Glamour, ouverts sur le monde : cinq choses à savoir sur les Vikings

Site d’excavation d’un navire viking à Halden, en Norvège, le 21 juillet 2020 (Margrethe K. H. Havgar / AFP)
Site d’excavation d’un navire viking à Halden, en Norvège, le 21 juillet 2020 (Margrethe K. H. Havgar / AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 13 novembre 2020

Glamour, ouverts sur le monde : cinq choses à savoir sur les Vikings

  • Au-delà des pillages, les Vikings étaient de grands commerçants qui ont tissé un réseau de contacts très large, de la mer Caspienne au Groenland
  • Ont été retrouvés, entre autres, sur différents sites vikings, des textiles et perles d'Orient, et des pièces de monnaie arabes, souvent hachées car les Vikings ne les utilisaient pas pour leur valeur numéraire mais pour leur poids en métaux précieux

HALDEN, Norvège :  La culture populaire les dépeint généralement comme des soudards à l'origine de rapines aussi fulgurantes que sanglantes. Une réputation pas totalement déméritée mais qui mérite d'être nuancée. Voici cinq choses à savoir sur les Vikings.

D'où vient leur nom ?

Comme beaucoup de choses les concernant, l'étymologie du mot "viking" est âprement discutée.

En vieux norrois (ancienne langue scandinave), le mot apparaît sous la forme "vikingr" désignant une personne, et "viking" désignant une pratique.

"Les Scandinaves ne parlaient jamais d'eux-mêmes comme des Vikings, en tant qu'identité pour quiconque de Scandinave. Le mot signifiait plus une activité, partir en raid, ou une personne qui s'y adonnait", explique Jan Bill, professeur d'archéologie viking et curateur du musée des bateaux vikings à Oslo.

"Mais la pratique aujourd'hui est d'utiliser +Viking+ pour décrire tout Scandinave de la période viking", ajoute-t-il. Une période aux contours eux-mêmes mal définis mais qu'on situe généralement entre les milieux du VIIIe et XIe siècles.

Exposés au cannabis et à Bouddha

Au-delà des pillages, les Vikings étaient de grands commerçants qui ont tissé un réseau de contacts très large, de la mer Caspienne au Groenland.

Cela fait l'objet de contestations mais il est aussi possible qu'ils aient atteint l'Amérique près de cinq siècles avant Christophe Colomb.

Certaines reliques retrouvées dans les bateaux-tombes dont trois, en très bon état de conservation, sont exposés au musée d'Oslo, témoignent de la richesse de leurs contacts.

Parmi de nombreux autres objets, un petit sachet en cuir contenant... du cannabis a été retrouvé sur l'une des deux femmes enterrées sur le bateau d'Oseberg.

"Les graines peuvent ainsi avoir été là à des fins récréatives, médicales ou pour produire des plants de chanvre avec des fibres destinées aux textiles ou aux cordes", dit Jan Bill.

Ont aussi été retrouvés sur différents sites vikings des textiles et perles d'Orient, et des pièces de monnaie arabes, souvent hachées car les Vikings ne les utilisaient pas pour leur valeur numéraire mais pour leur poids en argent et autres métaux précieux.

Une statuette de Bouddha en bronze remontant à cette époque a aussi été découverte sur l'île suédoise de Helgö.

"Drakkar" ou pas "drakkar"?

L'expression fait bondir les plus puristes des historiens qui soulignent que, derrière ses airs d'authenticité, elle remonterait au XIXe. Elle serait inspirée du suédois moderne "drake" ("drakar" au pluriel) qui signifie "dragon", en référence à l'effigie de l'animal légendaire ornant parfois la proue des bateaux vikings.

Des formes sinon totalement conformes, du moins apparentées, se retrouvent en vieux norrois.

"Il y a sept cas de bateaux appelés « dreki », « drekar » au pluriel, dans des poèmes de l'âge des Vikings", relate Jan Bill. "Ce n'était cependant pas un terme technique mais plutôt poétique".

Plus consensuel est le fait que ces embarcations à fond plat, à rame et/ou à voile, étaient redoutables par leur souplesse et leur rapidité, capables de traverser les mers comme de remonter les rivières grâce à un faible tirant d'eau.

L'anti-Hägar Dünor

La célèbre bande dessinée Hägar Dünor trace le portrait d'un Viking hirsute au casque à cornes et rudimentairement fagoté.

A en croire les spécialistes, ils étaient au contraire plutôt "glamour".

"Leurs vêtements étaient très colorés. Ils adoraient les bijoux et le bling", souligne l'archéologue Camilla Cecilie Wenn du musée d'Histoire culturelle de l'université d'Oslo.

"Loin du style terne dans lequel ils sont dépeints, ils étudiaient beaucoup leurs apparences. Ils se lavaient et se peignaient les cheveux et la barbe dans les règles de l'art", précise-t-elle.

Et le casque à cornes? "Une invention moderne de la période romantique", balaie Jan Bill. "Aucun des quelques casques retrouvés datant de l'âge des Vikings ou des siècles précédents, n'a de cornes".

La "faute" originelle reviendrait au créateur de costumes Carl Emil Doepler qui en 1876 ajouta des cornes aux casques des guerriers dans une représentation de L'Anneau du Nibelung, opéra de Richard Wagner inspiré de la mythologie nordique.

Trinquer pour la santé?

Selon une légende urbaine, c'est aussi aux Vikings que l'on devrait le geste de trinquer. Ceux-ci auraient eu pour coutume de heurter assez brutalement leurs coupes, façon de transvaser entre elles une partie de leur bière ou de leur hydromel et de s'assurer ainsi que leur breuvage n'était pas empoisonné.

Rien, cependant, ne vient étayer cela.

Contrairement aux idées reçues, les Vikings ne buvaient pas non plus dans le crâne de leurs ennemis.

 


Le Panthéon accueille Joséphine Baker, icône de la liberté

Née le 3 juin 1906 dans une famille pauvre de Saint-Louis (Missouri) d'une Amérindienne noire et d'un père d'origine espagnole, Joséphine Baker a rejoint Paris à 19 ans pour tenter sa chance. (Photo, AFP)
Née le 3 juin 1906 dans une famille pauvre de Saint-Louis (Missouri) d'une Amérindienne noire et d'un père d'origine espagnole, Joséphine Baker a rejoint Paris à 19 ans pour tenter sa chance. (Photo, AFP)
Short Url
  • Femme, noire, artiste de scène et née à l'étranger, Joséphine Baker ne sera que la sixième femme - sur 80 personnages illustres - à y entrer après Simone Veil en 2018
  • Le chef de l'Etat rendra hommage à cette «artiste de renommée mondiale, engagée dans la Résistance, inlassable militante antiraciste»

PARIS : Quarante-six ans après sa mort en 1975, Josephine Baker revient en pleine lumière mardi en entrant au Panthéon pour y rejoindre les grandes figures françaises grâce à sa vie "incroyable" d'artiste de music-hall, de résistante et de militante antiraciste.

"Me revoilà Paris": l'une des plus célèbres chansons de la diva retentira à 17H30 pour lancer la cérémonie solennelle devant le grandiose édifice néo-classique, considéré comme "le temple laïc de la République".

Femme, noire, artiste de scène et née à l'étranger, Joséphine Baker ne sera que la sixième femme - sur 80 personnages illustres - à y entrer après Simone Veil en 2018.

"Ca va être mémorable" avec de "la joie et de l'excitation", espère Brian Bouillon-Baker, l'un des 12 enfants adoptés par Joséphine Baker, dont 11 sont toujours vivants.

Avec eux, plusieurs centaines de personnes sont attendues, dont de nombreux jeunes, autour d'Emmanuel Macron qui prononcera un discours devant les portes du Panthéon.

Le chef de l'Etat rendra hommage à cette "artiste de renommée mondiale, engagée dans la Résistance, inlassable militante antiraciste" qui "fut de tous les combats qui rassemblent les citoyens de bonne volonté, en France comme de par le monde".

"Elle est l'incarnation de l'esprit français", a proclamé le chef de l'Etat en annonçant le 23 août son entrée au Panthéon.

"Ma mère était une idéaliste qui voulait prouver que la fraternité universelle n'était pas une utopie", a résumé Brian Bouillon-Baker sur France Inter.

Née le 3 juin 1906 dans une famille pauvre de Saint-Louis (Missouri) d'une Amérindienne noire et d'un père d'origine espagnole, Joséphine Baker a rejoint Paris à 19 ans pour tenter sa chance. Elle devient la vedette de "La Revue Nègre" au théâtre es Champs-Elysées en acceptant avec réticence d'apparaître seins nus. 

"Si je veux devenir une star, je dois être scandaleuse", justifie-t-elle. "C'est la France qui m'a fait ce que je suis, je lui garderai une reconnaissance éternelle", affirme aussi celle qui se disait ravie d'être "devenue l'enfant chérie des Parisiens" et qui a obtenu la nationalité française le 30 novembre 1937.

«J'ai deux amours»

"J'ai deux amours, Paris et mon pays", sa chanson la plus connue, sera d'ailleurs jouée par la Musique de l'armée de l'air à l'arrivée du cercueil au Panthéon.

La dépouille de Joséphine Baker ne sera pas dans le cercueil, puisque sa famille a décidé de la laisser reposer dans le cimetière marin de Monaco, aux côtés de son dernier mari et de l'un de ses enfants, non loin de la princesse Grace qui l'avait soutenue dans les dernières années de sa vie.

C'est donc un cénotaphe (tombeau ne contenant pas le corps) qui sera installé dans le caveau 13 de la crypte, où se trouve déjà l'écrivain Maurice Genevoix, entré au Panthéon l'an dernier.

Symboliquement, ce cénotaphe a été rempli de poignées des quatre terres qui "étaient chères à Joséphine Baker": sa ville natale de Saint-Louis, Paris où elle connut la gloire, le château des Milandes (Dordogne) où elle installa sa tribu "arc-en-ciel", et Monaco où elle termina sa vie.

À cinq mois de l'élection présidentielle, l'Elysée assure qu'il ne faut pas voir de message politique dans cette panthéonisation. "Il y a réellement un consensus très large" et "pas une voix ne s'est élevée" pour la contester, relève un conseiller.

Il n'empêche que la cérémonie devrait donner l'occasion à Emmanuel Macron de célébrer des valeurs qu'il entend mettre en avant dans la campagne. "Joséphine Baker, c'est l'histoire exemplaire" d'une personnalité qui "fait preuve de volonté et de détermination pour construire sa propre émancipation", résume l'un de ses conseillers.

À la veille de la célébration, Albert de Monaco a rendu hommage lundi à Joséphine Baker en reprenant devant sa tombe des paroles de la princesse Grace: "Il y a des êtres qui ne s'éteignent jamais".


Plus d'un millier d'objets phares de films hollywoodiens aux enchères à Los Angeles

Le costume de John Travolta porté dans «Pulp Fiction». (Photo, AFP)
Le costume de John Travolta porté dans «Pulp Fiction». (Photo, AFP)
Short Url
  • «Batman», «Retour vers le Futur», Harry Potter, James Bond, «Game of Thrones» ou encore Marilyn Monroe, Bruce Willis et Keanu Reeves: au total, plus de 1 200 objets liés à des films emblématiques et des célébrités sont mis en vente
  • Les pièces les plus recherchées devraient être le costume noir signé Perry Ellis porté par John Travolta dans «Pulp Fiction» et le sabre laser de Liam Neeson dans son rôle du jedi Qui-Gon Jinn dans le volet de Star Wars «La Menace Fantôme»

LOS ANGELES : Le costume de John Travolta dans "Pulp Fiction", la planche de surf de Patrick Swayze dans "Point Break" et le sabre laser de Liam Neeson dans "La Menace Fantôme" sont au menu d'une gigantesque vente aux enchères d'objets de films hollywoodiens organisée cette semaine à Beverly Hills.

"Batman", "Retour vers le Futur", Harry Potter, James Bond, "Game of Thrones" ou encore Marilyn Monroe, Bruce Willis et Keanu Reeves: au total, plus de 1 200 objets liés à des films emblématiques et des célébrités sont mis en vente jeudi et vendredi par la maison spécialisée Julien's Auctions près de Los Angeles.

Les pièces les plus recherchées devraient être le costume noir signé Perry Ellis porté par John Travolta dans "Pulp Fiction" et le sabre laser de Liam Neeson dans son rôle du jedi Qui-Gon Jinn dans le volet de Star Wars "La Menace Fantôme", tous deux estimés entre 20 000 et 40 000 dollars, comme la célèbre combinaison jaune de Bruce Lee (portée non par l'acteur mais par le cascadeur qui lui servait de doublure) dans "Le Jeu de la mort" ou son nunchaku noir fait sur-mesure.

La tenue endossée par Arnold Schwarzenegger dans "Terminator 2", avec blouson de motard et pantalon de cuir assorti, est quant à elle estimée entre 20 000 et 30 000 dollars.

Outre les désormais habituels lots de baguettes magiques maniées par divers personnages des films Harry Potter, les fans de films d'action pourront tenter d'acquérir des armes factices brandies par Bruce Willis lorsqu'il interprétait John McClane dans la saga "Die Hard" ou utilisées sur le tournage de "John Wick".

Une fausse dague en obsidienne utilisée dans la série "Game of Thrones" pour combattre les créatures venues du froid sera même mise sous le marteau, pour un prix estimé entre 3 000 et 5 000 dollars.

Les admirateurs des actrices de légende pourront rêver avec une série d'objets personnels ayant appartenu à l'inoubliable Marilyn Monroe, dont un poème manuscrit, des vêtements portés par Elizabeth Taylor et Doris Day ou même le lasso doré qui équipait Gal Gadot dans "Wonder Woman".


Les héritiers Gucci veulent porter plainte contre le film «House of Gucci»

«La famille Gucci se réserve le droit de prendre toute initiative pour protéger son nom et son image, ainsi que ceux de ses proches», indique une lettre publiée par l'agence de presse italienne ANSA et signée des héritiers d'Aldo Gucci. (Photo, AFP)
«La famille Gucci se réserve le droit de prendre toute initiative pour protéger son nom et son image, ainsi que ceux de ses proches», indique une lettre publiée par l'agence de presse italienne ANSA et signée des héritiers d'Aldo Gucci. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le film se saisit de l'un des faits divers les plus retentissants de l'Italie des années 1990, l'assassinat de Maurizio Gucci
  • La famille Gucci n'est plus impliquée dans la marque de luxe depuis les années 1990

ROME : Les héritiers de la maison italienne de luxe Gucci ont menacé lundi d'intenter une action en justice contre le film de Ridley Scott "House of Gucci", qu'ils accusent de dépeindre les membres de la famille comme des "hooligans".

Le film se saisit de l'un des faits divers les plus retentissants de l'Italie des années 1990, l'assassinat de Maurizio Gucci (joué par Adam Driver), héritier de la maison italienne, commandité par son ex-épouse Patrizia Reggiani (Lady Gaga).

"La famille Gucci se réserve le droit de prendre toute initiative pour protéger son nom et son image, ainsi que ceux de ses proches", indique une lettre publiée par l'agence de presse italienne ANSA et signée des héritiers d'Aldo Gucci (1905-1990), le fondateur de la marque de luxe.

La lettre précise que les héritiers Gucci ont été particulièrement blessés par la description de Patrizia Reggiani, "une femme condamnée pour avoir commandité le meurtre de Maurizio Gucci (présentée) comme une victime".

Elle regrette aussi qu'Aldo Gucci et ses proches soient dépeints comme "des hooligans, ignorants et insensibles au monde qui les entoure".

"House of Gucci" est réalisé par le Britannique Ridley Scott, 83 ans, auteur de plusieurs films parmi les plus emblématiques de ces 40 dernières années comme "Blade Runner", "Alien", "Gladiator" ou "Thelma et Louise".

La famille Gucci n'est plus impliquée dans la marque de luxe depuis les années 1990. Celle-ci est aujourd'hui la propriété du groupe français Kering, fondé par le milliardaire François Pinault.