile... non: impossible. Point final", a ajouté le président sortant.

Sur Telegram, les réseaux bolsonaristes mènent campagne pour expliquer que si leur champion n'est pas élu dès le 2 octobre, c'est que l'élection aura été frauduleuse.

La crainte d'un remake brésilien de l'assaut du Capitole est dans tous les esprits.

"Ca peut être dangereux", dit Mme Magnotta, "Bolsonaro va très probablement invoquer la fraude électorale, comme Donald Trump, cela va galvaniser ses soutiens".

Car l'ex-capitaine de l'Armée peut compter sur des bataillons de partisans prêts à tout. Lui-même a plusieurs fois attaqué violemment les institutions de la jeune démocratie brésilienne, telle la Cour suprême, et mené une virulente campagne contre les urnes électroniques, qui favoriseraient selon lui "la fraude".

Mais baissant soudainement le ton, ce président imprévisible a aussi déclaré que s'il perdait, il se retirerait de la politique.

Impossible donc de prévoir la suite des événements au soir du premier tour.

«Voleur», «incompétent»
La campagne de Bolsonaro et Lula a été plus marquée par des attaques personnelles -- "voleur", "incompétent" -- que par la présentation de programmes.

Le quotidien O Globo appelait samedi Lula à proposer "un projet économique cohérent", car "s'il gagne, personne ne sait comment il va gouverner".

Les candidats ont sillonné le gigantesque Brésil et tenu d'innombrables meetings en gilet pare-balles.

Le thème de l'environnement et du climat, dans ce pays abritant l'Amazonie, est passé à la trappe, contrairement à la faim, l'inflation ou la corruption, préoccupations de la majorité des 214 millions de Brésiliens.

Pour ratisser large, Lula a tenté de séduire les évangéliques qui constituent le socle de l'électorat de Jair Bolsonaro avec l'agronégoce et les pro-armes.

Il s'est aussi choisi pour colistier le très modéré ex-gouverneur de Sao Paulo Geraldo Alckmin, du centre droit, afin de rassurer les marchés qui voient avec appréhension son élection.

M. Bolsonaro tente de son côté de séduire sans succès un électorat féminin qui majoritairement le fuit pour ses propos sexistes et a labouré le Nordeste, fief de Lula, sans beaucoup d'effet non plus, selon les sondages.

Les fausses informations déferlent comme jamais sur les réseaux sociaux. Elles sont aussi abondamment relayées par les présidentiables eux-mêmes, à la télévision, et jusqu'à la tribune de l'ONU mardi dernier par Jair Bolsonaro.

La semaine qui s'ouvre va voir les ennemis jurés jeter leurs dernières forces dans la bataille, avec de gros meetings et, jeudi, un débat télévisé très attendu, où, contrairement à samedi, Lula devrait être présent.


Conséquences «catastrophiques» si Moscou utilise l'arme nucléaire, prévient la Maison Blanche

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken (Photo, Reuters).
Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken (Photo, Reuters).
Short Url
  • Un haut conseiller du président Joe Biden a alerté sur les conséquences catastrophiques d'une utilisation de l'arme nucléaire
  • Washington a déjà émis plusieurs mises en garde, avec un vocabulaire de plus en plus dur, contre un éventuel recours à l'arme nucléaire

WASHINGTON: Les Etats-Unis ont demandé via des canaux privés à la Russie de mettre fin à son discours agitant la menace nucléaire dans la guerre en Ukraine, une arme dont l'utilisation aurait, prévient Washington, des conséquences "catastrophiques".

"Nous avons été très clairs avec les Russes, publiquement et en privé, pour qu'ils cessent de parler d'armes nucléaires", a déclaré le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, dans un entretien à la chaîne CBS News diffusé dimanche.

"Il est très important que Moscou nous entende et sache que les conséquences seraient horribles. Et nous avons été très clairs à ce sujet", a souligné le secrétaire d'Etat. "Toute utilisation d'armes nucléaires aurait des effets catastrophiques pour le pays qui les utilise, bien sûr, mais aussi pour beaucoup d'autres".

Un peu plus tôt, le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche avait déjà mis en garde contre les conséquences "catastrophiques" en cas d'utilisation de l'arme nucléaire par Moscou.

"Nous avons la capacité de parler directement à haut niveau (aux Russes), de leur dire clairement quel est notre message et d'entendre le leur", avait aussi dit Jake Sullivan sur NBC.

"Cela s'est produit fréquemment ces derniers mois, cela s'est même produit ces derniers jours", a-t-il indiqué, sans toutefois vouloir préciser la nature exacte des canaux de communication employés, afin de "les protéger."

Mercredi dans un discours télévisé, Vladimir Poutine avait fait une allusion à la bombe atomique en se disant prêt à utiliser "tous les moyens" dans son arsenal face à l'Occident qu'il a accusé de vouloir "détruire" la Russie. "Ce n'est pas du bluff", avait aussi assuré le président russe.

Washington a déjà émis plusieurs mises en garde, avec un vocabulaire de plus en plus dur, contre un éventuel recours à l'arme nucléaire de Moscou.

Interrogé le 16 septembre, avant que le président russe n'agite implicitement cette menace, Joe Biden avait lancé ce message: "Ne le faites pas. Ne le faites pas. Ne le faites pas. Vous changeriez la face de la guerre d'une manière jamais vue depuis la Seconde Guerre mondiale."

Doctrine militaire russe

Il avait averti que la réponse américaine serait "conséquente", mais sans plus de précision.

Washington avait auparavant déjà dit prendre "au sérieux" cette menace, et promis une réponse "sévère."

La Russie et les Etats-Unis sont les plus grandes puissances nucléaires du monde.

La doctrine militaire russe autorise l'utilisation d'armes nucléaires tactiques sur le champ de bataille pour forcer un ennemi à battre en retraite.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, invité lors d'une conférence de presse samedi aux Nations unies à préciser les déclarations du président Poutine, a répondu que la doctrine de Moscou était "un document public".

Mais la doctrine militaire russe prévoit aussi la possibilité de recourir à des frappes nucléaires si des territoires considérés comme siens par Moscou sont attaqués, ce qui pourrait être prochainement le cas avec les régions ukrainiennes dans lesquels se déroulent depuis vendredi des référendums d'annexion.

Ces scrutins, qualifiés de "simulacres" sans valeur juridique par Kiev et ses alliés occidentaux, se déroulent dans les régions de Donetsk et de Lougansk, qui forment le bassin minier du Donbass, dans l'est de Ukraine, ainsi que dans les zones occupées de Kherson et de Zaporijjia, dans le sud du pays.

De son côté, Volodymyr Zelensky a dit sur CBS prendre très au sérieux les menaces de son homologue russe, en se fondant sur les frappes qu'il accuse Moscou d'avoir commises à proximité notamment de la centrale nucléaire de Zaporijjie, la plus grande d'Europe.

"Donc, il veut effrayer le monde entier", a fait valoir le président ukrainien. "Ce sont les premières étapes de son chantage nucléaire. Je ne pense pas qu'il bluffe".

L'arme nucléaire a été utilisée deux fois dans l'histoire, en 1945, lorsque les Etats-Unis ont détruit les villes japonaises d'Hiroshima et de Nagasaki, tuant plus de 200.000 personnes. Le Japon impérial s'est rendu quelques jours plus tard, mettant fin à la Seconde Guerre mondiale.