Le Pakistan nomme un nouveau chef d'état-major

Le général Syed Asim Munir, ancien chef des services de renseignement militaire. (Photo, AP)
Le général Syed Asim Munir, ancien chef des services de renseignement militaire. (Photo, AP)
Short Url
Publié le Jeudi 24 novembre 2022

Le Pakistan nomme un nouveau chef d'état-major

Le général Syed Asim Munir, ancien chef des services de renseignement militaire. (Photo, AP)
  • L'histoire du Pakistan est marquée par une instabilité politique quasi-permanente et le chef de l'armée est considéré comme la personnalité la plus puissante du pays
  • Cette nomination a été approuvée jeudi soir par le président Arif Alvi, membre du parti d'opposition PTI (Mouvement du Pakistan pour la justice) de l'ex-Premier ministre Imran Khan

ISLAMABAD: Le Pakistan a nommé jeudi un ancien chef des services secrets comme nouveau chef d'état-major, un rôle prépondérant dans un pays où l'armée détient la clé du pouvoir politique et qui est confronté à de fortes tensions à l'approche des élections prévues en 2023.

Le général Syed Asim Munir, ancien chef des services de renseignement militaire, a été nommé par le Premier ministre, Shehbaz Sharif, à ce poste ultra-sensible dans cette république islamique de 220 millions d'habitants, dotée de l’arme nucléaire.

L'histoire du Pakistan est marquée par une instabilité politique quasi-permanente et le chef de l'armée est considéré comme la personnalité la plus puissante du pays, tirant souvent dans l'ombre les ficelles des élections et de la vie politique.

Cette nomination a été approuvée jeudi soir par le président Arif Alvi, membre du parti d'opposition PTI (Mouvement du Pakistan pour la justice) de l'ex-Premier ministre Imran Khan, a indiqué à la presse le ministre de la Défense Khawaja Muhammad Asif.

Cet accord présidentiel met fin à des mois de spéculation.

"Qu'un dossier ayant causé de l'incertitude au Pakistan se soit résolu à l'amiable est un bon signe", a commenté le ministre.

Le général Munir prend ses fonctions au moment où le pays traverse une grave crise politique, depuis que Imran Khan a été renversé en avril par une motion de censure. L'ancien Premier ministre avait perdu le soutien de l'armée, qui avait été accusée d'avoir contribué à le porter au pouvoir en 2018.

Actuellement quartier-maître général, en charge de l'approvisionnement et des transports pour toute l'armée pakistanaise, le général Munir remplace le général Qamar Javed Bajwa, qui doit partir à la retraite après avoir occupé le poste de chef d'état-major depuis novembre 2016.

Le général Munir avait précédemment été chef du tout puissant service de renseignement militaire (ISI). Il avait été écarté de ce poste en juin 2019 seulement huit mois après sa nomination, à la demande de M. Khan, alors chef du gouvernement, selon les médias locaux.


Washington s'évertuera à ne pas pénaliser ses partenaires européens dans son plan climat

«Nous écoutons un large éventail de parties prenantes pour nous assurer que nous faisons bien les choses», a précisé Janet Yellen (Photo, AFP).
«Nous écoutons un large éventail de parties prenantes pour nous assurer que nous faisons bien les choses», a précisé Janet Yellen (Photo, AFP).
Short Url
  • L'Union européenne s'inquiète depuis plusieurs mois des effets de l'IRA, plan de 420 milliards de dollars du président américain Joe Biden largement consacré au climat
  • Le sujet a également été discuté par les Etats-Unis et l'Union européenne lundi, près de Washington

FORT WORTH: La secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, a de nouveau affirmé jeudi que l'administration Biden ne veut pas, avec son plan climat, pénaliser ses partenaires commerciaux, notamment européens, malgré les difficultés concrètes dans l'écriture de ces règles.

"L'objectif du Congrès était de s'assurer que nous ayons des chaînes d'approvisionnement sûres et d'essayer d'y inclure nos alliés. On va donc regarder ce qui peut être fait", a assuré à des journalistes la ministre de l'Economie et des Finances de Joe Biden, lors d'un déplacement à Fort Worth (Texas).

Elle a évoqué les subventions américaines accordées uniquement aux véhicules électriques construits aux Etats-Unis, et qui "suscitent également des inquiétudes".

"Nous avons la responsabilité, au Trésor, d'écrire les règles concernant les diverses incitations fiscales. Et nous écoutons un large éventail de parties prenantes pour nous assurer que nous faisons bien les choses", a précisé Mme Yellen.

Elle a ainsi souligné que l'une des problématiques est de "définir les partenaires de libre-échange", citant l'exemple "des alliances avec l'Europe au Japon, avec qui nous n'avons pas d'accord formel de libre-échange".

L'Union européenne s'inquiète depuis plusieurs mois des effets de l'IRA, plan de 420 milliards de dollars du président américain Joe Biden largement consacré au climat et adopté l'été dernier, et qui était au cœur de la visite d'Etat à Washington du président français Emmanuel Macron la semaine dernière.

Le sujet a également été discuté par les Etats-Unis et l'Union européenne lundi, près de Washington, dans le cadre de la réunion du Conseil pour le commerce et les technologies (TTC).

Mme Yellen a par ailleurs martelé que l'économie américaine peut échapper à la récession en 2023, malgré une inflation toujours très élevée (7,7% sur un an en octobre).

"Je pense que nous sommes sur la bonne voie pour faire ralentir l'inflation et que la récession peut être évitée", a ainsi déclaré la ministre.

La persistance de cette forte inflation pousse la banque centrale (Fed) à resserrer plus fortement les conditions monétaires avant de faire ralentir l'activité économique, et donc l'inflation, mais au risque de provoquer une récession.

La Fed doit se réunir mardi et mercredi, et devrait relever son taux directeur d'un demi-point de pourcentage. Il s'agit d'une hausse toujours forte, mais qui marque un ralentissement par rapport à celles adoptées lors des quatre dernières réunions, reflétant les premiers signes de ralentissement de l'inflation.


Protéger la haute mer «n'a que trop tardé», déplore le chef de l'ONU

«De nos jours, 35% des pêches sont surexploitées dans le monde. Le niveau de la mer augmente. L'océan s’acidifie et étouffe à cause de la pollution. Les récifs de corail, indispensables à la vie, sont en train de blanchir et de mourir» (Photo, AFP).
«De nos jours, 35% des pêches sont surexploitées dans le monde. Le niveau de la mer augmente. L'océan s’acidifie et étouffe à cause de la pollution. Les récifs de corail, indispensables à la vie, sont en train de blanchir et de mourir» (Photo, AFP).
Short Url
  • Antonio Guterres a souligné la «situation désastreuse» des océans
  • Parmi les outils de protection, le traité sur «la conservation et l'utilisation durable de la biodiversité marine des zones ne relevant pas de la juridiction nationale»

NATIONS UNIES: Le traité pour protéger la haute mer n'a "que trop tardé", a déploré jeudi le secrétaire général de l'ONU, alors qu'une nouvelle session de négociations pour accoucher de cet accord crucial pour les océans est désormais prévue début 2023.

Lors d'une session spéciale de l'Assemblée générale de l'ONU pour célébrer le 40e anniversaire de l'adoption de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer, Antonio Guterres a souligné la "situation désastreuse" des océans.

"De nos jours, 35% des pêches sont surexploitées dans le monde. Le niveau de la mer augmente. L'océan s’acidifie et étouffe à cause de la pollution. Les récifs de corail, indispensables à la vie, sont en train de blanchir et de mourir", a-t-il énuméré, appelant à être "plus ambitieux" pour protéger les océans et tous ceux qui en dépendent.

Parmi les outils de protection, le traité sur "la conservation et l'utilisation durable de la biodiversité marine des zones ne relevant pas de la juridiction nationale", en discussion depuis quinze ans.

Le texte vise à protéger la haute mer, là où s'arrêtent les zones économiques exclusives (ZEE) des Etats, à maximum 200 milles nautiques des côtes. Une vaste zone longtemps ignorée mais qui représente 60% des océans et recèle des trésors de biodiversité

Après une impossibilité à conclure lors de ce qui devrait être le dernier round de négociations en mars, une session de rattrapage en août avait également échoué.

Une nouvelle réunion, qui doit encore être formellement approuvée par l'Assemblée générale de l'ONU, est désormais programmée à New York du 20 février au 3 mars 2023, selon les dates publiées jeudi sur le site internet de la conférence.

"Cet instrument, qui n’a que trop tardé à voir le jour, est indispensable au rétablissement de la santé, de la résilience et de la productivité des océans", a commenté Antonio Guterres.

"Nous étions très proches d'un accord lors de la dernière session en août (...) Maintenant plus que jamais, nous devons faire preuve de flexibilité pour atteindre notre objectif commun: un traité ambitieux, universel, efficace, inclusif, juste, équilibré et à l'épreuve de l'avenir", a déclaré l'ambassadeur de l'UE Olof Skoog.

Ce traité, qui exclut les fonds marins et leurs ressources minières couverts par un autre accord, concerne notamment la création d'aires marines protégées, la réalisation d'études d'impact environnementales et la répartition des possibles bénéfices issus de l'exploitation des ressources génétiques de la haute mer.

"Un accord est nécessaire, maintenant plus que jamais, si nous voulons assurer un avenir durable pour nos océans", a commenté jeudi auprès de l'AFP Liz Karan, de l'ONG Pew Charitable Trusts.


Pérou: L'ex-président Castillo placé en détention provisoire

Les poursuites pour rébellion et conspiration viennent s'ajouter aux six autres enquêtes pour corruption ou trafic d'influence visant Pedro Castillo, infractions dont sont également accusés des membres de sa famille et de son entourage politique (Photo, AFP).
Les poursuites pour rébellion et conspiration viennent s'ajouter aux six autres enquêtes pour corruption ou trafic d'influence visant Pedro Castillo, infractions dont sont également accusés des membres de sa famille et de son entourage politique (Photo, AFP).
Short Url
  • Placé la veille «en état d'arrestation», Pedro Castillo, poursuivi pour «rébellion» et «conspiration», avait été transféré de nuit dans une base de la police à Lima
  • La Cour suprême a annoncé jeudi sur son compte Twitter avoir «ordonné sept jours de détention provisoire à l'encontre de l'ancien président»

LIMA: La justice péruvienne a ordonné jeudi sept jours de détention provisoire à l'encontre de l'ex-président Pedro Castillo, destitué par le Parlement mercredi puis arrêté après sa tentative de "coup d'Etat".

Placé la veille "en état d'arrestation", M. Castillo, poursuivi pour "rébellion" et "conspiration", avait été transféré de nuit dans une base de la police à Lima.

La Cour suprême a annoncé jeudi sur son compte Twitter avoir "ordonné sept jours de détention provisoire à l'encontre de l'ancien président Pedro Castillo".

Les forces de sécurité ont effectué des perquisitions à l'aube à la présidence et dans certains ministères, à la recherche de preuves contre lui, notamment des enregistrements de caméras de surveillance, au lendemain de sa tentative de dissolution du Parlement et de gouvernance par décrets.

Pendant son audition jeudi en visioconférence devant la Cour suprême, l'ancien président de 53 ans est apparu portant la même veste bleue que la veille, ébouriffé. Manifestement nerveux, il a laissé la parole à ses avocats selon lesquels "le crime de rébellion n'a pas été commis" car il ne s'est pas matérialisé.

Réunis devant la base où est détenu M. Castillo, quelques-uns de ses partisans brandissaient des pancartes réclamant de nouvelles élections.

Quelques centaines de personnes se sont également rassemblées dans deux villes andines du sud, dans des fiefs où celui qui fut instituteur en milieu rural 24 années durant jouit d'un soutien populaire, contrairement à la capitale.

Mais ceux qui l'ont élu au second tour du scrutin de juin 2021 ne se sont pas mobilisés, ce jeudi étant un jour férié au Pérou. En seulement 17 mois de présidence qui ont vu la nomination de quatre Premiers ministres, M. Castillo a suscité une réaction de rejet parmi 70% de la population, selon un récent sondage.

«Gouvernement d'union»

Investie après la destitution de M. Castillo, sa vice-présidente Dina Boluarte – élue à ses côtés au sein du parti d'inspiration marxiste Pérou libre –, était pressée d'agir jeudi pour former un gouvernement d'ouverture et confirmer la solidité des institutions.

La toute première femme à la tête de l'Etat de ce pays latino-américain a demandé une trêve à l'opposition pour "installer un gouvernement d'unité nationale" alors que le doute plane sur sa capacité à survivre à la tempête politique.

Si elle a dit sa volonté de gouverner jusqu'en "juillet 2026", date de la fin du mandat en cours de son prédécesseur, elle n'a pas écarté l'idée d'envisager des élections anticipées.

"Nous examinerons les solutions alternatives sur (la) meilleure façon de réorienter le destin du pays", a répondu l'avocate de 60 ans, interrogée lors de sa première conférence de presse jeudi à Lima.

Dina Boluarte a reçu jeudi le soutien de l'Union européenne dans "tous les efforts visant à rétablir le dialogue et à renforcer l'Etat de droit et les institutions démocratiques au Pérou" mais aussi des Etats-Unis pour le "gouvernement d'union" qu'elle a "promis de former".

Le ministère français des Affaires étrangères a appelé à "un dialogue qui assure la stabilité du cadre institutionnel".

Localement, l'ancien président péruvien Ollanta Humala (2011-2016) estime toutefois que Dina Boluarte n'a "pas de membres de son parti au Congrès : elle est seule" et "n'a pas les moyens de gouverner et devrait appeler à une élection anticipée".

Mais Keiko Fujimori, candidate malheureuse de la droite populiste à la dernière élection présidentielle, l'a exhortée à former "un gouvernement d'ouverture, un très bon gouvernement et nous devons tout faire pour qu'il fonctionne au mieux".

Asile au Mexique

La troisième procédure de destitution a eu raison mercredi du président de gauche radicale. M. Castillo a tenté son va-tout en annonçant la dissolution du Parlement qui tentait de le faire tomber.

Mais aucun des corps de l'Etat ne l'a appuyé dans son entreprise, preuve de l'isolement dans lequel il était retranché.

Le Parlement a ignoré son annonce solennelle à la nation et a voté sa destitution pour "incapacité morale" – le scrutin a été retransmis en direct à la télévision. Une mesure approuvée par 101 des 130 parlementaires, dont 80 sont dans l'opposition.

Jeudi, le président mexicain Andrés Manuel Lopez Obrador a confirmé des rumeurs selon lesquelles M. Castillo lui avait demandé l'asile politique dans l'ambassade de Lima avant d'être arrêté.

Il a expliqué avoir demandé à son ministre des Affaires étrangères de donner des instructions à la mission diplomatique de Lima pour que, "conformément à la tradition de l'asile", M. Castillo y soit accueilli. Mais, a-t-il ajouté, finalement "il n'a pas pu aller plus loin, il a été immédiatement arrêté".

Les poursuites pour rébellion et conspiration viennent s'ajouter aux six autres enquêtes pour corruption ou trafic d'influence visant Pedro Castillo, infractions dont sont également accusés des membres de sa famille et de son entourage politique.