Le monde n’est pas prêt à affronter une autre pandémie, selon le président de Moderna

Le cofondateur de Moderna, Noubar Afeyan, à droite de l’écran, s’adresse au président d’Advanced Tomorrow (Atom), Armen Sarkissian, lors du sommet Atom 2023, qui avait lieu à l’université nationale de Singapour le 4 décembre 2023. (Université nationale de Singapour)
Le cofondateur de Moderna, Noubar Afeyan, à droite de l’écran, s’adresse au président d’Advanced Tomorrow (Atom), Armen Sarkissian, lors du sommet Atom 2023, qui avait lieu à l’université nationale de Singapour le 4 décembre 2023. (Université nationale de Singapour)
Short Url
Publié le Jeudi 07 décembre 2023

Le monde n’est pas prêt à affronter une autre pandémie, selon le président de Moderna

  • La réunion de dirigeants politiques, commerciaux et universitaires mondiaux s’est concentrée sur l’avenir des soins de santé dans un contexte de changements géopolitiques et d’avancées technologiques
  • L’élaboration rapide des vaccins a peut-être donné «une fausse impression» de résilience

SINGAPOUR: Le monde n’est pas prêt à faire face à une autre pandémie: c’est ce qu’a déclaré le cofondateur et président de Moderna. En effet, une attention insuffisante est accordée selon lui à la résilience des systèmes de santé à l’échelle mondiale.

Le Dr Noubar Afeyan, ingénieur biochimiste qui a cofondé en 2010 la célèbre société de médicaments basée aux États-Unis, a tenu ces propos lors du sommet Advanced Tomorrow (Atom) 2023, qui a eu lieu à Singapour du 3 au 6 décembre.

Organisée et coanimée par l’initiative Advanced Tomorrow et la Yong Loo Lin School of Medicine de l’université nationale de Singapour, la réunion des dirigeants politiques, commerciaux et universitaires mondiaux s’est concentrée sur l’avenir des soins de santé dans un contexte de changements géopolitiques et d’avancées technologiques.

Lors d’une discussion qui portait sur la capacité des systèmes de santé à se préparer aux chocs et aux perturbations mondiales comme la pandémie de Covid-19 en 2020, le Dr Afeyan, dont le vaccin contre la Covid-19 est devenu le deuxième à être autorisé et utilisé aux États-Unis, a fait savoir que l’élaboration rapide des vaccins avait peut-être donné «une fausse impression» de résilience.

«Nous avons eu de la chance puisqu’il s’est avéré que ce virus se prêtait à une intervention pour laquelle l’entreprise que j'ai cofondée, Moderna, avait développé une technologie», a-t-il expliqué.

Une technologie similaire a été développée par Pfizer, dont le vaccin contre la Covid-19 a été le premier à recevoir le feu vert de la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis. Mais si, à l’époque, les efforts des deux sociétés se sont révélés inopinément utiles pour lutter contre cette pandémie, ils ne seraient d’aucune utilité si la prochaine crise sanitaire était provoquée par un agent pathogène complètement différent.

«Il y aura d’autres menaces, comme les bactéries qui résistent aux antibiotiques, pour lesquelles cette technologie ne fonctionnera pas», a précisé le Dr Afeyan. «Nous n’avons pas de bonnes solutions pour le moment. Ainsi, si jamais se déclarait une épidémie bactérienne majeure dans le système alimentaire par tout autre moyen, il serait presque impossible de trouver une réponse rapide.»

L’attention et le financement à l’échelle mondiale sont orientés non vers la sécurité sanitaire à long terme, mais vers des solutions à court terme.

«Je ne pense pas qu’on accorde beaucoup d’attention à la résilience, car cette dernière prend toujours de l’ampleur après un échec», a soutenu le Dr Afeyan. «Dès que l’échec est oublié, la résilience disparaît.»

Le Dr Armen Sarkissian, ancien président de l’Arménie et physicien théoricien qui préside Atom, a affirmé en marge de la conférence de Singapour que les approches actuelles revenaient à parier sur un résultat incertain, puisque le succès dépend uniquement de la chance.

«Nous sommes à la croisée d’un grand nombre de problèmes. L’un d’eux est, par exemple, la résistance aux antibiotiques. Nous avons eu de la chance que le [médecin et microbiologiste écossais] M. [Alexander] Fleming ait découvert la pénicilline il y a cent ans – par hasard aussi –, mais nous avons abusé de l’utilisation de la pénicilline et des médicaments similaires», a déclaré le Dr Sarkissian à Arab News.

Il souligne qu’il est nécessaire d’accorder davantage d’attention à la sécurité sanitaire et de se rendre compte que, au XXIe siècle, la crise climatique actuelle ainsi que les problèmes connexes de sécurité alimentaire et de pénurie d’eau ne sont pas les seuls; une éventuelle crise sanitaire pourrait s’avérer plus grave que la précédente.

«Sur cette planète, nous avons besoin avant tout d’une approche holistique de notre santé. Deuxièmement, il faudrait accroître la sensibilisation, les fonds et le soutien à la recherche liée à la santé – sciences biologiques, biophysiques, etc. – et accélérer le processus qui vise à trouver des solutions aux nombreux problèmes possibles auxquels nous risquons de faire face», a-t-il indiqué.

«Il est temps que nous prenions soin de nous-mêmes aux côtés de la planète. J’associerai donc la protection du climat, les soins de santé et la sécurité climatique à la sécurité sanitaire. La communauté internationale doit se réunir, sous l’égide des Nations unies, sous la forme d’une COP [la Conférence des parties, l’événement annuel consacré aux changements climatiques] et nous verrons ce que nous pouvons faire ensemble.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'UE adopte une révision des règles de Schengen

L'Union européenne a adopté vendredi une réforme du code Schengen, destinée notamment à clarifier le cadre prévu pour la réintroduction des contrôles aux frontières intérieures de l'espace de libre circulation, et à harmoniser les restrictions en cas d'urgence sanitaire. (AFP)
L'Union européenne a adopté vendredi une réforme du code Schengen, destinée notamment à clarifier le cadre prévu pour la réintroduction des contrôles aux frontières intérieures de l'espace de libre circulation, et à harmoniser les restrictions en cas d'urgence sanitaire. (AFP)
Short Url
  • La réforme vise à contrôler les mouvements migratoires au sein de l'espace Schengen et à répondre aux situations d'instrumentalisation des migrants par des pays tiers
  • Les nouvelles règles permettront notamment aux Etats membres de limiter le nombre de points de passage aux frontières

BRUXELLES: L'Union européenne a adopté vendredi une réforme du code Schengen, destinée notamment à clarifier le cadre prévu pour la réintroduction des contrôles aux frontières intérieures de l'espace de libre circulation, et à harmoniser les restrictions en cas d'urgence sanitaire.

La réforme, sur laquelle les négociateurs avaient trouvé un accord en février, vise aussi à contrôler les mouvements migratoires au sein de l'espace Schengen et à répondre aux situations d'instrumentalisation des migrants par des pays tiers.

Elle permet à un État membre de "transférer les ressortissants de pays tiers appréhendés dans la zone frontalière et séjournant illégalement sur son territoire vers l'État membre d'où ils sont directement arrivés".

"L'arrestation devra avoir lieu dans un cadre de coopération bilatérale", précise dans un communiqué le Conseil de l'UE (représentant les Vingt-Sept).

Afin de lutter contre les tentatives de pays tiers d'orchestrer l'arrivée de migrants dans le bloc, comme le Bélarus et la Russie ont été accusés de le faire à des fins de déstabilisation, les nouvelles règles permettront notamment aux Etats membres de limiter le nombre de points de passage aux frontières.

Elles permettent aussi de prendre des mesures contraignantes au niveau européen pour restreindre l'accès de ressortissants de pays tiers au bloc en cas d'urgence sanitaire de grande ampleur.

Pendant la pandémie de Covid-19, Bruxelles n'avait pu émettre que des recommandations non contraignantes à l'intention des États membres pour tenter d'harmoniser les restrictions imposées aux voyageurs entrant dans l'UE.

Selon les nouvelles règles, le Conseil de l'UE pourra aussi imposer des tests et des mesures de quarantaine.

La réforme du code Schengen a été proposée en décembre 2021 par la Commission européenne pour tirer les leçons de la crise du Covid-19, qui avait donné lieu à des restrictions en pagaille.

Au sein de l'espace Schengen qui regroupe 27 pays --dont 23 Etats membres de l'UE plus l'Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse--, plus de 400 millions de personnes peuvent en principe circuler sans être soumises à des contrôles. Depuis mars deux autres pays, la Bulgarie et la Roumanie, ont partiellement rejoint ce groupe.

Mais depuis 2015, invoquant la pression migratoire et/ou la menace terroriste, un certain nombre de pays ont réintroduit des contrôles d'identité à leurs frontières. Ils sont actuellement huit à le faire (Slovénie, Italie, Allemagne, Autriche, France, Norvège, Danemark, Suède).

Ces contrôles sont autorisés par le code Schengen à titre exceptionnel, en cas de menace grave pour l'ordre public ou la sécurité intérieure d'un Etat, mais de manière provisoire. La Cour de justice de l'UE avait rappelé en avril 2022 qu'ils ne devaient pas excéder six mois.

La réforme prévoit qu'en cas de menace grave à sa sécurité, un Etat peut autoriser des contrôles à ses frontières pour une durée maximale de deux ans, avec une prolongation possible d'un an.

Ces Etats devront évaluer la nécessité et la proportionnalité de ces contrôles et déterminer si les objectifs poursuivis ne peuvent être atteints par des mesures alternatives.


Un parti flamand à la conquête de voix wallonnes, scénario inédit en Belgique

Short Url
  • Le parti flamand N-VA, dont la position dominante en Flandre est menacée par l'extrême droite, a choisi de présenter des candidats en Wallonie
  • L'Alliance néo-flamande (Nieuw-Vlaamse Alliantie, N-VA) juge que la majorité sortante --une coalition de sept partis dirigée par le Premier ministre libéral Alexander De Croo-- n'a pas su mener les réformes économiques nécessaires

HUY: C'est une première en Belgique. Le parti flamand N-VA, dont la position dominante en Flandre est menacée par l'extrême droite, a choisi de présenter des candidats en Wallonie aux législatives du 9 juin, afin de maximiser ses chances de revenir au pouvoir au niveau fédéral.

L'Alliance néo-flamande (Nieuw-Vlaamse Alliantie, N-VA) juge que la majorité sortante --une coalition de sept partis dirigée par le Premier ministre libéral Alexander De Croo-- n'a pas su mener les réformes économiques nécessaires, et se présente comme "la seule alternative" à sa possible reconduction.

Derrière ce choix de concourir dans les cinq provinces wallonnes, "l'idée est d'aller glaner un maximum de sièges en Belgique pour pouvoir forcer cette alternative", explique l'universitaire Drieu Godefridi, tête de liste dans le Brabant wallon.

Mais le défi est de taille pour la N-VA, qui se dit "nationaliste" et réclame "un degré d'autonomie maximal" pour les régions, afin qu'elles puissent mener "une politique à la mesure de leur propre communauté".

La formation, dirigée par le maire d'Anvers Bart De Wever, est souvent accusée par les francophones de vouloir séparer la Wallonie de la Flandre, plus dynamique économiquement.

"Je ne vais pas voter pour quelqu'un qui veut casser le pays en deux!", déclare à l'AFP un sexagénaire rencontré sur le marché de Huy, l'une des deux villes wallonnes où les candidats N-VA sont venus ce matin-là à la rencontre de la population.

"C'est mieux d'aider la Wallonie que de l'enfoncer non ?", ajoute cet électricien à la retraite, préférant taire son nom.

Reconnaissables au vêtement jaune qu'ils portent tous --une veste, un sweat-shirt ou une cravate à la couleur de la N-VA--, une quinzaine de candidats arpentent les allées du marché pour distribuer leurs tracts.

Des prospectus vantant l'objectif d'"une Wallonie prospère", "qui récompense le travail", et "une politique énergétique et climatique intelligente" passant notamment par l'investissement dans le nucléaire.

« Le modèle flamand »

En tête de cortège, Theo Francken, ancien secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration, est le visage le plus connu du déplacement, venu du Brabant flamand où il est candidat pour conserver son siège de député. Il décline un autre des thèmes favoris de son parti.

"Nous voulons une politique migratoire plus stricte, je suis sûr que beaucoup de Wallons sont d'accord", dit celui qui fut la bête noire des socialistes et des écologistes quand la N-VA était associée au gouvernement fédéral (2014-2018).

Devant les étals, l'accueil est généralement poli et souriant. Des bras se tendent pour saisir les tracts. Mais les dos se tournent vite. Les visiteurs sont pressés par le temps, et il est rare qu’un dialogue s'engage.

La N-VA, qui occupait 25 des 150 sièges dans la Chambre des députés sortante, refuse de faire des pronostics sur ses résultats en Wallonie. Le 9 juin aura valeur de "test", dit-on en interne.

Le parti a peu de visibilité dans les médias francophones et n'est pas testé dans les enquêtes d'opinion côté wallon. Celles-ci créditent le PS de la première place devant le Mouvement réformateur (MR, libéraux francophones) avec lequel il gouverne la région en coalition.

Pour Theo Francken, redonner le pouvoir à ce duo reviendrait à ne rien changer, tant au niveau régional qu'au fédéral.

Selon lui, il est temps d'appliquer à tout le pays "le modèle flamand", à savoir "un meilleur taux d'emploi, une bonne gestion, un budget en ordre". La N-VA propose notamment de limiter dans le temps les allocations de chômage.

"J'espère que les francophones vont arrêter de dire toujours +non, non, non+ aux exigences flamandes, sinon ça donnera encore plus de voix au Vlaams Belang", prévient l'ex secrétaire d'Etat.

Une allusion au grand rival, le parti d'extrême droite (ex-Vlaams Blok) donné vainqueur du prochain scrutin en Flandre par les derniers sondages, avec 26-27% des voix, soit six points devant la N-VA.


Netanyahu invité à s'adresser «  bientôt » au Congrès américain

Aucune date n'a été proposée pour la venue du Premier ministre israélien à Washington, qui doit encore accepter. (AFP).
Aucune date n'a été proposée pour la venue du Premier ministre israélien à Washington, qui doit encore accepter. (AFP).
Short Url
  • Cette invitation, lancée au Premier ministre israélien par l'opposition républicaine au président Joe Biden, intervient après un double revers subi cette semaine par Israël
  • Elle intervient aussi alors que le président américain a dit publiquement son opposition à une offensive terrestre de grande ampleur à Rafah

WASHINGTON: Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'adressera "bientôt" au Congrès américain, a annoncé jeudi soir le chef républicain de la Chambre des représentants, Mike Johnson, pour qui il s'agira d'une expression "forte de soutien" en pleine guerre à Gaza.

"Ce soir, je suis heureux de vous annoncer autre chose: nous accueillerons bientôt le Premier ministre Netanyahu au Capitole pour une session conjointe du Congrès", a déclaré le "speaker" (président) républicain de la Chambre des Représentants, lors d'une réception à l'ambassade d'Israël à Washington.

"Il s'agira d'une manifestation opportune et, je pense, très forte de soutien au gouvernement israélien au moment où il en a le plus besoin", a-t-il ajouté.

Cette invitation, lancée au Premier ministre israélien par l'opposition républicaine au président Joe Biden, intervient après un double revers subi cette semaine par Israël: la reconnaissance par trois pays européens de l'Etat de Palestine et la décision du procureur de la Cour pénale internationale, Karim Khan, de demander des mandats d'arrêt contre M. Netanyahu pour des "crimes contre l'humanité" présumés, en même temps que contre les dirigeants du Hamas.

Elle intervient aussi alors que le président américain a dit publiquement son opposition à une offensive terrestre de grande ampleur à Rafah où plus d'un million de civils sont piégés, et a menacé de cesser certaines livraisons d'armes à Israël si son avertissement n'était pas entendu.

Cette décision a suscité des critiques à Washington de la part de ses opposants républicains, qui l'accusent de lâcher Israël.

Aucune date n'a été proposée pour la venue du Premier ministre israélien à Washington, qui doit encore accepter.

En mars, le chef de la majorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer, avait provoqué un tollé en déclarant dans un discours dans l'hémicycle que la coalition gouvernementale "menée par Netanyahu ne correspond plus aux besoins d'Israël après le 7 octobre", date de début de la guerre avec le mouvement palestinien Hamas, et appelant à des élections en Israël.