Boeing, accusé d'avoir trompé les investisseurs sur la sécurité du 737 MAX, paie 200 millions

«Après le premier crash, Boeing et Muilenburg savaient que le MCAS posait un problème de sécurité, mais ont néanmoins assuré au public que le 737 MAX était "aussi sûr que tout avion ayant jamais volé dans le ciel"», remarque la SEC dans un communiqué (Photo, AFP).
«Après le premier crash, Boeing et Muilenburg savaient que le MCAS posait un problème de sécurité, mais ont néanmoins assuré au public que le 737 MAX était "aussi sûr que tout avion ayant jamais volé dans le ciel"», remarque la SEC dans un communiqué (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 23 septembre 2022

Boeing, accusé d'avoir trompé les investisseurs sur la sécurité du 737 MAX, paie 200 millions

  • Boeing avait déjà reconnu en janvier 2021 que deux de ses employés avaient induit en erreur un groupe de l'autorité américaine de l'aviation
  • L'ancien directeur général de l'entreprise, Dennis Muilenburg, a pour sa part accepté de payer un million de dollars de pénalités

NEW YORK: Accusé par le gendarme américain des marchés financiers (SEC) d'avoir émis publiquement plusieurs messages affirmant, après deux accidents aériens mortels, que le 737 MAX ne présentait pas de risque, Boeing a accepté jeudi de verser 200 millions de dollars.

Responsable à l'époque de ces messages, l'ancien directeur général de l'entreprise, Dennis Muilenburg, a pour sa part accepté de payer un million de dollars de pénalités.

C'est principalement un problème sur un logiciel de vol, le MCAS, qui a conduit un 737 MAX de Lion Air en octobre 2018 puis un appareil similaire d'Ethiopian Airlines en mars 2019 à piquer du nez sans que les pilotes ne parviennent à les redresser. Les crash ont fait 346 morts et entraîné l'immobilisation du 737 MAX pendant vingt mois.

"Après le premier crash, Boeing et Muilenburg savaient que le MCAS posait un problème de sécurité, mais ont néanmoins assuré au public que le 737 MAX était 'aussi sûr que tout avion ayant jamais volé dans le ciel'", remarque la SEC dans un communiqué.

"Plus tard, à la suite du deuxième accident, Boeing et Muilenburg ont assuré au public qu'il n'y avait eu aucun dérapage ni aucune lacune dans le processus de certification du MCAS, bien qu'ils aient eu connaissance d'informations contraires", ajoute l'agence.

Boeing avait déjà reconnu en janvier 2021 que deux de ses employés avaient induit en erreur un groupe de l'autorité américaine de l'aviation en charge de préparer la formation des pilotes au logiciel MCAS.

Le géant de l'aéronautique avait alors accepté de verser plus de 2,5 milliards de dollars pour solder certaines poursuites - dont une amende pénale de 243,6 millions, 1,77 milliard d'indemnités aux compagnies aériennes ayant commandé le 737 MAX et 500 millions pour un fond destiné à indemniser les proches des victimes.

Obligation élémentaire

La SEC a estimé de son côté que Boeing et M. Muilenburg avaient enfreint les lois boursières en induisant en erreur les investisseurs.

S'ils ont accepté de verser une pénalité, le groupe comme l'ex-responsable n'admettent ni ne démentent les conclusions de l'agence, précise le communiqué.

"En temps de crise et de tragédie, il est particulièrement important que les entreprises cotées en Bourse et leurs dirigeants fournissent des informations complètes, justes et véridiques aux marchés. La société Boeing et son ancien patron, Dennis Muilenburg, ont manqué à cette obligation la plus élémentaire", a commenté le président de la SEC, Gary Gensler, dans le communiqué.

La SEC reproche notamment à Boeing d'avoir diffusé un mois après l'accident de Lion Air un communiqué, annoté et approuvé par M. Muilenburg, ne mettant en avant que certains passages d'un rapport des autorités indonésiennes suggérant que le pilote et une mauvaise maintenance étaient à blâmer.

Le document omettait par ailleurs de mentionner une évaluation faite en interne estimant que le MCAS posait bien "un problème de sécurité aérien" et que Boeing avait déjà commencé à travailler sur des modifications pour y remédier.

Six semaines après le crash de l'avion d'Ethiopian Airlines, M. Muilenburg a par ailleurs affirmé à des analystes et des journalistes qu'il n'y avait eu aucune surprise dans le processus de certification du MCAS et que Boeing avait bien vérifié avoir suivi toutes les étapes réglementaires.

Des documents ont, plus tard, montré que Boeing avait déjà identifié des problèmes dans le processus.

L'accord passé avec la SEC "fait partie des efforts plus larges de l'entreprise visant à résoudre de manière responsable les questions juridiques en suspens liées aux accidents du 737 MAX d'une manière qui serve au mieux les intérêts de nos actionnaires, employés et autres parties prenantes", a indiqué un porte-parole de Boeing.

Le groupe a, depuis 2019, "fait de grands et profonds changements" afin de "solidifier les processus de sécurité et la supervision des questions de sécurité", a-t-il ajouté.


Brexit: Meta plaide pour le maintien de règles européennes au Royaume-Uni

Logo de Meta (fourni)
Logo de Meta (fourni)
Short Url
  • Le gouvernement britannique a déposé en septembre un projet de loi pour abandonner au 31 décembre 2023 toute la législation héritée de l'UE après le Brexit qui n'aurait pas été explicitement maintenue dans le droit national
  • Meta fait référence à la transposition dans le droit britannique en 2002 d'une directive européenne qui limite la responsabilité des plateformes sur le contenu qu'elles véhiculent

LONDRES : Meta, la maison mère de Facebook, plaide pour le maintien dans la législation britannique d'une partie des règles européennes qui limitent la responsabilité des plateformes internet, à l'heure où Londres envisage l'abandon de toute législation héritée de l'UE.

Le géant américain dit vouloir «attirer l'attention sur un domaine clé de la législation européenne qui, selon (l'entreprise), pourrait être affecté» par une proposition de loi actuellement étudiée par les députés britanniques, d'après une lettre à la commission parlementaire en charge du dossier et publiée vendredi sur le site du Parlement.

L'entreprise fait référence à la transposition dans le droit britannique en 2002 d'une directive européenne qui limite la responsabilité des plateformes sur le contenu qu'elles véhiculent, notamment «lorsqu'elles agissent comme un simple conduit», précise Meta dans ce document.

«En pratique, cela garantit que les plateformes en ligne ne sont pas principales responsables des contenus, informations et/ou activités illicites de tiers effectués sur la plateforme dont ils n'ont pas connaissance», précise Meta.

Le gouvernement britannique a déposé en septembre un projet de loi pour abandonner au 31 décembre 2023 toute la législation héritée de l'UE après le Brexit qui n'aurait pas été explicitement maintenue dans le droit national. Il est en cours d'examen au Parlement.

Meta appelle donc les députés à maintenir explicitement la législation dont il est question, ou à l'exclure du champ d'application de la nouvelle loi, faute de quoi «les plateformes et les sites web seront moins susceptibles de vouloir opérer au Royaume-Uni».

Le projet de loi a suscité une très large levée de boucliers au Royaume-Uni, de nombreux groupes d'intérêts ou organismes publics comme privés accusant notamment le gouvernement de vouloir aller beaucoup trop vite.

«Le projet de loi propose de balayer automatiquement des milliers d'actes législatifs et de bouleverser des décennies de jurisprudence», a par exemple dénoncé la fédération syndicale britannique TUC dans une autre contribution écrite.

«Il est frappant que les ministres n'aient pas encore expliqué quelles lois ils ont l'intention de conserver, de modifier ou de laisser expirer», a poursuivi la TUC, jugeant que «le but ultime est la déréglementation».

TheCityUK, l'un des principaux lobbies financiers londoniens, n'est pas en reste et s'interroge sur «la pertinence de ce projet de loi dans les circonstances actuelles», notamment en raison «de risque d'aggravation des relations avec l'UE» mais aussi «d'augmentation potentielle des charges pesant sur les entreprises».

«Au minimum, le projet de loi devrait être modifié pour permettre une période beaucoup plus longue de mise en oeuvre, sans gaspiller les moyens limités» du gouvernement, préconise TheCityUK.


Aux Etats-Unis comme en Europe, l'ombre de l'inflation pèse sur le Black Friday

Les ventes de jouets du Black Friday sont présentées dans un magasin Walmart à Wilmington, Delaware, le 25 novembre 2022. (Photo, AFP)
Les ventes de jouets du Black Friday sont présentées dans un magasin Walmart à Wilmington, Delaware, le 25 novembre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • La première économie mondiale fait face depuis plusieurs mois à une envolée des prix, qui jette un voile sur l'ensemble de la période des fêtes de fin d'année
  • Au Royaume-Uni, GlobalData anticipe un recul du volume de ventes pour les journées commerciales de Black Friday malgré une progression du chiffre d'affaires

NEW YORK: Traditionnel coup d'envoi de la saison des achats de Noël, le Black Friday, journée de promotions en magasins et sur internet, risque d'être marqué par l'inflation. Aux Etats-Unis et en Europe, les commerçants espèrent malgré tout que les consommateurs seront au rendez-vous vendredi.

La première économie mondiale fait face depuis plusieurs mois à une envolée des prix, qui jette un voile sur l'ensemble de la période des fêtes de fin d'année.

Pour l'heure, le cabinet Deloitte et la Fédération nationale de la vente de détail s'attendent à une hausse des revenus à un chiffre, inférieure à l'inflation.

L'indice des prix à la consommation ralentit peu à peu aux Etats-Unis mais s'élevait encore à 7,7% sur un an le 10 novembre, ce qui signifie qu'une hausse de cette ampleur durant les soldes d'hiver conduira à une baisse du volume de ventes.

Ces inquiétudes existent aussi outre-Atlantique, où le Black Friday s'est popularisé depuis environ une décennie.

Au Royaume-Uni, GlobalData anticipe un recul du volume de ventes pour les journées commerciales de Black Friday malgré une progression du chiffre d'affaires.

En Espagne, les dépenses des internautes devraient atteindre en moyenne 183 euros, contre 200 euros l'an dernier, selon le cabinet spécialisé Tandem up.

Risques de surstocks

L'an dernier, les préoccupations étaient différentes, le secteur devant faire face à des difficultés d'approvisionnement à cause de la désorganisation du transport mondial et des fermetures d'usines provoquées par la pandémie.

Pour éviter pareille mésaventure, les industriels ont anticipé leurs commandes, avec cette fois un risque de surstocks, alors que les consommateurs réduisent leurs dépenses.

«Hier, le problème c'était les pénuries d'approvisionnement, aujourd'hui c'est d'avoir trop de choses», résume Neil Saunders, directeur général du cabinet spécialisé GlobalData Retail.

Selon lui, le trop-plein de commandes pourrait profiter aux chasseurs de bonnes affaires dans de nombreux secteurs, comme l'électronique ou l'habillement.

Pour de nombreux Américains, la hausse du coût de l'essence et de l'alimentaire représente un défi, mais tous ne sont pas égaux face à l'inflation. «Les bas revenus sont clairement plus touchés», rappelle Claire Li, analyste pour Moody's, «car ils dépensent proportionnellement plus dans les produits essentiels».

Jusqu'ici, les consommateurs américains se sont montrés peu sensibles aux diverses crises traversées depuis le début de la pandémie, dépensant plus qu'attendu, même quand les indicateurs de confiance soulignaient leurs inquiétudes.

«Pression continue» -

Une partie de l'explication est à chercher du côté d'une épargne inhabituellement élevée chez de nombreux foyers ayant profité d'aides gouvernementales durant la pandémie, alors que la consommation était au plus bas.

Mais le coussin commence à s'affaisser: après un pic de 2.500 milliards de dollars mi-2021, l'épargne américaine est retombée à 1.700 milliards de dollars un an plus tard, selon Moody's.

Les consommateurs avec un revenu annuel inférieur à 35.000 dollars sont les premiers concernés, leur épargne ayant baissé de 39% au premier semestre. Conséquence: les crédits à la consommation sont en hausse, selon les données de la Réserve fédérale.

«On voit une pression continue», explique Michael Witynski, directeur général de la chaîne à bas prix Dollar Tree, qui observe une «évolution» des consommateurs «bien plus concentrés sur leurs besoins et qui tentent de s'assurer d'avoir suffisamment d'argent pour finir le mois».

Les résultats du secteur de la vente au détail offrent un tableau contrasté de la santé des consommateurs.

La chaîne Target a accusé le coup face à la forte baisse des achats en octobre, présage d'une mauvaise saison de Noël. Le groupe table sur de fortes promotions pendant les fêtes, selon son directeur général Brian Cornell.

«Les consommateurs font face à une inflation persistante trimestre après trimestre», a-t-il expliqué lors d'une conférence téléphonique avec des analystes, «ils se montrent très prudents, sont très attentifs et se disent +d'accord, si je dois acheter, je veux faire une très bonne affaire+».

Chez Lowe's, spécialiste du bricolage et de la décoration, l'ambiance est toute autre, avec un troisième trimestre «solide» et aucun signe d'essoufflement attendu. «Nous n'observons rien qui ressemble à un repli des achats», a estimé son directeur


Le 6e  Forum des affaires UE-CCG souligne l'engagement à stimuler la coopération

Le secrétaire général adjoint pour les affaires politiques et les négociations du CCG prend la parole à l’occasion du 6e Forum des affaires UE-CCG. (KUNA)
Le secrétaire général adjoint pour les affaires politiques et les négociations du CCG prend la parole à l’occasion du 6e Forum des affaires UE-CCG. (KUNA)
Short Url
  • Le fonctionnaire de l'UE a salué les stratégies de diversification économique dans le Golfe
  • Un responsable du CCG propose l'énergie, la sécurité alimentaire, la diversification, la création d'emplois et la formation et l'éducation comme domaines prioritaires de la coopération commerciale

BRUXELLES: L'Union européenne (UE) et le Conseil de coopération du Golfe (CCG) ont souligné leur volonté de développer leur coopération lors de leur 6e forum conjoint des entreprises, jeudi dernier à Bruxelles.  

Ce forum a organisé quatre panels pour évoquer le changement climatique, la sécurité énergétique, l'environnement et la transition numérique dans les pays de l'UE et du CCG.  

«Cette réunion est à la fois bienvenue et opportune étant donné les développements mondiaux très difficiles auxquels nous avons été confrontés – et auxquels nous faisons encore face en 2022», a déclaré jeudi lors de son discours d’ouverture le vice-président exécutif de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis. 

Ce dernier a expliqué que, «dans cet environnement difficile, l'UE est pleinement engagée dans le renforcement des liens économiques entre nos deux blocs régionaux. Développer nos domaines d'intérêt commun en travaillant de manière plus collaborative serait très fructueux». 

L'UE est guidée dans cet important objectif par notre communication sur un «partenariat stratégique avec le Golfe» publiée en mai de cette année. L'objectif stratégique de cette feuille de route est clair: élargir et approfondir notre coopération avec le CCG et ses pays membres, a-t-il également précisé. 

«Nous considérons le Golfe comme une région voisine dynamique et une passerelle importante entre l'Europe, l'Asie et l'Afrique.» 

L'ancien premier ministre de la République de Lettonie a indiqué que l'UE et le CCG représentent 20% de l'économie mondiale, 17,5% du commerce international et plus de la moitié des investissements directs étrangers dans le monde. 

Il a souligné que les discussions du forum devraient se concentrer sur les domaines d'intérêt mutuel tels que l'amélioration du climat des échanges et des investissements, la coopération réglementaire et douanière et les objectifs de développement durable.  

Dombrovskis s'est également félicité des stratégies de diversification économique des pays du Golfe, saluant les progrès réalisés en matière d'intelligence artificielle, de biotechnologie et de génie génétique pour stimuler la production locale. 

Au mois de février, les ministres des Affaires étrangères du CCG et de l'UE ont annoncé la création d'un nouveau partenariat stratégique et ils ont adopté un programme d'action conjoint (JAP) qui vise à consolider ce partenariat au cours des cinq prochaines années.  

Le Dr Adbelaziz Abou Hamad Aluwaisheg, secrétaire général adjoint pour les affaires politiques et les négociations au sein du CCG, a déclaré lors de ce forum que le moment était idéal pour profiter de cet élan.  

«Il est indéniable que nous vivons dans l'ombre de la guerre en Ukraine, qui a entraîné des pénuries d'énergie, une insécurité alimentaire ainsi qu’un ralentissement économique qui pourrait conduire à une récession mondiale, mais c'est aussi le moment d'agir, de faire face à ces répercussions», a déclaré le Dr Aluwaisheg. 

Ce dernier a proposé cinq domaines prioritaires pour la coopération interentreprises entre l'UE et le CCG: l'énergie, la sécurité alimentaire, la diversification, les projets qui stimulent la création d'emplois et la formation, ainsi que l'éducation aux nouvelles compétences.