Amnesty International: le Qatar doit mettre en œuvre les réformes de travail promises

Des travailleurs migrants sont vus marchant près d’un chantier de construction dans la capitale du Qatar, Doha. (Photo, AFP)
Des travailleurs migrants sont vus marchant près d’un chantier de construction dans la capitale du Qatar, Doha. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 20 octobre 2022

Amnesty International: le Qatar doit mettre en œuvre les réformes de travail promises

  • Les abus généralisés se poursuivent dans tout le pays, affirme Amnesty International
  • La création d’un fonds d’indemnisation pour les travailleurs migrants demeure essentielle

LONDRES: Le Qatar doit mettre en œuvre toutes les réformes du travail promises, maintenant et après la Coupe du monde de football, a déclaré Amnesty International jeudi.

L’organisation de défense des droits de l’homme a réitéré ses appels à la Fifa et au Qatar pour qu’ils créent un fonds d’indemnisation pour les travailleurs migrants qui ont été maltraités dans le pays du Golfe.

Une dernière réunion d’information préalable au tournoi concernant la condition des travailleurs migrants a révélé que des abus généralisés se poursuivaient dans tout le pays.

Une refonte du système de travail du Qatar depuis 2017 a entraîné des améliorations notables pour les 2 millions de migrants travaillant dans le pays. Cependant, l’absence de mise en œuvre et d’application efficaces signifie que les travailleurs sont toujours victimes d’exploitation, a indiqué l’organisation.

Ils se voient notamment refuser des jours de congé, travaillent dans des conditions dangereuses, ont un accès limité au système judiciaire, ne sont pas payés à temps ou pas du tout, et sont confrontés à des obstacles lorsqu’ils souhaitent changer d’emploi.

La mort de milliers de travailleurs migrants n’a toujours pas fait l’objet d’une enquête, dont un certain nombre sont probablement décédés en raison de la chaleur extrême. «Bien que le Qatar ait accompli d’importants progrès en matière de droits du travail au cours des cinq dernières années, il est évident que le chemin à parcourir est encore long. Des milliers de travailleurs restent prisonniers du cycle familier de l’exploitation et des abus en raison de lacunes juridiques et d’une application insuffisante de la loi», explique Steve Cockburn, responsable du programme justice économique et sociale à Amnesty International.

«À l’approche de la Coupe du monde, le travail de protection des travailleurs migrants contre l’exploitation n’est qu’à moitié accompli, tandis que celui de l’indemnisation de ceux qui ont été victimes d’abus commence à peine.»

«Il est également impératif que le Qatar s’engage à améliorer les conditions sur le long terme. Les progrès ne doivent pas s’arrêter une fois que la Coupe du monde sera terminée», ajoute M. Cockburn. Un sondage mondial réalisé par Amnesty International en septembre révèle un soutien massif du grand public et des fans de football en faveur de l’indemnisation des travailleurs migrants qui ont souffert pendant les préparatifs de la Coupe du monde 2022.

Les conclusions soutiennent la campagne #PayUpFIFA lancée par une coalition d’organisations de défense des droits de l’homme, de groupes de supporters et de syndicats en mai 2022, qui demande à la fédération de football et aux autorités qataries de mettre en place un programme de réparation complet pour indemniser les travailleurs et empêcher de futurs abus.

«Malgré le soutien massif et croissant des supporters, des associations de football et des sponsors en faveur de l’indemnisation des travailleurs migrants, le Qatar et la Fifa ne bougent toujours pas. À un mois de la Coupe du monde, il leur reste peu de temps pour faire ce qui s’impose», déclare M. Cockburn.

«Fermer les yeux sur les abus subis par des milliers de travailleurs migrants au fil des ans va à l’encontre de leurs obligations et responsabilités internationales respectives. Ils doivent s’unir pour faire en sorte que ceux qui ont tant souffert pour rendre ce tournoi possible ne soient pas laissés pour compte», poursuit-il.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Colère au Liban après la décision de dernière minute du Premier ministre de retarder l’heure d’été

Les institutions libanaises ont pris samedi des positions divergentes sur la décision de reporter d’un mois le début de l’heure d’été (Photo, AFP/Dossier).
Les institutions libanaises ont pris samedi des positions divergentes sur la décision de reporter d’un mois le début de l’heure d’été (Photo, AFP/Dossier).
Short Url
  • Cette décision pousse les musulmans du pays à changer les heures de jeûne pendant le Ramadan
  • Les institutions libanaises ont pris samedi des positions divergentes sur la décision

BEYROUTH : Une décision soudaine du Premier ministre libanais par intérim Najib Mikati de reporter le début de l’heure d’été d’un mois s’est transformée en un différend politique majeur, mettant de côté la grave crise économique du pays. 

Malgré les avertissements consécutifs du FMI sur l’état de l’économie libanaise, la dernière controverse politique autour du report de l’heure d’été du 25 mars au 21 avril domine le débat dans le pays. 

La contestation au sujet de l’heure d’été implique également des différences religieuses et sectaires et survient alors que les musulmans commencent le mois sacré du Ramadan. Cela signifie donc que ceux qui jeûnent devraient rompre leur jeûne une heure plus tôt que prévu. 

Les institutions ont pris samedi des positions divergentes sur la décision. Un média a même déclaré qu’il «ne respectera pas la décision et s’engagera à suivre le temps universel.»

 Selon un observateur politique, le conflit reflète un «vide politique, étant donné qu’une décision absurde a été expliquée de manière sectaire.»

Cela a montré «la perte de confiance dans la classe politique dirigeante ainsi que l’ampleur de  l’indifférence dans laquelle peut se glisser la politique au Liban.» 

Le report a semé la confusion parmi les institutions travaillant avec d’autres États, notamment l’aéroport international, les banques et les réseaux de téléphonie mobile qui s’adaptent à l’heure d’été chaque année. 

Les compagnies aériennes ont été contraintes de reprogrammer leurs vols et les deux principaux réseaux mobiles du pays ont envoyé un message à leurs abonnés respectifs, leur demandant de «régler manuellement l’heure sur leurs téléphones portables avant minuit afin d’éviter le changement d’heure sur leurs écrans.»

Le secrétaire général des écoles catholiques, le père Youssef Nasr, a déclaré : «Les établissements d’enseignement privé et la Fédération des établissements privés respecteront la décision de Mikati jusqu’à ce qu’elle soit annulée.»

La décision de Mikati a provoqué le sarcasme sur les plateformes de réseaux sociaux. Un militant politique a déclaré : «Nous sommes dans la République de la perte du temps.»

Un autre a déclaré : «Il semble que la connexion du Liban au système international n’est pas importante.»

D'autres ont averti que la décision «a été prise par des dirigeants qui ne reconnaissent pas la présence d'autres personnes dans le pays».

Le député du Mouvement patriotique libre, Saeed Nasr, a déclaré lors d'une conférence de presse : «Une telle décision entraîne de nombreux problèmes et perturbations dans les logiciels, les applications et les appareils électroniques qui dépendent de l'heure d'été dans leurs opérations, entraînant ainsi des erreurs dans le réglage des heures et des dates, retardant la production et les processus de livraison. Ceci affecterait éventuellement les banques et les paiements SWIFT.»

Entre temps, au milieu d'un conflit politique sur le report - avec l'opposition à la décision menée par les députés FPM et le député Nadim Gemayel - le Cabinet libanais doit tenir une session lundi pour discuter de l'augmentation des salaires et des incitations à la suite de l'effondrement des salaires des secteurs public et privé. 

Des membres de l'armée à la retraite devraient manifester sur la place Riad Al-Solh, à Beyrouth, lors de la réunion du Cabinet, à la suite d’un mouvement similaire plus tôt cette semaine.

Les représentants des vétérans ont déclaré que l'appel à manifester est survenu après que les négociations avec le gouvernement n'aient pas répondu à leurs revendications fondamentales, en particulier au sujet des salaires justes et légaux et d’une augmentation des prestations médicales et éducatives.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Un pétrolier au large des côtes du Yémen risque de «couler ou exploser à tout moment» selon l'ONU

Le Safer contient plus d'un million de barils de pétrole, et il est vital d'agir rapidement, selon M. Gressly (Photo, AFP).
Le Safer contient plus d'un million de barils de pétrole, et il est vital d'agir rapidement, selon M. Gressly (Photo, AFP).
Short Url
  • «Nous ne voulons pas que la mer Rouge devienne la mer Noire. C'est ce qui va se passer», déclare un coordinateur humanitaire à Sky News
  • La modélisation suggère que la marée noire atteindrait les côtes de l'Arabie saoudite, de l'Érythrée et de Djibouti dans un délai de 2 à 3 semaines

LONDRES: Le superpétrolier FSO Safer, amarré au large des côtes yéménites et contenant plus d'un million de barils de pétrole, va "couler ou exploser à tout moment", semant la dévastation, a averti l'ONU.

"Nous ne voulons pas que la mer Rouge devienne la mer Noire. C'est ce qui va se passer. Il s'agit d'un ancien navire datant de 1976 qui n'est pas entretenu et qui risque de couler ou d'exploser à tout moment", a déclaré David Gressly, coordinateur humanitaire des Nations unies pour le Yémen, à Sky News.

"Ceux qui connaissent le navire, y compris le capitaine qui le commandait, me disent que c'est une certitude. Ce n'est pas une hypothèse, la seule question qui se pose encore, c'est quand est-ce que ça arrivera'".

Étant donné que le Safer contient plus d'un million de barils de pétrole, M. Gressly a déclaré qu'il était vital de prendre des mesures rapidement, les modèles scientifiques suggérant qu'une marée noire toucherait les ports de Hodeidah et de Salif, sur la mer Rouge, "en l'espace de quelques jours", ce qui mettrait brusquement fin à l'aide alimentaire dont dépendent 6 millions de personnes.

En outre, elle entraînerait l'arrêt de "la plupart" des importations de carburant, essentielles au fonctionnement des pompes et des camions fournissant de l'eau douce à quelque 8 millions de personnes.

Alors qu'il est possible d'empêcher la catastrophe pour un coût de 130 millions de dollars - un chiffre éclipsé par les 20 milliards de dollars que pourrait coûter le nettoyage - il manque 34 millions de dollars à l'ONU, qui a même eu recours au crowdfunding pour acheter un camion-citerne de secours pour l'opération de sauvetage.

"Il y a des complexités, mais pour la plupart des États membres, la difficulté - et c'est ironique - est qu'il y a beaucoup d'argent disponible dans les budgets pour répondre à une urgence, mais personne ne semble avoir de lignes budgétaires pour éviter une catastrophe", a déclaré M. Gressly.

Le Yémen n'est pas non plus le seul pays menacé, la modélisation suggérant que la marée noire atteindrait les côtes de l'Arabie saoudite, de l'Érythrée et de Djibouti dans un délai de deux à trois semaines, ce qui aurait de profondes répercussions environnementales sur les récifs coralliens et les forêts de mangroves côtières protégées.  

La totalité des stocks de poissons de la mer Rouge du Yémen étant menacée d'extinction, l'inquiétude porte sur les conséquences pour les millions de personnes qui dépendent de l'océan pour leur alimentation et leurs moyens de subsistance.

Hisham Nagi, professeur de sciences de l'environnement à l'université de Sana'a au Yémen, a déclaré à Sky News : "Le pétrolier se trouve malheureusement à proximité d'un récif corallien en très bonne santé et d'un habitat propre, qui abrite de nombreuses espèces d'organismes marins.

"La biodiversité est élevée dans cette zone. Si la marée noire atteint la colonne d'eau, de nombreux habitats marins sensibles seront gravement endommagés.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La Turquie cesse d'importer du pétrole du Kurdistan d'Irak

Le gouvernement irakien était fermement opposé à la décision turque (Photo, AFP).
Le gouvernement irakien était fermement opposé à la décision turque (Photo, AFP).
Short Url
  • Deuxième pays de l'Opep, l'Irak exporte en moyenne 3,3 millions de barils de brut par jour
  • Le dossier du pétrole empoisonne depuis de longues années les relations entre les autorités de Bagdad et celles du Kurdistan d'Irak

BAGDAD: La Turquie a cessé samedi d'importer du pétrole depuis la région autonome du Kurdistan irakien, après une décision d'un tribunal international en faveur du gouvernement fédéral à Bagdad, a-t-on appris auprès du ministère irakien du Pétrole.

Le dossier du pétrole empoisonne depuis de longues années les relations entre les autorités de Bagdad et celles du Kurdistan d'Irak.

"La Turquie a informé les autorités du Kurdistan d'Irak de l'arrêt des importations", a déclaré à l'AFP Assem Jihad, porte-parole du ministère.

L'arrêt du pompage est intervenu samedi à 12h35 (9h35 GMT) a rapporté, de son côté, le bureau irakien chargé des exportations de pétrole au port turc de Ceyhan dans un document dont l'authenticité a été confirmée par M. Jihad.

Les autorités turques n'avaient pas commenté ces affirmations dans l'immédiat.

Cette mesure intervient après que le tribunal arbitral de la Chambre de commerce internationale à Paris a donné raison à Bagdad dans un contentieux qui l'oppose à la Turquie sur les exportations de pétrole du Kurdistan irakien.

En 2014, Bagdad avait intenté une procédure contre son voisin turc suite à l'annonce d'Ankara d'importer du pétrole depuis cette région autonome du nord de l'Irak pour l'acheminer jusqu'au port de Ceyhan.

Le gouvernement irakien était fermement opposé à la décision turque, estimant être le gestionnaire exclusif de ce pétrole et des revenus qui en découlent.

Faisant fi de l'opposition de Bagdad, Erbil, capitale de la région autonome, s'est mis à exporter vers la Turquie. Aujourd'hui, ses exportations totales via la Turquie se montent à environ 450.000 barils par jour (bpj).

Or, selon le ministère irakien du Pétrole dans un communiqué, le tribunal arbitral siégeant à Paris a affirmé que Bagdad, "par l'intermédiaire de l'entreprise pétrolière d'Etat Somo, est la seule entité autorisée à gérer les exportations via le port turc de Ceyhan".

Le jugement, communiqué jeudi soir à Bagdad, n'était pas disponible dans l'immédiat.

"Une équipe du gouvernement régional du Kurdistan va se rendre à Bagdad demain (dimanche) pour discuter" du sujet, a assuré sur Twitter Masrour Barzani, Premier ministre du Kurdistan d'Irak.

Erbil estime que le gouvernement central cherche à faire main basse sur les richesses de ses sous-sols. Bagdad, de son côté, veut avoir son mot à dire dans l'exploitation des hydrocarbures sur la totalité du territoire irakien.

Deuxième pays de l'Opep, l'Irak exporte en moyenne 3,3 millions de barils de brut par jour.