Tir mortel sur un tournage: accord entre l'acteur Alec Baldwin et la famille de sa victime

L'acteur américain Alec Baldwin a annoncé mercredi avoir trouvé un accord avec la famille de la directrice de la photographie Halyna Hutchins, qu'il avait tuée en octobre 2021 en manipulant un revolver lors du tournage du western "Rust" (AFP)
L'acteur américain Alec Baldwin a annoncé mercredi avoir trouvé un accord avec la famille de la directrice de la photographie Halyna Hutchins, qu'il avait tuée en octobre 2021 en manipulant un revolver lors du tournage du western "Rust" (AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 05 octobre 2022

Tir mortel sur un tournage: accord entre l'acteur Alec Baldwin et la famille de sa victime

  • L'accord met fin aux poursuites judiciaires engagées au civil par la famille de Mme Hutchins à l'encontre d'Alec Baldwin
  • Le montant de cet accord négocié, qui doit ensuite être validé par un juge, n'a pas été divulgué

LOS ANGELES: L'acteur américain Alec Baldwin a annoncé mercredi avoir trouvé un accord avec la famille de la directrice de la photographie Halyna Hutchins, qu'il avait tuée en octobre 2021 en manipulant un revolver lors du tournage du western "Rust", un fait divers dramatique qui a choqué Hollywood.

Dans une publication Instagram, le comédien s'est dit "reconnaissant envers tous ceux qui ont contribué à la résolution de cette affaire tragique et douloureuse". La production du film reprendra en janvier 2023, selon un communiqué séparé obtenu par l'AFP.

L'accord met fin aux poursuites judiciaires engagées au civil par la famille de Mme Hutchins à l'encontre d'Alec Baldwin.

Le montant de cet accord négocié, qui doit ensuite être validé par un juge, n'a pas été divulgué.

"Je n'ai aucune envie de lancer des récriminations ou de désigner des coupables (que ce soit les producteurs ou M. Baldwin)", a commenté le mari de la directrice de la photographie, Matthew Hutchins, cité dans le communiqué de la production du film. "Nous sommes tous convaincus que la mort d'Halyna a résulté d'un terrible accident."

Le tournage doit reprendre en janvier 2023, "avec tous les principaux protagonistes", indique-t-il, précisant qu'il en sera le producteur exécutif.

Le 21 octobre 2021, le tournage de ce western dans un ranch de Santa Fe (Nouveau-Mexique) avait viré au drame lorsque M. Baldwin avait actionné une arme censée ne contenir que des balles à blanc mais dont un projectile bien réel avait blessé mortellement Halyna Hutchins, âgée de 42 ans.

«Doux-amer»

Le tir avait également blessé le réalisateur du film, Joel Souza, qui s'est réjoui mercredi de la reprise prochaine du tournage.

"Bien que ce soit évidemment doux-amer, je suis heureux qu'ensemble, nous achevions maintenant ce qu'Halyna et moi avions commencé. Tous mes efforts sur ce film seront consacrés à mettre la mémoire d'Halyna à l'honneur", a-t-il expliqué, cité dans le communiqué de la production.

L'accident de tournage, dans un pays régulièrement endeuillé par les armes à feu, avait eu un très fort retentissement, jusqu'au-delà des frontières américaines. Le fait divers avait conduit les studios de Hollywood à une introspection sur les règles et conditions de réalisation des films.

La famille d'Halyna Hutchins avait porté plainte contre l'acteur en février, l'accusant par la voix de leur avocat de "comportement dangereux" et dénonçant les mesures d'économies décidées par les producteurs du film, dont M. Baldwin, ayant selon eux abouti à la mort de la cinéaste.

L'enquête de police, dont les conclusions n'ont pas encore été rendues publiques, s'est notamment attachée à déterminer comment des munitions réelles avaient pu se trouver sur le tournage, ce qui est en théorie formellement interdit, précisément pour éviter des accidents.

Alec Baldwin avait, tout en assurant ne pas vouloir la "condamner", a encore récemment pointé du doigt l'armurière engagée pour le film, Hannah Gutierrez-Reed, et a également évoqué la responsabilité de l'adjoint à la réalisation Dave Halls, qui lui avait remis l'arme peu avant le tir.

L'acteur de 64 ans, qui figure à l'affiche de nombreux films d'action, s'est notamment fait connaître par son interprétation comique de Donald Trump dans l'émission Saturday Night Live.


Bélarus: mort du ministre des Affaires étrangères Makeï

Le ministre des Affaires étrangères du Bélarus, Vladimir Makeï, est mort à l'âge de 64 ans. (Photo, AFP)
Le ministre des Affaires étrangères du Bélarus, Vladimir Makeï, est mort à l'âge de 64 ans. (Photo, AFP)
Short Url
  • M. Makeï avait pris part cette semaine à Erevan en Arménie à un sommet de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), alliance militaire menée par Moscou
  • Le Bélarus a mis son territoire à la disposition des forces russes pour lancer leur offensive contre l'Ukraine en février

MOSCOU: Le ministre des Affaires étrangères du Bélarus, Vladimir Makeï, est mort à l'âge de 64 ans, a annoncé samedi l'agence Belta de ce pays dont le président Alexandre Loukachenko est un proche allié de Moscou.

Le Bélarus a mis son territoire à la disposition des forces russes pour lancer leur offensive contre l'Ukraine en février. Kiev accuse Moscou de se servir de ce pays comme base arrière logistique et pour mener ses frappes.

"Le ministre des Affaires étrangères bélarusse, Vladimir Makeï, est mort de façon subite", a indiqué Belta en citant son porte-parole Anatoli Glaz.

M. Makeï avait pris part cette semaine à Erevan en Arménie à un sommet de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), alliance militaire menée par Moscou.

En février, il avait assuré que "pas un seul" soldat russe ne resterait au Bélarus après des manœuvres conjointes avec Moscou à la frontière ukrainienne, quelques semaines avant l'offensive.


La présidente taïwanaise abandonne la tête de son parti après une défaite aux élections locales

La présidente taïwanaise Tsai Ing-wen quitte un bureau de vote après avoir voté aux élections municipales de la ville de New Taipei le 26 novembre 2022. (Photo, AFP)
La présidente taïwanaise Tsai Ing-wen quitte un bureau de vote après avoir voté aux élections municipales de la ville de New Taipei le 26 novembre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Tsai Ing-wen restera toutefois présidente de l'île, fonction qu'elle occupe depuis 2016
  • Les électeurs étaient également amenés à se prononcer par référendum sur un abaissement de 20 à 18 ans de l'âge légal pour voter, qui a été rejeté

TAIPEI: La présidente taïwanaise Tsai Ing-wen a annoncé samedi qu'elle abandonnait ses fonctions à la tête du parti au pouvoir, après une défaite aux élections locales.

Les Taïwanais étaient notamment appelés aux urnes pour les élections municipales et provinciales, un scrutin que Tsai Ing-wen avait qualifié de test pour démontrer "la résilience de Taïwan et se détermination à défendre la liberté et la démocratie", face aux menaces de Pékin.

Mais le PDP a perdu quatre des six principales villes de l'île de 23 millions d'habitants, dont la capitale Taipei.

"Les résultats des élections ne sont pas ceux que nous attendions (...). J'en endosse toute la responsabilité et je démissionne immédiatement de la présidence du Parti démocratique progressiste (PDP)", a-t-elle déclaré à des journalistes.

"Mais nous n'avons pas le temps de nous attrister, nous devons nous relever (...) pour faire face aux défis de la situation internationale actuelle et de l'avenir", a-t-elle ajouté.

Tsai Ing-wen restera toutefois présidente de l'île, fonction qu'elle occupe depuis 2016.

Les électeurs étaient également amenés à se prononcer par référendum sur un abaissement de 20 à 18 ans de l'âge légal pour voter, qui a été rejeté.

Enjeux locaux

Après avoir tourné la page de décennies de loi martiale en 1987, Taïwan est devenue l'une des démocraties les plus dynamiques et progressistes d'Asie. De quoi inquiéter la Chine voisine, qui considère l'île comme faisant partie de son territoire et qui a juré d'en reprendre le contrôle, par la force si nécessaire.

Depuis l'arrivée de la présidente Tsai Ing-wen au pouvoir, dont le parti considère Taïwan comme une nation souveraine de facto, Pékin a coupé les communications officielles avec l'île, intensifié ses exercices militaires, durci les pressions économiques et arraché à Taïwan sept de ses alliés diplomatiques.

Les tensions entre Taipei et Pékin ont atteint leur niveau le plus élevé en août, après la visite de Nancy Pelosi - figure politique américaine - à laquelle Pékin a rétorqué par de gigantesques manoeuvres militaires.

Mais la menace d'un conflit n'a pas pesé sur les préoccupations lors de ce scrutin, où des thématiques locales ont principalement été abordées.

L'opposition est dominée par le parti du Kuomintang plus favorable à un rapprochement avec la Chine, qui a promis samedi de "travailler dur pour maintenir la paix dans la région" et de se préparer à remporter la prochaine présidentielle, en 2024.

"Les relations avec la Chine n'étaient pas vraiment à l'ordre du jour des élections cette année, mais elles le seront en 2024", a jugé Sung Wen-ti, un enseignant de l'Australian National University, spécialiste de Taïwan, interrogé par l'AFP.

Tsai Ing-wen avait déjà démissionné de la présidence du PDP en 2018, après une défaite lors des élections locales, avant de remporter une large victoire à la présidentielle de 2020.

 


Nord du Burkina : quatre soldats tués dans l'explosion d'un engin artisanal

Depuis 2015, le Burkina Faso est régulièrement endeuillé par des attaques djihadistes de plus en plus fréquentes ayant fait des milliers de morts et contraint quelque deux millions de personnes à fuir leurs foyers. (Photo, AFP)
Depuis 2015, le Burkina Faso est régulièrement endeuillé par des attaques djihadistes de plus en plus fréquentes ayant fait des milliers de morts et contraint quelque deux millions de personnes à fuir leurs foyers. (Photo, AFP)
Short Url
  • « Un incident à l’engin explosif improvisé s’est produit ce vendredi sur l’axe Bourzanga-Kongoussi, au retour d’une mission d’escorte sur Djibo», chef-lieu de la province du Soum, a indiqué l’armée
  • Comme de nombreuses autres villes du nord du Burkina Faso, Djibo est sous blocus des groupes djihadistes

OUAGADOUGOU: Quatre soldats burkinabè ont été tués et un blessé dans l'explosion d'un engin artisanal, vendredi dans le nord du pays, a annoncé samedi l’état-major de ce pays en proie à des attaques djihadistes récurrentes.

"Un incident à l’engin explosif improvisé s’est produit ce vendredi sur l’axe Bourzanga-Kongoussi, au retour d’une mission d’escorte sur Djibo", chef-lieu de la province du Soum, a indiqué l’armée dans un communiqué.

"Cet incident a malheureusement occasionné la perte de quatre de nos vaillants combattants. Un blessé, évacué d’urgence, a été pris en charge par le service de santé des Armées", poursuit le texte.

"L’unité ciblée avait escorté un convoi de ravitaillement dans la ville de Djibo", a précisé à l’AFP une source sécuritaire, expliquant que "les éléments avaient essuyé des tirs de harcèlement plus tôt".

Comme de nombreuses autres villes du nord du Burkina Faso, Djibo est sous blocus des groupes djihadistes, qui mènent des attaques contre les convois de ravitaillement, principalement sur l'axe menant à Bourzanga et Kongoussi.

Depuis 2015, le Burkina Faso est régulièrement endeuillé par des attaques djihadistes de plus en plus fréquentes ayant fait des milliers de morts et contraint quelque deux millions de personnes à fuir leurs foyers.

Ces attaques se sont multipliées ces derniers mois, essentiellement dans le nord et l'est du pays.

Investi le 21 octobre président de la transition par le Conseil constitutionnel, le capitaine Ibrahim Traoré, auteur d'un coup d'Etat militaire le 30 septembre contre le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, s'est donné pour objectif "la reconquête du territoire occupé par ces hordes de terroristes".

A l'issue d'une grande campagne de recrutement, 90 000 civils se sont inscrits pour rejoindre les Volontaires pour la défense de la patrie (VDP), appelés à seconder l'armée dans sa lutte contre les djihadistes.