Chine : Baidu lance son robot conversationnel, qui évite les sujets sensibles

Le géant chinois de l'internet Baidu a lancé jeudi son robot conversationnel Ernie Bot, sa réponse à l'américain ChatGPT. (AFP).
Le géant chinois de l'internet Baidu a lancé jeudi son robot conversationnel Ernie Bot, sa réponse à l'américain ChatGPT. (AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 31 août 2023

Chine : Baidu lance son robot conversationnel, qui évite les sujets sensibles

  • Son arrivée sur le marché marque une étape majeure dans la volonté de la Chine d'être d'ici 2030 un leader mondial de l'intelligence artificielle
  • Le logiciel, téléchargeable dans les boutiques d'application et sur le site officiel du groupe, vise principalement le marché chinois dans l'immédiat

PEKIN: Le géant chinois de l'internet Baidu a lancé jeudi son robot conversationnel Ernie Bot, sa réponse à l'américain ChatGPT mais avec la particularité d'éluder toute question sur les sujets sensibles comme le Parti communiste et les événements de Tiananmen.

Son arrivée sur le marché marque une étape majeure dans la volonté de la Chine d'être d'ici 2030 un leader mondial de l'intelligence artificielle, mais dans un cadre de contrôle strict de l'information en ligne par les autorités.

Baidu a dû solliciter leur autorisation avant la mise sur le marché.

D'autres groupes chinois travaillant sur l'intelligence artificielle ont également reçu le feu vert des autorités, comme Sensetime, coté à Hong Kong, qui a ouvert les inscriptions à son robot SenseChat, tandis que Baichuan Intelligent Technology et Zhipu AI ont dit que leurs robots étaient désormais en ligne.

"Nous sommes ravis d'annoncer qu'Ernie Bot est désormais pleinement disponible pour le grand public, à partir du 31 août", a annoncé Baidu dans un communiqué.

Le logiciel, téléchargeable dans les boutiques d'application et sur le site officiel du groupe, vise principalement le marché chinois dans l'immédiat. Il fonctionne principalement en mandarin mais comprend aussi les questions en anglais.

"Outre Ernie Bot, Baidu s'apprête à lancer une série de nouvelles applications nées de l'intelligence artificielle qui permettront aux utilisateurs d'expérimenter pleinement les quatre capacités fondamentales de l'intelligence artificielle générative : la compréhension, la production, le raisonnement et la mémoire", a ajouté la compagnie.

Testée jeudi matin par l'AFP, la plateforme répondait facilement à des questions triviales comme "Quelle est la capitale de la Chine?" ou "Avez-vous des loisirs?".

Mais, interrogée sur des sujets plus sensibles comme la violente répression des manifestations pro-démocratie de la place Tiananmen à Pékin en 1989, elle semble moins inspirée: "Changeons de sujet et recommençons", annonce-t-elle, avant de rediriger l'utilisateur vers la page principale.

« Parlons d'autre chose »

Questionné sur l'actuel Dalaï Lama - qui critique ouvertement le gouvernement chinois et vit en exil -, Ernie Bot donne à l'AFP des informations sur le Dalaï Lama... qui vivait au XVIIe siècle.

Quant à la question sur la richesse du président Xi Jinping - autre sujet tabou en Chine -, elle amène une réponse assez vague sur les salaires des représentants du gouvernement.

"Taïwan est-il un pays indépendant?" entraîne une réponse sans surprise alors que Pékin revendique l'île comme faisant partie de son territoire: "Taïwan est une région administrative de niveau provincial de la République populaire de Chine, pas un pays".

"Parlons d'autre chose", ajoute immédiatement Ernie Bot.

Plus généralement, à la question "Peut-on discuter librement de tout sujet?", le logiciel répond: "Oui, nous pouvons parler de tout ce que vous voulez. Cependant, veuillez noter que certains sujets peuvent être sensibles ou toucher à des questions légales et sont donc soumis à votre propre responsabilité".

La start-up californienne OpenAI avait lancé en novembre 2022 ChatGPT, un système conversationnel ("chatbot") capable de formuler en quelques secondes des réponses détaillées sur un large éventail de sujets ou d'écrire des dissertations.

Les prouesses de ChatGPT sont suivies avec passion en Chine, où l'interface est pourtant bloquée sans logiciel de contournement type VPN et numéro de téléphone étranger.

« Inspection de sécurité »

La Chine ambitionne de devenir d'ici 2030 un leader mondial de l'intelligence artificielle, amenée à révolutionner une multitude de secteurs dont l'industrie automobile et la médecine.

Le chinois Baidu a été le premier dans son pays à annoncer travailler sur un équivalent local à ChatGPT, qu'il a présenté en mars.

Mais sa version bêta n'était dans un premier temps disponible que de façon limitée.

L'annonce de son lancement pour le grand public était bien accueillie à la Bourse de Hong Kong jeudi matin, où les titres Baidu gagnaient 3,2% à 04H30 GMT.

Le champion de l'internet et des jeux vidéo Tencent et le pionnier du commerce en ligne Alibaba avaient eux aussi annoncé travailler sur le sujet.

Face à cette euphorie pour ces nouveaux outils, la Chine avait annoncé en avril qu'elle imposerait une "inspection de sécurité" aux outils d'intelligence artificielle avant d'autoriser leur mise sur le marché.

Les contenus générés par intelligence artificielle doivent "refléter les valeurs socialistes fondamentales et ne doivent pas contenir [d'éléments relatifs] à la subversion du pouvoir de l'Etat", selon cette réglementation.


Le Cabinet saoudien approuve la mise en place d'un programme national de minéraux

Ce programme devrait permettre de répondre aux besoins croissants en minéraux à l'échelle locale, régionale et mondiale, et contribuer aux opérations d'exploration. (Fichier/Shutterstock)
Ce programme devrait permettre de répondre aux besoins croissants en minéraux à l'échelle locale, régionale et mondiale, et contribuer aux opérations d'exploration. (Fichier/Shutterstock)
Short Url
  • Le programme nouvellement annoncé devrait permettre de répondre aux besoins locaux, régionaux et mondiaux croissants en minéraux, de renforcer les capacités locales et de contribuer aux opérations d'exploration.  
  • Conformément à un communiqué du ministère publié au début de l'année, la richesse minérale du Royaume est estimée à 9,4 trillions de SR (2,5 trillions de dollars).

RIYADH : L'Arabie saoudite s'apprête à lancer un nouveau programme national sur les minéraux, renforçant ainsi sa position en tant que centre régional et mondial pour le secteur des mines et des métaux.
 
Le cabinet saoudien a approuvé la mise en place de cette initiative, qui sera liée au ministère de l'Industrie et des Ressources minérales du Royaume, selon un communiqué. 
 
Le programme nouvellement annoncé devrait permettre de répondre aux besoins locaux, régionaux et mondiaux croissants en minéraux, de renforcer les capacités locales et de contribuer aux opérations d'exploration.
 
Il s'inscrit dans l'ambition de l'Arabie saoudite de faire de l'exploitation minière un pilier industriel fondamental de l'économie du pays. Elle s'aligne également sur l'objectif du ministère de renforcer le secteur et de contribuer aux développements en cours dans le cadre de la Vision 2030 de l'Arabie saoudite.

Conformément à un communiqué du ministère publié au début de l'année, la richesse minérale du Royaume est estimée à 9,4 trillions de SR (2,5 trillions de dollars).

 
Bandar Alkhorayef, ministre de l'industrie et des ressources minérales, a remercié le roi Salman et le prince héritier Mohammed bin Salman à la suite de l'approbation du cabinet, et a déclaré que le programme jouera un rôle efficace pour stimuler la croissance dans le secteur des minéraux et exploiter les richesses minérales du Royaume.
 
« Cette décision du Conseil des ministres d'établir le Programme national des minéraux constituera un changement qualitatif dans le soutien des chaînes d'approvisionnement dans les secteurs industriel et minier et renforcera la position du Royaume en tant que centre régional et mondial pour le secteur des mines et des minéraux », a déclaré M. Alkhorayef dans un communiqué.

« Selon les orientations du Royaume, il s'agit de développer les chaînes de valeur minières afin que le secteur minier devienne le troisième pilier de l'industrie nationale, et de tirer profit de la situation géographique du Royaume, qui représente l'un des plus importants carrefours commerciaux majeurs », a-t-il également déclaré.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


HSBC choisit son directeur financier Georges Elhedery comme prochain directeur général

Le logo de la société HSBC est affiché sur un écran à la Bourse de New York pendant la séance du matin, le 23 février 2024 à New York. (AFP)
Le logo de la société HSBC est affiché sur un écran à la Bourse de New York pendant la séance du matin, le 23 février 2024 à New York. (AFP)
Short Url
  • Le géant bancaire britannique HSBC a désigné son directeur financier Georges Elhedery comme directeur général à partir de septembre
  • Né au Liban, Georges Elhedery a ingénieur polytechnicien, également formé à l'Ecole nationale de la statistique et de l'administration économique (Ensae)

HONG KONG: Le géant bancaire britannique HSBC a désigné son directeur financier Georges Elhedery comme directeur général à partir de septembre, selon un document déposé mercredi auprès de la Bourse de Hong Kong.

"Je suis ravi de confirmer Georges en tant que prochain directeur général du groupe HSBC", a indiqué le président du groupe Mark Tucker, dans un communiqué à la bourse de Hong Kong.

"Nous avons hâte de travailler avec lui à la tête d'HSBC dans la prochaine phase de développement et de croissance", a-t-il ajouté.

Né au Liban, Georges Elhedery a ingénieur polytechnicien, également formé à l'Ecole nationale de la statistique et de l'administration économique (Ensae).

Il a rejoint HSBC en 2005, après une vaste expérience dans le trading à Londres, Paris et Tokyo, et est devenu le directeur financier du groupe en janvier 2023.

De 2016 à 2019, il a dirigé les opérations de la banque au Proche-Orient, en Afrique du Nord et en Turquie.

M. Elhedery prendra ses fonctions le 2 septembre, en remplacement de Noel Quinn, qui a annoncé en avril à 62 ans, son départ surprise après 37 ans de carrière à HSBC.


Le nouveau Murabba Development Co. de PIF dévoile la conception d’un nouveau stade polyvalent

Le nouveau stade de Murabba devrait être achevé d’ici la fin de 2032, promettant de devenir un symbole de la transformation de Riyad. (SPA)
Le nouveau stade de Murabba devrait être achevé d’ici la fin de 2032, promettant de devenir un symbole de la transformation de Riyad. (SPA)
Short Url
  • Cette initiative s’aligne sur les ambitions du Royaume de s’imposer comme la première destination culturelle, touristique, de divertissement et sportive au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. 
  • « Le stade se distingue par son design qui combine le caractère local inspiré de l’acacia, l’un des principaux monuments naturels de Wadi Hanifah », a ajouté le post. 

RIYAD : Un nouveau stade de 45000 places est prévu pour améliorer le paysage sportif et de divertissement de l’Arabie saoudite alors que New Murabba Development Co. a dévoilé sa conception dans le cadre de son projet à usage mixte.  

Dans un post sur X, anciennement connu sous le nom de Twitter, la société basée à Riyad, détenue par le Fonds d’investissement public du Royaume, a annoncé que l’installation dans son développement immobilier à venir dans le nord-ouest de la capitale présenterait desutiliser des espaces, ce qui lui permet d’accueillir une variété d’événements sportifs et d’activités de divertissement. 

Cette initiative s’aligne sur les ambitions du Royaume de s’imposer comme la première destination culturelle, touristique, de divertissement et sportive au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. 

« Le nouveau stade de Murabba contribue à démontrer l’ampleur des efforts déployés pour faire du Royaume un centre mondial de premier plan en offrant les meilleures expériences sportives et de divertissement », a déclaré la société dans son X post. 

« Le stade se distingue par son design qui combine le caractère local inspiré de l’acacia, l’un des principaux monuments naturels de Wadi Hanifah », a ajouté le post. 

En plus du stade, le projet comprendra un musée, une université de technologie et de design, un théâtre immersif et plus de 80 lieux de divertissement et de culture à la fin de 2032.

Le nouveau stade de Murabba devrait être achevé d’ici la fin de 2032 (SPA)
Le nouveau stade de Murabba devrait être achevé d’ici la fin de 2032 (SPA)

« Le nouveau stade de Murabba incarne notre engagement à transformer Riyad en une destination mondiale pour le sport et le divertissement », a déclaré Michael Dyke, PDG de l’entreprise. 

« Le stade sera non seulement un lieu de calibre mondial pour les événements sportifs, mais aussi un carrefour communautaire dynamique qui améliorera la qualité de vie des résidents et des visiteurs », a-t-il ajouté.

Le projet New Murabba, d’une superficie de 19 km2, offrira plus de 25 millions de mètres carrés de superficie, 104 000 unités résidentielles, 9 000 chambres d’hôtel, 980 000 mètres carrés d’espace de vente au détail et 1,4 million de mètres carrés d’espace de bureau. 

En février 2023, le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a annoncé le lancement de New Murabba Development Co., visant à transformer le centre-ville de Riyad avec un mélange unique d’offres résidentielles, commerciales et de divertissement. 

Le nouveau stade de Murabba devrait être achevé d’ici la fin de 2032 (SPA)
Le nouveau stade de Murabba devrait être achevé d’ici la fin de 2032 (SPA)

En mai, la société détenue par le Fonds d’investissement public a également accueilli le New Murabba Partnership Forum à l’InterContinental Riyad. 

L’événement a réuni un groupe diversifié de fournisseurs et de partenaires pour explorer les nombreuses opportunités au sein de cette destination révolutionnaire, prête à devenir le centre-ville le plus transformateur de Riyad, selon un communiqué de presse précédent. 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com