«Neneh superstar», diversité et ballet sur grand écran

Sur cette photo prise le 05 janvier 2023, l'actrice française Oumy Bruni Garrel, qui tient son premier rôle au cinéma dans le film "Neneh superstar", pose lors d'une séance photo à Paris le 5 janvier 2023. (Photo de Thomas SAMSON / AFP)
Sur cette photo prise le 05 janvier 2023, l'actrice française Oumy Bruni Garrel, qui tient son premier rôle au cinéma dans le film "Neneh superstar", pose lors d'une séance photo à Paris le 5 janvier 2023. (Photo de Thomas SAMSON / AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 20 janvier 2023

«Neneh superstar», diversité et ballet sur grand écran

  • Dans ce long-métrage signé Ramzi Ben Sliman, en salles mercredi, Oumy Bruni Garrel, fille adoptive de Louis Garrel et de Valeria Bruni-Tedeschi, incarne, pour son premier grand rôle au cinéma, Neneh
  • Ca parle de "carnation de peau", de "morphologie noire" et de "protection de nos valeurs", un clin d'oeil à des propos de Benjamin Millepied, ex-directeur de la danse, le premier à avoir critiqué ouvertement le manque de diversité à l'Opéra

PARIS: "Une danseuse noire parmi quarante cygnes, c'est une distraction": sans prendre de gants, le film "Neneh superstar" raconte le combat d'une fillette face aux discriminations à son entrée à l'Ecole de danse de l'Opéra de Paris.

Dans ce long-métrage signé Ramzi Ben Sliman, en salles mercredi, Oumy Bruni Garrel, fille adoptive de Louis Garrel et de Valeria Bruni-Tedeschi, incarne, pour son premier grand rôle au cinéma, Neneh, admise comme petit rat malgré l'opposition de la directrice de l'Ecole Marianne Belage (Maïwenn).

"Je ne crois pas qu'elle soit faite pour cette école, il s'agit de créer une uniformité esthétique pour le corps de ballet", proteste-t-elle face à des professeurs plus bienveillants et un directeur de l'Opéra au rôle prééminent un peu exagéré (Cédric Kahn).

«Allégorie de la France»

Ca parle de "carnation de peau", de "morphologie noire" et de "protection de nos valeurs", un clin d'oeil à des propos de Benjamin Millepied, ex-directeur de la danse (2014-2016), le premier à avoir critiqué ouvertement le manque de diversité à l'Opéra.

"J'ai entendu très clairement en arrivant qu'on ne met pas une personne de couleur dans un corps de ballet parce que c'est une distraction", avait-il dit.

Il y a deux ans, l'Opéra, sous la houlette de son directeur Alexander Neef, a fait publier un rapport sur la diversité et vient de lancer "L'Opéra en Guyane". Ramzi Ben Sliman précise à l'AFP qu'il avait conçu le film avant ces développements.

Pourquoi nommer précisément l'Ecole de danse?

En France, "il n'y a qu'à l'Opéra qu'il y a ces traditions tricentenaires, ces règles ultrastrictes", affirme le réalisateur, qui avait monté en 2019 un court-métrage pour "La 3e scène" - la scène digitale de l'Opéra.

Conscient qu'il s'agit d'un sujet "sulfureux", il précise que l'institution n'a pas été mise dans la boucle, malgré une brève apparition de l'étoile Léonore Baulac.

Mais il assure qu'il ne s'agit nullement d'une attaque contre l'institution.

"On ne dénonce pas, on montre au contraire que la danse n'est pas figée. (...) Ce film,
c'est une allégorie parfaite de la France d'aujourd'hui et la question est: +Que fait-on quand on est différent, alors que tout le monde est pareil?+", dit-il.

Pression et jalousie

Un secret va venir expliquer la crispation de la directrice à l'égard de Neneh. "Dans la génération de Marianne Belage, il fallait faire profil bas, alors que, dans celle de Neneh, on affirme sa singularité. Le monde a changé", ajoute-t-il.

Le film montre également les réticences du milieu de Neneh: son père (Steve Tientcheu) la soutient mais sa mère (Aïssa Maïga) n'est pas convaincue ("A son âge, je faisais du judo comme tout le monde"). Ses copines du quartier non plus ("C'est une école de princesses"; "ta tête ne va pas à l'Opéra").

Face à la pression de la directrice et à la jalousie des autres filles qui vont jusqu'à souiller ses pointes, elle se rebiffe et craque parfois ("Pourquoi ne suis-je pas blanche comme tout le monde?").

Le film s'inspire largement de propos réels de danseurs mais aussi, pour le côté technique, de professeurs tirés presque tout droit du documentaire "Graines d'étoiles" (diffusé sur Arte).

Il a sélectionné des petites danseuses qui passent toutes de vrais concours et auditions, et affirme que ce sont elles qui l'ont aiguillé vers Oumy car il n'arrivait pas à trouver une fillette noire de 12 ans ayant à la fois un bon niveau de danse et un jeu convaincant.

Actuellement dans une école sport-études à Paris, l'actrice de 14 ans a "tout de suite adoré l'histoire" de Neneh.

"Ca m'a fait penser à mon histoire à moi. On a subi toutes les deux des choses", confie-t-elle à l'AFP.

L'adolescente, qui veut devenir avocate, espère que le film agira comme un déclic et que la situation pour les danseurs noirs "puisse changer car on en a besoin".


Gaza: une image invitant à tourner «tous les regards vers Rafah» partagée 44 millions de fois en ligne

Selon plusieurs médias, cette image a d'abord été postée par le compte d'un photographe malaisien, @shahv4012, qui en relaie d'autres dénonçant la guerre à Gaza (Photo, Instagram).
Selon plusieurs médias, cette image a d'abord été postée par le compte d'un photographe malaisien, @shahv4012, qui en relaie d'autres dénonçant la guerre à Gaza (Photo, Instagram).
Short Url
  • De nombreuses personnalités l'ont relayée sur Instagram, parmi lesquelles l'acteur chilo-américain Pedro Pascal, les mannequins d'origine palestinienne Bella et Gigi Hadid, et, en France, les acteurs Omar Sy et Marion Cotillard
  • Générée par un logiciel d'intelligence artificielle, cette illustration montrant des milliers de tentes alignées devant des montagnes

 

PARIS: "All eyes on Rafah "tous les regards vers Rafah" a été partagée depuis lundi par plus de 44 millions de comptes sur Instagram, dont ceux de nombreuses personnalités, après une frappe israélienne sur un camp de déplacés dans le sud de la bande de Gaza.

Générée par un logiciel d'intelligence artificielle, cette illustration montrant des milliers de tentes alignées devant des montagnes, barrée du slogan "All eyes on Rafah", fait écho aux bombardements israéliens subis par cette ville frontalière de l'Egypte, où s'entassent plus d'un million de Palestiniens déplacés par la guerre.

De nombreuses personnalités l'ont relayée sur Instagram, parmi lesquelles l'acteur chilo-américain Pedro Pascal, les mannequins d'origine palestinienne Bella et Gigi Hadid, et, en France, les acteurs Omar Sy et Marion Cotillard, le joueur de football Ousmane Dembélé ou encore l'influenceuse Léna Situations.

Selon plusieurs médias, cette image a d'abord été postée par le compte d'un photographe malaisien, @shahv4012, qui en relaie d'autres dénonçant la guerre à Gaza.

#alleyesonrafah

Le slogan "All eyes on Rafah" est également largement repris sur d'autres publications et réseaux sociaux, notamment sur X où le hashtag #alleyesonrafah cumule près d'un million d’occurrences, selon l'outil de veille de Visibrain.

Plus globalement, cette plateforme recense 27,5 millions de messages sur ce même réseau social publiés en trois jours sur l'attaque de Rafah, qui a fait dimanche 45 morts et 249 blessés, selon le ministère de la Santé du Hamas, et suscité une vague d'indignation mondiale.

La guerre a éclaté après une attaque sans précédent menée le 7 octobre sur le sol israélien à partir de la bande de Gaza par des commandos du mouvement islamiste palestinien Hamas, qui a entraîné la mort de plus de 1.189 personnes, majoritairement des civils, selon un décompte réalisé par l'AFP à partir des derniers chiffres officiels disponibles.

L'opération de représailles d'Israël a fait plus de 36.000 morts, en majorité des civils, et entraîné une crise humanitaire majeure dans le territoire palestinien, selon le ministère de la Santé du Hamas.

 


Mort de Maradona: le procès de son équipe médicale encore reporté

Les supporters argentins brandissent un maillot de Lionel Messi et une effigie représentant la légende du football Diego Maradona (Photo, AFP).
Les supporters argentins brandissent un maillot de Lionel Messi et une effigie représentant la légende du football Diego Maradona (Photo, AFP).
Short Url
  • Parmi ces huit praticiens, un neurochirurgien et médecin traitant, un médecin clinicien, une psychiatre, une psychologue, un chef infirmier, des infirmiers
  • Tous demeurent en liberté

BUENOS AIRES: Le procès très attendu de huit professionnels de santé pour négligence potentielle ayant entraîné la mort de Diego Maradona en 2020, qui devait commencer la semaine prochaine, a été reporté au 1er octobre par un tribunal argentin.

Le tribunal a par ailleurs décidé de ne pas accéder, "pour le moment", à la demande de transfert du corps de l'ex-star mondiale du football vers un futur mausolée formulée par ses enfants, selon une résolution mercredi dont l'AFP a obtenu copie.

Maradona, icône en Argentine et légende du football mondial, est décédé d'une crise cardio-respiratoire le 25 novembre 2020 à 60 ans, seul, sur un lit médicalisé d'une résidence de Tigre, au nord de Buenos Aires, où il était en convalescence après une neurochirurgie pour un hématome à la tête.

En mars 2023, la justice argentine avait confirmé en appel le procès à venir de huit professionnels de santé, qui avaient été envoyés en 2022 devant la justice pour négligence potentielle ayant entraîné la mort de Maradona.

Tous en liberté 

Parmi ces huit praticiens, un neurochirurgien et médecin traitant, un médecin clinicien, une psychiatre, une psychologue, un chef infirmier, des infirmiers. Tous demeurent en liberté.

Les accusés avaient contesté soit leur renvoi en procès, soit le chef retenu, évoquant un homicide involontaire. Mais la justice, en appel, a maintenu la qualification d'"homicide avec dol éventuel", soit une infraction caractérisée lorsqu'une personne commet une négligence tout en sachant que celle-ci peut entraîner la mort. Elle est passible de 8 à 25 ans de prison.

Mecredi, la chambre d'appel du Tribunal de San Isidro, dans la province de Buenos Aires, a décidé de "suspendre l'audience prévue le 4 juin et de la reprogrammer le 1er octobre à partir de 09H30 locales" (12H30 GMT).

Selon le tribunal, il existe "une série de questions soulevées par les différentes parties qu'il reste encore à résoudre avant le début des audiences".

Parmi ces recours, une infirmière -qui depuis le début dit n'avoir fait que suivre les directives des médecins- a demandé à être jugée à part, et par un jury populaire. Soulevant en retour des questions sur une égalité de traitement.

Devant la technicité des arguments impliqués et le temps requis, l'avocat des filles de Maradona, Dalma et Gianina, avait sollicité à son tour un report du procès, que le tribunal a octroyé.

Par ailleurs, dans la même résolution mercredi, le juge a décidé de ne pas accéder "pour le moment, au transfert de la dépouille" de Maradona, une sollicitude présentée il y a quelques semaines par ses filles, et son ex-compagne Veronica Ojeda.

L'idée est de transférer les restes de l'ancien N.10, qui repose dans un cimetière privé à Bella Vista, en banlieue de Buenos Aires, vers le quartier central de Puerto Madero. Pour en faire un mausolée où "le peuple argentin et les citoyens du monde puissent rendre hommage à celui qui fut la plus grande idole de l'Argentine".

Le juge a motivé sa décision temporaire d'"éventuelles mesures qui pourraient être requises" dans le cadre du procès.


Cinéma: «Un p'tit truc en plus» devient le plus gros succès de l'année dans les salles françaises

Le chemin de l'intégration reste encore long. Lors de la montée des marches, Artus a dû porter l'un de ses comédiens, Sofian Ribes, qui se déplace au fauteuil roulant. (Photo, AFP)
Le chemin de l'intégration reste encore long. Lors de la montée des marches, Artus a dû porter l'un de ses comédiens, Sofian Ribes, qui se déplace au fauteuil roulant. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le raz-de-marée observé depuis le 1er mai s'est poursuivi ces sept derniers jours, avec 1,1 million d'entrées supplémentaires
  • Cette comédie tendre, qui prend le parti de rire avec les personnes handicapées et non à leurs dépens, devance ainsi la super-production de Denis Villeneuve, (4,1 millions d'entrées)

PARIS: "Un p'tit truc en plus" que n'ont pas les blockbusters: porté par des acteurs en situation de handicap, le premier film d'Artus a attiré 4,5 millions de spectateurs en moins d'un mois à l'affiche, devenant le plus gros succès de l'année en salles devant "Dune, deuxième partie".

Le raz-de-marée observé depuis le 1er mai s'est poursuivi ces sept derniers jours, avec 1,1 million d'entrées supplémentaires, selon les chiffres diffusés par CBO Box-Office mercredi.

Cette comédie tendre, qui prend le parti de rire avec les personnes handicapées et non à leurs dépens, devance ainsi la super-production de Denis Villeneuve, (4,1 millions d'entrées) et la suite des aventures de Po dans "Kung Fu Panda 4" (2,3 millions) au sommet du box-office 2024.

Autre exploit, elle talonne désormais "Astérix et Obélix: l'empire du milieu" de Guillaume Canet, plus gros succès tricolore en salles depuis la crise sanitaire, qui avait attiré 4,6 millions de spectateurs en 2023 avec un budget bien supérieur.

De quoi prolonger le "rêve éveillé" d'Artus et sa bande, une semaine après leur montée des marches au Festival de Cannes pour ce film, qui avait d'emblée créé la surprise en signant le meilleur démarrage de l'année, porté par ses performances en région et un lancement opportun un jour férié.

Père et fils à l'écran, Clovis Cornillac et Artus y incarnent deux petits malfrats qui se cachent au milieu d'une colonie de vacances pour jeunes porteurs d'un handicap mental, afin d'échapper à la police. Artus se fait passer pour un pensionnaire et Clovis Cornillac pour son éducateur spécialisé.

Une dizaine de comédiens amateurs en situation de handicap y donnent la réplique au casting de professionnels, complété entre autres par Alice Belaïdi, apportant ce "p'tit truc en plus" qui avait pourtant rebuté certains producteurs frileux, selon Artus.

Ses scores au box-office sonnent comme une revanche pour cette figure de l'humour -- Victor-Artus Solaro de son vrai nom --, qui ne pouvait rêver mieux pour son tout premier long-métrage derrière la caméra, à 36 ans.

Petite "pierre"

"Dans cette époque un peu anxiogène, c'est un film qui fait du bien" et qui permet de découvrir "une population qu'on ne voit pas souvent", avait estimé le réalisateur pour expliquer cette ruée dans les salles obscures.

Son succès rappelle celui du drame "Le Huitième jour" (1996), porté par Daniel Auteuil et l'acteur trisomique Pascal Duquenne, et s'inscrit dans la lignée des cartons d'"Intouchables" (2011), avec Omar Sy et François Cluzet, et de "La famille Bélier" (2014), avec la chanteuse Louane.

Les associations oeuvrant pour les personnes en situation de handicap ont également bien accueilli cette comédie, estimant qu'elle représente une petite "pierre" bienvenue pour essayer d'améliorer la situation des principaux concernés.

En marge du Festival de Cannes, des personnalités du cinéma (Léa Drucker, Alexandra Lamy ou encore Eric Toledano et Olivier Nakache) ont signé une tribune, sur le site de Libération, pour une "réforme du statut des intermittents du spectacle, en direction des artistes handicapés" au cinéma et à la télé.

Mais le chemin de l'intégration reste encore long. Lors de la montée des marches, Artus a dû porter l'un de ses comédiens, Sofian Ribes, qui se déplace au fauteuil roulant.

"Cela n'est plus acceptable de voir ce genre d'images, c'est une atteinte à la dignité de la personne, que de devoir se faire porter jusqu'en haut", avait commenté par la suite la ministre déléguée chargée des personnes handicapées, Fadila Khattabi, dans le journal Nice-Matin.

"L'année prochaine, les marches devront être accessibles aux personnes en situation de handicap. Ça n'est pas à elles de s'adapter à la société, c'est à la société tout entière de s'adapter à elles", avait-elle insisté.