Biden renoue avec la campagne et tente d'arracher le Sénat aux républicains

Le président-élu Joe Biden en meeting à Atlanta le 15 décembre (Photo, Getty Images via AFP).
Le président-élu Joe Biden en meeting à Atlanta le 15 décembre (Photo, Getty Images via AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 16 décembre 2020

Biden renoue avec la campagne et tente d'arracher le Sénat aux républicains

  • «J'ai besoin des deux sénateurs de cet Etat, je veux que les choses soient faites», a lancé Biden à Atlanta aux militants qui assistaient au meeting depuis leur voiture
  • Les démocrates doivent impérativement remporter les deux sièges de Géorgie pour revenir à égalité au Sénat, et ravir aux républicains le contrôle de la Chambre haute

ATLANTA: Joe Biden a affiché mardi son ambition d'arracher le contrôle du Sénat américain lors d'un déplacement de campagne en Géorgie pour soutenir deux candidats démocrates, renforcé par la confirmation officielle de sa victoire contre Donald Trump désormais reconnue par l'un des principaux chefs républicains et de nouveaux dirigeants étrangers.

« J'ai besoin des deux sénateurs de cet Etat, je veux que les choses soient faites », a lancé Biden à Atlanta aux militants qui assistaient au meeting depuis leur voiture, en fustigeant l'inaction du Congrès où les négociations sur un vaste plan de relance économique patinent depuis juillet.

« Envoyez-moi ces deux hommes et nous contrôlerons le Sénat et nous changerons la vie des gens de Géorgie », a-t-il promis.

Plus tôt, Mitch McConnell, chef de la majorité républicaine à la Chambre haute du Congrès et indéfectible soutien de Donald Trump, a été le dirigeant républicain le plus haut placé à féliciter le « président élu » Biden, un qualificatif qu'évitaient d'employer jusqu'ici de nombreux partisans du président sortant.

« Nous étions nombreux à espérer que l'élection présidentielle donne lieu à un résultat différent, mais notre système de gouvernement a des procédures pour déterminer qui sera investi le 20 janvier », a-t-il expliqué mardi matin dans l'hémicycle.

Joe Biden, qui a besoin d'une majorité au Sénat pour faire voter les importantes réformes de son programme, a confirmé lui avoir parlé. 

« Je lui ai dit que même si nous étions en désaccord sur de nombreux sujets, il y a des choses qu'on peut faire ensemble », a dit l'ancien sénateur du Delaware, qui a bâti sa carrière sur sa capacité à trouver des compromis.

Les démocrates doivent impérativement remporter les deux sièges de Géorgie pour revenir à égalité au Sénat, et ravir aux républicains le contrôle de la Chambre haute.

En cas d'égalité en effet, c'est la future vice-présidente Kamala Harris qui, comme le veut la Constitution, départagerait les votes.

Electorat plus divers

Raphael Warnock, qui affronte la républicaine Kelly Loeffler, avait dès lundi appelé les électeurs à se déplacer pour l'ouverture du vote par anticipation.

Ce pasteur noir, qui officie dans l'ancienne église de Martin Luther King à Atlanta, a créé la surprise en devançant de plus de 300 000 voix la sénatrice sortante, une fervente supportrice de Donald Trump.

Mme Loeffler devrait toutefois récupérer les voix qui étaient allées à un candidat républicain dissident lors du premier tour le 3 novembre.

Dans l'autre scrutin, Jon Ossoff, un ancien journaliste d'investigation de 33 ans, avait surpris en talonnant le sortant David Perdue.

Sur le papier, les républicains partent vainqueurs, mais les démocrates comptent sur la mobilisation d'un électorat désormais plus jeune et plus divers. Ils sont aussi galvanisés par la victoire de Joe Biden dans cet Etat qui n'avait pas voté pour un candidat de leur parti à la présidentielle depuis 1992.

Certains républicains s'inquiètent que la multiplication des recours intentés par les soutiens de Donald Trump pour contester, jusqu'ici sans succès, les résultats de la présidentielle, poussent ses partisans à s'abstenir, par méfiance envers le système électoral américain.

« Tourner la page »

Mais chacun des 50 Etats américains a depuis vérifié et certifié les résultats. Le démocrate a remporté le nombre record de 81,28 millions de voix, soit 51,3% des suffrages, contre 74,22 millions (46,8%) au républicain.

Et lundi, le collège électoral a entériné la victoire de Joe Biden, qui deviendra le 20 janvier le 46e président américain.

L'annonce a poussé plusieurs dirigeants étrangers considérés comme proches de Donald Trump à eux aussi reconnaître Joe Biden comme le vainqueur de l'élection. Le Russe Vladimir Poutine, le Mexicain Andrés Manuel Lopez Obrador et le Brésilien Jair Bolsonaro lui ont adressé des messages de félicitations.

Le futur président, âgé de 78 ans, continue également de former son équipe et a choisi selon les médias américains son ancien rival aux primaires démocrates Pete Buttigieg comme futur ministre des Transports.

Donald Trump, pour sa part, refuse de « tourner la page » comme l'y a invité Biden. Le président sortant a renouvelé ses accusations contre le logiciel électoral utilisé le 3 novembre, qui a selon lui « changé le résultat » de l'élection.


Variole du singe: Plus de 200 cas confirmés dans le monde

La maladie, cousine moins dangereuse de la variole éradiquée depuis une quarantaine d'année, est endémique dans 11 pays d'Afrique de l'Ouest et en Afrique centrale (Photo, AFP).
La maladie, cousine moins dangereuse de la variole éradiquée depuis une quarantaine d'année, est endémique dans 11 pays d'Afrique de l'Ouest et en Afrique centrale (Photo, AFP).
Short Url
  • L'Europe concentre l'essentiel des cas avec 191 cas, dont 118 dans les pays de l'UE
  • Le Canada, les Etats-Unis, l'Australie, Israël et les Emirats Arabes Unis sont les six pays non européens avec des cas considérés comme confirmés

STOCKHOLM: Le nombre de cas confirmés de variole du singe dans le monde a atteint 219 mercredi hors des pays où la maladie est endémique, selon un bilan diffusé par l'agence de l'Union européenne chargée des maladies.

Au total, 19 pays où la maladie est inhabituelle, la plupart en Europe, ont rapporté au moins un cas confirmé, indique le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) dans une note épidémiologique diffusée mercredi soir.

"La plupart des cas sont des jeunes hommes, s'identifiant eux-mêmes comme des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes. Il n'y a eu aucun décès", précise l'agence européenne basée à Stockholm.

Hors des 11 pays d'Afrique où cette maladie rare est endémique, trois pays concentrent actuellement l'essentiel des cas confirmés: le Royaume-Uni, premier pays où des cas inhabituels ont été repérés début mai (71 cas), l'Espagne (51) et le Portugal (37), selon l'ECDC.

L'Europe concentre l'essentiel des cas avec 191 cas, dont 118 dans les pays de l'UE. Le Canada (15), les Etats-Unis (9), l'Australie (2), Israël (1) et les Emirats Arabes Unis (1) sont les six pays non européens avec des cas considérés comme confirmés.

Les cas suspects ne sont pas comptabilisés dans le bilan.

Le nombre total de cas recensés mercredi par l'ECDC a pratiquement quintuplé depuis son premier pointage du 20 mai, où l'agence dénombrait 38 cas.

Lundi, dans sa première évaluation des risques, l'ECDC avait toutefois considéré que la probabilité de contagion dans la population en général était "très faible" mais qu'elle était en revanche "élevée" chez les personnes ayant plusieurs partenaires sexuels.

Le même jour, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a confirmé une situation "atypique" mais jugé possible de "stopper" cette transmission de la maladie entre humains.

La maladie, cousine moins dangereuse de la variole éradiquée depuis une quarantaine d'année, est endémique dans 11 pays d'Afrique de l'Ouest et en Afrique centrale. 

Elle se traduit d'abord par une forte fièvre et évolue rapidement en éruption cutanée, avec la formation de croûtes.


Afghanistan: au moins 12 morts dans quatre attentats à la bombe

A Kaboul, un attentat à la bombe a visé dans la soirée une mosquée, tuant au moins deux personnes et en blessant dix autres. (AP)
A Kaboul, un attentat à la bombe a visé dans la soirée une mosquée, tuant au moins deux personnes et en blessant dix autres. (AP)
Short Url
  • Au moins dix personnes sont mortes et une quinzaine d'autres ont été blessées, selon la police et les service de santé
  • Le ministère a déclaré que la bombe avait été placée à l'intérieur d'un ventilateur dans la mosquée

KABOUL: Au moins douze personnes ont été tuées mercredi en Afghanistan dans quatre attentats à la bombe, contre trois minibus à Mazar-i-Sharif (Nord) et contre une mosquée dans la capitale Kaboul, selon les autorités.  

Le nombre d'attentats a diminué dans le pays depuis que les talibans ont pris le pouvoir en août, mais une série d'attaques meurtrières à la bombe, dans lesquelles des dizaines de personnes ont trouvé la mort, a frappé le pays fin avril, pendant le mois saint du ramadan. 

A Mazar-i-Sharif, la grande ville du nord, « les bombes ont été placées à bord de trois minibus dans différents quartiers de la ville », a déclaré le porte-parole de la police provinciale de Balkh, Asif Waziri.  

Au moins dix personnes sont mortes et une quinzaine d'autres ont été blessées, selon la police et les service de santé. 

Selon Najibullah Tawana, responsable du service de santé de Balkh, trois femmes figurent parmi les dix tués dans les explosions des minibus. 

A Kaboul, un autre attentat à la bombe a visé dans la soirée une mosquée, tuant au moins deux personnes et en blessant dix autres, a indiqué le ministère de l'Intérieur. 

L'hôpital d'urgence de Kaboul a de son côté tweeté un bilan de cinq tués et de 22 blessés dans l'explosion à la mosquée. 

Bombe dans un ventilateur 

Des témoins ont vu plusieurs ambulances rouler à toute vitesse vers les lieux de l'explosion. 

Le ministère a déclaré que la bombe avait été placée à l'intérieur d'un ventilateur dans la mosquée. 

Aucun groupe n'a pour l'instant revendiqué ces quatre attentats à la bombe, et il n'était pas possible pour l'instant de savoir s'ils visaient une communauté spécifique. 

Certaines des attaques meurtrières qui ont frappé le pays fin avril ont été revendiquées par le groupe jihadiste Etat islamique (EI), et ont visé en particulier la minorité chiite hazara, considérée comme hérétique par l'EI. 

Le 28 avril, déjà à Mazar-i-Sharif, des attentats à la bombe, revendiqués par l'EI, contre deux minibus transportant des passagers chiites, avaient fait neuf morts. 

Le 21 avril, une mosquée chiite de cette ville avait aussi été la cible d'une bombe. Au moins 12 personnes avaient été tuées et 58 blessées, et là encore l'EI avait revendiqué l'attaque. 

Le lendemain, au moins 36 personnes, dont des enfants, avaient trouvé la mort à Kunduz (nord-est) dans un autre attentat à la bombe contre une mosquée sunnite, fréquentée par des soufis, pendant la prière du vendredi . 

A Kaboul, dix personnes avaient été tuées le 29 avril lors d'une explosion dans une mosquée sunnite, après la prière du vendredi. 

Les talibans tentent de minimiser la menace de l'Etat islamique-Khorasan (EI-K), la branche régionale de l'EI, et mènent une lutte sans pitié contre le groupe, qu'ils combattent depuis des années. 

Ils ont multiplié les raids, notamment dans la province orientale de Nangarhar, et arrêté des centaines d'hommes accusés d'en faire partie. 

Ils assurent depuis quelques mois avoir vaincu l'EI-K, mais les analystes estiment que le groupe extrémiste constitue toujours le principal défi sécuritaire pour le nouveau pouvoir afghan. 

 


Trump parlera à la grand-messe au Texas d'un lobby pro-armes, malgré la fusillade

L'ancien président Donald Trump a assuré mercredi qu'il parlerait bien vendredi devant l'assemblée annuelle du puissant lobby pro-armes NRA au Texas. (Photo, AFP)
L'ancien président Donald Trump a assuré mercredi qu'il parlerait bien vendredi devant l'assemblée annuelle du puissant lobby pro-armes NRA au Texas. (Photo, AFP)
Short Url
  • «L'Amérique a besoin de vraies solutions et de vrai leadership en cette période, pas de politiciens et de considérations partisanes», a jugé Trump
  • L'ancien président s'affiche ainsi en opposition nette et délibérée à son successeur Joe Biden qui, «écœuré et fatigué» par ces fusillades à répétition

WASHINGTON: L'ancien président Donald Trump a assuré mercredi qu'il parlerait bien vendredi devant l'assemblée annuelle du puissant lobby pro-armes NRA au Texas, et ce malgré l'effroyable fusillade dans une école primaire de cet Etat américain. 

« L'Amérique a besoin de vraies solutions et de vrai leadership en cette période, pas de politiciens et de considérations partisanes », a jugé le milliardaire républicain sur son réseau social, Truth Social. 

« Et c'est pourquoi je respecterai mon engagement de longue date de m'exprimer à la convention de la NRA au Texas », a-t-il fait savoir, promettant « un discours important au peuple américain ». 

L'ancien président s'affiche ainsi en opposition nette et délibérée à son successeur Joe Biden qui, « écœuré et fatigué » par ces fusillades à répétition, a lancé mardi soir: « Quand, pour l'amour de Dieu, allons-nous affronter le lobby des armes? » 

Aux Etats-Unis, les fusillades sont un fléau récurrent que les gouvernements successifs ont jusqu'à présent été impuissants à endiguer, incapables d'adopter la moindre loi nationale ambitieuse sur la question, notamment en raison du pouvoir de ces lobbys pro-armes.