La mission de Noor Riyadh: illuminer la ville avec l’art

L’œuvre d’Ahaad Alamoudi, intitulée «Ghosts of Today and Tomorrow», est une installation performative qui considère la lumière comme un vecteur naturel d’information. Elle est composée de deux anciennes tours à pigeons, faisant allusion à l’utilisation historique des pigeons comme porteurs de messages. (Photo fournie)
L’œuvre d’Ahaad Alamoudi, intitulée «Ghosts of Today and Tomorrow», est une installation performative qui considère la lumière comme un vecteur naturel d’information. Elle est composée de deux anciennes tours à pigeons, faisant allusion à l’utilisation historique des pigeons comme porteurs de messages. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Mercredi 16 novembre 2022

La mission de Noor Riyadh: illuminer la ville avec l’art

L’œuvre d’Ahaad Alamoudi, intitulée «Ghosts of Today and Tomorrow», est une installation performative qui considère la lumière comme un vecteur naturel d’information. Elle est composée de deux anciennes tours à pigeons, faisant allusion à l’utilisation historique des pigeons comme porteurs de messages. (Photo fournie)
  • Le festival annuel de lumière et d’art de la capitale saoudienne présente plus de 190 œuvres réalisées par environ 130 artistes saoudiens et internationaux de 40 pays
  • Le thème de Noor Riyadh, le premier programme mis en œuvre sous les auspices de Riyadh Art, la première initiative d’art public du Royaume, est «Nous rêvons de nouveaux horizons»

RIYAD: Les visiteurs de Wadi Hanifa, une immense vallée de Riyad bordée de palmiers et de cours d’eau, ont été accueillis le week-end dernier par de nouvelles œuvres d’art public contemporaines à grande échelle créées par des artistes saoudiens et internationaux.

Ces installations font partie de Noor Riyadh, un festival annuel de lumière et d’art qui présente plus de 190 œuvres réalisées par environ 130 artistes saoudiens et internationaux de 40 pays. Elles sont exposées jusqu’au 19 novembre dans 40 lieux situés dans cinq centres principaux de Riyad.

Des enfants ont joué au football devant One Thousand Galaxies of Light, une œuvre de l’artiste américaine d’origine portoricaine Gisela Colon. Il s’agit d’une configuration elliptique de 100 tubes lumineux blancs verticaux, chacun d’entre eux mesurant 2,5 mètres de haut.

Des enfants jouent au football devant One Thousand Galaxies of Light, une œuvre de l’artiste américaine d’origine portoricaine Gisela Colon. Il s’agit d’une configuration elliptique de 100 tubes lumineux blancs verticaux, chacun d’entre eux mesurant 2,5 mètres de haut. (Photo fournie)
Des enfants jouent au football devant One Thousand Galaxies of Light, une œuvre de l’artiste américaine d’origine portoricaine Gisela Colon. Il s’agit d’une configuration elliptique de 100 tubes lumineux blancs verticaux, chacun d’entre eux mesurant 2,5 mètres de haut. (Photo fournie)

Gisela Colon, qui a également participé à la première édition de Desert X AlUla en 2020, a déclaré s’être inspirée de la physique, de la cosmologie et de la biologie pour cette œuvre, qui imagine une forêt d’horizons mythiques pointant métaphoriquement vers un avenir radieux, en accord avec le thème de Noor Riyadh cette année: «Nous rêvons de nouveaux horizons.»

Sur une artère voisine, les passants peuvent voir l’installation De Anima de la chorégraphe, danseuse et artiste Sarah Brahim, basée à Riyad, qui présente des images projetées sur le dessous d’un pont dans les zones humides de Wadi Hanifa.

«Dans cette œuvre, j’ai été inspirée par la façon dont la lumière pénètre dans le corps et en ressort de diverses manières», explique Mme Brahim à Arab News.

L’œuvre d’Ahaad Alamoudi, intitulée «Ghosts of Today and Tomorrow», est une installation performative qui considère la lumière comme un vecteur naturel d’information. Elle est composée de deux anciennes tours à pigeons, faisant allusion à l’utilisation historique des pigeons comme porteurs de messages. (Photo fournie)
L’œuvre d’Ahaad Alamoudi, intitulée «Ghosts of Today and Tomorrow», est une installation performative qui considère la lumière comme un vecteur naturel d’information. Elle est composée de deux anciennes tours à pigeons, faisant allusion à l’utilisation historique des pigeons comme porteurs de messages. (Photo fournie)

«L’œuvre rethéorise le texte d’Aristote “De Anima” et s’intéresse à cinq âmes différentes à cinq moments différents de la journée, sur la manière dont la lumière anime l’âme et l’essence de la vie. Chaque personne représente un type de lumière physique et métaphorique», poursuit l’artiste.

Mme Brahim met également l’accent sur l’utilisation du temps dans son œuvre. Des écouteurs sont mis à la disposition des visiteurs de l’installation pour qu’ils puissent écouter une bande sonore pendant qu’ils regardent les images.

Une autre œuvre exposée à Wadi Hanifah est Ghosts of Today and Tomorrow, de l’artiste multimédia saoudien Ahaad Alamoudi. Ils s‘agit d’une installation performative qui considère la lumière comme un vecteur naturel d’information. Elle est composée de deux anciennes tours à pigeons, faisant allusion à l’utilisation historique des pigeons comme porteurs de messages, et d’un chanteur qui interprète un mawwal, un type de chanson arabe traditionnelle, tandis que la lumière jaillit des ouvertures de chaque tour.

Noor Riyadh est le premier programme mis en œuvre sous les auspices de Riyadh Art. (Photo fournie)
Noor Riyadh est le premier programme mis en œuvre sous les auspices de Riyadh Art. (Photo fournie)

«La signification de la lumière est très accessible et appropriée dans une ville comme Riyad», indique Miguel Blanco-Carrasco, le directeur exécutif de Noor Riyadh, à Arab News. «La ville s’anime après le coucher du soleil en raison de la température et de la géographie de Riyad.»

Le soir, de nombreux habitants sortent dîner ou passent du temps dans les nombreux parcs de la ville. Par conséquent, le festival a été conçu dans le but d’installer des œuvres d’art dans des lieux de Riyad où les gens sont le plus susceptibles de les voir.

«La lumière est un médium accessible à tous, quel que soit leur niveau d’éducation, leur classe ou leur compréhension de l’art contemporain», souligne M. Blanco-Carrasco. «Nous voulons amener l’art partout et nous voulons le rendre accessible à tous.»

Sur une artère voisine, les passants peuvent voir l’installation De Anima de la chorégraphe, danseuse et artiste Sarah Brahim, basée à Riyad, qui présente des images projetées sur le dessous d’un pont dans les zones humides de Wadi Hanifa. (Photo fournie)
Sur une artère voisine, les passants peuvent voir l’installation De Anima de la chorégraphe, danseuse et artiste Sarah Brahim, basée à Riyad, qui présente des images projetées sur le dessous d’un pont dans les zones humides de Wadi Hanifa. (Photo fournie)

Un autre élément marquant de Noor Riyadh est l’œuvre de l’artiste saoudien Mouhannad Shono, intitulée «I See You Brightest in the Dark», qui est exposée à Bayt al-Malaz.

L’œuvre If God Willing, All Will be Resolved, de l’artiste saoudo-palestinien Ayman Yossri Daydban, quant à elle, utilise des images fixes soigneusement choisies de films sous-titrés pour créer une œuvre qui peint l’écriture arabe avec de la lumière.

Elle s’inspire de l’expression arabe couramment utilisée, «Inchallah», qui signifie «si Dieu le veut», et est inscrite en grand texte néon blanc sur la structure de l’ancien hôpital Irqah. Il surplombe le paysage urbain abandonné qui l’entoure, insufflant une nouvelle vie à un espace désormais largement dépourvu de présence humaine.

Noor Riyadh est le premier programme mis en œuvre sous les auspices de Riyadh Art. (Photo fournie)

Carving the Future, de l’artiste saoudien Obaid al-Safi, est présentée dans un paysage désertique. Avec cette œuvre, l’artiste remet en question la relation entre le désert et la civilisation qui en est issue, réfléchissant aux liens entre le passé ancien du Royaume et ses transformations plus récentes.

L’œuvre poignante Between Biotic and Bionic de l’artiste saoudien Ayman Zedani, dans le quartier d’Olaya à Riyad, explore la manière dont, dans les villes de la région du Golfe, la nature est de plus en plus vécue comme un simulacre ou une imitation, comme les forêts tropicales artificielles ou les jungles de néon, brouillant la distinction entre le monde réel et artificiel.

L’installation réunit, dans le style propre à l’artiste, des éléments de lumière, de son, de sculpture et de nature dans des structures en métal soudé recouvertes de plantes reviviscentes,  des types de plantes pouvant survivre à des périodes de déshydratation extrême. Il s’agit d’un clin d’œil au paysage désertique et aux effets du changement climatique

L’œuvre textuelle de Joel Andrianomearisoa, un artiste originaire de Madagascar, est incontournable. On a Never-Ending Horizon, a Future Nostalgia to Keep the Present Alive, exposée dans le quartier financier du roi Abdallah et créée à l’aide de néons et de métal, transmet un message d’amour, d’espoir et de rêves pour l’avenir.

Noor Riyadh est le premier programme mis en œuvre sous les auspices de Riyadh Art, la première initiative d’art public du Royaume. Il vise à transformer la ville en une «galerie sans murs», à l’embellir et à renforcer l’esprit créatif de la population.

L’un de ses objectifs, précise M. Blanco-Carrasco, est de «supprimer toute idée préconçue selon laquelle l’art contemporain n’est accessible qu’aux élites. Nous voulons le rendre accessible à tous les habitants de Riyad. Noor Riyadh est leur festival».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Dave Chappell affirme que la guerre à Gaza est le résultat de «l’antisémitisme en Occident» lors d’un spectacle à Abu Dhabi

L’humoriste américain Dave Chappelle s’est produit devant une salle comble à l’Etihad Arena d’Abu Dhabi. (Instagram)
L’humoriste américain Dave Chappelle s’est produit devant une salle comble à l’Etihad Arena d’Abu Dhabi. (Instagram)
Short Url
  • M. Chappelle avait déjà dénoncé les bombardements israéliens sur Gaza, ainsi que le soutien apporté par les États-Unis à ces attaques, lors d’un spectacle donné à Boston en octobre
  • D’après certaines personnes qui étaient présentes, un spectateur a demandé à Dave Chappelle de se taire, ce qui a suscité une réponse enflammée de la part de l’humoriste

DUBAÏ: L’humoriste américain Dave Chappelle s’est produit jeudi devant une salle comble à l’Etihad Arena d’Abu Dhabi dans le cadre de l’Abu Dhabi Comedy Week, où il a également abordé le sujet de la guerre à Gaza. 

«Ce qui se produit à Gaza est le résultat direct de l’antisémitisme en Occident», affirme-t-il sur scène. 

«Si vous êtes aux États-Unis, la meilleure chose que vous puissiez faire est de faire en sorte que les Américains juifs se sentent aimés, soutenus et en sécurité, afin qu’ils sachent qu’ils n’ont pas à soutenir un pays qui commet un génocide juste pour se sentir en sécurité», ajoute-t-il. 

 

M. Chappelle avait déjà dénoncé les bombardements israéliens sur Gaza, ainsi que le soutien apporté par les États-Unis à ces attaques, lors d’un spectacle donné à Boston en octobre. 

D’après certaines personnes qui étaient présentes, un spectateur a demandé à Dave Chappelle de se taire, ce qui a suscité une réponse enflammée de la part de l’humoriste. 

Selon le Wall Street Journal, il a répondu: «Vous ne pouvez pas prendre des dizaines de milliards de dollars (1 dollar = 0,92 euro) à mon pays pour aller tuer des femmes et des enfants innocents et me dire de me la fermer.» 

Certains spectateurs se sont alors mis à scander «Palestine libre» («Free Palestine»), ce à quoi l’humoriste a répondu : «Vous avez tout à fait raison, Palestine libre.» 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


A Cannes, des documentaires sur l'Afrique du Sud et l'Egypte récompensés

La 77e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 21 mai 2024, dans le cadre du relais de la flamme olympique. (AFP)
La 77e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 21 mai 2024, dans le cadre du relais de la flamme olympique. (AFP)
Short Url
  • Le documentaire du Haïtien Raoul Peck sur un photographe sud-africain pendant l'apartheid et "Les Filles du Nil" sur un groupe de jeunes filles formant une troupe de théâtre de rue, ont été récompensés
  • Les deux films ont été sacrés ex-aequo par le jury présidé du réalisateur français Nicolas Philibert, à 24 heures de la Palme d'or et du palmarès cannois

CANNES: Le documentaire du Haïtien Raoul Peck sur un photographe sud-africain pendant l'apartheid et "Les Filles du Nil" sur un groupe de jeunes filles formant une troupe de théâtre de rue, ont été récompensés vendredi par le jury de l'Oeil d'or, à Cannes.

Les deux films ont été sacrés ex-aequo par le jury présidé du réalisateur français Nicolas Philibert, à 24 heures de la Palme d'or et du palmarès cannois.

Après avoir fait redécouvrir James Baldwin dans "I'm not your negro", Raoul Peck s'est penché sur le photographe Ernest Cole qui a documenté les horreurs de l'apartheid. Ce qui lui vaudra une vie en exil, aux Etats-Unis et en Europe.

Il mourra prématurément à 49 ans, huit jours après la libération de Nelson Mandela.

"Ce destin tragique et la façon dont il nous est conté avec les images et les propres mots d’Ernest Cole, nous a bouleversés", a souligné le jury de l'Oeil d'or, qui récompense chaque année à Cannes les documentaires.

Autre film récompensé vendredi: "Les Filles du Nil" de Nada Riyadh et Ayman El Amir, présenté à la Semaine de la critique, sur des jeunes filles dans un village copte du sud de l’Égypte.

"Un film à la fois simple et lumineux, un film presque +mine de rien+, qui nous donne à voir dans sa complexité le combat qu’elles mènent pour conquérir leur liberté et les remous que provoquent ce combat autour d’elles".

Le film "est délibérément féministe à tous égards, mais je pense qu'il a également été dicté par ce que ce groupe inspirant de femmes faisait déjà", a déclaré à l'AFP la coréalisatrice Nada Riyadh.

L’Œil d’or a été créé en 2015 par le Festival de Cannes et la Scam. Il est doté de 5.000 euros.


Projection de films israéliens: des réalisateurs britanniques renoncent à leur mécénat dans un cinéma londonien

Les réalisateurs britanniques Ken Loach et Mike Leigh ont renoncé à leur rôle de mécènes au sein du cinéma Phoenix de Londres en signe de protestation contre l’organisation d’un festival du film israélien, a rapporté jeudi The Guardian. (X/@JonnyGeller)
Les réalisateurs britanniques Ken Loach et Mike Leigh ont renoncé à leur rôle de mécènes au sein du cinéma Phoenix de Londres en signe de protestation contre l’organisation d’un festival du film israélien, a rapporté jeudi The Guardian. (X/@JonnyGeller)
Short Url
  • Des manifestations et contre-manifestations devraient avoir lieu plus tard dans la soirée devant le cinéma Phoenix
  • Jeudi matin, le lieu aurait été couvert de graffitis rouges qui exprimaient le message suivant: «Dites non à l’artwashing»

LONDRES: Les réalisateurs britanniques Ken Loach et Mike Leigh ont renoncé à leur rôle de mécènes au sein du cinéma Phoenix de Londres en signe d’opposition à l’organisation d’un festival du film israélien: c’est ce qu’a rapporté jeudi The Guardian.

Phoenix, l’une des plus anciennes salles de cinéma du Royaume-Uni, accueillera jeudi une projection spéciale de Supernova: The Music Festival Massacre dans le cadre du festival du film israélien Seret.

MM. Loach et Leigh ont indépendamment confirmé leur démission en tant que mécènes en raison de la diffusion du documentaire.

Réalisé par Yossi Bloch, Duki Dror et Noam Pinchas, Supernova: The Music Festival Massacre raconte l’histoire de l’attaque menée par le Hamas le 7 octobre contre le festival Nova, à Réïm, à travers les yeux des survivants.

Un nombre non identifié d’employés et de responsables chez Phoenix ainsi que des groupes de solidarité propalestiniens ont exigé que la direction du cinéma évite de diffuser le film en raison des liens du festival Seret avec l’ambassade israélienne à Londres et le ministère de la Culture.

Des manifestations et des contre-manifestations devraient avoir lieu plus tard dans la soirée devant le cinéma Phoenix. Jeudi matin, le lieu aurait été couvert de graffitis rouges qui exprimaient le message suivant: «Dites non à l’artwashing

En 2015, des dizaines d’artistes et de réalisateurs, parmi lesquels Loach et Leigh, avaient adressé une lettre au journal The Guardian qui appelait au boycott du festival du film Seret.

«En bénéficiant de l’argent de l’État israélien, les cinémas deviennent complices des violences infligées au peuple palestinien. Le festival est cosponsorisé par le gouvernement israélien via l’ambassade israélienne à Londres, créant un lien direct entre ces cinémas, les projections du festival et la politique israélienne», indique la lettre.

M. Loach a déclaré au journal The Guardian après sa démission: «Ma démission en tant que mécène au cinéma Phoenix montre ce que je pense de leur décision. C’est tout simplement inacceptable.»

Dans une réponse à ce journal, les administrateurs du cinéma ont reconnu le désaccord de «deux de nos mécènes» et ils ont déclaré que le conseil d’administration avait de nouveau discuté de la location de la salle.

«Le comité a décidé que pour toutes les locations privées, y compris celle-là, le Phoenix ne devrait pas viser à censurer le contenu des projections ni à s’y opposer, à moins qu’il soit illégal et, dans ce cas, à moins que la police ne nous informe que ce serait dangereux de poursuivre la projection», précise un communiqué.

Les administrateurs ont affirmé avoir pris cette décision «en étant conscients de notre statut d’organisme de bienfaisance engagé dans l’éducation par les arts.»

«Nous apprécions que certains ne soient pas d’accord avec notre décision. Malgré cela, nous espérons que la plupart des gens resteront attachés à notre vision d’un cinéma dynamique, durable et indépendant à East Finchley pour notre communauté locale et pour Londres.»

Picturehouse et Curzon, d’autres chaînes de cinéma britanniques, avaient annulé toutes les projections de Seret pour des raisons de sécurité.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com