JO-2024: le CIO «rassuré» sur les transports, un «défi»

Cette photo d'illustration prise le 6 mars 2020 montre un pass Navigo de l'opérateur de transports publics parisiens RATP à Paris (Photo de Philippe LOPEZ, AFP).
Cette photo d'illustration prise le 6 mars 2020 montre un pass Navigo de l'opérateur de transports publics parisiens RATP à Paris (Photo de Philippe LOPEZ, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 30 novembre 2023

JO-2024: le CIO «rassuré» sur les transports, un «défi»

  • La maire de Paris Anne Hidalgo (PS) a affirmé il y a une dizaine de jours que les transports ne seront «pas prêts» pour les JO
  • Les tarifs des transports ont été revus à la hausse pour les Jeux de Paris et le prix du ticket du métro parisien va quasiment doubler durant l'été 2024

PARIS: Le Comité international olympique (CIO) a été "rassuré" par les autorités françaises sur la question des transports pendant les JO-2024 qui restent "un défi" après les inquiétudes exprimées par la maire de Paris Anne Hidalgo, a assuré jeudi le directeur des JO du CIO Christophe Dubi.

"On a revu avec nos experts les plans de transports, avec l'ensemble des acteurs concernés (...) C'est une opération extrêmement complexe, on est tout à fait d'accord", a rappelé Christophe Dubi lors d'un point presse du CIO qui se réunit depuis mercredi à Paris pour une commission exécutive.

"Sur Paris centre, on a une concentration incroyable de sites avec probablement un demi-million de spectateurs par jour. C'est une opportunité extraordinaire de montrer à quel point votre ville est belle mais c'est également un challenge, un défi en terme de transports", a-t-il estimé.

La maire de Paris Anne Hidalgo (PS) a affirmé il y a une dizaine de jours que les transports ne seront "pas prêts" pour les JO, s'attirant les foudres des ministres des Sports Amélie Oudéa-Castéra et des Transports Clément Beaune.

"Sur ce que nous avons vu de la part de l’ensemble des opérateurs, ça nous rassure énormément. Il reste encore 7-8 mois jusqu'aux JO, donc il reste encore du travail et c'est bien normal", a-t-il ajouté.

Les tarifs des transports ont été revus à la hausse pour les Jeux de Paris et le prix du ticket du métro parisien va quasiment doubler durant l'été 2024 afin de financer les surcoûts liés aux JO, a annoncé lundi la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse.

Les plans de circulation arrêtés par la préfecture de police pour les automobilistes dans Paris ont été dévoilés mercredi.


La France premier pays à inscrire l'avortement dans sa Constitution

La France est devenue lundi le premier pays à inscrire explicitement dans sa Constitution l'interruption volontaire de grossesse (Photo, AFP).
La France est devenue lundi le premier pays à inscrire explicitement dans sa Constitution l'interruption volontaire de grossesse (Photo, AFP).
Short Url
  • «Nous avons une dette morale» envers toutes les femmes qui ont «souffert dans leur chair» d'avortements illégaux, a déclaré le Premier ministre Gabriel Attal
  • Il s'agit de «la première disposition constitutionnelle aussi explicite et large en la matière, pas juste en Europe, mais dans le monde»

VERSAILLES: La France est devenue lundi le premier pays à inscrire explicitement dans sa Constitution l'interruption volontaire de grossesse, au grand dam du Vatican, et à rebours de nombre de pays où le droit à l'avortement recule.

"Nous avons une dette morale" envers toutes les femmes qui ont "souffert dans leur chair" d'avortements illégaux, a déclaré le Premier ministre Gabriel Attal, en ouvrant les débats.

Députés et sénateurs réunis solennellement en Congrès au château de Versailles ont approuvé à une très large majorité (780 pour, 72 contre) la modification de la Constitution proposée par le gouvernement du président Emmanuel Macron.

Celui-ci a salué une "fierté française" et un "message universel". "Célébrons ensemble l'entrée d'une nouvelle liberté garantie dans la Constitution", a écrit M. Macron dans un message publié sur X.

A quatre jours du 8 mars, journée internationale des droits des femmes, cette réforme introduit à l'article 34 la phrase: "La loi détermine les conditions dans lesquelles s'exerce la liberté garantie à la femme d'avoir recours à une interruption volontaire de grossesse".

Il s'agit de "la première disposition constitutionnelle aussi explicite et large en la matière, pas juste en Europe, mais dans le monde", a souligné Leah Hoctor, du Center for Reproductive Rights, organisation américaine défendant le droit à l'avortement.

Le chef de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a salué ce vote. "Nous saluons la décision de la #France de garantir les droits des femmes et de leur sauver la vie", a écrit Tedros Adhanom Ghebreyesus sur X, ajoutant que "l'avortement sans risque fait partie des soins de santé".

Le Vatican a lui redit lundi son opposition à tout "droit à supprimer une vie humaine", au moment de ce vote historique.

"A l'ère des droits humains universels, il ne peut y avoir de +droit+ à supprimer une vie humaine", a affirmé dans un communiqué l'Académie pontificale pour la Vie, organe du Vatican chargé des questions bioéthiques, en soutien à l'opposition des évêques de France.

La réunion du Congrès français parachève une longue bataille politique initiée par la gauche, portée par les associations féministes et finalement embrassée par le gouvernement après plusieurs initiatives parlementaires.

«Message d'espoir»

Soutenue par plus de 80% de la population française selon divers sondages, la constitutionnalisation de l'IVG s'est progressivement imposée dans le paysage politique.

Même la Tour Eiffel s'est illuminée lundi soir pour célébrer ce vote. Et la droite et l'extrême droite, historiquement opposées ou sceptiques devant la formulation retenue par le gouvernement, ont fini par voter majoritairement pour la réforme, malgré certaines réticences.

L'interruption volontaire de grosse (IVG) a été légalisée en France en 1975, quatre ans après un appel choc où 343 femmes, dont les actrices Jeanne Moreau et Catherine Deneuve et les écrivaines Simone de Beauvoir, Marguerite Duras et Françoise Sagan, avaient révélé s'être fait avorter.

Militant inlassable de cette constitutionnalisation, le Planning familial a salué par avance le "message d'espoir" qu'enverra le Congrès "aux féministes du monde entier". "Car en France et à travers le monde, le droit à l'avortement est encore gravement menacé", a souligné l'association de défense des droits des femmes, notamment en matière de sexualité et contraception.

«Bataille culturelle»

Démonstration en a été faite de manière spectaculaire avec l'annulation en juin 2022 aux Etats-Unis de l'arrêt Roe v. Wade, qui protégeait l'accès à l'avortement au niveau fédéral. Depuis, de nombreux Etats ont fortement restreint voire interdit l'avortement sur leur sol et des milliers d'Américaines sont obligées d'entreprendre des voyages pénibles et coûteux pour avorter.

Cette décision outre-Atlantique a eu l'effet d'un électrochoc sur l'opinion et les élus français, conduisant à de premières initiatives la même année, d'abord sous l'impulsion de la gauche radicale.

En mars 2023, Emmanuel Macron annonçait sa volonté d'inscrire dans la Constitution la "liberté" de recourir à l'avortement.

Ces derniers jours, peu de voix hostiles se sont fait entendre. La Conférence des évêques de France a relayé lundi l'appel "au jeûne et à la prière" lancé par plusieurs associations catholiques. "De tous les pays européens, (...) la France est le seul où le nombre des avortements ne baisse pas et a même augmenté ces deux dernières années", a-t-elle affirmé.

Les opposants à l'IVG se sont mobilisés par centaines à Versailles lundi après-midi. Des adolescentes ont collé des photos d'échographies devant lesquelles les manifestants ont déposé des roses blanches, "symboles de résistance".

Les partisans de la réforme s'étaient eux donné rendez-vous au Trocadéro, à Paris, où une retransmission du vote sur écran géant a été organisée à l'initiative de la mairie et de la Fondation des femmes. "Ça fait chaud au cœur de voir la France devenir le premier pays à sanctuariser ce droit tellement important", a salué Brigitte Tirot, 72 ans.


Nickel en Nouvelle-Calédonie: Accord entre l'Etat et Eramet pour le traitement de la dette

L'Etat et Eramet ont trouvé un accord pour ne pas faire porter le poids de la dette de la Société Le Nickel (Photo, AFP).
L'Etat et Eramet ont trouvé un accord pour ne pas faire porter le poids de la dette de la Société Le Nickel (Photo, AFP).
Short Url
  • La Société Le Nickel (SLN) est en grande difficulté en Nouvelle-Calédonie
  • Ce pacte est censé pérenniser la filière, alors que les trois usines calédoniennes de nickel du «Caillou» sont dans une situation critique

PARIS: L'Etat et Eramet ont trouvé un accord pour ne pas faire porter le poids de la dette de la Société Le Nickel (SLN) en Nouvelle-Calédonie sur les comptes de sa maison mère Eramet, a indiqué le groupe lundi dans un communiqué.

"A la suite des discussions menées ces dernières semaines, l'Etat français et Eramet ont convenu d'un accord sur le traitement de la dette existante de la SLN", qui "permettra de neutraliser le poids de la dette de la SLN dans les comptes consolidés du groupe", a indiqué Eramet.

Lors de la publication de ses résultats annuels le 21 février dernier, le groupe minier français a indiqué avoir inscrit une charge de 218 millions d'euros pour dépréciation de la valeur des actifs de la Société Le Nickel (SLN) en grande difficulté en Nouvelle-Calédonie.

Sa PDG, Christel Bories, a annoncé dans le même temps être en discussions avec l'Etat pour "décorréler l'impact de cette dette" des comptes consolidés de l'entreprise en attendant une "solution industrielle", et l'aboutissement des discussions entre l'Etat, les collectivités locales et les industriels locaux sur le futur "pacte nickel".

Ce pacte est censé pérenniser la filière, alors que les trois usines calédoniennes de nickel du "Caillou" (KNS, SLN et Prony Ressources) sont dans une situation critique.

L'Etat et Eramet ont donc "conjointement décidé de convertir leurs prêts existants auprès de la SLN sous la forme d'un instrument de quasi-fonds propres", a indiqué lundi Eramet.

Les 320 millions d'euros de prêts existants de l'Etat à la SLN, actuellement consolidés en dette financière dans les comptes du groupe, "seront ainsi transformés en quasi-fonds propres, assimilables comptablement à des capitaux propres dans les comptes consolidés d'Eramet", a précisé le groupe.

Eramet "convertira de manière similaire la dette intra-groupe existante de 325 millions d'euros selon le même schéma".

Le groupe "réitère par ailleurs sa décision de ne plus octroyer de nouveaux financements à la SLN", afin de préserver son bilan, mais "continuera d'accompagner opérationnellement la SLN dans la durée".


La mixité sociale continue à progresser dans les lycées publics parisiens

La mixité sociale et scolaire a continué à progresser dans les lycées parisiens publics (Photo, AFP).
La mixité sociale et scolaire a continué à progresser dans les lycées parisiens publics (Photo, AFP).
Short Url
  • Selon ce bilan annuel, «la ségrégation sociale poursuit sa baisse» dans les lycées publics parisiens, même si d’importants écarts demeurent
  • Concernant l'impact de cette réforme sur le privé, elle n'a pas eu d'effets notables sur la fuite vers le privé en classe de seconde

PARIS: La mixité sociale et scolaire a continué à progresser dans les lycées parisiens publics grâce à la réforme de la plateforme d'affectation au lycée Affelnet il y a trois ans, mais le développement du privé pose des questions, selon un bilan présenté lundi.

Selon ce bilan annuel, "la ségrégation sociale poursuit sa baisse" dans les lycées publics parisiens, même si d’importants écarts demeurent, a expliqué Julien Grenet, professeur associé à l'Ecole d'économie de Paris et président du comité de suivi de la réforme, lors d'une conférence de presse.

"Cette année, la ségrégation sociale est en baisse de 49% par rapport à 2019" (après -31% en 2021 et -38% en 2022), a-t-il ajouté.

En 2020, dernière année avant la réforme, onze lycées généraux et technologiques présentaient un indice de positionnement social (IPS, mesurant l'environnement socio-économique des élèves) inférieur à 110. En 2023, il n’y en a plus que quatre.

Par ailleurs, la mixité scolaire (diversité de niveaux scolaires) progresse également. La ségrégation scolaire a baissé de 39% par rapport à 2019 (après -26% en 2021 et -30% en 2022), même si elle "reste très élevée par rapport à la moyenne des autres académies", détaille Julien Grenet.

Concernant l'impact de cette réforme sur le privé, elle n'a pas eu d'effets notables sur la fuite vers le privé (qui n'est pas concerné par Affelnet) en classe de seconde.

En revanche, au collège, "il y a une très forte augmentation" de la part des élèves qui partent vers le privé (+3,2 points de pourcentage depuis 2020, à 38,6% en 2023), constate le chercheur.

Plutôt qu'à Affelnet, cette évolution est liée pour lui à la baisse démographique importante à Paris depuis 2010: "c'est l'enseignement public qui systématiquement se prend les chocs démographiques", parce "qu'on ne ferme pas de classes dans le privé", estime Julien Grenet.

Si cette tendance se poursuit, "le privé deviendra majoritaire à Paris au collège à la rentrée 2034".

Cette évolution "n'est pas neutre du point de vue de la ségrégation sociale" et "invite à réfléchir sur les moyens de régulation qui peuvent exister", ajoute-t-il.

La réforme d'Affelnet à Paris a été lancée en 2021 pour réintroduire de la mixité et lutter contre la hiérarchisation des lycées.

Avant, Paris était divisé en quatre districts et les élèves de troisième candidataient dans une dizaine de lycées de leur périmètre. Ils peuvent désormais candidater dans cinq lycées situés à 25 minutes maximum de transport de leur domicile, ou des lycées plus éloignés mais sans être prioritaires.