Le fils du dernier shah d'Iran célèbre la journée du souvenir de l'Holocauste en Israël

Le prince héritier d'Iran en exil a célébré mardi la journée du souvenir de l'Holocauste lors de sa visite en Israël (Photo fournie).
Le prince héritier d'Iran en exil a célébré mardi la journée du souvenir de l'Holocauste lors de sa visite en Israël (Photo fournie).
Short Url
Publié le Mercredi 19 avril 2023

Le fils du dernier shah d'Iran célèbre la journée du souvenir de l'Holocauste en Israël

  • Reza Pahlavi a quitté l'Iran à l’âge de 17 ans pour une école de pilotage militaire aux États-Unis, juste avant que son père n'abandonne le trône pour l'exil
  • «Ensemble, nous renouerons les liens entre les nations pour le bien des générations futures», a écrit Gamliel avant la cérémonie de Yom HaShoah

JÉRUSALEM: Le prince héritier d'Iran en exil a célébré mardi la journée du souvenir de l'Holocauste lors de sa visite en Israël, ce qui reflète les liens profonds que son père avait autrefois entretenus avec ce pays, contrairement à l'état actuel d'hostilité entre Israël et la République islamique.

Reza Pahlavi, fils du dernier shah à gouverner l'Iran avant la Révolution islamique de 1979, avait déclaré cette semaine qu'il transmettrait «un message d'amitié de la part du peuple iranien».

Il a commencé lundi soir sa participation à Yom HaShoah, comme on l'appelle en hébreu, a déclaré la ministre israélienne des Renseignements, Gila Gamliel, qui l'a accueilli. Il a également pu voir le Mur occidental, rencontré la communauté bahaïe locale, ainsi que des juifs israéliens d'origine iranienne, a-t-elle ajouté.

Gila Gamliel a salué la «décision courageuse» de Reza Pahlavi d’effectuer sa première visite en Israël.

«Le prince héritier symbolise un leadership différent de celui du régime des ayatollahs, et prône des valeurs de paix et de tolérance, contrairement aux extrémistes qui dirigent l'Iran», a-t-elle déclaré.

«Ensemble, nous renouerons les liens entre les nations pour le bien des générations futures», a écrit Gamliel avant la cérémonie de Yom HaShoah.

«Nous sommes très heureux d'être ici et nous nous engageons à travailler pour l'avenir pacifique et prospère que méritent les habitants de notre région», a déclaré Pahlavi dans un message Twitter annonçant son arrivée.

Reza Pahlavi a quitté l'Iran à l’âge de 17 ans pour une école de pilotage militaire aux États-Unis, juste avant que son père, Mohammad Reza Pahlavi, atteint d'un cancer, n'abandonne le trône pour l'exil. Puis vint la révolution, avec la création de la République islamique, la prise de contrôle de l'ambassade des États-Unis à Téhéran et l’élimination des derniers vestiges de la monarchie soutenue par les États-Unis.

Reza Pahlavi, qui réside toujours aux États-Unis, a appelé à une révolution pacifique qui remplacerait le régime clérical par une monarchie parlementaire, consacrerait les droits humains et moderniserait son économie étatisée.

On ne sait pas s'il peut galvaniser le soutien pour un retour au pouvoir. Son père a régné de manière fastueuse et répressive à la suite d'un coup d'État soutenu par la CIA en 1953. Le défunt shah avait également des liens diplomatiques et militaires étroits avec Israël.

Cela a pris fin en 1979, lorsque le chef de la révolution iranienne, l'ayatollah Khomeiny, a déclaré Israël «ennemi de l'islam» et a coupé tous les liens avec ce pays. Aujourd'hui, les deux pays sont des ennemis jurés. Israël considère l'Iran comme sa plus grande menace, en raison des appels de ce pays à la destruction d'Israël, son soutien aux groupes militants hostiles aux frontières d'Israël et son programme nucléaire. L'Iran conteste les accusations d'Israël et de ses alliés occidentaux selon lesquelles il poursuit la fabrication d’une bombe nucléaire.

«Je veux que le peuple d'Israël sache que la République islamique ne représente pas le peuple iranien. Les liens historiques entre nos peuples peuvent être ravivés au profit des deux nations», a déclaré Pahlavi sur Twitter.

* Avec AP

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'Algérie justifie le refoulement d'un journaliste par l'hostilité de Jeune Afrique

Jeune Afrique est régulièrement critiqué par les médias officiels algériens qui accusent l'hebdomadaire, dont de nombreuses éditions ont été censurées ces dernières années dans le pays, d'être biaisé en faveur du Maroc. (AFP).
Jeune Afrique est régulièrement critiqué par les médias officiels algériens qui accusent l'hebdomadaire, dont de nombreuses éditions ont été censurées ces dernières années dans le pays, d'être biaisé en faveur du Maroc. (AFP).
Short Url
  • Jeune Afrique est régulièrement critiqué par les médias officiels algériens qui accusent l'hebdomadaire, dont de nombreuses éditions ont été censurées ces dernières années dans le pays, d'être biaisé en faveur du Maroc
  • Farid Alilat a expliqué dans une publication postée dimanche soir sur sa page Facebook qu'il avait été retenu pendant onze heures dans les locaux de la police à l'aéroport d'Alger avant d'être expulsé vers la France

ALGER: L’Algérie met en cause les "positions hostiles" de l'hebdomadaire Jeune Afrique afin de justifier le refoulement d'un de ses journalistes à son arrivée à l'aéroport d'Alger, selon les déclarations du ministre algérien de la Communication Mohamed Laagab.

"Farid Alilat est un citoyen algérien, mais en même temps il est journaliste dans un magazine indésirable, et lorsque ce média profite de sa nationalité algérienne et s'immisce de manière sournoise dans l'exercice du travail journalistique, cela est inacceptable", a déclaré jeudi le ministre algérien.

M. Laagab a assuré que "séparer les deux est difficile, mais en tant qu'algérien, il est le bienvenu. Il exerce un travail journalistique pour son média, qui a choisit de prendre des positions hostiles à l'Algérie et ceci est intolérable".

Jeune Afrique est régulièrement critiqué par les médias officiels algériens qui accusent l'hebdomadaire, dont de nombreuses éditions ont été censurées ces dernières années dans le pays, d'être biaisé en faveur du Maroc, le rival régional de l'Algérie.

"La question ne le concerne pas en tant que citoyen algérien, mais plutôt le magazine Jeune Afrique où il exerce, qui a adopté des positions éditoriales hostiles à l'égard de l'Algérie. Ce média publie tantôt des informations incorrectes tantôt des informations exagérées", a affirmé le ministre.

Farid Alilat a expliqué dans une publication postée dimanche soir sur sa page Facebook qu'il avait été retenu pendant onze heures dans les locaux de la police à l'aéroport d'Alger avant d'être expulsé vers la France.

Farid Alilat, établi depuis 2004 en France où il dispose d'une carte de séjour, se rendait pourtant régulièrement en Algérie.

Selon lui, les policiers l'ont interrogé notamment sur ses écrits, sur la ligne éditoriale de son journal, sur l'objet de son voyage, et sur les opposants algériens à l'étranger et ont fouillé ses deux téléphones et son ordinateur.

L'ONG Reporters sans frontières (RSF) a condamné, dans un message sur X, une "expulsion sans justification" et dénoncé "une entrave inacceptable à la liberté de la presse".


Syrie: 20 combattants pro-gouvernement tués dans deux attaques de l'EI

"Seize soldats de l'armée régulière et combattants des forces pro-gouvernementales sont morts dans l'attaque par l'EI d'un autocar militaire dans l'est de la province de Homs". Photo d'illustration. (AFP).
"Seize soldats de l'armée régulière et combattants des forces pro-gouvernementales sont morts dans l'attaque par l'EI d'un autocar militaire dans l'est de la province de Homs". Photo d'illustration. (AFP).
Short Url
  • Le groupe Etat islamique a tué 20 soldats et combattants des forces pro-gouvernementales syriens au cours de deux attaques dans des zones contrôlées par Damas
  • "Quatre soldats syriens sont morts dans une autre attaque de l'EI contre une base près d'Albukamal"

BEYROUTH: Le groupe Etat islamique a tué 20 soldats et combattants des forces pro-gouvernementales syriens au cours de deux attaques dans des zones contrôlées par Damas, a annoncé jeudi l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

"Seize soldats de l'armée régulière et combattants des forces pro-gouvernementales sont morts dans l'attaque par l'EI d'un autocar militaire dans l'est de la province de Homs", selon cette ONG basée en Grande-Bretagne et disposant d'un vaste réseau de sources en Syrie. "Quatre soldats syriens sont morts dans une autre attaque de l'EI contre une base près d'Albukamal", a ajouté l'OSDH.


L'Autorité palestinienne fustige le veto américain à l'ONU

L'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas a fustigé jeudi le veto américain à l'adhésion des Palestiniens aux Nations unies, y voyant une "agression flagrante" qui pousse le Moyen-Orient "au bord du gouffre". (AFP).
L'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas a fustigé jeudi le veto américain à l'adhésion des Palestiniens aux Nations unies, y voyant une "agression flagrante" qui pousse le Moyen-Orient "au bord du gouffre". (AFP).
Short Url
  • Ce veto "révèle les contradictions de la politique américaine, qui prétend, d'une part, soutenir la solution à deux États (une Palestine indépendante aux côtés d'Israël, ndlr), mais de l'autre empêche la mise en oeuvre de cette solution" à l'ONU
  • Le projet de résolution présenté par l'Algérie, qui "recommande à l'Assemblée générale que l'Etat de Palestine soit admis comme membre des Nations unies", a recueilli jeudi 12 votes pour, 1 contre et 2 abstentions

RAMALLAH: L'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas a fustigé jeudi le veto américain à l'adhésion des Palestiniens aux Nations unies, y voyant une "agression flagrante" qui pousse le Moyen-Orient "au bord du gouffre".

"Cette politique américaine agressive envers la Palestine, son peuple et ses droits légitimes représente une agression flagrante contre le droit international et un encouragement à la poursuite de la guerre génocidaire contre notre peuple (...) qui poussent encore davantage la région au bord du gouffre", a déclaré le bureau de M. Abbas dans un communiqué.

Ce veto "révèle les contradictions de la politique américaine, qui prétend, d'une part, soutenir la solution à deux États (une Palestine indépendante aux côtés d'Israël, ndlr), mais de l'autre empêche la mise en oeuvre de cette solution" à l'ONU, ont ajouté les services de M. Abbas en remerciant les Etats ayant voté en faveur de l'adhésion pleine et entière des Palestiniens à l'ONU.

"Le monde est uni derrière les valeurs de vérité, de justice, de liberté et de paix que représente la cause palestinienne", a fait valoir l'Autorité palestinienne, qui siège à Ramallah, en Cisjordanie occupée.

Le projet de résolution présenté par l'Algérie, qui "recommande à l'Assemblée générale que l'Etat de Palestine soit admis comme membre des Nations unies", a recueilli jeudi 12 votes pour, 1 contre et 2 abstentions.