Les infirmières à leur tour en grève au Royaume-Uni, frappé par une crise sociale historique

Une infirmière tient une pancarte alors qu'elle manifeste à Londres le 12 septembre 2020 appelant à une augmentation de salaire pour le personnel infirmier du NHS (Photo, AFP).
Une infirmière tient une pancarte alors qu'elle manifeste à Londres le 12 septembre 2020 appelant à une augmentation de salaire pour le personnel infirmier du NHS (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 25 novembre 2022

Les infirmières à leur tour en grève au Royaume-Uni, frappé par une crise sociale historique

  • «Les infirmières en ont assez», a résumé Pat Cullen, la secrétaire générale du syndicat Royal College of Nurses (RCN)
  • Le personnel avait voté le 9 novembre en faveur de cette grève inédite dans l'histoire du RCN, créé il y a 106 ans

LONDRES: Les infirmières britanniques vont se mettre en grève les 15 et 20 décembre, un mouvement inédit en 106 ans, illustrant la gravité de la crise sociale au Royaume-Uni avec des débrayages dans de nombreux secteurs qui n'avaient pas été vus depuis des décennies.

"Les infirmières en ont assez", a résumé Pat Cullen, la secrétaire générale du syndicat Royal College of Nurses (RCN). "Assez des bas salaires, (...) assez de ne pas pouvoir donner aux patients les soins qu'ils méritent".

Le personnel avait voté le 9 novembre en faveur de cette grève inédite dans l'histoire du RCN, créé il y a 106 ans. Ce syndicat a annoncé vendredi deux jours d'action des 15 et 20 décembre après "le rejet de négociations de la part du gouvernement".

Selon des estimations, le salaire réel des infirmières a chuté de 20% depuis 2010, notamment en raison de l'actuelle crise du coût de la vie, avec une inflation supérieure à 11%. Le salaire annuel d'une infirmière débutante est de 27 000 livres bruts (31 400 euros).

Mais pour le ministre de la Santé Steve Barclay, "c'est une période difficile pour tout le monde" et le gouvernement ne peut pas répondre aux demandes "inabordables" du RCN, qui "représentent une augmentation salariale de 19,2%".

Un hôpital sur quatre a mis en place des banques alimentaires pour soutenir le personnel, selon NHS Providers, qui représente les groupes hospitaliers en Angleterre.

"On est épuisés. On en a marre. On a besoin d'une augmentation pour vivre", dit Ameera, une infirmière dans un hôpital londonien qui a voté la grève.

Des infirmières s'opposent à la grève, craignant que la mobilisation nuise aux patients. Mais pour Ameera, qui n'a pas souhaité donner son nom, "c'est le gouvernement britannique qui joue avec la santé des patients en n'augmentant pas les salaires".

Elle raconte la Covid, ses collègues qui y ont perdu la vie. "Et pour quoi ? Simplement pour que le gouvernement et le monde nous applaudissent"?

Avocats, postiers, enseignants...

Cette grève intervient alors que le système de santé public (NHS), sous-financé depuis des années, est plongé dans une grave crise. Le gouvernement a annoncé une augmentation du budget du NHS de 3,3 milliards de livres l'an prochain et l'année suivante.

Selon le RCN, en Angleterre, 47 000 postes d'infirmières ne sont pas pourvus. L'an dernier, 25 000 infirmières ou sages-femmes qui travaillaient dans le public ont claqué la porte. "Les mauvaises rémunérations contribuent à la pénurie de personnel dans tout le Royaume-Uni, ce qui affecte la sécurité des patients", dénonce le syndicat.

Plus de 7 millions de personnes attendent de recevoir un traitement dans les hôpitaux anglais, un niveau record.

Mais le mouvement social ne frappe pas que le secteur de la santé. De nombreux autres employés des secteurs public et privé, des avocats au personnel au sol des aéroports, ont également fait grève cette année.

En Ecosse, les enseignants étaient en grève jeudi pour réclamer des augmentations. Des salariés des universités ont également arrêté de travailler jeudi et vendredi, un mouvement qui a touché environ 2,5 millions d'étudiants.

Les postiers ont prolongé leur mouvement de grève jusqu'à 2023, ce qui pourrait affecter la distribution du courrier et des colis pendant la période des fêtes de fin d'année.

Les transports sont également concernés. Le métro londonien a été paralysé par un mouvement très suivi le 10 novembre. Les cheminots ont annoncé plusieurs journées d'action d'ici la fin de l'année et la première semaine de janvier. Des fonctionnaires ont eux aussi annoncé un mouvement social.

"Les dernières grandes grèves remontent aux années 70 et 80, mais elles touchaient alors principalement le secteur privé et l'industrie. Là, c'est surtout le secteur public", a expliqué Pippa Catterall, professeure d'histoire à l'université de Westminster, elle-même gréviste.

"Les gens sont sous pression depuis longtemps. Ce n'est pas seulement les salaires, mais aussi la charge de travail. (...) Nous ne voyons pas comment les choses peuvent changer à part en se mettant en grève", a-t-elle poursuivi.

Et avec une inflation record, "les gens sont de plus en plus irrités par les mesures cosmétiques annoncées par les employeurs et le gouvernement".


Incendie près de Moscou: un mort, la piste criminelle privilégiée

L'incendie sévit au centre commercial Mega Khimki, dans la banlieue de Khimki au nord de la capitale russe. (AFP)
L'incendie sévit au centre commercial Mega Khimki, dans la banlieue de Khimki au nord de la capitale russe. (AFP)
Short Url
  • «Les pompiers combattent un incendie d'une superficie de 7 000 m2 dans la région de Moscou», a annoncé sur Telegram le ministre russe des Situations d'urgence
  • Les services d'urgence russes soupçonnent qu'un acte «criminel» soit à l'origine du vaste incendie, ont rapporté peu après des agences de presse russes

MOSCOU: Les services d'urgence russes soupçonnent qu'un acte "criminel" soit à l'origine d'un vaste incendie qui a démarré dans la nuit de jeudi à vendredi dans un centre commercial de la banlieue de Moscou, faisant un mort selon les médias russes.

"Les pompiers combattent un incendie d'une superficie de 7.000 m2 dans la région de Moscou", a annoncé sur Telegram le ministère russe des Situations d'urgence, sans confirmer dans un premier temps le bilan d'un mort évoqué par les médias russes.

L'incendie sévit au centre commercial Mega Khimki, dans la banlieue de Khimki, au nord de la capitale russe, à sept kilomètres de l'aéroport international de Cheremetievo.

"En raison de l'effondrement du toit, le feu s'est répandu instantanément à une vaste zone", a précisé le ministère sur Instagram, évoquant la difficulté des pompiers à travailler sur place.

Les services d'urgence russes soupçonnent qu'un acte "criminel" soit à l'origine du vaste incendie, ont rapporté peu après des agences de presse russes en se référant à des sources au sein des services d'urgence.

"Actes délibérés, tel un incendie criminel, est envisagé", a indiqué l'agence Interfax.

L'agence Sputnik a précisé qu'un acte criminel était "l'une des principales explications" envisagées pour ce feu.

Les agences d'Etat ont ensuite évoqué une violation de normes de sécurité comme possible origine de l'incendie.

Des vidéos publiées sur les réseaux sociaux montraient un incendie de grande envergure tandis que des gens prenaient la fuite d'un bâtiment en proie aux flammes en direction d'un parking.


La Croatie intègre l'espace Schengen, Bulgarie et Roumanie recalées

La question de l'élargissement de l'espace Schengen est revenue sur la table à un moment où les arrivées irrégulières aux frontières extérieures de l'UE sont en forte hausse (Photo, AFP).
La question de l'élargissement de l'espace Schengen est revenue sur la table à un moment où les arrivées irrégulières aux frontières extérieures de l'UE sont en forte hausse (Photo, AFP).
Short Url
  • A partir du 1er janvier 2023, les contrôles aux frontières terrestres et maritimes de la Croatie avec les autres membres de l'espace Schengen seront levés
  • La Roumanie et la Bulgarie devront encore patienter: leurs candidatures se sont heurtées à un veto de l'Autriche, tandis que les Pays-Bas s'opposaient à celle de la seule Bulgarie

BRUXELLES: La Croatie fera son entrée dans l'espace Schengen de libre circulation en janvier : les Etats membres de l'Union européenne ont approuvé jeudi son adhésion, mais rejeté celles de la Roumanie et de la Bulgarie.

A partir du 1er janvier 2023, les contrôles aux frontières terrestres et maritimes de la Croatie avec les autres membres de l'espace Schengen seront levés, a indiqué la présidence tchèque du Conseil de l'UE. Les contrôles aux aéroports le seront à partir du 26 mars.

Avec ce feu vert unanime des ministres de l'Intérieur réunis à Bruxelles, la Croatie devient le 27ème membre de cette vaste zone au sein de laquelle plus de 400 millions de personnes peuvent voyager librement, sans contrôles aux frontières intérieures.

Ce pays de 3,9 millions d'habitants, membre de l'UE depuis 2013, rejoindra aussi la zone euro en janvier.

"L'intégration de la Croatie dans Schengen va bénéficier à tout le monde, les citoyens, l'économie, la Croatie et l'UE", a tweeté le ministre croate de l'Intérieur Davor Božinović.

En revanche la Roumanie et la Bulgarie devront encore patienter : leurs candidatures se sont heurtées à un veto de l'Autriche, tandis que les Pays-Bas s'opposaient à celle de la seule Bulgarie.

Vienne, qui fait face à une forte hausse des demandes d'asile, redoutait que la levée des contrôles aux frontières avec ces deux pays n'accroisse encore le flux des arrivées de migrants.

La question de l'élargissement de l'espace Schengen est revenue sur la table à un moment où les arrivées irrégulières aux frontières extérieures de l'UE sont en forte hausse, particulièrement via la route des Balkans occidentaux.

«Très déçue»

Le président roumain Klaus Iohannis a fustigé "l'attitude regrettable et injustifiée de l'Autriche (qui) risque de compromettre l'unité et la cohésion européennes".

Le ministre bulgare de l'Intérieur Ivan Demerdjiev a épinglé la position des Pays-Bas: "Il n'y a rien de constructif (...), pas d'arguments concrets", a-t-il déploré.

Le ministre néerlandais chargé des Migrations, Eric van der Burg, a expliqué que son pays avait des inquiétudes concernant "la corruption et les droits humains" dans cet Etat des Balkans et demandait à la Commission un rapport sur ces points.

Les dossiers d'adhésion de ces deux anciens pays communistes, entrés en 2007 dans l'UE et qui frappent à la porte de Schengen depuis plus de dix ans, ont été liés du point de vue procédural et le rejet de l'un entraînait de toute façon celui de l'autre.

La présidente du Parlement européen Roberta Metsola s'est dite "très déçue" du refus essuyé par Sofia et Bucarest. Même sentiment chez la commissaire européenne aux Affaires intérieures Ylva Johansson, qui s'est toutefois dite confiante sur une adhésion de ces pays "avant la fin du mandat" de la Commission en 2024.

La Commission et le Parlement européen réclamaient de longue date d'inclure les trois pays dans cette zone qui comprend la plupart des Etats de l'Union européenne plus l'Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse.

L'adhésion de la Croatie aura notamment pour effet de supprimer les files d'attente de véhicules à ses frontières avec la Hongrie et la Slovénie et d'encourager le tourisme.

En contrepartie, les pays de Schengen doivent assumer un contrôle rigoureux des frontières extérieures de cet espace et s'engager à une coopération policière pour lutter contre la criminalité organisée ou le terrorisme.

Accusations de refoulements

Mais huit organisations de défense des droits humains, dont Human Rights Watch et Amnesty International, ont dénoncé le feu vert accordé à la Croatie, accusant ce pays de "refuser régulièrement aux réfugiés, demandeurs d'asile et migrants l'accès à son territoire et au droit d'asile" et de "mener des expulsions collectives, y compris des refoulements violents".

Elles indiquent que "de début août à fin novembre, un total de 1.395 personnes ont signalé avoir été illégalement refoulées de la Croatie vers la Bosnie-Herzégovine, selon des données du Conseil danois pour les réfugiés".

Dans un rapport publié jeudi, le réseau "Border Violence Monitoring Network" a quant à lui compilé plus de 1 600 témoignages concernant au total près de 25 000 personnes, battues, humiliées, détenues arbitrairement et refoulées illégalement, dans quinze pays de l'UE et des Balkans occidentaux, dont la Croatie, la Hongrie, l'Italie, la Grèce.


Paris, Madrid et Lisbonne peaufinent leur projet de pipeline d'hydrogène «vert»

Pensé initialement pour transporter temporairement du gaz de la péninsule ibérique vers le reste de l'UE afin de réduire la dépendance au gaz russe, le H2Med ne devrait finalement servir qu'à acheminer de l'hydrogène, selon des sources gouvernementales espagnoles (Photo, AFP).
Pensé initialement pour transporter temporairement du gaz de la péninsule ibérique vers le reste de l'UE afin de réduire la dépendance au gaz russe, le H2Med ne devrait finalement servir qu'à acheminer de l'hydrogène, selon des sources gouvernementales espagnoles (Photo, AFP).
Short Url
  • Il a été baptisé «H2Med» ou «BarMar» (contraction de Barcelone et Marseille, les deux villes reliées par ce tuyau)
  • Ce projet remplace le «MidCat», lancé en 2003 pour relier les réseaux gaziers français et espagnol via les Pyrénées

ALICANTE: La France, l'Espagne et le Portugal discuteront vendredi, pour la première fois en détail, de leur projet de pipeline destiné au transport d'hydrogène "vert" de la péninsule ibérique vers la France et le reste de l'Europe.

Le président français Emmanuel Macron et les chefs de gouvernement espagnol et portugais, Pedro Sanchez et Antonio Costa, doivent se retrouver en fin de matinée, en amont d'un sommet des pays du Sud de l'Union européenne à Alicante (est de l'Espagne), pour formaliser la feuille de route de ce projet annoncé le 20 octobre lors d'un sommet européen.

Ce pipeline sous-marin doit permettre d'acheminer de l'hydrogène dit "vert" – car fabriqué à partir d'électricité renouvelable – depuis la péninsule ibérique, qui ambitionne de devenir un champion de cette énergie du futur, vers la France et le nord de l'UE.

Il a été baptisé "H2Med" ou "BarMar" (contraction de Barcelone et Marseille, les deux villes reliées par ce tuyau).

Ce projet remplace le "MidCat", lancé en 2003 pour relier les réseaux gaziers français et espagnol via les Pyrénées, mais finalement abandonné en raison de son manque d'intérêt économique, de l'opposition des écologistes et de celle de Paris.

Maintenant que des "pré-études" ont été réalisées depuis fin octobre, "les ministres de l'Energie des trois pays ou leurs représentants seront là pour présenter leurs premières conclusions sur la faisabilité de l'infrastructure, son financement et un pré-planning", indique-t-on au sein de la présidence française.

Convaincre Bruxelles

Pensé initialement pour transporter temporairement du gaz de la péninsule ibérique vers le reste de l'UE afin de réduire la dépendance au gaz russe, le H2Med ne devrait finalement servir qu'à acheminer de l'hydrogène, selon des sources gouvernementales espagnoles.

Et ce, afin de convaincre la Commission européenne – dont la présidente Ursula von der Leyen sera présente vendredi à Alicante – de le déclarer "projet d'intérêt commun" et de le financer en partie sur des fonds communautaires.

Paris, Madrid et Lisbonne doivent soumettre leur dossier d'ici le 15 décembre et espèrent une réponse début 2023.

La ministre française de l'Energie Agnès Pannier-Runacher avait évoqué fin octobre une mise en service en 2030.

Le sommet de l'EU Med, qui s'ouvrira après cette réunion sur H2Med, sera notamment consacré aux questions de souveraineté économique, en particulier en matière d'énergie.

La Croatie, Chypre, la Grèce, l'Italie, Malte et la Slovénie sont membres de ce forum des pays du Sud de l'UE aux côtés de la France, de l'Espagne et du Portugal.

Selon l'Elysée, aucune rencontre bilatérale n'est prévue a priori entre Emmanuel Macron et la Première ministre post-fasciste italienne Giorgia Meloni.

Depuis son arrivée au pouvoir, les relations entre Rome et Paris ont été marquées par des tensions causées par le blocage de centaines de migrants début novembre au large de l'Italie sur des navires humanitaires.

Le gouvernement français avait alors dénoncé le "comportement inacceptable" des autorités italiennes, le jugeant "contraire au droit de la mer et à l'esprit de solidarité européenne".

Ce sommet de l'EU Med devait initialement se tenir en septembre. Il avait dû être reporté car Pedro Sanchez avait la Covid-19.