Mister Géopolitix: le vulgarisateur des jeunes passionnés de géopolitique

Avec un nouveau studio en cours de finalisation, Mister Géopolitix prépare une série de reportages sur la question migratoire. Ce toujours avec la même ambition: faire découvrir les enjeux géopolitiques à ses abonnés. (AFP).
Avec un nouveau studio en cours de finalisation, Mister Géopolitix prépare une série de reportages sur la question migratoire. Ce toujours avec la même ambition: faire découvrir les enjeux géopolitiques à ses abonnés. (AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 03 février 2023

Mister Géopolitix: le vulgarisateur des jeunes passionnés de géopolitique

  • Dans ses vidéos, qui durent entre 15 et 45 minutes, il recourt aux cartes et glisse des références à des séries populaires comme Narcos
  • Si son audience est plutôt masculine, Charlotte Wyn, 20 ans, regarde les vidéos de Mister Géopolitix depuis trois ans

PARIS: Avec les tensions internationales croissantes, le grand public redécouvre la géopolitique, une discipline que Gildas Leprince décrypte et renouvelle pour ses près de 200.000 abonnés Youtube, principalement des jeunes de moins de 35 ans.

Que ce soit aux côtés de l'armée française en Estonie ou dans la peau d'un humanitaire, Mister Géopolitix est aussi actif sur Instagram et TikTok, aux côtés de quelques autres youtubeurs français présents sur ces sujets.

"70% de ma communauté a entre 18 et 35 ans", souligne le jeune homme de 32 ans qui, revêtu de sa chemise verte kaki, devient Mister Géopolitix dans son appartement de région parisienne.

Dans ses vidéos, qui durent entre 15 et 45 minutes, il recourt aux cartes et glisse des références à des séries populaires comme Narcos, pour séduire un public plus habitué au divertissement qu'au reportage géopolitique.

"Les visuels sont magnifiques et c'est le seul qui fait du reportage de terrain", souligne Vincent Lièvre, étudiant de 23 ans qui le suit depuis 2017, et qui s'informe par ailleurs via des médias traditionnels.

Si son audience est plutôt masculine, Charlotte Wyn, 20 ans, regarde les vidéos de Mister Géopolitix depuis trois ans. Elle apprécie qu'il n'impose pas d'avis personnel: "Je peux me faire ma propre opinion" et "ça reste ludique".

"Je traite un sujet quand j'ai une plus-value à apporter. C'est pour ça que je n'ai pas parlé de la guerre en Ukraine", reconnaît celui qui se considère avant tout comme un vulgarisateur.

S'il voyage pour certains sujets, il travaille aussi beaucoup depuis la France. Digérant de nombreux livres, documentaires et rapports pour préparer ses vidéos, il interroge aussi des experts.

« Idées préconçues »

"C'est bien d'avoir des contenus adaptés à un public plus jeune avec un effort de vulgarisation", souligne Marc Hecker, chercheur à l'Institut français des relations internationales (Ifri) intervenu à deux reprises sur la chaîne de Mister Géopolitix.

Des qualités également louées par Pierre Razoux, directeur académique de la Fondation méditerranéenne d'études stratégiques (FMES): "Son but est de passer l'information la plus équilibrée possible tout en se mettant à la portée de son public, largement composé de lycéens et de jeunes étudiants."

C'est aussi une manière de lutter contre "les idées préconçues sur internet", souligne-t-il.

À la différence de ces spécialistes, Gildas Leprince n'a pas fait d'études de relations internationales. Après un master en économie des pays en voie de développement, il se lance dans un voyage de neuf mois à la découverte des questions géopolitiques du bassin méditerranéen.

"À ce moment-là, des vulgarisateurs français comme Nota Bene ou Cyrus North ont commencé à avoir une bonne audience sur Youtube", se souvient-t-il. Une source d'inspiration qui le décide à lancer Mister Géopolitix en 2016.

Barman puis secouriste en parallèle, cet autodidacte voit ses revenus augmenter à mesure qu'il gagne de l'audience, mais pas seulement. S'il a recourt aux traditionnels placements de produits, une partie de sa rémunération découle de projets d'éditions.

Immersion géopolitique

Grâce à ce modèle économique hétéroclite, Gildas Leprince vit à 100% de Mister Géopolitix depuis 2019 et a pu réaliser son "rêve": faire du reportage. En Egypte, au Mexique et même en Arctique, il a produit une dizaine "d'aventures géopolitiques".

Sa vidéo la plus vue: un reportage avec les militaires français luttant contre l'orpaillage illégal en Guyane. Depuis 2015, l'armée française ouvre régulièrement ses portes aux créateurs de contenus.

"On sait que c'est ce que les gens regardent et ça nous permet de toucher un public différent", explique Yann Gravêthe, directeur de la Délégation à l'information et à la communication de la Défense.

Des contenus embarqués qui ne sont pas un souci pour Gildas Leprince: "je ne suis pas rémunéré et ça me permet d'approcher des zones où je n'aurai pas pu aller seul".

Avec un nouveau studio en cours de finalisation, Mister Géopolitix prépare une série de reportages sur la question migratoire. Ce toujours avec la même ambition: faire découvrir les enjeux géopolitiques à ses abonnés.


«Sobriété» sur les publicités lumineuses: gares et aéroports vont aussi s'y mettre

La photo prise le 16 mars 2017 montre le nouveau siège du groupe Aéroports de Paris (ADP) à Tremblay-en-France tout près de l'aéroport de Roissy. (AFP).
La photo prise le 16 mars 2017 montre le nouveau siège du groupe Aéroports de Paris (ADP) à Tremblay-en-France tout près de l'aéroport de Roissy. (AFP).
Short Url
  • Des opérateurs des quelques aéroports, gares, stations de métro et les régies publicitaires (JC Decaux et Médiatransports) doivent signer une «charte d'engagement»
  • Les signataires s'engagent à faire en sorte que les écrans numériques et autres affiches rétroéclairées puissent être «éteints ou à défaut mis en veille pendant les horaires de fermeture au public»

PARIS : Les opérateurs des gares, stations de métro et aéroports doivent s'engager lundi, sous l'égide de l'Etat, à éteindre d'ici la fin de l'année les publicités lumineuses quand ces lieux sont fermés au public, afin de réduire cette source de consommation d'énergie.

Dans un effort d'économie d'énergie, un décret d'octobre impose d'éteindre les publicités lumineuses la nuit entre 01H00 et 06H00. Mais les aéroports, gares, stations de métro, qui peuvent fonctionner hors de ces plages horaires, font exception.

Pour apporter leur pierre à l'édifice de la "sobriété énergétique" appelée de ses voeux par le gouvernement, les opérateurs de ces infrastructures (notamment SNCF et Aéroports de Paris) et les régies publicitaires (JC Decaux et Médiatransports) doivent signer lundi matin une "charte d'engagement", a-t-on appris auprès des ministères de la Transition énergétique et des Transports.

Dans ce document, consulté par l'AFP, les signataires s'engagent à faire en sorte que les écrans numériques et autres affiches rétroéclairées puissent être "éteints ou à défaut mis en veille pendant les horaires de fermeture au public". Il faut pour cela les équiper, d'ici à la fin de l'année, de "dispositifs qui permettent le pilotage à distance", a précisé le ministère des Transports à l'AFP.

"Nos concitoyens ne comprendraient pas que les publicités lumineuses ne soient pas a minima éteintes aux horaires de fermeture et qu'on n'ait pas d'engagement fort en terme de sobriété" , a-t-on souligné de même source.

Dans une annexe, la SNCF s'engage par exemple à réduire de 71% la consommation électrique de son parc de publicités lumineuses en 2031 par rapport à 2022, et à diminuer de 45% les émissions carbone liées à ces dispositifs sur la même période.

L'agence nationale de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) relevait en 2020 que les 1 400 écrans publicitaires numériques parisiens présents dans le métro et les gares consommaient "autant d'électricité en un an que 21 écoles de 10 classes".

Elle ajoutait que les émissions de gaz à effet de serre annuelles de ces 1 400 écrans représentaient "autant que les émissions dues à l'utilisation du métro parisien par 20 millions de passagers".


Retraites: L'exécutif cherche une voie de sortie dans un climat électrique

Le président français Emmanuel Macron (Photo, AFP).
Le président français Emmanuel Macron (Photo, AFP).
Short Url
  • Le chef de l'État et ses ministres ont pourtant répété à l'envi leur souhait d'aplanir la situation
  • La Première ministre doit aussi rencontrer dans l'après-midi les présidents de commission à l'Assemblée

PARIS: A la veille d'une dixième journée de mobilisation contre la réforme des retraites, l'exécutif tente de reprendre la main en clamant sa volonté d'"apaisement" et en dessinant une feuille de route tournée vers l'avenir, dans une atmosphère de plus en plus tendue.

Inflexible sur le fond de la réforme, qui recule notamment l'âge de départ de 62 à 64 ans, Emmanuel Macron n'a toujours pas trouvé les clés pour éteindre la colère de la rue.

Le chef de l'État et ses ministres ont pourtant répété à l'envi leur souhait d'aplanir la situation, à l'image d'Elisabeth Borne dimanche soir.

"Il y a de la tension forcément en lien avec la réforme. Il faut être à l’écoute de cela", a-t-elle reconnu auprès de l'AFP. La Première ministre s'est ainsi fixé deux objectifs : "apaiser le pays face à ces tensions et accélérer les réponses aux attentes des Français."

Pour ce faire, Mme Borne va ouvrir lundi une vaste séquence de consultations étalées sur trois semaines, avec les parlementaires, les partis politiques, les représentants d'élus locaux et les partenaires sociaux s'ils le souhaitent. Ce "plan d'action" sera d'abord détaillé à midi à Emmanuel Macron, puis, toujours à l'Élysée, aux cadres de la majorité, parmi lesquels les patrons de groupes parlementaires, les chefs de partis et quelques membres de gouvernement.

La Première ministre doit aussi rencontrer dans l'après-midi les présidents de commission à l'Assemblée, puis enchaînera mardi avec les présidents du Sénat Gérard Larcher et de l'Assemblée Yaël Braun-Pivet. En jeu : esquisser un "programme législatif" de textes en s'assurant de bâtir dessus "des majorités en amont" et ainsi éviter le recours à un nouveau 49.3.

Une mobilisation crescendo ? 

"A-t-on besoin d'apaisement ? Évidemment et il y a une manière très simple de l'obtenir, c'est de retirer le texte", a de son côté estimé l'Insoumis Jean-Luc Mélenchon, en appelant aussi au départ de Mme Borne.

Aux syndicats, qui demandent le retrait ou, tout du moins, la suspension de la réforme, Mme Borne propose de "reprendre le travail" sur différents chantiers, de la pénibilité à l'emploi des seniors, en passant par les reconversions.

Cela suffira-t-il à les amadouer, alors que le patron de la CFDT Laurent Berger fustigeait encore ce week-end dans un entretien à la revue Le Grand continent "l’absence de dialogue, l’injustice de la mesure et l’incompréhension d'une mobilisation sociale de ces deux mois et demi" ?

Jusqu'au matin de la précédente journée d'action jeudi dernier, l'exécutif tablait sur une décrue de la contestation, à l'image de ce ministre de premier plan : "le scénario le plus probable est que le Conseil constitutionnel valide le texte et la grogne sociale se calme". La mobilisation s'en est finalement allée crescendo, entre 1,09 million (Beauvau) et 3,5 millions (CGT) de participants.

Ce rebond s'est aussi accompagné de violences en marge des cortèges, avec 457 interpellations et 441 policiers et gendarmes blessés, dans un climat général électrique. Le terrain des affrontements s'est déplacé samedi à Sainte-Soline dans les Deux-Sèvres, où une manifestation contre les bassines a fait des dizaines de blessés du côté des forces de l'ordre comme des manifestants, avec un membre du cortège entre la vie et la mort dimanche.

L'IGPN saisie 

La polémique enfle aussi autour d'un "usage excessif de la force", selon les mots du Conseil de l'Europe. Au total, l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) a été saisie de 17 enquêtes judiciaires depuis la première journée nationale de mobilisation contre la réforme des retraites en janvier, a indiqué dimanche sa directrice.

Samedi, les défilés qui ont réuni quelques centaines de personnes dans plusieurs villes n'ont pas donné lieu à des débordements majeurs, et les regards seront braqués sur ceux de mardi, avec notamment un cortège parisien qui défilera de la place de la République à Nation.

Sur le terrain en Ile-de-France, le trafic des RER s'annonce "très perturbé" mardi, avec un train sur deux sur les lignes A et B, selon la RATP. Dans le métro, les fréquences de passage seront réduites sur la plupart des lignes, dont certaines fermeront plus tôt que d'habitude. Les prévisions de circulation à la SNCF seront connues lundi.

Dans la capitale, où des éboueurs sont en grève depuis plus de 20 jours, le volume de déchets non ramassés était en baisse dimanche avec 7.828 tonnes toujours en souffrance.

Et la Direction générale de l'aviation civile a aussi demandé aux compagnies d'annuler 20% de leurs vols à Paris-Orly, Marseille, Toulouse et Bordeaux mardi et mercredi.


Grève des éboueurs à Paris: Baisse sensible du volume de déchets non ramassés

Selon des sources syndicales, les représentants des salariés sont en négociation avec la direction et une proposition doit être présentée lundi aux salariés (Photo, AFP).
Selon des sources syndicales, les représentants des salariés sont en négociation avec la direction et une proposition doit être présentée lundi aux salariés (Photo, AFP).
Short Url
  • Cette amélioration notable dans certains quartiers, est due à la réouverture des trois usines d'incinération entourant la capitale
  • Le syndicat demande une augmentation des salaires et l'amélioration des conditions de travail

PARIS: Le volume de déchets non ramassés dans Paris, où des éboueurs sont en grève depuis plus de 20 jours, était en baisse dimanche avec 7.828 tonnes toujours en souffrance, mais de nouveaux arrondissements pourraient être touchés dès lundi.

"Ce dimanche, le tonnage d'ordures non ramassées dans Paris poursuit sa baisse, avec 7.828 tonnes estimées contre 9.800 tonnes hier", a indiqué la mairie de Paris, au 21e jour de la grève des éboueurs.

"Depuis ce matin, 162 bennes sillonnent les rues de Paris (...) C'est 2,5 fois plus qu'un dimanche normal", a précisé la mairie.

Cette amélioration, notable dans certains quartiers, est notamment due à la réouverture des trois usines d'incinération entourant la capitale.

Vendredi, le Syctom, syndicat métropolitain qui gère ces trois sites, avait annoncé la fin du mouvement de grève dans deux d'entre eux (Saint-Ouen et Issy-les-Moulineaux) tandis que le troisième, à Ivry-sur-Seine, a été réquisitionné par les forces de l'ordre.

Ces progrès restent toutefois précaires : alors que la grève était jusqu'ici essentiellement l'apanage des éboueurs de la Ville de Paris, qui gère la collecte de la moitié des arrondissements de la capitale, elle pourrait s'étendre à des prestataires privés où des négociations étaient en cours dimanche.

Un préavis de grève a notamment été déposé par la CGT pour l'entreprise Polyreva Derichebourg, installée à La Courneuve (Seine-Saint-Denis) et qui s'occupe de la collecte des Xe et XVIIIe arrondissements.

Le syndicat demande une augmentation des salaires et l'amélioration des conditions de travail, tout en s'associant au mouvement contre la réforme des retraites.

La mobilisation n'a toutefois pas commencé comme prévu dimanche sur ce site. Selon des sources syndicales, les représentants des salariés sont en négociation avec la direction et une proposition doit être présentée lundi aux salariés, qui décideront alors s'ils font grève ou non.

Vendredi, le prestataire privé Pizzorno, qui gère la collecte dans le XVe arrondissement, avait lui annoncé la levée d'une grève qui durait depuis près d'un mois après la signature d'un "protocole de sortie de grève" avec la CGT.

Les ramassages ont repris dès vendredi après-midi et Philippe Goujon, le maire du XVe arrondissement, a dit sur Twitter espérer un retour à la normale "d'ici une semaine".