Maroc: La lutte contre la pandémie est aussi l’affaire des artistes

Jidar, le festival marocain de street-art, une tradition mise cette année au profit de la lutte contre la Covid-19 (Archives, Fadel Senna/AFP)
Jidar, le festival marocain de street-art, une tradition mise cette année au profit de la lutte contre la Covid-19 (Archives, Fadel Senna/AFP)
Short Url
Publié le Lundi 27 juillet 2020

Maroc: La lutte contre la pandémie est aussi l’affaire des artistes

  • Des associations locales organisent des campagnes de sensibilisation en collaboration avec des graffeurs
  • C’est aussi un moyen de rendre l’art accessible en période d’urgence sanitaire

RABAT : Dans les grandes villes du Royaume, les forces de sécurité et les services de secours et de santé ne sont pas les seuls mobilisés pour alerter sur le respect du port du masque et des gestes barrières. Alors que le Maroc a prolongé l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 10 août, les artistes ont aussi pris les devants pour faire passer le message auprès de la population.

Depuis plusieurs semaines, des associations locales organisent des campagnes de sensibilisation en collaboration avec des graffeurs. À Rabat par exemple, des adeptes du street art ont habillé les murs de plusieurs quartiers de la capitale avec les slogans « Restez chez vous ! » et des dessins de médecins, d’infirmières, de policiers et de militaires portant des masques.

Pour venir en aide aux familles en situation précaire, particulièrement vulnérables pendant la pandémie, la galerie Marsam a, quant à elle, mobilisé à Casablanca les artistes Zoulikha Bouabdellah et Abdallah Sadouk. Objectif : dessiner des masques en tissu dont la vente sert à financer les actions de l’association Maroc Solidaire.

Un masque conçu par l'artiste Zoulikha Bouabdellah et vendu au bénéfice d'une association d'aide aux personnes vulnérables.
Un masque conçu par l'artiste Zoulikha Bouabdellah et vendu au bénéfice d'une association d'aide aux personnes vulnérables. (Photo Fournie)

« J’ai tout de suite adhéré à ce projet qui permet de sensibiliser au port du masque en travaillant l’apparence de l’objet qui fait désormais partie de notre quotidien. C’est aussi un moyen de rendre l’art accessible en période d’urgence sanitaire, alors que les galeries et les musées sont en accès limité, voire toujours fermés », a déclaré Zoulikha Bouabdellah, qui a déjà participé à des opérations similaires, notamment pour des programmes de l’Organisation des Nations unies sur l’alimentation et l’agriculture.

Dans la lutte contre la Covid-19, des maisons de vente aux enchères sont aussi mobilisées. C’est le cas de Mazad & Art à Tanger qui a organisé le 18 juillet une vente dont l’intégralité des revenus a été reversée au Fonds spécial pour la gestion de la pandémie créé en mars à l’initiative du roi Mohammed VI. « Il y a au Maroc un élan exceptionnel de solidarité et les dons affluent de toutes parts. Nous avons souhaité, nous aussi, apporter notre modeste contribution, à travers une vente caritative », a indiqué Chokri Bentaouit, le fondateur et président de Mazad & Art. Au programme : une soixantaine d’œuvres signées d’artistes contemporains dont Mohamed Melehi, Mahi Binebine et Abderrahim Yamou.


La finale mondiale du Red Bull Car Park Drift à Djeddah sera «la meilleure», selon les leaders saoudiens de la discipline

Pour la toute première fois, la finale du Red Bull Car Park Drift se tiendra en Arabie Saoudite le 8 décembre à Djeddah (Photo fournie)
Pour la toute première fois, la finale du Red Bull Car Park Drift se tiendra en Arabie Saoudite le 8 décembre à Djeddah (Photo fournie)
Pour la toute première fois, la finale du Red Bull Car Park Drift se tiendra en Arabie Saoudite le 8 décembre à Djeddah (Photo fournie)
Pour la toute première fois, la finale du Red Bull Car Park Drift se tiendra en Arabie Saoudite le 8 décembre à Djeddah (Photo fournie)
Short Url
  • Djeddah accueillera 21 drifters de 18 pays différents qui s’affronteront pour devenir le roi du Red Bull Car Park Drift
  • Les pilotes saoudiens affronteront des drifters qualifiés dans des compétitions de la Jamaïque à l’île Maurice, du Sri Lanka au Pakistan, du Kenya à l’Afrique du Sud mais aussi de la Pologne, l’Estonie, la Géorgie, l’Azerbaïdjan, le Qatar, Oman, les EAU,

DJEDDAH : Pour la toute première fois, la finale mondiale du Red Bull Car Park Drift se tiendra en Arabie Saoudite le 8 décembre à Djeddah.

Alors que les billets de la finale venaient d’être mis en vente, les organisateurs Saudi Motorsport Company et Djeddah Corniche Circuit promettent aux fans le « meilleur » évènement de fin de saison de tous les temps.

Djeddah accueillera 21 drifters de 18 pays différents qui s’affronteront pour devenir le roi du Red Bull Car Park Drift de 2022.

Le contrôle expert de la puissance, le rythme pur et les plus délicates des touches sont des éléments qui feront toute la différence entre victoire et défaite pour les concurrents prêts à offrir des tribunes bondées et une atmosphère festive.

Pour les fans de sports automobiles saoudiens, l’évènement accueillera trois concurrents du Royaume qui seront confirmés lors d’une épreuve de qualification le 3 décembre.

Avec des billets disponibles pour tous les fans. Le PDG de Saudi Motorsport Company (SMC) Martin Whitaker a déclaré qu’il comptait les jours avant l’un des plus grands moments automobiles de Djeddah.

Il a déclaré « À mon avis, le circuit de la corniche de Djeddah est l’un des meilleurs sites de la longue et impressionnante histoire du Red Bull Car Park Drift et nous attendons un grand évènement dans un endroit magnifique. »

« Il s’agit d’un évènement extrêmement spécial pour la région et nous sommes si fiers de pouvoir l’amener à Djeddah et de donner aux fans de drift la chance de vivre une compétition de classe mondiale. »

Il a ajouté : « Evidemment, avec trois pilotes saoudiens en compétition dans la finale, nous nous attendons à ce que la foule soit plus enthousiaste que jamais. Et ce serait tellement spécial de voir un pilote local couronné King of Drift »

Les pilotes saoudiens affronteront des drifters qui se sont qualifiés dans des compétitions allant de la Jamaïque à l’île Maurice, du Sri Lanka au Pakistan, du Kenya à l’Afrique du Sud mais aussi de la Pologne, l’Estonie, la Géorgie, l’Azerbaïdjan, le Qatar, Oman, les EAU, Bahreïn, la Jordanie et le Liban.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les passionnés de musique en sweats à capuche au MDLBEAST Soundstorm 2022 à Riyad

MDLBEAST dispose d’une station de personnalisation où les visiteurs peuvent imprimer des images ou des lettres sur leurs sweats à capuche et leurs t-shirts. (Photo fournie)
MDLBEAST dispose d’une station de personnalisation où les visiteurs peuvent imprimer des images ou des lettres sur leurs sweats à capuche et leurs t-shirts. (Photo fournie)
MDLBEAST dispose d’une station de personnalisation où les visiteurs peuvent imprimer des images ou des lettres sur leurs sweats à capuche et leurs t-shirts. (Photo fournie)
MDLBEAST dispose d’une station de personnalisation où les visiteurs peuvent imprimer des images ou des lettres sur leurs sweats à capuche et leurs t-shirts. (Photo fournie)
MDLBEAST dispose d’une station de personnalisation où les visiteurs peuvent imprimer des images ou des lettres sur leurs sweats à capuche et leurs t-shirts. (Photo fournie)
MDLBEAST dispose d’une station de personnalisation où les visiteurs peuvent imprimer des images ou des lettres sur leurs sweats à capuche et leurs t-shirts. (Photo fournie)
MDLBEAST dispose d’une station de personnalisation où les visiteurs peuvent imprimer des images ou des lettres sur leurs sweats à capuche et leurs t-shirts. (Photo fournie)
MDLBEAST dispose d’une station de personnalisation où les visiteurs peuvent imprimer des images ou des lettres sur leurs sweats à capuche et leurs t-shirts. (Photo fournie)
Short Url
  • Nana, visitant le festival de musique avec ses amis, a déclaré à Arab News : « Je suis ici depuis que tout a commencé en 2019. Chaque année, je suis surprise par les changements qui ont lieu. Cette année, nous avons remarqué une meilleure organisation dan
  • Les gens aiment acheter des souvenirs du festival afin qu’ils puissent chérir depuis leur maison un morceau de MDLBEAST

RIYAD : Alors que Riyad commençait à voir des baisses de température, des milliers de passionnés de musique ont afflué au MDLBEAST Soundstorm 2022 jeudi à Riyad, habillés de sweats à capuche et de vestes de différentes couleurs et de motifs variés.

Nana, 22 ans, a été aperçue dans la Dance Tent (soit tente de danse, l’une des scènes de MDLBEAST), portant une veste colorée du style des années 70 avec un jean déchiré et des paillettes autour des yeux.

Elle a déclaré à Arab News : « Je suis ici depuis que tout a commencé en 2019. Chaque année, je suis surprise par les changements qui ont lieu. Cette année, nous avons remarqué une meilleure organisation dans la zone de parking. »

De nombreux magasins de vêtements étaient présents à l’évènement afin de vendre des sweats à capuche et des vêtements de streetwear confortables.

MDLBEAST dispose également d’une station de personnalisation où les visiteurs peuvent imprimer des images ou des lettres sur leurs sweats à capuche et leurs t-shirts.


Les polars de Petros Markaris ou la Grèce face à ses démons

L'écrivain grec Petros Markaris lors d'une interview dans un hôtel de Madrid, le 29 septembre 2016. (Photo par Javier Soriano / AFP)
L'écrivain grec Petros Markaris lors d'une interview dans un hôtel de Madrid, le 29 septembre 2016. (Photo par Javier Soriano / AFP)
Short Url
  • Fin observateur de la société grecque, M. Markaris, édité dans une dizaine de langues, souhaite ainsi «comprendre comment, pourquoi et quelles sont les raisons pour lesquelles la société grecque est telle qu'elle est aujourd'hui»
  • Pour son traducteur en français, Michel Volkovitch, l'écrivain, qui fut le scénariste du réalisateur grec Theo Angelopoulos, décrit la Grèce «de façon pédagogique»

ATHÈNES : L'auteur à succès de polars Petros Markaris brosse dans ses œuvres le portrait sévère d'une Grèce en crise avec elle-même et confrontée à ses démons: corruption, fraude fiscale et nationalisme.

«L'intrigue policière dans un polar n'est qu'un prétexte pour raconter une société», assure d'emblée cet octogénaire volubile qui reçoit l'AFP dans son appartement rempli de livres d'un quartier populaire d'Athènes.

Fin observateur de la société grecque, M. Markaris, édité dans une dizaine de langues, souhaite ainsi «comprendre comment, pourquoi et quelles sont les raisons pour lesquelles la société grecque est telle qu'elle est aujourd'hui».

Pour son traducteur en français, Michel Volkovitch, l'écrivain, qui fut le scénariste du réalisateur grec Theo Angelopoulos, décrit la Grèce «de façon pédagogique».

«Il donne une image fidèle de la société grecque pendant la crise, mais aussi celle d'une famille grecque moyenne: celle de Charitos (le commissaire présent dans toutes ses enquêtes, ndlr), qui est centrale dans ses livres», explique le traducteur.

«Il nous glisse dans leurs problèmes du quotidien, dans l'incertitude de la crise. C'est ce qui les rend attachants».

Kostas Charitos, policier haut en couleurs qui mène l'enquête en parcourant Athènes dans tous les sens, est le personnage principal de la «trilogie de la crise» qui a propulsé l'écrivain sur le devant de la scène.

- Corruption, népotisme -

Ses intrigues policières efficaces font apparaître les problèmes de corruption, de népotisme, d'évasion fiscale qui rongent la Grèce, mais aussi l'ascension durant les années de crise (2008-2018) du parti néo-nazi Aube dorée qui s'en est pris à des étrangers.

Sa dizaine de romans policiers a été traduite en 13 langues, y compris en français et en allemand.

Diogenes Verlag, son éditeur en allemand à Zurich, a indiqué à l'AFP que cette trilogie s'était vendue à plus de 270.000 exemplaires dans les pays germanophones.

Le vieil homme s'inquiète pour son pays qui se remet à peine d'une grave crise financière et d'une cure d'austérité draconienne durant lesquelles il a perdu un quart de son PIB.

«Alors même que la population de la Grèce a pu se remettre un peu des effets de la crise, la pandémie et la guerre en Ukraine l'ont fragilisée à nouveau. La Grèce n'a pas eu de chance», poursuit-il.

L'inflation à plus de 9% en octobre après six mois au-dessus de 10% et la flambée des prix de l'énergie font souffrir la population alors que le souvenir de la crise financière, l'une des pires de la turbulente histoire grecque, reste une plaie ouverte.

«A voir ce qu'il se passe en Grande-Bretagne et en Italie, la Grèce n'est finalement pas le pire exemple européen!», nuance toutefois M. Markaris, 85 ans.

L'Italie a récemment élu un gouvernement d'extrême-droite, alors qu'au Royaume-Uni, secoué par le Brexit et ses remous politiques, plus de la moitié de la population souffre des prix élevés de l'énergie et de la nourriture.

Pour lui, les Grecs, qui étaient massivement descendus dans les rues pour manifester leur opposition aux mesures d'austérité durant la crise, n'ont «plus autant l'envie de revendiquer un meilleur avenir» qu'avant.

- Littérature allemande -

Né à Istanbul, de père arménien et de mère grecque, Petros Markaris est arrivé à Athènes en 1964 avant de partir étudier à Vienne et Stuttgart, où il tombe amoureux de la littérature allemande.

Plus tard, c'est lui qui introduira les grands écrivains allemands auprès des Grecs avec ses traductions des œuvres de Bertolt Brecht et de Goethe.

Mais Petros Markaris est surtout connu pour avoir été le scénariste de Theo Angelopoulos pour plusieurs de ses films, dont «L'éternité et un jour», Palme d'or du festival de Cannes en 1998.

En Grèce, il fut aussi le scénariste d'une série policière très populaire.

«Les contacts que j'ai pu établir à cette époque avec le monde de la police grecque m'ont inspiré pour le commissaire Charitos», se souvient l'écrivain.

N'ayant pas vécu en Grèce l'occupation allemande entre 1941 et 1944 ou la guerre civile grecque de l'immédiat après-guerre, M. Markaris considère qu'il a un point de vue «objectif et sans préjugés de la Grèce».

«Je n'ai pas de traumatismes ni d'expériences personnelles qui influencent mon point de vue. Je vois et décrit la Grèce comme je l'ai connue lorsque j'y suis arrivé», assure-t-il.