Précarité alimentaire: les associations sonnent l'alarme pour les «plus pauvres des pauvres»

Des bénévoles préparent des colis de nourriture lors du lancement de la 38e campagne hivernale de distribution de nourriture aux personnes dans le besoin de l'association caritative Les Restos Du Coeur, à Asnières, dans le nord de Paris, le 22 novembre 2022. (Photo de Bertrand GUAY / AFP)
Des bénévoles préparent des colis de nourriture lors du lancement de la 38e campagne hivernale de distribution de nourriture aux personnes dans le besoin de l'association caritative Les Restos Du Coeur, à Asnières, dans le nord de Paris, le 22 novembre 2022. (Photo de Bertrand GUAY / AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 25 novembre 2022

Précarité alimentaire: les associations sonnent l'alarme pour les «plus pauvres des pauvres»

  • Les associations font toutes le même constat. A mesure que les prix augmentent, le nombre des bénéficiaires de l'aide alimentaire gonfle et la pauvreté se creuse
  • Au total, 3,2 à 3,5 millions de personnes en France ont recours à une aide alimentaire apportée par des associations - que ce soit via des distributions de colis, de repas chauds ou des épiceries solidaires

PARIS: Restos du coeur, épiceries sociales ou soupes populaires: à l'heure où s'ouvre la 38e campagne de l'association fondée par Coluche, le monde caritatif fait figure de dernier rempart pour "les plus pauvres des pauvres" qui subissent de plein fouet l'inflation et la précarité alimentaire.

Les associations font toutes le même constat. A mesure que les prix augmentent, le nombre des bénéficiaires de l'aide alimentaire gonfle et la pauvreté se creuse.

Depuis avril, le nombre de bénéficiaires des "Restos" - qui ont lancé mardi leur 38e campagne nationale -, a ainsi bondi de 12% et leurs difficultés se sont accrues, puisque 60% (au lieu de 50% un an plus tôt) vivent dans l'"extrême pauvreté", c'est-à-dire avec moins de la moitié du seuil de pauvreté (551 euros par mois).

Dans les Banques alimentaires, la hausse constatée de la fréquentation est de 9% au premier semestre, "soit à peu près autant en six mois qu'auparavant en deux années de Covid", observe avec amertume la directrice du réseau Laurence Champier.

Au total, 3,2 à 3,5 millions de personnes en France ont recours à une aide alimentaire apportée par des associations - que ce soit via des distributions de colis, de repas chauds ou des épiceries solidaires - détaille une étude de l'Insee parue mardi.

Ces bénéficiaires comptent parmi "les plus pauvres des pauvres" et sont souvent contraints de se priver pour mieux nourrir leurs enfants: leur niveau de vie moyen n'atteint que 637 euros par mois, soit nettement moins que les 877 euros perçus en moyenne par l'ensemble des ménages vivant sous le seuil de pauvreté, précise l'institut d'études statistiques.

Les Restos du Coeur lancent leur nouvelle campagne

Après le Covid, l'inflation: les crises qui se succèdent ont nettement aggravé la précarité, au point que certaines familles doivent choisir entre "se nourrir et se chauffer", s'alarment les Restos du Coeur qui lancent mardi leur 38e campagne annuelle.

"Les premiers effets de la crise inflationniste se font déjà sentir", souligne l'association fondée par Coluche: depuis avril, le nombre de bénéficiaires a bondi de 12% et leurs difficultés se sont accrues, puisque 60% (au lieu de 50% un an plus tôt) vivent dans l'"extrême pauvreté", c'est-à-dire avec moins de la moitié du seuil de pauvreté (551 euros par mois). Quelque 30% n'ont même aucune ressource.

Pour mieux tenir compte de l'inflation, l'association vient d'adapter ses règles: pour évaluer si une personne est éligible à une aide, elle prend désormais en compte non seulement ses revenus et son loyer, mais aussi ses frais de chauffage.

Car "en ce moment, tout est cher, c'est difficile!", constate Ami, 39 ans, une bénéficiaire rencontrée par l'AFP dans un "Resto bébé du Coeur" à Paris, où elle est venue chercher de quoi habiller et nourrir sa fille de 11 mois.

Dans ce centre, les mamans, venues avec leurs bambins en poussette, peuvent récupérer des fournitures indispensables, mais aussi demander des conseils ou apprendre à cuisiner des purées pour leurs bébés. "Les habits, les couches, le lait et tout, ça nous aide beaucoup", sourit Ami, en fourrant une boîte de lait infantile dans son sac à provisions.

Pour Patrice Douret, le président des "Restos", l'aggravation actuelle de la précarité conduit les personnes pauvres à de plus en plus de renoncements.

"Avant, les gens nous disaient: +je ne me chauffe pas, mais au moins je peux manger+. Désormais ils se sacrifient sur la santé ou l'énergie, mais en plus ils savent qu'ils n'auront pas grand-chose à manger", souligne M. Douret.

La crainte d'un «effet ciseaux»

D'autres organisations caritatives font le même constat. Les banques alimentaires, qui lancent elles aussi leur collecte nationale cette semaine, "répondent actuellement à une hausse de 9% de la demande, soit 200.000 personnes supplémentaires accueillies", ont-elles indiqué dans un communiqué.

Et près de la moitié des ménages ayant sollicité l'an dernier l'aide du Secours catholique disposaient d'un budget insuffisant pour se nourrir au quotidien, alerte l'association dans son récent rapport annuel sur la pauvreté.

Or, pour répondre aux besoins croissants des plus précaires, les associations doivent elles- mêmes composer avec des coûts en hausse, ce qui fait redouter un "effet ciseaux".

Pour autant, les Restos du Coeur n'envisagent pas de réduire l'aide apportée à leurs 1,1 million de bénéficiaires, et en appellent donc plus que jamais aux dons des Français, qui contribuent aux trois quarts des besoins de l'association.

Une générosité d'autant plus nécessaire que l'an dernier, le traditionnel concert des Enfoirés a dû être enregistré sans public à cause du Covid, ce qui a créé un manque-à-gagner de 4 millions d'euros pour l'association - sur un budget total d'environ 200 millions -, que les pouvoirs publics n'ont pas compensé.

Autre motif d'inquiétude: "nous avons beaucoup de donateurs modestes", souligne M. Douret, qui se demande "jusqu'à quand ils pourront continuer à donner" dans ce contexte d'inflation.

En outre, parmi les dizaines de milliers de bénévoles des Restos du coeur, beaucoup sont eux- mêmes modestes voire précaires, et certains ont désormais des difficultés à payer leurs frais de carburant pour se rendre dans les centres de distribution. Des dépenses qui donnent droit à un avantage fiscal... mais seulement pour ceux qui payent déjà des impôts.

"Cela crée une inégalité entre nos bénévoles modestes et les autres", déplore M. Douret, qui réclame au gouvernement, depuis des années, que sur ce point précis la réduction soit transformée en crédit d'impôt, pour bénéficier aussi aux bénévoles modestes.

Une demande qu'il aura l'occasion de réitérer mardi au ministre des Solidarités Jean- Christophe Combe, attendu dans un centre de distribution d'Asnières-sur-Seine, près de Paris, pour le lancement de cette 38e campagne.

Près d'un tiers (32%) des bénéficiaires "déclarent se coucher souvent ou parfois en ayant faim" et les deux tiers de ceux qui ont des enfants déclarent que, dans leur famille, les adultes doivent "souvent ou parfois" réduire leur part au profit des enfants. - "chaque geste compte" -

"On est dans une situation où la précarité augmente dans notre pays, en particulier la précarité alimentaire", a abondé le ministre des Solidarités, venu mardi soutenir les bénévoles des "Restos" dans un centre de distribution d'Asnières, près de Paris.

Face à l'inflation et à l'augmentation des loyers ou des prix de l'énergie, les plus précaires sont amenés à des "arbitrages" dans leur budget, a-t-il souligné.

"On fait le choix de ne plus manger de viande ou de poisson, ensuite on saute des repas", a observé le ministre, avant de vanter les mesures du bouclier tarifaire sur l'énergie et d'annoncer une enveloppe exceptionnelle de 10 millions d'euros pour l'aide alimentaire aux étudiants en difficultés. Un montant dont on peut pourtant craindre qu'il "ne suffise pas", a commenté sur France Inter le président des Restos du Coeur Patrice Douret.

Pour répondre aux besoins croissants des plus précaires - qui parfois, n'ont même plus de quoi se payer l'essence pour aller chercher leur colis alimentaire - les associations doivent elles-mêmes composer avec des coûts en hausse, ce qui fait redouter un "effet ciseaux".

Pour autant, les Restos du Coeur n'envisagent pas de réduire l'aide apportée à leurs 1,1 million de bénéficiaires et en appellent donc plus que jamais aux dons des Français qui contribuent aux trois quarts des besoins de l'association.

Or, "nous avons beaucoup de donateurs modestes", souligne M. Douret qui se demande "jusqu'à quand ils pourront continuer à donner" dans ce contexte difficile.

Une inquiétude partagée par Laurence Champier, des Banques alimentaires, qui lancent le week-end prochain leur grande "collecte nationale" auprès du grand public: en faisant don d'un paquet de pâtes ou d'un bocal de haricots à la sortie de leur supermarché, les particuliers peuvent contribuer à 10% des besoins annuels du réseau associatif, explique-t- elle.

"Chaque geste compte", résume Mme Champier. "La générosité, c'est un outil de cohésion sociale, on va en avoir besoin face à cette crise qui s'annonce. Il faut qu'on continue à être soudés, malgré les difficultés budgétaires que nous connaissons tous".


Moins 10% de consommation électrique en un an, selon EDF

La clientèle d'EDF comprend environ 70% des ménages français, et 55 à 60% des entreprises (Photo, AFP).
La clientèle d'EDF comprend environ 70% des ménages français, et 55 à 60% des entreprises (Photo, AFP).
Short Url
  • Ces chiffres confirment la tendance relevée par le gestionnaire du réseau électrique RTE, qui voit la baisse de la consommation nationale «s'amplifier»
  • EDF attribue d'abord ces résultats aux efforts consentis par les usagers, à qui il indique avoir envoyé quelque 50 millions de courriers

PARIS: Les clients d'EDF, particuliers, entreprises ou tertiaires, ont consommé en novembre 10% d'électricité de moins par rapport à novembre 2021, a indiqué le groupe jeudi.

La clientèle de l'électricien national comprend environ 70% des ménages français, et 55 à 60% des entreprises.

Ces chiffres confirment la tendance relevée par le gestionnaire du réseau électrique RTE, qui voit la baisse de la consommation nationale "s'amplifier" avec la semaine dernière un recul de 8,3% par rapport à la moyenne des années précédentes sur cette même période (2014-2019), corrigée des différences de température par rapport à la normale.

EDF attribue d'abord ces résultats aux efforts consentis par les usagers, à qui il indique avoir envoyé quelque 50 millions de courriers.

Pour obtenir une comparaison valide, l'électricien a lui aussi corrigé ses résultats des écarts de températures observés entre novembre 2021 et 2022, indique un porte-parole.

Son application "EDF et moi", qui permet aux clients de suivre leur consommation, a fait l'objet de 140 millions de connexions de janvier à fin octobre, deux fois plus que sur la même période l'an dernier.

Depuis deux mois, 60 000 clients ont aussi rejoint son option "Tempo", soit environ 7 000 par semaine (contre une moyenne de 100 nouveaux clients Tempo par semaine au 1er semestre 2022). Avec cet abonnement, ces clients sont incités par des tarifs à ne pas consommer en période "rouge" (limitée à 22 jours par an), s'"effaçant" ainsi aux moments de forte tension sur le réseau électrique, qui subit l'arrêt cet hiver d'un nombre élevé de réacteurs nucléaires pour maintenance ou réparations.


Retraites: Malgré les syndicats, 65 ans et 49.3 tiennent la corde

Interrogée jeudi soir sur ces entretiens en marge d'un séminaire franco-sénégalais, la Première ministre a jugé «important» d'avoir «ces échanges approfondis» (Photo, AFP).
Interrogée jeudi soir sur ces entretiens en marge d'un séminaire franco-sénégalais, la Première ministre a jugé «important» d'avoir «ces échanges approfondis» (Photo, AFP).
Short Url
  • Les secrétaires généraux de la CFDT et de la CGT, Laurent Berger et Philippe Martinez, ont déjà promis une mobilisation sociale «déterminée» en cas de report de l'âge de départ
  • Emmanuel Macron avait défendu pendant la campagne présidentielle un report de l'âge légal de 62 à 65 ans

PARIS: Malgré la toujours vive opposition des syndicats, l'exécutif privilégie un report de l'âge de départ à la retraite à 65 ans pour sa réforme qui devrait être portée dans un texte budgétaire relatif à la Sécurité sociale, ouvrant la porte à un nouveau 49.3.

Les secrétaires généraux de la CFDT et de la CGT, Laurent Berger et Philippe Martinez, ont déjà promis une mobilisation sociale "déterminée" en cas de report de l'âge de départ, à l'issue de leurs rendez-vous jeudi avec Elisabeth Borne, pour parler de cette réforme qu'elle doit présenter autour du 15 décembre.

Interrogée jeudi soir sur ces entretiens en marge d'un séminaire franco-sénégalais, la Première ministre a jugé "important" d'avoir "ces échanges approfondis": "tout ça va nourrir le contenu" de la réforme, dont les contours se dessinent de plus en plus clairement.

"Tout le monde était d'accord sur 65 ans", a résumé un participant d'un dîner mercredi soir à l’Élysée, autour du président de la République Emmanuel Macron et de la cheffe du gouvernement, avec les responsables de la majorité et plusieurs ministres.

"Le président de la République a été ferme, il a dit (...) qu'il s'était engagé sur 65 ans. Donc on ne va pas tourner casaque avant le match", a ajouté ce participant.

La patronne des députés Renaissance Aurore Bergé a redit sur LCI jeudi matin "assumer" ce report à 65 ans, qui a été convenu à ce dîner.

49.3 «pas tabou»

Le patron du MoDem François Bayrou, autour de la table mercredi soir, a selon différentes sources souhaité faire davantage de "pédagogie" sur le sujet. Le Haut commissariat au Plan qu'il pilote a d'ailleurs publié jeudi une note pour "éclairer" l'opinion, jugeant une réforme nécessaire.

Emmanuel Macron avait défendu pendant la campagne présidentielle un report de l'âge légal de 62 à 65 ans, avant d'évoquer une fois réélu un recul à 64 ans couplé à une augmentation de la durée de cotisation.

Ces points font l'objet d'une concertation entre le gouvernement et les partenaires sociaux qui doit se terminer vendredi.

Quant à la méthode, le projet de loi rectificatif de financement de la Sécurité sociale (PLFSSR) est le "véhicule qui est envisagé" pour cette réforme "pour ne pas hypothéquer la cartouche unique de 49.3", selon deux participants au dîner.

Sur les textes budgétaires, comme le PLFSSR, le gouvernement peut dégainer à loisir l'article 49.3 de la Constitution, qui permet l'adoption d'un texte sans vote. Mais sur un texte non budgétaire, il ne peut l'utiliser qu'une seule fois par session.

Le 49.3, "ça ne doit pas être tabou", a confirmé Aurore Bergé, si les oppositions, et notamment la droite, qui prône elle aussi un report de l'âge, sont "arc-boutées".

"On a besoin de partenaires. Aujourd’hui, c'est pas un secret, il n'y a personne qui veut jouer avec nous", a reconnu un cadre de la majorité, espérant encore un "geste" de la CFDT.

"Tout report de l'âge légal de départ en retraite fera que la CFDT sera en intersyndicale pour se mobiliser", a pourtant prévenu M. Berger à sa sortie de Matignon.

Les syndicats (CFDT, CGT, FO, CFE-CGC, CFTC, Unsa, Solidaires et FSU) ont annoncé lundi qu'ils décideraient d'une "première date de mobilisation unitaire" en janvier "si le gouvernement demeurait arc-bouté sur son projet".

«Coup de force»

Sur le front politique, la recherche d'alliés paraît tout aussi compliquée pour la Première ministre qui s'entretiendra la semaine prochaine avec les différents groupes parlementaires, de la majorité comme de l'opposition.

Même si Bruno Retailleau, qui brigue contre Éric Ciotti la présidence de LR, ne ferme pas la porte. "Si c'est une réforme qui vient sur nos propositions à nous, je ne vois pas pourquoi je m'y opposerai", a-t-il assuré sur Sud Radio, en citant un report à 64 ans, ainsi qu'un allongement de la durée de cotisation.

Rien à espérer en revanche pour le gouvernement du côté du RN, ou, à l'autre bout de l'échiquier, de La France insoumise.

En cas de 49.3, "nous voterons l'intégralité des motions de censure qui seront déposées" et "nous en déposerons une", a déjà averti sur RTL Marine Le Pen, opposée à ce "coup de force".

"Il n'y a aucune raison de briser un système qui n'est pas en péril", a aussi déploré la députée LFI Clémentine Autain sur Public Sénat.


Le centre de Paris temporairement plongé dans le noir après un «incident technique»

Un «incident technique sur un transformateur d'Enedis» a entraîné la coupure d'une "radiale", ligne à haute tension enterrée de 225 000 volts, a expliqué un porte-parole de RTE (Photo, AFP).
Un «incident technique sur un transformateur d'Enedis» a entraîné la coupure d'une "radiale", ligne à haute tension enterrée de 225 000 volts, a expliqué un porte-parole de RTE (Photo, AFP).
Short Url
  • Les 3e, 4e, 5e et 14e arrondissements ont été touchés, selon RTE et Enedis
  • La plupart des foyers ont été rétablis avant minuit

PARIS: Une coupure massive d'électricité a affecté jeudi soir jusqu'à 125 000 clients dans plusieurs arrondissements centraux de Paris, plongeant des quartiers entiers dans le noir, en raison d'un "incident technique" sur un transformateur, selon les gestionnaires de réseaux Enedis et RTE.

La plupart des foyers ont été rétablis avant minuit, indique-t-on.

Des images publiées sur les réseaux sociaux par des Parisiens stupéfaits montraient des rues aux lampadaires, feux rouges  et immeubles complètement éteints, les phares des voitures étant parfois la seule source de lumière.

Cette panne survient alors qu'il est depuis quelques jours beaucoup question en France d'éventuelles coupures temporaires, qui seraient décidées, à l'avance, si le réseau venait à entrer en trop grande tension du fait du froid, alors que 18 des 56 réacteurs nucléaires français sont encore à l'arrêt pour maintenance ou réparations.

L'"avarie" de jeudi, selon le terme du gestionnaire des lignes à haute tension RTE, n'entrait pas dans ce contexte.

Un "incident technique sur un transformateur d'Enedis" a entraîné la coupure d'une "radiale", ligne à haute tension enterrée de 225 000 volts, a expliqué un porte-parole de RTE.

Les 3e, 4e, 5e et 14e arrondissements ont été touchés, selon RTE et Enedis.

Vers minuit, plusieurs rues des 5e et 14e arrondissements étaient encore concernées, indiquait Enedis dans son application "Enedis à mes côtés", évoquant pour certaines rues un rétablissement à 1h30 du matin voire 3h.

Vers 0h30, la plupart des rues du 5e arrondissement étaient de nouveau éclairées, selon un journaliste de l'AFP.

Quelque 60 000 foyers dépendant du poste d'alimentation Gobelins n'ont été privés de courant que très brièvement, certains seulement quelques secondes.

En revanche pour 65 000 clients, dépendant du poste Cardinal-Lemoine, cela a duré entre 20 et 40 minutes, précise RTE.

Une manoeuvre manuelle devra encore être effectuée pour rétablir dans la nuit les derniers foyers coupés.

Des analyses seront lancées pour déterminer la nature de l'incident, ajoute RTE.

Selon Enedis, l'"incident s’est produit sur le réseau électrique ce (jeudi) soir à 22h15 à Paris".

"Grâce à des manœuvres techniques sur le réseau de distribution, la quasi-totalité des clients ont été réalimentés en moins de 20 minutes. Le retour à la normale est prévu dans la soirée", ajoute dans son communiqué le gestionnaire du réseau de distribution, qui comme RTE "présente ses excuses pour la gêne occasionnée".