COP28: 50 groupes pétroliers s'engagent a minima sur la décarbonation

La vice-présidente américaine Kamala Harris s'exprime lors du sommet climatique des Nations Unies COP28 à Dubaï le 2 décembre 2023 (Photo, AFP).
La vice-présidente américaine Kamala Harris s'exprime lors du sommet climatique des Nations Unies COP28 à Dubaï le 2 décembre 2023 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Samedi 02 décembre 2023

COP28: 50 groupes pétroliers s'engagent a minima sur la décarbonation

  • Cette charte fait partie d'un ensemble d'initiatives pour accélérer la décarbonation du système énergétique mondial
  • Il s'agit toutefois d'engagements volontaires non contraignants

DUBAÏ: Cinquante compagnies de l'industrie du pétrole et du gaz, représentant 40% de la production mondiale, se sont engagées à décarboner leurs opérations de production d'ici à 2050, a annoncé samedi la présidence émiratie de la COP28, un engagement a minima puisqu'il n'englobe pas le pétrole qu'elles vendent.

Ces entreprises, dont 29 compagnies nationales parmi lesquelles la saoudienne Aramco et l'émiratie Adnoc, ont signé une charte fixant comme objectifs "la neutralité carbone en 2050 ou avant", des émissions de méthane "proche de zéro" et "aucun torchage de routine" d'ici 2030.

Cette "Charte de décarbonation du pétrole et du gaz" (Oil and Gas Decarbonization Charter - OGDC), portée conjointement par les Emirats et l'Arabie saoudite, concerne toutefois seulement les émissions de gaz à effet de serre produites par les opérations d'extraction et de production de ces entreprises.

Elle ne prend pas en compte le CO2 émis lors de l'utilisation du pétrole et du gaz qu'elles vendent - par le transport routier, la construction, pour le chauffage, la fabrication de plastique etc...- et qui représente l'écrasante majorité du bilan carbone du secteur.

Cette charte a été établie sous l'impulsion de Sultan Al Jaber, à la fois président d'Adnoc et de la COP28, une double casquette qui lui vaut de fortes accusations de conflit d'intérêts.

Neutralité carbone 

"C'est le plus grand nombre de compagnies nationales à s'engager dans une initiative de décarbonation", se félicite la présidence de la COP28 dans un communiqué.

Contrairement aux "majors" occidentales très scrutées par leurs opinions publiques, mais qui représentent seulement 13% de la production mondiale, très peu de "NOC" - comme sont généralement désignées les compagnies pétrogazières nationales - ont annoncé des objectifs climatiques.

Seules quelques grandes compagnies nationales comme Aramco, Adnoc, PetroChina ou Petrobras, signataires de cette nouvelle charte, ont déjà annoncé viser ce qu'elles appellent la neutralité carbone de leurs opérations en 2045 ou 2050.

La National Oil Company of Libya, Petronas et Sonangol font partie des NOC ayant rejoint la nouvelle charte, au côté des "majors" comme TotalEnergies, Exxonmobil, Shell et BP.

"Cette charte est la preuve que les engagements volontaires de l'industrie pétrogazière ne permettront jamais d'atteindre le niveau d'ambition nécessaire pour lutter contre la crise climatique", contrairement à la mise en place de législations pour sortir des fossiles, a dénoncé Melanie Robinson du World Resources Institute.

Cette charte fait partie d'un ensemble d'initiatives pour accélérer la décarbonation du système énergétique mondial, préparées au cours de l'année qui a précédé la COP28.

Il s'agit toutefois d'engagements volontaires non contraignants, qui n'ont pas l'autorité des décisions de la COP28, prises par consensus entre près de 200 pays sous l'égide des Nations unies. Mais elles peuvent influer sur l'issue des négociations.


Le ministère de l'Économie et de la Planification signe un protocole d'accord avec l'Institut national saoudien de la santé

Des représentants du ministère saoudien de l’Économie et de la Planification, et de l’Institut national saoudien de la santé signant un protocole d’accord. (Ministère de l'Économie et du Plan)
Des représentants du ministère saoudien de l’Économie et de la Planification, et de l’Institut national saoudien de la santé signant un protocole d’accord. (Ministère de l'Économie et du Plan)
Short Url
  • Le protocole d'accord vise à développer et à harmoniser l'orientation stratégique des priorités de développement nationales et des politiques économiques
  • Il vise également à faciliter le processus de prise de décision à travers la préparation de méthodologies et d'études, a indiqué le ministère

RIYAD: Le ministère saoudien de l'Économie et de la planification a signé un protocole d'accord avec l'Institut national saoudien de la santé, a annoncé jeudi le ministère.

Ce protocole d'accord vise à développer et à harmoniser l'orientation stratégique des priorités de développement nationales et des politiques économiques, conformément aux objectifs de la Vision 2030 de l’Arabie saoudite.

Il vise également à faciliter le processus de prise de décision à travers la préparation de méthodologies et d'études, a indiqué le ministère.

Dans le cadre de ce protocole d'accord, des expériences scientifiques et pratiques seront échangées, et les deux parties préparent des études et des recherches liées à leur travail en vue d'améliorer la qualité.

Elles organiseront également des ateliers et des cours de formation communs afin de renforcer les capacités et les compétences, et bénéficier des infrastructures et des équipements publics des deux parties.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Les investissements privés dans les secteurs émergents créeront de «formidables opportunités», affirme un ministre saoudien

Le ministre de l’Investissement du Royaume, Khaled al-Faleh, prenant la parole lors de la deuxième journée de l’Initiative sur les capacités humaines à Riyad. (Shutterstock)
Le ministre de l’Investissement du Royaume, Khaled al-Faleh, prenant la parole lors de la deuxième journée de l’Initiative sur les capacités humaines à Riyad. (Shutterstock)
Short Url
  • Le ministre de l’Investissement saoudien a indiqué que d’ici à la fin de la décennie, l’économie visait à multiplier par 2,5 son niveau d’avant la Vision 2030, avec une participation du secteur privé passant de 40% à 65%
  • Selon le ministre, une part importante des investissements du secteur privé sera réalisée dans des secteurs économiques nouveaux, notamment l’économie numérique, le tourisme et les services financiers et professionnels

RIYAD: Les investissements du secteur privé en Arabie saoudite sont sur le point de créer de «formidables opportunités» dans les secteurs de l’économie numérique, du tourisme, des services financiers et des biotechnologies, a déclaré un ministre de premier plan.

Lors de la deuxième journée de l’Initiative sur les capacités humaines à Riyad, le ministre de l’Investissement du Royaume, Khaled al-Faleh, a indiqué que d’ici à la fin de la décennie, l’économie visait à multiplier par 2,5 son niveau d’avant la Vision 2030, avec une participation du secteur privé passant de 40% à 65%.

«Grâce à ça, la taille et l’ampleur du secteur privé seront quatre fois supérieures à ce qu’elles étaient au cours de cette seule décennie, ajoutant plus de 3 000 milliards de dollars (1 dollar = 0,93 euro) d’investissements à l’économie nationale par le biais de la stratégie nationale d’investissement et d’autres initiatives», a-t-il ajouté. 

Le ministre a affirmé qu’une part importante de ces investissements serait réalisée dans des secteurs économiques nouveaux et en développement, notamment l’économie numérique, le tourisme et les services financiers et professionnels. Les secteurs de la santé, de la pharmacie et de la biotechnologie ont également été mis en avant.

«Ces secteurs créeront de formidables opportunités pour le développement du capital humain, car ils nécessiteront un ensemble de compétences complètement différent ainsi qu’une vision du monde et des perspectives nouvelles», a précisé M. Al-Faleh, ajoutant que «le monde connaît des changements structurels importants marqués par la transition énergétique, l’automatisation et la numérisation, par des chaînes d’approvisionnement nouvelles et changeantes, et par l’émergence de technologies de rupture». 

Le ministre a expliqué que s’il n’est peut-être pas possible de prédire avec précision dans quelle mesure ces tendances macroéconomiques affecteront le capital humain et quels emplois seront demandés, il est clair qu’elles auront un impact considérable.

«Depuis le début, nous observons de près ce qui se passe lorsque les investissements catalysent le potentiel humain. Les quatre-vint-dix années de développement du secteur de l’énergie, déclenchées par les investissements d’Aramco, constituent peut-être le meilleur exemple, mais pas le seul», a déclaré M. Al-Faleh. 

«Ainsi, lorsqu’un nouveau secteur émerge, comme les énergies renouvelables, la fintech ou la biotechnologie, le déficit de compétences qui en découle sera comblé par la formation, le perfectionnement ou, dans le cas de l’Arabie saoudite, l’ouverture du pays en invitant des personnes qualifiées du monde entier à répondre à cette demande. Avant même de s’en rendre compte, nous disposerons d’un vivier de compétences entièrement nouveau, prêt à être déployé», a-t-il poursuivi.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


France: les 10% des ménages les plus fortunés possèdent la moitié du patrimoine

Ce prix photographique le 6 décembre 2022 montre l'inscription "Banque de France" sur la façade du siège de la Banque de France à Paris (Photo, AFP).
Ce prix photographique le 6 décembre 2022 montre l'inscription "Banque de France" sur la façade du siège de la Banque de France à Paris (Photo, AFP).
Short Url
  • Le patrimoine des ménages a fortement augmenté en valeur entre fin 2009 et fin 2021, de 23% en euros constants
  • La moitié des ménages détient toutefois un patrimoine inférieur à 185 000 euros

PARIS: Les 10% des ménages les plus fortunés vivant en France possèdent 54% du patrimoine total, un chiffre stable depuis 2019, a indiqué jeudi le Bulletin de la Banque de France.

Ce rapport souligne aussi que la moitié des ménages vivant en France détiennent 95% du patrimoine total, des inégalités de patrimoine qui restent toutefois un peu moins élevées qu'en zone euro.

Augmentation 

Le patrimoine des ménages a fortement augmenté en valeur entre fin 2009 et fin 2021, de 23% en euros constants (corrigé de la variation des prix sur la période, NDLR). Il atteignait 14.041 milliards d'euros au deuxième trimestre 2023, selon la Banque de France.

En moyenne, le patrimoine net d'un ménage en France est de 446.000 euros, soit une augmentation de 13% en euros constants par rapport à 2009, et est composé en majorité d'immobilier (55%) et d'actifs financiers (32%).

La moitié des ménages détient toutefois un patrimoine inférieur à 185.000 euros (+5% en euros constants sur la période).