Peur, colère mais aussi soutien à Wilders parmi les musulmans néerlandais

Le leader du Parti pour la liberté (PVV) Geert Wilders, à côté du membre du PVV et député néerlandais Fleur Agema (2e à gauche), prononce un discours lors d'une réunion post-électorale au centre de conférence Nieuwspoort à La Haye, le 23 novembre 2023.  (Photo John Thys AFP)
Le leader du Parti pour la liberté (PVV) Geert Wilders, à côté du membre du PVV et député néerlandais Fleur Agema (2e à gauche), prononce un discours lors d'une réunion post-électorale au centre de conférence Nieuwspoort à La Haye, le 23 novembre 2023. (Photo John Thys AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 24 novembre 2023

Peur, colère mais aussi soutien à Wilders parmi les musulmans néerlandais

  • Wilders a traité les Marocains de «racaille», comparé le Coran à «Mein Kampf» d'Hitler et reçu des menaces de mort après avoir menacé d'organiser un concours de caricatures du prophète Mahomet
  • Des musulmans interrogés à Amsterdam et à Venlo, la ville natale de Wilders, ont brossé cependant un tableau plus nuancé, certains attachant plus d'importance aux questions économiques qu'à ses commentaires passés sur l'islam

VENLO, Pays-Bas : Les dirigeants de la communauté musulmane néerlandaise ont exprimé leur colère et leur crainte après la victoire électorale de Geert Wilders, un fervent opposant à l'islam, mais des musulmans se montrent aussi pragmatiques et sont même prêts à lui donner «sa chance».

Ni mosquées, ni foulards, ni corans : le manifeste du parti PVV de Wilders est ouvertement anti-islam. «Nous voulons moins d'islam aux Pays-Bas», peut-on lire dans le programme du PVV.

Wilders a traité les Marocains de «racaille», comparé le Coran à «Mein Kampf» d'Hitler et reçu des menaces de mort après avoir menacé d'organiser un concours de caricatures du prophète Mahomet.

Mais il a mis sa rhétorique anti-islam en sourdine pendant la campagne, se concentrant davantage sur des questions telles que l'augmentation du coût de la vie.

Muhsin Koktas, dirigeant de l'association musulmane CMO, se dit néanmoins «inquiet pour ce pays». «Je ne sais pas si les musulmans sont encore en sécurité aux Pays-Bas», dit-il.

«Certains ont peur, d'autres s'inquiètent pour leur avenir, se demandant ce que le résultat signifie pour leur citoyenneté et leur place dans la société néerlandaise», affirme à l'AFP Habib el Kaddouri, de l'association SMN des Marocains néerlandais.

«En même temps, j'ai remarqué que les gens sont aussi combatifs. Nous ne nous laisserons pas chasser par M. Wilders ou par un gouvernement de droite», fait-il valoir.

- «Il mérite d'avoir sa chance» -

Des musulmans interrogés par l'AFP à Amsterdam et à Venlo (est), la ville natale de Wilders, à la ftontière allemande, ont brossé cependant un tableau plus nuancé, certains attachant plus d'importance aux questions économiques qu'à ses commentaires passés sur l'islam.

«Je suis d'origine turque et musulman. Pourtant, j'ai voté pour Geert Wilders», a déclaré un habitant de Venlo sous couvert d'anonymat.

«Nous sommes tous pauvres et que nous pensons qu'il peut changer les choses», explique-t-il.

«Toutes ces déclarations sur la fermeture des mosquées ne sont que de la politique», résume ce chômeur de 41 ans en grignotant un sandwich au fromage grillé.

Burak Cen, un chauffeur de taxi de 40 ans, n'a pas voté. Mais s'il l'avait fait, il aurait également voté pour Wilders, assure-t-il dans un café d'Amsterdam.

«Je pense qu'il mérite d'avoir sa chance», dit-il à l'AFP. «Il essaie juste de récolter des voix avec sa propagande sur les mosquées et les musulmans. Mais pour le reste, ce qu'il dit sur les Néerlandais et la pauvreté est juste».

«Les réfugiés sont prioritaires pour le logement alors que nous devons attendre 20 ans pour avoir une maison», poursuit M. Cen, évoquant un thème clé de la campagne : la pénurie criante de logements abordables.

- «Jan, Piet, Mustafa, Ahmed» -

Cherchant à apaiser les craintes des minorités après le vote, Geert Wilders a souligné qu'il voulait être «le Premier ministre de tous les Néerlandais, indépendamment de leur religion, de leur sexualité, de leur couleur, de leur sexe ou de quoi que ce soit d'autre».

«Lorsque vous êtes Premier ministre, votre rôle est différent de celui du chef de l'opposition», a-t-il plaidé.

Pour Hasan Bensaid, un ouvrier du bâtiment de 49 ans originaire d'Amsterdam, les fanfaronnades de Geert Wilders à propos de la communauté musulmane du pays, qui compte près d'un million de personnes, ne sont que de la poudre aux yeux.

«Cela fait 20 ans qu'il crie au parlement, cela ne m'impressionne pas. Nous sommes des extrémistes, nous sommes des voleurs, nous sommes tout», déplore Hasan Bensaid.

En revanche, «tout est cher et je pense que les ministres ont fait n'importe quoi». «Je lui donnerai sa chance. Il peut être Premier ministre», conclut-il.

Pour Mustafa Ayranci, de l'association des travailleurs turcs HTIB, sa communauté doit respecter la décision des électeurs, même si elle est décevante.

Il veut prendre au mot Geert Wilders quand il parle d'être le Premier ministre de tous les Néerlandais.

«Il ne sera pas seulement le Premier ministre de Jan et Piet, dit-il, mais aussi celui de Mustafa et Ahmed».


Pétition demandant la suspension des ventes d’armes britanniques à Israël remise à Downing Street

Le directeur de la CFP, Ben Jamal, ainsi que des députés et des militants à l’extérieur du 10, rue Downing. (CFP)
Le directeur de la CFP, Ben Jamal, ainsi que des députés et des militants à l’extérieur du 10, rue Downing. (CFP)
Short Url
  • Document de la Palestine Solidarity Campaign, basée au Royaume-Uni, signé par près de 70000 personnes
  • La manifestation contre les ventes d’armes à Israël aura lieu mercredi devant le Parlement

LONDRES : Une pétition demandant au gouvernement britannique d’arrêter les ventes d’armes à Israël a été remise au 10 Downing Street mardi par une organisation militante pro palestinienne et un groupe multipartite de législateurs.

Lancé le 2 avril et signé par près de 70000 personnes, le document, adressé au ministre britannique des Affaires étrangères David Cameron, exhorte également le gouvernement à publier tout avis juridique qu’il a reçu concernant d’éventuelles violations du droit international.

« Le 2 avril 2024, Israël a tué sept travailleurs humanitaires de World Central Kitchen, dont des citoyens britanniques, dans des frappes aériennes ciblées dans la bande de Gaza », a déclaré la pétition, rédigée par la Palestine Solidarity Campaign, basée au Royaume-Uni.

« Cette attaque contre une agence distribuant de la nourriture à une population confrontée à la famine fait partie du crime de guerre israélien plus large - comme l’a reconnu le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell - qui utilise intentionnellement la famine comme arme de guerre.

« Elle intervient également après le siège israélien de deux semaines de l’hôpital d’Al-Shifa, qui a tué plus de 400 Palestiniens et laissé le complexe hospitalier en ruines. »

Le Strategic Export Licensing Criteria du Royaume-Uni, selon lequel toutes les exportations d’armes sont évaluées, précise que le gouvernement n’accordera pas de licence s’il détermine « qu’il existe un risque évident que les articles puissent être utilisés pour commettre ou faciliter la répression interne… Ou une violation grave du droit international humanitaire », selon un rapport de janvier 2023 sur l’évolution des contrôles stratégiques des exportations au Royaume-Uni.

« La décision de la CIJ (Cour internationale de justice) sur le génocide plausible exige donc que le Royaume-Uni arrête immédiatement les transferts d’armes à Israël », a déclaré la pétition. « Il est également entendu que le gouvernement a reçu, bien que non publié, un avis juridique selon lequel Israël enfreint le droit humanitaire international, ce qui nécessiterait également une suspension des exportations d’armes. »

La CIJ a rendu une décision historique en janvier, jugeant plausible que les actes d’Israël puissent équivaloir à un génocide, offrant la première étape concrète vers d’éventuelles sanctions. « Les experts de l’ONU ont demandé à tous les États de suspendre immédiatement les exportations d’armes vers Israël, comme l’exigent les Conventions de Genève de 1949 et de se conformer à la Convention sur le génocide », a déclaré la pétition.

« Le Royaume-Uni s’expose à un risque juridique en ignorant ces conseils et s’isole également de ses principaux partenaires internationaux, dont le Canada, la Belgique, l’Espagne, les Pays-Bas et l’Italie, qui ont tous suspendu leurs exportations d’armes vers Israël. »

La députée conservatrice Alicia Kearns, qui préside le Comité spécial des affaires étrangères, a déclaré vendredi que le ministère des Affaires étrangères du Royaume-Uni « a reçu un avis juridique officiel selon lequel Israël a enfreint le droit international humanitaire, mais le gouvernement ne l’a pas annoncé ».

Lundi au Parlement, le Premier ministre Rishi Sunak a refusé de nier que le ministère des Affaires étrangères avait reçu de tels conseils et lorsque la députée travailliste Zarah Sultana lui a demandé si Kearns disait la vérité : « Israël est déterminé à respecter le droit international humanitaire et est capable de le faire. »

Ben Jamal, directeur du CPS, a déclaré : « L’attaque génocidaire d’Israël contre les Palestiniens et ses attaques contre le Liban, la Syrie et l’Iran prouvent que le fait de l’armer rend non seulement le Royaume-Uni complice de la violation du droit international, mais aussi dans le déclenchement d’une guerre régionale aux conséquences catastrophiques.

« Continuer à armer Israël ne peut pas aider la cause de la paix ou de la justice au Moyen-Orient. Tout gouvernement véritablement déterminé à faire respecter le droit international ne vend pas d’armes à un État qui y contrevient continuellement. »

Le ministère palestinien de la Santé a déclaré mardi que plus de 33000 Palestiniens avaient été tués depuis qu’Israël a lancé son assaut sur Gaza le 7 octobre. 70 pour cent d’entre eux des femmes et des enfants. La plupart des infrastructures civiles dans l’enclave assiégée ont été détruites et l’ONU a émis des avertissements que la famine est imminente pour sa population de 2 millions d’habitants.

Israël utilise des armes britanniques, des technologies de surveillance et des équipements militaires sur les Palestiniens, et 15 pour cent des composants utilisés par ses avions F-35 pour bombarder Gaza sont fournis par le Royaume-Uni, selon l’organisation non gouvernementale pro palestinienne Friends of Al-Aqsa.

« Des bombardiers israéliens sont utilisés dans le génocide en cours à Gaza », a déclaré le groupe britannique. Selon une déclaration de la CFP, plus de 1000 avocats, universitaires et juges à la retraite, dont l’ancienne présidente de la baronne de la Cour suprême, Brenda Hale a signé une lettre ouverte indiquant que « la fourniture continue d’armes à Israël met le Royaume-Uni en violation du droit international. »

Le 27 mars, Mme Sultana et un groupe multipartite de 134 législateurs britanniques ont écrit à M. Cameron et au secrétaire d’État aux Affaires, M. Kemi Badenoch, pour leur demander de suspendre immédiatement les licences d’exportation pour les transferts d’armes à Israël, car « le cas est accablant ».

Plus tôt ce mois-ci, Cameron a déclaré que le Royaume-Uni ne suspendrait pas les ventes d’armes à Israël, malgré l’annonce du Canada, des Pays-Bas, du Japon, de l’Espagne et de la Belgique. La CFP a déclaré qu’elle mènerait un rassemblement « Arrêtez d’armer Israël » devant le Parlement à 18 heures mercredi.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La BBC demande aux experts de l'ONU de condamner le « harcèlement » de ses journalistes en persan

Parmi d'autres entités et individus britanniques, la BBC est ciblée depuis octobre 2022 par des sanctions de la part de Téhéran, qui l'a placée sur sa liste noire, comme mesures de rétorsion à celles prises par Londres après la mort de la jeune femme et les manifestations sévèrement réprimées en Iran. (AFP).
Parmi d'autres entités et individus britanniques, la BBC est ciblée depuis octobre 2022 par des sanctions de la part de Téhéran, qui l'a placée sur sa liste noire, comme mesures de rétorsion à celles prises par Londres après la mort de la jeune femme et les manifestations sévèrement réprimées en Iran. (AFP).
Short Url
  • Selon la BBC, des documents publiés fin février 2024 par un groupe de hacker semblent révéler qu'"un certain nombre de journalistes anciens et actuels de la BBC News en persan ont été condamnés en leur absence par un tribunal de Téhéran en février 2022
  • Le groupe audiovisuel public britannique affirme que le "harcèlement" de ses journalistes s'est intensifié après les manifestations suivant la mort de Mahsa Amini

LONDRES: La BBC a demandé aux experts de l'ONU de condamner le "harcèlement continu" de ses journalistes en persan après que certains auraient été condamnés en leur absence il y a deux ans pour "propagande contre la République islamique" d'Iran, a-t-elle annoncé mardi.

Selon la BBC, des documents publiés fin février 2024 par un groupe de hacker semblent révéler qu'"un certain nombre de journalistes anciens et actuels de la BBC News en persan ont été condamnés en leur absence par un tribunal de Téhéran en février 2022 pour +propagande contre la République islamique+".

Le groupe audiovisuel public britannique affirme que le "harcèlement" de ses journalistes s'est intensifié après les manifestations suivant la mort de Mahsa Amini après son arrestation par la police des moeurs en septembre 2022.

Parmi d'autres entités et individus britanniques, la BBC est ciblée depuis octobre 2022 par des sanctions de la part de Téhéran, qui l'a placée sur sa liste noire, comme mesures de rétorsion à celles prises par Londres après la mort de la jeune femme et les manifestations sévèrement réprimées en Iran.

Le géant public de l'audiovisuel britannique a indiqué mardi avoir transmis une plainte actualisée de son appel à des actions urgentes, adressée à plusieurs rapporteurs spéciaux de l'ONU, dont, pour la première fois, à celui sur la promotion et la protection des droits humains et des libertés fondamentales dans la lutte antiterroriste.

La BBC demande notamment "une déclaration publique commune des experts de l'ONU condamnant le ciblage et le harcèlement continus des journalistes de BBC News en persan".

Selon Liliane Landor, directrice de BBC World Service, "les événements récents ont amplifié la gravité de la situation à laquelle sont confrontés notre personnel de BBC News en persan quotidiennement". "Nous appelons les experts de l'ONU à condamner fermement le harcèlement des autorités iraniennes et demander des comptes au régime", a-t-elle ajouté.

Selon la BBC, la moitié du personnel de BBC News en persan qui a répondu à une enquête cette année a affirmé avoir reçu des menaces en ligne ou été harcelé en ligne du fait de sa fonction. Plus de 60% des répondants ont dit avoir été harcelés, menacés ou questionnés en Iran, selon la BBC.

Soutenant la démarche de la BBC, la secrétaire générale du Syndicat national des journalistes (NUJ), Michelle Stanistreet, a  exhorté l'ONU à "exercer son influence pour apporter sécurité et justice aux journalistes iraniens et leurs familles qui sont ciblés sans pitié".


Israël «  obstrue  » l'accès aux victimes de l'attaque du 7 octobre, selon des enquêteurs de l'ONU

L'ambassadeur palestinien auprès des Nations Unies à Genève, Ibrahim Mohammad Khraishi, s'exprime lors d'une réunion d'information aux États membres de l'ONU sur les enquêtes en cours de la "Commission internationale indépendante des Nations Unies".
L'ambassadeur palestinien auprès des Nations Unies à Genève, Ibrahim Mohammad Khraishi, s'exprime lors d'une réunion d'information aux États membres de l'ONU sur les enquêtes en cours de la "Commission internationale indépendante des Nations Unies".
Présidente de la "Commission internationale indépendante d'enquête des Nations unies sur le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est, et en Israël", la Sud-Africaine Navi Pillay (R) s'entretient avec l'ambassadeur égyptien Ahmed Ihab Abdelahad(AFP)
Présidente de la "Commission internationale indépendante d'enquête des Nations unies sur le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est, et en Israël", la Sud-Africaine Navi Pillay (R) s'entretient avec l'ambassadeur égyptien Ahmed Ihab Abdelahad(AFP)
Short Url
  • La commission, mise en place en 2021 par le Conseil des droits de l'homme de l'ONU, faisait le point sur l'avancée de ses travaux devant les diplomates à Genève, lors d'une réunion organisée par l'Egypte.
  • nous avons été confrontés non seulement à un manque de coopération, mais aussi à une obstruction active de nos efforts visant à recueillir des preuves auprès des témoins et des victimes israéliens

GENEVE : Israël "obstrue" l'accès aux victimes de l'attaque du Hamas du 7 octobre, ont dénoncé mardi des enquêteurs de l'ONU, pointant du doigt le "manque de coopération" des autorités israéliennes.

"Je déplore le fait que les personnes en Israël qui souhaitent nous parler se voient refuser cette possibilité, parce que nous ne pouvons pas entrer en Israël", a déclaré Navi Pillay, la présidente de l'enquête onusienne sur les atteintes aux droits humains dans les territoires palestiniens occupés et en Israël.

La commission, mise en place en 2021 par le Conseil des droits de l'homme de l'ONU, faisait le point sur l'avancée de ses travaux devant les diplomates à Genève, lors d'une réunion organisée par l'Egypte.

Réagissant aux déclarations de la commission, la Mission permanente d'Israël auprès des Nations unies à Genève a souligné que "des institutions et mécanismes indépendants, notamment des représentants des Nations unies, se sont rendus en Israël et ont rencontré des survivants et des victimes de l'attaque terroriste".

Mais "les 1.200 personnes tuées, les femmes et les filles violées, les otages emmenés à Gaza, savent très bien qu'ils n'obtiendront jamais justice ni le traitement digne qu'ils méritent de la part de la commission d'enquête et de ses membres", a ajouté la Mission israélienne, les accusant d'avoir fait dans le passé "des déclarations antisémites et anti-israéliennes".

En 2022, un des enquêteurs de l'ONU, l'Indien Miloon Kothari, avait présenté ses excuses pour avoir parlé de "lobby juif" dans une interview, des propos vivement dénoncés par Israël qui avait exigé sa démission ou la dissolution de la commission.

- Appel aux victimes -

Mme Pillay, ancienne Haute -Commissaire aux droits de l'homme, ancienne présidente du Tribunal pénal international pour le Rwanda et ancienne juge à la Cour pénale internationale (CPI), a expliqué que la commission qu'elle préside examinait "les crimes" commis lors de l'attaque du mouvement islamiste palestinien Hamas du 7 octobre sur le sol israélien, ainsi que ceux commis depuis par les forces israéliennes à Gaza et en Cisjordanie.

La commission présentera ses conclusions en juin, a-t-elle précisé.

"Jusqu'à présent, en ce qui concerne Israël, nous avons été confrontés non seulement à un manque de coopération, mais aussi à une obstruction active de nos efforts visant à recueillir des preuves auprès des témoins et des victimes israéliens des événements qui se sont produits dans le sud d'Israël" le 7 octobre, a renchéri un autre enquêteur, l'Australien Chris Sidoti, s'exprimant en visioconférence.

"Je saisis cette occasion pour lancer un nouvel appel à la fois au gouvernement israélien pour qu'il coopère et aux victimes et témoins des événements survenus dans le sud d'Israël pour qu'ils contactent la commission d'enquête afin que nous puissions entendre ce qu'ils ont vécu", a-t-il ajouté.

La commission a été mise en place à la suite de la guerre de 11 jours que se sont livrés Israël et le Hamas en mai 2021, mais elle a aussi pour mandat d'étudier toutes les causes profondes du conflit israélo-palestinien.