Le professeur Jean-Baptiste Brenet lauréat du prix Ibn Khaldoun-Senghor 2022

Jean-Baptiste Brenet et Nivine Khaled, directrice Langue française et diversité des cultures francophones lors d'une séance débat autour de la thématique du 15e Prix Ibn Khaldoun- Senghor (Hakima Bédouani)
Jean-Baptiste Brenet et Nivine Khaled, directrice Langue française et diversité des cultures francophones lors d'une séance débat autour de la thématique du 15e Prix Ibn Khaldoun- Senghor (Hakima Bédouani)
Short Url
Publié le Mercredi 14 décembre 2022

Le professeur Jean-Baptiste Brenet lauréat du prix Ibn Khaldoun-Senghor 2022

  • «Ce prix est décerné par un jury composé d’éminents professeurs venus de l’ensemble du monde arabe»
  • «Je suis très heureux de recevoir ce prix, car c’est une distinction qui vient couronner des années de travail; c’est un prix de traduction et rien ne compte plus que la traduction»

 

PARIS: L’Organisation internationale de la francophonie (OIF) et l’Organisation arabe pour l'éducation, la culture et les sciences (Alecso) ont organisé le 12 décembre 2022, au siège de l’OIF, la cérémonie de remise du prix de la traduction Ibn Khaldoun-Senghor 2022 à Jean-Baptiste Brenet, professeur de philosophie arabe à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Le lauréat est récompensé pour son travail de traduction de l’arabe vers le français d’un ouvrage du philosophe Averroès (Ibn Rochd): L’intellect. Compendium du livre De l’âme (éditions Vrin, 2022). 

 

«Ce prix est décerné par un jury composé d’éminents professeurs venus de l’ensemble du monde arabe qui travaillent depuis quinze ans avec engagement et professionnalisme pour nous donner le meilleur de ce que la traduction en sciences humaines et sociales et en littérature a pu produire, du français vers l’arabe et de l’arabe vers le français», explique Nivine Khaled, directrice langue française et diversité des cultures francophones au sein de l’OIF à Arab News en français. Elle précise que l’OIF soutient le travail de traduction, car, souligne-t-elle, «l’acte de traduction est un acte d’altérité, de décloisonnement de la culture. C’est un acte en faveur de la diversité linguistique et culturelle que nous portons à la francophonie.» 

 

 

 

«Je suis très heureux de recevoir ce prix. Je suis content, car c’est un prix qui vient couronner des années de travail; c’est un prix de traduction et rien ne compte plus que la traduction, car c’est un moyen de bien comprendre un texte, puis de le communiquer aux gens qui sont incapables de le lire dans sa langue d’origine. Cela compte beaucoup pour moi parce que l’arabe est une grande langue de la philosophie trop méconnue et les rapports entre l’arabe et le français, eux aussi, sont ignorés alors que la culture française n’aurait pas été ce qu’elle est sans le génie de la pensée arabe “médiévale”, mais en vérité qu’on peut nommer “classique”, au sein de laquelle Averroès est une grande figure», déclare Jean-Baptiste Brenet, lauréat du prix Ibn Khaldoun-Senghor.

 

Le jury

Bassam Baraké, professeur de traductologie et de linguistique française et arabe (Liban)

Zahida Darwiche Jabbour, professeure de littérature française à l’université libanaise III (Liban)

Fayza el-Qasem, professeure et ancienne directrice de l’École supérieure d’interprètes et traducteurs (Esit, France)

Mohamed Mahjoub, professeur d’herméneutique de la philosophie à l’université de Tunis (Tunisie)

Hana Subhi, professeure de littérature et de traduction à l’université Al-Mustansiriyah, Irak (Irak/ France)

Interrogé sur le choix porté sur les travaux du philosophe Averroès dans Le Livre de l’âme, Jean-Baptiste Brenet précise que cet auteur andalou du XIIe siècle est fascinant. «Il est au carrefour de plusieurs cultures, bien sûr arabe et grecque, et il a alimenté la pensée juive, latine et européenne durant des siècles. J’ai choisi de traduire le premier commentaire de son célèbre ouvrage Le Livre de l’âme, une œuvre de jeunesse dans laquelle Averroès a élaboré sa première conception de la psychologie humaine: que veut dire penser, avoir une âme rationnelle ou être humain? Ce sont des questions qui m’ont intrigué, qui ont obsédé Averroès pendant toute sa carrière et qui vont marquer de génération en génération l’Europe occidentale.»

Prix Ibn Khaldoun-Senghor, un message civilisationnel et de dialogue

Sous la thématique «Averroès, religion et raison et enjeux de la traduction», les intervenants ont évoqué la grande figure d’Averroès et ses travaux, l’apport de la philosophie arabe médiévale à la culture européenne, la place de la rationalité dans les sociétés d’hier et d’aujourd’hui ou encore les enjeux autour de la traduction et de la diversité linguistique.

Lors de son intervention, Hervé Barraquand, directeur de cabinet du secrétariat général de l’OIF, a indiqué que le prix de la traduction Ibn Khaldoun-Senghor porte depuis quinze ans un message civilisationnel. «C’est un message qui est toujours et peut-être plus que jamais d’actualité, c’est un message d’écoute, de dialogue et de respect de l’autre qui sont les valeurs communes à l’OIF et à l’Alecso, notre fidèle partenaire. Avec ce prix conjoint, nous nous inscrivons philosophiquement dans un chemin tracé et emprunté bien avant nous», poursuit-il en soulignant que «l’idée de ce prix s’inscrit humblement dans cette trajectoire intellectuelle fraternelle de dialogue des idées et des langues à travers les pays et les cultures»


De Djamel Sedjati à Mutaz Barshim : 5 hommes arabes à suivre aux Jeux olympiques de Paris

L' Algérien Djamel Sedjati pose après le 800m masculin lors de la rencontre de la Wanda Diamond League au stade Louis II à Monaco le 12 juillet 2024. (AFP)
L' Algérien Djamel Sedjati pose après le 800m masculin lors de la rencontre de la Wanda Diamond League au stade Louis II à Monaco le 12 juillet 2024. (AFP)
Short Url
  • Podiums possibles en athlétisme, gymnastique, surf, handball.
  • Gold likely for Djamel Sedjati, Mutaz Barshim, Ahmad Abu Al-Soud.

Nous avons bien de quoi nous réjouir aux prochains Jeux olympiques de Paris en ce qui concerne les athlètes arabes.

En total, 14 médailles ont été remportées par des hommes arabes à Tokyo 2020, et cette fois-ci, le potentiel est encore plus grand.

Voici cinq hommes arabes à suivre à Paris 2024.

Djamel Sedjati (Algérie) - Athlétisme

L’Algérien Djamel Sedjati se rend à Paris en pleine forme, non seulement en quête de la médaille d’or, mais aussi déterminé à battre le record du monde des 800 mètres de David Rudisha, qui revient à 12 années consécutives.

Au cours des trois dernières semaines, Sedjati, 25 ans, a couru les troisième et quatrième 800 mètres les plus rapides de tous les temps, en 1 minute 41,56 secondes lors de l'étape de la Ligue de Diamant à Paris, puis en abaissant son record personnel à 1:41,46 cinq jours plus tard à Monaco.

Rudisha a établi le record du monde en 1:40.91 à Londres 2012 et Sedjati a bien l'intention d'imiter le Kényan aux Jeux olympiques.

“Je voudrais remercier tout le monde, en particulier ma famille et mon entraîneur. C'est la quatrième fois que je réalise un record du monde et la deuxième fois que je fais un record d'Algérie. J'ai travaillé très dur pour cela”, a récemment déclaré Sedjati à Monaco.

“Maintenant, je pense au record du monde, j'espère le courir aux Jeux olympiques. J'ai encore deux semaines pour le préparer. Je vais me concentrer sur cet objectif et fournir le travail nécessaire pour atteindre mon but”.

“Je vais continuer à me préparer de la même façon. Je suis sûr que le travail acharné que j'ai fourni portera ses fruits”.

La performance de Sedjati à Monaco lui a permis d'établir un nouveau record national, un record du monde, un record de la Ligue de Diamant, un record de la compétition et un record personnel.
 
Sa performance sera-t-elle encore meilleure à Paris ?

Les séries du 800 mètres masculin débutent le 7 août, les demi-finales et les finales les 9 et 10 août.
 
Ahmad Abu Al-Soud (Jordanie) - Gymnastique

À Liverpool en 2022, le Jordanien Ahmad Abu Al-Soud a décroché la médaille d'argent au cheval d'arçons, devenant ainsi le premier Arabe à prendre le podium d'un Championnat du monde.

Malgré une blessure au bas du dos qui ralentit son élan, il remporte une autre médaille aux Championnats du monde l'année suivante, cette fois en bronze.

Il a ensuite dominé la série de la Coupe du monde 2024 (en remportant la médaille d’or dans trois des quatre épreuves) pour décrocher son billet pour Paris et devenir le premier gymnaste jordanien à se qualifier pour les Jeux olympiques.

Abu Al-Soud, 29 ans, dont une compétence porte le nom dans le code de pointage de la FIG, se rendra à Paris en étant classé numéro 1 mondial au cheval d'arçons et en étant le favori pour l'or aux Jeux olympiques.

Les qualifications masculines en gymnastique artistique débuteront le 27 juillet à Bercy Arena, la finale du cheval d'arçons étant prévue pour le 3 août.

Ramzi Boukhiam (Maroc) - Surf

Premier surfeur marocain ou arabe à se qualifier pour la Tour du Championnat de la World Surf League (Ligue Mondiale de Surf), Ramzi Boukhiam se rend à ses deuxièmes Jeux olympiques, après avoir participé à Tokyo 2020, où le surf a fait ses débuts.

La compétition de surf des Jeux olympiques de 2024 aura lieu à Tahiti, où 24 hommes et 24 femmes s'attaqueront à la majestueuse et tout aussi terrifiante vague de Teahupo'o.

Boukhiam s'est classé neuvième lors de ses débuts olympiques à Tokyo, mais Teahupo'o est bien mieux adapté à son style de surf. De plus, le surfeur de 30 ans peut compter sur le fait qu'il s'est classé troisième au même endroit, dans le Championship Tour, lors du Tahiti Pro il y a tout juste deux mois.

“J'ai ma deuxième chance maintenant, en allant à Tahiti, sur une vague comme Teahupo'o, c'est la vague la plus dangereuse mais aussi la plus parfaite de la planète”, a récemment déclaré Boukhiam, qui était le porte-drapeau du Maroc pour Tokyo 2020, dans le podcast Abtal.
“En tant que surfeur, il n'y a vraiment rien de mieux. Vous avez peur mais vous êtes en même temps très excité et j'ai l'impression que si nous avons de bonnes vagues, cela peut être un événement vraiment incroyable”.

Boukhiam a obtenu sa place aux Jeux olympiques de 2024 en remportant la médaille d'argent aux Jeux mondiaux de surf de l'ISA à Porto Rico en mars.

Les compétitions de surf aux Jeux olympiques débuteront à Tahiti le 27 juillet et se poursuivront jusqu'au 31 juillet.

Mutaz Barshim (Qatar) - Athlétisme

Le Qatarien Mutaz Barshim a remporté la médaille de bronze à Londres (qui est passée à l'argent neuf ans plus tard), l'argent à Rio et l'or à Tokyo.

Barshim a placé la barre de plus en plus haut à chaque édition des Jeux Olympiques et la star du saut en hauteur est désormais prêt à franchir le pas une dernière fois.

“J'ai l'impression d'être ici depuis un certain temps, j'ai tout fait, tout vu et j'ai le sentiment qu'à ce stade, il serait égoïste de ma part de m'éloigner davantage de ma famille et de mes proches”, a déclaré Barshim, 33 ans, à FloTrack cette semaine après avoir annoncé que les Jeux olympiques de Paris seront ses derniers.

“Je veux aussi être là pour ma famille. Ils ont tous été là pour moi tout au long de ma carrière. Je suis dans le domaine du saut professionnel depuis 2011, c'est donc une longue période et je suis vraiment heureux de tout ce que nous avons accompli ensemble, mais je pense qu'il est bien temps maintenant de rendre la pareille. Il est temps de me rendre à ma famille”.
Barshim a vécu l'un des moments les plus emblématiques des Jeux olympiques de Tokyo lorsque lui et son rival et ami italien Gianmarco Tamberi ont décidé de partager la médaille d'or au lieu de passer par un barrage pour se séparer.

Ils avaient tous deux surmonté des blessures qui mettaient en péril leur carrière avant les Jeux de Tokyo et estimaient qu'ils méritaient tous deux de prendre la plus haute marche du podium.

Barshim et Tamberi ont déclaré que cette fois, à Paris, il n’y aura pas de partage s’ils se trouvent dans la même situation.

Les qualifications du saut en hauteur masculin aux Jeux de Paris auront lieu le 7 août au Stade de France, et la finale sera pour le 10 août.

Yahia Omar (Égypte) - Handball

Il fera partie des parisiens pendant les trois prochaines années, mais avant de faire ses débuts avec son nouveau club, le Paris Saint-Germain, Yahia Omar tentera d'aider l'Égypte à décrocher sa première médaille de handball aux Jeux olympiques.

Les Égyptiens ont été à deux doigts de prendre le podium à Tokyo 2020, terminant en quatrième place après s'être inclinés face à l'Espagne dans le match pour la médaille de bronze. C'était la première fois qu'une équipe africaine arrivait aussi loin en handball aux Jeux olympiques.

L'arrière droit de 26 ans était un élément indispensable de cette équipe olympique, ce qui lui a valu d'être nommé dans l'équipe d'étoiles de Tokyo 2020, le premier non-Européen à réaliser cet exploit depuis 1992.

La route de l'Égypte à Paris sera semée d'embûches puisqu'elle a atterri dans le même groupe que la France, pays hôte et championne du monde en titre, le Danemark, champion du monde en titre, la Norvège, la Hongrie et l'Argentine.

“Ce sont les Jeux olympiques. Il n'y a rien de facile. Je pense que nous avons le groupe le plus difficile, mais je pense que cela nous donne une meilleure chance de passer en demi-finale”, a déclaré Omar lorsque le tirage au sort a été révélé.

Les Pharaons lanceront leur campagne contre la Hongrie le 27 juillet.


Le Centre saoudien de protection de la nature célèbre une avancée dans la conservation du guépard

Le Centre saoudien de la faune sauvage (NCW) a annoncé une avancée majeure dans ses efforts de conservation des guépards, avec la naissance de quatre petits (SPA).
Le Centre saoudien de la faune sauvage (NCW) a annoncé une avancée majeure dans ses efforts de conservation des guépards, avec la naissance de quatre petits (SPA).
Short Url
  • Mohammed Qurban, PDG du NCW : Notre récente découverte d'anciennes momies de guépards dans le nord de l'Arabie saoudite souligne le rôle historique de la région en tant qu'habitat privilégié du guépard.
  • Le Royaume d'Arabie saoudite renforce son engagement en faveur de la conservation des guépards, en recourant à une approche à multiples facettes qui associe la recherche scientifique, des stratégies novatrices et des partenariats de collaboration.

RIYADH : Le Centre national pour la faune sauvage d'Arabie saoudite a annoncé une avancée majeure dans ses efforts de conservation du guépard, avec la naissance de quatre petits et l'achèvement d'une stratégie nationale complète.

L'annonce a été faite au cours d'une session organisée par le centre pour présenter le guépard et souligner les efforts déployés pour sa réintroduction. Cette initiative fait partie de la stratégie nationale de conservation du guépard dans le cadre du programme national de réintroduction du guépard, lancé l'année dernière sous les auspices du ministre de l'environnement, de l'eau et de l'agriculture, Abdulrahman Al-Fadhli, qui est également président du centre.

Dans un communiqué de presse publié mardi, le PDG du centre, M. Mohammed Qurban, a déclaré : « Le lancement officiel de la Stratégie nationale pour la conservation des guépards et l’annonce de la naissance de quatre petits guépards représentent une réalisation importante dans nos efforts de conservation. Cette stratégie reflète notre engagement indéfectible à assurer un avenir durable aux guépards sauvages dans leur habitat naturel du Royaume. »

Qurban a ajouté que la naissance des petits était particulièrement importante compte tenu de l’absence du guépard de la péninsule arabique depuis plus de quatre décennies.

« Notre récente découverte d’anciennes momies de guépards dans le nord de l’Arabie saoudite souligne le rôle historique de la région en tant qu’habitat privilégié des guépards », a-t-il déclaré.

Qurban a déclaré que cette découverte alimenterait la détermination de rétablir les populations de guépards, « guidées par une stratégie intégrée conçue conformément aux meilleures pratiques internationales ».

Le centre a également dévoilé sa stratégie nationale de conservation des guépards, qui comporte plusieurs phases. Le plan décrit une série de mesures essentielles visant à rétablir une population viable de guépards en Arabie saoudite.

La stratégie commence par la création d’installations de reproduction spécialisées et de centres de rewilding, en identifiant des zones protégées qui offrent des habitats appropriés pour les guépards réintroduits, la préparation de la réintroduction, le partenariat communautaire dans le programme de protection et, enfin, la réintroduction et l’établissement d’une population reproductrice autosuffisante.

L’annonce reflète le rôle de premier plan et le succès de l’Arabie saoudite dans les efforts visant à améliorer l’équilibre environnemental grâce à la conservation des espèces en voie de disparition, leur élevage en captivité, et la réintroduction. Le centre a déclaré que seulement 15 pour cent des guépards nés dans la nature pouvaient se reproduire en captivité, et parmi ce groupe, seulement 20 pour cent ont continué à se reproduire.

L’équipe de recherche du centre, en collaboration avec des experts mondiaux, a récemment dévoilé les résultats clés de sa recherche exhaustive sur les guépards, offrir de nouvelles perspectives sur la présence de l’espèce dans la péninsule arabique. L’étude, qui a examiné l’âge chronologique des spécimens et identifié les sous-espèces de guépards, a fourni un regard neuf sur l’importance culturelle et historique de ces grands félins dans la région. Les résultats obtenus permettront de réétalonner les stratégies actuelles de conservation. En corrigeant les idées fausses qui ont été longtemps entretenues et en fournissant des données spécifiques à la région, l’étude permet d’entreprendre des efforts de conservation plus ciblés et efficaces.

L’équipe a réussi à déterminer la chronologie de l’extinction du guépard dans la région et à extraire des informations génétiques cruciales de spécimens historiques. Les scientifiques ont identifié la sous-espèce spécifique du guépard d’Arabie, La comparaison de sa séquence génétique avec celles des guépards actuellement hébergés dans les installations et les populations du centre à travers le monde. Les résultats confirment les efforts du centre pour élever et réintroduire des guépards dans leur habitat d’origine en Arabie saoudite.

Le Royaume renforce son engagement envers la conservation du guépard, en utilisant une approche à multiples facettes qui combine la recherche scientifique, des stratégies innovantes et des partenariats collaboratifs.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Les films soutenus par la Red Sea Film Foundation en Arabie saoudite seront présentés à la Mostra de Venise

Le film « Aicha » du réalisateur tunisien Mehdi M. Barsaoui, soutenu par le Fonds de la mer Rouge et le Souk de la mer Rouge, sera présenté dans la section compétitive Orizzonti. (Fournie)
Le film « Aicha » du réalisateur tunisien Mehdi M. Barsaoui, soutenu par le Fonds de la mer Rouge et le Souk de la mer Rouge, sera présenté dans la section compétitive Orizzonti. (Fournie)
Short Url
  • Deux films soutenus par la Red Sea Film Foundation d'Arabie saoudite seront projetés lors de la 81e édition de la Mostra de Venise.
  • Le jury international est présidé par la célèbre actrice française Isabelle Huppert.

DUBAI : Deux films soutenus par la Red Sea Film Foundation d'Arabie saoudite seront projetés lors de la 81e édition de la Mostra de Venise.

Le film « Aicha » du réalisateur tunisien Mehdi M. Barsaoui, soutenu par le Fonds et le Souk de la mer Rouge, sera présenté dans la section compétitive Orizzonti, qui met en avant les films internationaux représentant les dernières tendances esthétiques et expressives.

« Aicha » est le deuxième long métrage de Barsaoui après le drame primé “Un fils”. L'intrigue du film tourne autour d'une jeune femme vivant dans un trou perdu du sud de la Tunisie qui tente de se construire une nouvelle vie à Tunis après avoir été déclarée morte dans un tragique accident de bus.

Seeking Haven For Mr. Rambo » du cinéaste égyptien Khaled Mansour, qui a fait partie du programme de développement Red Sea Lodge en 2021 et a été soutenu par le Fonds de la mer Rouge, sera présenté en première mondiale dans la section Orizzonti Extra du festival, qui met en lumière les jeunes talents du cinéma international.

Le film suit un jeune homme qui affronte les peurs de son passé et entreprend un voyage pour sauver son chien et meilleur ami d'un destin inconnu.

Le film « Beetlejuice Beetlejuice » de Tim Burton - avec Michael Keaton, Winona Ryder, Catherine O'Hara, Justin Theroux, Monica Bellucci, Jenna Ortega et Willem Dafoe - est le film d'ouverture hors compétition de l'événement.

Le jury international de cette année sera dirigé par la célèbre actrice française Isabelle Huppert et comprendra James Gray (« Ad Astra »), Andrew Haigh (« All of Us Strangers »), Agnieszka Holland (« Green Border »), Kleber Mendonca Filho (« Bacurau »), Abderrahmane Sissako (« Bamako »), Giuseppe Tornatore (« Cinema Paradiso »), Julia von Heinz (« Treasure ») et Zhang Ziyi (« Mémoires d'une geisha »).

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com