Le professeur Jean-Baptiste Brenet lauréat du prix Ibn Khaldoun-Senghor 2022

Jean-Baptiste Brenet et Nivine Khaled, directrice Langue française et diversité des cultures francophones lors d'une séance débat autour de la thématique du 15e Prix Ibn Khaldoun- Senghor (Hakima Bédouani)
Jean-Baptiste Brenet et Nivine Khaled, directrice Langue française et diversité des cultures francophones lors d'une séance débat autour de la thématique du 15e Prix Ibn Khaldoun- Senghor (Hakima Bédouani)
Short Url
Publié le Mercredi 14 décembre 2022

Le professeur Jean-Baptiste Brenet lauréat du prix Ibn Khaldoun-Senghor 2022

  • «Ce prix est décerné par un jury composé d’éminents professeurs venus de l’ensemble du monde arabe»
  • «Je suis très heureux de recevoir ce prix, car c’est une distinction qui vient couronner des années de travail; c’est un prix de traduction et rien ne compte plus que la traduction»

 

PARIS: L’Organisation internationale de la francophonie (OIF) et l’Organisation arabe pour l'éducation, la culture et les sciences (Alecso) ont organisé le 12 décembre 2022, au siège de l’OIF, la cérémonie de remise du prix de la traduction Ibn Khaldoun-Senghor 2022 à Jean-Baptiste Brenet, professeur de philosophie arabe à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Le lauréat est récompensé pour son travail de traduction de l’arabe vers le français d’un ouvrage du philosophe Averroès (Ibn Rochd): L’intellect. Compendium du livre De l’âme (éditions Vrin, 2022). 

 

«Ce prix est décerné par un jury composé d’éminents professeurs venus de l’ensemble du monde arabe qui travaillent depuis quinze ans avec engagement et professionnalisme pour nous donner le meilleur de ce que la traduction en sciences humaines et sociales et en littérature a pu produire, du français vers l’arabe et de l’arabe vers le français», explique Nivine Khaled, directrice langue française et diversité des cultures francophones au sein de l’OIF à Arab News en français. Elle précise que l’OIF soutient le travail de traduction, car, souligne-t-elle, «l’acte de traduction est un acte d’altérité, de décloisonnement de la culture. C’est un acte en faveur de la diversité linguistique et culturelle que nous portons à la francophonie.» 

 

 

 

«Je suis très heureux de recevoir ce prix. Je suis content, car c’est un prix qui vient couronner des années de travail; c’est un prix de traduction et rien ne compte plus que la traduction, car c’est un moyen de bien comprendre un texte, puis de le communiquer aux gens qui sont incapables de le lire dans sa langue d’origine. Cela compte beaucoup pour moi parce que l’arabe est une grande langue de la philosophie trop méconnue et les rapports entre l’arabe et le français, eux aussi, sont ignorés alors que la culture française n’aurait pas été ce qu’elle est sans le génie de la pensée arabe “médiévale”, mais en vérité qu’on peut nommer “classique”, au sein de laquelle Averroès est une grande figure», déclare Jean-Baptiste Brenet, lauréat du prix Ibn Khaldoun-Senghor.

 

Le jury

Bassam Baraké, professeur de traductologie et de linguistique française et arabe (Liban)

Zahida Darwiche Jabbour, professeure de littérature française à l’université libanaise III (Liban)

Fayza el-Qasem, professeure et ancienne directrice de l’École supérieure d’interprètes et traducteurs (Esit, France)

Mohamed Mahjoub, professeur d’herméneutique de la philosophie à l’université de Tunis (Tunisie)

Hana Subhi, professeure de littérature et de traduction à l’université Al-Mustansiriyah, Irak (Irak/ France)

Interrogé sur le choix porté sur les travaux du philosophe Averroès dans Le Livre de l’âme, Jean-Baptiste Brenet précise que cet auteur andalou du XIIe siècle est fascinant. «Il est au carrefour de plusieurs cultures, bien sûr arabe et grecque, et il a alimenté la pensée juive, latine et européenne durant des siècles. J’ai choisi de traduire le premier commentaire de son célèbre ouvrage Le Livre de l’âme, une œuvre de jeunesse dans laquelle Averroès a élaboré sa première conception de la psychologie humaine: que veut dire penser, avoir une âme rationnelle ou être humain? Ce sont des questions qui m’ont intrigué, qui ont obsédé Averroès pendant toute sa carrière et qui vont marquer de génération en génération l’Europe occidentale.»

Prix Ibn Khaldoun-Senghor, un message civilisationnel et de dialogue

Sous la thématique «Averroès, religion et raison et enjeux de la traduction», les intervenants ont évoqué la grande figure d’Averroès et ses travaux, l’apport de la philosophie arabe médiévale à la culture européenne, la place de la rationalité dans les sociétés d’hier et d’aujourd’hui ou encore les enjeux autour de la traduction et de la diversité linguistique.

Lors de son intervention, Hervé Barraquand, directeur de cabinet du secrétariat général de l’OIF, a indiqué que le prix de la traduction Ibn Khaldoun-Senghor porte depuis quinze ans un message civilisationnel. «C’est un message qui est toujours et peut-être plus que jamais d’actualité, c’est un message d’écoute, de dialogue et de respect de l’autre qui sont les valeurs communes à l’OIF et à l’Alecso, notre fidèle partenaire. Avec ce prix conjoint, nous nous inscrivons philosophiquement dans un chemin tracé et emprunté bien avant nous», poursuit-il en soulignant que «l’idée de ce prix s’inscrit humblement dans cette trajectoire intellectuelle fraternelle de dialogue des idées et des langues à travers les pays et les cultures»


La demande explose pour le gilet zippé Brunello Cucinelli du prince héritier saoudien

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a été aperçu vendredi dans un restaurant appelé Somewhere à AlUla, et les amateurs de mode sur Twitter se sont une nouvelle fois emballés pour un gilet. (Capture d'écran)
Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a été aperçu vendredi dans un restaurant appelé Somewhere à AlUla, et les amateurs de mode sur Twitter se sont une nouvelle fois emballés pour un gilet. (Capture d'écran)
Short Url
  • Les vidéos diffusées sur les médias sociaux montraient le prince héritier accompagné des princes héritiers de Jordanie et d'Oman
  • Ce n'est pas la première fois que le prince héritier saoudien déclenche une tendance mode en ligne

DUBAΪ : Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a été aperçu vendredi dans un restaurant appelé Somewhere à AlUla, et les amateurs de mode sur Twitter se sont une nouvelle fois déchaînés sur un gilet qu'il portait.

Le prince héritier a arboré le gilet zippé de la marque italienne Brunello Cucinelli en blanc et beige. Le gilet à ourlet droit, à col montant, avait deux poches fendues sur le côté.

Le gilet se vend environ 6 900 dollars sur l'application de luxe FarFetch.

Les fans ont rapidement commencé à chercher des sites web vendant la veste à un prix inférieur.

« Pour les personnes qui ont aimé la veste du prince héritier Mohammed ben Salmane et qui ne sont pas en mesure de (l'acheter) à cause du prix, cette veste lui ressemble et se décline dans plusieurs couleurs et toutes les tailles et à un prix plus bas », a écrit un abonné.

Un autre abonné a remarqué que le site ShopStyle a augmenté le prix de la veste après avoir été portée par le prince héritier.

« Le prix de la veste du prince héritier était de 3 850 dollars, et maintenant son prix a augmenté (à 4 524 dollars) », a-t-il écrit sur Twitter, tandis qu'un autre abonné déclarait : « Fortes demandes sur la veste du prince héritier ».

« Que quelqu'un nous trouve une veste similaire sur Shein », a plaisanté un autre internaute.

Les vidéos diffusées sur les médias sociaux montraient le prince héritier accompagné des princes héritiers de Jordanie et d'Oman ainsi que des personnes posant pour des photos avec le prince héritier saoudien.

« Je suis fier de rencontrer Son Altesse, le prince Mohammed ben Salmane, que Dieu le protège, et Son Excellence Badr Al-Asaker dans la ville d'AlUla », a tweeté un utilisateur partageant ses photos avec le prince héritier ».

Ce n'est pas la première fois que le prince héritier saoudien déclenche une tendance mode en ligne.

En 2022, un  groupe d’amateurs de mode sur Twitter s'est emballé pour une paire de chaussures Oxford marron foncé, appelée Hallam, de la marque britannique Crockett & Jones, vendue au détail pour environ 560 dollars.

En 2021, il a été photographié portant un gilet matelassé alors qu'il présidait une réunion du conseil d'administration du Fonds d'investissement public.

Le prince a affiché un gilet décontracté sans manches de 6 551 dollars de la marque britannique de cachemire de luxe Franck Namani.

En 2019, il a assisté aux courses de Formule E à Riyadh en veste Barbour de couleur marine portée sur un « thobe » blanc impeccable qui a immédiatement enflammé Internet.

Le vêtement d'extérieur de la marque du patrimoine britannique a déclenché son propre hashtag arabe sur Twitter - qui se traduisait par « veste du prince héritier » - et de nombreuses personnes ont consulté les réseaux sociaux pour admirer le look.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Où sont les compositrices de musique de films ?

Flore Benguigui chanteuse du groupe français L'imperatrice se produit lors de la 34e édition du Festival de musique des Francofolies à La Rochelle, dans le sud-ouest de la France, le 13 juillet 2018. (Photo, AFP)
Flore Benguigui chanteuse du groupe français L'imperatrice se produit lors de la 34e édition du Festival de musique des Francofolies à La Rochelle, dans le sud-ouest de la France, le 13 juillet 2018. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Le milieu du cinéma n'est pas le plus inclusif, c'est catastrophique pour les compositrices de musique de films»
  • « Entre 2012 et 2021, la musique originale de 37 projets soutenus par le CNC est strictement composée par des femmes, soit 6,7 % de l'ensemble des projets aidés», selon un rapport du Centre national du cinéma et de l'image animée de 2022

PARIS: "On connaît John Williams ("E.T", "Star Wars"), mais qui peut citer une compositrice de musique de film ?": Flore Benguigui, chanteuse du groupe L'Impératrice, décline son podcast "Cherchez la Femme" en soirées pour sortir de l'ombre les oubliées de l'industrie musicale.

"Le milieu du cinéma n'est pas le plus inclusif, c'est catastrophique pour les compositrices de musique de films", affirme l'artiste.

Avec cette thématique, la chanteuse a inauguré en cette fin de semaine "Cherchez la Femme" en version table ronde en public, mini-concerts de musiciennes, Dj Sets 100% féminins et dégustation de vin de vigneronnes.

Ce rendez-vous mensuel à Paris, est le prolongement logique de son podcast diffusé tous les mois sur Tsugi Radio, média en ligne. Flore Benguigui entend ainsi créer du réseau pour les professionnelles de la musique.

Le manque de représentation des compositrices de musique de films a été abordé avec trois d'entre elles, Uèle Lamore, Anne-Sophie Versnaeyen et Julie Roué.

"Entre 2012 et 2021, la musique originale de 37 projets soutenus par le CNC est strictement composée par des femmes, soit 6,7 % de l'ensemble des projets aidés", selon un rapport du Centre national du cinéma et de l'image animée de 2022.

"Les hommes sont assez forts pour se fédérer" constate Anne-Sophie Versnaeyen, qui trouve cependant des exceptions, comme avec Nicolas Bedos, pour qui elle a composé plusieurs musiques comme celle de "La Belle Epoque".

«Armer les jeunes compositrices»

"Les hommes choisissent leurs doubles, pour les compositrices il y aussi une identification plus évidente avec les réalisatrices", nuance Julie Roué, autrice de la B.O d'"Une femme du monde" de Cécile Ducrocq, film avec Laure Calamy. Le CNC recensait 30,6% de films réalisés ou co-réalisés par des femmes en 2021.

"Nous, les femmes, n'avons pas eu cet apprentissage des mecs qui disent +je veux mon nom sur le générique+" déplore Uèle Lamore qui a signé la B.O. du film d'Aïssa Maïga "Marcher sur l'eau", sorti en 2021. L'invisibilisation des compositrices de B.O. est en effet une autre partie du problème.

Dans son podcast, Flore Benguigui a sorti des limbes Angela Morley, femme trans (née homme, alors Walter "Wally" Stott), restée dans l'ombre de John Williams en tant qu'orchestratrice, c'est-à-dire compositrice en second, pour "Star Wars", "E.T." et "Superman". Ou encore Shirley Walker, dont le travail sur le "Batman" de Tim Burton est relégué au second plan derrière celui de Danny Elfman.

Pour entrer sous les projecteurs, Uèle Lamore prône l'instauration de "quotas" lié à l'attribution de subventions. Julie Roué agit au sein de "Troisième autrice". Un groupe Facebook devenu une association de compositrices de musique à l'image, qui organise des tables rondes sur des "sujets comme la maternité, l'argent, les contrats, ces petits tabous pour les femmes".

Le but est "d'armer les jeunes compositrices" de B.O. "pour qu'elles gagnent du temps". "Dans les festivals, quand je suis interviewée par les journalistes, la question +qu'est-ce que ça fait d'être une femme ici?+ prend la place d'une autre question, alors que j'aurais pu parler de mon travail", illustre-t-elle.


«Chanson douce», prix Goncourt 2016, adapté en série avec Nicole Kidman

Nicole Kidman assiste à la première de "The Northman" au TCL Chinese Theatre le 18 avril 2022 à Hollywood, Californie. (Photo, AFP)
Nicole Kidman assiste à la première de "The Northman" au TCL Chinese Theatre le 18 avril 2022 à Hollywood, Californie. (Photo, AFP)
Short Url
  • HBO a conclu un accord avec la société de production Legendary Entertainment «pour développer et coproduire une série basée sur le livre de Leïla Slimani»
  • L'ouvrage, vendu à plus d'un million d'exemplaires en France et traduit dans le monde entier, a déjà été adapté au cinéma en France par la réalisatrice Lucie Borleteau

PARIS: Le roman "Chanson Douce" de l'autrice franco-marocaine Leïla Slimani, inspiré d'un fait divers survenu à New York en 2012 et couronné du prix Goncourt en 2016, sera adapté en série par la chaîne américaine HBO avec Nicole Kidman.

HBO a conclu un accord avec la société de production Legendary Entertainment "pour développer et coproduire une série basée sur le livre de Leïla Slimani +Chanson douce+ (The perfect nanny, en anglais, ndlr)", a annoncé samedi le géant américain de la télévision HBO dans un communiqué.

Au casting de la future série, la star australo-américaine Nicole Kidman et l'actrice américaine Maya Erskine, qui en seront également les coproductrices exécutives.

Il s'agit de la deuxième adaptation à l'écran du roman "Chanson douce" (éditions Gallimard) pour lequel Leïla Slimani avait obtenu en 2016 le prix Goncourt, le plus prestigieux des prix littéraires en France.

L'ouvrage, vendu à plus d'un million d'exemplaires en France et traduit dans le monde entier, a déjà été adapté au cinéma en France par la réalisatrice Lucie Borleteau avec dans les rôles principaux Leïla Bekhti et Karin Viard.

Le roman retrace l'assassinat de deux enfants en bas âge par leur nourrice, une femme expérimentée et étrange auxquels les parents des enfants s'étaient attachés. Il s'inspire d'un crime commis en octobre 2012 à New York qui avait coûté la vie à deux enfants de deux ans et six ans. La meurtrière a été condamnée en mai 2018 à la perpétuité.