«Nettoyez votre pays», une campagne de cent jours à l’initiative du ministère libanais de l’Environnement

Des gens marchent à l’ombre des feuillages le long de la rue Hamra, dans le centre de Beyrouth, le 23 juin 2023. (AFP)
Des gens marchent à l’ombre des feuillages le long de la rue Hamra, dans le centre de Beyrouth, le 23 juin 2023. (AFP)
Short Url
Publié le Lundi 31 juillet 2023

«Nettoyez votre pays», une campagne de cent jours à l’initiative du ministère libanais de l’Environnement

  • Des municipalités, des dizaines d’organisations non gouvernementales et des bénévoles ont pris part à la campagne qui a commencé du front de mer de Beyrouth
  • Les gouvernements successifs n’ont pas trouvé de solution durable au problème des déchets et appliquent des mesures temporaires

BEYROUTH: Le ministère libanais de l’Environnement a lancé dimanche une campagne qui a pour slogan «Nettoyez votre pays».
Des municipalités, des dizaines d’organisations non gouvernementales et des bénévoles ont pris part à cette campagne qui a commencé du front de mer de Beyrouth.
«C’est un message destiné à interdire le gaspillage aléatoire des déchets», a indiqué le ministre de l’Environnement, Nasser Yassine.
«C’est aussi une façon de reconnaître le rôle vital que jouent les municipalités dans l’assainissement de leurs villes, de leurs villages et de leurs forêts, en plus de les accompagner, afin de favoriser la sensibilisation à l’environnement.»
Munis de sacs, des dizaines de jeunes hommes, femmes et enfants se sont rassemblés sur le front de mer de Beyrouth 8 huit heures du matin. Les mains couvertes de gants de protection, ils ont ramassé des bouteilles en verre et en plastique, des papiers ainsi que de boîtes de conserve.»
Ils ont également recueilli les déchets abandonnés par les passants qui ont passé la soirée sur la promenade ainsi que ceux qui ont été jetés par les gens de leurs voitures dans la rue et la mer.
M. Yassine a ajouté: «La conscience environnementale est en déclin en raison du chaos actuel et de l’absence de mesures dissuasives.»
«Ceux qui ne respectent pas la propreté des lieux devraient avoir honte de voir des jeunes femmes et des enfants ramasser leurs ordures.»
M. Yassine, qui soutient ces bénévoles, a affirmé: «L’objectif de cette campagne, qui durera cent jours, est d’encourager les gens à nettoyer leur pays.»
«Cette journée symbolique est un message de soutien aux municipalités et de sensibilisation pour les citoyens.»
Le Liban fait face à une crise de déchets qui s’est aggravée avec l’effondrement économique du pays.
L’État n’a mis en place aucune stratégie claire à long terme pour résoudre le problème et il n’adopte que des solutions temporaires.
Les rues des villes libanaises se transforment parfois en dépotoirs. Les employés des entreprises de collecte des déchets organisent des manifestations pour exiger une augmentation de leurs bas salaires, ce qui a des répercussions sur le processus de ramassage des ordures.
Les sites où les déchets sont collectés pour être traités et mis en décharge se sont transformés en montagnes de déchets, ce qui cause des problèmes environnementaux et sanitaires.
Le problème s’aggrave avec les températures estivales plus élevées, puisque les déchets commencent à se décomposer progressivement.
Selon le World of Statistics – un réseau mondial qui comprend près de 2 360 organisations à travers le monde –, le Liban a récemment été classé parmi les dix pays les plus pollués au monde.
Les gouvernements successifs n’ont pas trouvé de solution durable au problème des déchets et ils appliquent des mesures temporaires.
Selon une étude menée par Human Rights Watch, «les habitants des zones où les déchets sont déversés, enfouis ou brûlés à l’air libre souffrent de problèmes de santé – notamment des maladies pulmonaires obstructives chroniques –, de toux, d’infections de la gorge, d’affections cutanées et d’asthme.»
L’étude montre également qu’«il existe un lien entre la pollution de l’air due à la combustion des déchets à l’air libre et les maladies cardiaques, l’emphysème et l’exposition potentielle des personnes à des composés cancérigènes».
Toutes les tentatives gouvernementales et civiles pour pousser les gens à trier leurs ordures à la maison ont échoué puisque le concept n’est toujours pas courant au Liban.
De plus, de nombreuses personnes fouillent dans les poubelles éparpillées dans les rues à la recherche d’objets recyclables qui peuvent être revendus dans les brocantes.
«Il n’y a plus de crise de déchets qui résulte de l’interruption de la collecte des déchets et du nettoyage des rues», a précisé M. Yassine.
«Cependant, la fréquence du processus est plus faible et les entreprises concernées recueillent les déchets une fois par jour au lieu de deux en raison des problèmes de financement de ce secteur.»
«La baisse des ressources et la difficulté de sécurisation des recettes par les communes sont à l’origine de l’effondrement monétaire et de la crise économique qui affectent les communes et l’administration centrale.»
«Nous avons besoin de modifier les lois qui permettent aux municipalités de percevoir des redevances directes sur les déchets produits par les habitations, les restaurants et les usines. Il faudrait également développer toutes les installations liées aux déchets, les centres de tri et les décharges dans le cadre de la coopération entre les municipalités.»
Les ordures ménagères sont collectées sans être triées et sont envoyées dans les décharges au lieu d’être recyclées ou compostées.
Selon un rapport compilé par la Waste Management Coalition en 2020, «le Liban dépense 154,5 dollars [1 dollar = 0,91 euro] pour gérer une tonne de déchets solides, tandis que l’Algérie, la Jordanie et la Syrie dépensent respectivement 7,22, 22,8 et 21,55 dollars».
Selon un autre rapport, élaboré par Human Rights Watch et la Waste Management Coalition, des chercheurs de l’université américaine de Beyrouth déclarent que «seulement 10 à 12% des déchets du Liban ne peuvent pas être compostés ou recyclés».
Ce document précise: «Des pratiques améliorées de gestion des déchets, comme le recyclage et le compostage, peuvent générer 74 millions de dollars par an. Cependant, 85% des déchets solides finissent dans des sites d’enfouissement et des décharges à ciel ouvert.»
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'Arabie saoudite et le Brésil envisagent de renforcer leurs liens économiques grâce à des projets communs

Bandar Alkhorayef, ministre saoudien de l'industrie et des ressources minérales, s'est entretenu avec de hauts responsables brésiliens à São Paulo, au Brésil. SPA
Bandar Alkhorayef, ministre saoudien de l'industrie et des ressources minérales, s'est entretenu avec de hauts responsables brésiliens à São Paulo, au Brésil. SPA
Short Url
  • l'Arabie saoudite était prête pour une croissance transformatrice, en tirant parti de ses riches ressources, de sa main-d'œuvre qualifiée et de ses opportunités d'investissement attrayantes a déclaré le ministre.
  • Les exportations non pétrolières de l'Arabie saoudite vers le Brésil ont connu une croissance robuste, augmentant de 5,65 % par an de 2018 à 2023.

RIYADH : À la Suite de réunions de haut niveau, les relations commerciales entre l'Arabie saoudite et le Brésil ont été saluées pour leur « développement remarquable ».

Les efforts de l'Arabie saoudite pour renforcer les liens économiques ont été soulignés à Sao Paulo, au Brésil, où le ministre saoudien de l'industrie et des ressources minérales, Bandar Alkhorayef, s'est entretenu avec le vice-président et ministre brésilien du développement, de l'industrie, du commerce et des services, Geraldo Alckmin.

Selon un communiqué du ministère, les discussions ont porté sur les opportunités qualitatives dans le secteur minier et sur les incitations offertes par l'Arabie saoudite pour faciliter les opérations commerciales dans l'environnement d'investissement industriel. Les deux parties ont salué l'évolution positive des relations économiques et commerciales, qui ont donné lieu à d'importants projets conjoints dans les secteurs industriel et minier.

Les exportations non pétrolières de l'Arabie saoudite vers le Brésil ont connu une croissance robuste, augmentant de 5,65 % par an de 2018 à 2023. Pour la seule année 2023, les importations du Royaume en provenance du Brésil s'élèvent à 13 milliards de SR (3,47 milliards de dollars), tandis que les exportations vers le Brésil dépassent les 3 milliards de SR.

La visite de M. Alkhorayef s'inscrit dans le cadre d'une tournée officielle plus large qui comprend des étapes au Brésil et au Chili du 22 au 30 juillet. Au cours de ce voyage, il a participé à une table ronde organisée par la Fédération des industries de Sao Paulo, où il a invité les entreprises brésiliennes à investir dans le secteur minier en plein essor de l'Arabie saoudite, en soulignant son important potentiel de croissance.

Conformément à la Vision 2030 de l'Arabie saoudite, qui vise à transformer son secteur minier en améliorant la transparence des licences, en promouvant les industries nationales et en développant le contenu local et les possibilités d'emploi, M. Alkhorayef a souligné l'importance mondiale de la production minérale, qui nécessite un leadership et une coopération au niveau international.

« Le Royaume a reconnu que les défis de la production minérale mondiale nécessitaient un leadership collectif. Notre stratégie de progrès réel est fondée sur la collaboration et, tout en maintenant nos objectifs ambitieux, nous nous concentrons sur la création de partenariats solides dans le monde entier », a déclaré le ministre.

Il a en outre souligné que l'Arabie saoudite était prête pour une croissance transformatrice, en tirant parti de ses riches ressources, de sa main-d'œuvre qualifiée et de ses opportunités d'investissement attrayantes.

« La production minière transcende la valeur économique ; elle incarne le potentiel de notre pays et de notre peuple. Avec ses riches ressources, sa main-d'œuvre qualifiée et ses opportunités d'investissement exceptionnelles, le Royaume est prêt pour une croissance transformatrice », a-t-il ajouté.

Parallèlement aux efforts déployés pour renforcer ses capacités pharmaceutiques, l'Arabie saoudite a étudié les possibilités de localiser les vaccins et les produits pharmaceutiques, en tirant parti de l'expertise du Brésil. Les discussions avec les investisseurs brésiliens ont mis en évidence le potentiel de collaboration dans le cadre de la stratégie industrielle nationale de l'Arabie saoudite, en particulier dans les domaines des produits pharmaceutiques, de la sécurité sanitaire et de la création de capacités industrielles spécialisées pour répondre aux besoins médicaux de manière indépendante.

Au cours de sa visite, M. Alkhorayef s'est rendu à l'Institut Butantan, un centre de recherche biotechnologique de premier plan, pour discuter de la coopération dans la localisation de la production de vaccins et de produits pharmaceutiques. Les réunions avec les investisseurs brésiliens ont souligné la volonté du Brésil de collaborer dans divers secteurs industriels, notamment les produits pharmaceutiques et les vaccins, afin de renforcer les chaînes d'approvisionnement, d'échanger des technologies et de favoriser l'innovation au service du développement durable.

L'engagement de l'Arabie saoudite à attirer l'intérêt mondial pour les soins de santé a été réaffirmé par l'annonce faite par M. Alkhorayef en juin 2022 d'opportunités d'investissement d'une valeur de plus de 11 milliards de SR, visant à localiser 80 à 90 % de la production d'insuline. Cette initiative souligne l'ambition de l'Arabie saoudite de devenir une plaque tournante régionale pour la fabrication de produits pharmaceutiques.

Les discussions menées au cours de la visite ont également permis d'explorer les possibilités d'accroître les exportations non pétrolières et de favoriser les opportunités d'investissement conjoint, ce qui témoigne de l'approfondissement des relations économiques et commerciales entre l'Arabie saoudite et le Brésil.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Le vice-ministre saoudien des Affaires étrangères participe à une réunion sur les efforts de paix au Soudan

Au cours de la réunion tenue à Djibouti, Al-Khuraiji a réitéré les efforts continus du Royaume pour résoudre la crise soudanaise. (SPA)
Au cours de la réunion tenue à Djibouti, Al-Khuraiji a réitéré les efforts continus du Royaume pour résoudre la crise soudanaise. (SPA)
Short Url
  • Le vice-ministre saoudien des Affaires étrangères, Waleed Al-Khuraiji, a participé mercredi à la deuxième réunion consultative des initiatives et efforts de paix au Soudan, a indiqué l'Agence de presse saoudienne
  • Al-Khuraiji a indiqué que les États-Unis et le Royaume ont facilité les pourparlers entre les parties soudanaises à Djeddah, qui ont abouti à la signature de la déclaration de Djeddah visant à protéger les civils au Soudan

RIYAD : Le vice-ministre saoudien des Affaires étrangères, Waleed Al-Khuraiji, a participé mercredi à la deuxième réunion consultative des initiatives et efforts de paix au Soudan, a indiqué l'Agence de presse saoudienne.

Au cours de la réunion qui s'est tenue à Djibouti, il a réitéré les efforts continus du Royaume pour résoudre la crise soudanaise, ainsi que son accueil et son ouverture aux efforts et initiatives internationaux visant à instaurer la paix au Soudan.

Al-Khuraiji a indiqué que les États-Unis et le Royaume ont facilité les pourparlers entre les parties soudanaises à Djeddah, qui ont abouti à la signature de la déclaration de Djeddah visant à protéger les civils au Soudan.

Il a exprimé la volonté de l'Arabie saoudite de rétablir la sécurité et la stabilité au Soudan et a incité les parties soudanaises à donner la priorité à la sagesse et à la retenue, à faire preuve de flexibilité et à répondre aux initiatives positives et humanitaires.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Des diplomates au Liban évaluent l'ampleur des dégâts dans le sud du pays

De la fumée s'échappe d'un site visé par des tirs israéliens dans le village frontalier de Tayr Harfa, au sud du Liban, le 24 juillet 2024. (AFP)
De la fumée s'échappe d'un site visé par des tirs israéliens dans le village frontalier de Tayr Harfa, au sud du Liban, le 24 juillet 2024. (AFP)
Une roquette tirée depuis le sud du Liban est interceptée par le système de défense aérienne israélien Iron Dome au-dessus de la région de la Haute Galilée, dans le nord d'Israël, le 23 juillet 2024. (AFP)
Une roquette tirée depuis le sud du Liban est interceptée par le système de défense aérienne israélien Iron Dome au-dessus de la région de la Haute Galilée, dans le nord d'Israël, le 23 juillet 2024. (AFP)
Short Url
  • La commission des affaires étrangères a rencontré les ambassadeurs de l'UE, de la Suisse, de la Norvège, de la Grande-Bretagne et du Canada pour leur présenter les résultats des attaques israéliennes en cours sur le Sud-Liban.
  • Le Hezbollah a publié une nouvelle vidéo enregistrée par le drone Hudhud en Israël, montrant des images de l'intérieur de la base aérienne de Ramat David.

BEYROUTH : Le chef de la commission des affaires étrangères du Parlement libanais, le député Fadi Alama, a révélé que "le nombre d'attaques contre le Sud-Liban a dépassé 5 736 jusqu'au 15 juillet, faisant 538 martyrs et 1 850 blessés".

La commission des affaires étrangères a rencontré mercredi plusieurs ambassadeurs de l'Union européenne, de Suisse, de Norvège, de Grande-Bretagne et du Canada pour leur présenter les résultats des attaques israéliennes en cours contre le Sud-Liban, dans le cadre des préparatifs pour "le travail du gouvernement dans la phase postérieure au cessez-le-feu".

Le député Alama a déclaré que "les représentants des missions diplomatiques et des organisations internationales ont été surpris lorsque nous avons parlé de 1 800 hectares brûlés intentionnellement par l'ennemi israélien. Ils ont également été surpris par le nombre d'écoles qui ont été ciblées et le nombre d'étudiants qui n'ont pas pu terminer leurs études et qui ont déménagé dans d'autres endroits. En outre, elles ont été informées des 28 000 nouvelles familles qui ont été déplacées des zones ciblées chaque jour".

Le parlementaire a déclaré qu'il était urgent que le gouvernement élabore un plan et une feuille de route dans les plus brefs délais.

Le député Wael Abu Faour, membre de la commission parlementaire des affaires étrangères, a déclaré que "les pertes humaines, sanitaires, urbaines, agricoles et environnementales résultant des attaques israéliennes sont devenues énormes. Les premières estimations des institutions libanaises font état d'un coût d'environ deux milliards de dollars à ce jour, en plus d'autres dommages et pertes".

M. Abu Faour a ajouté : "Il s'agit d'un nouveau défi pour le Liban : "Il s'agit d'un nouveau défi pour l'État libanais qui doit être relevé dans le cadre des relations arabes et internationales du Liban. L'État est en faillite et incapable d'assumer de telles responsabilités, mais en même temps, il ne peut pas abandonner ses responsabilités envers ses citoyens, quelles que soient les considérations politiques locales controversées concernant la faisabilité de la guerre ou ses justifications parmi certaines parties."

Les hostilités entre le Hezbollah et l'armée israélienne se sont poursuivies mercredi. Selon les médias israéliens, "43 colonies ont été évacuées dans le nord, (et) plus de 1 500 bâtiments, voitures et infrastructures ont été endommagés dans le nord. En outre, six zones industrielles ont été touchées et des centaines d'entreprises ont été contraintes de fermer leurs portes en raison des frappes du Hezbollah".

Israël a pris pour cible les villes de Kafr Shuba, Tayr Harfa et Hula mercredi avec des frappes aériennes et des tirs d'artillerie. Un raid a également visé une maison dans la ville de Kfar Hammam, entraînant sa destruction. Ce petit village est situé dans le district de Hasbaya, à l'est du gouvernorat de Nabatieh.

Le Hezbollah a publié une nouvelle vidéo enregistrée par le drone Hudhud en Israël, montrant des images de l'intérieur de la base aérienne de Ramat David, située à environ 50 km de la frontière libanaise.

Selon le Hezbollah, "les images ont été filmées mardi à l'aide d'un drone".

La nouvelle vidéo de huit minutes publiée par le Hezbollah montre plusieurs zones sensibles de la base, notamment des réservoirs de carburant pour avions, le quartier général de l'escadron 109, une plateforme de défense antimissile Iron Dome et des dépôts de munitions. Il révèle également l'emplacement des quartiers généraux de l'escadron 157 et de l'escadron 105. Le Hezbollah a inclus une image du bureau du commandant de la base, révélant des détails complexes de l'installation.

Ce n'est pas la première fois que le Hezbollah utilise de telles tactiques. Auparavant, le groupe avait diffusé des images aériennes d'installations critiques capturées par des drones similaires à Haïfa et sur le plateau du Golan.

Les médias israéliens ont réagi vivement, l'un d'entre eux déclarant : "Plus de huit minutes de vidéo du Hezbollah exposant notre vulnérabilité, c'est une honte".

L'armée israélienne a toutefois minimisé l'incident, affirmant que les images avaient été capturées par un drone conçu uniquement pour la photographie et qu'elles n'avaient pas affecté les opérations de la base.

Une source du Hezbollah a établi un lien entre la diffusion de la vidéo et la visite du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à Washington.

Dans ce contexte, l'armée israélienne a annoncé mercredi que sa "brigade de réserve a terminé un exercice simulant des scénarios de guerre au Liban".

Le ministre israélien de la sécurité nationale, Itamar Ben-Gvir, a exprimé son soutien à une guerre globale contre le Hezbollah, déclarant : "Le plus tôt sera le mieux : "Le plus tôt sera le mieux".

Toutefois, l'ambassadrice d'Israël en Russie, Simona Halperin, a maintenu que si Tel-Aviv était prêt à une confrontation militaire avec le Liban, il préférait toujours une solution diplomatique.

Elle a souligné qu'Israël n'était pas intéressé par une guerre à grande échelle. "Nous ne pouvons pas écarter un scénario dans lequel Israël pourrait être contraint de s'engager dans une guerre de grande envergure sur le front nord", a-t-elle ajouté.

Parallèlement à la rhétorique guerrière d'Israël, l'ambassade du Canada au Liban a émis un nouvel avis à l'intention de ses citoyens.

Elle a appelé "les Canadiens, les résidents permanents, leurs conjoints et les enfants à leur charge à tenir compte des conseils aux voyageurs et à quitter le pays tant que des vols commerciaux sont disponibles".

L'ambassade a souligné qu'elle s'efforçait d'aider les personnes à obtenir les documents de voyage nécessaires et à garder les familles unies pendant ce processus.

Cette escalade survient alors que des milliers d'expatriés libanais ayant la double nationalité canadienne, américaine et européenne sont arrivés au Liban pour les vacances d'été.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com