Les Zimbabwéens votent mercredi dans un contexte politique tendu

Deux femmes marchent sur une route dans le canton historique de Mbare à Harare, le 20 août 2023 (AFP).
Deux femmes marchent sur une route dans le canton historique de Mbare à Harare, le 20 août 2023 (AFP).
Short Url
Publié le Lundi 21 août 2023

Les Zimbabwéens votent mercredi dans un contexte politique tendu

  • Human Rights Watch a prédit un «processus électoral gravement défectueux» incompatible avec un vote libre ou équitable
  • De sérieuses irrégularités ont été constatées sur les listes électorales, qui font redouter un scrutin joué d'avance

HARARE: Une banderole du président Emmerson Mnangagwa, 80 ans, s'affiche sur un immeuble délabré près de Harare, appelant à lui confier un nouveau mandat: plongés dans une crise économique dont ils ne voient pas le bout, les Zimbabwéens votent mercredi dans un climat politique tendu.

En contrebas, le long d'une route non goudronnée, des vendeurs de rue proposent leur charbon de chauffage, empilé dans des pots de peinture vides, pour un dollar l'unité.

Si les villes sont plus favorables à l'opposition, et la plupart des campagnes contrôlées par la Zanu-PF au pouvoir depuis l'indépendance, Mbare, plus vieux township jouxtant la capitale, est un champ de bataille pour les élections nationales.

"Les routes ne sont pas bonnes, les écoles ne sont pas bonnes, notre économie n'est pas bonne, nous attendons que tout cela change", affirme à l'AFP Tendai Kativhu, charpentier venu au marché avec ses deux enfants.

Peu le disent ouvertement, mais le changement qu'ici beaucoup attendent s'appelle Nelson Chamisa, chef de l'opposition dont le portrait est peint sur de petites affiches jaunes placardées un peu partout.

Mais à l'issue d'une campagne marquée par des meetings interdits et des arrestations au sein de l'opposition, dans un pays déjà accablé par une longue histoire d'élections entachées d'irrégularités, rares sont ceux qui croient que l'avocat et pasteur de 45 ans sortira vainqueur du scrutin.

Human Rights Watch a prédit un "processus électoral gravement défectueux" incompatible avec un vote libre ou équitable.

La Coalition des citoyens pour le changement (CCC) de M. Chamisa, le "Triple C" comme dit la rue, se plaint d'être maltraitée par les autorités: intimidation, événements entravés et invisibilité à la télévision publique.

«Election la plus gagnable»

Et de sérieuses irrégularités ont été constatées sur les listes électorales, qui font redouter un scrutin joué d'avance.

Pourtant, l'opposition espère surfer sur un mécontentement si puissant qu'il se traduira par une forte participation, voire une victoire. "Les gens galèrent, peut-être qu'après les élections les choses iront mieux", prie Tawanda Gwanzura, cuisinier de 28 ans.

Orateur doué, M. Chamisa avait perdu de justesse face à M. Mnangagwa en 2018, une défaite qu'il avait contestée. L'armée avait tiré contre des manifestants deux jours après le scrutin, faisant six morts.

Lors de ce premier vote après le long règne autoritaire de Robert Mugabe, un fort espoir de liberté soufflait, vite retombé. La situation s'est depuis dégradée, le Parlement ayant adopté des lois qui, selon les groupes de défense des droits, musèlent la société civile et limitent toute critique du gouvernement.

L'économie n'a pas décollé, bien que M. Mnangagwa ait déclaré le Zimbabwe "ouvert aux affaires" après des années de mauvaise gestion, qui ont fait fuir les investisseurs.

Economie et chômage sont les principales préoccupations des électeurs, selon un récent sondage montrant aussi qu'une écrasante majorité désapprouve l'action du gouvernement.

L'inflation dans ce pays agricole de plus de 15 millions d'habitants, riche en minerais, était de 101% en juillet, selon les chiffres officiels, certains économistes estimant le chiffre réel bien plus élevé.

Pour le politologue zimbabwéen Brian Kagoro, si la campagne n'avait pas été si biaisée à l'encontre de l'opposition, c'était "l'élection la plus gagnable" pour elle depuis 15 ans.

Cinq choses à savoir sur le Zimbabwe

Cinq choses à savoir sur le Zimbabwe, pays enclavé d'Afrique australe riche en or et minéraux, avant les élections présidentielle et législatives de mercredi.

Mugabe 37 ans au pouvoir

Héros de l'indépendance, Robert Mugabe a dirigé le pays pendant 37 ans, comme Premier ministre (1980-1987) puis comme président (1987-2017). Il séduit d'abord par une politique de réconciliation avec la minorité blanche, et sa politique sociale et éducative.

Mais il instaure très tôt un régime autoritaire, avec une répression brutale de ses opposants. Il provoque à partir des années 2000 l'effondrement économique de son pays, avec sa réforme agraire marquée par l'éviction violente de milliers de fermiers blancs pour redistribuer la terre à des fermiers noirs sous-équipés et insuffisamment formés.

Lâché par l'armée, il est contraint à la démission en 2017, à 93 ans. Son ancien lieutenant et successeur Emmerson Mnangagwa, surnommé "le Crocodile" pour son caractère impitoyable, brigue à 80 ans un nouveau mandat à l'élection du 23 août.

Marasme économique 

Ancien grenier à céréales de la région et doté de riches ressources minières (platine, or, diamant, nickel), le pays a vu sa production agricole chuter après la réforme agraire des années 2000. Une profonde crise économique perdure, marquée notamment par une hyperinflation, un chômage de masse et un manque de liquidités.

Après plusieurs années de contraction, le Zimbabwe a connu en 2021 une reprise avec 8,5% de croissance, ralentie à 3% en 2022 selon le Fonds monétaire international (FMI).

Ses plus de 15 millions d'habitants restent confrontés à la flambée des prix. Après avoir grimpé en flèche en 2020, l'inflation avait ralenti à 175,8% en juin 2023, selon les chiffres officiels, mais certains économistes l'évaluent plutôt autour de 1 000%.

En 2008, l'hyperinflation avait atteint des niveaux si vertigineux que la banque centrale avait été forcée d'émettre un billet de cent mille milliards de dollars zimbabwéens, devenu depuis un objet de collection.

Le Zimbabwe reste sous le coup de sanctions occidentales pour corruption et violations de droits.

Exode de personnel qualifié

Le pays, dont le système éducatif a longtemps été envié en Afrique, subit un exode de personnel qualifié, notamment dans le secteur de la santé et de l'enseignement.

Près de 1 800 infirmiers - soit plus de 10% des effectifs des hôpitaux publics - ont émigré en 2022, principalement au Royaume-Uni, ancienne puissance coloniale, où les salaires sont dix fois plus élevés.

Eléphants en surpopulation

Après le Botswana voisin, le Zimbabwe compte la deuxième plus grande population d'éléphants au monde, qui augmente de 5% par an.

Ses 100 000 pachydermes représentent près du double de la capacité de ses parcs, selon les défenseurs de l'environnement.

Cette surpopulation entraîne des accidents de plus en plus fréquents, entre les animaux majestueux et les villageois à proximité de réserves.

Les animaux sauvages, éléphants et crocodiles notamment, ont fait 68 morts en 2022 et 29 depuis le début de 2023, selon les autorités.

Célèbres écrivaines

Figure du féminisme, Tsitsi Dangarembga est devenue célèbre en 1988 avec "Nervous Conditions" ("A fleur de peau"), premier livre publié en anglais par une femme noire zimbabwéenne.

D'autres auteures zimbabwéennes comme NoViolet Bulawayo ou Petina Gappah ont acquis une notoriété internationale.

Avant elles, la romancière britannique Doris Lessing, prix Nobel de littérature en 2007, avait puisé son inspiration dans son enfance dans le pays.

Emplois et violence

Chamisa promet de bâtir un nouveau Zimbabwe "pour tous": s'attaquer à la corruption, relancer l'économie, sans vraiment détailler comment, soulignent ses détracteurs.

Pour redorer son image, le président sortant a coupé ces dernières semaines une multitude de rubans, livrant de nouveaux camions de pompiers, inaugurant mines de charbon, centrales électriques et cliniques.

"L'économie est bâtie par le peuple", lit-on sur les affiches de la Zanu-PF à Harare. Pour ses partisans, les nouvelles infrastructures sont la preuve que le président tient ses promesses.

"Nous avons besoin d'emplois et avec le président Mnangagwa, nous aurons du travail", avance Faustina Nyamhandu, 22 ans, sans emploi.

Le président est élu à la majorité absolue. Si aucun candidat ne remporte 50% des voix plus une, un second tour est organisé.

Mnangagwa pourrait être chahuté au sein de son propre parti s'il obtenait un résultat décevant difficile à présenter comme une "victoire convaincante", affirme Nic Cheeseman, expert en démocratie à l'université de Birmingham.

"La grande question pour l'opposition sera de savoir si elle prendra le risque de manifester", dit-il. Et "pour le gouvernement de savoir jusqu'où il va réprimer cette résistance".

En meeting dans le centre du pays samedi, M. Mnangagwa a promis des élections équitables et sans violence. "La Zanu-PF est inarrêtable. La victoire est certaine", a-t-il déclaré.


Échange de 190 prisonniers russes et ukrainiens à la suite des efforts de médiation des Émirats Arabes Unis

Des prisonniers de guerre russes à l'intérieur d'un bus suite à un échange avec l'Ukraine dans cette photo prise par le ministère de la défense russe le 31 mai 2024. (Ministère de la défense russe/AFP)
Des prisonniers de guerre russes à l'intérieur d'un bus suite à un échange avec l'Ukraine dans cette photo prise par le ministère de la défense russe le 31 mai 2024. (Ministère de la défense russe/AFP)
Short Url
  • Les Émirats arabes unis ont maintenant obtenu la libération de 1 558 prisonniers grâce à leur sixième effort de médiation réussi entre les parties belligérantes.
  • Les Émirats arabes unis se sont engagés à « poursuivre tous les efforts et toutes les initiatives visant à trouver une solution pacifique au conflit.

ABU DHABI : Les Émirats arabes unis ont réussi à obtenir l'échange de 190 prisonniers de guerre entre la Russie et l'Ukraine, a rapporté l'agence de presse nationale WAM.

Les Émirats arabes unis ont maintenant obtenu la libération de 1 558 prisonniers grâce à leur sixième effort de médiation réussi entre les parties belligérantes, moins d'un mois après le processus d'échange précédent, a ajouté le rapport.

« Ces efforts reflètent l'engagement des Émirats arabes unis à être un médiateur fiable soutenant la diplomatie pour résoudre la crise entre les deux pays », a déclaré un communiqué du ministère des affaires étrangères des Émirats arabes unis.

Les Émirats arabes unis se sont engagés à « poursuivre tous les efforts et toutes les initiatives visant à trouver une solution pacifique au conflit, en soulignant l'importance du dialogue et de la désescalade, qui sont les seuls moyens de résoudre le conflit et d'atténuer ses répercussions humanitaires », ajoute le communiqué.

Les Émirats arabes unis ont également réussi à négocier l'échange de deux prisonniers entre les États-Unis et la Fédération de Russie en décembre 2022.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Royaume-Uni: le gouvernement Starmer sonne le glas de l'hérédité à la Chambre des Lords

Les Gardes à pied de la Household Division sont en service alors que le drapeau royal flotte au-dessus du palais de Buckingham à Londres, le 17 juillet 2024, lors de la cérémonie d'ouverture du Parlement. (Photo AFP)
Les Gardes à pied de la Household Division sont en service alors que le drapeau royal flotte au-dessus du palais de Buckingham à Londres, le 17 juillet 2024, lors de la cérémonie d'ouverture du Parlement. (Photo AFP)
Short Url

LONDRES : Mettre fin à un anachronisme: le nouveau gouvernement travailliste britannique a annoncé mercredi la fin des 92 membres héréditaires à la Chambre des Lords, avec la volonté affichée d'achever une modernisation de la chambre haute amorcée sous Tony Blair il y a 25 ans.

"Des mesures pour moderniser la Constitution seront introduites, comprenant une réforme de la Chambre des Lords pour supprimer le droit des pairs héréditaires de siéger et voter" à la chambre haute du Parlement britannique, a déclaré le roi Charles III lors du traditionnel discours du trône.

C'est justement sous les ors de la Chambre des Lords et sous les yeux de ces membres héréditaires du Parlement que le souverain a présenté, lors de ce rendez-vous solennel du calendrier de la vie politique britannique, le programme législatif du gouvernement de Keir Starmer.

Il s'agit du premier sous une majorité travailliste depuis 15 ans.

Selon les propres termes de Downing Street, "la présence continue de pairs héréditaires à la Chambre des Lords est datée et indéfendable".

Ces pairs sont tous des hommes, largement issus de l'aristocratie.

Dans la droite ligne du programme du Labour, le futur projet de loi annoncé mercredi - sans que son calendrier ne soit précisé - est présenté comme une "première étape" dans le cadre d'une "réforme plus large" de la chambre haute du Parlement, qui compte au total plus de 800 membres et où siègent par exemple des membres du clergé.

Sa taille n'est pas fixée par la loi et il s'agit de la plus grande chambre haute dans le monde. Ses membres, d'une moyenne d'âge actuelle de 71 ans, sont la plupart du temps nommés à vie.

- "Nés dans certaines familles" -

Il s'agit parfois d'anciens députés, qui peuvent par exemple être nommés par d'anciens Premiers ministres après leur démission.

Existant depuis le XIVe siècle, la Chambre des Lords a pour rôle d'étudier les projets de loi qui lui sont envoyés par la Chambre des Communes et peut également être à l'initiative de nouvelles lois.

Elle s'est par exemple montrée opiniâtre pour tenter d'adoucir le projet de loi conservateur, désormais abandonné par le Labour, d'expulser des migrants vers le Rwanda.

Comme la chambre basse du Parlement, elle dispose de commissions spécialisées qui lui permettent de prendre part au contrôle de l'activité du gouvernement.

"Au XXIe siècle, il ne devrait pas y avoir près de 100 places réservées à des individus qui sont nés dans certaines familles", "une réforme n'a que trop tardé et est essentielle", fait valoir Downing Street dans un document détaillant les mesures du discours du trône.

En 1999, le gouvernement travailliste de Tony Blair avait pour intention de faire disparaître totalement les membres héréditaires de la Chambre des Lords. Mais le texte prévoyait une exception pour conserver 92 membres.

- Masculin et "statique" -

"Vingt-cinq ans plus tard, ils font partie du statu quo" qui a subsisté "plus par accident que par dessein", poursuit Downing Street, soulignant que le nouveau projet de loi vise à faire un pas vers "une Chambre des Lords adaptée au XXIe siècle".

"Aucune autre démocratie moderne comparable ne permet à des individus de siéger et voter dans leur assemblée législative par droit de naissance", met en avant Downing Street.

"Etre détenteur d'un siège au sein d'un Parlement sur une base héréditaire est incroyablement rare", soulignent les services du Premier ministre, "il n'y a aucun équivalent dans les démocraties occidentales comparables".

En outre, les membres héréditaires à la Chambre des Lords sont actuellement exclusivement masculins, là où le reste de la chambre haute compte 36% de femmes (242), 64% d'hommes (429).

De plus, argumente le gouvernement, le spectre politique des pairs héréditaires reste "statique" et majoritairement conservateur.

Parmi les autres arguments en faveur de la réforme mis en avant par l'exécutif se trouve le fait que les pairs héréditaires ne fassent pas l'objet de procédures de contrôle, contrairement aux membres à vie de la Chambre des Lords.


Macron rencontre jeudi le Premier ministre britannique pour une "remise à plat" des relations

Le président français Emmanuel Macron fait un geste en attendant les arrivées avant une réunion avec le président du Comité international olympique (CIO) au palais présidentiel de l'Élysée à Paris, le 16 juillet 2024, avant les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024. (Photo Ludovic MARIN / AFP)
Le président français Emmanuel Macron fait un geste en attendant les arrivées avant une réunion avec le président du Comité international olympique (CIO) au palais présidentiel de l'Élysée à Paris, le 16 juillet 2024, avant les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024. (Photo Ludovic MARIN / AFP)
Short Url
  • Les deux hommes ont eu un entretien téléphonique au soir de la victoire des travaillistes aux législatives de début juillet, puis se sont rapidement rencontrés la semaine dernière à Washington en marge du sommet de l'Otan
  • Le nouveau gouvernement britannique a confirmé mercredi, dans le discours du trône lu par le roi Charles III, sa volonté de "redéfinir" les relations entre le Royaume-Uni et ses "partenaires européens", après la phase houleuse du Brexit

PARIS: Emmanuel Macron aura jeudi un "premier entretien approfondi" avec le nouveau Premier ministre britannique Keir Starmer en vue d'une "remise à plat" des relations entre la France et le Royaume-Uni mais aussi plus largement l'Union européenne, a déclaré mercredi l'Elysée.

A l'issue du sommet de la Communauté politique européenne (CPE) qui regroupe les dirigeants du continent au-delà de l'UE, organisé au palais de Blenheim près d'Oxford, en Angleterre, le chef du gouvernement travailliste recevra le président français pour un dîner de travail bilatéral.

Les deux hommes ont eu un entretien téléphonique au soir de la victoire des travaillistes aux législatives de début juillet, puis se sont rapidement rencontrés la semaine dernière à Washington en marge du sommet de l'Otan. Ils avaient aussi pu faire connaissance en septembre 2023 quand M. Starmer, alors chef de l'opposition, était venu à l'Elysée pour 45 minutes de tête-à-tête avec le président français.

"Ce sera le premier entretien de substance", a-t-on dit à la presse dans l'entourage d'Emmanuel Macron. "C'est avec le président que le Premier ministre britannique a souhaité aussi marquer sa volonté plus générale de +reset+ (réinitialisation) avec l'Europe et avec l'UE mais aussi pour faire un point sur l'ensemble de la relation franco-britannique", a-t-on ajouté.

Selon un conseiller français, ce sera donc "l'occasion de faire un tour d'horizon complet et de remettre à plat l'ensemble des liens que nous avons avec le Royaume-Uni".

Le nouveau gouvernement britannique a confirmé mercredi, dans le discours du trône lu par le roi Charles III, sa volonté de "redéfinir" les relations entre le Royaume-Uni et ses "partenaires européens", après la phase houleuse du Brexit.

Le chef de l'Etat français attend de cette rencontre que Keir Starmer "présente sa vision d'un +reset+ de la relation entre le Royaume-Uni et l'UE", pour "commencer à poser les jalons de cette discussion", selon Paris. "C'est d'abord à ce nouveau gouvernement d'expliquer comment il envisage sa relation future avec l'UE après toute la phase du Brexit", a ajouté l'Elysée.

"On a tous intérêts réciproques à regarder ce rapprochement", a-t-on insisté de même source.

Notant que les Britanniques peuvent avoir "plus d'appétit" pour un rapprochement sur certains sujets que sur "d'autres", la présidence française estime qu'il faut tenir "compte des intérêts" européens et s'inscrire "dans une perspective globale" plutôt "dans une perspective de +cherry picking+" visant à faire le tri entre les dossiers. Elle assure par ailleurs que les discussions formelles devront se faire dans le cadre de l'Union européenne.

Sur les relations franco-britanniques, les dossiers de l'énergie, notamment nucléaire, seront abordés, ainsi que la défense et "la coopération en matière migratoire avec la situation en Manche", un sujet souvent sujet à controverse côté britannique.