À Hong Kong, fin de la quarantaine obligatoire pour les arrivées internationales

L'approche de Hong Kong contraste fortement avec celle des grandes places financières rivales, telles que Londres, Singapour, New York et Tokyo, qui ont rouvert leurs portes cette année. (Photo, AFP)
L'approche de Hong Kong contraste fortement avec celle des grandes places financières rivales, telles que Londres, Singapour, New York et Tokyo, qui ont rouvert leurs portes cette année. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 23 septembre 2022

À Hong Kong, fin de la quarantaine obligatoire pour les arrivées internationales

  • « Le système des hôtels de quarantaine va être supprimé» à partir du 26 septembre, a déclaré le chef de l'exécutif, lors d'une conférence de presse
  • Au plus fort des restrictions, la durée d'isolement à l'hôtel a atteint 21 jours

HONG KONG : Hong Kong va lever la quarantaine obligatoire à l'hôtel pour les personnes arrivant de l'étranger, a annoncé le chef de l'exécutif vendredi, mettant fin à plus de deux années et demie d'isolement international du centre financier.

"Le système des hôtels de quarantaine va être supprimé" à partir du 26 septembre, a déclaré John Lee lors d'une conférence de presse.

Les voyageurs devront toutefois se soumettre à un test PCR à leur arrivée et ne seront pas autorisés à se rendre dans les bars et les restaurants pendant les trois premiers jours.

Et les touristes courent toujours le risque d'être isolés dans une chambre d'hôtel, ou, dans le pire des cas, d'être envoyés en camp de quarantaine, s'ils sont testés positifs au coronavirus à leur arrivée à Hong Kong.

Les quotas d'arrivées en provenance de Chine continentale vont également être supprimés, a précisé le gouvernement.

La levée des restrictions, très attendue, va apporter un soulagement aux habitants et aux entreprises qui réclamaient que la place financière asiatique suive la tendance mondiale en autorisant de nouveau les voyages sans contraintes.

Le gouvernement faisait face à une pression croissante de la part des résidents, des chefs d'entreprise et même de certains de ses propres conseillers en matière de santé publique, pour mettre fin à la quarantaine, notamment après une vague épidémique en début d'année.

21 jours

Depuis, le nombre d'infections locales a largement dépassé celui des infections en provenance de l'étranger, mais les autorités ont choisi de maintenir les règles de quarantaine.

Au plus fort des restrictions, la durée d'isolement à l'hôtel a atteint 21 jours. Ces règles ont provoqué un important exode : 113 000 personnes ont quitté la ville depuis mi-2021, selon des données officielles.

Le coût économique a été important. La ville se trouve actuellement en récession technique après avoir enregistré un recul du PIB sur deux trimestres consécutifs.

"Il y a une forte probabilité que Hong Kong enregistre une croissance négative du PIB cette année", a mis en garde jeudi le secrétaire aux Finances de la ville Paul Chan.

"Pour que Hong Kong retrouve véritablement sa compétitivité vis-à-vis des autres villes dans le monde, l'annonce n'est pas suffisante. Hong Kong devrait être totalement connectée au monde sans entrave", a estimé le président de la Chambre de commerce américaine à Hong Kong, Eden Woon.

Son aéroport de Hong Kong était jadis l'un des plus animés au monde. Le nombre de passagers cette année ne représente plus que 3,8% du niveau prépandémique.

Afflux de connexions

Les sites web de la compagnie aérienne hongkongaise Cathay Pacific et de sa filiale à bas prix HK Express ont été ralentis vendredi par un afflux de connexions.

Mais il est peu probable que Hong Kong renoue soudainement avec un tourisme massif.

Au cours des deux dernières années, de nombreuses compagnies aériennes ont réduit leurs itinéraires ou tout simplement cessé de desservir la ville.

Dans un communiqué, Cathay Pacific a indiqué qu'elle ajouterait 200 allers-retours en octobre vers des destinations régionales et long-courriers.

La compagnie avait averti au début de l'année qu'elle ne pourrait accroître ses liaisons de plus d'un tiers cette année, ayant des difficultés à embaucher du personnel et à trouver des avions.

Et les prix des vols ont grimpé en flèche. Même avant l'annonce de vendredi, le coût d'un billet vers Los Angeles ou Londres était plus du double de ce qu'il était avant la pandémie.

Réouverture

Hong Kong a appliqué une version plus souple de la stratégie chinoise "zéro-covid", laquelle impose notamment de multiples confinements dès l'apparition de cas positifs et des tests PCR quasi obligatoires toutes les 72 ou 48 heures.

Des mesures telles que la quarantaine obligatoire à l'hôtel pour les personnes arrivant de l'étranger – allant jusqu'à 21 jours –, ont été appliquées dans cette région administrative spéciale de Chine pendant toute la période de la pandémie et ont permis d'éradiquer la première vague de la pandémie, alors que celle-ci provoquait de nombreux décès à travers le monde.

Mais ce hub international n'est pas parvenu à tenir indéfiniment le virus à l'écart et n'a pas mis en place de mesures de confinement d'ampleur, comme celles touchant des villes entières de Chine continentale.

Le variant Omicron a fait des victimes chez les personnes âgées, en particulier des personnes non vaccinées, submergeant les hôpitaux qui n'avaient pas été suffisamment préparés.

Malgré les restrictions sévères imposées aux déplacements et les règles de distanciation sociale, Hong Kong, l'une des régions au monde les plus densément peuplées, a enregistré l'un des taux de mortalité par habitant les plus élevés de la planète face au virus, avec près de 10 000 décès pour 7,4 millions d'habitants.

L'approche de Hong Kong contraste fortement avec celle des grandes places financières rivales, telles que Londres, Singapour, New York et Tokyo, qui ont rouvert leurs portes cette année.

Environ quatre millions de personnes devraient notamment se rendre à Singapour cette année.


La Cédéao décide de créer une force régionale face au djihadisme et aux coups d'Etat

Les dirigeants des Etats d'Afrique de l'Ouest se sont réunis dimanche à Abuja (Photo, AFP).
Les dirigeants des Etats d'Afrique de l'Ouest se sont réunis dimanche à Abuja (Photo, AFP).
Short Url
  • Plusieurs pays de la région sont en proie à la propagation djihadiste qui, partie du nord du Mali, a gagné le centre de ce pays,
  • Les armées nationales sont impuissantes et coopèrent avec des acteurs extérieurs, l'ONU, la France ou encore la Russie

ABUJA, Nigeria: Les dirigeants d'Afrique de l'Ouest ont décidé dimanche à Abuja la création d'une force régionale vouée à intervenir non seulement contre le djihadisme, mais aussi en cas de coup d'État, comme la région en a connu plusieurs depuis deux ans, a indiqué un haut responsable.

Propagation djihadiste 

Plusieurs pays de la région sont en proie à la propagation djihadiste qui, partie du nord du Mali, a gagné le centre de ce pays, mais aussi le Burkina Faso et le Niger, et s'étend vers le sud et le golfe de Guinée. Les armées nationales sont largement impuissantes et coopèrent avec des acteurs extérieurs, l'ONU, la France ou encore la Russie.

L'insécurité est un facteur primordial des coups d'État militaires qui ont secoué la région depuis 2020, au Mali, au Burkina et, pour d'autres raisons, en Guinée.

Des responsables militaires de la région se réuniront dans la deuxième moitié de janvier pour discuter des modalités d'établissement de la force régionale, a dit M. Touray.


«Pas de solution diplomatique» à la guerre en Ukraine, selon une responsable de Memorial

 Irina Chtcherbakova, historienne et membre du conseil d'administration du groupe de défense des droits Memoria (Photo, AFP).
Irina Chtcherbakova, historienne et membre du conseil d'administration du groupe de défense des droits Memoria (Photo, AFP).
Short Url
  • Selon la militante russe, des appels prématurés à la paix sont «puérils»
  • «La solution qui se présente maintenant est une solution militaire»

HAMBOURG: Il n'y actuellement "pas de solution diplomatique" à la guerre en Ukraine, a estimé dimanche Irina Chtcherbakova, qui a cofondé l'ONG russe de défense des droits de l'homme Memorial, dissoute par les autorités et lauréate du prix Nobel de la Paix 2022.

"Je suis absolument convaincue qu'il n'y a pas de solution diplomatique avec le régime de Poutine, tant qu'il est encore là", a déclaré à Hambourg Irina Chtcherbakova, qui a quitté la Russie après l'invasion de l'Ukraine par les forces russes et réside actuellement en Allemagne.

"La solution qui se présente maintenant est une solution militaire", même si ultérieurement, la diplomatie peut jouer un rôle pour la résolution du conflit, a estimé Mme Chtcherbakova, qui a reçu à Hambourg le prix Marion Doenhoff pour ses années de militantisme en Russie au service de la cause des droits de l'homme.

"Mais ces décisions, cette diplomatie ne pourront intervenir que lorsque l'Ukraine estimera avoir gagné la guerre et pouvoir y mettre fin", a-t-elle estimé.

Selon la militante russe, des appels prématurés à la paix sont "puérils". "Rien ne sera jamais plus comme avant", a-t-elle relevé.

Le prix Marion Doenhoff a été remis à Mme Chtcherbakova par le chancelier allemand Olaf Scholz.

Les efforts de Mme Chtcherbakova montrent la voie vers un "meilleur avenir pour la Russie", même si cette perspective "parait encore invraisemblable", a déclaré le chancelier.

La guerre ne devrait pas se terminer par "une victoire de l'expansionnisme" russe", mais il ne faut pas oublier que la Russie sera "toujours là" après la fin des hostilités, a poursuivi M. Scholz.

Memorial, lauréat du prix Nobel 2022 avec le militant des droits de l'homme bélarusse Ales Bialiatski et le Centre pour les libertés civiles (Ukraine), recevra la récompense à Oslo samedi 10 décembre.

Fondée en 1989, Memorial a œuvré pendant des décennies pour faire la lumière sur les crimes commis sous le régime totalitaire de Staline et pour préserver la mémoire de ses victimes tout en collectant des informations sur la violation des libertés et des droits en Russie.

L'organisation a été dissoute par la justice russe fin 2021.


Critiques aux Etats-Unis après un appel de Trump à abandonner la Constitution

L'ancien président américain Donald Trump (Photo, AFP).
L'ancien président américain Donald Trump (Photo, AFP).
Short Url
  • Trump a affirmé qu'une «fraude de ce genre et de cette envergure permet l'abrogation de toutes les règles, y compris celles de la Constitution»
  • Des propos qui ont été immédiatement condamnés par la Maison Blanche

WASHINGTON: La classe politique américaine a vivement condamné dimanche un appel la veille de l'ancien président Donald Trump à abandonner la Constitution américaine pour revenir sur le résultat de l'élection présidentielle de 2020 remportée par Joe Biden.

Réitérant ses allégations infondées de fraude massive lors du scrutin, Donald Trump a affirmé samedi sur son réseau Truth Social qu'une "fraude de ce genre et de cette envergure permet l'abrogation de toutes les règles, réglementations et articles, y compris ceux de la Constitution".

Des propos qui ont été immédiatement condamnés par la Maison Blanche.

"La Constitution américaine est un document sacro-saint qui garantit depuis 200 ans que la liberté et l'État de droit prévalent dans notre beau pays", a commenté samedi un porte-parole de l'exécutif, Andrew Bates, dans un communiqué.

"Attaquer la Constitution et tout ce qu'elle représente est un anathème pour l'âme de notre pays et il faut le condamner", a-t-il ajouté. "On ne peut pas n'aimer l'Amérique que lorsqu'on gagne."

Dimanche, des élus des deux partis se sont offusqués des propos de l'ancien président, qui a par ailleurs récemment annoncé qu'il comptait se présenter à l'élection présidentielle de 2024.

"La semaine dernière, il dînait avec des antisémites. Maintenant, il appelle à mettre fin à la démocratie constitutionnelle en Amérique", a tweeté le chef des démocrates au Sénat, Chuck Schumer, à propos d'un dîner dans la résidence de Floride de Donald Trump auquel a participé Nick Fuentes, un suprémaciste blanc et négationniste notoire.

Donald Trump "est hors de contrôle et un danger pour notre démocratie. Tout le monde doit condamner cette attaque contre notre démocratie", a ajouté M. Schumer.

Questionné sur les propos de M. Trump sur Fox News, l'ancien vice-président Mike Pence, qui a pourtant pris ses distances avec le milliardaire américain depuis l'attaque contre le Capitole le 6 janvier 2021, s'est abstenu de les condamner.

"Les candidats qui se sont concentrés sur le passé, particulièrement ceux qui se sont concentrés sur la remise en cause de la dernière élection, n'ont pas eu de bons résultats aux élections de mi-mandat" le mois dernier, a-t-il simplement rappelé.

L'ancien conseiller à la sécurité nationale de M. Trump, le très conservateur John Bolton, s'est quant à lui offusqué de la suggestion de son ancien patron. "Tous les vrais conservateurs doivent s'opposer à sa campagne pour l'élection présidentielle de 2024", a-t-il tweeté.