Fashion week masculine: à Paris, du show mais peu de prise de risque

Des mannequins présentent des créations pour le défilé de la collection Balmain Menswear Ready-to-wear Fall-Winter 2024/2025 dans le cadre de la semaine de la mode à Paris, à la Grande halle de la Villette à Paris le 20 janvier 2024. (Photo Alain Jocard AFP)
Des mannequins présentent des créations pour le défilé de la collection Balmain Menswear Ready-to-wear Fall-Winter 2024/2025 dans le cadre de la semaine de la mode à Paris, à la Grande halle de la Villette à Paris le 20 janvier 2024. (Photo Alain Jocard AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 21 janvier 2024

Fashion week masculine: à Paris, du show mais peu de prise de risque

  • Dans son appartement en travaux au centre de Paris, Rick Owens a invité un public ultra-restreint à voir se mouvoir des créatures anxiogènes, pupilles noires dilatées, échasses et épaules pagodes plus hautes que leurs têtes
  • En lancement de la Fashion week, le show de la coqueluche du groupe LVMH, le chanteur désormais designer Pharrell Williams, dans un cube blanc au pied de la Fondation Vuitton, marquait une nette inflexion dans le grandiose

PARIS : La Fashion week masculine, qui s'achève dimanche à Paris, a donné lieu à peu de prise de risque mais a confirmé le statut de la ville comme capitale commerciale et artistique pour les grandes maisons sommées de faire le show.

- Une dérangeante étrangeté chez Rick Owens

C'est, de l'avis général des experts de la mode, «la claque» de cette Fashion week et peut-être même des dernières années.

Dans son appartement en travaux au centre de Paris, le créateur américain a invité un public ultra-restreint à voir se mouvoir des créatures anxiogènes, pupilles noires dilatées, échasses et épaules pagodes plus hautes que leurs têtes.

La pièce entêtante de ce défilé fut la botte gonflée en latex noir, entre préservatif et ogive de missile, dans des proportions «grotesques et inhumaines, un cri face aux comportements humains les plus barbares», selon la note d'intention.

Les hommes de Rick Owens, comme une clique d'aliens mal à l'aise sur Terre, ouvrent une des portes les plus philosophiques de la semaine.

- Pharrell Williams, star du show

En lancement de la Fashion week, le show de la coqueluche du groupe LVMH, le chanteur désormais designer Pharrell Williams, dans un cube blanc au pied de la Fondation Vuitton, marquait une nette inflexion dans le grandiose par rapport aux premiers pas du créateur.

Sur scène Indiens et cow-boys, une interprétation politiquement correcte des racines de l'Amérique, dans un décor de montagnes rocheuses et au son des tambours d'une tribu du Dakota.

Le jam «Good People», collaboration de Pharrell Williams avec le groupe folk britannique Mumford & Sons sur la scène, est déjà un tube. Quant au costume de cow-boy, il s'annonce comme la tendance qui infusera le prêt-à-porter en 2025.

- Le ballet sensuel et discipliné de Dior

Le défilé Dior Homme par Kim Jones a rendu hommage à l'icône de la danse Rudolf Noureev, honorant le balletcore, l'esthétique du ballet, avec des hommes fragiles et radieux dans des costumes de scène précieux.

Sous un ciel d'étoiles lumineuses, les cuivres du compositeur Sergueï Prokofiev ont lancé le ballet rythmé des mannequins au son de la pompeuse «Danse des cavaliers» de Roméo et Juliette. La scène tournait sur elle-même, et trente modèles se tenaient en cercle se surélevant du milieu, comme une boîte à musique.

Le final, cette scène pivotante comme dans les plus grands opéras, a déclenché une des quelques standing-ovations de la semaine.

- La bande de Yamamoto débroie le noir

Comme une dernière et très émouvante réunion de famille ? Le créateur japonais Yohji Yamamoto, 80 ans, a célébré l'esprit bohème et la liberté créatrice, dans une ambiance de chapeaux feutre et de grands manteaux de vagabonds.

Dans cette ode à la nonchalance artistique, il a fait défiler ses amis de toujours, comme le cinéaste Wim Wenders. La figure du cinéma indépendant allemand est arrivée sur scène dans une tenue de hobo américain débraillé, couleur noir encre.

Pour parfaire la magie, au premier rang, un homme dont l'aura perturbait presque le défilé: Zinédine Zidane dans un costume Yamamoto, baggie à poche, chaussures compensées et veste kimono, déroutant pour le footballeur.

- Balmain célèbre la «blackitude»

«Les gens disent parfois que ma mode est légère, mais moi, j'ai envie d'apporter de la joie. Je ne veux pas être le porte-parole du tourment», confiait Olivier Rousteing au Monde en pleine préparation de sa collection, une rutilante ode à la «blackitude», aux looks voguing, et à la sape africaine, avec Naomi Campbell en clôture du défilé.

Sur de la trap africaine, une cinquantaine de mannequins, quasiment tous racisés et en majorité noirs, ont revisité dans une version glamour les classiques de la sape, du cabas de course, ici en doré intégral, au costume de fripe. Les looks ont été conçus comme irrésistibles et irradient de strass et d'or, jusqu'à une chemise métallique, bouches rouges perlées et bijoux de visage.

Loin de l'esthétique classique et intemporelle, affichée par ses pairs.

 

 


Fashion Week: le grand show de Vogue s'attaque à la place Vendôme

Le mannequin américain Kendall Jenner (Photo, AFP).
Le mannequin américain Kendall Jenner (Photo, AFP).
Short Url
  • Sur la scène, plus de 500 participants sont attendus pour ce défilé inédit
  • La liste n'est pas connue mais la vidéo promotionnelle laisse voir les tops Gigi Hadid, Kendall Jenner, l'actrice Isabelle Huppert sur la ligne de départ

 

PARIS: Le Vogue World, un des grands événements mode de l'année qui se déroule dimanche place Vendôme, prévoit une parade des plus grands créateurs français sur le thème du sport et une concentration inédite de stars sur le pavé parisien.

Le show, à l'initiative du magazine de mode, appareillera un sport (cyclisme, gymnastique, tennis, taekwondo, escrime, breakdance…) à un thème lié à une décennie de mode française depuis 1924, date des derniers jeux organisés dans la Ville Lumière.

Sur la scène, plus de 500 participants sont attendus pour ce défilé inédit, qui verra les plus grand noms de la mode parisienne réunis le temps d'une soirée, d'Olivier Rousteing pour Balmain en passant par Pharrell Williams pour Louis Vuitton, Marine Serre ou encore Simon Porte Jacquemus.

A listers

La liste n'est pas connue mais la vidéo promotionnelle laisse voir les tops Gigi Hadid, Kendall Jenner, l'actrice Isabelle Huppert sur la ligne de départ ou dans des gymnases parisiens.

Côté production, la direction artistique a été confiée entre autres à la Française Carine Roitfeld, au styliste Ib Kamara et au conservateur du Palais Galliera, le musée parisien de la mode, Alexandre Samson.

On imagine qu'il y aura beaucoup de danse, après le recrutement pour la direction des chorégraphies de Parris Goebel, danseuse et chorégraphe néo-zélandaise, notamment du show de Rihanna au SuperBowl.

Arrivée à Paris pour le premier défilé surprise de son compagnon le rappeur Rocky ASAP, Rihanna, nouvelle égérie Dior Parfum, pourrait faire une apparition, comme Kate Moss, l'acteur Robert Pattinson ou le Colombien Maluma, superstar en Amérique latine.

Avec 800 places assises, dont une majorité réservée à des célébrités, l'événement reste ultra-sélectif et le grand public devra se contenter de le suivre sur un livestream dès 21H00 (19H00 GMT).

Vogue World s'est engagé à faire un don significatif sur une partie des recettes et à verser un million d'euros au Secours populaire.

 


Dries Van Noten fait ses adieux aux podiums et au monde de la mode

Le créateur de mode belge Dries Van Noten salue le public après avoir présenté les créations de Dries Van Noten pour la collection de prêt-à-porter féminin automne-hiver 2024/2025 dans le cadre de la Semaine de la mode de Paris, à Paris, le 28 février 2024. (Photo Julien de Rosa AFP)
Le créateur de mode belge Dries Van Noten salue le public après avoir présenté les créations de Dries Van Noten pour la collection de prêt-à-porter féminin automne-hiver 2024/2025 dans le cadre de la Semaine de la mode de Paris, à Paris, le 28 février 2024. (Photo Julien de Rosa AFP)
Short Url
  • Unanimement respecté, celui qu'on surnomme le «maître flamand de la mode» avait pris tout le monde par surprise en annonçant sa décision au printemps
  • Seule condition posée avant son départ: que le groupe reste à Anvers, loin des paillettes et du brouhaha du monde de la mode. Le groupe Puig qui a pris une participation majoritaire dans la griffe en 2018 a donné son accord

PARIS : Un grand nom de la mode tire sa révérence: le Belge Dries Van Noten présente samedi soir son tout dernier défilé, après quarante ans de carrière où il a imposé son style, mélange d'audace, de sophistication et de poésie.

Rares sont les créateurs de mode à prendre leur retraite à 66 ans, en forme, comme il l'a confié récemment au New York Times, et avec une entreprise en bonne santé.

Unanimement respecté, celui qu'on surnomme le «maître flamand de la mode» avait pris tout le monde par surprise en annonçant sa décision au printemps.

«Je sens qu'il est temps de laisser la place à une nouvelle génération de talents pour apporter leur vision à la griffe», avait-il écrit dans une lettre ouverte. Et d'évoquer l'envie de profiter «de toutes les choses pour lesquelles» il n'a «jamais eu le temps».

Une décision difficile d'autant plus que la marque -- vêtements, accessoires, parfums -- continuera à vivre sans lui. «Que se passera-t-il après, avec mon nom ? «, dit-il dans le NYTimes.

«Après ce défilé homme, j'aurai une autre adresse email. Je ne serai plus jamais @driesvannoten. Il me faut aussi trouver un nouveau nom sur Instagram car l'actuel est mon nom et aussi celui de la marque. C'est une situation étrange, et ça je ne l'avais pas imaginé», souligne-t-il, ému.

Rien n'a filtré sur ce défilé printemps-été 2025 qui se déroule à La Courneuve, au nord de Paris, mais devrait plus que jamais célébrer le style Dries Van Noten: des vêtements taillés à la perfection, des chocs de couleurs et des rasades de tissus et d'imprimés.

- Anvers, et contre tout -

«Je suis un jardinier, donc automatiquement les fleurs, ça revient partout: les fleurs symboliques, simplement leurs couleurs, ou bien les fleurs réelles», expliquait-il à l'AFP en 2014.

Fin février à Paris, où il défile depuis 1993, il s'était distingué avec une collection femme marquée par une touche de rêve en couleurs pastel et silhouettes amples comme des vêtements de nuit et des sacs doux comme des peluches, le tout présenté dans un chantier de construction parisien.

Les collections qui suivront, dont celle pour femme attendue en septembre, seront réalisées par l'équipe de son studio avec qui il travaille depuis des années.

Seule condition posée avant son départ: que le groupe reste à Anvers, loin des paillettes et du brouhaha du monde de la mode. Le groupe Puig qui a pris une participation majoritaire dans la griffe en 2018 a donné son accord.

Installé depuis les années 1980, Dries Van Noten a présenté sa première collection à Londres, en 1986, avec le groupe des «Six d'Anvers» (Dirk Bikkembergs, Ann Demeulemeester, Dirk Van Saene, Walter Van Beirendonck et Marina Yee), aujourd'hui encore synonyme d'avant-garde.

Fils et petit-fils de tailleurs, il a ouvert sa première boutique en 1989 dans la capitale mondiale du diamant. La griffe s'appuie désormais sur 500 points de vente à travers le monde.

«Le point de départ d'une collection peut être très littéral ou bien abstrait: une peinture, une couleur, la pensée de quelqu'un, tout finalement...», expliquait-il à l'AFP en 2014, confiant s'être  beaucoup nourri de ses voyages, notamment l'Inde, et de l'art, avec une collection restée dans les annales inspirée de l'oeuvre du peintre Francis Bacon en 2009.


Temps forts de l'exposition «I'm Still Alive» de l'artiste Maisara Baroud

L'exposition « I'm Still Alive » est présentée à la galerie Zawyeh à Ramallah. (Fourni)
L'exposition « I'm Still Alive » est présentée à la galerie Zawyeh à Ramallah. (Fourni)
Short Url
  • Cette exposition présente des artistes, dont Mohammad Sabaaneh, qui recréent les œuvres de Baroud à Ramallah
  • « Déclarer que Maisara est toujours en vie, c'est affirmer que nous sommes tous vivants aussi », a indiqué Mohammad Sabaaneh dans un communiqué

DUBAÏ : Voici trois extraits de l'exposition « I'm Still Alive » de Maisara Baroud, qui se tient à la galerie Zawyeh à Ramallah jusqu'au 23 juin.

I'm Still Alive No. 1

(fournie)
(fournie)

Au début de l'assaut militaire israélien contre sa ville natale de Gaza, l'artiste Maisara Baroud a perdu sa maison et son atelier. Il s'est alors mis à tenir un journal, qu'il continue de remplir à mesure que la violence dévastatrice se poursuit, « pour dire à ses amis qu'il est toujours en vie ». Cette exposition présente des artistes, dont Mohammad Sabaaneh, qui recréent les œuvres de Baroud à Ramallah.

I'm Still Alive No. 3

(fournie)
(fournie)

« Déclarer que Maisara est toujours en vie, c'est affirmer que nous sommes tous vivants aussi », a indiqué Mohammad Sabaaneh dans un communiqué. « Pour ne pas devenir neutres dans cette guerre génocidaire qui vise et anéantit les Palestiniens physiquement et spirituellement, nous avons décidé de participer à la refonte des peintures de Maisara à Ramallah, en jouant le même rôle qu'un prisonnier qui fait sortir clandestinement les peintures d’un acolyte de sa geôle ».

I'm Still Alive No. 5

(fournie)
(fournie)

Le 23 juin, les œuvres de Baroud seront effacées des murs, « soulignant l'impermanence du projet et la nature transitoire de la guerre, dans l'espoir que le cauchemar de l'occupation prenne fin un jour, car « aucune condition n'est perenne », ont souligné les organisateurs. L'exposition est un hommage à Baroud et aux Palestiniens de Gaza. 

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com