France: Indemnisation des Harkis, «une insulte» selon leurs descendants

Des harkis et leurs enfants manifestent à côté du camp de Saint-Maurice l'Ardoise, pour dénoncer les conditions de vie de leur communauté, le 2 juin 1975 (Photo, AFP).
Des harkis et leurs enfants manifestent à côté du camp de Saint-Maurice l'Ardoise, pour dénoncer les conditions de vie de leur communauté, le 2 juin 1975 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 27 septembre 2022

France: Indemnisation des Harkis, «une insulte» selon leurs descendants

  • «C'est une insulte, pas à la hauteur du préjudice subi»
  • La présidence française promet que plus de 27 millions d'euros supplémentaires vont être versés

ALGER: À l’occasion de la célébration annuelle de la Journée nationale d’hommage aux harkis et aux personnels des diverses formations supplétives et assimilés, le gouvernement français a annoncé avoir versé plus de 22 millions d’euros à ceux qui leur ont servi d’auxiliaires durant la guerre d’Algérie, somme loin de convenir aux enfants de harkis. 

Depuis sa création, en 2003, cette commémoration donne lieu chaque année à l’organisation d’une cérémonie à Paris. Ce dimanche 25 septembre, la France a donc célébré la Journée nationale en l'honneur des harkis.

V
Des vétérans harkis en ligne lors d'une cérémonie aux Invalides le 25 septembre (Photo, AFP).

Dans ce communiqué publié dimanche, l'Élysée a annoncé que l'État français avait déjà versé 22 millions d'euros en guise de compensation pour environ 3 000 Harkis et leur descendance.

Lors de cet événement, la présidence française a indiqué qu’au lendemain de la publication de cette loi, plus de 11 500 demandes ont été reçues. Le nombre de dossiers s’élève actuellement à 22 000 requêtes, selon le même communiqué.

La présidence française promet que plus de 27 millions d'euros supplémentaires vont être versés.

L’an dernier, le président français Emmanuel Macron avait promis, devant un public de Harkis, de « faire plus pour la communauté » reconnaissant que la France « a manqué à son devoir envers les Harkis, leurs femmes et leurs enfants ».

Le chef d’État français s’était engagé à rédiger une loi reconnaissant la responsabilité de l'État dans l’histoire Harkie et de prendre des dispositions prévoyant des "réparations" pour leur traitement au fil des décennies.

Cependant, les Harkis disent n'avoir reçu pour l’instant que « des platitudes », interpellant de nouveau Macron « Nous espérons que vous serez celui qui mettra fin à 60 ans d'une certaine hypocrisie par laquelle l'abandon des Harkis est reconnu dans les discours, mais pas dans la loi ».

«Pas à la hauteur» 

Le Parlement français a finalement  adopté, quelques mois plus tard, une loi de « reconnaissance et de réparation » était signée le 23 février 2022, prévoyant un dispositif d'indemnisation pour les Harkis et leur famille.

Cette loi prévoit  de déverser 3 000 euros par année passée dans un camp. Néanmoins, la somme totale ne devra pas dépasser les 16 000 euros.

De ce fait, les enfants des Harkis ne sont  toujours pas convaincus que les montants proposés par la France soient à la hauteur des conditions précaires dans lesquelles ils ont été reçus à leur arrivée en France. 

Ces derniers ont évoqué la dureté de la vie dans des camps de fortune assignés, isolés de tout et livres à eux même dans les six camps dits de transit où ils ont été affectés. 

Les familles des harkis ont dénoncé le caractère discriminatoire de ces réparations. Selon  ces derniers, parmi les 90 000 Harkis et leurs familles arrivés en France, seulement 40 000 à 50 000 ont eu droit à cette indemnisation.

« C'est une insulte, pas à la hauteur du préjudice subi » confie André Azni, fils de harki à France Info. 

Le président de l'association « Les harkis et leurs amis » qui demande 50 000 euros d’indemnités, considère qu’Emmanuel Macron « n'a pas la volonté de réparer les harkis, ce n'est pas sincère ». 

Ces membres de la communauté jugent ces gestes très insuffisants et réclament, depuis leur arrivée en France, une réparation bien plus conséquente.

"Ces annonces ne nous conviennent pas du tout", a indiqué mardi à l'AFP Mohamed Badi, du Comité national de liaison des harkis. "Avec les autres présidents d'associations, nous voulons désormais aller devant la Cour européenne des droits de l'homme pour une loi de reconnaissance et une réparation (financière) correcte. (…) Cette journée est de l'enfumage pour faire oublier les raisons de notre mécontentement total".

Sur les quelque 150.000 Algériens recrutés par l'armée française comme auxiliaires durant la guerre d'Algérie, environ 60.000 sont parvenus à partir pour la métropole avec les "pieds-noirs". Mais leur accueil s'est fait dans des conditions précaires (camps, hameaux de forestage et cités urbaines), sans réelles perspectives d'intégration pour eux-mêmes ni leurs enfants.

(Avec AFP)


France: Redémarrage d'une centrale à charbon dans l'Est

La centrale à charbon Emile-Huchet de Saint-Avold (Photo, AFP).
La centrale à charbon Emile-Huchet de Saint-Avold (Photo, AFP).
Short Url
  • Très émettrice de CO2, la centrale Emile-Huchet devait fermer ses portes définitivement fin mars, mais le gouvernement n'excluait déjà pas de la redémarrer
  • Au total, il faudra plus de 500 000 tonnes de charbon pour faire tourner jusqu'à fin mars le site qui, lorsqu'il fonctionne à pleine capacité, produit jusqu'à 600 Megawattheure

STRASBOURG: La centrale à charbon Emile-Huchet de Saint-Avold, dans l'est de la France, qui avait fermé en mars, a recommencé à produire de l'électricité lundi matin, a indiqué le directeur du site, Philippe Lenglart.

Les températures, jusqu'alors relativement douces, sont désormais "'de saison' et nous avons été appelés à produire depuis 09H00 ce (lundi) matin", a-t-il précisé, confirmant des informations de plusieurs médias.

Très émettrice de CO2, la centrale Emile-Huchet, l'une des dernières du parc français à fonctionner au charbon, devait fermer ses portes définitivement fin mars, mais le gouvernement n'excluait déjà pas de la redémarrer "à titre conservatoire" pour sécuriser l'approvisionnement du pays en électricité compte tenu du conflit en Ukraine et des déboires rencontrés par le parc nucléaire d'EDF.

Fin juin, le gouvernement avait ainsi annoncé sa volonté de la rouvrir au moment de l'hiver, un redémarrage qui "s'inscrit dans le plan de fermeture", avait alors souligné le ministère de la Transition énergétique. Le ministère avait insisté sur le fait que l'engagement d'Emmanuel Macron de fermer l'ensemble des centrales à charbon en France demeurait "inchangé".

La loi pour le pouvoir d'achat votée début août incluait par ailleurs une mesure permettant au fournisseur de gaz et d'électricité GazelEnergie de réembaucher les salariés cet hiver. Plus de la moitié devaient partir à la retraite, et les plus jeunes devaient être reclassés au sein des nouveaux projets de l'entreprise.

GazelEnergie prévoit entre autre de construire une chaudière biomasse à la place de la centrale à charbon.

Au total, il faudra plus de 500 000 tonnes de charbon pour faire tourner jusqu'à fin mars le site qui, lorsqu'il fonctionne à pleine capacité, produit jusqu'à 600 Megawattheures et peut alimenter un tiers des foyers de la région Grand-Est.

Il n'y a qu'une seule autre centrale au charbon, à Cordemais (ouest), encore ouverte en France. Dans le pays, plus de 67% de l'électricité produite est d'origine nucléaire, la part des combustibles fossiles ayant été en 2020 de 7,5%, dont 0,3% de charbon et 6,9% de gaz.


La Fnac retire de la vente un jeu créé par un site antifasciste

Sur son site internet, l'éditeur présente «Antifa le jeu» comme «un jeu de simulation et de gestion dans lequel vous faites vivre un groupe antifasciste local» (Photo, AFP).
Sur son site internet, l'éditeur présente «Antifa le jeu» comme «un jeu de simulation et de gestion dans lequel vous faites vivre un groupe antifasciste local» (Photo, AFP).
Short Url
  • Dans la boutique Fnac en ligne, la page du jeu n'était plus accessible lundi dans la matinée, même si le jeu était encore affiché dans les résultats de recherch
  • Plusieurs élus RN ont également interpellé la Fnac sur Twitter et se sont félicité lundi du retrait du jeu

PARIS: La Fnac a annoncé le retrait de ses rayons d'un jeu de société crée par un site antifasciste après des critiques sur Twitter d'un syndicat de police et de plusieurs élus du Rassemblement national.

"Nous comprenons que la commercialisation de ce 'jeu' ait pu heurter certains de nos publics. Nous faisons le nécessaire pour qu'il ne soit plus disponible dans les prochaines heures", a écrit la Fnac dimanche sur son compte Twitter officiel en réponse au syndicat des commissaires de la police nationale (SCPN).

Dans la boutique Fnac en ligne, la page du jeu n'était plus accessible lundi dans la matinée, même si le jeu était encore affiché dans les résultats de recherche, a constaté l'AFP.

Le SCPN avait critiqué le distributeur pour "mettre en avant les antifas, qui cassent, incendient et agressent dans les manifestations".

Plusieurs élus RN ont également interpellé la Fnac sur Twitter et se sont félicité lundi du retrait du jeu, crée par le site "La Horde" et édité par les éditions Libertalia.

Libertalia a dénoncé des "allégations mensongères émanant de l'extrême droite puis des forces de répression" qui ont entrainé le retrait d'un "outil de formation conçu par La Horde et Libertalia".

"Vous ne nous ferez pas taire!", a ajouté l'éditeur sur Twitter.

Lundi après-midi, Libertalia indiquait sur Twitter que la nouvelle édition du jeu en vente sur son site était épuisée.

Sur son site internet, l'éditeur présente "Antifa le jeu" comme "un jeu de simulation et de gestion dans lequel vous faites vivre un groupe antifasciste local" en mettant en place des "actions qui vont vous demander du temps, des moyens, et un peu d'organisation".

Plusieurs internautes ont depuis interpellé la Fnac sur sa commercialisation de "Mein Kampf" ("Mon combat") d'Adolf Hitler et du livre "Le grand remplacement" de l'écrivain d'extrême droite Renaud Camus.


L'Assemblée rejette la motion de censure LFI, le projet de budget de la Sécu adopté en nouvelle lecture

La Première ministre française Elisabeth Borne écoute le débat sur une motion de censure concernant la quatrième partie du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2023, à l'Assemblée nationale à Paris le 28 novembre 2022. (Photo, AFP)
La Première ministre française Elisabeth Borne écoute le débat sur une motion de censure concernant la quatrième partie du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2023, à l'Assemblée nationale à Paris le 28 novembre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Alors que le climat s'est singulièrement tendu entre oppositions et majorité depuis des invectives jeudi soir dans l'hémicycle, l'ensemble de la gauche a apporté son soutien à LFI
  • Même s'ils sont contre ce projet de budget de la Sécu, les députés LR n'ont pas apporté leurs voix à la motion

PARIS: L'Assemblée nationale a rejeté lundi la nouvelle motion de censure LFI contre le gouvernement, soutenue par seulement 93 députés, ce qui vaut adoption en nouvelle lecture de l'ensemble du projet de budget 2023 de la Sécurité sociale.

Cette motion avait été déposée en riposte à l'arme constitutionnelle du 49.3, actionnée vendredi soir pour la sixième fois en près d'un mois par Elisabeth Borne, pour faire passer sans vote un texte budgétaire.

La Première ministre a fustigé les "contes et légendes" de La France insoumise, accusant ces députés de "fausses informations" et de "manipulation", à l'issue d'un long débat où les interventions des groupes politiques ont porté davantage sur la forme que sur le fond.

La députée insoumise Ségolène Amiot a accusé l'exécutif de "tuer la démocratie à petit feu", et demandé de "rappeler à l'ordre le gouvernement quant aux limites de son pouvoir".

Alors que le climat s'est singulièrement tendu entre oppositions et majorité depuis des invectives jeudi soir dans l'hémicycle, l'ensemble de la gauche a apporté son soutien à LFI.

La "nouvelle méthode" de dialogue prônée par la cheffe du gouvernement est "le paravent rachitique" d'un "exercice solitaire du pouvoir", a critiqué notamment le socialiste Arthur Delaporte.

La cheffe du gouvernement a elle dénoncé la "légende" du "passage en force", jugeant qu'il n'était "pas sérieux de parler de brutalité, pour l'utilisation d’un outil constitutionnel, par lequel un gouvernement engage sa responsabilité devant des oppositions numériquement plus nombreuses".

"Vous nous parlez d’un monde parallèle, où les Français auraient élu votre cher leader" Jean-Luc Mélenchon, a-t-elle aussi lancé aux bancs LFI. Mais "vous n’avez pas de majorité ni absolue, ni relative, ni alternative".

Même s'ils sont contre ce projet de budget de la Sécu, les députés LR n'ont pas apporté leurs voix à la motion, se posant en "élus responsables" qui ne veulent pas "provoquer la dissolution" de l'Assemblée. De même pour le groupe indépendant Liot: "arrêtons de perdre du temps, légiférons", a plaidé son coprésident Christophe Naegelen.

Les députés RN, contrairement à de précédentes fois, n'ont pas voté le texte LFI, jugeant que cela "ne sert à rien". Franck Allisio (RN) a dépeint "un jour sans fin" avec "six fois la même scène, six fois la même pièce de théâtre".

Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale doit passer mardi devant le Sénat en nouvelle lecture, avant de revenir mercredi devant l'Assemblée en lecture définitive. La Première ministre pourrait alors actionner une dernière fois le 49.3 sur ce projet de budget.

Le texte prévoit des mesures sur la prévention, les déserts médicaux, ou encore des économies pour les laboratoires de biologie.