Amine Radi: La figure maternelle, trait d’union interculturel par excellence

Amine Radi, «humoriste 2.0» aux trois millions d’abonnés sur la Toile, se confie à Arab News en français. (Photo fournie)
Amine Radi, «humoriste 2.0» aux trois millions d’abonnés sur la Toile, se confie à Arab News en français. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Samedi 22 mai 2021

Amine Radi: La figure maternelle, trait d’union interculturel par excellence

  • Arab News en français est parti à la rencontre d’Amine Radi, «humoriste 2.0» aux trois millions d’abonnés sur la Toile, qui s’est donné la mission de mettre en avant les différences, pour mieux les célébrer
  • «Je m’appelle Amine Radi, pas Michel, ni François. Je suis Marocain, Africain du Nord arabophone et musulman : j’aime la France, et elle me le rend bien !», raconte l’humoriste

PARIS : «D’où viens-tu?» Après les salamalecs de circonstance arrive la fameuse question des origines. Ce besoin, cette curiosité tout à fait compréhensible, de déceler les principaux traits identitaires de son interlocuteur.

C’est tout sourire qu’Amine Radi, «humoriste 2.0» aux trois millions d’abonnés sur la Toile, se confie à Arab News en français. Il détaille sans retenue et avec une douce sincérité son parcours, ses sources d’inspirations, ses projets et son goût invétéré pour l’aventure.

Spectacle d'Amine en Algérie (photo fournie)
Spectacle d'Amine en Algérie (photo fournie)

Pionnier d’un nouveau genre à juste 16 ans

Sa carrière, il l’a lui-même forgée. La recette de son succès: le franc-parler. «Je me suis lancé en 2012», nous explique Amine. C’est dans la petite commune de Talant, située près de Dijon, que tout a commencé. Le jeune homme s’y installe afin de suivre une formation d’expert-comptable. Les journées y sont longues… et la lassitude s’empare peu à peu de lui. L’ennui est tel qu’il finit par lui porter conseil. «J’en avais assez, il n’y avait rien à faire… J’ai donc réalisé une petite vidéo que j’ai postée sur les réseaux sociaux pour amuser la galerie.»

Jamais le jeune homme, alors âgé de 16 ans, n’aurait imaginé que le remède à son spleen annoncerait le début d’une grande aventure. Le lendemain, les «j’aime», les partages et les commentaires positifs foisonnent sur Facebook! «Des gens que je ne connaissais même pas me demandaient de publier plus de contenu». De fil en aiguille, la page Facebook dédiée à ses sketchs a pris de plus en plus d’ampleur. 

«Au début, ils étaient une petite centaine à me suivre, puis des milliers, et là ils sont des millions!». À l’époque, la «blogosphère» n’en était qu’à ses tâtonnements, et les «humoristes 2.0 » se comptaient sur les doigts de la main. Amine Radi fait ainsi partie des figures ayant contribué à l’ascension de l’humour en ligne, avec toutefois une particularité qui le distingue: la mise en avant des différentes cultures.  

Spectacle en Algerie, 2018"
Spectacle d'Amine en Algérie (photo fournie)

Célébrer les différences

 «Mon objectif est de faire rire, mais aussi de rassembler», déclare Amine. Avec son accent inimitable, et ses histoires qui s’inspirent du quotidien, le stand-uppeur s’est donné la mission de mettre en avant les différences, pour mieux les célébrer.

Le comédien de 26 ans avoue être un curieux, féru d’aventure, qui puise son inspiration de l’effervescence de la vie. Or, la vie est faite de rencontres, et «tout le monde ne vient pas du même endroit». Amine fait donc du mariage des cultures la matière première de ses sketchs. «L'humour, c’est le chemin le plus court pour atteindre les autres personnes. Il dépasse les frontières, et permet de surpasser les clichés en les exacerbant». La caricature, selon Amine, serait un moyen de déconstruire les stéréotypes. Son humour défie, pousse à la réflexion, à la découverte de l’autre. Sa série Quand tu sors avec une… en est la fidèle illustration.

La série "Quand tu sors avec une..." caricature les traits culturels des femmes de différentes nationalités
La série "Quand tu sors avec une..." caricature les traits culturels des femmes de différentes nationalités. (Photo fournie)

L'essence de l'humour serait la sensibilité. Amine reconnaît sans détours que sa maman est sa muse incontestée. «Ma madre, elle est sacrée. Elle est drôle, et si attachante!» Pour l’humoriste, la figure maternelle est le trait d’union interculturel par excellence. «Les mamans, elles sont partout pareilles, elles ont les mêmes tics, les mêmes manies…» 

Amine et sa "madre" (photo fournie)
Amine et sa "madre" (photo fournie)

Lorsqu’il est arrivé dans l’Hexagone, Amine s’est très vite adapté. La France est un pays cher à son cœur, dont les us et coutumes s’entremêlent et s’additionnent facilement à son éducation marocaine. «J’écoute Houcine Slaoui, Jay-z et Charles Aznavour: ma culture est cosmopolite par nature, ce qui me permet d’avoir une certaine ouverture d’esprit». Être trilingue lui permet également de toucher un public plus large.

Le mariage des cultures

«Je m’appelle Amine Radi, pas Michel, ni François. Je suis Marocain, Africain du Nord arabophone et musulman: j’aime la France, et elle me le rend bien !» D’après lui, pour s’intégrer dans un pays, ou dans n’importe quel environnement, il suffit de se conformer aux habitudes qui y sont de mise, tout en assumant ses origines et particularités. «Je ne peux pas m’imposer chez les autres. Quand je vais chez quelqu’un et qu’il me demande de retirer mes chaussures avant de rentrer chez lui, je le fais sans rouspéter. C’est un signe de respect, applicable en toutes circonstances». Les conditions sine qua non du vivre ensemble seraient donc la tolérance, et le civisme. 

Depuis sa patrie d’adoption, le plus dur pour le comédien a été de quitter sa famille. «Quand je suis parti en France, ma petite sœur avait tout juste 8 ans. Je ne l’ai donc pas vue grandir. Oui, ma famille me manque un peu plus tous les jours… Ainsi que la chaleur humaine propre au pays!»

Pourtant, Amine distingue bien les avantages de vivre à Paris. «Vivre dans une ville avec des transports en communs qui fonctionnent… ça n’a pas de prix! J’aime aussi la rigueur à la française, le fait que les Parisiens soient toujours actifs!»

Les «Yella, Khalas [Allez, laissons tomber]», expressions phares du Moyen-Orient l’exaspèrent parfois. «Le fait d’ajourner, et de remettre au lendemain, puis au surlendemain, puis à l’année prochaine ce que l’on peut faire aujourd’hui est insupportable…» 

Rêves d’ailleurs

Le monde de demain? L’Eldorado culturel? Pour Radi, il ressemblerait au Canada… avec une météo plus clémente, et des msemens (crêpe marocaine) au menu de tous les restaurants. «J’aime ce pays. Du moins l’idée que je m’en fais. C’est un melting pot, où la mixité est la norme. Les gens ne sont pas compliqués, tout le monde veut vivre en paix, qu’elles que soient leurs religions ou autres spécificités…»

Le jeune homme affirme que les Français, qu’ils soient de souche ou pas, peuvent également vivre en harmonie. Au moyen de vidéos qui font rire, et qui véhiculent un message fort, Amine contribue lui aussi à faire avancer le débat.

Ses projets d’avenir? «Abolir la Covid!», pour enfin reprendre son spectacle à Paris, à l’Apollo Théâtre, faire grandir sa marque de prêt à porter «Va Dormir Va», mais aussi venir en aide aux nécessiteux par le biais de l’Association marocaine «Al Ihsan» dont il est le parrain.


Variant Delta: Obama réduit la voilure pour sa fête d'anniversaire controversée

Barack Obama, né le 4 août, devait célébrer son anniversaire en fin de semaine sur l'île huppée de Martha's Vineyard (Massachusetts) (AFP)
Barack Obama, né le 4 août, devait célébrer son anniversaire en fin de semaine sur l'île huppée de Martha's Vineyard (Massachusetts) (AFP)
Short Url
  • Des centaines de personnalités politiques et de célébrités devaient y participer, notamment George Clooney, Steven Spielberg ou Oprah Winfrey, selon le Washington Post
  • Malgré son respect des règles sanitaires en vigueur, la grande fête de Barack Obama s'était attiré les critiques, principalement venues d'élus républicains

NEW YORK:  Après avoir suscité les critiques pour l'organisation d'une grande fête d'anniversaire en plein air, l'ex-président américain Barack Obama célébrera ses 60 ans en comité réduit ce week-end, a annoncé son équipe mercredi, expliquant son choix par la propagation du variant Delta.

"Cet événement en extérieur avait été organisé il y a des mois, conformément aux directives de santé publique et avec des mesures de protection contre le Covid-19", a déclaré sa porte-parole Hannah Hankins.

"A cause de la nouvelle propagation du variant Delta au cours de la semaine dernière, le président et Mme Obama ont décidé de réduire considérablement l'événement pour n'inclure que la famille et les amis proches", a-t-elle ajouté.

Barack Obama, qui a eu 60 ans ce mercredi, devait célébrer son anniversaire en fin de semaine sur l'île huppée de Martha's Vineyard (Massachusetts), en compagnie d'invités vaccinés et soumis à un dépistage au Covid-19, le tout en extérieur afin de respecter les directives des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), selon des médias américains.

Des centaines de personnalités politiques et de célébrités devaient y participer, notamment George Clooney, Steven Spielberg ou Oprah Winfrey, selon le Washington Post.

Malgré son respect des règles sanitaires en vigueur, la grande fête de Barack Obama s'était attiré les critiques, principalement venues d'élus républicains.

L'élu de l'Ohio Jim Jordan avait affirmé sur Twitter que "si c'était la fête d'anniversaire du président Trump", les démocrates dénonceraient un "dangereux événement super-propagateur".

"Y a-t-il une exception pour les fêtes auxquelles participent les riches célébrités libérales?", avait fait mine de s'interroger la cheffe du parti républicain, Ronna McDaniel.

L'administration de Donald Trump avait plusieurs fois fait les gros titres après l'organisation d'événements non-masqués à la Maison Blanche ou dans les ministères, ou la tenue de meetings de campagne, parfois au plus fort de la pandémie et avant l'autorisation des vaccins contre le Covid-19. 

Une cérémonie en l'honneur de la juge Amy Coney Barrett, nommée par le président républicain pour siéger à la Cour suprême, avait notamment été suspectée d'avoir conduit à la contamination d'une douzaine de personnes dont Donald Trump lui-même.

Le président Joe Biden, qui fut le vice-président de Barack Obama, n'avait pas prévu de participer à la fête d'anniversaire, mais il a tenu à lui dédier un tweet.

"Joyeux anniversaire, Barack Obama. Je suis fier de pouvoir dire que tu es un frère et un ami -- et je te suis reconnaissant de ton service désintéressé à ce pays", a-t-il écrit.

La semaine dernière, les autorités sanitaires ont à nouveau recommandé le port du masque en intérieur même pour les personnes vaccinées, à cause de la hausse des cas de Covid-19, douchant les espoirs d'un été insouciant.


El-Bakkali, champion olympique: «Ces trois années avec l’équipe nationale m’ont beaucoup aidé»

El-Bakkali fait partie d’une académie de jeunes athlètes marocains placée sous l’égide de la Fédération royale marocaine d’athlétisme. (AFP)
El-Bakkali fait partie d’une académie de jeunes athlètes marocains placée sous l’égide de la Fédération royale marocaine d’athlétisme. (AFP)
Short Url
  • Le coureur de 25 ans s’est imposé devant l’Éthiopien Lamecha Grima et le Kényan Benjamin Kigen
  • «Tout au long de la compétition, j’ai réussi à garder mon énergie pour la finale, au cours de laquelle j’ai accéléré dès le début», explique le champion

TOKYO: Soufiane el-Bakkali vient de remporter la médaille d’or du 3 000 mètres steeple aux Jeux olympiques de Tokyo 2020. Cette victoire est le fruit d’un entraînement intensif de plusieurs années avec l’équipe nationale marocaine.

Le coureur marocain de 25 ans avait échoué aux portes du podium à Rio en 2016, finissant quatrième. À Tokyo, il s’est imposé en 8 minutes, 8 secondes et 90 centièmes devant l’Éthiopien Lamecha Grima et le Kényan Benjamin Kigen.

«C’est une victoire historique pour moi», déclare El-Bakkali mardi dernier dans un entretien accordé à Arab News Japan devant le village olympique de Tokyo.

«Les Jeux olympiques sont différents des autres compétitions, d’autant plus qu’ils ont été retardés d’un an. Heureusement, j’ai pu mettre en place ma stratégie et remporter la médaille d’or», ajoute-t-il.

El-Bakkali fait partie d’une académie de jeunes athlètes marocains placée sous l’égide de la Fédération royale marocaine d’athlétisme. Il a d’ailleurs rendu hommage aux programmes qu’elle a instaurés, affirmant qu’il n’aurait pas été sacré champion s’il ne les avait pas suivis.

«Ces trois années avec l’équipe nationale m’ont beaucoup aidé. Au Maroc, toutes les structures sont disponibles et le climat est favorable à l’entraînement dans des villes comme Rabat et Fès, qui œuvrent à intégrer le Maroc parmi les pays qui comptent les meilleurs athlètes. L’équipe a misé sur la génération des 21-25 ans», explique-t-il.

El-Bakkali souligne que sa victoire est l’aboutissement de longues années d’entraînement et de compétition avec les coureurs kényans et éthiopiens, qui ont exercé une hégémonie sur les courses pendant des années. Les Jeux olympiques de Tokyo lui ont permis de prendre la tête du classement.

«Tout au long de la compétition, j’ai réussi à garder mon énergie pour la finale, au cours de laquelle j’ai accéléré dès le début», affirme-t-il.

Il a également évoqué l’incidence de la pandémie de Covid-19 sur la compétition: «La crise a éclipsé les Jeux olympiques. C’est particulièrement difficile pour les athlètes. Personnellement, j’ai pris mes précautions avant de me rendre au Japon. J’ai continué à appliquer les mêmes mesures sanitaires pour me protéger du virus et en protéger les autres.»

«Au Japon, les mesures sanitaires sont assez strictes. J’ai réussi à rester à l’abri du virus jusqu’au moment de la compétition», indique-t-il.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


«The Suicide Squad» veut redorer l'image des superméchants – et de son réalisateur

Margot Robbie assiste à la première mondiale de "Suicide Squad" au Beacon Theatre le 1er août 2016 à New York. (AFP)
Margot Robbie assiste à la première mondiale de "Suicide Squad" au Beacon Theatre le 1er août 2016 à New York. (AFP)
Short Url
  • Même David Dastmalchian, l'acteur qui l'incarne et fan invétéré de comics, les bandes dessinées américaines, n'avait au départ «pas la moindre idée de qui était Polka Dot Man»
  • «Si (ces films) ne continuent pas à prendre des risques et essayer de nouvelles choses, alors les gens ne voudront plus se déplacer dans les salles de cinéma»

LOS ANGELES: Quand James Gunn s'est vu proposer la réalisation du prochain film de super-héros de DC Comics, il ne s'est pas tourné vers une icône comme Superman ou Wonder Woman. Il a choisi le groupe de méchants débraillés et bien moins renommés connus sous le nom de "The Suicide Squad".


Au générique de cette sorte de suite de "Suicide Squad" (2016) -- où la bande de criminels s'embarquait dans de dangereuses missions pour le compte du gouvernement américain, afin de réduire leurs peines de prison -- on trouve des noms familiers, comme le personnage d'Harley Quinn, incarné par Margot Robbie.


D'autres nouveaux venus sont de parfaits inconnus, comme l'étonnant Polka Dot Man ("l'homme à pois", en français).", a expliqué James Gunn.


"Pouvoir prendre un personnage comme ça et lui donner de l'épaisseur a été très amusant pour moi", a confié le réalisateur lors d'une conférence de presse virtuelle avant la sortie du film, prévue vendredi aux Etats-Unis.


A première vue, la façon dont il a choisi son groupe de voyous semblait peu propice à mettre les cadres de Warner Bros en confiance.


Même David Dastmalchian, l'acteur qui l'incarne et fan invétéré de comics, les bandes dessinées américaines, n'avait au départ "pas la moindre idée de qui était Polka Dot Man".


Mais à en croire le succès du premier film, aller fouiller dans les tréfonds du monde des comics pour chercher des personnages moins connus est un risque qui peut s'avérer payant.


Malgré les mauvaises critiques, "Suicide Squad" avait récolté plus de 750 milions de dollars au box-office mondial.


Comme lui, "The Suicide Squad" s'appuie sur un casting cinq étoiles -- Will Smith et Jared Leto n'y sont plus mais ont été remplacés par John Cena, Idris Elba ou Sylvester Stallone, qui prête sa voix à une créature mi-homme mi-requin.


Selon Idris Elba, jouer Bloodsport, "un personnage à la personnalité moins bien définie", lui a permis d'avoir plus de liberté.


L'idée était: "Trouvons un personnage obscur que nous pourrons construire comme notre propre création cinématographique pour Idris", a confirmé James Gunn.

«Prendre des risques»
Le film offre un savant mélange entre prise de risque et quête de rédemption, qui n'est pas sans rappeler le parcours de son réalisateur.


James Gunn, réalisateur culte et auteur du script de "L'armée des morts" de Zack Snyder (2004), avait fait une incursion remarquée dans la culture populaire dans les années 2010, avec les films à succès "Gardiens de la Galaxie", de Marvel.


Mais en 2018, il avait été brusquement renvoyé par Disney, propriétaire des studios, quand d'anciens tweets dans lesquels il blaguait sur le sida, le viol ou l'Holocauste avaient refait surface.


Warner avait sauté sur l'occasion, confiant au réalisateur ses films de super héros DC rivaux.


Après s'être excusé et avoir reçu le soutien d'un grand nombre de figures d'Hollywood, à l'image de Chris Pratt, James Gunn a de nouveau posé ses valises chez Marvel, pour qui il doit réaliser "Les Gardiens de la Galaxie 3", prévu pour 2023.


"Tu ne t'attends pas à ce que les gens te soutiennent... Ça a été une prise de conscience pour moi", avait-il récemment confié au New York Times.


"Quand Warner Bros vient te voir le lundi suivant et te dit, +On te veut, James Gunn+, tu te dis, ouah, ça fait du bien à entendre."


Décrivant "The Suicide Squad" comme un film de guerre façon "Les Douze Salopards" (1967) saupoudré d'une bonne dose d'humour noir typique des bandes dessinées, le réalisateur a dit avoir "senti la responsabilité de prendre des risques" et éviter d'utiliser "la même vieille structure barbante en trois actes".


Pour preuve, le grand méchant du film est une gigantesque étoile de mer rose.


"On dirait bien que les gros films sont ceux que les gens vont aller voir au cinéma" au moment où les restrictions liées à la pandémie ont été allégées, a-t-il ajouté.


"Si (ces films) ne continuent pas à prendre des risques et essayer de nouvelles choses, alors les gens ne voudront plus se déplacer dans les salles de cinéma."