Iran: procès de Mostafa Tajzadeh, une figure du mouvement réformateur

Mostafa Tajzadeh du comité de direction de la participation réformiste Iran islamique. (Reuters)
Mostafa Tajzadeh du comité de direction de la participation réformiste Iran islamique. (Reuters)
Short Url
Publié le Dimanche 14 août 2022

Iran: procès de Mostafa Tajzadeh, une figure du mouvement réformateur

  • M. Tajzadeh a été inculpé de «trois chefs d'accusation dont celui de complot contre la sécurité nationale»
  • Ancien vice-ministre de l’Intérieur sous la présidence du réformateur Mohammad Khatami (1997-2005), Tajzadeh avait été arrêté en 2009

TÉHÉRAN : Le procès de Mostafa Tajzadeh, un célèbre militant réformateur, détenu depuis juillet pour atteinte à la sécurité d'Etat, s'est ouvert samedi devant un tribunal révolutionnaire à Téhéran, selon Mizan Online, l'agence de l'Autorité judiciaire.

Arrêté le 8 juillet à son domicile, M. Tajzadeh, 65 ans, est une figure du mouvement réformateur. Il s'était présenté à la présidentielle 2021 mais sa candidature avait été refusée.

Selon Mizan, M. Tajzadeh a été inculpé de «trois chefs d'accusation dont celui de complot contre la sécurité nationale».

«Tajzadeh a refusé de répondre aux questions du président du tribunal» et ce dernier a annoncé qu'il allait prononcer ultérieurement le jugement, a déclaré Mizan.

«Il y a trois jours, je suis allé à la prison d'Evin pour rencontrer mon client avec l'autorisation du tribunal», a indiqué l'avocat de M. Tajzadeh, Houshang Pourbabaï, cité dimanche par le journal réformateur Etemad.

«Mon client a refusé de me rencontrer car il ne pouvait pas me parler face à face» a-t-il déclaré, ajoutant que M. Tajzadeh avait annoncé qu'il «ne comparaîtrait pas devant le tribunal».

Citée par Etemad, l'épouse de M. Tajzadeh a indiqué dimanche que le militant réformateur avait été «contraint de se présenter devant le tribunal».

Ancien vice-ministre de l’Intérieur sous la présidence du réformateur Mohammad Khatami (1997-2005), Tajzadeh avait été arrêté en 2009 après l'annonce officielle de la réélection à la présidence de Mahmoud Ahmadinejad, contestée par une opposition rassemblée autour des candidats réformateurs malheureux Mehdi Karoubi et Mir Hossein Moussavi.

La coalition réformatrice a déclaré vouloir faire part au chef du pouvoir judiciaire de «ses inquiétudes» au sujet de M. Tajzadeh, selon le journal Etemad.

Depuis sa libération en 2016, il appelle régulièrement les autorités à libérer les deux dirigeants de cette contestation assignés à résidence depuis près de douze ans.

Ces derniers temps, les autorités iraniennes ont mené de nombreuses arrestations dont le cinéaste et opposant Jafar Panahi, l'un des cinéastes iraniens les plus primés.


Harvey Weinstein jugé à Los Angeles à partir de lundi

L'ancien producteur de films Harvey Weinstein (à gauche) interagit avec son avocat Mark Werksman au tribunal du Clara Shortridge Foltz Criminal Justice Center de Los Angeles, en Californie, le 4 octobre 2022. (Photo par Etienne Laurent / Pool / AFP)
L'ancien producteur de films Harvey Weinstein (à gauche) interagit avec son avocat Mark Werksman au tribunal du Clara Shortridge Foltz Criminal Justice Center de Los Angeles, en Californie, le 4 octobre 2022. (Photo par Etienne Laurent / Pool / AFP)
Short Url
  • Agé de 70 ans, le producteur de «Pulp Fiction» purge depuis 2020 une peine de 23 ans de prison pour agressions sexuelles et viol à New York
  • En cas de condamnation, l'ancien magnat d'Hollywood encourt jusqu'à 140 ans de prison, en plus de sa condamnation new-yorkaise, dont l'appel a été rejeté

LOS ANGELES : L'ex-producteur de cinéma déchu Harvey Weinstein, déjà condamné à New York, va être jugé lors d'un nouveau procès pour viols et agressions sexuelles qui s'ouvre lundi à Los Angeles, cinq ans après les révélations sur son comportement de prédateur et le début du mouvement #MeToo.

Agé de 70 ans, le producteur de «Pulp Fiction» purge depuis 2020 une peine de 23 ans de prison pour agressions sexuelles et viol à New York.

Pour ce nouveau procès à Los Angeles, une ville où il régnait autrefois en maître sur Hollywood, il est accusé d'avoir violé ou sexuellement agressé cinq femmes dans des hôtels, entre 2004 et 2013.

L'audience, qui doit durer deux mois, débutera lundi avec le choix des jurés. En juillet 2021, M. Weinstein avait plaidé non coupable lors d'auditions préliminaires devant le tribunal de Los Angeles, où il était apparu en fauteuil roulant revêtu avec sa combinaison de détenu marron.

En cas de condamnation, l'ancien magnat d'Hollywood encourt jusqu'à 140 ans de prison, en plus de sa condamnation new-yorkaise, dont l'appel a été rejeté. Il est également inculpé au Royaume-Uni pour des agressions sexuelles qui remonteraient à 1996.

Les accusations tentaculaires concernant le comportement de prédateur de M. Weinstein ont éclaté en 2017 et sa condamnation en mars 2020 à New York, suivie d'une mise sous écrou immédiate, a constitué une victoire majeure du mouvement #MeToo.

Au total, près de 90 femmes dont Angelina Jolie, Gwyneth Paltrow et Rosanna Arquette ont accusé Harvey Weinstein de harcèlement, d'agressions sexuelles, ou de viols. Mais le délai de prescription a été dépassé dans nombre de ces affaires, dont certaines remontent à 1977.

L'ancien producteur a toujours assuré que toutes ses accusatrices étaient consentantes.

Les allégations ne sont «pas prouvées, pas crédibles et non fondées», avait déclaré son avocat Mark Werksman en juillet 2021 à la presse, plaidant qu'il n'existait aucune preuve médico-légale ou de témoin crédible pour les étayer.

- Film sur son emprise -

Lors du procès de New York, l'accusation a demandé aux jurés de croire en la parole des victimes, sans présenter des éléments médico-légaux et sans appeler de témoin à la barre.

En Californie, Harvey Weinstein est notamment accusé d'avoir violé une mannequin italienne dans un hôtel de Beverly Hills en février 2013, puis d'avoir agressé sexuellement Lauren Young, une actrice en devenir, dans la salle de bain d'un autre hôtel.

Cette dernière, la seule accusatrice à ne pas être anonyme dans cette affaire, avait déjà témoigné lors du procès de New York.

Tenir un nouveau procès à Los Angeles est essentiel pour les victimes, avait martelé l'an dernier l'avocate de plusieurs d'entre elles, en soulignant que celles-ci n'ont «jusqu'à présent eu aucun accès à la justice».

Depuis la chute de M. Weinstein, la libération de la parole provoquée par le mouvement #MeToo a fait émerger une quantité impressionnante d'accusations, débouchant sur de nombreuses procédures judiciaires.

L'acteur Kevin Spacey est par exemple actuellement jugé à New York dans un procès civil intenté par l'acteur américain Anthony Rapp, qui l'accuse «d'agression sexuelle» quand il avait 14 ans en 1986.

Le nouveau procès de M. Weinstein coïncide également avec la première du film «She Said», qui sera présenté la semaine prochaine au New York Film Festival et retrace l'enquête des deux journalistes du New York Times sur l'emprise et les méfaits du tout puissant producteur.

Avant sa chute, son influence sur Hollywood était immense. A la fin des années 1970, il avait fondé le studio Miramax avec son frère, revendu à Disney en 1993, puis The Weinstein Company, derrière de grands succès, comme «Inglourious Basterds» de Tarantino.

Au fil des années, les films produits par Weinstein ont reçu plus de 300 nominations aux Oscars et 81 statuettes.


L'Australie veut faire pousser des plantes sur la lune d'ici 2025

La pleine lune se lève sur la plage de Bondi à Sydney, le 21 septembre 2021. (Photo de Saeed KHAN / AFP)
La pleine lune se lève sur la plage de Bondi à Sydney, le 21 septembre 2021. (Photo de Saeed KHAN / AFP)
Short Url
  • Les graines seront transportées par le vaisseau spatial Beresheet 2 - une mission spatiale privée israélienne
  • Les types de plantes seront choisis en fonction de leur capacité à résister à des conditions météorologiques extrêmes mais aussi en fonction de la vitesse de leur germination

SYDNEY : Des scientifiques australiens veulent tenter de faire pousser des plantes sur la lune d'ici 2025 dans le cadre d'une nouvelle mission dévoilée vendredi avec pour objectif de développer une colonie.

«Ce projet est une première étape vers une culture des plantes pour l'alimentation, la médecine et la production d'oxygène, qui sont toutes cruciales pour l'établissement d'une vie humaine sur la lune», ont déclaré les chercheurs dans un communiqué.

Brett Williams, biologiste des plantes à l'université de technologie du Queensland, a fait savoir que les graines seront transportées par le vaisseau spatial Beresheet 2 - une mission spatiale privée israélienne.

Après l'atterrissage et une fois en terre, les graines seront arrosées dans une chambre scellée et les scientifiques surveilleront tout signe de germination.

Les types de plantes seront choisis en fonction de leur capacité à résister à des conditions météorologiques extrêmes mais aussi en fonction de la vitesse de leur germination.

A part créer les prémices d'une vie humaine sur la lune, cette mission pourrait également servir de laboratoire pour trouver des solutions aux problèmes de sécurité alimentaire causé par le réchauffement climatique, avance Caitlin Byrt, professeure à l'université nationale australienne.

«Si l'on peut créer un système pour faire pousser des plantes sur la lune, alors on peut créer un système pour faire pousser des aliments dans certains des environnements les plus difficiles sur Terre», a-t-elle  noté dans un communiqué.

Ce projet est dirigé par l'organisation Lunaria One, qui inclut des scientifiques australiens et israéliens.


En Chine, Xi mène une «purge» anti-corruption avant le congrès

Xi Jinping a déjà fait passer trois importants rouages du pouvoir (l'armée, l'appareil de propagande et les services de sécurité) sous son contrôle, après avoir évincé les voix critiques et placé ses protégés. (AFP)
Xi Jinping a déjà fait passer trois importants rouages du pouvoir (l'armée, l'appareil de propagande et les services de sécurité) sous son contrôle, après avoir évincé les voix critiques et placé ses protégés. (AFP)
En 10 ans, Xi Jinping aura réussi à créer autour de lui un quasi-culte de la personnalité, jamais vu depuis celui entourant le fondateur du régime, Mao Tsé-toung. (AFP)
En 10 ans, Xi Jinping aura réussi à créer autour de lui un quasi-culte de la personnalité, jamais vu depuis celui entourant le fondateur du régime, Mao Tsé-toung. (AFP)
Short Url
  • Le congrès est l'occasion pour le président de réduire la menace d'autres factions en promouvant des alliés à des postes importants au sein du PCC
  • Xi Jinping devrait obtenir un troisième mandat inédit à la tête de la Chine, contrairement aux règles non écrites du pouvoir chinois qui prévalaient depuis les années 1990

PEKIN: Avant l'important congrès du Parti communiste (PCC) mi-octobre, le président chinois Xi Jinping mène une "dernière série de purges" via sa campagne anti-corruption, afin de consolider son pouvoir, selon des analystes.

Il l'a lancée à son arrivée au pouvoir il y a 10 ans, promettant de faire tomber les "tigres" (hauts dirigeants) et les "mouches" (petits fonctionnaires) avides de pots-de-vins et malversations diverses.

Depuis, au moins 1,5 million de personnes ont été sanctionnées selon les chiffres officiels, et la Chine a progressé, dans le bon sens, selon le classement de l'ONG Transparency International sur la perception de la corruption.

Mais pour ses critiques, la campagne est aussi pour Xi Jinping un outil politique, destiné à faire tomber des rivaux. Et l'approche du congrès a accéléré la tendance.

Depuis début 2022, des sanctions ont été prononcées dans quelque 1.110 affaires.

Parmi elles figurent celles de Sun Lijun, ancien vice-ministre de la Sécurité publique, et Fu Zhenghua, ex-ministre de la Justice, condamnés à passer le reste de leur vie derrière les barreaux.

"Cette dernière série de purges, déguisée en campagne anti-corruption, permettra à Xi d'avoir un contrôle plus étroit, voire absolu, sur les questions de nominations et de politique" lors du congrès, estime Willy Lam, spécialiste du PCC à l'Université chinoise de Hong Kong.

Xi Jinping devrait obtenir un troisième mandat inédit à la tête de la Chine, contrairement aux règles non écrites du pouvoir chinois qui prévalaient depuis les années 1990.

Fruits de mer 

Sun Lijun avait jadis la confiance du président. C'est même lui qui avait supervisé les questions de sécurité à Hong Kong durant les manifestations en 2019.

Mais l'ancien vice-ministre serait tombé en disgrâce à cause de ses ambitions politiques, accusé de "porter gravement atteinte à l'unité du parti".

En janvier, il "avouait" à la télévision publique avoir accepté pour 13 millions d'euros de pots-de-vins, dissimulés... dans des boîtes de fruits de mer, en échange de promotions de carrière.

D'autres personnalités de sa "clique" politique, dont l'ex-ministre de la Justice et trois autres chefs provinciaux de la police, ont également été condamnées à de lourdes peines.

"L'affaire Sun Lijun est liée au contrôle absolu que Xi Jinping veut avoir sur l'appareil de sécurité, car c'est indispensable à ses desseins politiques" lors du congrès, estime Yun Sun, spécialiste de la Chine au centre de réflexion Stimson Center à Washington.

"C'est aussi un message de fermeté pour toutes les voix critiques de la gouvernance de Xi".

Malgré une façade d'unité, le Parti est composé de plusieurs factions rivalisant d'influence.

"Certains sont anti-Xi mais très pro-parti. Et ils n'aiment pas la direction prise par le parti sous sa gouvernance", estime Alex Payette, directeur du cabinet Cercius Group, basé à Montréal.

Le congrès est l'occasion pour le président de réduire la menace d'autres factions en promouvant des alliés à des postes importants au sein du PCC.

«Loyauté»

En 10 ans, Xi Jinping aura réussi à créer autour de lui un quasi-culte de la personnalité, jamais vu depuis celui entourant le fondateur du régime, Mao Tsé-toung.

Dès le collège, les élèves apprennent désormais la "pensée Xi Jinping".

Xi Jinping a déjà fait passer trois importants rouages du pouvoir (l'armée, l'appareil de propagande et les services de sécurité) sous son contrôle, après avoir évincé les voix critiques et placé ses protégés.

Le président et le nouveau ministre de la Sécurité publique, Wang Xiaohong, se connaissent ainsi depuis les années 1990, lorsque les deux travaillaient dans la province du Fujian (est).

"Xi Jinping sélectionne des personnes ayant montré une loyauté absolue à son égard durant plusieurs décennies", souligne Wu Muluan, expert en politique chinoise à l'Université nationale de Singapour.

Bien s'entourer est d'autant plus crucial qu'il doit faire face à un ralentissement économique, d'importantes tensions avec les Etats-Unis et une stratégie sanitaire chinoise anti-Covid qui isole son pays du reste du monde.

"Jouer la carte de l'anti-corruption est un outil très utile pour Xi pour envoyer un message au nombre encore considérable d'opposants dans les hautes sphères du parti", estime Willy Lam.

"Quiconque s'oppose peut écoper d'une peine d'emprisonnement (...) ou au moins être harcelé par l'agence anti-corruption, avec par exemple une surveillance 24 heures sur 24."