Trump s'en prend aux «imbéciles» républicains à la grand-messe des conservateurs américains

L'ancien président américain Donald Trump prend la parole lors de la conférence 2023 de la Coalition d'action politique conservatrice (CPAC) à National Harbor, dans le Maryland, le 4 mars 2023. (Photo : Roberto Schmidt / AFP)
L'ancien président américain Donald Trump prend la parole lors de la conférence 2023 de la Coalition d'action politique conservatrice (CPAC) à National Harbor, dans le Maryland, le 4 mars 2023. (Photo : Roberto Schmidt / AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 05 mars 2023

Trump s'en prend aux «imbéciles» républicains à la grand-messe des conservateurs américains

  • Donald Trump, qui a officialisé sa candidature en novembre en vue de l'élection présidentielle l'an prochain, s'est exprimé pendant près d'une heure quarante, n'épargnant personne, y compris son propre camp
  • «Nous avions un parti républicain dirigé par des monstres, des néo-conservateurs, des mondialistes, des partisans fanatiques de l'ouverture des frontières et des imbéciles», a-t-il estimé, citant nommément plusieurs sommités du parti

NATIONAL HARBOR, États-Unis : A l'approche de l'élection présidentielle de 2024, Donald Trump a averti samedi qu'il était le seul candidat capable de sauver les Etats-Unis des démocrates «bellicistes» ainsi que des «fanatiques et imbéciles» du parti républicain, lors de la grand-messe annuelle des conservateurs américains réunis à Washington.

Invoquant une nation à genou, l'ex-président des Etats-Unis a déclaré que les Américains se trouvaient au cœur d'«une lutte épique pour sauver notre pays des personnes qui le détestent», au dernier jour du CPAC, une grande convention politique organisée cette semaine en banlieue de Washington.

Donald Trump, qui a officialisé sa candidature en novembre en vue de l'élection présidentielle l'an prochain, s'est exprimé pendant près d'une heure quarante, n'épargnant personne, y compris son propre camp.

«Nous avions un parti républicain dirigé par des monstres, des néo-conservateurs, des mondialistes, des partisans fanatiques de l'ouverture des frontières et des imbéciles», a-t-il estimé, citant nommément plusieurs sommités du parti.

Les électeurs américains, a déclaré Trump, sont fatigués des «dynasties politiques enracinées dans les deux partis (républicain et démocrate, NDLR), des intérêts particuliers pourris, des politiciens amoureux de la Chine» et des partisans de «guerres étrangères sans fin.»

«Nous allons avoir une troisième guerre mondiale si quelque chose ne se passe pas rapidement», a-t-il averti après avoir ouvertement désapprouvé l'aide américaine à l'Ukraine.

«Je suis le seul candidat qui peut faire cette promesse: j'empêcherai la troisième guerre mondiale», a assuré l'ex-président, défait par le Démocrate Joe Biden en 2020.

Le CPAC était jusqu'à récemment le principal rassemblement des chefs de file conservateurs aux Etats-Unis, mais il a été entièrement avalé par le mouvement d'extrême droite de Donald Trump, «Make America Great Again», les experts qualifiant désormais l'événement de «MAGApalooza».

- Griefs -

«Nous allons finir ce que nous avons commencé», a déclaré Donald Trump à la foule, qui en réponse a chanté «Quatre ans de plus, quatre ans de plus !».

L'édition du CPAC 2023 a été marquée par les nombreuses prises de parole de Trumpistes parmi les plus engagés du pays, même si de nombreux candidats potentiels pour 2024 et dirigeants républicains ont séché la convention.

Si la pertinence de ce rassemblement ne fait pas l'unanimité au sein des conservateurs, au point que certaines interventions ont été presque désertées, les rangs de la salle se sont bien remplis lors de la prise de parole de Donald Trump.

Pour l'essentiel, l'ex-président a répété la même litanie de théories conspirationnistes sur les fraudes électorales et la justice américaine, acquise selon lui à la «gauche radicale», qu'il dépoussière à chaque apparition publique.

A la CPAC, chapeaux, drapeaux, tasses et autres articles étaient proposés à la vente. Des goodies presque tous exclusivement destinés aux fidèles de Trump.

- «Je suis votre voix» -

Avant la prise de parole de Donald Trump, nombre d'orateurs se sont succédé sur scène pour vanter leurs principes chrétiens et égrener, au fil de leurs discours, théories complotistes et rhétoriques anti-transgenres.

Le gouverneur républicain de Floride, Ron De Santis, et l'ancien vice-président de Donald Trump, Mike Pence, n'ont pas participé à l'évènement, s'épargnant ainsi d'être hués par les fans de l'ancien président.

Mais la foule a chahuté à plusieurs reprises sa seule rivale républicaine déclarée dans la course à la Maison Blanche, Nikki Haley, pendant et après son apparition vendredi à la convention.

«Ce ne sera pas une élection équitable», a déclaré l'entrepreneur complotiste trumpiste, Mike Lindell, à l'AFP à propos de la présidentielle de 2024.

«Mais quand 90 % des gens dans ce pays veulent Donald Trump, il devrait gagner de toute façon, même avec des élections tordues», a-t-il ajouté.

Avant de monter sur scène, Trump a déclaré avoir remporté le sondage d'opinion de la convention auprès des dirigeants républicains, avec 62% des voix. Loin devant son rival Ron De Santis, qui n'a récolté que 20% des suffrages.

«En 2016, j'ai déclaré: je suis votre voix. Aujourd'hui, j'ajoute: je suis votre guerrier. Je suis votre justice. Et pour ceux qui ont été lésés et trahis: je suis votre rétribution», a lancé M. Trump devant une salle comble.


La pluie aide à maîtriser les incendies dans l'Est canadien

85% du feu de forêt qui menaçait la capitale de la Nouvelle-Ecosse, Halifax, a ainsi pu être maîtrisé (Photo, AFP).
85% du feu de forêt qui menaçait la capitale de la Nouvelle-Ecosse, Halifax, a ainsi pu être maîtrisé (Photo, AFP).
Short Url
  • Vendredi soir, la moitié des 16 000 personnes évacuées de la banlieue au nord-est d'Halifax ont ainsi été autorisée à rentrer chez elle
  • Plus de 130 feux de forêts, dont 80 jugés hors de contrôle, restent actifs au Québec

MONTREAL: L'arrivée de la pluie dans l'Est canadien, touché depuis près d'une semaine par des incendies historiques, est venue soulager les pompiers de la Nouvelle-Ecosse samedi, au moment où la situation au Québec reste critique.

85% du feu de forêt qui menaçait la capitale de la Nouvelle-Ecosse, Halifax, a ainsi pu être maîtrisé, le faisant passer de "hors de contrôle" à "stable", ont annoncé les autorités lors d'un point de presse samedi matin.

"C'est formidable", a déclaré Dave Meldrum, chef adjoint des services régionaux d'incendie et d'urgence d'Halifax. "Il ne s'agit pas d'une grosse averse qui s'écoule et disparaît. L'eau va pouvoir s'infiltrer plus efficacement dans le sol", a-t-il souligné, alors que la province attend plus de précipitations pour les jours à venir.

"Cela dit, le feu n'est pas éteint et ne sera pas déclaré éteint avant un certain temps", a pour sa part rappelé Dave Steeves du ministère provincial des Ressources naturelles.

Vendredi soir, la moitié des 16 000 personnes évacuées de la banlieue au nord-est d'Halifax ont ainsi été autorisée à rentrer chez elle.

"Cette semaine a été surréelle, l'une des plus bizarres de ma vie", a confié au média public CBC Shawn Lavigne, qui avait dû rapidement évacuer sa maison dimanche. "Honnêtement, je n'ai jamais été aussi heureux de voir de la vaisselle sale qu'hier soir. C'est génial d'être à la maison", a-t-il ajouté, sourire aux lèvres.

Sur les cinq feux qui ravagent actuellement la Nouvelle-Ecosse, le plus important continue toutefois de progresser dans le sud-ouest de la province.

Des forces armées canadiennes ainsi que des pompiers américains y sont attendus dans la journée de samedi et dimanche, ainsi que des pompiers initialement prévus à Halifax.

Au Québec, le feu qui avait obligé plus de 10 000 personnes à évacuer la région autour de Sept-Iles, au nord de la province près du fleuve Saint-Laurent, n'a pas évolué dans la nuit de vendredi à samedi mais reste toujours "hors de contrôle", ont indiqué les autorités.

"Les vents seront variables aujourd’hui, donc ça pourrait changer à tout moment", a mis en garde Isabelle Gariépy de la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU).

Plus de 130 feux de forêts, dont 80 jugés hors de contrôle, restent actifs au Québec et ont obligé plus de 2 000 personnes supplémentaires à évacuer une ville mais aussi une communauté autochtone de la province dans la soirée de vendredi.

200 militaires viendront prêter main-forte en contribuant "à la planification et à la coordination des interventions", a déclaré sur Twitter le ministre fédéral de la Protection civile, Bill Blair, en réponse à la demande de la province vendredi soir.

Le Canada, qui, de par sa situation géographique, se réchauffe plus vite que le reste de la planète, est confronté ces dernières années à des événements météorologiques extrêmes, dont l'intensité et la fréquence sont accrues par le changement climatique.


Des navires américain et canadien traversent le détroit de Taïwan

Des navires américains traversent régulièrement le détroit de Taïwan (Photo, AFP).
Des navires américains traversent régulièrement le détroit de Taïwan (Photo, AFP).
Short Url
  • Des navires américains traversent régulièrement le détroit de Taïwan mais ils le font rarement accompagné d'un navire allié
  • Les militaires chinois ont indiqué avoir surveillé le passage des navires des Etats-Unis et du Canada

TAIPEI: Des navires américain, USS Chung-Hoon, et canadien, HMCS Montreal, ont traversé samedi le détroit de Taïwan, qui s'est mué en poudrière géopolitique ces dernières années, ont annoncé la marine américaine et l'armée canadienne.

"Le passage du Chung-Moon et du Montreal à travers le détroit de Taïwan démontre l'engagement des Etats-Unis et de ses alliés et partenaires en faveur d'une région indo-pacifique libre et ouverte", a déclaré la 7ème flotte américaine.

Les Etats-Unis et le Canada sont "des partenaires qui opèrent en faveur de la paix et de la sécurité dans la région", a tweeté de son côté l'armée canadienne.

Les militaires chinois ont indiqué avoir surveillé le passage des navires des Etats-Unis et du Canada.

"Les pays en question créent intentionnellement des problèmes dans le détroit de Taïwan, en augmentant délibérément les risques et en sapant sans scrupules la paix et la stabilité régionales", a déclaré le colonel Shi Yi, porte-parole du commandement chinois pour la zone est.

Des navires américains traversent régulièrement le détroit de Taïwan mais ils le font rarement accompagné d'un navire allié. Le dernier passage conjoint américano-canadien remonte ainsi à septembre.

Ce passage intervient alors que le ministre américain de la Défense, Lloyd Austin, et son homologue chinois Li Shangfu se sont brièvement salués pour la première fois lors du dîner d'ouverture de la conférence Shangri-La de dialogue sur la défense à Singapour.

Trois navires chinois, dont le porte-avions Shandong, avaient traversé fin mai le détroit de Taïwan. Si la présence de navires de guerre chinois dans le détroit de Taïwan est constamment surveillée et fait l'objet d'annonces presque quotidiennes par Taipei, celle du porte-avions Shandong est inhabituelle.

Depuis la fin de la guerre civile chinoise en 1949, la Chine considère Taïwan comme une province qu'elle n'a pas encore réussi à réunifier avec le reste de son territoire.

Les relations entre Pékin et Taipei, au plus bas depuis l'arrivée au pouvoir de Xi Jinping il y a plus de 10 ans, se sont encore dégradées ces dernières années et la Chine a multiplié les incursions militaires autour de l'île.


Un haut diplomate américain se rend en Chine pour une rare visite

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken et le sous-secrétaire d'Etat américain pour l'Asie du sud-est, Daniel Kritenbrink à Hanoï le 15 avril 2023 (Photo, AFP).
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken et le sous-secrétaire d'Etat américain pour l'Asie du sud-est, Daniel Kritenbrink à Hanoï le 15 avril 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • A Pékin, le haut diplomate «discutera de questions clés dans la relation» entre Washington et Pékin
  • Plusieurs rencontres entre des responsables américains et chinois ont eu lieu récemment, suggérant une tentative de reprise du dialogue entre Pékin et Washington

WASHINGTON: Le sous-secrétaire d'Etat américain pour l'Asie du sud-est, Daniel Kritenbrink, sera en Chine dans les jours qui viennent pour une rare visite, ont annoncé samedi les Etats-Unis, qui cherchent à réchauffer les relations entre les deux pays.

A Pékin, le haut diplomate "discutera de questions clés dans la relation" entre Washington et Pékin, selon un communiqué du département d'Etat. Il sera accompagné d'une haute responsable de la Maison Blanche en charge de la Chine et de Taïwan.

M. Kritenbrink se rendra également en Nouvelle-Zélande, a précisé le département d'Etat. Le voyage complet aura lieu du 4 au 10 juin.

Plusieurs rencontres entre des responsables américains et chinois ont eu lieu récemment, suggérant une tentative de reprise du dialogue entre Pékin et Washington.

Les tensions diplomatiques sont vives entre les deux pays, et elles étaient encore montées d'un cran en février à cause du survol du territoire américain par un ballon chinois, qui avait été abattu.

Cet incident avait conduit à l'annulation d'une visite en Chine du chef de la diplomatie américaine Antony Blinken, annoncée comme une occasion d'améliorer les relations.

M. Kritenbrink s'était à l'époque rendu en Chine dans le cadre des préparatifs pour ce voyage avorté.

Lors de son voyage au Japon le mois dernier, le président américain Joe Biden a estimé que les relations entre Washington et Pékin devraient connaître un "dégel très prochainement".

Autre signe semblant aller dans ce sens, le ministre américain de la Défense, Lloyd Austin, et son homologue chinois, Li Shangfu, ont eu un bref échange vendredi lors d'une conférence sur la sécurité à Singapour.

Fin mai, une visite du ministre chinois du Commerce Wang Wentao aux Etats-Unis s'était conclue par la promesse de maintenir ouverte les lignes de communication entre les deux pays.

Le directeur de la CIA, William Burns, s'est en outre rendu en mai à Pékin pour y rencontrer ses homologues, a-t-on appris cette semaine. Il s'agissait de la première visite d'un officiel américain à ce niveau en Chine depuis l'épisode du ballon.

Les deux superpuissances se livrent une compétition acharnée, qu'elle soit diplomatique, militaire, technologique ou économique, et sont à couteaux tirés sur plusieurs terrains diplomatiques comme Taïwan et la Russie.