Métavers: chirurgie ou psychiatrie, des applications diverses

(Photo, Twitter).
(Photo, Twitter).
Short Url
Publié le Lundi 31 octobre 2022

Métavers: chirurgie ou psychiatrie, des applications diverses

  • Le métavers pose beaucoup de questions sur les inégalités d'accès entre les différentes catégories de population
  • Déjà aujourd'hui, on s'aperçoit dans les sondages que tout le monde ne sait pas de quoi il s'agit

Le métavers pourrait ouvrir le champ à toutes sortes d'applications en santé, même s'il reste nombre de limites, estime Frédéric Thomas, spécialiste français des questions de santé au cabinet de conseil Roland Berger.

QUESTION: On parle de réalité virtuelle, d'applis en ligne, mais en quoi le métavers est-il différent?

REPONSE: Le métavers a plusieurs caractéristiques: d'abord, c'est un univers qui va persister même quand je ne suis pas connecté. Ensuite, c'est un univers ouvert, à priori sans barrière, il faut juste un ordinateur et un casque de réalité virtuelle. Il est aussi, entre autres caractéristiques, immersif. Et, on y a un avatar. Or, la plupart des applis en ligne, ou la réalité virtuelle, ne présentent que quelques-unes de ces caractéristiques pour le moment.

Le métavers pose par ailleurs beaucoup de questions sur les inégalités d'accès entre les différentes catégories de population: déjà aujourd'hui, on s'aperçoit dans les sondages que tout le monde ne sait pas de quoi il s'agit, et que parmi ceux qui savent ce que c'est, la plupart sont des jeunes hommes.

Le métavers pose donc la question de l'exclusion. Il faut l'amener vers le grand public. Pour l'instant, c'est un rêve qui oriente les actions d'un certain nombre d'acteurs et d'investisseurs, et qui ne va peut-être pas se produire exactement comme on le décrit aujourd'hui.

Q: Il génère un fort intérêt des investisseurs justement: quels sont les principaux acteurs?

R: Ce sont les acteurs du web principalement (Meta, Microsoft, ndlr) qui sont en quelque sorte pas loin d'arriver à la limite de ce qu'ils peuvent faire dans l'infrastructure actuelle: il leur faut changer d'échelle car sinon la croissance ne sera plus au rendez-vous. Ces acteurs doivent trouver des espaces vierges à coloniser pour générer une forte croissance. On est bien dans la logique du Far West, où les acteurs repoussent plus loin les limites de l'univers. Il y a déjà des dizaines de milliards d'investissement à travers le monde.

Q: Au-delà de ses limites, comme l'inégalité d'accès, peut-il apporter quelque chose à la santé?

R: On peut imaginer tous types de choses. Par exemple, vous pourriez avoir un "jumeau numérique". Cela permettrait aux laboratoires de pouvoir travailler non pas sur vous, mais sur votre avatar, qui serait un clone de vous-même, dans un univers parallèle, via la modélisation mathématique. On pourrait détecter un cancer du sein sur votre avatar, par exemple si vous (et l'avatar) avez telle mutation génétique favorisant ce type de tumeur.

Dans la santé, des choses intéressantes pourront être faites, en psychiatrie, ou dans la mise en place de programmes pour le suivi des patients. Il y a aussi le sujet de la formation et de l'apprentissage, à la fois pour les soignants et pour les patients. Peut-on former les chirurgiens plus rapidement en passant par la réalité virtuelle? Tout cela pose de nombreuses questions.

La santé, nouvelle frontière du métavers?

Demain tous patients dans le métavers? Cet univers virtuel censé prolonger le monde physique arrive dans le secteur de la santé, apportant son lot d'innovations prometteuses, mais aussi de gadgets, voire de risques.

La santé numérique est en plein boom, un phénomène renforcé par la crise sanitaire: téléconsultations, applis de suivi en ligne des patients, intelligence artificielle pour le diagnostic... S'y ajoute désormais le métavers, ce monde virtuel en développement, qui touche principalement jusqu'ici les jeux ou les événements festifs de type concerts.

Déjà, des laboratoires pharmaceutiques se sont lancés. L'américain Pfizer a ainsi créé Hemocraft, sorte de jeu en ligne dans lequel les jeunes hémophiles apprennent à gérer leur traitement. Depuis peu, une marque américaine d'aligneurs pour les dents, Invisalign, propose un cabinet dentaire interactif dans le métavers, pour amener les avatars (ou plutôt leurs alter egos réels) "à en savoir plus sur le produit de manière à engager une conversation avec un dentiste ou un orthodontiste".

En France, la clinique des Champs-Élysées, un établissement huppé de médecine esthétique très présent sur les réseaux sociaux, a choisi d'organiser cet automne sa première journée dans le métavers, sur le thème des traitements de l'obésité.

Ce jour-là, quelques dizaines d'avatars assistent à des conférences en ligne. Dans la salle virtuelle, ils se retrouvent -certains plus concentrés que d'autres- devant les conférenciers venus leur présenter les procédures envisageables.

Le but: permettre aux patients qui n'oseraient pas pousser les portes de la clinique dans le réel, de s'informer, assis tranquillement derrière leurs ordinateurs.

L'objectif n'a rien de révolutionnaire, mais les applications potentielles peuvent dépasser le simple jeu de sensibilisation. A Paris, les professeurs de médecine Boris Hansel et Patrick Nataf prévoient ainsi de lancer un diplôme universitaire consacré au métavers en santé, en mars 2023.


Canada: TotalEnergies rachète des parts dans un projet de sables bitumineux avant de s'en séparer

Une vue de la raffinerie de pétrole TotalEnergies à Donges, dans l'ouest de la France (Photo, AFP).
Une vue de la raffinerie de pétrole TotalEnergies à Donges, dans l'ouest de la France (Photo, AFP).
Short Url
  • TotalEnergies EP Canada, filiale du géant français, a racheté pour 312 millions de dollars canadiens à Teck Resources Limited 6,65% de sa participation
  • TotalEnergies EP Canada «en détiendra 31,23%» à l'issue de la transaction, contre 24,58% actuellement

PARIS: TotalEnergies a annoncé vendredi qu'il allait acquérir des parts supplémentaires d'un projet d'exploitation de sables bitumineux au Canada avant de se séparer de ces activités en introduisant en Bourse sa filiale canadienne dans le cadre de sa stratégie de réduction de son empreinte carbone.

TotalEnergies EP Canada, filiale du géant français, a racheté pour 312 millions de dollars canadiens (215 M EUR) à Teck Resources Limited 6,65% de sa participation, ainsi que des accords commerciaux et logistiques associés, dans le champ de sables bitumineux de Fort Hills, dans la Province de l'Alberta, d'une valeur totale de quelque 5 milliards de dollars canadiens (3,45 Mds EUR).

Le reste du capital sera détenu par Suncor Energy, actuellement à 54,1%. Le groupe canadien, opérateur du projet, va également racheter des parts à Teck, qui se retire de Fort Hills, dont il possède actuellement 21,3%.

TotalEnergies EP Canada "en détiendra 31,23%" à l'issue de la transaction, contre 24,58% actuellement, selon un communiqué.

La transaction doit créer de meilleures conditions pour réaliser l'introduction en Bourse de la filiale canadienne, qui détient aussi 50% du projet similaire de Surmont en Alberta.

Dès cette année, et après un vote à l'assemblée générale en mai, TotalEnergies prévoit de se séparer de la filiale canadienne à travers un "spin-off" annoncé en septembre, dans le cadre de sa stratégie de réduction de son empreinte carbone.

Le géant pétrolier assure vouloir "concentrer ses nouveaux investissements pétroliers sur des projets à faible intensité carbone".

"Nos actionnaires recevront des actions de cette entreprise", avait expliqué Patrick Pouyanné lors de la présentation stratégique du groupe, qui restera temporairement actionnaire minoritaire pour faciliter la transition vers l'indépendance de la filiale.

Le rachat de parts dans Fort Hills doit permettre de "créer de la valeur pour les futurs actionnaires de l'entité", selon Jean-Pierre Sbraire, directeur financier de TotalEnergies.

Mais les sables bitumineux canadiens sont les deux projets du portefeuille qualifiés depuis une évaluation en juin 2022 de "stranded assets" par le groupe, une expression qui désigne des actifs "échoués" ou "bloqués" ayant perdu leur valeur.

TotalEnergies avait enregistré des dépréciations de plusieurs milliards d'euros après cette réévaluation, qui prenait en compte les perspectives sur le prix du pétrole et la transition énergétique, dont 7 milliards sur les sables bitumineux au Canada.

Un "stranded asset" est un projet aux réserves de plus de 20 ans ayant des coûts de production élevés, et qui ne pourra donc pas être totalement exploité avant 2050.


Grève, chute en Bourse, jeux annulés... Ubisoft en pleine tourmente

Ubisoft s'est engagé auprès des marchés à réaliser 200 millions d'euros d'économies sur deux ans. (Photo, AFP)
Ubisoft s'est engagé auprès des marchés à réaliser 200 millions d'euros d'économies sur deux ans. (Photo, AFP)
Short Url
  • De mémoire de syndicaliste, c'est la « première» grève d'une telle ampleur de l'histoire d'Ubisoft, depuis la création en 1986 de l'éditeur à l'origine de la série « Assassin's Creed»
  • Ce qui a mis le feu au poudre chez Ubisoft ? Un mail interne envoyé par le PDG Yves Guillemot, évoquant « des ajustements structurels» à venir

PARIS: Appel à la grève inédit de l'ensemble de son personnel en France, chute en Bourse, jeux annulés... Le géant français des jeux vidéo Ubisoft vit une crise multiple depuis l'annonce mi-janvier de l'abaissement de ses prévisions financières pour l'ensemble de l'exercice 2022-2023.

Le syndicat des travailleurs et travailleuses du jeu vidéo (STJV) et Solidaires Informatique ont lancé un "appel à la grève" de toutes les entités françaises d'Ubisoft, ce vendredi de 14h00 à 18h00, pour dénoncer les pratiques managériales de la direction.

De mémoire de syndicaliste, c'est la "première" grève d'une telle ampleur de l'histoire d'Ubisoft, depuis la création en 1986 de l'éditeur à l'origine de la série "Assassin's Creed", souligne auprès de l'AFP Marc Rutschlé, représentant de section syndicale chez Solidaires Informatique.

Un mouvement de revendication assez rare dans le milieu du jeu vidéo, marqué récemment par la grève de cinq semaines des employés de l'éditeur Activision Blizzard fin 2021 qui a abouti en mai dernier à la création du premier syndicat au sein de l'entreprise américaine.

Ce qui a mis le feu au poudre chez Ubisoft ? Un mail interne envoyé par le PDG Yves Guillemot, évoquant "des ajustements structurels" à venir alors qu'Ubisoft s'est engagé auprès des marchés à réaliser 200 millions d'euros d'économies sur deux ans.

"Pour nous, cela veut dire des plans de licenciements. Et quand on parle de faire des économies, cela veut dire virer des gens et ne pas augmenter le salaire de ceux qui restent. Sachant qu'on nous met la pression en disant: +c'est à vous de faire mieux+", fustige Marc Rutschlé.

Dans leur communiqué, les syndicats réclament notamment "l'ouverture de négociations salariales".

Un scandale de harcèlement visant plusieurs anciens cadres de l'entreprise, qui compte 18.000 salariés dans le monde, pendant l'été 2020 a aussi laissé des traces, érodant la confiance des salariés envers leur direction.

"Au moment de la tentative de rachat par Vivendi (en 2015), les équipes se mobilisaient pour éviter que Bolloré rachète Ubisoft. Si cela arrivait aujourd'hui, je ne pense pas qu'il y aurait de mobilisation", affirme encore Marc Rutschlé.

La stratégie «ne convainc pas»

Sur le plan financier, l'éditeur français a aussi chuté lourdement en Bourse depuis l'annonce mi-janvier de l'abaissement de ses prévisions financières pour l'ensemble de l'exercice 2022-2023, en raison d'un contexte de "détérioration des conditions macroéconomiques".

Ubisoft a révisé à la baisse son objectif de croissance de chiffre d'affaires sur 2022-2023, avec des ventes en baisse "de plus de 10%" par rapport à l'année précédente, alors qu'il avait initialement communiqué un objectif de croissance "supérieure à 10%".

Conséquence, le cours de son action est revenu à ses plus bas niveaux de 2015-2016.

"Nous sommes déboussolés par l'ampleur des difficultés rencontrées par Ubisoft", avait réagi dans une note Emmanuel Matot, analyste financier chez Oddo BHF, dégradant sa recommandation sur le titre de "surperformance" à "neutre".

"Ubisoft ne convainc pas", explique à l'AFP Charles-Louis Planade, analyste chez Midcap Partners. "Il y a une défiance claire au niveau du management, eu égards aux nombreux avertissements sur les résultats mais aussi par le +deal+ réalisé par la famille Guillemot avec Tencent".

Les fondateurs du champion français du jeu vidéo - la famille Guillemot - ont scellé début septembre une alliance avec le géant chinois Tencent pour sécuriser leur emprise sur Ubisoft, dans un marché du jeu vidéo en pleine consolidation.

Autre élément en sa défaveur: l'énième report du jeu "Skull and Bones", initialement prévu pour novembre 2022, tandis qu'Ubisoft a également indiqué avoir arrêté le développement de trois projets "non annoncés", en plus des quatre arrêts déjà annoncés en juillet 2022.

"Ce n'est pas un cas unique sur le secteur, notamment à cause de la Covid, mais on a l'impression que chez Ubisoft c'est beaucoup plus marqué que chez les autres éditeurs", souligne encore Charles-Louis Planade.

"Après il ne faut pas oublier que la mémoire du marché est courte. Si le groupe sort une année extraordinaire l'année prochaine ou celle d'après, tout le monde aura oublié", ajoute-t-il.


Le groupe marocain Managem poursuit sa ruée vers l’or africain

L’acquisition porte sur trois gisements situés dans la prolifique faille géologique baptisée «Senegalo-Malian Shear Zone» (SMSZ), avec un total de ressources des actifs supérieur à 5 millions d’onces d’or, soit 155 tonnes. (Photo, AFP)
L’acquisition porte sur trois gisements situés dans la prolifique faille géologique baptisée «Senegalo-Malian Shear Zone» (SMSZ), avec un total de ressources des actifs supérieur à 5 millions d’onces d’or, soit 155 tonnes. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le groupe, créé en 1928, est dorénavant implanté dans dix pays africains
  • L’objectif du groupe est de figurer parmi les plus importants producteurs d’or africain avec un volume de production de 200 000 onces/an, et une présence renforcée en Afrique de l’Ouest

CASABLANCA: Deux cent quatre-vingts millions de dollars (1 dollar = 0,92 euro)… C’est ce qu’a mis sur la table le groupe marocain Managem, à la fin du mois de décembre 2022, pour acquérir des actifs miniers du groupe canadien Iamgold dans trois pays africains: le Mali, le Sénégal et la Guinée. Une opération financière qui consolide la présence africaine du groupe, réaffirmant ainsi sa ruée vers l’or ouest-africain.

L’acquisition porte sur trois gisements situés dans la prolifique faille géologique baptisée «Senegalo-Malian Shear Zone» (SMSZ), avec un total de ressources des actifs supérieur à 5 millions d’onces d’or, soit 155 tonnes. Le groupe, créé en 1928, est dorénavant implanté dans dix pays africains (Guinée, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, République démocratique du Congo, Éthiopie, Soudan, Gabon, Sénégal, Mali et le Maroc). À noter qu’au Maroc, Managem dispose d’une douzaine de mines produisant des métaux de base, des métaux précieux et des produits dérivés, soit le cuivre, l’argent, l’or, la fluorine, le cobalt, le zinc et le plomb.

Une épopée africaine qui date des années 1990

L’épopée africaine de Managem a commencé vers la fin des années 1990, à travers une prise de participation dans la société d’exploration canadienne Semafo, active en Guinée. En 2005, le groupe a été totalement cédé à Managem. La stratégie africaine a pris forme dès le début des années 2000, en s’implantant notamment au Niger (2004), au Congo (2006), au Soudan (2008), au Gabon (2012) et en Côte d’Ivoire en 2017.

Une stratégie qui s’accélère désormais, car le potentiel minier du continent est colossal et le groupe marocain compte bien en profiter. «Nous sommes heureux d’avoir conclu cet accord avec Iamgold. Cette transaction enrichira notre portefeuille d’actifs déjà solide, renforcera notre rôle de leader régional dans l’activité or en Afrique et consolidera notre position de top-performer au sein de l’industrie minière africaine», déclare le PDG de Managem, Imad Toumi, cité dans le communiqué annonçant la transaction avec les Canadiens. M. Toumi a de quoi être heureux, l’Afrique constituant un relais de croissance prometteur pour le groupe minier marocain qui, rappelons-le, est détenu à hauteur de 71,6% par Al-Mada, un fonds d’investissement marocain à vocation panafricaine.

La course est désormais lancée

La vocation africaine de Managem a ainsi profité à ses indicateurs financiers qui réalisent de bonnes performances. À la fin du mois de septembre, le chiffre d’affaires du groupe a atteint 7,4 milliards de dirhams (1dirham marocain = 0,091 euro), en hausse importante de près de 45% par rapport à la même période en 2021. Une performance que le groupe compte améliorer grâce à ses nouvelles acquisitions et ses projets. Entre 2023 et 2024, l’explorateur minier mobilisera près de 6 milliards de dirhams pour ses futurs investissements, dont 4 milliards rien que pour l’année en cours. Ces investissements n’intègrent pas la récente acquisition effectuée en décembre 2022. Ces budgets sont en forte augmentation si on les compare avec ceux mobilisés en 2022 (1,4 milliard de dirhams) et en 2021 (1,6 milliard de dirhams). 

L’objectif du groupe est de figurer parmi les plus importants producteurs d’or africain avec un volume de production de 200 000 onces/an, et une présence renforcée en Afrique de l’Ouest. Un objectif réalisable, car Managem dispose de plusieurs atouts face à la concurrence chinoise. Le soft power marocain, notamment diplomatique, jouera un rôle primordial dans cette course, en plus de la politique de responsabilité sociétale de Managem axée sur le développement durable et l’implication des populations locales dans ses projets.