Ralentissement ou non? Le marché de l'emploi américain sur le fil du rasoir

Réserve fédérale continue d'augmenter les taux d'intérêt, le marché du travail commence à montrer des signes de ralentissement (Photo, AFP).
Réserve fédérale continue d'augmenter les taux d'intérêt, le marché du travail commence à montrer des signes de ralentissement (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 02 septembre 2022

Ralentissement ou non? Le marché de l'emploi américain sur le fil du rasoir

  • Le taux de chômage est attendu à 3,5%, comme en juillet, lorsqu'il avait pour la première fois retrouvé son niveau d'avant la pandémie
  • Le produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis s'est contracté aux deux premiers trimestres de 2022

WASHINGTON: Le marché du travail aux Etats-Unis pourrait avoir amorcé un ralentissement en août, et les créations d'emplois sont attendues moins nombreuses, mais la situation reste tendue avec une importante pénurie de main d'oeuvre.

Les chiffres officiels de l'emploi seront dévoilés vendredi à 08H30 (12H30 GMT). Le taux de chômage est attendu à 3,5%, comme en juillet, lorsqu'il avait pour la première fois retrouvé son niveau d'avant la pandémie, qui était le plus bas depuis 50 ans.

Mais les créations d'emplois, en revanche, pourraient avoir fortement ralenti, pour tomber à 300.000. Ce serait quasiment deux fois moins qu'en juillet.

Les emplois créés en août dans le seul secteur privé ont déçu: 315.000 créations étaient attendues, mais il n'y en a eu que 132.000, selon l'enquête mensuelle ADP/Stanford Lab, publiée mercredi.

"Nous pensons que ces chiffres suggèrent une transition vers un rythme d'embauche plus modéré", avait précisé Nela Richardson, cheffe économiste pour ADP, lors d'une conférence téléphonique.

Elle avait précisé que "les entreprises de toutes tailles essaient de comprendre la situation économique complexe", liée à l'"inflation élevée" et au manque de travailleurs au moment où les employeurs cherchent, eux, à embaucher de façon importante.

Ni le ralentissement économique, ni les craintes de récession, ni même les mesures prises par la banque centrale américaine (Fed) pour enrayer la demande et ainsi juguler l'inflation, n'ont jusqu'à présent eu raison de la santé de fer du marché de l'emploi.

Le marché du travail avait montré en juillet un dynamisme inattendu, retrouvant même son niveau d'avant la pandémie.

Avec plus d'un demi-million de nouvelles embauches, le taux de chômage est revenu à 3,5%, comme en février 2020, et les 22 millions d'emplois qui avaient été détruits à cause du Covid-19 ont désormais été recréés.

Il y avait, fin juillet, plus de 11 millions de postes vacants, soit deux pour chaque demandeur d'emploi. Ce sont encore plus de 4 millions de démissions qui avaient été enregistrées sur le mois, comme en juin.

Conditions tendues

Et les inscriptions hebdomadaires au chômage, qui donnent une indication sur le niveau des licenciements, ont baissé quasiment chaque semaine en août. Elles sont à des niveaux historiquement bas.

"Les conditions du marché du travail restent tendues malgré une croissance économique assez faible", relevait ainsi Nancy Vanden Houten, cheffe économiste pour Oxford Economics, dans une note publiée jeudi.

Le produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis s'est contracté aux deux premiers trimestres de 2022, ce qui correspond à la définition classique de la récession. Et si la première économie du monde ne semble cette fois pas entrer dans cette case, c'est notamment en raison de la santé de fer de son marché du travail.

La lutte contre la forte inflation, pourtant, passera par un ralentissement de l'emploi, et même sans doute par une hausse du taux de chômage.

Jerome Powell, le patron de la Fed, l'a martelé la semaine dernière à la conférence de Jackson Hole: revenir à la stabilité des prix entraînera "une longue période de croissance plus faible" ainsi qu'"un ralentissement du marché du travail".

D'autant plus que les entreprises sont confrontées depuis plus d'un an à une pénurie de main d'oeuvre, et, pour recruter, offrent des hausses de salaires, ce qui contribue à faire grimper les prix.

La Fed, à la manoeuvre face à l'inflation, relève progressivement ses taux directeurs, afin de rendre le crédit plus onéreux pour les particuliers et les entreprises, et ainsi ralentir la consommation, et donc la pression sur les prix.

Elle relèvera de nouveau ses taux lors de sa prochaine réunion, les 20 et 21 septembre, et, pour en définir l'ampleur, regardera de très près ces chiffres de l'emploi. Un ralentissement du marché du travail, en effet, pourrait montrer que ses actions commencent à porter leurs fruits, quand l'inverse pourrait la pousser à vouloir agir avec force.

L'inflation, au plus haut depuis 40 ans, a cependant ralenti en juillet, à 8,5% sur un an, selon l'indice CPI.


L’OMT salue la «vision» saoudienne: le Royaume atteint son objectif d’accueillir 100 millions de touristes par an

L’OMT a également laissé entendre que le Royaume pourrait bientôt réaliser son nouvel objectif d’attirer 150 millions de touristes d’ici à 2030. (Shutterstock)
L’OMT a également laissé entendre que le Royaume pourrait bientôt réaliser son nouvel objectif d’attirer 150 millions de touristes d’ici à 2030. (Shutterstock)
Short Url
  • L’Organisation mondiale du tourisme et le Conseil mondial du voyage et du tourisme ont félicité l’Arabie saoudite, qui a atteint l’objectif de 100 millions de touristes sept ans avant la date prévue
  • Le Royaume a accueilli 27,5 millions de touristes internationaux et 79,3 millions de touristes nationaux en 2023

RIYAD: Le secteur du tourisme en Arabie saoudite est un «modèle» d’innovation, selon un organe de l’ONU, après que le Royaume a dépassé son objectif d’accueillir 100 millions de touristes par an dans le cadre de la Vision 2030.

L’Organisation mondiale du tourisme (OMT) s’est associée au Conseil mondial du voyage et du tourisme pour féliciter l’Arabie saoudite d’avoir atteint cet objectif sept ans avant la date prévue.

L’OMT a également laissé entendre que le Royaume pourrait bientôt réaliser son nouvel objectif d’attirer 150 millions de touristes d’ici à 2030.

Le ministère du Tourisme saoudien a révélé que le Royaume a accueilli 27,5 millions de touristes internationaux en 2023, soit une hausse notable de 65% par rapport à 2022. De même, le nombre de touristes nationaux a augmenté de 2% en glissement annuel, pour atteindre 79,3 millions en 2023.

«Le fait que l’Arabie saoudite ait réussi à accueillir plus de 100 millions de touristes en 2023 est un exemple de ce qu’il est possible de faire grâce à la collaboration, à l’innovation et à une vision claire de l’avenir», indique l’OMT dans un communiqué.

«Alors que l’Arabie saoudite continue de progresser vers son objectif d’accueillir 150 millions de touristes d’ici à 2030, l’OMT se réjouit de soutenir son parcours, de célébrer ses succès et de promouvoir un avenir plus résilient, plus durable et plus inclusif pour le tourisme mondial», ajoute le communiqué.

Selon le communiqué de l’OMT, l’Arabie saoudite a créé plus de 925 500 emplois dans le secteur du tourisme en 2023, ce qui devrait faire de ce secteur le deuxième plus grand employeur du pays d’ici à la fin de la décennie.

Collectivement, les touristes internationaux et nationaux ont dépensé plus de 250 milliards de riyals saoudiens (1 riyal = 0,25 euro), ce qui représente plus de 4% du PIB total du Royaume et 7% de son PIB non pétrolier, a rapporté l’Agence de presse saoudienne (SPA).

«Cette réussite fait preuve des efforts dévoués de l’écosystème touristique saoudien pour développer le secteur du tourisme en Arabie saoudite», écrit le ministère sur la plate-forme X.

Le ministre saoudien du Tourisme, Ahmed al-Khatib, a attribué cette réussite à la direction avisée du prince héritier du Royaume, Mohammed ben Salmane, qui vise à renforcer la position du Royaume sur la carte mondiale du tourisme.

Les réalisations de l’Arabie saoudite s’inscrivent dans le cadre de la stratégie nationale pour le tourisme, qui vise à faire du Royaume une destination touristique mondiale et à accroître de 10% la contribution du secteur au PIB du pays.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Le FMI autorisé à établir un bureau régional à Riyad

L’établissement d’un bureau en Arabie saoudite devrait favoriser une meilleure coordination des politiques et des réformes économiques. (Shutterstock)
L’établissement d’un bureau en Arabie saoudite devrait favoriser une meilleure coordination des politiques et des réformes économiques. (Shutterstock)
Short Url
  • L’installation du bureau du FMI devrait favoriser une meilleure coordination des politiques et des réformes économiques
  • La décision a été prise par le Conseil de la Choura, qui a aussi approuvé de nombreux accords, notamment des mémorandums d’entente couvrant divers secteurs entre l’Arabie saoudite et plusieurs pays

RIYAD: Le Fonds monétaire international (FMI) est la dernière organisation de premier plan à avoir obtenu l’autorisation d’établir un bureau dans la capitale saoudienne, à la suite d’une décision du Conseil de la Choura du Royaume.

Selon l’Agence de presse saoudienne (SPA), l’établissement d’un bureau en Arabie saoudite devrait favoriser une meilleure coordination des politiques et des réformes économiques, permettant d’améliorer la stabilité et la croissance dans la région.

Lors de sa 21e session, le 26 février, le conseil consultatif du pays a approuvé de nombreux accords, notamment des mémorandums d’entente couvrant divers secteurs entre l’Arabie saoudite et des pays amis.

Cette résolution fait suite à une recommandation de la commission financière et économique de l’organe consultatif. Ibrahim al-Moufleh, membre du Conseil de la Choura et président de la commission, a indiqué qu’elle découlait d’un projet d’accord antérieur entre le gouvernement saoudien et le FMI.

En outre, le Conseil de la Choura a donné son feu vert à un mémorandum d’accord entre l’Autorité de la zakat, des impôts et des douanes et le Service coréen des douanes, permettant la reconnaissance mutuelle de leurs programmes d’Opérateurs économiques agréés. Cette approbation fait suite à un rapport de la commission financière et économique sur le projet de mémorandum.

Par ailleurs, l’organe consultatif a approuvé un accord de coopération énergétique entre l’Arabie saoudite et la Jordanie, sur la base d’un rapport présenté par le président de la commission de l’énergie et de l’industrie du Conseil, Oussama Aref.

En outre, le Conseil a approuvé trois projets de coopération entre le ministère saoudien de l’Industrie et des ressources minérales, le ministère tunisien de l’Industrie, des mines et de l’énergie, ainsi que le ministère sénégalais des Mines et de la géologie.

Lors de la réunion, un accord de coopération entre le ministère saoudien de l’Énergie et le ministère brésilien des Mines et de l’énergie a également été approuvé. Ces accords ont été ratifiés après l’examen par le Conseil de trois rapports présentés par M. Aref.

De même, un mémorandum d’entente entre le ministère saoudien des Transports et des services logistiques et le ministère de l’Équipement et des transports de Djibouti a été approuvé, mettant l’accent sur la coopération dans les secteurs des services logistiques.

Cette approbation est intervenue à la suite d’un rapport présenté par Hicham Kamal al-Fares, vice-président de la commission du Conseil de la Choura pour les transports, les communications et les technologies de l’information.

Un autre mémorandum d’entente entre le ministère saoudien du Tourisme et le ministère ivoirien du Tourisme et des loisirs, portant sur la coopération dans le secteur du tourisme, a été approuvé. Cette approbation fait suite à un rapport présenté par le président de la commission de la culture, des sports et du tourisme, Nasser Mohammed al-Deghaither.

Dans le secteur de la santé, le Conseil de la Choura a donné son feu vert à un accord entre l’Autorité saoudienne des produits alimentaires et médicamenteux et l’Autorité nationale portugaise des médicaments et des produits de santé.

Le Conseil a également approuvé un accord similaire entre le Centre national saoudien de météorologie et son homologue tunisien pour la coopération en matière de météorologie et de climat.

Enfin, le Conseil a entériné un accord entre le ministère saoudien de l’Environnement, de l’eau et de l’agriculture et le ministère tunisien de l’Agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche dans le domaine de la recherche agricole. Il a aussi validé un mémorandum pour la coopération dans le domaine de l’eau entre les deux parties.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com
 


Le pétrole en hausse, tensions toujours fortes au Moyen-Orient

Le fait que les rebelles yéménites s'en prennent désormais ouvertement aux navires britanniques et américains contribue également à aggraver la crise en mer Rouge (Photo, AFP).
Le fait que les rebelles yéménites s'en prennent désormais ouvertement aux navires britanniques et américains contribue également à aggraver la crise en mer Rouge (Photo, AFP).
Short Url
  • Les nouvelles frappes américaines et britanniques contre des cibles houthies samedi ont fait monter de quelques degrés supplémentaires la température
  • De façon plus marginale, les cours ont profité de la fermeture temporaire du champ d'al-Wafa en Libye, dimanche

NEW YORK: Les cours du pétrole ont terminé en hausse lundi, soutenus par les vives tensions qui agitent le Moyen-Orient, ainsi que par les prix des produits raffinés, toujours fermes.

Le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril a gagné 1,11%, pour clôturer à 82,53 dollars.

Le baril de West Texas Intermediate (WTI) de même échéance a lui pris 1,42%, à 77,58 dollars.

Pour Andy Lipow, de Lipow Oil Associates, les nouvelles frappes américaines et britanniques contre des cibles houthies samedi ont fait monter de quelques degrés supplémentaires la température.

Le fait que les rebelles yéménites s'en prennent désormais ouvertement aux navires britanniques et américains contribue également à aggraver la crise en mer Rouge, selon l'analyste.

De façon plus marginale, les cours ont profité de la fermeture temporaire du champ d'al-Wafa en Libye, dimanche, du fait d'un mouvement de protestation des personnels de sécurité du site, qui réclament des revalorisations de salaires.

Le champ a néanmoins repris ses activités lundi.

L'or noir bénéficiait également d'un repli du dollar, monnaie de référence pour les échanges de pétrole.

Les cours du brut étaient aussi aidés par ceux des produits raffinés, notamment le gazole américain, qui a pris 2% lundi.

"On est en pleine saison de maintenance des raffineries" aux Etats-Unis, rappelle Andy Lipow. "Cela a un effet négatif sur la demande de brut, mais cela fait aussi baisser les stocks de produits raffinés, ce qui est favorable aux prix."

Pour Mark Waggoner, d'Excel Futures, "il y a suffisamment de pression pour qu'on parvienne à un accord sur une trêve" dans les combats entre Israël et le Hamas à Gaza. "Et les prix intègrent une prime de 10 dollars liée à la géopolitique."

"Donc une fois cette pause conclue, les cours vont chuter", annonce-t-il, évoquant un WTI sous les 70 dollars.

Un décrochage annoncé, pour lui, que ne pourrait empêcher le prolongement possible, au deuxième trimestre, des réductions de production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et de leurs alliés de l'alliance Opep+.

"Leur influence est en train de diminuer", fait-il valoir.