Le chef de l'Otan demande à Séoul d'«intensifier» son aide à l'Ukraine

Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, s'exprime lors d'une conversation à l'Institut Chey, à Séoul, le 30 janvier 2023. (AFP).
Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, s'exprime lors d'une conversation à l'Institut Chey, à Séoul, le 30 janvier 2023. (AFP).
Short Url
Publié le Lundi 30 janvier 2023

Le chef de l'Otan demande à Séoul d'«intensifier» son aide à l'Ukraine

  • «Si nous croyons en la liberté, en la démocratie, si nous ne voulons pas que les autocraties et le totalitarisme ne l'emportent, alors ils ont besoin d'armes», a plaidé le chef de l'Otan M. Stoltenberg à Séoul
  • Le chef de l'Otan souligne que des pays comme l'Allemagne et la Norvège, qui avaient une législation similaire à celle de la Corée du Sud en matière d'exportation d'armes, ont revu leur politique pour soutenir Kiev

SEOUL : Le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg a demandé lundi à la Corée du Sud d'"intensifier" son aide militaire à l'Ukraine, lui suggérant de réviser sa politique qui consiste à ne pas fournir d'armes aux pays en guerre.

"Si nous croyons en la liberté, en la démocratie, si nous ne voulons pas que les autocraties et le totalitarisme ne l'emportent, alors ils ont besoin d'armes", a plaidé M. Stoltenberg lundi à l'institut Chey de Séoul, appelant Séoul à en faire plus pour Kiev.

Il avait rencontré la veille des hauts responsables du gouvernement sud-coréen, dont le ministre des Affaires étrangères Park Jin, dans le cadre d'une tournée pour renforcer les liens entre l'Otan et ses alliés en Asie.

La Corée du Sud est un exportateur d'armes de plus en plus important au niveau mondial et elle a récemment paraphé des contrats pour vendre plusieurs centaines de chars à des pays européens, dont la Pologne, membre de l'organisation atlantiste.

Mais ses lois l'empêchent d'en vendre à des nations en guerre, rendant difficile les livraisons d'armes à l'Ukraine, à laquelle Séoul a tout de même fourni des équipements non létaux et de l'aide humanitaire.

Kiev a "un besoin urgent de plus de munitions", a déclaré Jens Stoltenberg, soulignant que des pays comme l'Allemagne et la Norvège, qui avaient une législation similaire à celle de la Corée du Sud en matière d'exportation d'armes, ont revu leur politique pour soutenir Kiev.

La Corée du Sud a ouvert sa première mission diplomatique auprès de l'Otan l'année dernière.

Le défi de la Chine

M. Stoltenberg a affirmé qu'il était "extrêmement important que le président Poutine ne gagne pas cette guerre", estimant que cela rendrait le monde plus dangereux.

En cas de victoire russe, "le message aux dirigeants autoritaires, également dans cette partie du monde, à Pékin, sera que le recours à la force est le moyen d'obtenir ce que vous voulez", a-t-il dit.

Il a ajouté que l'Otan ne considérait pas la Chine comme un "adversaire" et qu'elle croyait à l'engagement commun sur des questions allant du contrôle des armes au changement climatique.

Les alliés de l'Otan continuent de commercer avec la Chine, mais la vulnérabilité énergétique européenne, mise en exergue par la guerre, prouve qu'il ne faut pas devenir "trop dépendant de puissances autoritaires", a-t-il ajouté.

Le secrétaire général de l'Otan a également prévenu que l'armée russe se préparait à un nouvel effort de guerre et recevait des armes notamment de la part de la Corée du Nord, d'après des renseignements transmis par la Maison Blanche.

Pyongyang a démenti dimanche et prévenu que les Etats-Unis s'exposeraient à un "résultat vraiment indésirable" s'ils continuaient à répandre cette "rumeur créée de toutes pièces".

Le gouvernement nord-coréen a estimé que cette accusation était une "tentative stupide de justifier" l'envoi prochain d'engins militaires à l'Ukraine par Washington, qui a promis la semaine dernière la livraison de 31 chars Abrams à Kiev.


L'Ukraine veut une réunion de l'ONU pour mettre fin au « chantage nucléaire» de la Russie

Des soldats ukrainiens participent à des exercices militaires simulant une éventuelle attaque dans la zone de Tchernobyl à quelques kilomètres de la frontière avec la Biélorussie, le 20 février 2023. (Photo, AFP)
Des soldats ukrainiens participent à des exercices militaires simulant une éventuelle attaque dans la zone de Tchernobyl à quelques kilomètres de la frontière avec la Biélorussie, le 20 février 2023. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les responsables russes ont multiplié depuis un an les menaces à peine voilées de se servir de l'arme nucléaire si le conflit avec Kiev venait à connaître une escalade significative
  • Samedi, Vladimir Poutine a annoncé que la Russie allait déployer des armes nucléaires tactiques au Bélarus et que dix avions avaient déjà été équipés pour être prêts à utiliser ce genre d'armement

KIEV: L'Ukraine a appelé dimanche à organiser une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU pour contrer le "chantage nucléaire" de la Russie, après l'annonce par Vladimir Poutine que Moscou allait déployer des armes nucléaires au Bélarus.

Les responsables russes ont multiplié depuis un an les menaces à peine voilées de se servir de l'arme nucléaire si le conflit avec Kiev venait à connaître une escalade significative. Le Bélarus, un allié de Moscou, est frontalier de l'Ukraine, de la Pologne et de la Lituanie.

"L'Ukraine attend des actions efficaces pour contrer le chantage nucléaire du Kremlin de la part du Royaume-Uni, de la Chine, des Etats-Unis et de la France" en tant que membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU, a déclaré le ministère ukrainien des Affaires étrangères dans un communiqué.

"Nous demandons qu'une réunion extraordinaire du Conseil de sécurité des Nations unies soit immédiatement convoquée à cette fin", a-t-il ajouté en appelant aussi le G7 et l'Union européenne à faire pression sur le Bélarus en le menaçant de "conséquences considérables" s'il venait à accepter le déploiement russe.

Premier pays occidental à réagir à l'annonce de Vladimir Poutine, l'Allemagne a dénoncé une "nouvelle tentative d'intimidation nucléaire" de la part de Moscou. "Nous n'allons pas nous laisser dévier de notre cap" par ces menaces, a indiqué à l'AFP un responsable du ministère des Affaires étrangères sous couvert de l'anonymat.

L'Otan a fustigé une "rhétorique nucléaire dangereuse et irresponsable", disant "suivre la situation de près".

Plus tôt dimanche, le secrétaire du Conseil de sécurité ukrainien Oleksiï Danilov avait estimé que "le Kremlin a pris le Bélarus comme otage nucléaire" et représentait un "pas vers la déstabilisation interne du pays", dirigé depuis 1994 par Alexandre Loukachenko.

«Faire peur»

Samedi, Vladimir Poutine a annoncé que la Russie allait déployer des armes nucléaires "tactiques" au Bélarus et que dix avions avaient déjà été équipés pour être prêts à utiliser ce genre d'armement.

"Il n'y a rien d'inhabituel ici : les Etats-Unis font cela depuis des décennies. Ils déploient depuis longtemps leurs armes nucléaires tactiques sur le territoire de leurs alliés", a déclaré M. Poutine lors d'une interview à la télévision russe.

"Nous avons convenu de faire de même", a-t-il ajouté, disant prévoir de "former les équipages" à partir du 3 avril et de "terminer la construction d'un entrepôt spécial pour les armes nucléaires tactiques sur le territoire du Bélarus" le 1er juillet.

Les Etats-Unis stockent des armes à composante nucléaire dans des bases en Belgique, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas et en Turquie. Les armes nucléaires "tactiques" ont une puissance moindre par rapport à celles dites "stratégiques" mais leurs effets restent mortels et imprévisibles.

M. Poutine "admet qu'il a peur de perdre (la guerre) et que tout ce qu'il peut faire, c'est de faire peur", a déclaré dimanche sur Twitter un conseiller présidentiel ukrainien, Mykhaïlo Podoliak.

Il a également accusé le dirigeant russe de "violer le traité de non-prolifération nucléaire".

M. Poutine, lors de son annonce, avait précisé que ce déploiement au Bélarus se ferait "sans contrevenir à nos accords internationaux sur la non-prolifération nucléaire".

Si le Bélarus ne prend pas part directement au conflit en Ukraine, Moscou s'est servi de son territoire pour conduire son offensive sur Kiev l'année dernière ou pour mener des frappes, selon les autorités ukrainiennes.

Obus à l'uranium

Vladimir Poutine a motivé sa décision samedi par la volonté du Royaume-Uni d'envoyer des munitions à uranium appauvri à l'Ukraine, comme évoqué récemment par une responsable britannique.

M. Poutine a menacé de recourir également à ce type d'obus, utilisé pour percer les blindages, si Kiev venait à en recevoir.

Il a qualifié ce type d'obus d'arme parmi "les plus dangereuses" et qui "génère ce que l'on appelle des poussières de radiation".

Lors de récentes négociations à Moscou entre Vladimir Poutine et Xi Jinping, les deux dirigeants avaient énoncé dans une déclaration commune qu'une guerre nucléaire "ne doit jamais être déclenchée", car "il ne peut y avoir de vainqueurs".

Plusieurs responsables russes, dont l'ancien président Dmitri Medvedev, ont toutefois menacé l'Ukraine et les Occidentaux de l'arme nucléaire depuis le début de l'offensive russe lancée le 24 février 2022.

La Russie a en outre suspendu le mois dernier l'important traité de désarmement nucléaire New Start signé avec les Etats-Unis, bien qu'elle a promis de respecter la limitation de son arsenal nucléaire jusqu'à la fin effective de cet accord le 5 février 2026.

La doctrine nucléaire russe ne prévoit pas l'utilisation préventive par la Russie de l'arme nucléaire, mais seulement en réponse à une attaque contre elle ou ses alliés, ou en cas de "menace sur l'existence même de l'Etat".


Armes nucléaires au Bélarus: «La rhétorique de la Russie est dangereuse et irresponsable», estime l'Otan

Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, quitte une conférence de presse après une réunion des ministres de la Défense de l'alliance au siège de l'OTAN à Bruxelles le 16 mars 2022 (Photo, AFP).
Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, quitte une conférence de presse après une réunion des ministres de la Défense de l'alliance au siège de l'OTAN à Bruxelles le 16 mars 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • «L'Otan est vigilante et nous suivons de près la situation», a déclaré la porte-parole de l'Alliance, Oana Lungescu
  • «Nous n'avons constaté aucun changement dans le dispositif nucléaire de la Russie qui nous amènerait à ajuster le nôtre», a-t-elle souligné

BRUXELLES: "La rhétorique nucléaire de la Russie est dangereuse et irresponsable", a estimé dimanche l'Otan après l'annonce par le président russe Vladimir Poutine d'un déploiement d'armes nucléaires "tactiques" sur le territoire de son allié, le Bélarus.

"L'Otan est vigilante et nous suivons de près la situation", a déclaré la porte-parole de l'Alliance, Oana Lungescu. "Nous n'avons constaté aucun changement dans le dispositif nucléaire de la Russie qui nous amènerait à ajuster le nôtre", a-t-elle souligné.

Vladimir Poutine a justifié le déploiement d'armes nucléaires au Bélarus par les déploiements d'armes américaines en Europe.

"Il n'y a rien d'inhabituel ici : les Etats-Unis font cela depuis des décennies. Ils déploient depuis longtemps leurs armes nucléaires tactiques sur le territoire de leurs alliés", a déclaré le président russe lors d'une interview diffusée samedi à la télévision. "Nous avons convenu de faire de même", a-t-il ajouté, en précisant avoir l'accord de Minsk.

"La référence de la Russie au partage nucléaire de l'Otan est totalement trompeuse. Les alliés de l'Otan agissent dans le plein respect de leurs engagements internationaux. La Russie n'a cessé de violer ses engagements en matière de maîtrise des armements, suspendant dernièrement sa participation au nouveau traité START", a réagi la porte-parole de l'Otan. "La Russie doit revenir au respect de ses engagements et agir de bonne foi", a ajouté Oana Lungescu.

Des responsables russes ont émis à plusieurs reprises des menaces à peine voilées de se servir de l'arme nucléaire en Ukraine en cas d'escalade significative du conflit. Dirigé depuis 1994 par Alexandre Loukachenko, le Bélarus est frontalier de l'Ukraine, de la Pologne et de la Lituanie.


Le navire humanitaire Louise Michel immobilisé par l'Italie

Le navire de sauvetage Louise Michel financé par l'artiste britannique Banksy est photographié après une opération de sauvetage au large de Malte, le 29 août 2020 (Photo, AFP).
Le navire de sauvetage Louise Michel financé par l'artiste britannique Banksy est photographié après une opération de sauvetage au large de Malte, le 29 août 2020 (Photo, AFP).
Short Url
  • Les gardes-côtes ont confirmé l'immobilisation de l'ancien navire de la Marine française, décoré par l'artiste Banksy, l'un de ses sponsors
  • Le Louise Michel s'est vu assigner le port de Trapani, en Sicile, mais «a contrevenu à cette injonction en se dirigeant vers trois autres bateaux de migrants»

ROME: Le navire humanitaire allemand Louise Michel, qui porte secours aux migrants tentant de traverser la Méditerranée, est immobilisé depuis samedi sur l'île de Lampedusa par les autorités italiennes, a annoncé dimanche l'ONG l'ayant affrété.

"Nous savons qu'il y a des dizaines de bateaux en détresse aux abords de l'île en ce moment même, mais nous sommes empêchés de leur porter secours. C'est inacceptable!", a dénoncé l'ONG du même nom sur son compte Twitter.

Dans un communiqué, les gardes-côtes ont confirmé l'immobilisation de l'ancien navire de la Marine française, décoré par l'artiste Banksy, l'un de ses sponsors.

Après avoir effectué une première opération de secours dans les eaux libyennes, le Louise Michel s'est vu assigner le port de Trapani, en Sicile, mais "a contrevenu à cette injonction en se dirigeant vers trois autres bateaux de migrants", ont-ils justifié.

Depuis son entrée en fonction en octobre 2022, l'exécutif italien à majorité d'extrême droite a multiplié les entraves aux opérations des navires humanitaires en Méditerranée et engagé un bras de fer avec ses partenaires européens pour obtenir d'eux davantage de solidarité dans l'accueil des migrants.

Un décret entré en vigueur au début de l'année oblige les navires humanitaire à effectuer un seul sauvetage à la fois, ce qui, selon les critiques, augmente le risque de décès en Méditerranée centrale, considérée par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) comme la route migratoire la plus dangereuse au monde.

L'agence onusienne estime qu'en 2022, 1 417 migrants y ont disparu.

Dans le cas du Louise Michel, navire de taille modeste (30 mètres), l'interdiction qui lui était faite de réaliser plusieurs interventions à la fois était destinée à éviter qu'il "ne prenne à bord un nombre de personnes tel qu'il puisse nuire à sa sécurité et à celle des embarcations de migrants auxquelles ils portent secours", ont fait valoir les gardes-côtes.

Ces derniers jours, des milliers de migrants ont débarqué sur l'île de Lampedusa, au large des côtes orientales de la Tunisie, à bord de leurs propres embarcations ou de vedettes des gardes-côtes italiens. Le Louise Michel a de son côté récupéré 180 personnes en mer avant de les déposer sur l'île.

Si les ONG ne transportent qu'un faible pourcentage des migrants, le gouvernement italien les accuse de stimuler par leur action leurs arrivées et d'encourager les trafiquants.