France: un Goncourt pas comme les autres, Hervé Le Tellier sacré pour «L'Anomalie»

L'écrivain français Hervé Le Tellier pose après avoir reçu le prix Goncourt, le prix littéraire le plus prestigieux de France, pour son roman «L'Anomalie», le 30 novembre 2020 à Paris. (Thomas SAMSON / AFP)
L'écrivain français Hervé Le Tellier pose après avoir reçu le prix Goncourt, le prix littéraire le plus prestigieux de France, pour son roman «L'Anomalie», le 30 novembre 2020 à Paris. (Thomas SAMSON / AFP)
Short Url
Publié le Mardi 01 décembre 2020

France: un Goncourt pas comme les autres, Hervé Le Tellier sacré pour «L'Anomalie»

  • L'écrivain Hervé Le Tellier a remporté lundi le prix Goncourt: son roman s'appelle «L'Anomalie»
  • Cette récompense a été décernée par visioconférence, chaque juré étant resté chez lui

L'écrivain Hervé Le Tellier a remporté lundi le prix Goncourt: son roman s'appelle L'Anomalie et ça ne pouvait mieux tomber dans une ère troublée par la Covid-19, qui a privé les jurés de leur traditionnelle annonce au restaurant Drouant à Paris. 

Il a obtenu huit voix contre deux pour L'Historiographe du royaume de Maël Renouard, un des quatre finalistes.

Cette récompense a été décernée par visioconférence, chaque juré étant resté chez lui. Pas de délibérations à table, donc, et pas de bousculade avec les journalistes à l'arrivée du lauréat. Et le Goncourt, tout un symbole, a donc été attribué quarante-huit heures après la réouverture des librairies.

Pour les journalistes littéraires interrogés par le mensuel spécialisé Livres Hebdo, dont celui de l'AFP, Hervé Le Tellier – 63 ans, mathématicien de formation, ancien journaliste, président de l'association de l'Oulipo (ouvroir de littérature potentielle) – tenait la corde pour le Goncourt. 

Ce livre, bâti comme un savant jeu de construction et au suspense haletant, a pour lui d'avoir déjà convaincu un large public.

L'Anomalie, huitième roman de son auteur, raconte les suites d'un événement apparemment inexplicable, à savoir qu'un vol Paris-New York se reproduit deux fois, avec les mêmes passagers, à quelques mois d'intervalle. Un récit qui convoque avec brio tous les genres, science-fiction, roman noir, récit littéraire classique, procès-verbaux d'interrogatoire, etc.

Adapté à l'écran? 

Didier Decoin, le président du jury, a d'ailleurs suggéré que ce roman devrait connaître une autre vie sous forme de série ou sur grand écran. «C'est vrai qu'il y a une vraie dimension cinématographique. Il y a une arche narrative, comme on dit dans le vocabulaire de la série. Ça ne me déplairait pas de voir ce livre incarné sur l'écran», a admis Hervé Le Tellier par visioconférence.

Marie-Hélène Lafon, pour Histoire du fils, a elle remporté le prix Renaudot, récompense littéraire traditionnellement remise le même jour que le Goncourt.

Mais, Covid-19 ou pas, ce qui ne change pas, c'est que les prix littéraires sont toujours accompagnés d'un petit parfum de soufre. Samedi, le New York Times dénonçait dans une enquête le jeu trouble des jurys littéraires français, où selon le quotidien, la qualité littéraire passe après des conflits d'intérêt flagrants et des intrigues difficilement lisibles pour le grand public. Le Goncourt est moins directement visé que le Renaudot.

Ces deux prix, remis par des jurys bénévoles, ne rapportent rien ou presque dans l'immédiat à un écrivain: 10 euros pour le premier, 0 euro pour le second. Mais ils constituent des enjeux économiques cruciaux pour les auteurs et éditeurs, car des dizaines voire des centaines de milliers de lecteurs font confiance à ces labels.

Jury renouvelé

Conscients de cet enjeu, les deux prix ont préféré attendre la réouverture des librairies, intervenue samedi après un mois de fermeture pour raisons sanitaires.

«Dans cette rentrée, il y a eu 500 écrivains qui ont publié des textes (...) On est quatre finalistes, donc on voit bien qu'il y a eu beaucoup de blessés», relevait vendredi l'un des quatre auteurs en lice, Hervé Le Tellier, sur France Culture.

Outre des conditions inédites, le Goncourt se distingue cette année par un jury en partie renouvelé. Le journaliste Bernard Pivot a quitté la présidence de l'Académie fin 2019, et la romancière Virginie Despentes a démissionné début 2020. L'essayiste Pascal Bruckner et la romancière Camille Laurens ont fait leur entrée au sein du jury désormais présidé par l'écrivain Didier Decoin.

Au Renaudot, le journaliste et écrivain Jérôme Garcin avait démissionné en mars avec l'intention de susciter un renouvellement et de favoriser la présence de femmes au sein du jury. Il n'a pas encore trouvé de successeur.

En 2019, le Goncourt avait été remporté par Jean-Paul Dubois, avec Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon

Le Renaudot avait choisi le roman de Sylvain Tesson La Panthère des neiges, et l'essai d'Eric Neuhoff (Très) cher cinéma français.


Au procès Depp-Heard, Kate Moss affirme que l'acteur ne l'a jamais poussée dans un escalier

La mannequin britannique Kate Moss rejette les informations selon lesquelles son ancien petit ami Johnny Depp l'aurait un jour poussée dans les escaliers, affirmant que cela ne s'est jamais produit. (Photo, AFP)
La mannequin britannique Kate Moss rejette les informations selon lesquelles son ancien petit ami Johnny Depp l'aurait un jour poussée dans les escaliers, affirmant que cela ne s'est jamais produit. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Il ne m'a jamais poussée ou lancée dans un quelconque escalier», a déclaré Kate Moss
  • Johnny Depp assure que son ex-femme Amber Heard a ruiné sa réputation en affirmant, dans une tribune publiée en 2018, avoir été victime de violences conjugales deux ans auparavant

WASHINGTON: La top model britannique Kate Moss a démenti mercredi les rumeurs selon lesquelles son ex-compagnon Johnny Depp l'aurait poussée dans un escalier durant leur relation, lors d'un court témoignage apporté au procès en diffamation intenté par l'acteur à son ex-femme Amber Heard. 

« Il ne m'a jamais poussée ou lancée dans un quelconque escalier », a déclaré Kate Moss en visioconférence depuis l'Angleterre, devant l'audience du tribunal de Fairfax, près de la capitale américaine Washington. 

Johnny Depp assure que son ex-femme Amber Heard a ruiné sa réputation en affirmant, dans une tribune publiée en 2018, avoir été victime de violences conjugales deux ans auparavant. Il rejette ces allégations et réclame 50 millions de dommages-intérêts. 

L'actrice de 36 ans a contre-attaqué et demande le double, assurant avoir subi des années de violences, dont un viol en 2015, et accusant son ex-mari d'avoir voulu « ruiner sa carrière ». 

Lors de sa déposition le 5 mai, Amber Heard avait décrit une dispute violente avec son mari en mars 2015 et avait évoqué une rumeur selon laquelle Johnny Depp aurait à l'époque poussé Kate Moss dans un escalier. 

La top model de 48 ans, en couple avec la vedette de la saga « Pirates des Caraïbes » entre 1994 et 1998, a ainsi été appelée à témoigner par les avocats de Johnny Depp. 

Ils lui ont demandé de raconter un incident qui s'est produit lors de vacances du couple en Jamaïque. 

« On quittait la pièce et Johnny l'a quittée avant moi. Il y avait eu un orage et quand j'ai quitté la pièce, j'ai glissé jusqu'en bas des escaliers et je me suis blessée au dos », a-t-elle déclaré. 

« Et j'ai crié parce que je ne savais pas ce qui venait de m'arriver et j'avais mal. Il est revenu en courant pour m'aider et m'a portée jusqu'à ma chambre et m'a obtenu des secours médicaux », a poursuivi la top model lors d'une courte intervention de trois minutes. 

Les avocats d'Amber Heard n'ont eux pas souhaité interroger Kate Moss. 

Le procès, qui dure depuis le 11 avril, doit voir les débats se terminer vendredi, et son issue reste incertaine. 


Le créateur saoudo-libanais Talal Hizami nous ramène à l’école avec sa nouvelle collection

La nouvelle collection est inspirée du lycée. (Photo, Cheb Moha)
La nouvelle collection est inspirée du lycée. (Photo, Cheb Moha)
Short Url
  • La collection Alma Mater, inspirée de l’univers du lycée, est un hommage vestimentaire au parcours éducatif du créateur londonien
  • Elle sortira en deux temps à la fin du mois: sur le site Web de Pacifism et chez certains détaillants en ligne

DUBAÏ: Les amateurs de mode peuvent s’attendre à une forte dose de nostalgie avec la dernière collection du créateur saoudo-libano-palestinien Talal Hizami, lancée dans le cadre de sa marque de prêt-à-porter pour hommes, Pacifism.

La collection Alma Mater, inspirée de l’univers du lycée, est un hommage vestimentaire au parcours éducatif du créateur londonien et s’inscrit dans l’obsession permanente de la mode par le passé. «Il est toujours important pour moi d’essayer de dépeindre des histoires très vivantes de nostalgie à travers mes collections et mes photos», a-t-il déclaré.

1
Cette collection s’inscrit dans l’obsession permanente de la mode par le passé. (Photo, Cheb Moha)

La mode des années 2000 est actuellement très tendance en Occident. Cela est dû en grande partie au fait que les créateurs de la nouvelle génération ont atteint leur majorité dans les années 2000. Talal Hizami, qui a eu 29 ans en février, a présenté cette tendance dans le lookbook de Alma Mater, qui a été photographié par le Canadien d’origine irakienne Cheb Moha avec pour toile de fond des casiers d’école.  

En ce qui concerne les vêtements, le créateur nous ramène sur les bancs de l’école grâce à sa manière intelligente de revisiter les looks que le lycéen moyen pourrait porter dans un couloir d’école. Le créateur réinvente le blouson universitaire, symbole des sportifs américains, en utilisant un tissu en nylon japonais.

La collection comprend également des t-shirts décontractés sur lesquels figurent des mascottes d’écoles fictives. À l’université Pacifism, un oiseau vêtu d’un pull marron sert de symbole à l’équipe sportive des Peaceful Doves («Colombes pacifiques»). Le mot colombe est également utilisé pour décrire une personne qui prône la paix, autrement dit un pacifiste. Ce style sportif est complété par un short en éponge ultraconfortable et des chaussettes hautes.

 

1
La collection comprend également des t-shirts décontractés sur lesquels figurent des mascottes d’écoles fictives. (Photo, Cheb Moha)

Ayant suivi les programmes scolaires anglais et américain, Hizami a voulu fusionner toutes les expériences et l’essence de ses émotions pendant ses années scolaires.

Outre les sportifs et les élèves qui espèrent intégrer l’Ivy League, la nouvelle collection de Talal Hizami illustre toute l’expérience du lycée avec des vêtements destinés aux passionnés de sciences et aux amateurs de style bon chic bon genre. Une impression inspirée du tableau périodique est apposée au dos des manteaux oversize, épelant le mot «Pacifism», alors que les uniformes scolaires sont revisités dans un style streetwear avec des pantalons noirs amples et des chemises polos.

Mais rien ne rend plus nostalgique que les polos rugby. Largement répandus au milieu des années 1980, les polos rugby à rayures reviennent en force, apparaissant dans les collections de J. Crew, Alexander Wang, Koche, et maintenant, Pacifism.

Une impression inspirée du tableau périodique est apposée au dos des manteaux oversize. (Photo, Cheb Moha)
Une impression inspirée du tableau périodique est apposée au dos des manteaux oversize. (Photo, Cheb Moha)

«Cette collection me ressemble particulièrement, parce que je n’étais pas très doué pour écrire des histoires à l’école. C’est donc une façon pour moi de me sentir à l’aise de raconter des histoires», confie le créateur, qui a fondé sa marque en 2019 et a fait ses débuts à la London Fashion Week un an plus tard.

La collection sortira en deux temps à la fin du mois: sur le site Web de Pacifism et chez certains détaillants en ligne.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le glamour au rendez-vous du Festival de Cannes avec la star franco-algérienne Lyna Khoudri

L'actrice franco-algérienne est arrivée à Cannes pour les avant-premières de ses nouveaux films. (Fichier/AFP)
L'actrice franco-algérienne est arrivée à Cannes pour les avant-premières de ses nouveaux films. (Fichier/AFP)
Short Url
  • Lyna Khoudri, ambassadrice de la marque Chanel, a fait ses débuts sur le podium lors du dernier défilé croisière Chanel 2023 à Monaco
  • L’actrice est venue assister aux avant-premières de deux films dans lesquels elle joue, Novembre et Nos Frangins

DUBAÏ: L'actrice franco-algérienne Lyna Khoudri est arrivée à Cannes pour les avant-premières de ses nouveaux films, Novembre et Nos Frangins, avec un style qui a fait tourner les têtes.

Lors de la séance de photo du film Nos Frangins en début de semaine, la jeune femme de 29 ans arborait une tenue décontractée, vêtue d'une chemise argentée scintillante et d'une minijupe rouge signées Chanel. Elle a choisi un look similaire pour la séance photo du long-métrage Novembre de Cédric Jimenez, optant pour un T-shirt blanc uni assorti à une jupe en tweed rose à franges de la même maison parisienne. Elle a complété ce look avec plusieurs colliers de perles et des escarpins Mary Jane monochromes.

1
Lyna Khoudri et les acteurs du film Nos Frangins lors de la séance photo. (Getty Images)

Lyna Khoudri, ambassadrice de la marque Chanel, qui a fait ses débuts sur le podium lors du dernier défilé croisière Chanel 2023 à Monaco, a gardé ses tenues les plus glamour pour le tapis rouge. Elle y est apparue lors de la projection de Nos Frangins de Rachid Bouchareb, aux côtés des autres acteurs du film, Samir Guesmi et Reda Kateb, vêtue d'une robe brodée noire transparente de la collection couture printemps 2022 de Chanel.

1
L'actrice franco-algérienne a assisté à l’avant-première de Nos Frangins à Cannes. (Getty Images)

Par ailleurs, lors de la montée des marches pour le film Novembre, Khoudri a fait tourner les têtes dans un ensemble deux pièces gris de Chanel composé d'une veste en tweed légèrement déboutonnée et d'un pantalon ample, assorti à des Mary Jane noires. Le style était discret mais glamour.

En tant qu'ambassadrice de la marque, l'étoile montante du cinéma ne cesse d’émerveiller  dans des créations Chanel. Ainsi, lors de la projection de L'Innocent mardi soir, l'actrice était vêtue d'un haut noir à dos nu de la collection croisière 2023 de la marque, associé à une minijupe en cuir et des escarpins.

1
Lyna Khoudri en robe Chanel 2023. (Getty Images)

«Être l’égérie de Chanel, une maison qui a une telle expérience du festival, a une véritable signification», a déclaré l'actrice de The French Dispatch dans une récente interview vidéo.

L’actrice, qui tourne actuellement dans le très attendu Les Trois Mousquetaires, tient un rôle de premier plan dans Novembre et Nos Frangins.

Dans Novembre, qui relate les attentats terroristes à Paris dans la nuit du 13 novembre 2015, l'actrice interprète le rôle de Samia, une jeune femme bienveillante qui fait du bénévolat dans un camp de sans-abri. Sa colocataire finance son cousin, l'un des terroristes.

Nos Frangins revient sur la mort tragique de l'étudiant franco-algérien Malik Oussekine, mort en garde à vue en 1986. Lyna Khoudri joue le rôle de sa sœur.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com