Dans le nord de l'Ukraine, la crainte d'une nouvelle attaque depuis le Bélarus

Cette photo prise le 4 novembre 2022 montre des tombes vides après l'exhumation des corps dans les fosses communes creusées pendant l'occupation russe dans la ville d'Izyum, dans la région de Kharkiv, lors de l'invasion russe de l'Ukraine. (Photo de Dimitar DILKOFF / AFP)
Cette photo prise le 4 novembre 2022 montre des tombes vides après l'exhumation des corps dans les fosses communes creusées pendant l'occupation russe dans la ville d'Izyum, dans la région de Kharkiv, lors de l'invasion russe de l'Ukraine. (Photo de Dimitar DILKOFF / AFP)
Short Url
Publié le Samedi 05 novembre 2022

Dans le nord de l'Ukraine, la crainte d'une nouvelle attaque depuis le Bélarus

  • C'est à partir du passage frontalier de Senkivka qu'au premier jour de l'invasion par les forces de Moscou, la 90e division blindée russe s'est engouffrée comme dans du beurre dans cette partie du territoire ukrainien
  • Depuis, les Ukrainiens surveillent comme le lait sur le feu la zone de Senkivka et les près de 900 km de frontière avec son voisin bélarusse, dont le territoire a servi de base arrière aux soldats russes

GORODNIA, Ukraine : A couvert à l'orée d'un bois trempé par une pluie continue, le garde-frontière ukrainien scrute l'horizon plein nord avec son monoculaire. La frontière avec le Bélarus et la Russie est à moins de 5 km.

Ce matin-là, le ciel est bouché, le plafond très bas. Les drones russes ne viendront pas survoler les tranchées de ce dernier poste avancé des gardes-frontières, dans le nord-est de l'Ukraine.

Coiffé d'un passe-montagne ne laissant voir que ses yeux, l'homme au monoculaire arbore fièrement son lanceur de missile anti-char anglo-suédois NLAW.

«Notre objectif premier est d'empêcher une (nouvelle) invasion. Mais si cela se reproduit dans cette région, alors nous serons prêts à arrêter l'ennemi à la frontière, pour l'empêcher de s'enfoncer dans notre pays» comme le 24 février, assure à l'AFP le garde-frontière de 33 ans, qui ne souhaite pas donner son nom.

Le passage frontalier de Senkivka est tout proche. Il forme un Y: au nord-ouest le Bélarus, au nord-est la Russie, au sud l'Ukraine.

C'est à partir de là qu'au premier jour de l'invasion par les forces de Moscou, la 90e division blindée russe s'est engouffrée comme dans du beurre dans cette partie du territoire ukrainien.

Les Russes sont allés jusqu'aux portes de Tcherniguiv, la capitale de la région éponyme, qu'ils n'ont jamais pu prendre, repoussés par une farouche résistance ukrainienne, alors que la ville était régulièrement bombardée.

Début avril, l'envahisseur s'est retiré en remontant vers le Nord, par là où il était arrivé, avant de recentrer son offensive sur l'est et le sud de l'Ukraine.

- «Menace croissante» -

Depuis, les Ukrainiens surveillent comme le lait sur le feu la zone de Senkivka et les près de 900 km de frontière avec son voisin bélarusse, dont le territoire a servi de base arrière aux soldats russes.

Le 20 octobre, l'armée ukrainienne s'est alarmée de la «menace croissante» d'une nouvelle offensive russe depuis ce voisin du nord, allié de Moscou.

Le Bélarus venait alors d'annoncer le déploiement sur son territoire d'une nouvelle force conjointe avec la Russie, comptant jusqu'à 9.000 soldats russes et environ 170 chars.

«Si tu veux la paix prépare la guerre», avait dit le président bélarusse Alexandre Loukachenko, accusant l'Ukraine de préparer des «attaques» contre son pays. L'armée de Minsk n'a jusqu'à présent pas pris part aux combats en Ukraine.

Sur le campement des garde-frontières ukrainiens, édifié après le retrait russe début avril, «Lynx», de son nom de code, estime à «50/50» le risque d'une nouvelle offensive russe.

«La probabilité d'une attaque sera toujours élevée ici, près de la frontière, avec un tel voisin», estime le trentenaire, mitrailleuse en bandoulière, debout dans une solide et profonde tranchée couverte.

«Il y a des tirs d'artillerie (russe) constants ici (...) À un moment donné, c'était plus calme, mais avec le début de l'automne, l'ennemi est devenu plus actif», relate le garde-frontière.

Mais désormais «il y a plus de positions (des forces ukrainiennes), et plus de fortifications, tout est plus sérieux maintenant (...) Nous envisageons toutes les options pour éviter (la répétition du) scénario» du 24 février, assure-t-il.

A 30 km au sud du village de Senkivka, Gorodnia (21.000 habitants avant la guerre), a été parmi les premières localités ukrainiennes à voir les Russes arriver, dès le matin de l'invasion.

- «Nations fraternelles» -

Son maire, Andrïi Bogdan espère que «la situation ne se répétera pas», même si «cette menace existe», dit-il à l'AFP, en évoquant les troupes russes présentes au Bélarus.

Mais selon lui, «la situation est complètement différente» par rapport à février, quand le territoire de sa commune était «presque sans protection».

«Nous comptons sur nos gardes-frontières, nos forces armées et toutes les forces de défense. Aujourd'hui, ils sont ici, prêts à combattre», se rassure le maire.

L'homme est fier et ému de montrer aux journalistes de l'AFP un petit film tourné quand les forces russes sont arrivées dans la ville. On y voit notamment des habitants, drapeaux ukrainiens à la main, faire face à des véhicules blindés pour les empêcher d'avancer. Les Russes resteront finalement en dehors de la ville durant leur occupation de la zone.

Dans son magasin d'alimentation situé à un carrefour principal de Gorodnia, Svitlana dit ne pas croire «que le Bélarus puisse nous attaquer».

«Nous vivons à la frontière, nous sommes des nations fraternelles. J'ai un frère au Bélarus, et une sœur à Moscou (...) Nous nous parlons constamment. Au début, même ma sœur ne croyait pas que cela soit arrivé. Mais ils comprennent et nous soutiennent», explique la cinquantenaire.

«Je veux que tout se termine, le plus tôt possible», lâche-t-elle.


Tirs contre un hélicoptère de l'ONU en RDC: un mort et un blessé grave

L'origine des tirs n'est pas encore connue et leur localisation précise reste à déterminer (Photo, AFP).
L'origine des tirs n'est pas encore connue et leur localisation précise reste à déterminer (Photo, AFP).
Short Url
  • Le 29 mars 2022, huit Casques bleus (six Pakistanais, un Russe, un Serbe) avaient été tués dans le crash de leur hélicoptère
  • L'armée sud-africaine a confirmé cette information dans la soirée

KINSHASA: Un Casque bleu sud-africain a été tué et un autre grièvement blessé dimanche lors de tirs contre leur hélicoptère dans l'est de la République démocratique du Congo, a déclaré à l'AFP un porte-parole de l'ONU.

L'appareil a essuyé des tirs aux alentours de 15H00 (12H00 GMT) au cours d'un vol à destination de Goma, la capitale provinciale du Nord-Kivu, où il a finalement réussi à atterrir.

L'armée sud-africaine a confirmé cette information dans la soirée, précisant dans un communiqué que l'hélicoptère Onyx avait essuyé des tirs, qu'un "membre de l'équipage a été tué, un autre blessé, mais il est parvenu à continuer à diriger l'appareil et à le faire atterrir".

La défense sud-africaine, après avoir informé "les familles des soldats impliqués dans ce malheureux incident", communiquera d'autres détails "en temps voulu".

Selon Amadou Ba, un des porte-parole de la mission des Nations unies en RDC (Monusco), l'origine des tirs n'est pas encore connue et leur localisation précise reste à déterminer.

Dans un communiqué publié dimanche soir, Bintou Keita, la cheffe de la Monusco, "condamne fermement cette attaque lâche contre un aéronef porteur de l'emblème des Nations unies" et rappelle que "les attaques contre les Casques bleus peuvent constituer un crime de guerre".

Le 29 mars 2022, huit Casques bleus (six Pakistanais, un Russe, un Serbe) avaient été tués dans le crash de leur hélicoptère au-dessus d'une zone de combats entre l'armée congolaise et les rebelles du M23.

Depuis novembre 2021, la rébellion majoritairement tutsi du M23 s'est emparée de territoires au nord de Goma. La RDC accuse le Rwanda de la soutenir, ce qui est corroboré par des experts de l'ONU et les pays occidentaux, mais Kigali s'en défend.

Ces tirs sur un hélicoptère de l'ONU surviennent au lendemain d'une rencontre au Burundi entre plusieurs chefs d'États d'Afrique de l'Est, y compris les présidents congolais et rwandais entre lesquels les relations sont exécrables ces derniers mois.

Ce sommet s'est conclu par un appel au "cessez-le-feu immédiat de toutes les parties" et un retrait de tous les groupes armés, "y compris les étrangers" dans l'est de la RDC.


L'incident du ballon chinois alimente la bataille politique aux Etats-Unis

Le président américain Joe Biden (Photo, AFP).
Le président américain Joe Biden (Photo, AFP).
Short Url
  • L'armée américaine l’a abattu samedi, au large des côtes de Caroline du Sud
  • Des opérations de récupération ont été lancées dès samedi, le panache de débris s'étendant sur environ 11 kilomètres

WASHINGTON: Le ballon chinois abattu par l'armée américaine après avoir survolé les États-Unis durant plusieurs jours alimentait dimanche la bataille politique aux États-Unis, les républicains accusant le président Joe Biden de ne pas avoir eu une réponse plus rapide et plus ferme.

"Comme toujours, quand il s'agit de sécurité nationale et de politique étrangère, l'administration Biden a répondu d'abord de façon trop indécise, puis trop tard", a taclé le chef des républicains au Sénat Mitch McConnell.

"Nous n'aurions pas dû laisser la République populaire de Chine tourner notre espace aérien en ridicule", a-t-il fustigé dans un communiqué, qualifiant l'affaire d'"occasion manquée" de défendre la "souveraineté" américaine.

L'armée américaine a abattu samedi, au large des côtes de Caroline du Sud, dans le sud-est du pays, ce ballon chinois considéré par le Pentagone comme un ballon espion, destiné à récolter des informations sensibles.

L'incident a provoqué une crise diplomatique entre Pékin et Washington avec l'annulation de dernière minute d'une visite en Chine du chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken.

Pékin, qui soutient de son côté qu'il s'agissait d'un aéronef civil, a accusé les États-Unis d'avoir "surréagi" en employant la force, et a dit se "réserver le droit" de répliquer.

Récupération en mer 

M. Biden a indiqué avoir donné l'ordre mercredi d'abattre "dès que possible" le ballon, mais que le Pentagone souhaitait attendre qu'il survole la mer pour le faire, afin d'éviter tout dégât au sol lors de la retombée de débris.

"Abattre le ballon au-dessus de l'eau n'était pas seulement l'option la plus sûre, mais aussi celle permettant de maximiser les informations récoltées" en récupérant les restes de l'engin, a déclaré dimanche le chef des démocrates au Sénat, Chuck Schumer. Cela permettra d'"analyser la technologie utilisée par l'armée chinoise".

Des opérations de récupération ont été lancées dès samedi, le panache de débris s'étendant sur environ 11 kilomètres.

M. Schumer a assuré que le gouvernement Biden envisageait "d'autres actions contre la Chine", et annoncé une réunion d'information à huis clos sur l'affaire, pour tous les sénateurs, le 15 février.

Il a qualifié les attaques des républicains de "prématurées" et "motivées politiquement" à deux jours du grand discours de Joe Biden sur l'état de l'Union, prononcé devant le Congrès.

Mais les républicains n'ont pas retenu leurs coups.

"Que le président l'abatte au-dessus de l'Atlantique, c'est un peu comme tacler le quarterback après que le match soit fini", a déploré dimanche matin sur NBC l'élu républicain Mike Turner, président de la commission sur le renseignement de la Chambre des représentants. Le ballon "n'aurait jamais dû pouvoir entrer aux États-Unis, et terminer sa mission", a-t-il ajouté.

"Pourquoi cela a-t-il pris aussi longtemps pour le révéler aux Américains?", a lui demandé sur CNN le sénateur républicain Marco Rubio, vice-président de la commission du Sénat américain sur le renseignement. Le gouvernement "ne voulait pas être forcé d'annuler la visite d'(Antony) Blinken, donc ils ne voulaient pas en parler", a-t-il accusé.

Selon lui, le ballon était utilisé par la Chine pour démontrer qu'elle avait "la capacité de faire cela", sans que les États-Unis ne puissent "rien faire contre".

Long périple

L'ancien chef d'État major américain Mike Mullen, interrogé sur ABC sur l'éventualité que des éléments au sein de l'armée chinoise aient pu ainsi vouloir faire dérailler la visite de M. Blinken, a estimé: "Clairement, je pense que c'est le cas".

Il a rejeté la version chinoise selon laquelle le ballon aurait dévié de sa trajectoire sous l'effet des vents. "Ce n'était pas un accident, c'était délibéré", a-t-il soutenu.

Le ballon était entré une première fois dans l'espace aérien américain le 28 janvier, au nord des îles Aléoutiennes (Alaska). Il avait ensuite pénétré l'espace aérien canadien le 30 janvier, puis était repassé côté américain, au niveau de l'Idaho, dans le nord-ouest des États-Unis, le 31 janvier, soit mardi.

Le grand public n'a lui appris son existence que jeudi, lorsqu'il était au-dessus du Montana. Il avait ensuite continué son périple vers l'est jusqu'à atteindre la côte atlantique.

"Cela défie l'entendement de suggérer qu'il n'y avait nulle part entre les îles Aléoutiennes de l'Alaska et la côte de Caroline où ce ballon aurait pu être abattu d'emblée sans mettre en danger des Américains ou des Canadiens", a déclaré Mitch McConnell.

La Colombie a, elle, annoncé ce week-end qu'un ballon avait survolé son territoire, avant de quitter son espace aérien. Elle a dit procéder à "des vérifications (...) pour établir l'origine de l'objet".

Vendredi, le Pentagone avait déclaré qu'un deuxième ballon chinois avait été repéré survolant l'Amérique latine.


Ukraine: Nouveau ministre de la Défense, la pression des troupes russes s'accroît

«L'ennemi se prépare à avancer. Nous nous préparons à nous» (Photo, Reuters).
«L'ennemi se prépare à avancer. Nous nous préparons à nous» (Photo, Reuters).
Short Url
  • Âgé de 37 ans, Kyrylo Boudanov va diriger le ministère de la Défense
  • Oleksiï Reznikov, 56 ans, sera nommé ministre des Industries stratégiques

KIEV: Le chef du renseignement militaire Kyrylo Boudanov va devenir le nouveau ministre de la Défense de l'Ukraine, qui s'attend à une vaste offensive des troupes russes dont la pression augmente actuellement dans l'est.

La nomination de M. Boudanov, 37 ans, est "parfaitement logique en temps de guerre", "la guerre dicte les mouvements de personnel", a expliqué le député David Arakhamia qui a annoncé dimanche soir le remplacement au portefeuille de la Défense d'Oleksiï Reznikov, 56 ans.

Ce dernier venait de promettre quelques heures plus tôt au cours d'une conférence de presse des "audits" au sein de son ministère à la suite d'un scandale de corruption lié à l'approvisionnement de l'armée, en pleine invasion russe.

Il avait reconnu à cette occasion que les services de lutte contre la corruption de son ministère avaient "failli dans leur tâche" et qu'ils devaient être "entièrement restructurés".

Son départ survient à un moment où "la situation très difficile dans la région (orientale) de Donetsk, (où) il y a des batailles féroces", a souligné dans la soirée le président Volodymyr Zelensky.

"De nombreux rapports indiquent d'ores et déjà que les occupants veulent faire quelque chose de symbolique en février. Pour essayer de venger leurs défaites de l'année dernière. Nous constatons cette pression accrue dans différentes zones de la ligne de front", a-t-il ajouté.

Des avions !

"Aujourd'hui, en ce qui concerne l'obtention d'armes, (...) nous avons tout reçu et maintenant nous devons obtenir les avions" pour "protéger notre espace aérien", avait peu auparavant martelé à Kiev le ministre ukrainien de la Défense sortant.

Cela pourrait-être des F-16 américains ou "d'autres" appareils, avait poursuivi Oleksiï Reznikov, avant de lancer : "nous aurons aussi les avions".

Il avait néanmoins déploré les "réticences" à livrer de tels aéronefs à son pays, ce qui va "coûter plus de vies" aux Ukrainiens.

Le ministre avait dans le même temps promis que les armes de longue portée devant être prochainement fournies à l'Ukraine ne serviraient pas à viser le territoire russe, mais seulement les zones occupées, certaines capitales occidentales s'inquiétant d'un risque d'escalade du conflit qui a commencé il y a presque un an.

Combats acharnés à Bakhmout

Interrogé sur un éventuel retrait de Bakhmout, dont les soldats russes, épaulés par les mercenaires du groupe Wagner, tentent depuis l'été de s'emparer, M. Reznikov a assuré dimanche que c'était toujours "une forteresse, un symbole".

Les Russes ont obtenu de petits gains territoriaux ces dernières semaines dans la région avec l'espoir de faire sauter le verrou ukrainien sur cette cité en grande partie détruite et où les deux belligérants subissent de lourdes pertes.

Ils ont notamment pris la bourgade de Soledar et plus récemment le village de Blagodatné.

"Des combats acharnés ont lieu dans les quartiers nord (de Bakhmout) pour chaque rue, chaque maison, chaque cage d'escalier", a raconté dimanche le patron du groupe paramilitaire russe Wagner, Evguéni Prigojine, dont les hommes sont en première ligne sur place.

"Les forces armées ukrainiennes ne battent pas en retraite. Elles luttent jusqu'au dernier homme", a-t-il reconnu.

Dans le sous-sol d'une église 

Des journalistes de l'AFP ont assisté dimanche à Bakhmout à une liturgie organisée dans le sous-sol de l'église au bulbe doré de la Toussaint en présence d'une vingtaine de personnes, dont deux soldats ukrainiens.

Trois femmes ont chanté des hymnes avec en toile de fond sonore les échanges de tirs. La pièce n'était éclairée que par une vingtaine de bougies et une lampe portative utilisée par les deux prêtres pour lire la Bible.

"Aujourd'hui, j'ai prié pour que tout aille mieux pour moi après ma mort", a expliqué à l'extérieur de cette église Serafim Tchernychov, 20 ans.

"La nuit dernière, un missile s'est abattu sur mon jardin et une balle est entrée à l'intérieur de ma maison, elle aurait pu me toucher. Donc, nous devons comprendre que la vie est courte, je peux mourir maintenant ou dans 30 ans", a-t-il encore dit. "Si je suis tué, ce sera la volonté de Dieu", a-t-il ajouté, résigné.

Lioubov Avramenko, 84 ans, a de son côté confié avoir prié "pour la paix". "Nous sommes assis dans un sous-sol sans eau, ni gaz, ni électricité", a-t-elle témoigné.

Samedi soir, le président Zelensky avait reconnu que la situation se "compliquait" sur le front, en particulier à Bakhmout qu'il avait plus tôt juré de défendre "aussi longtemps que possible".

Dans cette région, ces dernières 24 heures, plusieurs missiles ont touché Droujkivka, où quatre personnes ont été blessées, a fait savoir en fin d'après-midi l'état-major des forces ukrainiennes.

Frappes du nord au sud 

Cinq autres civils ont reçu des blessures dimanche dans deux frappes russes sur le centre de Kharkiv, la deuxième agglomération ukrainienne, dans le nord-est, a signalé le chef de l'administration militaire régionale, Oleg Sinegoubov. Un bâtiment de quatre étages a été "totalement détruit", a précisé l'armée.

Dans le sud, la cité de Kherson, reconquise en novembre par les Ukrainiens, a été visée à trois reprises le même jour par l'artillerie russe, ont annoncé les autorités locales qui ont fait état d'un blessé.

Et "des centaines de milliers" d'habitants de la région méridionale d'Odessa" sont toujours privés de courant à la suite d'un incident technique survenu la veille dans une centrale électrique, qui a constamment été victime de bombardements russes ces derniers temps, a regretté dans la soirée Volodymyr Zelensky.