L’Arabie saoudite est au premier rang des pays arabes en termes de nombre de visiteurs en 2022

L’édition 2023 de l’ATM accueillera le sommet saoudien, qui se déroulera sur la scène mondiale et mettra l’accent sur l’incidence du tourisme au Royaume sur la refonte du paysage et des voyages régionaux. (Photo fournie)
L’édition 2023 de l’ATM accueillera le sommet saoudien, qui se déroulera sur la scène mondiale et mettra l’accent sur l’incidence du tourisme au Royaume sur la refonte du paysage et des voyages régionaux. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Mercredi 25 janvier 2023

L’Arabie saoudite est au premier rang des pays arabes en termes de nombre de visiteurs en 2022

  • Plus de 18 millions de voyageurs ont visité le Royaume au cours des neuf premiers mois de 2022, selon les données de l’Organisation mondiale du tourisme des nations unies
  • Conformément à la vision de l’Arabie saoudite, qui a pour ambition d’atteindre 100 millions de visiteurs par an d’ici à 2030, les dépenses touristiques du Royaume ont grimpé en flèche au premier semestre de l’année dernière

LE CAIRE: L’Arabie saoudite se classe au premier rang des pays arabes en matière de volume de touristes. En effet, plus de 18 millions de voyageurs se sont rendus dans le Royaume au cours des neuf premiers mois de 2022, selon les données de l’Organisation mondiale du tourisme des nations unies.

Les Émirats arabes unis (EAU) se classent en deuxième position avec 14,8 millions de visites, suivis par le Maroc avec 11 millions de touristes au cours des trois premiers trimestres de 2022.

Conformément à la vision de l’Arabie saoudite, qui a pour ambition d’atteindre 100 millions de visiteurs par an d’ici à 2030, les dépenses touristiques du Royaume ont grimpé en flèche, atteignant 7,2 milliards de dollars (1 dollar = 0,92 euro) au premier semestre de l’année dernière, selon les données publiées par le ministère saoudien de l’Investissement.

Ces chiffres que l’on n’a encore jamais vus ont attiré l’attention des experts du voyage du monde entier. Ces derniers les passeront au crible lors de l’édition 2023 de l’événement Arabian Travel Market (ATM), qui se tiendra au mois de mai à Dubaï.

L’événement accueillera le sommet saoudien qui se déroulera sur la scène mondiale et mettra l’accent sur l’incidence du tourisme au Royaume sur la refonte du paysage et des voyages régionaux, déclare l’organisateur de l’ATM dans un communiqué de presse.

«L’édition 2023 de l’ATM offrira un forum idéal dans lequel les professionnels du voyage et les décideurs politiques du Moyen-Orient et d’ailleurs pourront explorer les possibilités et les défis du secteur touristique en pleine croissance du Royaume», explique la directrice de l’ATM, Danielle Curtis, dans un communiqué.

Cet événement annuel devrait accueillir certaines des principales entreprises saoudiennes, notamment la compagnie aérienne Saudia, Flynas, Makkah Clock Royal Tower, Asma Hospitality Company, Eye of Riyadh, Itrip, Dur Hospitality, Sadana Real Estate et Saudi Amad pour les services aéroportuaires et l’aide au transport.

«Avec les mégadéveloppements à venir, comme Neom et le projet de la mer Rouge, et la manière dont les dernières réformes des visas du Royaume renforcent son secteur des voyages, nous nous attendons à ce que l’Arabie saoudite représente un atout majeur lors de la prochaine édition de l’ATM», ajoute Danielle Curtis.

L’édition 2023 de l’ATM, qui se tiendra du 1er au 4 mai, réunira plus de trente-quatre mille participants en provenance de plus de cent cinquante destinations. Ils analyseront les possibilités et les défis liés aux voyages durables.

L’ATM 2023 est organisé avec le concours de Dubai World Trade Center et on compte parmi ses partenaires stratégiques le Département de l’économie et du tourisme de Dubaï (partenaire de destination), Emirates (partenaire aérien) et IHG Hotels & Resorts (partenaire hôtelier).


Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Electricité nucléaire pour ses concurrents: EDF prend acte de la confirmation en justice

Le logo d'EDF (Photo, AFP).
Le logo d'EDF (Photo, AFP).
Short Url
  • Devant le Conseil d'État, EDF avait qualifié cette mesure d'aide d'État, estimant qu'elle aurait dû être notifiée à l'Europe
  • La juridiction administrative avait été saisie par EDF et des organisations de salariés et d'actionnaires

PARIS: EDF a "pris acte" dimanche soir de l'arrêt du Conseil d’État, qui a jugé légale la décision du gouvernement d'obliger le groupe à vendre davantage d'électricité bon marché en 2022 à ses concurrents pour contenir la facture des Français.

La juridiction administrative avait été saisie par EDF et des organisations de salariés et d'actionnaires.

Les requérants demandaient l'annulation d'un décret de mars 2022 prévoyant le relèvement du plafond de l'Arenh ("Accès régulé à l'électricité nucléaire historique"), un mécanisme permettant aux concurrents d'EDF d'acheter une partie de sa production d'électricité nucléaire à bas prix.

"EDF prend acte de la décision du Conseil d’État", a réagi le groupe dans un communiqué dimanche.

"La procédure indemnitaire engagée par EDF devant le Tribunal administratif de Paris pour obtenir la réparation intégrale par l’État des préjudices subis par EDF (...) se poursuit", ajoute-t-il.

Le gouvernement avait décidé de relever de 100 à 120 térawattheures (TWh) l'Arenh attribué pour 2022 aux concurrents d'EDF, qui depuis réclame une indemnité de plus de 8 milliards d'euros.

Devant le Conseil d'État, EDF avait qualifié cette mesure d'aide d'État, estimant qu'elle aurait dû être notifiée à l'Europe.

Mais pour la juridiction, "cette mesure est conforme" car elle "ne crée pas un nouveau dispositif, mais a seulement augmenté le volume global maximal d'électricité susceptible d'être cédé".

Ce relèvement "répond aux objectifs de la loi de 2010 — garantir le libre choix du fournisseur et la stabilité des prix —, et n'est pas excessif pour les atteindre compte tenu du contexte exceptionnel" de hausse des prix de l'énergie, ajoutait le Conseil d'État, dans sa décision annoncée vendredi.


Risques de pénuries suite aux sanctions contre la Russie, avertit le ministre saoudien de l'Energie

Le ministre saoudien de l'Energie, le prince Abdelaziz ben Salman. (AFP/File)
Le ministre saoudien de l'Energie, le prince Abdelaziz ben Salman. (AFP/File)
Short Url
  • Le prince Abdelaziz ben Salman a déclaré que l'Arabie saoudite œuvrait, pour sa part, à l'envoi de gaz de pétrole liquéfié en Ukraine, le GPL étant le plus souvent utilisé comme combustible de cuisson et pour le chauffage
  • «Toutes ces soi-disant sanctions, embargos, manque d'investissements, se traduiront par une seule et unique chose : une pénurie d'approvisionnement en énergie de toutes sortes au moment où l'on en a le plus besoin», a averti le ministre

RIYAD : L'UE ayant imposé une série de sanctions contre la Russie, réduisant les exportations d'énergie russe, et d'autres puissances occidentales ayant également pris des mesures similaires dans le but de limiter davantage la capacité de Moscou à financer sa guerre en Ukraine, on ne peut que s’interroger sur l'impact de ces mesures commerciales sur le marché de l'énergie.

«Toutes ces soi-disant sanctions, embargos, manque d'investissements, se traduiront par une seule et unique chose : une pénurie d'approvisionnement en énergie de toutes sortes au moment où l'on en a le plus besoin», a averti samedi le ministre saoudien de l'Energie, le prince Abdelaziz ben Salman.

Le prince a également déclaré que l'Arabie saoudite œuvrait, pour sa part, à l'envoi de gaz de pétrole liquéfié en Ukraine. Le GPL est le plus souvent utilisé comme combustible de cuisson et pour le chauffage.

Interrogé sur les leçons à tirer de la dynamique du marché de l'énergie en 2022, le prince Abdulaziz a déclaré que la plus importante était que le reste du monde fasse "confiance à l'OPEP+".

«Nous sommes un groupe de pays responsables, nous prenons les questions politiques relatives à l'énergie et aux marchés pétroliers de manière globale et nous ne nous engageons pas dans des questions politiques", a déclaré le prince.

L'OPEP+, une alliance qui comprend des membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et d'autres pays, dont la Russie, a convenu l'année dernière de réduire son objectif de production de 2 millions de barils par jour, soit environ 2 % de la demande mondiale, à partir de novembre et jusqu'à la fin de 2023, afin de soutenir le marché.

Un groupe d'experts de l'OPEP+ qui s'est réuni mercredi dernier a entériné cette décision et le principal message tout au long de la réunion était que le groupe maintiendrait le cap jusqu'à la fin de l'accord.

Le prince Abdelaziz a en outre réaffirmé que l’Arabie saoudite resterait prudente quant à l'augmentation de la production de pétrole, même si plusieurs analystes de premier plan affirment que la hausse de la demande déclenchera bientôt un bond des prix, rapporte Bloomberg.

«Je le croirai quand je le verrai et j'agirai ensuite», a-t-il ajouté.

Le ministre saoudien de l'Energie a par ailleurs déclaré que la décision prise par l'OPEP+ en octobre de réduire la production de 2 millions de barils par jour s'était avérée correcte. 

«Si les gens nous avaient fait confiance à l'époque, nous n'aurions pas subi les trépidations qui se sont produites», a-t-il déclaré, faisant référence à une flambée des prix à près de 100 dollars le baril après que l'OPEP+ a annoncé sa décision.

 


Le télétravail, une «arme anti-grèves» à l'efficacité relative

En janvier 2021, 27% des salariés le pratiquaient, contre 4% en 2019, selon une étude de la Dares (Photo, AFP).
En janvier 2021, 27% des salariés le pratiquaient, contre 4% en 2019, selon une étude de la Dares (Photo, AFP).
Short Url
  • Depuis l'hiver 2019-2020, la Covid a poussé les employeurs publics et privés à étendre largement le télétravail
  • Pour palier les effets de la grève, 25% des entreprises se disent prêtes à prendre en charge les frais de taxis/VTC

PARIS: C'est une petite phrase, glissée par un cadre de la majorité avant le début des mobilisations contre la réforme des retraites: le télétravail serait "l'arme anti-grève absolue". Une affirmation qui doit être relativisée, selon les syndicats comme le patronat.

"On ne cautionne pas du tout cette idée d'arme anti-grève", affirme à l'AFP Jean-Eudes du Mesnil, secrétaire général de la CPME, la confédération des PME. Mais "que ça gêne moins les salariés, c'est une réalité, tant mieux d'ailleurs, on ne va pas s'en plaindre".

Même constat côté syndical: à Paris, "la multiplication des alternatives de mobilité et le phénomène du télétravail diminuent énormément l'impact d'une grève", dit à l'AFP Arole Lamasse, secrétaire général de l'Unsa-RATP.

Depuis l'hiver 2019-2020, et la grève d'une longueur historique menée par les agents de la RATP contre la précédente réforme des retraites, le Covid est passé par là, poussant les employeurs publics et privés à étendre largement le télétravail.

En janvier 2021, 27% des salariés le pratiquaient, contre 4% en 2019, selon une étude de la Dares, la direction Statistiques du ministère du Travail, publiée en février 2022.

Dans les gares, nombreux sont les salariés qui s'accommodent de plus ou moins bonne grâce de la grève en anticipant de rester chez eux. "Demain je vais faire du télétravail. Je peux le faire, donc pour moi ça va. Mais, c’est quand même pas le cas pour tout le monde. Ce qui est pénible, ce sont les trains supprimés la veille", expliquait le 30 janvier à Paris François Coen, consultant en communication de 41 ans.

Vice-président délégué de l'ANDRH (Association nationale des DRH), Benoît Serre met cependant en garde contre une vision "très centrée sur l'Ile-de-France", où 40% des postes sont "télétravaillables".

"Si la grève commence à se multiplier toutes les semaines ou plusieurs jours d'affilée, l'arme va s'émousser", note-t-il, car cela "désorganise les entreprises et empêche certaines activités, les séminaires par exemple".

Obligés d'innover 

Pour M. du Mesnil, de la CPME, à mesure que la grève dure, "l'impact est grandissant". Pour l'heure, les syndicats des transports n'ont pas eu recours à la grève reconductible.

Directrice générale du Medef Ile-de-France, Marie-Sophie Ngo Ky remarque que si beaucoup de postes sont +télétravaillables+ en région parisienne, les salariés y sont "extrêmement dépendants" des transports en commun: "plus de 75% des personnes qui travaillent les prennent", dit-elle.

"Toutes nos entreprises adhérentes sont perturbées par les journées de grève, même si pour près d'un quart d'entre elles, les bouleversements sont minimes", selon une enquête menée par le Medef Ile-de-France.

Pour palier les effets de la grève, 25% des entreprises se disent prêtes à prendre en charge les frais de taxis/VTC de leurs salariés, 15% les nuits d'hôtel, selon cette enquête. Mais cela a "un coût".

L'effet du télétravail ne se limite pas à amoindrir la capacité de "blocage" des syndicats. Il est aussi plus "difficile de joindre des salariés" qui travaillent de chez eux et donc de les mobiliser lors d'une action, constate Fabrice Angei, secrétaire confédéral CGT.

Cela "a également une influence sur la participation aux grèves: plus il est possible et répandu dans l'entreprise, plus les salariés vont faire le choix d'y recourir plutôt que de faire grève", analyse auprès du Point le docteur en sciences politiques Tristan Haute.

Face à cette nouvelle donne, les syndicats doivent innover. "On va adapter notre manière de nous mobiliser: occupations de locaux, réunions bloquées, droit de retrait...", énumère M. Lamasse. "La résistance passe par la pétition, aller devant les préfectures (...), le mouvement social change de forme", appuie Dominique Corona (Unsa).

Et "moins de blocage, cela peut entraîner plus de sympathie pour le mouvement", note-t-il.