Des enchères pour entériner le défaut de paiement de la Russie

Il s'agit du premier défaut de Moscou sur sa dette extérieure depuis l'épisode des emprunts russes lancés par la Russie tsariste sur les marchés occidentaux, notamment en France, et que le dirigeant bolchévique Lénine avait refusé de reconnaître après la révolution de 1917. (AFP).
Il s'agit du premier défaut de Moscou sur sa dette extérieure depuis l'épisode des emprunts russes lancés par la Russie tsariste sur les marchés occidentaux, notamment en France, et que le dirigeant bolchévique Lénine avait refusé de reconnaître après la révolution de 1917. (AFP).
Short Url
Publié le Lundi 12 septembre 2022

Des enchères pour entériner le défaut de paiement de la Russie

  • Un conseil de créanciers organise lundi des enchères sur la dette de la Russie qui entérineront un défaut de paiement
  • Composé de grandes banques et fonds d'investissement, c'est lui notamment qui décide s'il y a un "événement de crédit", le nom qu'il donne à un versement manqué

PARIS: C'est un événement symbolique mais qui traduit l'effet des sanctions contre Moscou après six mois de guerre: un conseil de créanciers organise lundi des enchères sur la dette de la Russie qui entérineront un défaut de paiement, le premier sur la dette extérieure russe depuis 1917.

Méconnu du grand public, voire un peu secret, ce conseil appelé le CDDC (Credit Derivatives Determinations Committee) organise ces enchères dont l'objectif est d'indemniser les investisseurs ayant souscrit des assurances contre le défaut de paiement de la Russie, des "Credit Default Swaps" ou CDS.

Ce déclenchement acte le défaut de paiement de la Russie, lequel n'a jamais été officiellement annoncé mais était considéré comme déjà acquis par la plupart des acteurs économiques même en l'absence de l'évaluation des agences de notation rendue interdite par les sanctions occidentales.

Il s'agit du premier défaut de Moscou sur sa dette extérieure depuis l'épisode des emprunts russes lancés par la Russie tsariste sur les marchés occidentaux, notamment en France, et que le dirigeant bolchévique Lénine avait refusé de reconnaître après la révolution de 1917.

Il ne change dans les fait pas grand chose: la Russie est de toute façon coupée des marchés de capitaux internationaux depuis son invasion de l'Ukraine fin février. De plus, Moscou est peu endettée en devises étrangères, sa dette extérieure pesant pour environ 40 milliards de dollars. Sa dette publique est par ailleurs proche de seulement 20% de son PIB.

Parallèllement, ses rentrées d'argent grâce aux ventes d'hydrocarbures ont été massives depuis le début de l'année sous l'effet de l'envolée des prix.

Cela n'a toutefois pas empêché le Kremlin de s'insurger depuis des mois contre un défaut qu'il qualifie d'"illégitime" car précipité par les sanctions.

Un comité de créanciers discret pour jouer les arbitres du défaut russe

Méconnu du grand public, voire un peu secret, un conseil de créanciers internationaux a un grand pouvoir: celui d'évaluer si des Etats ou des entreprises ne payent pas bien leurs dettes, et le cas échéant de déclencher des assurances.

Ce cénacle, le CDDC (Credit Derivatives Determinations Committee), est ressorti de l'ombre depuis l'invasion russe en Ukraine et les débats autour d'un défaut de la part de Moscou, empêché de payer ses dettes internationales en devises du fait des sanctions décidées par les pays occidentaux.

Composé de grandes banques et fonds d'investissement, c'est lui notamment qui décide s'il y a un "événement de crédit", le nom qu'il donne à un versement manqué, et s'il faut déclencher des produits financiers qui servent d'assurance contre le défaut de paiement d'une dette, les CDS (Credit Default Swaps).

Le CDDC est une émanation de l'Association internationale ISDA, qui regroupe les principaux acteurs sur le marché des dérivés, des produits complexes mais très utilisés dans le monde de la finance. Son antenne Europe/Moyen-Orient/Afrique (EMEA), basée à Londres, a planché plus de trois mois sur le cas russe.

N'importe quelle institution financière affiliée à l'ISDA peut solliciter sa réunion, en soumettant une question documentée avec des informations publiques qui ne doivent pas permettre d'identifier son auteur. Il suffit qu'un membre siégeant au CDDC régional compétent donne son aval pour que la question soit retenue, puis débattue par un quorum de minimum 80% des membres du comité.

Une question peut aussi être dite "d'intérêt général" lorsqu'elle traduit une inquiétude partagée. Dans ce cas, le comité s'en saisit si deux membres la déclarent recevable.

Dans le cas de la dette russe, des coupures de presse de l'agence Debtwire et du Wall Street Journal ont été utilisées pour prouver l'incertitude de plusieurs créanciers.

"La Fédération de Russie a-t-elle échoué à payer (une échéance) de crédit?": la question, qui portait sur des intérêts de retard dus par la Russie, a été acceptée le 26 mai et soumise quelques jours plus tard au vote du CDDC. Douze des 13 membres votant ont répondu "oui".

Par la suite, de nombreuses réunions ont été organisées avant la décision de mettre en place des enchères sur la dette russe le 12 septembre afin d'indemniser les détendeurs de CDS, décision rendue auparavant techniquement compliquée par les sanctions financières occidentales.

Les membres du CDDC changent tous les ans et sont sélectionnés en fonction de leur importance sur le marché des dérivés. L'antenne EMEA qui tranchait sur le cas russe en compte 15 au total.

Parmi eux, seulement 13 ont un droit de vote: des banques (Bank of America, Barclays, Deustche Bank, BNP Paribas, Citibank, Credit Suisse, Goldman Sachs, JPMorgan) et des fonds d'investissement (Mizuho Securities, Alliance Bernstein, Elliott Management, Citadel et Pimco).

Deux membres supplémentaires participent seulement comme observateurs: les chambres de compensation ICE Clear et LCH.

2,37 milliards de dollars 

Techniquement, l'opération d'enchères sur la dette russe doit se réaliser en deux temps. La première étape a pour vocation de fixer un prix initial à huit obligations mises aux enchères, tandis que la seconde étape, ouverte plus largement aux investisseurs, doit se baser sur la première étape pour fixer un prix définitif aux obligations.

"Le prix final de ces enchères déterminera le montant de recouvrement sur les CDS", explique la banque américaine JPMorgan dans une récente note qui évalue l'ensemble de ces assurances contre le défaut russe à 2,37 milliards de dollars.

Cette opération d'enchères est habituelle dans les cas de défauts de paiements, à la différence que les délais ont été exceptionnellement longs dans le dossier russe, créant un flou de plusieurs semaines quant à l'indemnisation des investisseurs.

Entre le moment où le conseil de créanciers a reconnu que la Russie n'avait pas payé une échéance de remboursement, appelé un "événement de crédit" dans son jargon, et l'organisation des enchères lundi, il s'est écoulé plus de trois mois contre environ 30 jours en temps normal, selon un expert des CDS interrogé par l'AFP.

Cette longue latence s'explique par la glaciation du système financier russe sous l'effet des sanctions: les investisseurs internationaux n'ont plus le droit depuis le printemps de s'échanger des titres russes, or le système d'enchères impose justement d'effectuer des échanges sur ces titres.

Afin de faciliter l'organisation de ces enchères, les autorités américaines ont exceptionnellement autorisé des transactions sur les huit obligations russes libellées en devises étrangères entre le 8 et le 22 septembre.

Selon JPMorgan, l'issue de ces enchères en matière d'appétit des investisseurs pour la dette russe est rendue très incertaine par l'interdiction des autorités américaines d'échanger des produits financiers de ce pays depuis des mois.

L'incertitude est aussi présente quant à la date exacte à laquelle le processus d'indemnisation des investisseurs ira à son terme. Basée à Londres, l'antenne Europe/Moyen-Orient/Afrique (EMEA) du CDDC, qui organise les enchères, a affirmé ces derniers jours que les jours chômés en raison des obsèques de la reine Elizabeth pourraient légèrement retarder l'ensemble du processus.


Malgré les crises, une croissance mondiale meilleure que prévu en 2023, selon le FMI

"Les perspectives sont moins sombres que dans nos prévisions d'octobre" a précisé le chef économiste du FMI, Pierre-Olivier Gourinchas (Photo, AFP).
"Les perspectives sont moins sombres que dans nos prévisions d'octobre" a précisé le chef économiste du FMI, Pierre-Olivier Gourinchas (Photo, AFP).
Short Url
  • Le ralentissement s'annonce moins important qu'attendu dans plusieurs économies développées
  • Par ailleurs, l'inflation, qui a grimpé à des niveaux très élevés partout dans le monde, ralentit désormais

WASHINGTON: L'économie mondiale résiste mieux que prévu aux chocs à répétition et le FMI a relevé sa prévision de croissance pour 2023, le spectre de la récession s'éloignant pour plusieurs pays tandis que la réouverture de la Chine laisse espérer un rebond supplémentaire.

Le Fonds monétaire international (FMI) table désormais sur une croissance mondiale de 2,9% en 2023, selon son rapport publié lundi. C'est 0,2 point de pourcentage de plus que ce qu'il attendait en octobre, lors de la publication de ses précédentes prévisions.

"Les perspectives sont moins sombres que dans nos prévisions d'octobre" a précisé le chef économiste du FMI, Pierre-Olivier Gourinchas, lors d'une conférence téléphonique.

"L'année à venir restera difficile", a-t-il averti, mais "elle pourrait aussi être un tournant", sur les fronts de la croissance et de l'inflation, a précisé l'économiste.

Le ralentissement s'annonce moins important qu'attendu dans plusieurs économies développées, en particulier aux États-Unis (1,4% de croissance en 2023, 0,4 point de pourcentage de plus qu'en octobre).

Mais aussi en Allemagne ou en Italie, où le FMI ne redoute désormais plus de récession, contrairement à ce qu'il prévoyait en octobre. La croissance en zone euro, qui résiste mieux que prévu à la crise énergétique liée au conflit en Ukraine, est ainsi attendue à 0,7%, soit 0,2 point de plus qu'auparavant.

L'autre facteur important est la réouverture de la Chine après l'abandon de la politique zéro-Covid. Malgré la gestion chaotique qui a entraîné une forte hausse des cas de Covid dans le pays, cette réouverture devrait permettre à la croissance chinoise (+5,2% contre 4,4% prévu il y a trois mois) de venir donner un coup d'accélérateur à l'économie mondiale.

Par ailleurs, l'inflation, qui a grimpé à des niveaux très élevés partout dans le monde, ralentit désormais, et devrait être moins élevée en 2023 qu'en 2022 dans la majorité des pays, relève le FMI dans son rapport.

L'institution de Washington la voit toutefois un peu plus élevée cette année que ce qu'elle prévoyait auparavant, à 6,6% contre 6,5% prévus en octobre. Mais elle devrait revenir en 2024 à des niveaux inférieurs à 2021 (+4,3% contre +4,7%).

Ces chiffres sont plus optimistes que ceux publiés mi-janvier par la Banque mondiale, qui voyait la croissance mondiale encore ralentir. Mais c'était avant l'annonce de la fin des mesures massives de confinement contre la Covid-19 en Chine. Les paramètres pris en compte par les deux institutions sont par ailleurs différents.

Récession attendue au Royaume-Uni 

Les trois locomotives mondiales - États-Unis, Chine et Europe - montrent ainsi de clairs signes de résilience, pour des raisons diverses. Et l'ensemble des économies avancées devrait connaître cette année une croissance, même faible.

Une exception cependant: le Royaume-Uni devrait être le seul pays du G20 à connaître une récession cette année, avec une baisse du PIB de l'ordre de 0,6% (en baisse de 0,9 point de pourcentage par rapport aux prévisions d'octobre).

À l'inverse, la Russie pourrait y échapper, malgré les sanctions prises par la communauté internationale depuis l'invasion de l'Ukraine, avec une croissance légèrement positive en 2023 (+0,3%) et qui devrait même s'accélérer en 2024 (+2,1%).

Ailleurs dans le monde, l'expansion prévue en Afrique sub-saharienne (+3,8%, quasi inchangé) ou au Moyen-Orient et Asie Centrale (+3,2%, 0,4 point de moins qu'en octobre) est attendue bien plus élevée qu'en Amérique latine et aux Caraïbes, où elle restera inférieure à la croissance mondiale (+1,8%).

Les deux locomotives latino-américaines, Brésil et Mexique, voient en effet leur prévision de croissance --respectivement à +1,2% et +1,7%--, se situer bien en deçà de celle attendue pour les autres grands pays émergents, en particulier la Chine et l'Inde (+6,1%).

Et pour 2024, la croissance mondiale devrait atteindre 3,1%, en hausse par rapport à 2023, mais avec une révision en légère baisse par rapport à octobre (-0,1 point de pourcentage).

Pour ces deux années cependant, "la croissance mondiale restera faible par rapport aux normes historiques", a encore indiqué le chef économiste du FMI.


Gazprom va se retirer du consortium grec Prometheus Gas

«C'est un divorce par contentement en raison surtout de la guerre en Ukraine et des sanctions européennes» (Photo, AFP).
«C'est un divorce par contentement en raison surtout de la guerre en Ukraine et des sanctions européennes» (Photo, AFP).
Short Url
  • La presse grecque spécialisée a récemment rapporté le «divorce» entre Gazprom et Prometheus Gas
  • Cette décision met fin à un partenariat qui datait de 1991

MOSCOU: Gazprom va prochainement se retirer du consortium grec Prometheus Gas, dont l'actionnaire grec Copelouzos qui détient 50% du capital, va racheter l'autre moitié appartenant jusqu'ici au géant russe de gaz naturel, ont indiqué lundi à l'AFP deux sources concordantes au fait du dossier.

"Le conseil d'administration de Gazprom a décidé de mettre fin à sa participation dans Prometheus Gas S. A.", a indiqué à l'AFP une source au sein de la direction de Gazprom.

"Le gaz russe est fourni à la Grèce conformément aux obligations contractuelles", a indiqué cette source.

Selon un responsable du groupe grec Copelouzos à Athènes ayant requis l'anonymat, "c'est un divorce par contentement en raison surtout de la guerre en Ukraine et des sanctions européennes".

Cette décision met fin à un partenariat qui datait de 1991.

Mais "le contrat actuel en cours arrivera à terme en décembre 2027, comme prévu", a toutefois précisé à l'AFP la source au sein de Copelouzos.

La quantité de gaz russe "a diminué considérablement depuis l’année dernière et le prix a augmenté", a rappelé le responsable grec.

La presse grecque spécialisée a récemment rapporté le "divorce" entre Gazprom et Prometheus Gas, soulignant que le groupe Copelouzos deviendrait désormais l'unique actionnaire de Prometheus Gas.

Il s'agit d'"un développement attendu" vu les changements géopolitiques et la refonte complète du marché du gaz dans les Balkans et en Europe, avait indiqué la semaine dernière le site d'information financière "Mononews".

Le groupe grec Copelouzos a récemment procédé à de nouveaux investissements dans une centrale électrique et une usine de stockage et de regazéification du gaz liquéfié (GNL) à Alexandroupolis, ville située dans le Nord-est de la Grèce.

Malgré ses liaisons historiques avec la Russie, la Grèce, en tant que pays membre de l'Union européenne, a depuis l'offensive en Ukraine soutenu les sanctions occidentales qui ont conduit à une forte baisse des livraisons de gaz russe vers l'Europe.


Bruno Le Maire à la recherche d’investissements dans le Golfe

Le ministre français de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, Bruno Le Maire. (Photo, Bella Suadere)
Le ministre français de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, Bruno Le Maire. (Photo, Bella Suadere)
La première réunion du Conseil d’affaires franco-émirien ce lundi à Abu Dhabi. (Photo, Bella Suadere)
La première réunion du Conseil d’affaires franco-émirien ce lundi à Abu Dhabi. (Photo, Bella Suadere)
Short Url
  • Le conseil d’affaires franco-émirien vise à renforcer les relations économiques entre les deux pays, notamment dans les domaines de l'énergie, du transport et de l’investissement
  • Il n’y a rien d’étonnant de voir plusieurs fonds d’investissement tourner les yeux vers cette région, à l’instar du Français Ardian, qui vient d’inaugurer ses bureaux à Abu Dhabi

ABU DHABI: Le ministre français de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, Bruno Le Maire, a lancé officiellement la première réunion du Conseil d’affaires franco-émirien ce lundi à Abu Dhabi. «Le conseil d’affaires franco-émirien doit nous permettre d’accélérer les investissements des Émirats arabes unis vers la France et de la France vers les Émirats arabes unis», a déclaré le ministre en marge de sa visite aux Émirats Arabes unis (EAU). 

Composé de 18 chefs d’entreprise français et émiriens, dont les présidents d’Airbus, de la BNP, de la CMA CGM, et de la présidente d’Ardian, le conseil est coprésidé par le ministre émirien de l'Industrie et des Technologies avancées, directeur général et PDG du groupe Abu Dhabi National Oil Company (ADNOC), le Dr Sultan al-Jaber, et le PDG de TotalEnergies, Patrick Pouyanné.

Il a été lancé en juillet dernier lors de la visite du président émirien, cheikh Mohammed ben Zayed al-Nahyan, en France et vise à renforcer les relations économiques entre les deux pays, notamment dans les domaines de l'énergie, du transport et de l’investissement.

Outre la promotion des échanges économiques, ces réunions serviront à identifier et à mettre en œuvre des projets d'investissement croisés privés.

Les membres du conseil se réuniront au moins une fois par an, en présence de leurs ambassadeurs respectifs, alternativement aux EAU et en France.

«Le niveau de participation des deux côtés montre à quel point nous sommes déterminés à donner une nouvelle impulsion à cette coopération économique franco-émirienne», a dit Bruno Le Maire.

En déplacement aux Émirats ce lundi et mardi, le ministre français a également participé à une rencontre entre les représentants des fonds d’investissement français venus solliciter les investissements émiriens, le «UAE-France investors meetup», organisé à Abu Dhabi Global Market, l’ADGM. L’événement a réuni aussi des banques, des gestionnaires d’investissement, des conseillers et des centres financiers dans le but de déployer des partenariats stratégiques entre les deux pays. Lors de son discours, Bruno Le Maire a souligné les relations d’amitié avec ses hôtes.

Visite régionale sans grands contrats 

La visite régionale du ministre français avait surtout pour objectif de réaffirmer les relations privilégiées de Paris avec ses partenaires du Golfe et de rappeler l'attractivité de l’Hexagone à ses potentiels investisseurs, mais elle ne s’est pas soldée pour l’instant par des signatures de contrats pour les entreprises françaises.

Entamée en Arabie saoudite samedi, elle s’est poursuivie au Qatar dimanche, où Bruno Le Maire a tenu plusieurs rencontres bilatérales de haut niveau, dont celle avec le prince hériter, Mohammed Ben Salmane, et l’émir du Qatar, cheikh Tamim al-Thani, ainsi que des discussions avec les présidents des fonds d’investissement.

Lors de cette tournée régionale, Bruno Le Maire a souligné plusieurs fois l’attractivité de la France qui est devenue le pays «le plus attractif pour les investisseurs de toute l’Europe». « S’il y a un endroit où il faut investir, c’est la France», a-t-il martelé.

«Le fil rouge de mon déplacement dans le Golfe qui se traduit ici aux Émirats, c’est l’investissement dans les énergies renouvelables et dans l’industrie verte», a souligné Le Maire. «Il y a ici aux Émirats beaucoup de projets communs; je pourrais citer la ferme solaire d’EDF qui est la plus grande ferme solaire au monde, et l’hydrogène avec les projets d’Engie ici aux EAU. Et au moment où les EAU prennent la présidence de la COP28, je pense que renforcer cette coopération entre la France et les énergies vertes aux EAU est absolument essentiel.»

La France est prête à soutenir les EAU pour garantir le succès de la COP28, a déclaré le ministre français qui s’est entretenu auparavant avec Sultan al-Jaber, dont la récente nomination à la présidence de la COP28, alors qu’il dirige l’une des plus puissantes entreprises pétrolières au monde, a soulevé quelques critiques dans la presse internationale.

Le seul challenge qui nous attend est celui du climat, a conclu Bruno Le Maire.

Les investissements communs

La France, comme les autres pays européens, ressent fortement les conséquences du conflit en Ukraine, à savoir la hausse des prix de l’énergie, l’inflation et le ralentissement économique, alors que la croissance économique des pays du Golfe est à envier, tout comme leur revenus budgétaires, stimulés par les prix actuels du pétrole.

Il n’y a donc rien d’étonnant de voir plusieurs fonds d’investissement tourner les yeux vers cette région, à l’instar du Français Ardian, l’un des plus importants fonds de capital-investissement (private equity) au monde, qui vient d’inaugurer ses bureaux à Abu Dhabi.

Ardian collabore déjà avec des structures comme Mubadala Investments ou ADIA, Abu Dhabi Investment Authority.

Au niveau bilatéral, Paris et Doha ont renouvelé ce dimanche un programme d'investissement conjoint de 300 millions d’euros, entre BpiFrance et Qatar Investment Authority.

Par ailleurs, Bruno Le Maire s’est entretenu avec Khaldoon al-Mubarak, président général de Mubadala.

La France et les EAU travaillent depuis longtemps afin de favoriser les investissements dans différents secteurs français dont la technologie, la santé et l’éducation.

En 2020, Mubadala a annoncé la signature d'un mémorandum d’entente avec BpiFrance, afin d’investir 1 milliard d’euros dans le fonds LAC1, un fonds de 10 milliards d’euros géré par BpiFrance.

«Nous pensons qu’une marge de manœuvre existe pour étendre ces investissements; notre objectif, défini par le président Macron, est d’atteindre à terme un niveau de 10 milliards d’euros d’investissements», a précisé le ministre.