Bangladesh: Les recruteurs préparent les travailleurs à se lancer en Arabie saoudite

L'Arabie saoudite a été le premier pays d'origine des envois de fonds vers le Bangladesh au cours de l'année fiscale 2022-2023 (Photo, AFP).
L'Arabie saoudite a été le premier pays d'origine des envois de fonds vers le Bangladesh au cours de l'année fiscale 2022-2023 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 18 juillet 2023

Bangladesh: Les recruteurs préparent les travailleurs à se lancer en Arabie saoudite

  • Plus de 225 000 Bangladais ont émigré en Arabie saoudite au premier semestre de l'année 2023
  • Le Bangladesh et l'Arabie saoudite ont lancé un programme de vérification des compétences au début de l'année

DHAKA: Les recruteurs bangladais ont déclaré lundi être prêts à saisir les opportunités en Arabie saoudite, alors qu'ils se préparent à former des travailleurs pour combler les postes vacants dans le Royaume.

Plus de 225 000 Bangladais ont émigré en Arabie saoudite au cours du premier semestre de l'année 2023, selon les données officielles. Cette tendance se poursuit depuis 2022, période à laquelle la moitié des travailleurs migrants embauchés par les employeurs en Arabie saoudite étaient des Bangladais.

Le Royaume s'apprête en effet à recruter des travailleurs qualifiés du Bangladesh dans le cadre d'un programme de vérification des compétences lancé par les deux pays au début de l'année, qui vise à améliorer les compétences professionnelles des employés sur le marché du travail saoudien.

«Conformément à l'accord signé en début d'année, le Royaume a demandé une main-d'œuvre plus qualifiée», a déclaré à Arab News Shameem Ahmed Chowdhury Noman, secrétaire général de l'association bangladaise des agences de recrutement internationales.

«Nous y travaillons et le processus de formation de travailleurs qualifiés certifiés est en cours dans plus de 150 centres de formation technique répartis dans tout le pays», a-t-il ajouté.

«Cette opération est ambitieuse et nécessite la construction d'infrastructures supplémentaires, l'embauche de formateurs, etc. Son exécution prendra donc un certain temps.»

Selon M. Noman, la collaboration entre les secteurs public et privé est essentielle pour «accélérer le processus et exploiter les opportunités».

«Les employeurs d'Arabie saoudite font davantage confiance à nos migrants, car cela fait environ 45 ans que nous (en y) envoyons. Nos travailleurs bénéficient donc d'une bonne image» en Arabie saoudite, a-t-il indiqué. «Maintenant, nous devrions préparer nos travailleurs et nous concentrer sur des emplois à plus forte valeur ajoutée.»

L’Arabie saoudite, terre d’opportunités

Le Royaume a également été le premier pays d'origine des envois de fonds vers le Bangladesh au cours de l'année fiscale 2022-2023, les travailleurs ayant transféré près de 3,8 milliards de dollars, selon un rapport publié au début du mois par la Banque du Bangladesh.

Abdul Motaleb, originaire de la ville de Cumilla, à une centaine de kilomètres de Dhaka, fait partie de ceux qui se préparent à trouver un emploi en Arabie saoudite. Ce jeune homme de 29 ans suit les traces de ses cousins, qui travaillent à Djeddah depuis quelques années.

«Mes cousins m'ont suggéré d'acquérir des compétences, car cela me permettrait d'avoir un meilleur revenu», a expliqué M. Motaleb à Arab News.

Il suit actuellement des cours et obtiendra son certificat dans trois mois.

«Je me suis inscrit dans un centre de formation technique et j'apprends les techniques de soudage, car le Royaume a besoin d'un grand nombre de travailleurs qualifiés pour construire de nouvelles villes», a-t-il ajouté. 

Dans sa recherche d'opportunités à l'étranger, Nazmul Ahsan, 24 ans, a choisi en premier lieu l'Arabie saoudite.

«Je n'ai pas assez d'opportunités dans ma ville natale. Chercher un emploi en tant que travailleur migrant est donc la meilleure opportunité à laquelle j'ai pu penser», a indiqué M. Ahsan à Arab News. «L'Arabie saoudite est mon premier choix, car c'est une terre sainte pour moi en tant que musulman.»

M. Ahsan a indiqué qu'il avait contacté une agence de recrutement à l'étranger à Dhaka, qui l'a aidé à trouver un emploi dans le Royaume.

«On m'a annoncé que j'ai été embauché en tant que maçon», a-t-il ajouté. «J'espère obtenir mon visa d'ici le mois prochain.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Dix enfants perdent "une ou deux jambes" en moyenne chaque jour dans la bande de Gaza (chef de l'Unrwa)

Un garçon palestinien passe devant un bâtiment détruit à la suite d'un raid des forces israéliennes à Jénine, en Cisjordanie occupée, le 23 mai 2024. (AFP)
Un garçon palestinien passe devant un bâtiment détruit à la suite d'un raid des forces israéliennes à Jénine, en Cisjordanie occupée, le 23 mai 2024. (AFP)
Short Url
  • 10 enfants perdent une ou deux jambes en moyenne", a déclaré le responsable lors d'une conférence de presse à Genève,
  • "Dix par jour, ça veut dire environ 2.000 enfants après plus de 260 jours de cette guerre brutale" a dit M. Lazzarini.

GENEVE : Dix enfants perdent une jambe ou deux dans la bande de Gaza en moyenne tous les jours, a affirmé mardi le chef de l'agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (Unrwa) Philippe Lazzarini.

"En gros, nous avons tous les jours 10 enfants qui perdent une ou deux jambes en moyenne", a déclaré le responsable lors d'une conférence de presse à Genève, ajoutant que ce chiffre ne prenait pas en compte les enfants qui perdent un bras ou une main.

Il a indiqué se baser sur des chiffres de l'agence pour l'enfance de l'ONU (Unicef).

"Dix par jour, ça veut dire environ 2.000 enfants après plus de 260 jours de cette guerre brutale" a dit M. Lazzarini.

"Nous savons aussi la plupart du temps comment les amputations se déroulent dans des conditions assez horribles et parfois sans aucune sorte d'anesthésie et cela s'applique également aux enfants", a-t-il souligné.

La bande de Gaza est soumise à d'incessants bombardements et des opérations terrestres de l'armée israéliennes en représailles à l'attaque sans précédent menée par le mouvement islamiste Hamas sur le territoire israélien le 7 octobre, à partir de Gaza.


Gaza: situation alimentaire toujours "catastrophique" pour 495.000 personnes selon l'ONU

Plus de 37 000 Palestiniens ont été tués lors de l’assaut israélien contre la bande de Gaza et des millions de personnes ont été déplacées à l’intérieur de leur propre pays, précisent les autorités sanitaires dans l’enclave gouvernée par le Hamas. (AFP)
Plus de 37 000 Palestiniens ont été tués lors de l’assaut israélien contre la bande de Gaza et des millions de personnes ont été déplacées à l’intérieur de leur propre pays, précisent les autorités sanitaires dans l’enclave gouvernée par le Hamas. (AFP)
Short Url
  • dans la bande de Gaza, près d'un demi-million de personnes souffrent toujours de la faim à un niveau "catastrophique"
  • 22% de la population du territoire assiégé par Israël est toujours confrontée à une situation alimentaire "catastrophique".

ROME : Près d'un demi-million de personnes souffrent toujours de la faim à un niveau "catastrophique" dans la bande de Gaza, qui reste menacée par la famine malgré une légère amélioration dans le nord du territoire assiégé, a indiqué mardi un rapport appuyé par l'ONU.

Selon le rapport du Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire (IPC), sur lequel se base les agences des Nations unies, l'accès à l'aide humanitaire a permis d'éviter la famine redoutée dans la dernière évaluation publiée en mars, mais 22% de la population du territoire assiégé par Israël est toujours confrontée à une situation alimentaire "catastrophique".

Le rapport souligne que l'ensemble de la bande de Gaza reste menacée par un "risque élevé et soutenu" de famine.

"Le nouveau rapport relève une légère amélioration par rapport à l'évaluation précédente de mars, qui mettait en garde contre une famine potentielle dans les gouvernorats du nord de Gaza d'ici la fin mai", a commenté le Programme alimentaire mondial (PAM) dans un communiqué.

"Cette amélioration montre la différence qu'un meilleur accès peut faire. L'augmentation des livraisons de nourriture dans le nord et les services de nutrition ont contribué à réduire les niveaux de faim les plus graves, laissant une situation toujours désespérée", souligne le PAM.

Le dernier rapport IPC publié mi-mars estimait que plus de 1,1 million de Gazaouis étaient confrontés à "une situation de faim catastrophique", proche de la famine, "le nombre le plus élevé jamais enregistré" par l'ONU.

Le PAM a toutefois prévenu que si la situation s'améliorait dans le nord, le risque de famine était plus grand dans le sud.

"Les hostilités à Rafah en mai ont déplacé plus d'un million de personnes et ont gravement limité l'accès humanitaire. Entre-temps, le vide sécuritaire a favorisé l'anarchie et le désordre, ce qui entrave gravement les opérations humanitaires", a déploré l'agence onusienne.

"Le PAM craint à présent que le sud de Gaza ne connaisse bientôt les mêmes niveaux catastrophiques de famine que ceux enregistrés dans les zones septentrionales", a conclu le PAM.

L'IPC est une initiative impliquant plus de 20 partenaires, dont des gouvernements, des agences des Nations unies et des ONG.


La Chine ramène sur Terre d'inédits échantillons de la face cachée de la Lune

L’ascendeur et l’atterrisseur capturés par la sonde lunaire chinoise Chang’e-6 après son alunissage (Photo, AFP).
L’ascendeur et l’atterrisseur capturés par la sonde lunaire chinoise Chang’e-6 après son alunissage (Photo, AFP).
Short Url
  • En 2021, la Chine a fait atterrir un petit robot sur Mars
  • Le géant asiatique espère lancer sa première mission habitée vers la Lune d'ici 2030

PEKIN: La sonde Chang'e-6, avec à son bord les premiers échantillons jamais ramenés de la face cachée de la Lune, est retournée mardi sur Terre, marquant le "succès complet" de la mission, selon l'agence spatiale chinoise.

En raison de sa complexité technique, notamment en matière de communications, il s'agit d'une des missions les plus ambitieuses jamais conduites par la Chine dans l'espace.

"A 14H07 (06H07 GMT), le module de retour Chang'e-6 s'est posé" dans une zone désertique de la région de Mongolie intérieure (nord de la Chine) "et tout fonctionne normalement", a indiqué dans un communiqué l'agence spatiale chinoise CNSA.

"Cela marque le succès complet de la mission" et "le premier retour sur Terre d'échantillons de la face cachée de la Lune", s'est-elle réjouie.

La capsule a chuté lentement depuis le ciel grâce à un parachute rouge et blanc avant de toucher terre en douceur et qu'un drapeau chinois rouge et jaune ne soit planté à ses cotés, selon des images diffusées par la télévision étatique CCTV.

La face cachée de la Lune est une région rarement explorée. Elle est appelée ainsi parce qu'elle est invisible depuis la Terre. Elle est très prometteuse pour la recherche car ses caractéristiques accidentées sont moins lissées par d'anciennes coulées de lave que celles de la face la plus proche.

Les échantillons prélevés par Chang'e-6, de la terre et des roches, pourraient ainsi permettre d'en savoir davantage sur la formation et l'histoire du satellite naturel de la Terre.

La sonde avait été propulsée le 3 mai dans l'espace depuis le centre de lancement de Wenchang, dans la province insulaire et tropicale de Hainan (sud de la Chine).

«Exploit inédit»

Environ un mois plus tard, elle s'était posée dans l'immense bassin Pôle Sud-Aitken, l'un des plus grands cratères d'impact connus du système solaire, situé sur la face cachée de la Lune.

La sonde a utilisé une foreuse et un bras robotique pour prélever les échantillons. Elle a également pris des photos de la surface lunaire et planté un drapeau chinois rouge et jaune dans le sol gris de la face cachée de la Lune.

Le 4 juin, la sonde avait effectué le premier lancement réussi de l'histoire depuis la face cachée de la Lune, afin de placer les échantillons récoltés en orbitaire lunaire, où ils étaient depuis cette date. L'agence de presse étatique Chine nouvelle avait qualifié cette réussite d'"exploit inédit dans l'histoire de l'exploration lunaire".

L'opération était effectivement très technique et délicate. Car la mission nécessitait l'utilisation d'un satellite relais chinois afin que les signaux de communication puissent être transmis depuis la Terre jusqu'à la face cachée, dans les deux sens.

Rivalité sino-américaine 

La Chine a considérablement développé ses programmes spatiaux depuis une trentaine d'années, injectant des milliards d'euros dans ce secteur afin de rattraper les leaders américain, russe et européen.

Le pays asiatique avait posé en 2019 un engin sur la face cachée de la Lune, une première mondiale. En 2020, il a rapporté des échantillons de la face visible de la Lune et finalisé Beidou, son système de navigation par satellite.

En 2021, la Chine a fait atterrir un petit robot sur Mars.

Le géant asiatique espère lancer sa première mission habitée vers la Lune d'ici 2030. Elle prévoit également de construire une base lunaire.

Les Etats-Unis sont engagés dans une rivalité avec la Chine en matière de programme lunaire. Washington prévoit ainsi d'envoyer à nouveau des astronautes sur la Lune d'ici 2026 avec sa mission Artémis 3.