Déficit hydrique: l'Algérie veut généraliser le dessalement

Visite de travail de Mohamed Arkab et Karim Hasni,   ministres de l'Énergie et des mines et des Ressources en eau et la Sécurité hydrique dans la wilaya de Tipaza le 30 avril 2022 (fournie)
Visite de travail de Mohamed Arkab et Karim Hasni, ministres de l'Énergie et des mines et des Ressources en eau et la Sécurité hydrique dans la wilaya de Tipaza le 30 avril 2022 (fournie)
Short Url
Publié le Samedi 11 février 2023

Déficit hydrique: l'Algérie veut généraliser le dessalement

  • L’Algérie ambitionne de généraliser la construction d’usines de dessalement d’eau de mer dans le cadre d’un plan d’urgence
  • «L’Algérie a adopté une stratégie en vue de garantir la production d’eau et d’assurer son autonomie grâce aux eaux de barrage»

PARIS: Afin d’assurer la sécurisation et la disponibilité des ressources en eau et pour répondre aux besoins de son économie, l’Algérie ambitionne de généraliser la construction d’ usines de dessalement d’eau de mer dans le cadre d’un plan d’urgence. Le gouvernement mise sur la généralisation de la construction de stations le long de sa bande côtière. L’objectif est de couvrir 80% des besoins de la population en eau potable.

Cinq stations de dessalement d’eau de mer, d’une capacité de production de 300 000 mètres cubes par jour, sont en cours de réalisation dans cinq wilayas (Tipaza, Oran, Boumerdès, El-Tarf et Béjaïa) par la compagnie Algerian Energy Compagny (AEC), une filiale de Sonatrach. «Ces mégaprojets revêtent une importance stratégique pour le pays», a déclaré Mohamed Arkab, ministre de l’Énergie et des Mines en avril dernier alors qu’il se trouvait à Tipaza à l’occasion d’une visite d’inspection des travaux.

Ahmed Kettab, Consultant et expert international, membre de l'Académie Eau-France et directeur de recherches à l'École polytechnique d'Alger (fournie)
Ahmed Kettab, Consultant et expert international, membre de l'Académie Eau-France et directeur de recherches à l'École polytechnique d'Alger (fournie)

«L’Algérie a adopté une stratégie en vue de garantir la production d’eau et d’assurer son autonomie grâce aux eaux de barrage», souligne Karim Hasni, ministre algérien des Ressources en eau et de la Sécurité hydrique. «Les cinq futures stations permettront de porter les capacités de mobilisation des eaux de mer dessalées à 42%, contre 17% actuellement.» Selon le ministère de tutelle, un second programme de six stations supplémentaires est à l’ordre du jour. «L’Algérie compte quatorze stations de dessalement d’eau de mer opérationnelles. Elles seront dix-neuf après l’entrée en exploitation des projets, en 2024», indique-t-il.

Station de dessalement d'eau de mer de Corso d'une capacité de 80 000 m3 (fournie)
Station de dessalement d'eau de mer de Corso d'une capacité de 80 000 m3 (fournie)

Gestion des ressources hydriques

Expert et conférencier international, membre de l’Académie de l’eau, en France, et directeur de recherche à l’École polytechnique d’Alger, Ahmed Kettab explique à Arab News en français que le gouvernement doit adapter sa stratégie de gestion de l’eau à la donne climatique de ces dernières années. Cette dernière révèle, selon lui, une baisse de pluviométrie de l’ordre de 30% et une hausse inédite des températures. Le spécialiste recommande d’optimiser la gestion des ressources hydriques superficielles et souterraines, qui, selon lui, est «un préalable incontournable avant d’opter pour les usines de dessalement d’eau de mer».

Les entreprises algériennes sont désormais capables de réaliser de petites stations de dessalement», explique Ahmed Kettab, expert et conférencier international.

Ahmed Kettab préconise l’amélioration du recyclage des eaux usées et la lutte contre les déperditions. «Nous rejetons près de 80% des deux milliards d’eau potable que nous consommons. [Ce sont] des eaux qu’il faudra traiter et réutiliser pour les besoins de l’agriculture, de l’industrie et des loisirs.»

L’expert, qui plaide pour l’intensification de la coopération internationale dans ce secteur, recommande la construction de petits barrages en terre d’une capacité de 100 000 à 150 000 mètres cubes. Au sujet de la construction des stations de dessalement de l’eau de mer, il fait savoir qu’il faudra privilégier l’installation des stations d’une capacité moyenne à hauteur de 100 000 mètres cubes. «Les entreprises algériennes sont désormais capables de réaliser de petites stations de dessalement. Durant ces deux dernières décennies, l’Algérie aura dépensé quelque 20 milliards de dollars dans le secteur de l’eau, notamment pour la construction de barrages qui ont atteint 80 unités.» Ahmed Kettab précise qu’il y aura cent vingt-cinq à cent trente barrages à l’horizon 2025-2030.

Une station de dessalement d'eau de mer en cours de réalisation à Alger (fournie)
Une station de dessalement d'eau de mer en cours de réalisation à Alger (fournie)

Des disponibilités insuffisantes

Le pays connaît cet hiver des précipitations intéressantes, mais, selon les experts, elles restent insuffisantes pour pallier le déficit hydrique. Selon Ahmed Kettab, le taux de remplissage des barrages est estimé à 32%. Il appelle donc à la réalisation d’une évaluation par région, qui permettrait, selon lui, de déployer des moyens pour le transfert de l’eau vers les régions d’Algérie qui se trouvent en situation de stress hydrique, comme celles du centre et de l’ouest, ou encore vers les hauts plateaux via la nappe albienne dans le sud.


L’émir du Koweït nomme Ahmed Abdallah al-Ahmed al-Sabah au poste de Premier ministre

L’émir koweïtien a chargé le nouveau Premier ministre de former un gouvernement. (Photo, AFP)
L’émir koweïtien a chargé le nouveau Premier ministre de former un gouvernement. (Photo, AFP)
Short Url
  • L’émir koweïtien a chargé le nouveau Premier ministre de former un gouvernement
  • Il a également demandé au gouvernement sortant d’expédier les affaires courantes jusqu’à la formation d’un nouveau gouvernement

DUBAÏ: L’émir du Koweït, le cheikh Mechaal al-Ahmed al-Jaber al-Sabah, a nommé Ahmed Abdallah al-Ahmed al-Sabah au poste de Premier ministre, rapporte aujourd’hui l’agence de presse nationale (Kuna).

Le dirigeant koweïtien a également chargé le nouveau Premier ministre de former un gouvernement.

La semaine dernière, le cheikh Mechaal a accepté la démission du Premier ministre, Mohammed al-Sabah al-Salem al-Sabah, après la tenue d’élections pour choisir les nouveaux membres de l’Assemblée nationale.

Il a également demandé au gouvernement sortant d’expédier les affaires courantes jusqu’à la formation d’un nouveau gouvernement.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com 


Au moins 16 morts, dont plusieurs écoliers, dans des inondations à Oman

Cette photo prise le 4 janvier 2022 montre des voitures complètement inondées dans un parking à l'extérieur d'un centre commercial à Mascate, la capitale d'Oman. Le mauvais temps affecte les États du Golfe, et plusieurs d'entre eux ont émis des alertes météorologiques. (Photo Mohammed Mahjoub AFP)
Cette photo prise le 4 janvier 2022 montre des voitures complètement inondées dans un parking à l'extérieur d'un centre commercial à Mascate, la capitale d'Oman. Le mauvais temps affecte les États du Golfe, et plusieurs d'entre eux ont émis des alertes météorologiques. (Photo Mohammed Mahjoub AFP)
Short Url
  • Les orages violents, accompagnés de fortes pluies et de rafales de vents, qui frappent le pays depuis dimanche ont provoqué des crues soudaines dans plusieurs régions du nord et de l'est du pays
  • Les intempéries devraient s'étendre à d’autres pays du Golfe dans les heures à venir, notamment Bahreïn et les Emirats arabes unis

MASCATE, Oman : Au moins 16 personnes, dont de nombreux enfants, ont péri à Oman dans des inondations provoquées par les fortes pluies qui s'abattent depuis dimanche sur le pays du Golfe, ont indiqué les autorités.

L'agence de presse officielle Oman news agency a rapporté dimanche soir que neuf écoliers et trois adultes ont "perdu la vie après que leur véhicule a été emporté par les eaux" dans le gouvernorat d'Ach-Charqiya du Nord situé à l'est du pays, à quelques 150 kilomètres de la capitale Mascate, tandis que cinq personnes étaient portées disparue.

Lundi, les corps d'un enfant et de trois autres personnes ont également été retrouvés sans vie, selon la même source.

Les orages violents, accompagnés de fortes pluies et de rafales de vents, qui frappent le pays depuis dimanche ont provoqué des crues soudaines dans plusieurs régions du nord et de l'est du pays.

Le ministère omanais de l’Education a qualifié l'incident de tragique, en affirmant avoir mis en garde les parents contre les pluies torrentielles prévues dans la région. Les écoles ont été fermées lundi dans la plupart des gouvernorats du pays.

Des inondations avaient déjà provoqué la mort de trois enfants le 12 février.

Les forces aériennes omanaises sont intervenues avec des hélicoptères pour récupérer des personnes toujours bloquées.

Les intempéries devraient s'étendre à d’autres pays du Golfe dans les heures à venir, notamment Bahreïn et les Emirats arabes unis.


Liban: le Hezbollah dit avoir visé des soldats israéliens ayant «franchi la frontière»

Un soldat de l'armée libanaise et des secouristes de la défense civile devant un cratère d'impact à la suite d'une frappe aérienne israélienne qui a touché une route dans le village d'Alma al-Shaab, au sud du Liban, le 15 avril 2024, dans un contexte de tensions transfrontalières continues. (Photo par AFP)
Un soldat de l'armée libanaise et des secouristes de la défense civile devant un cratère d'impact à la suite d'une frappe aérienne israélienne qui a touché une route dans le village d'Alma al-Shaab, au sud du Liban, le 15 avril 2024, dans un contexte de tensions transfrontalières continues. (Photo par AFP)
Short Url
  • C'est la première fois que le Hezbollah pro-iranien, qui échange des tirs avec Israël depuis le début de la guerre à Gaza il y a plus de six mois, annonce une telle opération
  • L'armée israélienne n'a pas confirmé que ses soldats ont franchi la frontière avec le Liban

BEYROUTH, Liban : Le Hezbollah libanais a affirmé lundi avoir activé des «engins explosifs» au passage de soldats israéliens qui ont traversé la frontière côté libanais, Israël faisant état de quatre soldats blessés.

C'est la première fois que le Hezbollah pro-iranien, qui échange des tirs avec Israël depuis le début de la guerre à Gaza il y a plus de six mois, annonce une telle opération.

Les combattants du Hezbollah «ont placé des charges dans la zone de Tal Ismaïl, près de la» frontière israélienne, qui ont explosé après que les soldats israéliens «ont traversé la frontière», a indiqué le groupe dans un communiqué.

De son côté, l'armée israélienne a annoncé que quatre de ses soldats, «en activité dans une zone à la frontière nord», ont été blessés durant la nuit, dont l'un «grièvement, à la suite d'une explosion d'origine inconnue».

L'armée israélienne n'a pas confirmé que ses soldats ont franchi la frontière avec le Liban.

Interrogée par l'AFP, elle a refusé de donner des précisions, se bornant à indiquer qu'une «enquête est en cours».

Depuis le début de la guerre dans la bande de Gaza entre Israël et le Hamas le 7 octobre, des échanges de tirs opposent quotidiennement l'armée israélienne au Hezbollah, qui affirme soutenir son allié, le mouvement islamiste palestinien.

L'attaque du Hezbollah intervient à la suite d'un pic de tension ce week-end.

Dans la nuit de samedi à dimanche, l'Iran a lancé une attaque inédite contre Israël à l'aide de drones et de missiles, en réponse à une frappe sur son consulat à Damas.

Au même moment, le Hezbollah a annoncé avoir lancé deux salves de roquettes Katioucha sur des positions militaires israéliennes situées dans le Golan syrien occupé par Israël. Israël a de son côté mené plusieurs frappes en territoire libanais.