Espagne: neuf migrants meurent en tentant de rejoindre les Canaries

Selon le gouvernement régional des Canaries, au moins 500 personnes ont péri durant ces tentatives de traversée extrêmement dangereuses (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 26 novembre 2020

Espagne: neuf migrants meurent en tentant de rejoindre les Canaries

  • Ce navire de fortune, occupé par une trentaine de personnes, avait chaviré mardi vers 19H30 locales (19H30 GMT)
  • Depuis le début de l'année, plus de 18.000 migrants africains sont arrivés aux Canaries

ARGUINEGUIN : Le bilan s'est alourdi à neuf morts en 24 heures au large des îles espagnoles des Canaries après la découverte du corps d'un migrant, a informé mercredi le Service de sauvetage en mer.

Un homme a été retrouvé mort lors du sauvetage d'une embarcation de 52 personnes dans la nuit de mardi à mercredi vers 00:15 (23h15 GMT) au sud de l'île de Grande Canarie, ont précisé mercredi soir les sauveteurs en mer espagnols. 

Un décès qui s'ajoute au bilan d'un accident survenu mardi d'une embarcation de migrants en face de l'île de Lanzarote, qui est monté à huit morts après la découverte mercredi matin de quatre autres corps.

Ce navire de fortune, occupé par une trentaine de personnes, avait chaviré mardi vers 19H30 locales (19H30 GMT) alors qu'il approchait de la côte de cette île de l'archipel des Canaries.

Quatre victimes avaient été retrouvées mardi soir. 

Le directeur des urgences et de la sécurité de Lanzarote, Enrique Espinosa, avait indiqué dans la nuit que l’on comptait pour le moment 28 survivants.

Depuis le début de l'année, plus de 18.000 migrants africains sont arrivés aux Canaries, archipel situé dans l'océan Atlantique au large des côtes nord-ouest du continent africain.

Selon le gouvernement régional des Canaries, au moins 500 personnes ont péri durant ces tentatives de traversée extrêmement dangereuses.

Cette situation ravive le souvenir de la crise migratoire de 2006, quand 30.000 migrants avaient débarqué sur les îles de l'archipel.

Débordé par cet afflux de migrants, le gouvernement espagnol du socialiste Pedro Sanchez a fait aménager des camps temporaires pour accueillir jusqu’à 7.000 personnes et a lancé une offensive diplomatique dans plusieurs pays africains pour tenter de freiner les départs des migrants.


Exactions au Tigré : les États-Unis condamnent «fermement»

Des réfugiés éthiopiens se rassemblent pour célébrer le 46e anniversaire du Front de libération du peuple du Tigré au camp de réfugiés d'Um Raquba à Gedaref, dans l'est du Soudan, le 19 février 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les États-Unis ont dit samedi être « gravement préoccupés par les atrocités signalées et la détérioration générale de la situation dans la région du Tigré en Éthiopie »
  • Dans un rapport rendu public vendredi, Amnesty International accuse l'armée érythréenne d'avoir massacré « des centaines de civils » en novembre 2020 au Tigré

Les États-Unis ont dit samedi être « gravement préoccupés par les atrocités signalées et la détérioration générale de la situation dans la région du Tigré en Éthiopie » tout en condamnant « fermement les meurtres, les expulsions et déplacements forcés, les agressions sexuelles et autres violations et atteintes extrêmement graves aux droits humains commises par plusieurs parties » et signalées par de nombreuses organisations au Tigré.

« Les États-Unis ont à plusieurs reprises interpellé le gouvernement éthiopien sur l'importance de mettre fin à la violence, d'assurer un accès humanitaire sans entrave au Tigré et de permettre une enquête internationale complète et indépendante sur tous les rapports de violations des droits humains, d'abus et d'atrocités. », affirme le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, dans un communiqué. 

En effet, dans un rapport rendu public vendredi, Amnesty International accuse l'armée érythréenne d'avoir massacré « des centaines de civils » en novembre 2020 au Tigré, région nord de l'Éthiopie où elle combattait les rebelles au côté des forces éthiopiennes.

La présence de troupes érythréennes, venues prêter main forte à l’armée éthiopienne, a été rapportée par des habitants et des organisations humanitaires, mais a toujours été démentie par Asmara et Addis-Abeba.

Amnesty International s’appuie sur des témoignages de réfugiés au Soudan ainsi que sur des images satellite de la ville d'Aksoum, une ville sainte du nord du Tigré.

Tout en se félicitant « du soutien international pour les enquêtes sur les violations et atteintes aux droits humains », les États-Unis appellent au « retrait immédiat des forces érythréennes et des forces régionales d'Amhara du Tigré » ainsi qu’à des « déclarations unilatérales de cessation des hostilités par toutes les parties au conflit et d’un engagement à permettre la fourniture sans entrave d’une assistance à ceux qui se trouvent au Tigré. »

En outre, les États-Unis demandent à travailler avec tous les « partenaires internationaux, en particulier l'Union africaine et les partenaires régionaux » afin de « faire face à la crise au Tigré, notamment par une action à l'ONU et dans d'autres organes compétents. », peut-on lire dans le communiqué du secrétaire d’Etat.

Le Tigré, région jouxtant les frontières de l'Érythrée et du Soudan, est plongé dans la violence depuis le 4 novembre 2020, date du lancement par le gouvernement central d’Addis-Abeba d’une vaste opération militaire contre les forces du Front de libération du peuple du Tigré (Tplf), parti qui gouvernait la région et dont les éléments sont accusés d’avoir attaqué des bases de l’armée fédérale.


Nigeria: les parents des 317 adolescentes enlevées toujours sans nouvelles

Le pensionnat de jeunes filles de Jangebe est désert (Photo, AFP).
Short Url
  • L'école pour jeunes filles de Jangebe, dans l'Etat de Zamfara, était totalement déserte samedi et seules quelques chèvres perçaient le silence de mort autour du pensionnat
  • «J'aurais encore préféré que mes deux filles soient tuées», confie Abubakar Zaki, père de famille accablé par la douleur

JANGEBE: Les parents des 317 adolescentes enlevées vendredi dans leur pensionnat du Nord-Ouest du Nigeria étaient toujours sans nouvelles de leurs enfants samedi, jour où d'autres otages, kidnappés mi-février dans le centre du pays, ont retrouvé samedi la liberté et leurs familles.

L'école pour jeunes filles de Jangebe, dans l'Etat de Zamfara, était totalement déserte samedi et seules quelques chèvres perçaient le silence de mort autour du pensionnat, où les 317 élèves ont été arrachées de leurs dortoirs par des hommes armés, dans la nuit de jeudi à vendredi.

A l'intérieur du bâtiment, il ne reste que des lits en métal superposés, de vieux matelas en mousse abîmés et des vêtements abandonnés.

Dans le village, les parents - dont certains en colère ont attaqué vendredi un convoi officiel voulant se rendre sur les lieux, blessant grièvement un journaliste local - attendent désormais résignés des nouvelles des équipes de secours lancés à la recherche des captives.

« J'aurais encore préféré que mes deux filles soient tuées », confie Abubakar Zaki, père de famille accablé par la douleur. « Au moins, je les aurais enterrées et je saurais qu'elles sont auprès d'Allah, plutôt que de les savoir entre les mains de bandits ».

Bello Gidan-Ruwa, un habitant de Jangebe resté auprès des parents, angoisse avec eux : « Personne ne sait comment sont traitées les filles ».

« Le gouvernement dit qu'ils font des efforts, mais on le croira quand nous verrons que les filles sont de retour », poursuit le villageois.

« Traumatisés »

A plusieurs centaines de kilomètres au sud, des élèves, des professeurs et leurs proches, enlevés à la mi-février dans un pensionnat à Kagara, dans l'Etat du Niger, ont été libérés samedi et reçus par le gouverneur, Abubakar Sani Bello.

« En fait, ils n'étaient pas 42 otages comme nous le pensions, mais 38 », a expliqué Sani Idris, porte-parole du gouverneur de l'Etat du Niger, « tous sont sains et saufs, mais l'un d'eux a dû être hospitalisé, certains autres ont des blessures et sont encore traumatisés ».

Idris a assuré que les 38 otages, dont 24 enfants, pourraient regagner leurs foyers après des examens médicaux et psychologiques.

Les « bandits », comme les désignent les autorités, terrorisent les populations locales, mènent des kidnappings de masse contre rançon, pillent les villages et volent le bétail depuis plusieurs années, notamment dans le Nord-Ouest et le centre-Ouest du Nigeria. 

Mais dernièrement, ces bandes criminelles multiplient également les enlèvements d'élèves dans des écoles.

« Chantage »

Début décembre, 344 jeunes garçons avaient été enlevés dans un pensionnat de Kankara, dans l'Etat voisin de Katsina, avant d'être relâchés une semaine plus tard, après des négociations.

Les autorités nient payer une quelconque rançon aux ravisseurs, mais cela fait pourtant peu de doute pour les experts en sécurité qui craignent que cela ne mène à une multiplication des enlèvements dans ces régions minées par l'extrême pauvreté et peu ou pas du tout sécurisées.

Après ce nouveau kidnapping de masse vendredi, le président Muhammadu Buhari, très décrié face à la situation sécuritaire catastrophique dans le Nord du Nigeria, d'où il est originaire, a assuré qu'il ne « cèderait pas au chantage » des « bandits ».

Violences, extrême pauvreté et descolarisation

Leur nombre est incertain, mais ces groupes armés attirent de plus en plus de jeunes désœuvrés de ces régions dont plus de 80% des habitants vivent dans l'extrême pauvreté. 

« On ne peut pas savoir exactement combien ils sont », explique Nnamdi Obasi, analyste Nigeria pour l'International Crisis Group (ICG). « Dans le seul Etat de Zamfara, on estime qu'il y a environ 40 camps » où les criminels vivent et se cachent, poursuit l'expert. 

Certains de ces groupes comptent des centaines de combattants, d'autres, seulement quelques dizaines. Certains ont tissé des liens forts avec les groupes jihadistes présents dans le Nord-Est, d'autres non.

Ces violences criminelles ont fait plus de 8 000 morts depuis 2011 et forcé plus de 200 000 personnes à fuir leur domicile, selon un rapport d'ICG publié en mai 2020.

L'autre inquiétude est que la multiplication de ces kidnappings n'aggravent encore la déscolarisation, particulièrement des filles, dans cette région qui compte déjà le plus grand nombre d'enfants n'allant pas à l'école au monde, selon l'ICG.


Etats-Unis: Face à la pandémie, le plan de relance est approuvé

Le plan de relance de 1 900 milliards de dollars voulu par Joe Biden vise à résorber les dégâts causés par la pandémie (Photo, AFP).
Short Url
  • Le temps presse pour soutenir la première économie mondiale, durement frappée par la pandémie de Covid-19
  • Le texte sera transmis au Sénat la semaine prochaine, où la mesure prévoyant une hausse du revenu minimum --jusqu'à 15 dollars par heure, d'ici 2025-- devrait être retirée

WASHINGTON: La Chambre américaine des représentants a approuvé samedi le vaste plan de relance de 1 900 milliards de dollars voulu par Joe Biden grâce aux seules voix des démocrates, un premier cap crucial avant son examen au Sénat où la hausse du salaire minimum devrait être abandonnée.

Le temps presse pour soutenir la première économie mondiale, durement frappée par la pandémie de Covid-19. Et le nouveau président démocrate voulait au départ voir son « Plan de sauvetage américain » adopté dès début février. 

Face au retard, il avait exhorté cette semaine le Congrès à « avancer rapidement ». 

Après des heures de débat, le projet de loi a été adopté dans la nuit à la chambre basse par 219 voix, toutes démocrates, contre 212 (dont deux démocrates), les républicains dénonçant des mesures trop coûteuses et mal ciblées. 

« Le texte est approuvé », a déclaré la présidente démocrate de la Chambre Nancy Pelosi peu après deux heures du matin, sous les applaudissements de son groupe. 

Le texte sera transmis au Sénat la semaine prochaine, où la mesure prévoyant une hausse du revenu minimum --jusqu'à 15 dollars par heure, d'ici 2025-- devrait être retirée. 

Confiants, les démocrates comptent sur leur infime majorité à la chambre haute pour qu'il y soit à son tour approuvé. 

La version finale du texte reviendra alors à la Chambre, où les chefs démocrates ont affirmé vendredi compter sur suffisamment de voix pour que le plan de relance soit adopté définitivement, avec ou sans hausse du salaire minimum. 

« Nous devons approuver ce plan avant le 14 mars », lorsque le versement d'allocations chômage prolongé dans un précédent plan d'aide cessera, a mis en garde le chef de la majorité Steny Hoyer. 

« Gâchis »

« Après un an de pandémie et de crise économique, les Américains doivent savoir que leur gouvernement agit pour eux. Et que comme le président Biden l'a dit : ‘l'aide arrive’ », avait lancé Nancy Pelosi avant le vote.

« Si nous ne mettons pas en œuvre ce plan d'aide, les résultats pourraient être catastrophiques », avait-elle ajouté. 

En face, les républicains ont dénoncé un plan titanesque qui ne fait « que jeter l'argent par les fenêtres ». 

« Mais est-ce qu'il aidera les gens à retrouver du travail ? Non », a accusé le chef de la minorité républicaine, Kevin McCarthy. 

« Les démocrates ont tellement honte de tout le gâchis d'argent non-lié au Covid dans ce texte qu'ils le font passer au milieu de la nuit », a-t-il poursuivi. 

Hausse « inévitable »

C'est une figure méconnue du Congrès qui avait bousculé jeudi soir l'avancée de ce plan massif. 

La gardienne des procédures, complexes, du Sénat, Elizabeth MacDonough, a jugé que le texte ne pouvait pas inclure la hausse du salaire minimum horaire inscrite dans le projet de loi. 

Si certains progressistes s'en sont indignés, appelant à outrepasser le jugement de cette « parliamentarian », une responsable non élue, Joe Biden a fait savoir dès jeudi soir qu'il le « respectait ». Tout en annonçant qu'il tenterait de faire avancer séparément l'augmentation du salaire fédéral minimum, actuellement à 7,25 dollars par heure. 

Une voie également anticipée vendredi soir par les chefs démocrates du Congrès.

« Il est inévitable, à nos yeux à tous, de parvenir au salaire minimum à 15 dollars », a martelé Nancy Pelosi dans l’hémicycle, en promettant d'y travailler « activement ».

Grands patrons

Le retrait de la hausse du salaire minimum pourrait au final faciliter l'adoption du plan de soutien, car certains démocrates modérés étaient opposés à cette mesure. 

Or, avec son infime majorité au Sénat, et l'opposition des républicains au plan Biden, le parti a impérativement besoin d'unité pour faire adopter ce projet. 

Le sénateur Bernie Sanders et d'autres démocrates progressistes étudient toutefois une alternative pour encourager la hausse des revenus minimum : introduire dans le vaste plan de soutien un amendement créant des pénalités fiscales pour les grandes entreprises qui payent moins qu'un « minimum vital ». 

Mais les démocrates modérés pourraient s'y opposer. Et la « parliamentarian » aussi. 

Face à l'incertitude, les grands patrons américains appellent à agir vite.

Dans le détail, le plan Biden prévoit plusieurs dizaines de milliards de dollars pour l'accélération du rythme des vaccinations et le déploiement de tests mais aussi 130 milliards de dollars pour aider les écoles et lycées à rouvrir malgré la pandémie. 

De nouveaux chèques d'aide d'un montant de 1 400 dollars devraient être envoyés aux Américains, selon leur niveau de revenus, et la durée de versement des allocations chômage prolongée jusqu'au 30 septembre 2021.