Après la fusion ratée, TF1 et M6 mettent en route leur « plan B»

Cette opération, annoncée en mai 2021 et qui devait permettre de réunir les première et troisième chaînes du paysage audiovisuel français pour créer un géant de la télévision, a été subitement annulée en raison des réticences de l'Autorité française de la concurrence. (Photo, AFP)
Cette opération, annoncée en mai 2021 et qui devait permettre de réunir les première et troisième chaînes du paysage audiovisuel français pour créer un géant de la télévision, a été subitement annulée en raison des réticences de l'Autorité française de la concurrence. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 23 septembre 2022

Après la fusion ratée, TF1 et M6 mettent en route leur « plan B»

  • Après 18 mois de travaux et d'importants frais dépensés en vain, les deux groupes ont donc dû se résoudre à revoir leurs projets
  • Du côté de M6, propriété de l'allemand Bertelsmann via le groupe RTL, le temps presse car l'autorisation d'émettre de la chaîne expire en mai 2023

PARIS: Nouveau patron pour l'un, nouvel actionnaire pour l'autre : une semaine après l'abandon brutal de leur projet de mariage, les deux groupes de télévision TF1 et M6 s'emploient à mettre en œuvre un "plan B" face aux plateformes de streaming.

Entre les anciens fiancés redevenus concurrents, TF1, propriété du géant de la construction Bouygues, est le premier à abattre ses cartes.

Il a annoncé vendredi la nomination prochaine à sa tête de Rodolphe Belmer, 53 ans, qui a construit l'essentiel de sa carrière à la tête d'un autre poids lourd de l'audiovisuel français, Canal+.

C'est aussi une figure connue du monde de la tech et des télécoms, en tant qu'ex-dirigeant d'Eutelsat et d'Atos.

"Il va gérer la mise en place d'un plan B, la réinvention de TF1 pour faire face aux plateformes", a indiqué à l'AFP une source proche du dossier.

Libre après son départ prématuré du groupe informatique Atos durant l'été, Rodolphe Belmer est également administrateur du géant américain du streaming Netflix depuis 2018.

"Son parcours à la tête de plusieurs grands groupes français, leaders et internationaux, son expérience dans le secteur des médias et le streaming, constituent les meilleurs atouts pour relever les défis qui sont devant nous et conduire le développement du groupe TF1 sur le long terme", a salué l'actuel PDG de TF1, Gilles Pélisson, dans un communiqué.

M. Pélisson lui cédera le 27 octobre le poste de directeur général, puis la présidence du conseil d'administration le 13 février 2023, pour devenir alors "directeur général adjoint du groupe Bouygues en charge des médias et du développement", comme cela était prévu en cas de fusion réussie avec M6.

Cette opération, annoncée en mai 2021 et qui devait permettre de réunir les première et troisième chaînes du paysage audiovisuel français pour créer un géant de la télévision, a été subitement annulée en raison des réticences de l'Autorité française de la concurrence.

L'institution subordonnait son feu vert à la cession des chaînes TF1 ou M6 à un autre acteur, pour éviter la création d'un mastodonte qui aurait, selon elle, faussé notamment le marché de la publicité.

Après 18 mois de travaux et d'importants frais dépensés en vain, les deux groupes ont donc dû se résoudre à revoir leurs projets.

Ils comptaient initialement sur leurs "synergies" pour peser face à l'essor de Netflix, Amazon Prime ou Disney+, qui grignotent leur audience, projettent d'investir le marché publicitaire et achètent à prix d'or des programmes y compris sportifs.

M6 toujours à vendre

Du côté de M6, propriété de l'allemand Bertelsmann via le groupe RTL, le temps presse car l'autorisation d'émettre de la chaîne expire en mai 2023. Or, la loi française interdit tout changement de l'actionnaire principal pendant cinq ans après son renouvellement.

RTL Group, qui organise dans l'urgence un "test de marché", a rapidement confirmé être toujours vendeur de sa participation de 48,3% dans le groupe de télévision et de radios.

Selon le quotidien économique Financial Times, les candidats au rachat avaient jusqu'à vendredi pour envoyer leur offre.

"Nous avons été inondés de marques d'intérêt", a indiqué jeudi un porte-parole du groupe à l'AFP, qui temporise toutefois en assurant que RTL "n'est pas pressé de vendre".

Ces enchères sont susceptibles d'attirer de nombreuses offres, notamment des candidats malheureux en mai 2021, parmi lesquels les milliardaires Vincent Bolloré, à la tête de Vivendi, Xavier Niel ou Daniel Kretinsky, ou des acteurs européens comme le milliardaire italien Silvio Berlusconi via le groupe MediaForEurope.

De source proche du dossier, un "groupement" composé du producteur audiovisuel Stéphane Courbit, du financier Marc Ladreit de Lacharrière et de Rodolphe Saadé, le patron de l'armateur CMA-CGM, va aussi se positionner.

Face à ces perspectives, le titre M6 bondissait de plus de 9% vendredi à 12h30 à la Bourse de Paris, portant la valorisation du groupe à plus de 1,8 milliard d'euros.


Environ 300 mineurs ayant séjourné en zone irako-syrienne sont rentrés en France

Ces enfants sont pour la plupart rentrés avec leurs parents, soit parce que ceux-ci étaient expulsés vers la France notamment depuis la Turquie, soit parce qu'ils rentraient spontanément en France, a précisé le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti (Photo, AFP).
Ces enfants sont pour la plupart rentrés avec leurs parents, soit parce que ceux-ci étaient expulsés vers la France notamment depuis la Turquie, soit parce qu'ils rentraient spontanément en France, a précisé le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti (Photo, AFP).
Short Url
  • Dupond-Moretti a expliqué que tous les mineurs faisaient l'objet d'une prise en charge judiciaire
  • Le ministre a précisé que 11 de ces mineurs, devenus depuis majeurs, faisaient l'objet d'une inculpation pour association de malfaiteurs terroriste

PARIS: Environ 300 mineurs français ayant séjourné dans des zones d'opération de groupes terroristes sont rentrés en France, dont 77 par rapatriement, a indiqué mercredi le ministre de la Justice français lors d'une audition devant le Sénat.

"La France accueille 225 mineurs ayant séjourné dans des zones d'opération de groupes terroristes", a déclaré Éric Dupond-Moretti lors de cette audition sur les "revenantes du djihad".

Il a précisé que 217 d'entre eux avaient séjourné en zone irako-syrienne et les huit autres dans d'autres zones de conflit telles que l'Afghanistan, la Libye et le Yémen.

Ces enfants sont pour la plupart rentrés avec leurs parents, soit parce que ceux-ci étaient expulsés vers la France notamment depuis la Turquie, soit parce qu'ils rentraient spontanément en France, a-t-il expliqué.

"Par ailleurs, 77 mineurs ont été rapatriés par les autorités françaises, dont 71 depuis les camps du Rojava (dans le nord-est de la Syrie, NDLR) en sept opérations, entre le 15 mars 2019 et le 4 octobre 2022, et six autres depuis l'Irak", a-t-il ajouté.

Lundi, une femme et ses deux enfants retenus dans le camp de Roj ont été rapatriés en France, trois mois après que 35 mineurs et 16 femmes l'avaient déjà été.

M. Dupond-Moretti a expliqué que tous les mineurs faisaient l'objet d'une prise en charge judiciaire.

"Il s'agit souvent d’enfants très jeunes:  les deux tiers ont moins de 10 ans", a-t-il indiqué, précisant que 22 de ces enfants étaient orphelins et que 77 d'entre eux étaient nés sur zone et ne connaissaient "rien de la France".

Le ministre a précisé que 11 de ces mineurs, devenus depuis majeurs, faisaient l'objet d'une inculpation pour association de malfaiteurs terroriste.


Affaire des fuites au 36: La défense demande au tribunal de «rendre leur honneur» aux prévenus

La 11e chambre correctionnelle du tribunal de Paris examinait depuis le 12 septembre une affaire touffue, à trois volets, qui amène sur le banc des prévenus des profils hétéroclites: anciens grands flics, ex-ministre, notaire, avocat, entrepreneur ou encore restaurateurs (Photo, AFP).
La 11e chambre correctionnelle du tribunal de Paris examinait depuis le 12 septembre une affaire touffue, à trois volets, qui amène sur le banc des prévenus des profils hétéroclites: anciens grands flics, ex-ministre, notaire, avocat, entrepreneur ou encore restaurateurs (Photo, AFP).
Short Url
  • Le jugement a été mis en délibéré au 6 décembre
  • Chose rare, le parquet a requis une relaxe générale dans le deuxième volet du dossier

PARIS: Au dernier jour du procès à Paris, la défense a demandé au tribunal de "rendre" leur "honneur" à l'ancien patron de la police judiciaire parisienne Bernard Petit et son ex-chef de cabinet, soupçonnés d'entrave à la justice mais dont la relaxe a été requise par le parquet.

Le jugement a été mis en délibéré au 6 décembre.

La 11e chambre correctionnelle du tribunal de Paris examinait depuis le 12 septembre une affaire touffue, à trois volets, qui amène sur le banc des prévenus des profils hétéroclites: anciens grands flics, ex-ministre, notaire, avocat, entrepreneur ou encore restaurateurs.

Chose rare, le parquet a requis une relaxe générale dans le deuxième volet du dossier.

Bernard Petit y est soupçonné, comme son chef de cabinet d'alors Richard Atlan, d'avoir transmis en octobre 2014 des informations confidentielles, via le fonctionnaire Philippe Lemaître, au fondateur du GIGN Christian Prouteau, sur une enquête le visant.

Les déclarations de Philippe Lemaître, qui avait affirmé avoir agi sur ordre de son patron, le président de l'Association des œuvres sociales de la police (Anas) Joaquin Masanet, avaient joué un rôle décisif dans l'enquête.

Mercredi, chose assez rare à un procès, la défense a abondé dans le sens du parquet.

"Une fois qu'on fait la part entre le louvoiement, (...) les gros mensonges de Philippe Lemaître, et les éléments objectifs, il ne reste rien", a plaidé l'avocat de Bernard Petit.

"On ne lui rendra pas sa carte de police, mais vous pouvez lui rendre son honneur", a soutenu Me Arthur Dethomas, rappelant que M. Petit avait été limogé juste après sa mise en examen en février 2015.

Saluant "l'honnêteté intellectuelle" du parquet, Me Jean-Christophe Ramadier a soutenu que Richard Atlan était arrivé au printemps 2014 au poste de chef de cabinet et qu'il n'avait, du fait de son poste, "pas accès aux enquêtes en cours".

"Oui il y a eu des fuites" mais "elles ne venaient pas du 36, et vous devrez en tirer les conséquences", a-t-il insisté, demandant la relaxe pour un homme à la "carrière exemplaire" qui, "du jour au lendemain", "n'était plus flic, n'était plus rien".

«Au-dessus de tout soupçon»

L'enquête qui aurait été menacée par ces fuites constitue le premier volet de l'affaire.

Le célèbre "escroc des stars" Christophe Rocancourt est notamment soupçonné d'avoir, avec l'avocat Marcel Ceccaldi, tenté de faire régulariser deux Marocaines en demandant l'intervention rémunérée de Christian Prouteau et de l'ex-secrétaire d'État Kofi Yamgnane.

Me Christian Charrière-Bournazel a plaidé "fermement" la relaxe de Kofi Yamgnane, réfutant tout trafic d'influence de la part de cet ancien député, "au-dessus de tout soupçon", a-t-il dit.

Il a assuré que l'élu était intervenu brièvement, "de manière tout à fait régulière" et que les 3 000 euros reçus de la part d'une des deux Marocaines n'étaient pas une rétribution mais un financement politique.

Le parquet a requis lundi dans ce pan du dossier, qui concerne aussi un notaire et la compagne de Christophe Rocancourt, des peines allant jusqu'à quatre ans dont deux ferme, ainsi que des amendes jusqu'à 50 000 euros.

Le troisième volet du dossier concerne au premier chef Joaquin Masanet, soupçonné d'avoir détourné les moyens de l'Anas dans son intérêt privé.

Le parquet a requis cinq ans dont deux ferme et 30 000 euros d'amende à son encontre, demandant au tribunal de le condamner pour des interventions rémunérées dans des dossiers administratifs, des frais de bouche fictifs et la surfacturation de travaux payés par l'association.

Comme lorsqu'il était syndicaliste, M. Masanet est bien "intervenu" mais "à part des pots de confiture, des bouteilles de vin algérien, des chocolats", il n'y a aucune preuve de rémunération, a plaidé Me Marlène Viallet.

L'avocate a affirmé que les poursuites concernant les notes de frais n'étaient pas fondées juridiquement et qu'elles étaient largement surestimées. Elle a en outre contesté toute "surfacturation", parlant de "dépassements" habituels dans la construction.

La défense a plaidé la relaxe pour les neuf autres prévenus de ce volet, pour lesquels la relaxe ou du sursis ont été requis.


Quatre salariés de RTE en garde à vue à la DGSI

RTE est le gestionnaire du réseau de transport d'électricité en France (Photo, AFP).
RTE est le gestionnaire du réseau de transport d'électricité en France (Photo, AFP).
Short Url
  • Le parquet de Paris a confirmé le placement en garde à vue de quatre hommes âgés de 31 à 35 ans
  • Après une enquête interne, RTE a engagé des procédures disciplinaires contre ces quatre salariés, qui ont été suspendus

PARIS: Quatre salariés de RTE, le gestionnaire du réseau de transport d'électricité en France, sont en garde à vue depuis mardi dans les locaux de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), a-t-on appris mercredi de source proche du dossier, pour avoir  débranché la "téléconduite" de postes électriques lors d'une grève.

Le parquet de Paris a confirmé le placement en garde à vue de quatre hommes âgés de 31 à 35 ans, employés de RTE, dans le cadre d'une enquête de sa section cybercriminalité.

L'enquête a été ouverte le 29 juillet pour entrave à un système de traitement de données, sabotage informatique, accès et maintien frauduleux dans un système de traitement automatisé de données, ainsi que pour introduction, modification et suppression de données d'un tel système, a précisé le parquet.

Le fait que les salariés sont entendus dans les locaux de la DGSI s'explique par le statut de RTE, opérateur d'importance vitale pour le fonctionnement du pays.

RTE avait déposé plainte cet été à la suite de dégradations qui auraient entraîné des coupures de courant, a indiqué la source proche du dossier, précisant que les faits reprochés étaient de droit commun.

Dans une note aux salariés consultée mercredi par l'AFP, la direction de RTE n'évoque pas de dégradation mais, par trois fois en juin et en juillet, une "perte de téléconduite", c'est-à-dire que des postes électriques ont été rendus indisponibles pour être vus et manoeuvrés à distance, par exemple pour être mis hors tension, ce qui a "mis en risque important la sûreté du système électrique".

Selon Fabrice Casanova, délégué syndical central CGT pour RTE, "le passage en local des télécommandes des postes est une action symbolique pour dire: je prends les manettes", et qui n'a pas d'impact sur le fonctionnement du réseau électrique si les appareils ne sont pas manoeuvrés localement, comme ce fut le cas selon lui.

Après une enquête interne, RTE a engagé des procédures disciplinaires contre ces quatre salariés, qui ont été suspendus.

Dans la matinée, la CGT a diffusé un communiqué pour dénoncer des "services anti-terroristes utilisés pour faire taire les revendications salariales des agents".

"Ce sont des salariés lambda, quatre techniciens de maintenance de la région Nord", insiste Francis Casanova, selon qui, pour une "action symbolique", ils "se retrouvent en garde à vue pendant 96 heures comme les pires des terroristes pour rien !" "C'est un truc de dingue!" s'est-il exclamé.

M. Casanova y voit "une volonté de réprimer le mouvement social", rappelant qu'il y a eu des actions pendant plusieurs mois à RTE pour des augmentations de salaires, sans que les grévistes obtiennent gain de cause.

Un rassemblement à l'initiative de la CGT est prévu jeudi à 14H00 devant le siège de RTE dans le quartier de La Défense, en proche banlieue parisienne.