La construction d'une église à Bahreïn illustre la réputation de tolérance des pays du Golfe

    La cathédrale Notre-Dame d'Arabie devrait accueillir le public en mai. (Fourni).
La cathédrale Notre-Dame d'Arabie devrait accueillir le public en mai. (Fourni).
Le roi Khalifa de Bahreïn en 2014, avec le pape François, discutant du projet d'église. ('A Brief History of Christianity in Bahrain' by Betsy Mathieson)
Le roi Khalifa de Bahreïn en 2014, avec le pape François, discutant du projet d'église. ('A Brief History of Christianity in Bahrain' by Betsy Mathieson)
Short Url
Publié le Jeudi 24 décembre 2020

La construction d'une église à Bahreïn illustre la réputation de tolérance des pays du Golfe

  • La cathédrale Notre-Dame d'Arabie, construite sur un terrain offert par le roi Hamad, devrait accueillir le public en mai 2021
  • La cathédrale est conçue sous la forme d'une tente où l’on croit que le prophète Moïse rencontrait les gens

DUBAÏ : Tout a commencé il y a sept ans. A l'époque, le monarque de Bahreïn a fait don d'un terrain à la communauté catholique du royaume. En 2014, le roi Hamad Al-Khalifa a rencontré le pape François au Vatican pour réaffirmer l'engagement du royaume de Bahreïn en faveur de la coexistence et lui remettre une maquette d'un mètre de long représentant en détail la cathédrale et ses environs.

En effet, Bahreïn inaugurera l'année prochaine la plus grande cathédrale catholique de la région du Golfe, ce qui témoigne de l’ouverture et de la tolérance enracinées dans cette région. La cathédrale Notre-Dame d'Arabie, qui doit accueillir le public en mai, se situe sur un complexe d'environ 9 000 mètres carrés dans la municipalité d'Awali, peuplée d'expatriés, à environ 20 kilomètres de la capitale, Manama.

Outre la cathédrale, le complexe bordé de palmiers comprendra un bâtiment polyvalent, une cour spacieuse ainsi qu'un parking sur deux étages. Mais pourquoi ce petit pays à majorité musulmane - plus petit que Londres - érige-t-il un monument chrétien significatif ?

 

eglise
La cathédrale se situe sur un complexe d'environ 9 000 mètres carrés dans la municipalité d'Awali, peuplée d'expatriés. (Fourni)

Le père Saji Thomas est un prêtre né au Kerala qui a servi à Bahreïn en tant que membre du Vicariat apostolique d'Arabie du Nord pendant les sept dernières années. Il surveille de près la construction de la cathédrale. Le père Thomas est chargé de ce projet architectural herculéen depuis la mort soudaine de l'évêque italien Camillo Ballin en avril dernier. « Je me suis retrouvé comme un poisson sorti de l'eau », déclare le père Thomas à Arab News. « C'était une période dure pour moi. Mais l'évêque Camillo m'avait expliqué comment procéder avec la cathédrale, ce qui m'a facilité la tâche. Je suis très fier de faire partie du projet de construction ».

En dépit de la pandémie de coronavirus qui a modifié les plans de construction, 80 % de la construction concrète de la cathédrale est achevée, explique-t-il. Conçue pour accueillir 2 300 fidèles, la cathédrale est le fruit d'une collaboration entre le cabinet bahreïni Mohammed Jalal Contracting et une équipe d'architectes et d'ingénieurs italiens chevronnés.

En 2014, le roi Hamad Al-Khalifa présente au pape François une maquette représentant la cathédrale qui sera construite. (« Une brève histoire du christianisme au Bahreïn » par Betsy Mathieson)

Selon le père Thomas, la forme particulière de la cathédrale ressemble à une tente où le prophète Moïse rencontrait les gens, selon l'Ancien Testament. Sa structure est surmontée d'un dôme octogonal - un détail géométrique très symbolique que l'on retrouve dans de nombreuses églises à travers le monde, telles que la basilique San Vitale de Ravenne et la cathédrale d'Aix-la-Chapelle en Allemagne. Dans la religion chrétienne, le chiffre 8 représente la résurrection et un nouveau départ. Ses quatre murs intérieurs de la cathédrale et son autel sont recouverts de marbre, tandis que ses quatre coins renferment quatre chapelles et une zone d'ascenseurs qui mènent au parking souterrain.

Une des chapelles révèle notamment la sainte du Vicariat Apostolique d'Arabie du Nord : Notre-Dame d'Arabie - la Vierge Marie couronnée tenant un rosaire et portant l'Enfant Jésus dans ses bras. Au-dessus, dans l'abside de la cathédrale, on observe une série d'icônes peintes à la main en Italie, qui évoquent des scènes bibliques allant de la Nativité de Jésus-Christ à la Cène et à la Crucifixion.

thomas
Le Père Saji Thomas

 

En outre, l'autel, le baptistère, les bancs et les autres éléments d'ameublement de la cathédrale sont eux aussi fabriqués en Italie. Le bâtiment polyvalent adjacent est en phase de construction. Le bâtiment de cinq étages sert de centre pastoral, de résidence et de bureau pour l'évêque et ses assistants. Il constitue également un lieu de formation des nouveaux arrivants sur l'histoire, les lois et les traditions des pays (Koweït, Bahreïn, Qatar et Arabie saoudite) et appartient au Vicariat apostolique d'Arabie du Nord.

Cette cathédrale réaffirme la renommée de Bahreïn - qui compte 1,5 million de citoyens - comme pays d'ouverture et de tolérance à l'égard des autres religions, y compris le judaïsme et l'hindouisme. En effet, Bahreïn était un pays accessible aux commerçants et aux étrangers qui apportaient leurs idées et fondaient des écoles, des compagnies aériennes, pétrolières et bancaires. La première église catholique dans la péninsule arabique a été érigée à Manama en 1939, avant l'indépendance.

La célèbre église du Sacré-Cœur - construite sur un terrain offert par l'émir de Bahreïn de l’époque - est toujours en place aujourd'hui et accueille des milliers de catholiques. Le père Thomas précise que le soutien apporté par la monarchie est un élément essentiel qui a conduit le pays à adopter cette culture de tolérance. « Je pense que cela dépend surtout de la famille régnante. Dès le départ, le roi et la famille royale ont fait preuve d'une grande bienveillance à l'égard des expatriés », affirme-t-il.

La Constitution du Bahreïn préserve le droit des non-musulmans à pratiquer leur culte et à afficher les symboles de leur foi. Avec leurs pairs musulmans, ils occupent de hautes fonctions dans divers domaines, de la législation au commerce.

Une autre date cruciale dans l'histoire du christianisme à Bahreïn remonte à l'année 1892, lorsque le révérend américain Samuel Zwemer et ses missionnaires ont débarqué dans ce territoire arabe et y ont fondé la première église protestante de la région. Aujourd'hui, on compte 19 églises enregistrées dans différentes régions du Bahreïn, telles que Sar et Budaiya, et près de 9 % de la population est chrétienne.

« Au Moyen-Orient et dans la région du Golfe, nous nous appuyons sur une main-d'œuvre qualifiée, composée d'expatriés du monde entier. On y trouve des ingénieurs, des médecins et des infirmières », a déclaré le père Thomas au sujet des expatriés, qui représentent plus de la moitié de la population totale du royaume. Il a également noté que de nombreux chrétiens de Bahreïn sont originaires d'Asie du Sud, à savoir de l'Inde, du Pakistan et du Sri Lanka. Les Européens et les Arabes de la région du Levant représentent le reste de la population chrétienne de l'île.

Originaire de Chypre, Mario Glykys, 32 ans, est un consultant en numérique basé à Dubaï, qui a passé son enfance au Bahreïn de l'âge de 3 ans à 18 ans. Il évoque avoir vécu avec sa famille une « expérience très positive » dans la société bahreïnie, en tant qu'expatrié et membre actif de l'Église orthodoxe grecque.

glykis
Originaire de Chypre, Mario Glykys, 32 ans, est un consultant en numérique basé à Dubaï. (Fournie). 

 « Au cours des années, je comprends de plus en plus la chance que nous avons eue de grandir dans une société aussi diverse », confie M. Glykys à Arab News. « J'ai toujours eu le sentiment de faire partie de la communauté et je n'ai jamais ressenti que j'étais un étranger. Pour ce qui est de la religion, la tolérance est le mot que je préfère utiliser. Nous n'avons jamais rencontré de problème en pratiquant notre foi - c'était en fait plutôt le contraire ».

« Chaque année à Noël, les hôtels sont décorés avec des sapins de Noël, à Bahreïn comme aux Emirats Arabes Unis », ajoute M. Glykys, en précisant que les musulmans de l'île « se sont habitués » à ce genre de décor festif. « Ils sont très désireux de comprendre, au-delà de leur religion et potentiellement de leur culture, comment les autres peuples célèbrent leurs fêtes et quelles sont leurs croyances », poursuit-il.

M. Glykys ne se montre pas surpris de voir que la plus grande cathédrale du Golfe se trouve à Bahreïn. « Ça fait vraiment plaisir de voir que Bahreïn fait figure de pionnier en permettant aux gens de pratiquer leur religion ». Selon un citoyen musulman bahreïni, qui a souhaité garder l'anonymat, bien qu'une vague d'idéologies extrémistes ait déferlé sur le Golfe à la fin des années 1970 - à la suite de la révolution islamique iranienne et du siège de la Mecque en 1979 - les Bahreïnis ont fini par revenir à « la rationalité et la raison ».

Pour lui, « Bahreïn est un pays de diversité de pensée. Ils n'ont jamais changé l'identité de Bahreïn et j'en suis très fier ».

Nombreux sont ceux qui, dans le Golfe, perçoivent le petit Bahreïn comme un exemple prometteur pour le Moyen-Orient qui illustre le respect des autres. « Les religions peuvent parfaitement coexister ; c’est possible », affirme le père Saji. Il fait remarquer que la cathédrale n'est qu'à deux kilomètres d'une mosquée. « C'est précisément et explicitement le paysage que nous observons ici à Bahreïn avec la construction de la cathédrale ».

Twitter : @artprojectdxb

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Maroc: la hausse des prix des carburants exaspère les transporteurs de marchandises

Les syndicats nationaux du transport routier de marchandises ont appelé le gouvernement, ce mardi, dans un communiqué, à prendre toutes les mesures permettant de plafonner les prix du carburant à un niveau raisonnable. (Photo d'illustration, AFP)
Les syndicats nationaux du transport routier de marchandises ont appelé le gouvernement, ce mardi, dans un communiqué, à prendre toutes les mesures permettant de plafonner les prix du carburant à un niveau raisonnable. (Photo d'illustration, AFP)
Short Url
  • Les syndicats ont insisté sur la nécessité d’«ouvrir une enquête sur le marché des carburants
  • Ils appellent les professionnels du secteur à «se préparer à s'engager dans toutes les formes légitimes de lutte»

CASABLANCA: La hausse des prix des carburants continue à faire des émules au Maroc. Sur les réseaux sociaux, les citoyens se plaignent de plus en plus de la montée vertigineuse des prix des carburants, mais cette fois, ce sont les transporteurs des marchandises qui sont en rogne.

En effet, les syndicats nationaux du transport routier de marchandises ont appelé le gouvernement, ce mardi, dans un communiqué, à prendre toutes les mesures permettant de plafonner ces prix à un niveau raisonnable. 

Les syndicats ont insisté sur la nécessité d’«ouvrir une enquête sur le marché des carburants dans notre pays, qui se caractérise par la présence d'une structure quasi monopolistique», dénonçant par ailleurs les conditions du secteur, en particulier «la souffrance des professionnels à la suite de la hausse continue du prix du carburant». Ils ont par ailleurs noté que le gasoil constitue désormais plus de 80% du coût total des transports.

La même source indique que les professionnels du transport de marchandises n'écartent pas la possibilité d’un recours à une grève nationale dans le but de dénoncer «l'impact limité du soutien apporté par l'État aux professionnels pour atténuer l'impact de la hausse des prix des carburants». 

Dans ce sens, le communiqué précise que les syndicats appellent les professionnels du secteur à «se préparer à s'engager dans toutes les formes légitimes de lutte» et le gouvernement à «agir rapidement pour sauver ce qui peut l'être avant qu'il ne soit trop tard».
 


Quatre migrants morts et trois portés disparus au large de la Libye

Des membres des forces de sécurité libyennes accompagnent des migrants dont le bateau a été intercepté au large des côtes alors qu'ils tentaient de naviguer illégalement en Méditerranée, dans un centre d'accueil près de la capitale Tripoli, le 24 avril 2022. (AFP)
Des membres des forces de sécurité libyennes accompagnent des migrants dont le bateau a été intercepté au large des côtes alors qu'ils tentaient de naviguer illégalement en Méditerranée, dans un centre d'accueil près de la capitale Tripoli, le 24 avril 2022. (AFP)
Short Url
  • Dans un communiqué, la marine indique avoir secouru la veille au large de Mellitah (ouest) 13 migrants et découvert les cadavres de quatre autres morts noyés
  • Trois autres candidats au départ sont portés disparus -et présumés morts-, a précisé cette source

TRIPOLI: Quatre migrants cherchant à gagner clandestinement l'Europe ont péri et trois sont portés disparus après le naufrage de leur embarcation au large de la Libye, a annoncé mardi la marine libyenne.


Dans un communiqué, la marine indique avoir secouru la veille au large de Mellitah (ouest) 13 migrants et découvert les cadavres de quatre autres morts noyés. 


Trois autres candidats au départ sont portés disparus -et présumés morts-, a précisé cette source. 


"Les migrants secourus ont été ramenés à Mellitah et remis aux autorités compétentes. L'organe de lutte contre l'immigration clandestine (...) va suivre les démarches de leur rapatriement vers leurs pays", a-t-elle souligné. 


Selon un responsable à la marine joint par l'AFP, douze des migrants secourus sont des Syriens et le treizième égyptien. Les nationalités des morts -trois hommes et une femme- et des disparus ne sont pas connues. 


Le chaos qui a suivi la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011 a fait de la Libye une voie privilégiée pour des dizaines de milliers de migrants originaires d'Afrique subsaharienne, de pays arabes et d'Asie du sud, cherchant à rejoindre l'Europe par les côtes italiennes, distantes d'environ 300 km des côtes libyennes.


Plusieurs milliers d'entre eux se retrouvent bloqués en Libye, pays d'Afrique du Nord, souvent dans des conditions déplorables. 


Les candidats à l'émigration sont la proie de trafiquants, quand ils ne meurent pas en tentant la périlleuse traversée de la Méditerranée, et la Libye est régulièrement épinglée par les ONG pour les mauvais traitements infligés aux migrants.


Depuis le début de l'année, 6.340 migrants ont été interceptés et ramenés en Libye, selon un bilan de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) publié lundi. Au moins 129 personnes sont mortes en tentant cette traversée et 459 sont portées disparues et présumées mortes, d'après l'OIM.


Forum de Davos: le ministre saoudien des Affaires étrangères appelle au dialogue mondial et à la coopération

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, a déclaré que la pandémie de Covid-19 avait enseigné à la communauté mondiale la «nécessité d’axer ses efforts sur la coopération.»
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, a déclaré que la pandémie de Covid-19 avait enseigné à la communauté mondiale la «nécessité d’axer ses efforts sur la coopération.»
Short Url
  • Le Royaume «travaille dur» pour ouvrir la voie au dialogue entre les grandes puissances, a précisé le prince Faisal ben Farhane au forum de Davos
  • «Nous espérons que nous pourrons faciliter une partie du dialogue, particulièrement en ce qui concerne le contexte sino-américain», a indiqué le ministre saoudien des Affaires étrangères

 

DUBAÏ: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, a appelé au dialogue et à la coopération au niveau mondial, dans un contexte d'escalade de la concurrence géostratégique entre les grandes puissances américaine, chinoise et russe.

«Si nous avons appris quelque chose de la pandémie de Covid-19, c'est que nous devons nous concentrer sur la coopération et continuer à chercher des moyens de favoriser la coopération», a affirmé le haut diplomate saoudien lors d'une table ronde au Forum économique mondial de Davos, en Suisse, lors de laquelle ont été abordées les perspectives géopolitiques mondiales au lendemain de l'invasion russe de l'Ukraine.

Les trois grandes puissances mondiales sont en train d’opérer des changements géostratégiques – la Russie avec sa récente incursion militaire en Ukraine, la Chine à travers son imposante initiative de «la Ceinture et la Route» et les États-Unis en établissant de nouveaux liens économiques et militaires.

Le président américain, Joe Biden, a rencontré cette semaine les autres dirigeants du groupe de sécurité Quad – le Japon, l'Australie et l'Inde – qui ont souligné leur détermination à garantir une région indopacifique libre et ouverte face à la détermination croissante de Pékin.

«Même lorsqu'il y a des différences et qu’il existe une concurrence, nous devons trouver des moyens pour nous parler. Le Royaume ayant des relations avec tous les acteurs majeurs et jouant un rôle dans une partie très importante du monde, nous espérons que nous pourrons faciliter une partie du dialogue, particulièrement en ce qui concerne le contexte sino-américain», a indiqué le prince Faisal.

La Chine est devenue un partenaire commercial majeur de l'Arabie saoudite, les expéditions vers ce pays asiatique ayant atteint 33,4 milliards de dollars en 2020 (un dollar = 0,93 euros) – principalement du pétrole brut et ses dérivés – et les exportations ayant connu une croissance de 19% par an en moyenne au cours des vingt-cinq dernières années.

Les États-Unis, quant à eux, entretiennent une relation de longue date avec le Royaume au niveau de la sécurité. L’Arabie saoudite est le plus gros client des États-Unis en ce qui concerne les ventes militaires à l'étranger, avec plus de 100 milliards de dollars de ventes actives.

Cependant, sans coopération, en particulier sur des questions telles que la sécurité alimentaire, «nous serons confrontés à des difficultés importantes, en particulier dans le monde en développement», a précisé le prince Faisal.

«Le Royaume est un membre du G20, mais c'est aussi un pays en développement, et nous sommes très attachés à aider à définir l’agenda mondial pour soutenir le reste du monde en développement», a-t-il ajouté.

Alors que la scène mondiale est confrontée à des défis géostratégiques croissants, le prince Faisal espère qu'une activité diplomatique accrue au Moyen-Orient pourra ouvrir davantage de voies au dialogue et à la coopération. «Je l'espère bien, et nous travaillons dur pour atteindre cet objectif», a-t-il soutenu.

«Le Royaume a mis en place la Vision 2030, qui est un plan stratégique de grande ampleur. Nous ne pouvons l’appliquer que si la région est sûre, sécurisée et stable. Cela ne peut se produire qu'avec la coopération de tous nos voisins, et nous continuerons donc sur cette voie du dialogue et de la coopération», a affirmé le prince Faisal lors de la table ronde au Forum économique mondial.

Au cours de cette même discussion, le président polonais Andrzej Duda a déclaré que «l'agression russe était impensable il y a deux ans», ajoutant: «Je ne m'attendais pas à ce qu'une agression se produise à cette échelle.»

 «Je ne peux pas accepter en tant que pays voisin que la Russie viole les lois internationales. Il n'y avait aucune autre raison pour que la Russie envahisse l'Ukraine. Cette invasion était purement due aux ambitions impérialistes de la Russie», a affirmé le président polonais. 

Le ministre finlandais des Affaires étrangères, Pekka Haavisto, s'est dit satisfait que «les principaux pays de l'Otan nous aient fourni des garanties de sécurité, bien que la Finlande n'en soit pas encore membre». La Finlande considère l'Otan «comme un groupe de pays démocratiques partageant des valeurs communes et une coopération transatlantique très forte», a-t-il déclaré.

La Suède et la Finlande, toutes deux neutres pendant la guerre froide, ont officiellement demandé la semaine dernière à rejoindre l'Alliance atlantique, stimulées par la guerre de Moscou contre Kiev. La Finlande partage une frontière de 1 300 kilomètres avec la Russie et craint la volonté de Moscou «de prendre des risques plus élevés».

«Nous constatons une capacité de prise de risque totalement différente, la Russie agissant de manière très imprévisible», a-t-il affirmé.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com