Un sculpteur sur bois saoudien crée des odes à la nature, à la faune et à l'histoire ancienne

Sultan al-Mrshood travaille actuellement au ministère de la Culture en tant que formateur, transmettant son savoir aux jeunes Saoudiens à travers des cours de sculpture sur bois. (Photos de Houda Bashatah)
Sultan al-Mrshood travaille actuellement au ministère de la Culture en tant que formateur, transmettant son savoir aux jeunes Saoudiens à travers des cours de sculpture sur bois. (Photos de Houda Bashatah)
Il y a sept ans, Al-Mrshood a vendu une canne au prince Sultan qui l'a offerte au ministre des Affaires étrangères de Bahreïn. (Photo fournie)
Il y a sept ans, Al-Mrshood a vendu une canne au prince Sultan qui l'a offerte au ministre des Affaires étrangères de Bahreïn. (Photo fournie)
Al-Mrshood a remporté la troisième place dans la catégorie sculpture sur bois au concours Souk Okaz. (Photo fournie)
Al-Mrshood a remporté la troisième place dans la catégorie sculpture sur bois au concours Souk Okaz. (Photo fournie)
Sultan al-Mrshood a indiqué: «La canne, en forme de serpent, qui représente l'histoire du bâton de Moïse, est le secret de ma renommée, et a été vendue au prince Sultan ben Salmane.» (Photo fournie)
Sultan al-Mrshood a indiqué: «La canne, en forme de serpent, qui représente l'histoire du bâton de Moïse, est le secret de ma renommée, et a été vendue au prince Sultan ben Salmane.» (Photo fournie)
Short Url
Publié le Vendredi 08 décembre 2023

Un sculpteur sur bois saoudien crée des odes à la nature, à la faune et à l'histoire ancienne

  • L'artiste primé Sultan al-Mrshood s'inspire de son enfance dans une ferme de Buraidah
  • Ses œuvres comprennent des cannes en forme de serpent, des chapelets en bois de cocotier, de noyaux d'olives et de dattes

RIYAD: L'artiste primé Sultan Al-Mrshood – qui présente actuellement son travail au Saudi Feast Food Festival – maîtrise l'art de sculpter des représentations hyperréalistes de la nature à partir de bois, inspirées de son enfance dans une ferme.

Al-Mrshood occupe un stand à l'exposition des olives du festival, mettant en valeur les multiples usages du fruit tant dans l'alimentation que dans les produits cosmétiques. Il souligne que ses œuvres suscitent souvent l'admiration, attirant des visiteurs qui se rassemblent pendant longtemps.

Le sculpteur expose une variété d'œuvres, dont un aigle, une canne en bois où s’entrelace un serpent, plusieurs chapelets artisanaux en bois de cocotier, de noyaux d'olives et de dattes.

Dans son stand, le sculpteur présente sa collection de sculptures illustrant un aigle, une canne en forme de serpent, des tableaux sculptés et une variété de chapelets fabriqués à la main à partir de noyaux d'olives, de dattes, ainsi qu’en bois de cocotier. (Photos AN de Houda Bashatah)
Dans son stand, le sculpteur présente sa collection de sculptures illustrant un aigle, une canne en forme de serpent, des tableaux sculptés et une variété de chapelets fabriqués à la main à partir de noyaux d'olives, de dattes, ainsi qu’en bois de cocotier. (Photos AN de Houda Bashatah)

Al-Mrshood a créé trois cannes avec des serpent, chacune lui ayant pris environ trois mois. Il a vendu la dernière, sous les auspices du ministère de la Culture, lors du festival, pour 30 000 riyals saoudiens (8 000 dollars). Il y a sept ans, Al-Mrshood a vendu une canne au prince Sultan ben Salmane qui l'a offerte au ministre des Affaires étrangères de Bahreïn alors en fonction, Khalid ben Ahmad al-Khalifa.

«Chacune de mes œuvres est liée à un événement ou à une histoire ancienne de la civilisation saoudienne... le serpent (canne), qui incarne l'histoire du bâton de Moïse, est le secret de ma renommée et a été vendu au prince Sultan ben Salmane», a-t-il indiqué.

L’artiste saoudien Sultan al-Mrshood sculpte des chapelets dans des noyaux d'olives et de dattes. (Photos AN de Houda Bashatah)
L’artiste saoudien Sultan al-Mrshood sculpte des chapelets dans des noyaux d'olives et de dattes. (Photos AN de Houda Bashatah)

Il en a également vendu une à un collectionneur de cannes bien connu, de la province d'Al-Qassim.

Al-Mrshood avait déjà remporté la troisième place pour ses sculptures en bois lors d'un concours de Souk Okaz. Souq Okaz fait partie de la saison de Taïf qui met en valeur la culture arabe à travers la nourriture, l'art et les produits des EAU, du Koweït, de Bahreïn, d'Oman, d'Irak, d'Égypte, de Jordanie, du Liban, du Maroc et de Tunisie.

Al-Mrshood affirme qu'il a reçu des commentaires positifs sur ses cannes en forme de serpent. «Elle sont considérées comme l’une des cannes les plus rares qui se trouvent en Arabie saoudite… Le fait qu’il n’y ait pas beaucoup de sculpteurs en Arabie saoudite les rend très importantes. Toutes les réactions des visiteurs sont empreintes d’admiration et d’étonnement.

Sultan al-Mrshood a confié: «La canne en forme de serpent, qui représente l'histoire du bâton de Moïse, est le secret de ma renommée et a été vendue au prince Sultan ben Salmane.» (Photo fournie)
Sultan al-Mrshood a confié: «La canne en forme de serpent, qui représente l'histoire du bâton de Moïse, est le secret de ma renommée et a été vendue au prince Sultan ben Salmane.» (Photo fournie)

Il s'inspire d’images, dans une ferme de Buraidah où il a grandi. «J'ai vécu une partie de ma vie dans une ferme ordinaire. Mon enfance à la ferme était emplie d'aventures, et je jouais toujours avec des bâtons de bois à partir desquels je créais différentes formes. J’essayais de créer de belles œuvres à partir de tout ce qui m’entourait, même si je ne savais pas que je serais un jour un artiste.»

«Je suis artiste depuis l'enfance et j'ai été peintre avant d'être sculpteur. L’art de la sculpture est un processus complexe qui repose sur la géométrie, l’imagination, le talent en sculpture et l’utilisation de nombreuses méthodes.»

Al-Mrshood affirme trouver son inspiration lorsqu'il se trouve dans «une ambiance de calme de solitude, de méditation et de marche».

Il travaille actuellement au ministère de la Culture en tant que formateur, transmettant son savoir aux jeunes Saoudiens à travers des cours de sculpture sur bois.

Concernant les défis auxquels il est confronté en tant que sculpteur sur bois, Al-Mrshood a souligné le «manque de machines manuelles disponibles à l’achat, susceptibles de m'aider à travailler avec précision et rapidité.»

Tout en s'adressant à un marché de niche, qui comprend des difficultés, il y a aussi l'attrait du caractère unique de ses œuvres. «S'il y avait beaucoup de sculpteurs sur bois en Arabie Saoudite, le prix diminuerait, mais comme le nombre de sculpteurs sur bois en Arabie Saoudite est très faible, les prix de nos créateurs artisanaux augmentent. Cela rend les personnes comme nous très importantes et valorisées.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


France: Un nouveau responsable nommé à la tête du château de Versailles

Christophe Leribault au domaine du Grand Trianon près du château de Versailles, au sud-ouest de Paris, le 18 juillet 2022 (Photo, AFP).
Christophe Leribault au domaine du Grand Trianon près du château de Versailles, au sud-ouest de Paris, le 18 juillet 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • M. Leribault, 60 ans, prendra son nouveau poste à moins de cinq mois des Jeux Olympiques de Paris
  • Christophe Leribault avait pris la direction du musée d'Orsay et de celui de l'Orangerie en octobre 2021, succédant à Laurence des Cars, nommée à la tête du musée du Louvre

PARIS: Le Château de Versailles, un des sites les plus visités de France, aura un nouveau responsable à compter du 4 mars, Christophe Leribault, actuel président des musées d'Orsay et de l'Orangerie à Paris, nommé mercredi en conseil des ministres.

Il remplacera Catherine Pégard qui occupait cette fonction depuis 2011.

M. Leribault, 60 ans, prendra son nouveau poste à moins de cinq mois des Jeux Olympiques de Paris, dont les épreuves équestres doivent se tenir dans ce haut lieu touristique.

Sa nomination met un terme à une tergiversation inédite de près de trois ans, Mme Pégard, 69 ans, ayant été nommée par intérim à sa propre succession sur décret présidentiel en octobre 2022, alors que son troisième mandat devait s'achever et qu'elle avait atteint la limite d'âge depuis le mois de mars 2021.

Christophe Leribault avait pris la direction du musée d'Orsay et de celui de l'Orangerie en octobre 2021, succédant à Laurence des Cars, nommée à la tête du musée du Louvre. Durant son mandat, de futurs grands travaux et un réaccrochage ambitieux des oeuvres impressionnistes ont été annoncés en juin dernier.

Cet historien d'art et conservateur général du patrimoine, qui a fait sa carrière à Paris, peut se targuer d'avoir fait revenir en nombre le public à Orsay après la crise sanitaire, grâce à plusieurs expositions à très grand succès comme Edvard Munch en 2022 (724 414 visiteurs) et Van Gogh à Auvers-sur-Oise, qui vient de s'achever sur un record historique de 793 556 visiteurs.

Ancienne journaliste politique, Mme Pégard avait été nommée en 2011 par l'ex-président de la République Nicolas Sarkozy à la tête de l'établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles, après avoir été sa conseillère en 2007. Elle a effectué trois mandats sous trois présidents différents, un record.

L'intérim qu'elle assurait depuis 2022 est également inédit, même si la loi ne l'interdisait pas.

Sous sa présidence, plus de 10 000 m2 supplémentaires du domaine de Versailles ont été ouverts au public ou restaurés, comme le bassin de Latone, la galerie de l'histoire du château, les appartements de Mesdames (les six filles de Louis XV), la galerie des carrosses, la chapelle Royale, les appartements du Dauphin, et la salle du Jeu de Paume, lieu emblématique de la Révolution française.

Plus récemment, le château a ouvert au public les appartements privés de Marie-Antoinette.

Plus de 15 millions de visiteurs sont attendus pour les Jeux olympiques (du 26 juillet au 11 août) et paralympiques (du 28 août au 8 septembre) cet été.

Au château de Versailles, les trois quart de la fréquentation sont le fait de visiteurs étrangers. En 2023, il a reçu 8,1 millions de visiteurs comme en 2019.


Le cinéma français pleure sa doyenne, Micheline Presle, partie à 101 ans

L'actrice française Micheline Presle est photographiée sur scène lors du 45ème Festival du film de Karlovy Vary (KVIFF), le 7 juillet 2010, à Karlovy Vary (Photo, AFP).
L'actrice française Micheline Presle est photographiée sur scène lors du 45ème Festival du film de Karlovy Vary (KVIFF), le 7 juillet 2010, à Karlovy Vary (Photo, AFP).
Short Url
  • Née à Paris en août 1922, Micheline Presle «s'est éteinte paisiblement vers 18H00 à la Maison nationale des artistes de Nogent-sur-Marne» (Val-de-Marne)
  • «Micheline Presle était une figure emblématique du cinéma français», a salué l'Académie des César

PARIS: Le cinéma français pleure sa doyenne: l'actrice Micheline Presle, décédée mercredi à 101 ans, aura accompagné des générations de spectateurs et côtoyé les figures du 7e art du XXe siècle, d'Alain Resnais à Jacques Demy en passant par Claude Autant-Lara.

Née à Paris en août 1922, Micheline Presle "s'est éteinte paisiblement vers 18H00 à la Maison nationale des artistes de Nogent-sur-Marne" (Val-de-Marne), a annoncé son gendre Olivier Bomsel à l'AFP. Les obsèques se dérouleront dans l'intimité, a-t-il ajouté.

L'actrice, élégante et amatrice de mode, restera pour beaucoup Marthe, la camarade de jeu de Gérard Philipe dans "Le Diable au corps" (1947) de Claude Autant-Lara, adapté du roman de Raymond Radiguet. Ou la star des samedis soirs dans le feuilleton télé "Les Saintes Chéries", institution de l'ORTF des années 1960.

Bien au-delà, avec sa mort, une page du cinéma se tourne: sa carrière compte au total plus de 150 films, dont quelques-uns à Hollywood, se laissant porter par ses rencontres, de George Pabst à Alain Resnais en passant par Abel Gance, Jacques Demy ou Joseph Losey.

Longtemps l'une des trois stars préférées des Français, avec Danielle Darrieux et Michèle Morgan, elle était l'une des rares actrices établies qui donnèrent beaucoup à des cinéastes débutants.

"Tristesse infinie. La France est orpheline de sa sainte chérie. A 101 ans, Micheline était belle, d'une simplicité, d'une vivacité, curieuse de tout, chantant à ravir, riant, l'œil vif. Aimant aimer", a réagi auprès de l'AFP l'ancien président du Festival de Cannes Gilles Jacob.

«Figure emblématique»

"Micheline Presle était une figure emblématique du cinéma français", a salué l'Académie des César, à deux jours de sa 49e cérémonie et vingt ans après lui avoir remis un César d'honneur.

"Le cinéma est sans aucun doute la plus belle histoire de ma vie", avait lancé à l'époque l'actrice sur la scène, après avoir rendu hommage aux "jeunes cinéastes" auxquels elle disait devoir sa "survie" et "beaucoup de ses joies".

Avec une mention spéciale à Jacques Becker, qui l'a rendu célèbre avec "Falbalas", juste après guerre, tout comme "Boule de suif" de Christian-Jaque.

Sa fille Tonie Marshall, seule réalisatrice à avoir jamais reçu un César, pour "Venus Beauté (institut)" (1999), dans lequel Micheline Presle apparaissait, est décédée en mars 2020.

La dernière apparition de Micheline Presle devant la caméra remonte à 2018: pour son spectacle autobiographique "Fashion Freak Show", mis en scène par Tonie Marshall, Jean Paul Gaultier avait fait appel à elle pour incarner dans une séquence vidéo sa grand-mère, elle-même à l'origine de la passion du couturier pour la mode, quand il était enfant.

En-dehors du cinéma, Micheline Presle était membre du comité d'honneur de l'Association pour le droit à mourir dans la dignité. "Nous perdons une fervente militante (...) et une amie", a réagi l'association sur le réseau social X (ex-Twitter).


Découverte d'un trou noir avalant un Soleil par jour

Le quasar record J059-4351, le noyau brillant d'une galaxie lointaine alimentée par un trou noir supermassif (Photo, AFP).
Le quasar record J059-4351, le noyau brillant d'une galaxie lointaine alimentée par un trou noir supermassif (Photo, AFP).
Short Url
  • Invisible par définition, un trou noir supermassif illumine par son activité le noyau de la galaxie qui l'abrite
  • Un trou noir est supposé naître à la suite de l'explosion d'une étoile en fin de vie, dont le noyau s'effondre alors sur lui-même

PARIS: Des astronomes ont identifié un trou noir supermassif qui absorbe l'équivalent d'un Soleil par jour, au coeur du quasar le plus lumineux jamais observé, selon une étude parue dans Nature.

"Nous avons découvert le trou noir à la croissance la plus rapide connu à ce jour. Il a une masse de 17 milliards de soleils et +mange+ un peu plus d'un soleil par jour", a expliqué Christian Wolf, astronome à l'Australian National University (ANU) et auteur principal de l'étude, dans un communiqué de l'Observatoire européen austral (ESO).

Invisible par définition, un trou noir supermassif illumine par son activité le noyau de la galaxie qui l'abrite. On appelle ce noyau un quasar, et celui observé par le Très grand télescope (le VLT, situé au Chili) de l'ESO est "l'objet le plus lumineux de l'univers connu", selon Christian Wolf.

Sa lumière a mis 12 milliards d'années à parvenir jusqu'aux instruments du VLT, ce qui permet de dater son existence à l'époque primitive de l'Univers - âgé de 13,8 milliards d'années.

La lumière de J0529-4351, comme on l'a baptisé, avait été détectée dès les années 1980, rappelle l'étude publiée lundi. Mais une analyse automatique des données du satellite Gaia, qui cartographie la galaxie, l'avait assimilé à une étoile très lumineuse.

Les chercheurs utilisant l'observatoire de Siding Spring, en Australie, puis l'instrument X-shooter du VLT, l'ont identifié l'an dernier comme étant bien un quasar.

Le trou noir supermassif qu'il abrite attire une quantité de matière colossale, accélérée à des vitesses qui ne le sont pas moins, en émettant une lumière équivalente à celle de plus de 500 milliards de soleils, selon le communiqué de l'ESO.

L'existence d'un objet aussi massif et lumineux dans l'Univers primitif "est difficile à expliquer", remarque l'étude, qui rappelle la découverte de quasars similaires ces dernières années.

Leur existence suppose à chaque fois la croissance rapide d'un trou noir supermassif, que la théorie a encore du mal à décrire.

Un trou noir est supposé naître à la suite de l'explosion d'une étoile en fin de vie, dont le noyau s'effondre alors sur lui-même. Il peut grandir en se nourrissant de la matière l'environnant, attirée par son champ gravitationnel.

Les scientifiques s'interrogent sur le processus à l'oeuvre permettant à un trou noir de devenir supermassif dans un temps relativement court dans l'Univers jeune.