Ukraine: la cheffe de la diplomatie française à Odessa

Des gens marchent dans une rue alors que de la fumée monte après un bombardement à Odessa. (Photo, AP)
Des gens marchent dans une rue alors que de la fumée monte après un bombardement à Odessa. (Photo, AP)
Short Url
Publié le Jeudi 26 janvier 2023

Ukraine: la cheffe de la diplomatie française à Odessa

  • Son arrivée a été retardée en raison de la nouvelle salve de missiles russes qui a fait au moins un mort à Kiev et provoqué des pannes de courant dans plusieurs régions
  • C'est la quatrième visite de Catherine Colonna en Ukraine depuis le déclenchement de la guerre par la Russie le 24 février 2022

ODESSA: La cheffe de la diplomatie française est arrivée jeudi à Odessa (sud-ouest), dont la région a été visée le même jour par une nouvelle salve de missiles russes, pour afficher le soutien de Paris à l'Ukraine.

"A Odessa ! Pour marquer le soutien de la France à la souveraineté de l'Ukraine, aujourd'hui comme hier", a tweeté Catherine Colonna, tandis que deux sites énergétiques essentiels de la région ont été endommagés par des frappes.

"Merci pour votre visite courageuse" a répondu sur le même canal son homologue ukrainien Dmytro Kouleba, jugeant "crucial" l'appui français, à l'approche du premier anniversaire de l'invasion de son pays par la Russie.

La ministre française avait fait escale mercredi soir en Moldavie avant de se rendre jeudi à Odessa. Son arrivée a été retardée en raison de la nouvelle salve de missiles russes qui a fait au moins un mort à Kiev et provoqué des pannes de courant dans plusieurs régions.

Mme Colonna et M. Kouleba feront notamment "le point sur les besoins immédiats et urgents des Ukrainiens en matières militaire et civile", a dit une source diplomatique.

Il s'agit d'approvisionner les Ukrainiens en matériels qui soient "cohérents avec leurs besoins", a-t-elle précisé, ajoutant que le président ukrainien Volodymyr Zelensky n'avait "pas exprimé de besoin de chars (français) Leclerc" pour des raisons "évidentes", à savoir des problématiques de logistique, d'entretien et de stocks.

"Pour une armée, quelle qu'elle soit, avoir dans ses forces 10 types de chars différents, crée une équation logistique qui est quasiment insoluble", a mis en avant cette source, insistant sur le fait que les Ukrainiens "voulaient depuis le départ" des chars Leopard 2 que l'Allemagne a finalement promis, mercredi, de livrer à l'Ukraine.

C'est la quatrième visite de Catherine Colonna en Ukraine depuis le déclenchement de la guerre par la Russie le 24 février 2022.

Sa présence à Odessa est hautement symbolique au lendemain de l'inscription par l'Unesco du centre historique de cette célèbre ville des bords de la mer Noire sur la liste du patrimoine mondial en péril, en raison des "menaces de destruction" planant sur elle.

Odessa, c'est aussi "la porte d'entrée pour la déstabilisation encore plus forte de la Moldavie, de la Roumanie et du territoire européen dans son ensemble", a expliqué la source diplomatique. Catherine Colonna devait aussi visiter un centre de réfugiés en provenance de Kherson (sud), dans lequel opèrent des ONG soutenues financièrement par son ministère.

Elle est attendue vendredi en Roumanie, où elle s'entretiendra à Bucarest avec le président et le Premier ministre de ce pays.

La ministre se rendra auparavant à Cincu, une base militaire utilisée par l'Otan où est déployé le bataillon Leclerc, qui est la contribution française à la présence renforcée de l'Alliance atlantique sur son flanc oriental, avec des soldats néerlandais et belges.

Catherine Colonna sera accompagnée de ses homologues roumain, Bogdan Aurescu, et néerlandais, Wopke Hoekstra. Elle devait retourner vendredi soir à Paris.


Retraites: La justice suspend une interdiction de rassemblement nocturne à Paris

Le tribunal a estimé que l'interdiction générale de manifester dans plusieurs secteurs de Paris n'était "ni nécessaire ni proportionnée à la préservation de l'ordre public" (Photo, AFP).
Le tribunal a estimé que l'interdiction générale de manifester dans plusieurs secteurs de Paris n'était "ni nécessaire ni proportionnée à la préservation de l'ordre public" (Photo, AFP).
Short Url
  • L'arrêté du préfet de police interdisait de manifester entre samedi à 17h00 et dimanche à 3h00 du matin
  • La LDH, le SAF et le Syndicat de la magistrature reprochaient à la préfecture de police d'avoir pris «en catimini»

PARIS: Le tribunal administratif de Paris a annulé samedi un arrêté du préfet de police interdisant des rassemblements, jugeant qu'il portait atteinte à la liberté de manifester, selon l'ordonnance du juge des référés consultée par l'AFP.

Saisi en urgence par plusieurs organisations dont la Ligue des droits de l'homme (LDH), le Syndicat des avocats de France (SAF) et Solidaires, le tribunal a estimé que l'interdiction générale de manifester dans plusieurs secteurs de Paris n'était "ni nécessaire ni proportionnée à la préservation de l'ordre public".

L'arrêté du préfet de police Laurent Nuñez visé, publié vendredi, interdisait de manifester entre samedi à 17h00 et dimanche à 3h00 du matin dans plusieurs secteurs de Paris, proches de lieux de pouvoir ou ayant été ces dernières semaines le lieu d'affrontements entre manifestants et forces de l'ordre.

Il interdisait également, aux abords et au sein des manifestations, le port d'engins pyrotechniques, de substances dangereuses ou "d'équipements de protection destinés à mettre en échec" le maintien de l'ordre.

Le tribunal administratif a jugé ces deux interdictions disproportionnées, soulignant que plusieurs manifestations déclarées samedi à Paris se sont déroulées sans heurts.

La LDH, le SAF et le Syndicat de la magistrature reprochaient à la préfecture de police d'avoir pris "en catimini", "sans que personne n'en soit informé", des arrêtés quotidiens interdisant les rassemblements dans une grande partie du centre de la capitale.

Celui interdisant les "rassemblements non déclarés" entre lundi dernier 17h00 et mardi 03h00 a par exemple été publié à 17h30.

"Pourquoi ne pas faire connaître et rendre clairement lisibles les arrêtés si le but est que les gens ne manifestent pas ?", s'était interrogé le SAF.


Borne juge l'interview de Schiappa dans Playboy «pas du tout appropriée», la gauche vent debout

La Première ministre française Elisabeth Borne (Photo, AFP).
La Première ministre française Elisabeth Borne (Photo, AFP).
Short Url
  • Plusieurs responsables de gauche se sont émus de la communication du gouvernement en pleine crise sociale
  • La secrétaire d'État chargée de l'Économie sociale et solidaire a accordé un long entretien sur les droits des femmes dans le numéro du magazine de charme

PARIS: Elisabeth Borne a appelé Marlène Schiappa pour lui dire que son interview dans Playboy n'était "pas du tout appropriée" dans le contexte actuel, tandis que la gauche s'est indignée de cette communication en pleine crise sociale.

La secrétaire d'État chargée de l'Économie sociale et solidaire a accordé un long entretien sur les droits des femmes dans le numéro du magazine de charme à paraître jeudi, posant à la Une, habillée d'une longue robe blanche.

La Première ministre lui a fait savoir que ce n'était "pas du tout approprié, à plus forte raison dans la période actuelle", a-t-on appris samedi auprès de l'entourage d'Elisabeth Borne, confirmant une information de BFMTV.

Plusieurs responsables de gauche se sont émus de la communication du gouvernement en pleine crise sociale, après cette Une de Playboy et l'interview d'Emmanuel Macron dans Pif.

Quant au ministre du Travail Olivier Dussopt, en première ligne sur la réforme des retraites, il a récemment accordé un entretien au journal Têtu, dans lequel il révèle son homosexualité.

"On est en plein dans une crise sociale, il y a un sujet sur le maintien de l'ordre, il y a des personnes entre la vie et la mort et j'ai l'impression d'un écran de fumée, entre Têtu, Pif Gadget et Playboy", a déploré sur BFMTV la députée écologiste Sandrine Rousseau.

"Quel est le respect du peuple français, des personnes qui vont devoir travailler deux ans de plus, qui manifestent, qui perdent des journées de salaires, qui n'arrivent pas à manger à cause de l'inflation", a-t-elle ajouté. "Le corps des femmes doit pouvoir être exposé partout, j'ai pas de problème avec ça, mais là il y a un sujet social".

"Dans un pays où le Président s'exprime dans Pif et sa ministre Schiappa dans Playboy, le problème ce serait l'opposition. La France déraille", a twitté le leader de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon.

Et Fabien Roussel, secrétaire national du PCF, d'ironiser: "Il ne suffit pas de s'abonner à Pif pour connaître les intentions du gouvernement, il faut aussi s'abonner à Playboy..."

"Défendre le droit des femmes à disposer de leurs corps, c’est partout et tout le temps", a répondu Marlène Schiappa dans un tweet: "En France, les femmes sont libres. N’en déplaise aux rétrogrades et aux hypocrites".


Le Pen refusera d'être Première ministre si le RN remportait des législatives anticipées

La présidente du parti français d'extrême droite Rassemblement national (RN) Marine Le Pen (Photo, AFP).
La présidente du parti français d'extrême droite Rassemblement national (RN) Marine Le Pen (Photo, AFP).
Short Url
  • «Emmanuel Macron n’ira pas au référendum, il a peur du peuple»
  • Son parti, porté par de bons sondages, apparaît comme la force politique qui profite le mieux de la crise politique et sociale actuelle

PARIS: Marine Le Pen refusera d'être Première ministre en cas de dissolution de l'Assemblée nationale et de victoire du Rassemblement national à des élections législatives anticipées, souhaitant se consacrer à la présidentielle de 2027, assure-t-elle samedi dans un entretien à Ouest-France.

Son parti, porté par de bons sondages, apparaît comme la force politique qui profite le mieux de la crise politique et sociale actuelle.

Et, en cas de dissolution, "je pense que nous pouvons envisager une majorité", estime la cheffe de file des députés RN.

Il y aurait alors "un Premier ministre Rassemblement national à la tête d’une équipe composée des forces politiques qui souhaiteront participer à un gouvernement d’union nationale", moi, "j'envisage d’être présidente de la République" en 2027, a ajouté la triple candidate malheureuse à l'élection présidentielle.

En cas d'accession à l'Elysée, elle assure qu'elle reviendra sur la réforme d'Emmanuel Macron et le report à 64 ans de l'âge légal de départ à la retraite.

Pendant la campagne présidentielle de 2022, Marine Le Pen a défendu le maintien de la retraite à 62 ans, souhaitant cependant permettre aux Français rentrés avant 20 ans sur le marché du travail de partir à 60 ans s'ils ont cotisé au moins 40 annuités.

"Je proposerais à la représentation nationale, ou par référendum, d’adopter (cette) réforme", affirme-t-elle dans Ouest-France, dénonçant "la relation toxique" qu'entretient le chef de l'Etat avec les Français, "qu’il jette les uns contre les autres, en exacerbant les tensions".

Après avoir longtemps réclamé un référendum sur les retraites, Marine Le Pen a appelé à la dissolution de la chambre basse après l'utilisation du 49.3 et le rejet de la motion de censure.

"Emmanuel Macron n’ira pas au référendum, il a peur du peuple", estime la députée RN.

Et "il ne procédera à une dissolution que s’il y est contraint", c'est-à dire, selon elle, "en cas de drame".

Au RN, certains cadres restent inquiets des risques d'élections législatives anticipées. En recueillant 22% d'intentions de vote, le parti d'extrême droite améliorerait certes de trois points son score de juin, selon une étude Harris Interactive réalisée début mars, mais il n'aurait gagné qu'une dizaine de députés, très loin de toute majorité, fût-elle relative.