Amine Radi: La figure maternelle, trait d’union interculturel par excellence

Amine Radi, «humoriste 2.0» aux trois millions d’abonnés sur la Toile, se confie à Arab News en français. (Photo fournie)
Amine Radi, «humoriste 2.0» aux trois millions d’abonnés sur la Toile, se confie à Arab News en français. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Samedi 22 mai 2021

Amine Radi: La figure maternelle, trait d’union interculturel par excellence

  • Arab News en français est parti à la rencontre d’Amine Radi, «humoriste 2.0» aux trois millions d’abonnés sur la Toile, qui s’est donné la mission de mettre en avant les différences, pour mieux les célébrer
  • «Je m’appelle Amine Radi, pas Michel, ni François. Je suis Marocain, Africain du Nord arabophone et musulman : j’aime la France, et elle me le rend bien !», raconte l’humoriste

PARIS : «D’où viens-tu?» Après les salamalecs de circonstance arrive la fameuse question des origines. Ce besoin, cette curiosité tout à fait compréhensible, de déceler les principaux traits identitaires de son interlocuteur.

C’est tout sourire qu’Amine Radi, «humoriste 2.0» aux trois millions d’abonnés sur la Toile, se confie à Arab News en français. Il détaille sans retenue et avec une douce sincérité son parcours, ses sources d’inspirations, ses projets et son goût invétéré pour l’aventure.

Spectacle d'Amine en Algérie (photo fournie)
Spectacle d'Amine en Algérie (photo fournie)

Pionnier d’un nouveau genre à juste 16 ans

Sa carrière, il l’a lui-même forgée. La recette de son succès: le franc-parler. «Je me suis lancé en 2012», nous explique Amine. C’est dans la petite commune de Talant, située près de Dijon, que tout a commencé. Le jeune homme s’y installe afin de suivre une formation d’expert-comptable. Les journées y sont longues… et la lassitude s’empare peu à peu de lui. L’ennui est tel qu’il finit par lui porter conseil. «J’en avais assez, il n’y avait rien à faire… J’ai donc réalisé une petite vidéo que j’ai postée sur les réseaux sociaux pour amuser la galerie.»

Jamais le jeune homme, alors âgé de 16 ans, n’aurait imaginé que le remède à son spleen annoncerait le début d’une grande aventure. Le lendemain, les «j’aime», les partages et les commentaires positifs foisonnent sur Facebook! «Des gens que je ne connaissais même pas me demandaient de publier plus de contenu». De fil en aiguille, la page Facebook dédiée à ses sketchs a pris de plus en plus d’ampleur. 

«Au début, ils étaient une petite centaine à me suivre, puis des milliers, et là ils sont des millions!». À l’époque, la «blogosphère» n’en était qu’à ses tâtonnements, et les «humoristes 2.0 » se comptaient sur les doigts de la main. Amine Radi fait ainsi partie des figures ayant contribué à l’ascension de l’humour en ligne, avec toutefois une particularité qui le distingue: la mise en avant des différentes cultures.  

Spectacle en Algerie, 2018"
Spectacle d'Amine en Algérie (photo fournie)

Célébrer les différences

 «Mon objectif est de faire rire, mais aussi de rassembler», déclare Amine. Avec son accent inimitable, et ses histoires qui s’inspirent du quotidien, le stand-uppeur s’est donné la mission de mettre en avant les différences, pour mieux les célébrer.

Le comédien de 26 ans avoue être un curieux, féru d’aventure, qui puise son inspiration de l’effervescence de la vie. Or, la vie est faite de rencontres, et «tout le monde ne vient pas du même endroit». Amine fait donc du mariage des cultures la matière première de ses sketchs. «L'humour, c’est le chemin le plus court pour atteindre les autres personnes. Il dépasse les frontières, et permet de surpasser les clichés en les exacerbant». La caricature, selon Amine, serait un moyen de déconstruire les stéréotypes. Son humour défie, pousse à la réflexion, à la découverte de l’autre. Sa série Quand tu sors avec une… en est la fidèle illustration.

La série "Quand tu sors avec une..." caricature les traits culturels des femmes de différentes nationalités
La série "Quand tu sors avec une..." caricature les traits culturels des femmes de différentes nationalités. (Photo fournie)

L'essence de l'humour serait la sensibilité. Amine reconnaît sans détours que sa maman est sa muse incontestée. «Ma madre, elle est sacrée. Elle est drôle, et si attachante!» Pour l’humoriste, la figure maternelle est le trait d’union interculturel par excellence. «Les mamans, elles sont partout pareilles, elles ont les mêmes tics, les mêmes manies…» 

Amine et sa "madre" (photo fournie)
Amine et sa "madre" (photo fournie)

Lorsqu’il est arrivé dans l’Hexagone, Amine s’est très vite adapté. La France est un pays cher à son cœur, dont les us et coutumes s’entremêlent et s’additionnent facilement à son éducation marocaine. «J’écoute Houcine Slaoui, Jay-z et Charles Aznavour: ma culture est cosmopolite par nature, ce qui me permet d’avoir une certaine ouverture d’esprit». Être trilingue lui permet également de toucher un public plus large.

Le mariage des cultures

«Je m’appelle Amine Radi, pas Michel, ni François. Je suis Marocain, Africain du Nord arabophone et musulman: j’aime la France, et elle me le rend bien !» D’après lui, pour s’intégrer dans un pays, ou dans n’importe quel environnement, il suffit de se conformer aux habitudes qui y sont de mise, tout en assumant ses origines et particularités. «Je ne peux pas m’imposer chez les autres. Quand je vais chez quelqu’un et qu’il me demande de retirer mes chaussures avant de rentrer chez lui, je le fais sans rouspéter. C’est un signe de respect, applicable en toutes circonstances». Les conditions sine qua non du vivre ensemble seraient donc la tolérance, et le civisme. 

Depuis sa patrie d’adoption, le plus dur pour le comédien a été de quitter sa famille. «Quand je suis parti en France, ma petite sœur avait tout juste 8 ans. Je ne l’ai donc pas vue grandir. Oui, ma famille me manque un peu plus tous les jours… Ainsi que la chaleur humaine propre au pays!»

Pourtant, Amine distingue bien les avantages de vivre à Paris. «Vivre dans une ville avec des transports en communs qui fonctionnent… ça n’a pas de prix! J’aime aussi la rigueur à la française, le fait que les Parisiens soient toujours actifs!»

Les «Yella, Khalas [Allez, laissons tomber]», expressions phares du Moyen-Orient l’exaspèrent parfois. «Le fait d’ajourner, et de remettre au lendemain, puis au surlendemain, puis à l’année prochaine ce que l’on peut faire aujourd’hui est insupportable…» 

Rêves d’ailleurs

Le monde de demain? L’Eldorado culturel? Pour Radi, il ressemblerait au Canada… avec une météo plus clémente, et des msemens (crêpe marocaine) au menu de tous les restaurants. «J’aime ce pays. Du moins l’idée que je m’en fais. C’est un melting pot, où la mixité est la norme. Les gens ne sont pas compliqués, tout le monde veut vivre en paix, qu’elles que soient leurs religions ou autres spécificités…»

Le jeune homme affirme que les Français, qu’ils soient de souche ou pas, peuvent également vivre en harmonie. Au moyen de vidéos qui font rire, et qui véhiculent un message fort, Amine contribue lui aussi à faire avancer le débat.

Ses projets d’avenir? «Abolir la Covid!», pour enfin reprendre son spectacle à Paris, à l’Apollo Théâtre, faire grandir sa marque de prêt à porter «Va Dormir Va», mais aussi venir en aide aux nécessiteux par le biais de l’Association marocaine «Al Ihsan» dont il est le parrain.


AlUla lance sa toute première campagne mondiale, «Forever Revitalising»

Rocher de l'éléphant, AlUla. (Photo fournie)
Rocher de l'éléphant, AlUla. (Photo fournie)
Short Url
  • En tant que toute première campagne mondiale de marketing d'AlUla, «Forever Revitalising» a été lancée dans le but de transformer la ville en une destination culturelle et patrimoniale de renommée mondiale
  • La nouvelle campagne coïncide avec une augmentation significative du nombre de visiteurs à AlUla, qui est passé de 185 000 en 2022 à 263 000 l'année dernière, a ajouté D'Souza

DUBAÏ: La ville ancienne d'AlUla, en Arabie saoudite, lance sa toute première campagne de marketing mondiale.

Révélée le 29 février avec des événements de lancement dans six grandes villes internationales: Dubaï, Londres, New York, Paris, Shanghai et Mumbai, «Forever Revitalising» est décrite comme une «entreprise axée sur les données» visant à redéfinir le tourisme dans la région.

Melanie D'Souza, directrice exécutive du marketing de destination à la Commission royale pour AlUla, a décrit la nouvelle campagne de marque comme un «moment de transformation» pour AlUla, car elle va au-delà du potentiel touristique du site historique pour mettre en lumière les programmes et les initiatives conçus pour «créer un avenir meilleur pour tous ceux qui vivent, travaillent et visitent notre ancienne oasis».

«Cette initiative redéfinit AlUla comme étant plus qu'une simple destination de voyage en mettant l'accent sur son profond patrimoine, ses paysages à couper le souffle et sa riche mosaïque culturelle, en présentant une vision holistique qui dépasse le conventionnel», a-t-elle déclaré à Arab News, lors d'un entretien par courrier électronique.

En tant que toute première campagne mondiale de marketing d'AlUla, «Forever Revitalising» a été lancée dans le but de transformer la ville en une destination culturelle et patrimoniale de renommée mondiale.

«À la base, ‘Forever Revitalising’ vise à accroitre le nombre de visiteurs et à stimuler la prospérité économique en mettant en valeur les efforts de revitalisation d'AlUla. Qu'il s'agisse de projets de restauration écologique dans les réserves naturelles, de la renaissance de l'artisanat et des traditions ancestrales, de la promotion des compétences locales ou de l'enrichissement culturel, la campagne fait d'AlUla une figure pionnière dans la création d'une économie axée sur l'expérience», a indiqué D'Souza.

 

La vieille ville d'AlUla. (Photo fournie)
La vieille ville d'AlUla. (Photo fournie)

La nouvelle campagne coïncide avec une augmentation significative du nombre de visiteurs à AlUla, qui est passé de 185 000 en 2022 à 263 000 l'année dernière, a-t-elle ajouté.

En outre, la part des visiteurs internationaux est passée de 25% à 35%, ce qui témoigne de l'attrait croissant de cette destination pour le monde entier.

«Cela s’aligne sur la vision stratégique d’AlUla pour le tourisme léger, qui vise à attirer 1,1 million de visiteurs d’ici 2030, tout en maintenant fermement son engagement envers la durabilité et la préservation de l’intégrité de la destination», a-t-elle expliqué.

 

Hegra AlUla. (Photo fournie)
Hegra AlUla. (Photo fournie)

La campagne s'adresse spécifiquement à quatre types de voyageurs: Les amateurs de luxe, les nomades assoiffés de voyages, les voyageurs intrépides et les retraités aisés et actifs. Cette campagne souligne l'ambition d'AlUla de rester une destination de luxe.

«Les touristes modernes, de plus en plus désillusionnés par les destinations surpeuplées et inauthentiques, recherchent des liens authentiques et significatifs. Ils préfèrent les destinations qui offrent un véritable sens du lieu, de la durabilité et de la responsabilité sociale − des qualités qu'AlUla promeut depuis qu'elle a ouvert ses portes au monde il y a trois ans», a indiqué D'Souza.

L'hôtel Dar Tantora The House, qui a récemment ouvert ses portes dans la vieille ville d'AlUla, est une nouveauté prometteuse pour la région, a révélé D'Souza.

L'hôtel a été conçu par l'architecte égyptienne Shahira Fahmy.

Fahmy, qui a été sélectionnée par la Commission royale pour AlUla, et son équipe ont restauré 30 bâtiments dans le village historique. Ils ont transformé plusieurs vieux bâtiments de deux étages en briques de boue en hôtel-boutique.

L'architecte a auparavant expliqué à Arab News que les premiers habitants de la ville utilisaient le rez-de-chaussée comme lieu de travail et de rencontre avec la famille et les amis, tandis que le premier étage était réservé aux chambres à coucher et aux salles de bains.

Les gens qui vivaient dans la ville il y a 800 ans ont blanchi les murs intérieurs et les ont ornés de peintures murales rouges et bleues, a mentionné Fahmy. Son équipe a réussi à préserver les conceptions existantes en collaboration avec l’équipe archéologique.

 

La piscine de l’hôtel Banyan Tree Resort AlUla Canyon. (Photo fournie)
La piscine de l’hôtel Banyan Tree Resort AlUla Canyon. (Photo fournie)

«Cet hôtel-boutique revitalise les anciennes structures en briques de boue de la vieille ville, qui a été habitée sans interruption depuis le XIIe siècle jusqu'aux années 1980. Il se distingue par son engagement en faveur de la préservation culturelle, en employant des artisans locaux pour les travaux de restauration et en mettant en valeur le riche patrimoine de la région à travers un décor, un mobilier et des traitements artistiques traditionnels, complétés par des éléments de narration qui donnent vie au patrimoine immatériel de la région», a-t-elle ajouté.

À l'avenir, trois nouveaux hôtels de luxe devraient ouvrir leurs portes à AlUla.

«Le Sharaan Resort de Jean Nouvel, inspiré de l'ancienne architecture nabatéenne, se fondra parfaitement dans le paysage de la réserve naturelle de Sharaan, incarnant un design innovant tout en respectant l'environnement», a déclaré D'Souza.

«Le Chedi Hegra est une autre étape importante, située dans le premier site d'Arabie saoudite classé au patrimoine mondial de l'UNESCO, Hegra. Il ouvrira ses portes à la mi-2024 et offrira à ses hôtes un accès inégalé au site historique, avec des chambres offrant une vue sur le paysage monumental d'Hegra, un centre international pour les sommets, des pavillons d'accueil et des villas privées», a-t-elle précisé.

En 2027, AlUla accueillera l'AZULIK AlUla Resort. «Ce projet, fruit d'une collaboration entre AZULIK et Roth Architecture, sera situé dans le district de l'horizon nabatéen et intégrera des éléments de conception qui mettent en valeur l'art rupestre ancien, utilisent les cours d'eau naturels pour l'irrigation et encouragent les transports écologiques afin de minimiser l'impact sur l'environnement», a soutenu D'Souza.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Un détaillant en ligne britannique dévoile une collection de vêtements séants pour le ramadan créée par des designers mondiaux

Brunello Cucinelli. (Photo fournie)
Brunello Cucinelli. (Photo fournie)
Short Url
  • Les créations de 30 designers régionaux et internationaux seront disponibles jusqu'à fin avril
  • Les collections comprennent des ensembles impeccablement coupés aux caftans remarquables, des robes de soirée séantes ou encore de luxueux vêtements de détente

DUBAÏ: La plate-forme britannique de vente en ligne d’articles de luxe Farfetch a dévoilé une collection de vêtements séants pour le ramadan, réalisée par 30 créateurs régionaux et internationaux, qui sera disponible jusqu'à fin avril.

Au-delà du prêt-à-porter, les collections uniques proposent également des bijoux raffinés, des chaussures, ainsi que des articles pour la maison.

Parmi les marques participantes figurent Baruni et Dina Melwani, basées à Dubaï Bambah, la marque italienne Brunello Cucinelli, la marque de bijoux suisse Chopard, la marque britannique sud-africaine De Beers, les marques libanaises Jean Louis Sabaji, Saiid Kobeisy et Rayane Bacha, la maison de couture italienne Missoni, la marque turque Les Ottomans, la marque britannique Malone, la maison de mode basée à Budapest Nanushka, la marque Polspotten basée à Amsterdam, la marque australienne Rachel Gilbert, la marque new-yorkaise Sachin & Babi, la marque émiratie Shatha Essa, et la marque britannique Yoko London.

img 1
Gaby Charbachy, Isabel Marant. (Photo fournie)

Les collections comprennent des ensembles impeccablement coupés aux caftans remarquables, des robes de soirée séantes ou encore de luxueux vêtements de détente, s'adressant à différents goûts et occasions, en mettant l'accent sur l'aspect social du mois de ramadan.

La créatrice égyptienne Maha Abdel Rachid, fondatrice de Bambah, s’est confiée à Arab News: «Nous sommes très fiers de nous associer à nouveau à Farfetch pour cette nouvelle collection de vêtements. Le modèle commercial du marché est diversifié, efficace, et nous aide à travailler à un rythme soutenu.»

img 1
Bambah. (Photo fournie)

«La plate-forme elle-même est également très avancée sur le plan technologique, ce qui nous aide à rationaliser nos activités et notre logistique dans des délais convenables», a-t-elle ajouté.

Des robes de soirée glamour garnies d’ornements recherchés aux pièces chics avec une touche moderne, les ensembles Bambah conviennent parfaitement pour se rassembler autour du sahour.

img 1
Shatha Essa. (Photo fournie)

La créatrice émiratie Essa a déclaré que l'inspiration de sa collection capsule «s'inspirait de l'interaction complexe des subtilités de la nature, réinventée à travers une lentille abstraite, mettant en relief l'engagement de la marque en faveur de l'innovation et du luxe».

Elle a ajouté que Farfetch avait été «une porte ouverte sur le monde pour Shatha Essa».

«C'est une plate-forme irremplaçable pour présenter nos collections», a affirmé à Arab News l'experte en mode féminine contemporaine basée à Dubaï. «La plate-forme a considérablement élargi notre rayonnement, permettant à nos créations uniques et traditionnelles de toucher un public plus large et avisé.»

Les collections d’Essa présentent souvent des tissus luxueux, des broderies et des ornements complexes. Qu'il s'agisse d'une gracieuse abaya, d'un blazer structuré ou d'une robe tendance, les créations d'Essa associent les éléments traditionnels aux silhouettes contemporaines.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Condamnation pour viol de Dani Alves en Espagne: le parquet fera appel

Le parquet espagnol va faire appel de la peine de quatre ans et demi prononcée contre l'ancien footballeur international brésilien Dani Alves pour viol et demandera une peine de prison plus longue, ont indiqué vendredi des sources judiciaires (Photo, AFP).
Le parquet espagnol va faire appel de la peine de quatre ans et demi prononcée contre l'ancien footballeur international brésilien Dani Alves pour viol et demandera une peine de prison plus longue, ont indiqué vendredi des sources judiciaires (Photo, AFP).
Short Url
  • Face à la polémique, le Parlement avait réformé cette loi l'an dernier, mais trop tard pour qu'Alves soit concerné
  • Les avocats de Dani Alves, qui avait nié qu'il y ait eu viol, avaient annoncé le jour du verdict que leur client ferait appel

BARCELONE: Le parquet espagnol a décidé de faire appel de la condamnation de l'ex-star brésilienne du Barça Dani Alves à quatre ans et demi de prison pour le viol d'une jeune femme dans l'espoir d'obtenir une peine plus lourde, a appris l'AFP vendredi de source judiciaire.

L'ancien joueur de 40 ans a été condamné le 22 février par un tribunal de Barcelone à quatre ans et demi de prison, ainsi qu'à verser 150.000 euros à sa victime, pour le viol d'une jeune femme en décembre 2022 dans une discothèque de la ville, alors que le parquet avait requis une peine de neuf ans de prison.

Le tribunal avait également imposé à l'ex-international brésilien cinq années de liberté surveillée après sa sortie de prison et une interdiction d'approcher sa victime pendant neuf ans et demi.

Le tribunal avait considéré dans son jugement que le versement par le joueur, dès le début de la procédure, de 150.000 euros pour dédommager la victime était une circonstance atténuante, Alves ayant, selon les juges, montré ainsi sa volonté de "réparation"

Mais cette circonstance atténuante pourrait être contestée par le parquet dans son appel, selon cette source judiciaire, dans la mesure où cette somme ne représente pas le même effort financier pour Alves que pour un accusé ne disposant pas des mêmes ressources.

De même source, on précise que la rédaction de l'appel n'a pas encore débuté.

Appel

Les avocats de Dani Alves, qui avait nié qu'il y ait eu viol, avaient annoncé le jour du verdict que leur client ferait appel.

Alves a bénéficié de l'adoption en 2022 de la loi sur le consentement, destinée à renforcer l'arsenal contre les violences sexuelles, mais qui a paradoxalement eu pour effet pervers d'entraîner des réductions de peines.

Ainsi, dans le cas d'Alves, la peine plancher a été abaissée à quatre ans, contre six auparavant.

Face à la polémique, le Parlement avait réformé cette loi l'an dernier, mais trop tard pour qu'Alves soit concerné.

Selon l'accusation, les faits se sont déroulés la nuit du 30 au 31 décembre 2022, alors que Dani Alves se trouvait avec un ami dans une zone VIP de la discothèque Sutton de Barcelone.

Footballeur parmi les plus titrés de l'histoire, Dani Alves a connu la période la plus glorieuse de sa carrière au Barça entre 2008 et 2016, remportant 23 trophées.