L'urbanisme doit être repensé de toute urgence, selon le forum Future Investment Initiative

L'avenir des espaces urbains dans le monde et la manière dont ils peuvent être conçus pour maximiser la qualité de vie était l'un des sujets abordés par les experts lors du FII à Riyad mercredi.
L'avenir des espaces urbains dans le monde et la manière dont ils peuvent être conçus pour maximiser la qualité de vie était l'un des sujets abordés par les experts lors du FII à Riyad mercredi.
Short Url
Publié le Jeudi 27 octobre 2022

L'urbanisme doit être repensé de toute urgence, selon le forum Future Investment Initiative

  • Alors qu'une plus grande partie de l'économie se développe dans le cyberespace, les villes seront obligées de s'adapter à l'évolution des demandes
  • Les développeurs se tournent vers les économies montantes de l'Asie pour trouver des indices sur l'avenir de la conception urbaine

RIYAD: Les villes sont susceptibles de jouer un rôle central dans l'orientation de la quête mondiale d'un avenir à énergie propre et à émissions nulles. Toutefois, les experts qui se sont exprimés lors du forum Future Investment Initiative (FII), mercredi dernier à Riyad, ont estimé que la planification urbaine devait d'abord être repensée de toute urgence. 

L'ampleur des défis auxquels sont confrontées les populations urbaines du monde entier oblige les architectes, les planificateurs et les promoteurs à revoir les modèles traditionnels de villes nouvelles en donnant la priorité à l'environnement, à la technologie et au bien-être humain. 

Il est difficile de modifier les villes existantes de manière à résoudre certains de leurs problèmes les plus fondamentaux, par exemple en introduisant davantage d'espaces verts, de voies piétonnes et de technologies avancées conçues pour réduire les déchets et la surconsommation de ressources. 

Lors du deuxième jour du forum, l'ordre du jour prévoyait donc une session destinée à réexaminer la définition de l'habitabilité et à analyser les possibilités de créer des villes entièrement nouvelles fondées sur des conceptions, des valeurs et des designs totalement différents. 

''
L'avenir des espaces urbains dans le monde et la façon dont ils peuvent être conçus pour maximiser la qualité de vie était l'un des sujets abordés par les experts lors du FII à Riyadh mercredi. (Photo fournie) 

Pendant une grande partie de l'histoire de l'humanité, la majorité des gens ont vécu dans des communautés rurales. D'ici à 2050, la population mondiale devrait atteindre 9,7 milliards d'habitants, dont environ 70% vivront dans des zones urbaines, ce qui mettra la planète et les communautés à rude épreuve. 

Les décennies à venir s'avéreront cruciales pour modifier la façon dont les gens vivent et les ressources dont ils disposent grâce à la mise en place d'infrastructures pour de nouvelles formes d'énergie, de mobilité et de modes de vie écologiques et durables. 

Lors d'une table ronde du FII intitulée «Concevoir des villes pour 2122», le modérateur, Nik Gowing, fondateur et codirecteur de Thinking the Unthinkable, un projet indépendant qui aide les dirigeants à comprendre les menaces et les opportunités de la nouvelle ère d'incertitude et de changements radicaux, a déclaré que beaucoup de gens ne comprennent pas «comment nous allons faire face à un nombre énorme de personnes qui s'attendent à vivre d'une manière ou d'une autre dans les villes même si ces dernières ne sont pas conçues pour les accueillir». 

Mohammed Alabbar, fondateur d'Emaar Properties, a fait savoir que les problèmes auxquels sont confrontées les villes du monde en constante croissance ne peuvent être résolus qu'en adoptant des solutions durables et intelligentes qui équilibrent le développement économique et social grâce à des efforts de collaboration entre les secteurs privé et public. 

''
Mohammed Alabbar, fondateur d'Emaar Properties. (Fourni) 

«Je pense que tout sera basé sur la technologie», a indiqué M. Alabbar à ses interlocuteurs. «Je pense que nous représentons, en tant qu'êtres humains, un risque élevé, mais nous disposons également de capacités réelles.» 

Les gouvernements du monde entier construisent des villes plus inclusives, intelligentes et résilientes. Cela a conduit à de nouvelles approches de planification et de gouvernance pour créer ce que l’on considère comme de «bonnes» villes. 

Bien que cette notion soit assez difficile à définir, ce changement a créé une culture de l'expérimentation qui repousse les limites de la planification urbaine. 

Par exemple, en Arabie saoudite, plusieurs projets de développement de taille sont en cours. Ils rassemblent les différents styles architecturaux que l'on trouve dans le Royaume, qui tiennent compte de la préservation archéologique, de la topographie naturelle et des pratiques durables. 

Lors de la table ronde de mercredi, David Grover, PDG du Roshn Group, un promoteur immobilier pionnier dans le Royaume et un projet du Fonds d'investissement public, a déclaré qu'il est important pour les urbanistes de concevoir et de construire des bâtiments qui peuvent s'adapter dans le temps. En effet, ils permettent de répondre à la croissance de la population et aux changements de mode de vie. En outre, ils sont équipés de manière à répondre aux préoccupations environnementales. 

''
David Grover, PDG du groupe Roshn. (Fourni) 

Nous nous penchons déjà sur des conceptions qui sont 20% plus efficaces que le code du bâtiment saoudien. Nous encourageons donc les économies d'énergie et la technologie à la maison, qui peut être contrôlée et surveillée à distance. Nous pensons à tout ce qui sera un avantage à long terme», a précisé M. Grover. 

La création de nouveaux espaces verts pour les piétons, la priorité donnée aux infrastructures de transport public, l'installation de points de recharge à destination des véhicules électriques et l'introduction d'options de micromobilité sous la forme de scooters et de vélos électriques contribueront à réduire la dépendance actuelle à l'égard des véhicules privés, à atténuer les embouteillages tout en réduisant les émissions et la pollution atmosphérique, a-t-il précisé. 

Pendant la majeure partie des XIXe et XXe siècles, l'urbanisme a été axé sur la construction de logements toujours plus denses, l'extension du réseau routier et l'intégration de technologies de pointe, souvent au détriment du bien-être, de l'environnement et des ressources. 

Aujourd'hui, les simulations informatiques peuvent aider à prédire à quoi ressemblera un bâtiment, voire une ville entière, avant le début de la construction, ce qui permet aux urbanistes de mieux façonner les espaces urbains et de limiter leur empreinte. 

«Le jumeau numérique peut reproduire ce à quoi ressemblera une ville et simuler la création d'une nouvelle infrastructure ou d'un nouveau quartier dans la ville ainsi que l'impact que cela aura en matière d'émissions de gaz, par exemple, mais aussi sur les fondations générales de la ville avant de prendre la décision de construire», a expliqué Laurent Germain, PDG d'Egis, une société internationale active dans les secteurs du conseil, de l'ingénierie de la construction et des services de mobilité qui conçoit et exploite des infrastructures et des bâtiments intelligents. 

''
Laurent Germain, PDG d'Egis. (Photo fournie)

«La technologie sera la clé de la planification urbaine de demain.» 

Le Japon a commencé à travailler sur une ville intelligente centrée sur l'homme surnommée «Woven City», dans laquelle les nouvelles technologies de conduite automatisée, la mobilité personnelle, la robotique et l'intelligence artificielle contribueront à changer le discours sur la façon dont les villes du futur devraient fonctionner. 

''
Le PDG de Toyota, Akio Toyoda, révèle les plans de construction d'un prototype de «ville» du futur au pied du mont Fuji, au Japon, lors du Consumer Electronics Show (CES) qui se déroulait à Las Vegas le 6 janvier 2020. (AFP) 

Située au pied du mont Fuji, la ville pilote, alimentée par un petit système de piles à hydrogène, sera adaptée à une population de près de 350 habitants et qui pourrait atteindre 2 000 personnes. 

L'Arabie saoudite réinvente également l'expérience urbaine avec son propre mégaprojet phare, Neom. La ville intelligente du Royaume, qui prend actuellement forme sur la côte de la mer Rouge, sera la première ville cognitive du monde basée sur les innovations technologiques. 

Le dernier projet en date de l'Arabie saoudite, The Line, est une ville hyperconnectée, linéaire et sans voiture de 170 kilomètres de long. Sa construction a pour but de fournir des services essentiels, tous accessibles à pied, à des millions de personnes. 

Les concepts urbains de ce type sont élaborés pour s'adapter à l'évolution des habitudes de vie et de travail. 

''
The Line est une proposition de ville linéaire intelligente dans la province de Tabuk, en Arabie Saoudite, qui n'aura ni voitures, ni rues, ni émissions de carbone. (Avec l'autorisation de NEOM)

En effet, pendant la pandémie de Covid-19, lorsque les mesures de confinement ont contraint les étudiants et les travailleurs à rester chez eux, des pans entiers de l'économie se sont transposés entièrement en ligne, rendant les bureaux traditionnels et les infrastructures de transport en commun largement superflus. 

À mesure que cette tendance se poursuit et qu'une plus grande partie de l'économie migre vers le cyberespace, les espaces urbains seront contraints de s'adapter à l'évolution de la demande. Pour les villes traditionnelles et établies telles que Chicago, New York, Houston, Singapour, entre autres, cette transformation ne sera pas facile. 

C'est pourquoi de nombreux experts et investisseurs se tournent vers les économies émergentes d'Asie, qui disposent d'une toile vierge, pour trouver des indices sur l'avenir de la conception urbaine. 

«La qualité de ce qui est construit et de l'infrastructure dictera l'avenir de ces villes, leur succès et leur croissance», a affirmé Barry Sternlicht, PDG de Starwood Capital Group, une société de capital-investissement basée aux États-Unis. 

«C'est un moment très intéressant et fascinant qui fait naître une réflexion à long terme.» 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Gaza: report de l'arrivée au Qatar d'une délégation israélienne pour les pourparlers de trêve

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'adresse à une réunion conjointe du Congrès au Capitole, le 24 juillet 2024 à Washington, DC. (Photo AFP)
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'adresse à une réunion conjointe du Congrès au Capitole, le 24 juillet 2024 à Washington, DC. (Photo AFP)
Short Url
  • Les réunions qui devaient avoir lieu jeudi ont été repoussées au début de la semaine prochaine, a déclaré cette source sous couvert d'anonymat, sans préciser la raison de ce report.
  • La délégation israélienne devait rencontrer le Premier ministre du Qatar, Mohammed ben Abdelrahmane Al-Thani, pour discuter de nouvelles demandes israéliennes.

DOHA : L'arrivée au Qatar d'une délégation israélienne dans le cadre des efforts destinés à relancer les négociations pour un cessez-le-feu dans la bande de Gaza associé à une libération des otages a été reportée, a indiqué mercredi une source proche des discussions.

Les réunions qui devaient avoir lieu jeudi ont été repoussées au début de la semaine prochaine, a déclaré cette source sous couvert d'anonymat, sans préciser la raison de ce report.

Le Qatar, avec l'Egypte et les Etats-Unis, mène depuis des mois des efforts discrets pour négocier une trêve dans la guerre entre Israël et le Hamas, associée à un échange d'otages retenus dans la bande de Gaza et de Palestiniens détenus dans les prisons israéliennes.

De récentes discussions ont porté sur un cadre présenté fin mai par le président américain Joe Biden, qui avait indiqué qu'il s'agissait d'une proposition israélienne.

La délégation israélienne devait rencontrer le Premier ministre du Qatar, Mohammed ben Abdelrahmane Al-Thani, pour discuter de nouvelles demandes israéliennes, avait indiqué lundi la même source, citant notamment le contrôle du retour dans le nord de la bande de Gaza des civils déplacés.

Arrivé lundi à Washington, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, prononce mercredi un discours devant le Congrès américain.

Il doit s'entretenir jeudi avec Joe Biden au moment où les relations entre Israël et le gouvernement américain sont relativement tendues, les Etats-Unis faisant pression pour un cessez-le-feu dans la bande de Gaza, dévastée par plus de neuf mois de guerre.

Le Premier ministre du Qatar a eu un entretien téléphonique avec le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken, selon un communiqué officiel publié mercredi à Doha.

Ils ont discuté des "derniers développements à Gaza et dans les territoires palestiniens occupés, ainsi que des efforts de médiation conjoints pour mettre fin à la guerre dans la région", selon le texte.


Un protocole d'accord pour stimuler la création d'emplois et la formation dans le secteur de l'hôtellerie et de la restauration en Arabie saoudite

Le Ministère du Tourisme et Al-Balad Development Co. concluent un protocole d'accord. (SPA)
Le Ministère du Tourisme et Al-Balad Development Co. concluent un protocole d'accord. (SPA)
Short Url
  • Le protocole d'accord porte sur l'amélioration des services d'accueil dans le quartier historique d'Al-Balad à Djeddah.
  • La collaboration permettra de créer des emplois locaux et de développer une main-d'œuvre qualifiée dans les domaines de l'hôtellerie, du tourisme patrimonial et de l'orientation touristique.

RIYADH : Le ministère du Tourisme et Al-Balad Development Co, une filiale du Fonds d'investissement public, ont signé mercredi un protocole d'accord pour collaborer à la valorisation du capital humain national dans le secteur du tourisme.

Le protocole d'accord se concentre sur l'amélioration des services d'accueil dans le quartier historique de Jeddah, Al-Balad, a rapporté l'agence de presse saoudienne.

Cette collaboration permettra de créer des emplois locaux et de développer une main-d'œuvre qualifiée dans les domaines de l'hôtellerie, du tourisme patrimonial et de l'orientation touristique.

L'accord, signé par Jamil Ghaznawi, PDG d'Al-Balad Development Co. Jamil Ghaznawi, PDG d'Al-Balad Development Co., et Hind Al-Zahid, sous-secrétaire par intérim au développement des ressources humaines dans le secteur du tourisme, en présence du ministre du tourisme, Ahmed Al-Khateeb, stipule un effort de collaboration visant à exploiter les ressources et l'expertise partagées.

Le partenariat vise à renforcer les capacités des ressortissants saoudiens par le biais d'une formation complète, d'un enseignement et d'opportunités d'emploi.

Cette initiative s'inscrit dans le cadre de la stratégie nationale du Royaume en matière de tourisme, qui vise à attirer 150 millions de visiteurs par an d'ici à 2030 et à créer 1,6 million d'emplois liés au tourisme.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


L'Arabie saoudite se félicite de l'accord conclu entre les parties yéménites en vue de lever les sanctions économiques

Le Gouvernement du Yémen et les Houthis se sont mis d'accord pour augmenter la fréquence des vols de Yemenia entre Sanaa et la Jordanie de un à trois par jour et pour introduire des vols quotidiens entre la capitale et Le Caire et l'Inde. (AFP)
Le Gouvernement du Yémen et les Houthis se sont mis d'accord pour augmenter la fréquence des vols de Yemenia entre Sanaa et la Jordanie de un à trois par jour et pour introduire des vols quotidiens entre la capitale et Le Caire et l'Inde. (AFP)
Short Url
  • Les autorités yéménites et les Houthis se sont mis d'accord pour augmenter la fréquence des vols de la compagnie Yemenia entre Sanaa et la Jordanie de un à trois par jour et pour introduire d'autres vols.
  • Le Royaume a réaffirmé son soutien constant au Yémen, à son gouvernement et à son peuple, ainsi que sa volonté d'encourager les efforts visant à réduire l'escalade et à maintenir le calme.

RIYADH : l'Arabie saoudite a salué mercredi une déclaration de l'envoyé spécial de l'ONU pour le Yémen au sujet d'un accord entre le gouvernement internationalement reconnu du pays et les Houthis pour lever les sanctions économiques.

Hans Grundberg, l'envoyé spécial de l'ONU pour le Yémen, a déclaré mardi que les deux parties avaient convenu d'atténuer les hostilités économiques en annulant les mesures les plus récentes prises à l'encontre des banques dans les zones contrôlées par l'autre partie et s'étaient engagées à mettre fin à toutes les mesures de ce type à l'avenir.

Elles ont également convenu d'augmenter la fréquence des vols de la compagnie nationale Yemenia entre Sanaa et la Jordanie de un à trois par jour et d'introduire des vols quotidiens entre la capitale et Le Caire et l'Inde. En outre, les deux parties discuteront des questions administratives, technologiques et budgétaires liées à la compagnie aérienne.

Le Royaume a réaffirmé son soutien constant au Yémen, à son gouvernement et à son peuple, ainsi que sa volonté d'encourager les efforts visant à réduire l'escalade et à maintenir le calme.

Le Royaume espère que l'accord contribuera au dialogue entre les parties yéménites sous les auspices du Bureau de l'envoyé spécial des Nations unies pour le Yémen afin de résoudre toutes les questions économiques et humanitaires et de parvenir à une solution politique globale à la crise yéménite dans le cadre de la feuille de route visant à soutenir le processus de paix au Yémen.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com