L'Arabie saoudite et l'Iran remportent les premiers prix du concours Otr Elkalam

Le président du conseil d'administration de la GEA, Turki al-Cheikh, remettant aux lauréats les prix du concours Otr Elkalam de cette année (Photo, SPA).
Le président du conseil d'administration de la GEA, Turki al-Cheikh, remettant aux lauréats les prix du concours Otr Elkalam de cette année (Photo, SPA).
Le Saoudien Mohammed al-Sharif a remporté la première place dans la catégorie «Appel à la prière» (adhan), remportant 2 millions de riyals saoudiens (Photo, SPA).
Le Saoudien Mohammed al-Sharif a remporté la première place dans la catégorie «Appel à la prière» (adhan), remportant 2 millions de riyals saoudiens (Photo, SPA).
L’Iranien Younis Shahmradi est arrivé en tête de la catégorie «Récitation coranique», remportant 3 millions de riyals saoudiens (Photo, SPA).
L’Iranien Younis Shahmradi est arrivé en tête de la catégorie «Récitation coranique», remportant 3 millions de riyals saoudiens (Photo, SPA).
Short Url
Publié le Samedi 08 avril 2023

L'Arabie saoudite et l'Iran remportent les premiers prix du concours Otr Elkalam

  • Cet événement est l’un des programmes de ramadan les plus appréciés du Royaume et bénéficie d'un énorme succès dans le monde musulman
  • La compétition, organisée cette année en partenariat avec la Ligue musulmane mondiale, est l'une des grandes initiatives internationales de la GEA

RIYAD: Un Saoudien et un Iranien ont remporté les premiers prix du concours Otr Elkalam de vendredi, organisé par la General Entertainment Authority (GEA).

Mohammed al-Sharif a remporté la première place dans de la catégorie «Appel à la prière» (adhan), dotée de 2 millions de riyals saoudiens (1 riyal = 0,24 euro), tandis que Younis Shahmradi a remporté la première place dans la catégorie «Récitation», remportant 3 millions de riyals saoudiens.

Le dernier épisode du concours télévisé de récitation du Coran et d'appel d'adhan, qui se traduit par «Paroles parfumées», a été diffusé vendredi.

Consacré à la remise des prix aux lauréats de cette année, il a débuté par une récitation coranique de Yunus Gharbi, le concurrent marocain qui avait remporté la première édition du concours, suivi de Mohsen Kara, le vainqueur de la catégorie «Adhan turc» de l'année dernière, effectuant l'appel à la prière.

Le concours est un gagnant en soi, ayant obtenu six records reconnus par Guinness World Records pour le plus grand nombre de pays et de participants dans les catégories «Coran» et «Adhan», et les deux montants de prix les plus importants. 

Cet événement est l’un des programmes de ramadan les plus populaires du Royaume et jouit d'un énorme succès dans le monde musulman.

Plus de 50 000 concurrents de 165 pays ont pris part aux qualifications préliminaires de l'événement, qui se sont tenues en janvier. 50 d’entre eux sont arrivés aux qualifications finales, qui ont été diffusées sur MBC et sur la plate-forme numérique Shahid.

La compétition, organisée cette année en partenariat avec la Ligue musulmane mondiale, est l'une des grandes initiatives internationales de la GEA. Le président de la GEA, Turki al-Cheikh, a félicité tous les candidats et les 20 gagnants dans les différentes catégories.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Qiddiya annonce la création d’un nouveau centre dédié aux arts de la scène

La Qiddiya Investment Company a annoncé la création du Centre des arts de la scène de Qiddiya à Qiddiya City (Photo, Fournie).
La Qiddiya Investment Company a annoncé la création du Centre des arts de la scène de Qiddiya à Qiddiya City (Photo, Fournie).
La Qiddiya Investment Company a annoncé la création du Centre des arts de la scène de Qiddiya à Qiddiya City (Photo, Fournie).
La Qiddiya Investment Company a annoncé la création du Centre des arts de la scène de Qiddiya à Qiddiya City (Photo, Fournie).
La Qiddiya Investment Company a annoncé la création du Centre des arts de la scène de Qiddiya à Qiddiya City (Photo, Fournie).
La Qiddiya Investment Company a annoncé la création du Centre des arts de la scène de Qiddiya à Qiddiya City (Photo, Fournie).
La Qiddiya Investment Company a annoncé la création du Centre des arts de la scène de Qiddiya à Qiddiya City (Photo, Fournie).
La Qiddiya Investment Company a annoncé la création du Centre des arts de la scène de Qiddiya à Qiddiya City (Photo, Fournie).
Short Url
  • Le centre accueillera chaque année plus de 260 représentations en salle et en plein air
  • Il servira d'incubateur pour les jeunes Saoudiens, offrant des opportunités éducatives et des ressources pour favoriser l'émergence de la prochaine génération de scénaristes, de producteurs et d'acteurs

RIYAD: La Qiddiya Investment Company a annoncé un nouveau centre dédié aux arts de la scène, qui vient s'ajouter au riche paysage culturel de l'Arabie saoudite.

Le centre, qui devrait attirer plus de 800 000 visiteurs par an, enrichira les attraits de la nouvelle ville de Qiddiya City. Selon un communiqué officiel, ce site contribuera à redéfinir l'expérience culturelle, tant pour les résidents que pour les visiteurs, grâce à son architecture, sa technologie de pointe et son engagement en faveur de l'innovation artistique.

Le dévoilement du centre fait suite à l'annonce d'autres attractions de divertissement, sportives et culturelles, comprenant notamment un quartier polyvalent de jeux et de sports, le stade multisports Prince Mohammed ben Salmane, une piste de sports automobiles, le parc à thème Dragon Ball, et Aquarabia, le premier parc à thème aquatique de ce type dans le Royaume.

Abdallah al-Dawood, directeur général de la Qiddiya Investment Company, souligne: «Qiddiya City est bien plus qu’un simple lieu de divertissement et de sports; elle est aussi pionnière dans la préservation et la promotion de la culture saoudienne. C'est pourquoi nous sommes ravis d'annoncer l'ajout du Centre des arts de la scène de Qiddiya à Qiddiya City. Ce dernier sera un phare de créativité et d'innovation qui propulsera le paysage culturel de l'Arabie saoudite vers de nouveaux sommets. Avec son design moderne révolutionnaire, sa technologie de pointe et son engagement à encourager les talents, le centre incarne l'esprit de Qiddiya City, un lieu où l'imagination n'a pas de limite.»

Le Dr Osama Ghanem al-Obaidy, professeur à l'Institut de l'administration publique à Riyad,confie à Arab News: «Le nouveau Centre des arts de la scène représente une initiative culturelle significative qui contribuera à promouvoir la culture et le patrimoine saoudiens auprès des résidents et des visiteurs étrangers. Il offre une occasion unique de profiter toute l'année d’espaces communautaires, culturels et de divertissement, mettant en avant divers aspects de la culture saoudienne tels que la musique, la danse et les arts traditionnels.»

«Il servira également de plate-forme aux personnes issues d’horizons culturels divers pour qu'elles puissent exprimer leurs talents à travers divers événements culturels», précise-t-il.

Créativité 

Il ajoute que le centre témoigne de l'engagement de la ville à encourager la créativité et l'innovation, puisqu'il accueillera chaque année plus de 260 représentations et événements en salle et en plein air.

Doté de plus de 3 000 sièges répartis sur trois théâtres, il proposera des expériences immersives à 360 degrés, fusionnant des éléments physiques et numériques. Un amphithéâtre en porte-à-faux offrira des vues imprenables sur le plateau inférieur de la ville, tandis qu’un espace doté de 600 sièges et totalement adaptable sera suspendu au-dessus.

Le centre servira d'incubateur pour les jeunes talents saoudiens, offrant des opportunités éducatives et des ressources pour favoriser l'émergence de la prochaine génération de scénaristes, de producteurs et d'acteurs. Il contribuera à stimuler la croissance économique en créant des milliers de perspectives de carrière dans les secteurs créatif et culturel.

Au-delà des espaces dédiés aux représentations, le centre se présentera comme un véritable pôle communautaire dynamique, invitant les résidents et les visiteurs à explorer diverses options de restauration, de commerces et de divertissements éducatifs. Un jardin sur le toit, des galeries d'art et des espaces verts viendront agrémenter l'expérience culturelle, le tout porté par une architecture emblématique, symbole puissant de l'identité citoyenne.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les cordes sensibles de Sophye Soliveau, harpiste soul

Elle poursuit sa formation grâce au conservatoire public de Bourg-La-Reine - mais trop jeune pour le chant lyrique, elle jette son dévolu sur la harpe, instrument qui trônait au fond de l'appartement familial (Photo, X).
Elle poursuit sa formation grâce au conservatoire public de Bourg-La-Reine - mais trop jeune pour le chant lyrique, elle jette son dévolu sur la harpe, instrument qui trônait au fond de l'appartement familial (Photo, X).
Short Url
  • Sur scène, elle oscille entre des solos voix et harpe aux tonalités de soul music intimiste et nostalgique, et des improvisations jazzy
  • Il lui a fallu passer par un rejet du conservatoire, et même de la musique pour retrouver sa voie

 

LILLE: Sa harpe, incongrue à première vue entre basse et batterie, trouve sa place dès les premières notes: Sophye Soliveau, harpiste et chanteuse, fait partie des dix finalistes du prix musical Joséphine, alternative aux Victoires de la musique, grâce à son premier album, un "journal intime" où elle parle d'"amour".

La trentenaire rencontrée à Lille en juin, poursuit une tournée qui doit la mener à Rennes, Valence et Berlin en juillet avant de jouer au festival Jazz à la Villette le 4 septembre à Paris.

Sur scène, elle oscille entre des solos voix et harpe aux tonalités de soul music intimiste et nostalgique, et des improvisations jazzy, embarquant parfois la salle comme un choeur de gospel.

Née en 1989 à Clamart, d'origine guadeloupéenne, elle grandit en région parisienne, entre les cours du conservatoire où elle rentre en CM2 et la culture musicale familiale, nourrie du R'nB prisé par sa fratrie et des cantiques adventistes que chantait sa maman.

"On écoutait beaucoup de musique ensemble", mais "il n'y avait pas forcément d'endroits où je pouvais faire des croisements entre ce que j'apprenais au conservatoire et ce que j'apprenais chez moi", se souvient-elle.

Fascinée par la voix d'une chanteuse lyrique amatrice entendue au centre social, elle prend des cours de chants avec une professeure particulière.

Elle poursuit sa formation grâce au conservatoire public de Bourg-La-Reine - mais trop jeune pour le chant lyrique, elle jette son dévolu sur la harpe, instrument qui trônait au fond de l'appartement familial, mystérieusement cachée sous un drap.

Au conservatoire, elle découvre "une culture qui n'est pas vraiment la mienne". "J'ai bien senti que je n'étais pas à ma place", raconte la musicienne, se souvenant de réflexe "raciste" d'enseignants se tournant vers elle dès qu'étaient abordées des formes musicales associées à sa couleur de peau - gospel par exemple.

«Malaise»

Face au racisme, "on veut toujours inventer des excuses pour les gens, ce qu'ils font, ce qu'ils disent. Parce qu'on ne veut pas admettre qu'on est vraiment tombé dans ce monde-là, dans ce corps-là", explique Sophye Soliveau, se cachant derrière un éclat de rire sonore.

"Encore aujourd'hui, je suis dans le déni. (...) Mais il y a un malaise. Et ce malaise-là, il n'y a pas de mots dessus, du coup, ça met trop de temps à se défaire".

Il lui a fallu passer par un rejet du conservatoire, et même de la musique pour retrouver sa voie.

"Je n'avais plus de harpe. D'ailleurs, je n'ai jamais possédé de harpe, ce qui est un signe de quelque chose", souligne-t-elle. "J'ai arrêté pendant longtemps", puis "j'ai recommencé à chanter parce que c'est mon premier lien avec la musique".

Son premier album, humblement intitulé "Initiation", sorti en 2024 après une campagne de financement participatif, est écrit comme un "journal intime", composé la nuit sur une harpe louée à un voisin.

Pas de message politique au premier degré: "mon projet parle d'amour", dit-elle.

Elle revendique l'influence des légendes de la musique afro-américaine comme Tracy Chapman ou les pionnières du renouveau de la soul à la fin des années 90 Angie Stone et Erykah Badu, mais aussi du compositeur et pianiste français Francis Poulenc.

Au Lille Piano(s) Festival, elle a conquis le public avec "Leave", Partir, un morceau qui parle à la fois d'une rupture amoureuse et de la question qui se pose lorsqu'on est noir dans une France où l'extrême droite est en plein essor, une situation qui lui "serre le ventre".

Partir, "la question, c'est juste quand" et "où ? Où est-ce qu'on va aller. Où est-ce que je suis chez moi ?"


Voice of Baceprot, un groupe heavy metal indonésien féminin pour une première à Glastonbury

Leur renommée est telle que Flea, membre du groupe américain Red Hot Chili Peppers, considéré comme l'un des plus grands bassistes de tous les temps, a un jour tweeté qu'il "aimait beaucoup" Voice of Baceprot (Photo, AFP).
Leur renommée est telle que Flea, membre du groupe américain Red Hot Chili Peppers, considéré comme l'un des plus grands bassistes de tous les temps, a un jour tweeté qu'il "aimait beaucoup" Voice of Baceprot (Photo, AFP).
Short Url
  • Pour Firda, le succès grandissant du groupe signifie que sa musique peut toucher plus de gens
  • Les trois jeunes femmes qui revendiquent leur religion et portent le hijab sur scène, se sont fait connaître grâce à leurs reprises du groupe américain Rage Against the Machine

JAKARTA:,Trois jeunes femmes d'une vingtaine d'années jouant du heavy metal, parlant d'égalité des sexes et de paix: Voice of Baceprot, remarqué bien au-delà des frontières, est le premier groupe indonésien à se produire cette semaine au prestigieux festival anglais de Glastonbury.

Après des débuts modestes dans leur petite ville de l'ouest de Java, les trois jeunes femmes qui revendiquent leur religion et portent le hijab sur scène, se sont fait connaître grâce à leurs reprises du groupe américain Rage Against the Machine postées sur YouTube.

Et quand elles ont appris en mars qu'elles étaient conviées à Glastonbury, aux côtés de têtes d'affiche comme Coldplay et Dua Lipa, elles n'y croyaient pas.

"Honnêtement, Glastonbury ne figurait pas sur notre liste de souhaits parce que nous pensons que c'est un rêve trop ambitieux", confie à l'AFP la batteuse Euis Siti Aisah, 24 ans.

"J'y crois encore à moitié. C'est pourquoi nous continuons à vérifier s'il s'agit du Glastonbury officiel ou si quelqu'un nous a fait une blague", ajoute la jeune femme interviewée le week-end dernier, juste avant un concert à Jakarta.

Ce n'est pas un rêve: le groupe composé de Firda Kurnia à la guitare et au chant, Widi Rahmawati à la basse et Euis à la batterie sera bien le premier groupe indonésien de l'histoire à se produire à Glastonbury, l'un des plus grands festivals au monde créé en 1970 dans le sud-ouest de l'Angleterre.

Dans un pays où les concerts de heavy metal et de hard rock réunissent des milliers de fans, le trio, avec ses messages de paix et d'égalité des sexes, brise les stéréotypes au sein d'une société indonésienne dominée par les hommes.

Pour Firda, le succès grandissant du groupe signifie que sa musique peut toucher plus de gens. Mais la rançon de cette gloire naissante, c'est que leur vie est désormais scrutée par des fans "obsédés" qui vont jusqu'à essayer de les rencontrer chez elles.

«Anxieuse»

Bien que le groupe ait déjà effectué une tournée aux Etats-Unis et en Europe, Euis confie être "anxieuse" avant leur premier concert en Grande-Bretagne.

Leur renommée est telle que Flea, membre du groupe américain Red Hot Chili Peppers, considéré comme l'un des plus grands bassistes de tous les temps, a un jour tweeté qu'il "aimait beaucoup" Voice of Baceprot.

Leur plus grand succès à ce jour, "God, Allow Me (Please) to Play Music" ("Dieu permets-moi, s'il te plaît, de jouer de la musique") aborde la question de l'égalité et a dépassé le million de streams sur Spotify.

Les conservateurs musulmans indonésiens ne se privent pas de critiquer le groupe féminin, portant par ailleurs un jugement sur leurs vêtements qu'ils considèrent inappropriés.

Dans d'autres morceaux, le groupe aborde de front le changement climatique, le sexisme ou encore les droits des femmes.

"Nous créons des chansons basées sur ce que nous voyons, entendons, lisons, expérimentons nous-mêmes", explique Firda.

Le groupe formé en 2014 par trois adolescentes, a débuté par de petits festivals autour de Java occidental, l'une des provinces les plus conservatrices d'Indonésie. Le trio s'est ensuite installé dans la capitale Jakarta et a continué à donner des concerts en ligne pendant la pandémie de Covid.

Les jeunes femmes sont depuis lors retournées dans leur ville natale de Singajaya, où elles terminent la construction de leur propre studio.

Si elles rêvent de se produire un jour au festival américain Coachella et assurent avoir reçu "beaucoup" de propositions de concerts à l'étranger, les trois rockeuses veulent maintenant se consacrer à leur pays.

"En fait, nous voulons vraiment faire une tournée en Indonésie, mais nous n'en avons pas encore eu l'occasion", conclut Widi.