«On attend notre tour l’un après l’autre»: la terrible résignation des journalistes palestiniens

Un proche fait ses adieux lors des funérailles du journaliste de la télévision palestinienne Mohamed Abu Hatab et de onze membres de sa famille, le lendemain de leur mort lorsque leur maison a été touchée lors du bombardement israélien de Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 3 novembre 2023, au milieu de la batailles en cours entre Israël et le groupe palestinien Hamas. (AFP)
Un proche fait ses adieux lors des funérailles du journaliste de la télévision palestinienne Mohamed Abu Hatab et de onze membres de sa famille, le lendemain de leur mort lorsque leur maison a été touchée lors du bombardement israélien de Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 3 novembre 2023, au milieu de la batailles en cours entre Israël et le groupe palestinien Hamas. (AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 03 novembre 2023

«On attend notre tour l’un après l’autre»: la terrible résignation des journalistes palestiniens

  • La télévision officielle palestinienne Palestine TV a annoncé que l’un de ses correspondants dans la bande de Gaza avait été tué jeudi soir dans une frappe israélienne
  • La présentatrice du journal télévisé, dépassée par l’horreur des faits, s'est mise à pleurer en direct

BEYROUTH: La télévision officielle palestinienne Palestine TV a annoncé que l’un de ses correspondants dans la bande de Gaza avait été tué jeudi soir dans une frappe israélienne contre son appartement.

«Notre collègue Mohammed Abou Hatab est tombé en martyr avec des membres de sa famille dans un bombardement israélien contre sa maison à Khan Younès [dans le sud]», a indiqué la chaîne.

 

Lors de cette annonce, la présentatrice de Palestine TV s'est effondrée alors que son collègue annonçait en direct de Gaza le décès de Mohammed Abou Hatab et lorsqu’elle a appris que la mort des journalistes n'était qu'«une question de temps».

 

«On n’en peut plus, on est épuisés… On va se faire tuer, ce n’est qu’une question de temps. On attend notre tour l’un après l’autre. Il n’y a ni protection ni impunité. Ces EPI [équipements de protection individuelle] ne nous protègent pas. Rien ne protège les journalistes. Nous perdons des vies, une par une… Mohammed Abou Hatab était ici il y a juste une demi-heure», a confié le reporter, en pleurs. Il a également enlevé son casque et son gilet pare-balles portant le mot «Presse», les lançant à terre dans un ultime geste de dépit.

«Cet équipement ne sert à rien», a-t-il ajouté, désignant son gilet pare-balles et son casque. Il estime que ce sont là des précautions inutiles qui n'évitent en aucun cas aux professionnels de l’information d’être tués. Ces derniers continuent malgré tout à remplir leur mission. Pour eux, chaque heure passée à l’antenne peut être la dernière.

La présentatrice du journal télévisé, elle aussi dépassée par l’horreur des faits, s'est mise à pleurer en direct.

 

Le cameraman libanais de Reuters Issam Abdallah tué par une frappe israélienne au sud du Liban

Le journaliste de Reuters Issam Abdallah, tué le 13 octobre dans le sud du Liban par une frappe, et six autres journalistes, dont deux de l'AFP, blessés, ont été «ciblés», affirme l'organisation Reporters sans frontières (RSF) dans une enquête publiée dimanche. Sans mettre catégoriquement en cause l'armée israélienne, l'organisation indique que «selon l'analyse balistique diligentée par RSF, la zone de provenance des tirs se situe à l'est de l'endroit où le groupe de journalistes et leurs véhicules ont été pris pour cible, où se trouve la frontière avec Israël».

Selon RSF, il s'agit d’un ciblage précis puisque «deux frappes distinctes ont été lancées au même endroit dans un espace de temps extrêmement court [moins de trente secondes]; elles provenaient de la même direction».

Lors de sa dernière intervention à l'antenne, peu avant sa mort, Mohammed Abou Hatab, 52 ans, avait évoqué, au 27e jour de la guerre entre Israël et le Hamas, «les morgues qui se remplissent de martyrs et les corps qui se trouvent encore sous les décombres».

 

Son collègue, de la télévision officielle palestinienne, n’a pu s'empêcher de souligner que «Mohammed était là», à sa place, «il y a trente minutes». «Maintenant, il est mort, ainsi que sa femme et ses enfants», a-t-il annoncé entre deux sanglots.

Au moins vingt-sept journalistes palestiniens ont été tués dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, déclenchée le 7 octobre après l'attaque sans précédent du mouvement islamiste sur le sol israélien, selon le syndicat palestinien des journalistes. 


 

(Avec AFP)

RSF saisit la CPI pour «crimes de guerre» commis contre des journalistes

L'ONG Reporters sans frontières (RSF) a annoncé avoir saisi la Cour pénale internationale (CPI) pour «des crimes de guerre commis contre les journalistes» dans les territoires palestiniens et en Israël, dans un communiqué mercredi.

«RSF a déposé une plainte pour crimes de guerre auprès du bureau du procureur de la CPI le 31 octobre 2023. Cette dernière détaille les cas de neuf des journalistes tués depuis le 7 octobre et de deux autres blessés dans l'exercice de leurs fonctions», indique RSF.

Cette plainte concerne «huit journalistes palestiniens tués dans des bombardements de zones civiles à Gaza par Israël et un journaliste israélien tué le 7 octobre alors qu'il couvrait l'attaque de son kibboutz par le Hamas».

Elle mentionne également «la destruction intentionnelle, totale ou partielle, des locaux de plus de cinquante médias à Gaza».

«L'ampleur, la gravité et la récurrence des crimes internationaux qui visent les journalistes, en particulier à Gaza, appellent une enquête prioritaire du procureur de la CPI. Nous l'y appelons depuis 2018. Les événements tragiques en cours démontrent l'extrême urgence de sa mobilisation», a souligné Christophe Deloire, le dirigeant de l'ONG.

La CPI, qui peut être saisie par les États, par le Conseil de sécurité de l'ONU ou par le procureur lui-même (autosaisine), n'a pas l'obligation de se saisir de cette plainte.

Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ), basé aux États-Unis, a dénombré lundi au moins trente et un journalistes tués depuis le 7 octobre, parmi lesquels vingt-six Palestiniens, quatre Israéliens et un Libanais.

Le CPJ, qui comptabilise les victimes en Israël, dans la bande de Gaza et à la frontière libanaise, a également dénombré dans un communiqué huit blessés et neuf journalistes disparus ou détenus. Selon cet organisme, ce bilan est d'ores et déjà le plus meurtrier pour des journalistes qui couvrent ce conflit depuis la création du CPJ, en 1992.

 


Une accréditation prestigieuse pour AlUla

Alula est l'un des principaux sites touristiques d'Arabie saoudite. Il est opérationnel et ouvert aux touristes du monde entier depuis quatre ans. (AlUla)
Alula est l'un des principaux sites touristiques d'Arabie saoudite. Il est opérationnel et ouvert aux touristes du monde entier depuis quatre ans. (AlUla)
Short Url
  • La procédure exigeait de satisfaire à plus de 100 normes de performance.
  • Phillip Jones : L'achèvement du DMAP est une étape importante pour AlUla, qui s'efforce de développer une industrie et un écosystème touristiques de premier ordre et tournés vers l'avenir

ALULA, Arabie saoudite : AlUla, avec son mélange harmonieux d'ancien et de moderne, a reçu une prestigieuse accréditation internationalement reconnue.

La ville oasis a franchi une étape remarquable en devenant la première destination du Moyen-Orient à être accréditée par Destinations International, l'association mondiale des professionnels des destinations basée aux États-Unis, comme cela a été officiellement annoncé aujourd'hui lors de la convention annuelle de Destinations International en Floride.

Cette accréditation s'inscrit dans le cadre du programme d'accréditation du marketing de destination (DMAP), une norme industrielle de qualité et de professionnalisme pour les organisations de destination, et intervient un an après qu'AlUla est entrée dans l'histoire en devenant le premier membre de Destinations International originaire du Moyen-Orient.

Soutenue par un calendrier d'événements tout au long de l'année et des options d'hospitalité authentiques, AlUla est l'un des principaux sites touristiques d'Arabie saoudite et est opérationnelle et ouverte aux touristes du monde entier depuis quatre ans. Cette dernière accréditation témoigne de la vision et de la mission d'AlUla, qui consiste à susciter une nouvelle vague d'excellence touristique à l'échelle mondiale, axée sur la création d'une économie de l'expérience durable et axée sur la communauté.

Phillip Jones, responsable du tourisme à la Commission royale pour AlUla, a déclaré : « L'achèvement du programme d'accréditation du marketing de destination est une étape importante pour AlUla, qui s'efforce de développer une industrie et un écosystème touristiques de premier ordre et tournés vers l'avenir. Cette reconnaissance renforce notre engagement à garantir les normes les plus élevées au sein de notre destination et à établir la confiance entre les visiteurs, la communauté, les parties prenantes et nos partenaires. En faisant partie de Destinations International, un incubateur de meilleures pratiques, nous espérons partager notre méthodologie unique avec le monde entier et montrer pourquoi AlUla est l'une des destinations de luxe les plus innovantes et les plus convoitées au monde à l'heure actuelle ».

Pour recevoir l'accréditation DMAP, une organisation de destination doit satisfaire à plus de 100 normes de performance dans des domaines tels que la gouvernance, la gestion financière, les ressources humaines, les ventes et le marketing, l'engagement des parties prenantes et le développement de la destination. Les normes sont établies par un groupe indépendant de vétérans de l'industrie représentant un éventail d'organisations de destination. Les normes sont régulièrement mises à jour pour refléter l'évolution des meilleures pratiques dans l'industrie.

Pour AlUla, cette nouvelle reconnaissance vient s'ajouter à plusieurs autres. En mai, les 2024 World Travel Awards ont récompensé AlUla en tant que principale destination de festivals et d'événements au Moyen-Orient, principal projet de tourisme culturel en Arabie saoudite et principal projet de tourisme culturel au Moyen-Orient. En mai également, l'UCR a reçu une note de cinq étoiles pour son excellence organisationnelle de la part de la Fondation européenne pour la gestion de la qualité et un prix d'excellence de la part de l'Association de gestion des installations du Moyen-Orient (Middle East Facility Management Association).

Grâce à ses nombreuses récompenses régionales et mondiales, AlUla continue de consolider son statut de destination de luxe et de patrimoine, où les voyageurs peuvent se rapprocher des arts et de la culture, de la beauté naturelle, du bien-être holistique et de l'aventure palpitante.

Pour en savoir plus sur AlUla, visitez le site experiencealula.com.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


La RSG s'associe à la Fédération saoudienne d'escalade et de randonnée pour encourager le tourisme d'aventure

RSG et la Fédération saoudienne d'escalade et de randonnée s'associent pour développer des expériences d'aventure exaltantes dans la région. (Fournie)
RSG et la Fédération saoudienne d'escalade et de randonnée s'associent pour développer des expériences d'aventure exaltantes dans la région. (Fournie)
Short Url
  • Cette collaboration devrait révolutionner le paysage touristique en offrant des expériences passionnantes tout en privilégiant la sécurité et le professionnalisme.
  • Ce partenariat sera dirigé par Akun, la marque de sports d'aventure de RSG, chargée de superviser toutes les activités de randonnée, d'escalade et d'aventure dans les destinations de RSG.

JEDDAH : Red Sea Global a récemment annoncé un partenariat avec la Fédération saoudienne d'escalade et de randonnée dans le but de renforcer les activités de tourisme d'aventure dans la région de la mer Rouge.

Selon le communiqué, cette collaboration devrait révolutionner le paysage touristique en offrant des expériences palpitantes tout en donnant la priorité à la sécurité et au professionnalisme.

Le partenariat sera dirigé par Akun, la marque de sports d'aventure de RSG chargée de superviser toutes les expériences de randonnée, d'escalade et d'aventure dans les destinations de RSG, y compris The Red Sea et AMAALA.

Nicholas King, directeur du développement du groupe Red Sea Global, a souligné l'importance de combiner l'aventure avec le tourisme de luxe, en déclarant dans un communiqué de presse : « Notre partenariat avec la Fédération saoudienne d'escalade et de randonnée permet à Akun d'offrir des expériences revigorantes qui complètent l'élégance de nos complexes hôteliers de manière sûre et professionnelle. Ensemble, nous propulsons l'industrie du tourisme d'aventure dans toute la région de la mer Rouge ».

Grâce à cette collaboration, les stagiaires de la SCHF auront l'occasion d'acquérir de l'expérience en effectuant des stages chez Akun, tout en bénéficiant d'une formation et d'un soutien fournis par des formateurs qualifiés de la SCHF.

Yasmin Gahtani, directrice générale de la SCHF, a mis en avant les paysages de la côte saoudienne de la mer Rouge et a exprimé le désir de présenter ces terrains étonnants par le biais d'expériences d'escalade et de randonnée.

Elle a déclaré : « L'Arabie saoudite possède certains des plus beaux paysages du monde : « L'Arabie saoudite possède certains des plus beaux paysages du monde, en particulier le long de la côte de la mer Rouge. Nous voulons aider les Saoudiens et le reste du monde à découvrir ce terrain spectaculaire en l'ouvrant à des expériences d'escalade et de randonnée à la fois exaltantes et sûres. Grâce à ce partenariat, nous pouvons faire de l'Arabie saoudite et de la mer Rouge une destination incontournable pour les alpinistes, les randonneurs et les amateurs de sensations fortes les plus passionnés ».

Pour promouvoir la région de la mer Rouge en tant que destination d'aventure de premier plan, RSG et SCHF prévoient d'organiser une série d'événements locaux, régionaux et internationaux, notamment des compétitions d'escalade, des randonnées et des festivals.

Selon la déclaration, les évaluations techniques et de sécurité de la fédération aideront à certifier les développements de RSG en tant que destinations d'aventure de classe mondiale.

À l'avenir, RSG et SCHF envisagent la création d'un contenu de randonnée et d'escalade adapté à la région de la mer Rouge. Cette ressource offrira des informations précieuses sur les sentiers, les sites d'escalade, les détails logistiques et les consignes de sécurité, positionnant ainsi la mer Rouge comme une plaque tournante de premier ordre pour les amateurs de plein air du monde entier.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Yémen: nappe de pétrole de 220 km en mer Rouge après une attaque des Houthis (ONG)

Cette photo obtenue par le centre des médias de Huthi Ansarullah au Yémen montre ce qu'ils disent être le ciblage du CHIOS LION, un pétrolier battant pavillon libérien, par des navires de surface sans équipage en mer Rouge, le 15 juillet 2024 (AFP)
Cette photo obtenue par le centre des médias de Huthi Ansarullah au Yémen montre ce qu'ils disent être le ciblage du CHIOS LION, un pétrolier battant pavillon libérien, par des navires de surface sans équipage en mer Rouge, le 15 juillet 2024 (AFP)
Short Url
  • Des images du satellite Sentinel-2 de l'Agence spatiale européenne ont montré mardi une nappe près de l'endroit où les Houthis ont attaqué le navire Chios Lion, a ajouté l'ONG
  • Mardi, le Centre conjoint d'information maritime (JMIC), dirigé par une coalition navale occidentale, a déclaré que le Chios Lion enquêtait sur une éventuelle fuite de pétrole.

DUBAI : Une nappe de pétrole de 220 kilomètres a été repérée au large des côtes du Yémen après une attaque des rebelles houthis qui a endommagé un pétrolier cette semaine, a indiqué mercredi une ONG spécialisée dans la protection de l'environnement.

Des images du satellite Sentinel-2 de l'Agence spatiale européenne ont montré mardi une nappe près de l'endroit où les Houthis ont attaqué le navire Chios Lion, a ajouté l'ONG Conflict and Environment Observatory (CEOBS), basée en Grande-Bretagne.

La nappe suggère que "le navire endommagé laisse échapper du pétrole", a précisé le CEOBS dans un message publié sur le réseau social X, estimant qu'elle s'étendait sur 220 km de long.

Le pétrolier Chios Lion, battant pavillon libérien, a été attaqué lundi à 97 milles nautiques (environ 180 km) au nord-ouest de la ville portuaire yéménite de Hodeidah.

Un navire sans équipage a "heurté" le pétrolier, provoquant des dégâts mineurs, a rapporté le United Kingdom Maritime Trade Operations, géré par la marine britannique.

Selon le CEOBS, la nappe de pétrole s'est formée à 106 milles nautiques (environ 196 km) au nord-ouest de Hodeidah, ce qui correspond à l'endroit de l'attaque lundi contre le Chios Lion, a-t-il ajouté.

Mardi, le Centre conjoint d'information maritime (JMIC), dirigé par une coalition navale occidentale, a déclaré que le Chios Lion enquêtait sur une éventuelle fuite de pétrole.

Les rebelles yéménites attaquent des navires en mer Rouge et dans le golfe d'Aden depuis le mois de novembre, dans le cadre d'une campagne destinée, selon eux, à marquer leur solidarité avec les Palestiniens de la bande de Gaza, où Israël est en guerre depuis le 7 octobre contre le mouvement islamiste palestinien Hamas.

"Les frappes incessantes sur divers pétroliers, chimiquiers et cargos ne mettent pas seulement en danger le personnel maritime et le trafic maritime en général, mais détériorent gravement les écosystèmes de la mer Rouge", a averti Wim Zwijnenburg, de l'ONG néerlandaise de promotion de la paix PAX.

"Les frappes actuelles constituent une menace supplémentaire pour l'environnement et les communautés côtières du Yémen", a-t-il déclaré à l'AFP.