En 2020, feu vert pour la finance durable, qui veut passer à la vitesse supérieure

Le président français Emmanuel Macron fait des gestes en parlant lors de la réunion de vidéoconférence du Sommet ambition climat 2020 à l'Elysée à Paris, le 12 décembre 2020, alors que cette année marque le cinquième anniversaire de l'Accord de Paris adopté par 196 pays le 12 décembre 2015. (AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 31 décembre 2020

En 2020, feu vert pour la finance durable, qui veut passer à la vitesse supérieure

  • «C'est le moment d'augmenter le niveau d'ambition»
  • Dans un univers encore à défricher, la bataille se joue dans la création de normes. Et la compétition est mondiale

PARIS: La crise, quelle crise ? Les investissements dits responsables ou prenant mieux en compte l'environnement sont sortis renforcés de 2020, surtout en Europe. Pour continuer de grandir, ils ont besoin de se constituer de nouveaux cadres.

Où que l'on regarde sur les marchés, le vert attire.

Dans la gestion d'actifs, de plus en plus de fonds se sont réclamés des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG). Les labels pour faire certifier cette démarche, comme l'Investissement socialement responsable (ISR), ont tourné à plein régime.

En 2020 en France, le nombre de fonds agréés ISR a presque doublé (618 contre 365 fin 2019) et a concerné près d'une centaine de sociétés de gestion, un nombre en hausse de 50%. Désormais, ces fonds gèrent « bien au-delà » de 230 milliards d'euros, selon le label, qui n'a pas encore fini le recensement précis pour 2020.

Quant au marché obligataire, l'émission de dettes vertes au niveau mondial a augmenté de 12% sur les 11 premiers mois de l'année, avec une vive accélération au deuxième semestre. L'Europe est de loin le premier marché, tant pour les entreprises que les États.

« Et 2021 sera encore meilleure » en raison de la quantité de dettes que tous les acteurs doivent émettre pour faire face aux conséquences de la crise sanitaire, explique Jovita Razauskaite, gérante obligataire de NN IP.

« Tour de Babel »

L'appétit pour la partie durable est tel que de nombreuses appellations coexistent.

Rien que sur le marché obligataire, une entreprise peut émettre une « dette verte » pour des projets précis et contrôlés, mais aussi une « dette de développement soutenable » alignée sur les objectifs du millénaire de l'ONU ou encore une « dette de transition », plus vaste. Sans compter les dettes dont les rendements dépendent d'objectifs de développement durable, avec des pénalités si l'entreprise ne les atteint pas.

Même constat sur la gestion d'actifs: « l'ESG est une tour de Babel sémantique », estime Emmanuelle Mourey, présidente du directoire de La Banque Postale Asset AM.

« L'ESG est de l'auto-proclamation car il n'y a aucun cahier des charges précis. Le label ISR a le mérite d'imposer à la société de gestion de mettre en place une méthodologie stricte », poursuit-elle.

Après l'élargissement des encours du label ISR, celui-ci commence à durcir ses critères, au début essentiellement conditionnés à la mesure de l'impact des investissements et à la bonne information des épargnants.

« C'est le moment d'augmenter le niveau d'ambition », confie Pierre Chabrol, chef du bureau épargne et marché financier à la direction générale du Trésor, qui gère le label ISR.

Depuis 2020, « les fonds labellisés doivent pouvoir montrer des progrès concrets réalisés sur deux critères ESG qu'ils ont choisis ». Le label doit continuer de monter en exigence dans les prochaines années. « Tous les acteurs sont du même avis », affirme-t-il.

Bataille des régulations

Les progrès se font pas à pas. « Est ce que cela va assez vite ? La réponse est sans doute non, mais on avance », estime Jean-Jacques Barberis directeur du pôle ESG d'Amundi.

D'autant que si des mesures de l'impact d'un fonds sur les émissions de CO2 existent, la prise en compte d'autres facteurs, comme la biodiversité, n'en est qu'à des balbutiements.

Dans un univers encore à défricher, la bataille se joue dans la création de normes. Et la compétition est mondiale.

Si elle est pionnière et leader dans la finance durable, « sur le sujet de la normalisation, l'Europe se fait battre régulièrement ces 25 dernières années », remarque Jean-Jacques Barberis, alors que les Etats-Unis de Joe Biden et la Chine pourraient passer à la vitesse supérieure.

Le Vieux continent a toutefois pris de l'avance, notamment sur les dettes, avec le standard européen d'obligations vertes.

« Cela crée plus de clarté pour les investisseurs et des parties du standard peuvent être reprises dans d'autres régions du monde », confirme Bram Bros, gérant de NNIP.


Un projet d'attentat jihadiste déjoué avant l'Euro-2016 devant les assises de Paris

Réda Kriket avait entreposé un arsenal dans son appartement de cet immeuble à Argenteuil, en banlieue parisienne (Photo, AFP).
Short Url
  • Sept hommes accusés d'avoir projeté une attaque terroriste sont jugés à partir de lundi à Paris
  • L'enquête à tiroirs et aux ramifications européennes avait débuté en novembre 2015, avec l'interpellation en Turquie de deux hommes sur le point de se rendre en Syrie

PARIS: Le 24 mars 2016, deux jours après les attentats jihadistes de Bruxelles et trois mois avant l'Euro de football, un arsenal « d'une ampleur inédite » était découvert en banlieue parisienne : sept hommes accusés d'avoir projeté une attaque terroriste sont jugés à partir de lundi à Paris.

Cinq fusils d'assaut de type Kalachnikov, sept armes de poing, de nombreuses munitions, 105 g de TATP - substance prisée des jihadistes du groupe Etat islamique (EI) - 1,3 kg d'explosif industriel, des milliers de billes d'acier. L'arsenal était caché dans un appartement d'Argenteuil (Val-d'Oise), loué depuis plusieurs mois par Réda Kriket. 

Ce délinquant multirécidiviste de 39 ans, « acquis de longue date aux thèses jihadistes » selon l'accusation, a toujours nié avoir eu pour projet de commettre un attentat : il voulait gagner un peu d'argent en revendant les armes, a-t-il assuré au cours de l'enquête.   

A quelques jours du début de l'audience, Réda Kriket, tout comme l'un de ses coaccusés âgé de 37 ans, Anis Bahri, ont récusé leurs avocats, a-t-on appris de source proche du dossier. 

Cela pourrait avoir une conséquence sur la tenue du procès, prévu jusqu'au 9 avril. La question sera débattue lundi devant la cour d'assises spéciale de Paris. 

L'enquête à tiroirs et aux ramifications européennes avait débuté en novembre 2015, avec l'interpellation en Turquie de deux hommes sur le point de se rendre en Syrie selon les autorités. En s'intéressant à leur entourage, les enquêteurs sont remontés à Anis Bahri puis à Réda Kriket. 

Ce dernier n'est pas un inconnu de la justice antiterroriste : en juillet 2015, il a été condamné par défaut à dix ans d'emprisonnement en Belgique, au procès d'une filière jihadiste vers la Syrie. L'un des principaux prévenus, lui aussi absent, était Abdelhamid Abaaoud, l'un des organisateurs présumés des attentats de Paris et Saint-Denis le 13 novembre 2015.

Après des semaines de surveillance et de filatures, Réda Kriket est interpellé le 24 mars 2016 à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), le logement qu'il louait à Argenteuil sous une fausse identité perquisitionné. 

Anis Bahri est arrêté trois jours plus tard à Rotterdam, à la demande des autorités françaises. A son domicile, sont retrouvés 45 kg de munitions. 

« Cœur opérationnel »

Réda Kriket et Anis Bahri sont suspectés d'avoir séjourné en Syrie entre fin 2014 et début 2015. Et d'avoir fait plusieurs allers-retours les semaines précédant leurs interpellations entre la France, la Belgique et les Pays-Bas, en compagnie d'un troisième homme, Abderrahmane Ameuroud, dont l'ADN sera aussi identifié dans la planque d'Argenteuil. 

Cet Algérien de 43 ans a été condamné à Paris en 2005 au procès d'un réseau accusé d'avoir apporté un soutien logistique au départ en Afghanistan des assassins du commandant Massoud, tué deux jours avant le 11-Septembre.

Principaux accusés au procès qui s'ouvre lundi, les trois hommes étaient selon l'accusation « le cœur idéologique et opérationnel » de la « cellule d'Argenteuil », soupçonnée d'avoir été mandatée par le groupe Etat islamique pour commettre un attentat en France.

Ils sont jugés avec quatre autres hommes âgés de 38 à 44 ans, accusés d'avoir participé à des degrés divers au projet d'attaque. 

Pour frapper où et quand ? La découverte de cet arsenal de guerre montrait « à l'évidence les préparatifs d'une action terroriste imminente », avait affirmé le procureur de Paris de l'époque, François Molins, même si « aucune cible précise n'a été identifiée ». 

Selon l'accusation, la « cellule d'Argenteuil » - démantelée deux jours après les attaques de Bruxelles et quelques semaines avant l'Euro de football, qui s'est tenu en France en juin-juillet 2016 – « semblait s'inscrire (...) en cohérence avec les attentats et projets d'attentats perpétrés en Europe depuis 2015 ». 

Devant les enquêteurs, Réda Kriket avait assuré n'avoir « rien à voir » avec les attentats de Bruxelles et du 13-Novembre. 

Durant un temps, il avait également évoqué un individu, qu'il appelait Abou Badr, comme étant celui ayant déposé les armes dans l'appartement avant de partir en Syrie. Il a finalement reconnu avoir inventé l'existence de ce personnage.

Les sept accusés sont jugés pour association de malfaiteurs terroriste criminelle, certains en état de récidive légale. Réda Kriket est également renvoyé pour « usage de faux document administratif ». 


Notre-Dame: de la forêt à la charpente, la longue marche des chênes

Le 5 mars 2021, dans la forêt de Berce à Jupilles, dans l'ouest de la France, La ministre française de la Culture, Roselyne Bachelot (C) cloue une étiquette marteau sur un chêne sélectionné pour être utilisé dans la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Huit chênes ont été sélectionnés pour être utilisés dans la reconstruction de Notre-Dame de Paris, qui a été détruite par un incendie le 15 avril 2019. (Thomas Coex / AFP)
Short Url
  • Huit chênes ont été sélectionnés pour être utilisés dans la reconstruction de Notre-Dame de Paris, qui a été détruite par un incendie le 15 avril 2019
  • Destinés au tabouret de la flèche détruite dans l'incendie du 15 avril 2019, ainsi qu'aux charpentes du transept et travées adjacentes, ces arbres de 200 ans assureront l'assise d'une structure de quelque 300 tonnes

LE MANS, France : Ils ont déjà vécu deux siècles, il leur faudra plusieurs années pour que leurs précieux bois puissent soutenir la future flèche de Notre-Dame de Paris: un traitement long et complexe attend les chênes majestueux de la forêt de Bercé (Sarthe).

Huit arbres d'exception repérés dans cette futaie - plus de vingt mètres de tronc utile et un mètre de diamètre - ont été sélectionnés vendredi par Philippe Villeneuve et Rémi Fromont, architectes en chef des monuments historiques. Destinés au tabouret de la flèche détruite dans l'incendie du 15 avril 2019, ainsi qu'aux charpentes du transept et travées adjacentes, ils assureront l'assise d'une structure de quelque 300 tonnes.

Ici, tel chêne immense, marqué d'un chiffre 8 peint en rouge, sera épargné, car on y a découvert un noeud. Là, un autre géant porte la pancarte "arbre numéro un" et sera bientôt à terre.  

"Un drone a fait des profils en 3D pour vérifier ceux qui convenaient", raconte Aymeric Albert, chef du département commercial de l'Office national des forêts (ONF). Ils doivent en effet être légèrement courbés, pour que les futures poutres suivent la courbure des voûtes, en reliant les piliers de la croisée du transept.

Un millier de chênes de l'hexagone ont été offerts, en majorité de cinq régions (Bourgogne, Centre Val de Loire, Grand Est, Pays de la Loire, Normandie). Ils sont issus pour moitié de forêts publiques, pour moitié de près de 150 forêts privées. Et des nouvelles offres continuent d'affluer.

Dans une phase ultérieure, il faudra refaire les charpentes médiévales de la nef et du chœur. Des milliers d'autres arbres, plus jeunes cette fois, seront sélectionnés. Des chênes ont déjà été aussi proposés par des donateurs étrangers.

"Récolte"

La "récolte" de ces mille arbres, comme on nomme l'abattage en langue forestière, était déjà prévue pour 2021. Afin de permettre aux futaies de se régénérer naturellement.

Et l'opération va s'achever ces prochains jours, plus vite que prévu, avant la montée de sève.

Pendant six mois, les troncs seront laissés sur place "car l'arbre peut réagir, avec des vrilles, des courbures. Quand il a vrillé, alors on sait qu'il ne bougera plus", explique Aymeric Albert.

Chaque arbre est identifié par un numéro permettant sa traçabilité.

D'avril à juin, les troncs seront "débardés" (amenés au bord des chemins), puis au deuxième semestre, ils seront débités et transportés dans une vingtaine de scieries.

Leur temps de séchage sera de 12 à 18 mois, jusqu’à ce qu'un taux d'humidité de moins de 30% soit atteint.

Vers le début 2023, ils seront transportés vers les ateliers des charpentiers, qui suivront les plans de Viollet-Le-Duc pour une reconstruction à l'identique.

Répondant aux inquiétudes d'associations dénonçant l'abattage d'arbres centenaires, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, venue assister à ce moment symbolique, s'insurge: "Comment défendre la filière bois sans procéder à des coupes prévues en tout état de cause! Il n'y a aucune flibuste, aucun piratage, aucune amputation du patrimoine. Une forêt, ça se gère".

Selon l'ONF, ces mille chênes représentent 0,1% de la récolte annuelle de bois de chêne destiné à la construction ou l’ameublement.

"Il pousse plus de chênes qu'on en récolte: 3 millions de mètres cubes, contre 2 millions, chaque année",  estime Aymeric Albert.

Leur sélection, s'est félicité l'architecte en chef Villeneuve, "est le début de la renaissance réelle de la cathédrale. On entre dans une phase où on va voir renaître des choses neuves". Même si la restauration ne débutera formellement qu'en septembre.

Interrogé sur les risques d'un dépassement des délais de cinq ans du chantier, le général Jean-Louis Georgelin, président de l'Établissement public chargé de Notre-Dame, les balaie: "nous sommes dans les temps pour rendre la cathédrale au culte en 2024. Même s'il restera "encore beaucoup de travail".

Et de poursuivre : "En 2024, vous verrez dans le ciel de Paris briller la flèche qui ne sera plus la flèche de Viollet-Le-Duc mais de Philippe Villeneuve!".

 


Week-end de "vaccination de masse" à Paris et en Ile-de-France

Une femme âgée dans une résidence indépendante reçoit la première injection du vaccin Pfizer à Villejuif, près de Paris, le 4 mars 2021. (Thomas Coex/AFP)
Short Url
  • Le préfet de la région, Marc Guillaume, a précisé que "51.000 doses supplémentaires de vaccin Pfizer" avaient été livrées pour ce week-end
  • Il faut vacciner "en masse, car le temps presse", a commenté le préfet

PARIS : Une opération de "vaccination de masse" est lancée ce week-end à Paris et en Ile-de-France, car "le temps presse" dans la course contre la propagation de la pandémie de covid, a expliqué samedi le préfet de police de Paris, Didier Lallement.

Paris et l'Ile-de-France font partie des zones où le virus circule le plus activement.

Dans une caserne de sapeurs-pompiers transformée en centre de vaccination, M. Lallement a précisé que "12.000 doses" de vaccins avaient été fournies "sur Paris par l'État".

Il faut vacciner "en masse, car le temps presse", a commenté le préfet.

Le préfet de la région, Marc Guillaume a, pour sa part, précisé que "51.000 doses supplémentaires de vaccin Pfizer" avaient été livrées pour ce week-end. "105 centres sont rouverts ce week-end en Ile-de-France", auxquels s'ajoutent l'ouverture de "13 centres supplémentaires", a-t-il dit, en soulignant qu'il s'agissait d'"un effort exceptionnel sur toute la région".

"Cette opération, montée dans l'urgence, est une part de la réponse" à la lutte contre la pandémie, a renchéri le préfet Lallement, en espérant que "50.000 personnes de plus" seront vaccinées dimanche soir.

Didier Lallement a en outre insisté sur la nécessité de ne pas se regrouper. Il a prévenu que s'il devait constater lors de manifestations que les organisateurs ne parvenaient pas à faire respecter le port du masque et à fournir le gel hydroalcoolique, il "ferait cesser immédiatement ces manifestations".

Il a interdit dans plusieurs quartiers de la capitale dont les quais de Seine la consommation d'alcool à partir de 11H00, pour éviter les regroupements, comme cela avait été constaté le week-end dernier, qui était particulièrement ensoleillé.