Les nombreuses transformations de l'Arabie saoudite

Short Url
Publié le Vendredi 20 novembre 2020

Les nombreuses transformations de l'Arabie saoudite

  • L’adhésion de l’Arabie saoudite, la présidence et l’accueil du G20 constituent une première pour tout pays arabe
  • L'Arabie saoudite s'est engagée dans une voie de transformation, après le choc brutal des prix du pétrole de l'été 2014, cherchant à se diversifier progressivement pour s'éloigner de son niveau élevé de dépendance au pétrole

L’adhésion de l’Arabie saoudite, la présidence et l’accueil du G20 constituent une première pour tout pays arabe. Cela permet de constater et de signaler l'importance économique mondiale de l'Arabie saoudite, ainsi que son importance en tant que plus grande économie du monde arabe. Le Royaume est d'une importance systémique pour les marchés pétroliers mondiaux: non seulement il abrite 17,2% des réserves mondiales prouvées de pétrole, mais il est également le plus grand pays exportateur de pétrole et joue un rôle de premier plan au sein de l’Opep. C'est un investisseur international majeur à travers ses fonds souverains, ainsi qu'une source soutenue d'envois de fonds. Par conséquent, les développements économiques et les perspectives de l'Arabie saoudite se répercutent dans toute la région arabe en raison de sa taille, de ses échanges commerciaux, de ses investissements et de ses transferts de fonds avec d'autres pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) et avec des exportateurs de main-d'œuvre et/ou non pétroliers. L'Arabie saoudite est systémique pour la région.

Le Royaume s'est engagé dans une voie de transformation, après le choc brutal des prix du pétrole de l'été 2014, cherchant à se diversifier progressivement pour s'éloigner de son niveau élevé de dépendance au pétrole. Cela a abouti au lancement de la Vision 2030 et des plans nationaux de transformation il y a environ quatre ans. Le pays s’est lancé dans des initiatives majeures, notamment dans des réformes fiscales et structurelles (réformes des prix de l'énergie, rationalisation des dépenses, introduction de la TVA et des droits d'accise), des réformes du marché des capitaux (allant de l'ouverture de Tadawul au lancement du marché parallèle de Nomu pour les entreprises de croissance, et à l'approfondissement du marché domestique sukuk) ainsi que des réformes sociales (plus d'opportunités pour les femmes), ouvrant de nouveaux secteurs – divertissement, hôtellerie, tourisme plus développé. Stratégiquement, l’Arabie saoudite est en cours de transition vers un islam modéré. Les réformes sont progressivement mises en œuvre, mais la pandémie de Covid-19, le confinement et les retombées de la baisse des prix du pétrole ont mis en évidence de nouveaux défis majeurs.

Le Royaume s'est engagé dans une voie de transformation, après le choc brutal des prix du pétrole de l'été 2014, cherchant à se diversifier progressivement pour s'éloigner de son niveau élevé de dépendance au pétrole.

Une «nouvelle norme pétrolière» est apparue. Même avant la Covid-19, affaiblissant la demande énergétique mondiale, une transition énergétique était en cours. L’innovation technologique a accru la compétitivité du pétrole de schiste et des énergies renouvelables, augmenté l’offre et limité la capacité de l’Opep à contrôler les prix. Du côté de la demande, l'augmentation de l'efficacité énergétique, les engagements de la COP 21 ont entraîné des changements de comportement et de politique significatifs, impliquant une tendance à la baisse de la demande de pétrole par rapport à l'activité. La perspective d'une abondance de combustibles fossiles (y compris le schiste), avec une énergie renouvelable de plus en plus omniprésente et bon marché, ainsi que des politiques de transition énergétique et des mesures réglementaires, laissent présager une baisse permanente des prix réels du pétrole et menacent les perspectives de croissance à moyen et long termes de l'Arabie saoudite.

Les politiques de décarbonisation, qui visent à atténuer les risques du changement climatique, renforceront les moteurs de la nouvelle norme pétrolière en réduisant systématiquement la demande de combustibles fossiles. En outre, le changement climatique a de profondes implications pour l'Arabie saoudite et la région Mena. La désertification et les conditions de chaleur extrême augmentent, parallèlement à la raréfaction de l'eau. Selon la Banque mondiale, la pénurie d'eau liée au climat coûterait à la région de 6 à 14% de son PIB d'ici à 2050, sinon plus tôt, et des sécheresses généralisées pourraient conduire à des «guerres de l'eau». La hausse du niveau de la mer devrait mettre en danger environ vingt-quatre villes portuaires de la région Mena.

Malgré les preuves croissantes du changement climatique, les marchés financiers n'ont pas pleinement pris en compte le risque climatique. C’est susceptible d’évoluer. Un changement de sentiment du marché conduira à un «moment Minsky» qui entraînera une forte baisse du prix des actifs de combustibles fossiles. Cela pose une menace existentielle et présente un risque pour l'Arabie saoudite (bien qu'elle soit l'un des producteurs les moins chers du monde): que ses réserves de combustibles fossiles, sa principale source de richesse, deviennent des actifs bloqués, des investissements qui ne sont plus en mesure de générer un rendement économique en raison des bas prix du pétrole.

Malgré les preuves croissantes du changement climatique, les marchés financiers n'ont pas pleinement pris en compte le risque climatique. C’est susceptible d’évoluer.

Deux autres forces profondes transforment le paysage économique mondial. Les nouvelles technologies (numérique, quatrième révolution industrielle, intelligence artificielle [IA], robotique) conduisent à des changements économiques et sociaux structurels, transformant les marchés de consommation et de production, l'agriculture, la fabrication et les services. La numérisation devient omniprésente. En revanche, la mondialisation, servante de la croissance du commerce international, des investissements étrangers, des flux de portefeuille et des mouvements de personnes, arrêtée par la crise financière mondiale, est renversée par les forces du populisme, du nationalisme et de la pandémie de Covid-19. Comment l'Arabie devrait-elle réagir à ces multiples défis? Une nouvelle stratégie de croissance et de diversification est nécessaire.

Prochaine phase de croissance de l'Arabie saoudite: numérisation, décarbonisation, accord vert, régionalisation

Premièrement, l'Arabie saoudite doit accélérer sa voie de diversification loin du pétrole, par la décarbonation et la réduction des risques des actifs liés aux combustibles fossiles. La décarbonation nécessite un «pacte vert», un plan de transition énergétique à faible émission de carbone, la suppression progressive des subventions à l'énergie et l'introduction de taxes sur le carbone pour réduire la consommation, et notamment un effort majeur pour accélérer les investissements et l'adoption de politiques d'énergies renouvelables et de technologies propres par les secteurs public et privé. L'Arabie saoudite envisage déjà d'investir quelque 20 milliards de dollars américains (1 dollar = 0,85 euro) pour développer 30 GW d'énergie renouvelable d'ici à 2025. La privatisation partielle d'Aramco et l'ouverture des actifs de combustibles fossiles en amont et en aval des partenariats public-privé (PPP) devraient être accélérées. Ces investissements et désinvestissements peuvent alimenter le développement des marchés de capitaux saoudiens pour devenir un centre régional, sinon mondial, pour les obligations vertes et sukuk, pour le financement vert et climatique.

L'avantage relatif de l'Arabie saoudite dans l'énergie solaire peut être la base d'une nouvelle infrastructure énergétique et de nouvelles exportations, qui permettraient au pays de passer à la vente d'électricité à base d'énergie renouvelable en Europe (via un réseau électrique interconnecté), en Afrique de l'Est, mais aussi au Pakistan et en Inde. La technologie peut également être utilisée dans l'atténuation des risques climatiques, allant de l'AgriTech (par exemple, l'agriculture du désert, l'agriculture verticale) à la gestion intelligente de l'eau (dans les villes, les ménages, l'industrie et l'agriculture), en passant par la construction et les bâtiments verts/durables. Grâce à leurs liens, la construction de villes propres et intelligentes accélérera la décision du Royaume d’intégrer l’innovation et le progrès technologiques. Surtout, ces investissements sont créateurs d'emplois: on estime que chaque million de dollars investi dans les énergies renouvelables ou la flexibilité énergétique crée au moins vingt-cinq emplois, tandis que chaque million investi dans l'efficacité crée environ dix emplois (1). Un pacte vert, des investissements dans les énergies renouvelables, des infrastructures, des villes résilientes au changement climatique et l'utilisation d'instruments pour transférer les risques climatiques vers les marchés (taxes sur le carbone et échange de carbone) peuvent transformer l'économie saoudienne.

L'avantage relatif de l'Arabie saoudite dans l'énergie solaire peut être la base d'une nouvelle infrastructure énergétique et de nouvelles exportations, qui permettraient au pays de passer à la vente d'électricité à base d'énergie renouvelable en Europe.

L'autre élément de base est la numérisation, le déploiement national du haut débit et de la 5G, pour soutenir une économie et une société numérisées avec des investissements dans les réseaux intelligents, les technologies des villes intelligentes et le déploiement de nouvelles technologies numériques, le cloud computing à faible coût, l'Internet des objets (IdO), l'IA et les grandes analyses des données. La numérisation augmenterait l'efficacité et galvaniserait la croissance du gouvernement, des services et de l'industrie; elle augmenterait la connectivité nationale et internationale de l'économie saoudienne, créerait de nouveaux emplois et activités, et augmenterait la productivité globale ainsi que la croissance économique. La numérisation du secteur bancaire et financier permettrait à la fintech («technologie financière») d'élargir l'accès au financement, au sein de la finance saoudienne et islamique, à la communauté islamique mondiale.

Pour contrer les forces de la démondialisation, l'Arabie saoudite doit être la force motrice d'une plus grande intégration économique régionale et mettre l’accent sur la suppression des «barrières douces» au commerce et à l'investissement ainsi que sur l'intégration des infrastructures et de la logistique: énergie, eau, transport et logistique, autoroutes numériques au CCG, mais aussi dans les pays de la région Mena en déficit d'infrastructures (Égypte, Irak, Jordanie, Liban) et en Afrique de l'Est. L’Arabie saoudite devrait officialiser son évolution des modèles de commerce et d’investissement vers l’Asie et la Chine par le biais de nouveaux accords de commerce et d’investissement avec la Chine, le Japon, la Corée, et la zone nouvellement créée du Partenariat régional économique global. Une plus grande intégration régionale et internationale permettrait à l'Arabie saoudite d'atteindre ses objectifs de Vision 2030 et de propulser le pays vers de nouveaux sommets dans un paysage économique mondial en mutation. L'Arabie saoudite a de nombreuses transformations en perspective.

(1) Irena, Global Renewables Outlook, avril 2020.

--

Le Dr Nasser Saidi est le président de Nasser Saidi & Associates, un cabinet de conseil spécialisé auprès du secteur bancaire et financier, des gouvernements, des banques centrales, des régulateurs, des entreprises multinationales et régionales. Le Dr Saidi a été ministre de l'Économie et du Commerce, ministre de l'Industrie du Liban et premier vice-gouverneur de la Banque centrale du Liban pour deux mandats. Il est l'ancien économiste en chef et stratège du Dubaï International Financial Centre.

TWITTER: @Nasser_Saidi

NDLR : Les opinions exprimées par les auteurs dans cette section sont les leurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Arab News.